Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Annexes

Texte intégral

L’église

1La structure de l’église copte traditionnelle est basilicale : une nef centrale large, bordée de deux bas-côtés plus étroits, se termine à l’Est par une abside, en général surélevée, les deux bas-côtés s’achevant eux-mêmes soit sur une absidiole, soit sur une pièce carrée. L’église est bâtie sur plan rectangulaire, les absides orientales, construites à l’intérieur, n’apparaissent jamais au dehors. Elles sont surmontées chacune d’une coupole, la centrale normalement plus élevée. Sous chaque coupole, il y a un autel cubique massif, derrière lequel dans le mur est aménagée une niche orientale. Le chœur, ou haykal, est séparé du reste de l’église par l’iconostase en bois ouvragé, souvent rehaussé d’ivoire, dans lequel s’ouvre une porte centrale et deux petites fenêtres. Au devant du chœur, un espace carré est réservé aux chantres et lecteurs. Les bas-côtés sont en général surmontés d’une galerie (autrefois réservée aux femmes). À l’extrémité, dans le narthex des églises les plus anciennes, est creusé le « bassin de l’Épiphanie » où se pratiquait jadis, à la fête, un rite de bénédiction des eaux. Le baptistère n’a pas de place bien définie. Il arrive très souvent que d’autres églises secondaires, de même structure mais plus petites, soient juxtaposées à l’église principale. Enfin, en Haute-Égypte, des chapelles supplémentaires sont souvent ajoutées de part et d’autre du chœur – ce qui fait que l’église est plus large que longue et offre à la vue une multiplicité de petites coupoles.

La liturgie

2La liturgie copte porte des caractères très spécifiques. On a déjà souligné que le comput des années commence en 284 de l’ère chrétienne. Première année ici de l’ère des « martyrs sous Dioclétien ». De plus, les coptes suivent le calendrier julien, actuellement en retard de 15 jours sur le grégorien. La répartition des mois est également propre aux coptes qui l’ont reçue de leur tradition pharaonique. L’année commence à la fête de Nairouz, le premier jour du mois de Tut (11 septembre), suivi des mois de Babah, Hatur, Kihak (qui finit avec la fête de Noël), Tubah, Amshir, Barmahat, Baramûdah, Bashene, Ba’unah, Abib et Misra. Ces 12 mois de 50 jours sont complétés par un « petit mois » supplémentaire de 5 ou 6 jours, nommé el-Nasi. À l’intérieur de ces mois se répartissent des fêtes et rites très liés au rythme de l’agriculture : il en va ainsi de la fête de la Croix au 17 Tut, fête du Nil et de l’inondation avec bénédiction des eaux, du lundi de Pâques ou Sham el-Nessim, fête du printemps, des prières spéciales au temps des semailles et des moissons (ces dernières en Baramudah, le « mois nouveau » qui assure la subsistance de l’année).

3Une autre caractéristique de l’année liturgique copte est l’abondance des périodes de jeûnes : celui qui précède la Nativité dure 45 jours, le grand carême avant Pâques est de 55 jours, le jeûne des Apôtres depuis le soir de la Pentecôte jusqu’à la fête des Apôtres (12 juillet) de 15 à 49 jours, enfin celui de la Vierge dure toute la quinzaine précédant la fête de l’Assomption au 22 août. Si l’on y joint les jeûnes, du mercredi et du vendredi, c’est environ 257 jours qui lui sont consacrés.

4La liturgie eucharistique, qui se célèbre avec du pain cuit du jour, sans sel, n’a conservé que 5 anaphores : celle de Saint Basile pour tous les jours de l’année, celle de Saint Grégoire réservée aux fêtes de Noël, Épiphanie et Pâques, enfin celle de Saint Marc et Saint Cyrille durant le mois de Kihak. Le baptême ne s’administre pas avant le 40e jour depuis la naissance pour un garçon et le 80e pour une fille – temps durant lequel la mère ne peut s’approcher de l’église, où elle se soumettra au terme à un rite de purification. Par ailleurs, le baptême est surtout administré en masse aux temps et lieux de pèlerinage, où l’on pratique de plus des sacrifices de moutons et de chèvres en accomplissant des vœux. Le rite pénitentiel le plus fréquent se situe au moment de la communion, où le fidèle dit au prêtre « j’ai péché » et en reçoit une bénédiction avant l’eucharistie. Au mariage, le rituel copte ne demande pas le consentement des fiancés, la cérémonie essentielle consistant dans leur couronnement (el aklil). En ce qui concerne l’ordination, il faut signaler la remise en vigueur du diaconat sous le patriarche actuel, également étendu aux femmes (diaconesses ou consacrées). Le rite des funérailles reste très marqué des anciennes croyances égyptiennes sur la mort : « renvoi de l’âme » qui hante encore la décision le 5ème jour après la mort, le sort éternel du défunt est fixé le 40ème, jour auquel les parents se rendent à l’église pour la première fois en vue d’une cérémonie devant son portrait.

5L’attachement aux traditions propres reste très fort dans la communauté, tant par fidélité que par désir de garder une personnalité distincte au milieu des autres rites et confessions religieuses. C’est ainsi qu’on peut noter actuellement le retour à un usage plus large de la langue copte dans la liturgie, en particulier dans les monastères.

Statistiques chrétiennes d’Égypte

6Le recensement de 1960 ne distingue plus les coptes des autres chrétiens, la carte d’identité ne le faisant plus. Mais c’est vraiment une question de détail. Cela explique en tout cas que, dans les premiers recensements, on n’a pas conservé à part les statistiques concernant les coptes et les statistiques concernant les autres communautés chrétiennes.

7La répartition par religion d’un recensement à l’autre depuis 1897 est relativement saisie.

Année

Population copte

Pourcentage sur la population totale

1897

731 235

7,30 %

1907

881 992

7,90 %

1917

1 026 000

8,00 %

1927

1 200 550

8,00 %

1937

1 304 000

8,00 %

1947

1 502 000

8,00 %

1960

1 905 000

7,40 %

1966

2 008 000

6,60 %

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires