Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Partie 3 - Une société en changement

L’essor et les limites de l’islamisme en Égypte

Note de l’éditeur

Source : Études, tome 378, 5, mai 1993.

La pagination de cet article nous est inconnue.

À la fin de l’année 1992, deux événements fort différents ont braqué sur l’Égypte les projecteurs de l’actualité internationale. Le 12 octobre, un séisme ébranle la région du Caire et, quoique d’amplitude moyenne, ensevelit sous les décombres d’habitats vétustes plus de 500 personnes, contraignant des milliers d’autres à se réfugier sous des abris de fortune. Un mois plus tard, le 12 novembre, un petit commando de quatre « extrémistes » musulmans attaque en Haute-Égypte un car de touristes allemands, blessant cinq d’entre eux : ce « Sang sur le Nil » prend figure dans la presse de séisme bien plus grave que celui du Caire pour l’économie nationale, menaçant de jeter hors de leur emploi bien plus de gens que le tremblement de terre n’en avait expulsés de leur maison... Deux symboles des fragilités d’un pays réputé cependant pour sa stabilité dans une région du monde très sensible, où son poids est considérable.

Texte intégral

1Aucun observateur ne se risquera sans hésitation ni réticence à exposer les facteurs complexes, intriqués, voire contradictoires de cette fragilité – étant bien conscient que l’interprétation qu’on peut donner de leur jeu est multiple, donc soumise à option. Que, du moins, le choix du point de vue d’où l’on regarde les choses soit clair et justifié. Entre les perspectives politique, socio-économique, culturelle – notamment religieuse – si je privilégie cette dernière, ce ne sera pas parce que les difficultés récurrentes du chrétien copte d’Égypte, minoritaire, ni arabe ni musulman, sollicitent par priorité l’attention en des secteurs d’Europe où l’immigré arabe musulman n’est guère en faveur, mais bien parce que, dans leur immense majorité, les Égyptiens se définissent eux-mêmes d’abord par leur identité religieuse. Ainsi toute mutation dans le domaine religieux affecte-t-elle l’ensemble de la vie nationale, de même que tout mouvement « séculier » dans la société civile et les structures politiques provoquera une réaction religieuse.

Limites de la sécularisation

2Certes, il est bien entendu que de vastes espaces de vie, en Égypte comme ailleurs dans le monde musulman, ont échappé de fait à la tradition religieuse en se « modernisant ». Les structures politiques, financières, administratives, etc., y sont comparables à celles de n’importe quel pays d’Occident, et la législation n’a rien de spécifiquement islamique, sauf en ce qui concerne le statut personnel. Or, cette exception même, ou le recours formel aux principes, très généraux et communs, de l’islam en tête d’une constitution peuvent très bien se justifier rationnellement par la reconnaissance de ce fait national massif, incontournable : l’immense majorité du pays est de culture islamique.

  • 2 Par exemple, lors du traité de paix avec Israël.

3Cependant, à la différence de ce qui s’est passé en Occident, cette sécularisation de la pratique à la tête de l’État, dans les classes dirigeantes, s’est accomplie sans que soient touchés, à plus forte raison mis en question, les fondements de l’institution religieuse. Dans la culture musulmane, il n’existe aucune réelle « critique coranique » correspondant à l’abord critique des Écritures chrétiennes ou des institutions ecclésiastiques qui en découlent, par où ont commencé nos temps modernes – pas plus que n’a été radicalement modifié le statut mal déterminé des clercs musulmans, ces oulémas juristes dont l’avis favorable reste toujours sollicité, même par le pouvoir, et consenti de plus ou moins bon gré pour légitimer des décisions contestables2. Il en résulte pour les pratiques de la modernité une sorte d’existence parallèle à celles de la coutume religieuse (à côté, non pas contre), qui risque de les affecter d’un soupçon d’inauthenticité (l’apologétique devra les justifier) et peut conduire rapidement à l’accusation capitale d’être « importées », étrangères.

4Les mœurs urbaines sont le lieu le plus manifeste de cette dichotomie dont on pourrait multiplier les exemples : affluence des jeunes aux films les plus osés comme à la mosquée où on les condamne, multiplication des publications religieuses, mais aussi des revues de mode, de sport, de mondanités ou de romans sentimentaux ; sermons, causeries religieuses et prière rituelle à la télévision, entremêlés aux épisodes d’une série à grand succès... C’est bien sûr dans le domaine ultra-sensible de la vie féminine que les oppositions sont le plus tranchées, car la femme est sortie de la maison dans la rue, à l’université, au travail : la mixité ou la séparation des sexes, la mode ou le costume islamique de plus en plus strict sont les lieux les plus chauds de la contestation... Appelons donc « sécularisé », ou en voie de sécularisation, tout ce qui fait l’objet de la protestation islamiste, et l’éventail en est large, depuis le slogan déjà ancien des Frères musulmans – « Le Coran est notre constitution », rajeuni dans l’affiche électorale la plus répandue, « L’Islam est la solution » – jusqu’à la proscription par certaines sectes du cinéma et de la télévision.

5On doit se demander quels facteurs ont joué pour passer, en relativement peu de temps – l’espace d’une vie moyenne – d’une aspiration générale vers la modernité à son soupçon et rejet actuels dans de larges couches de la population. Marquons grossièrement les étapes du parcours.

  • 3 L’union symbolique de la croix et du croissant proclamée à l’époque maintenait bien cependant une f (...)

6Il y eut d’abord, au temps de notre jeunesse, la lutte du nationalisme égyptien contre la présence britannique, avec les armes de l’ennemi, car la revendication d’indépendance s’appuyait sur les valeurs communes de liberté et d’égalité démocratique des citoyens3. Puis vint l’étape nassérienne du nationalisme arabe, populiste, à vocation de rassemblement supranational, dont la tonalité musulmane potentiellement anti-occidentale irait en s’accentuant. Aujourd’hui, la direction du pays n’a plus d’idéologie claire, se contentant des fragments rafistolés du passé. Pragmatique, elle affronte les énormes problèmes d’une population qui a triplé en cinquante ans. On est passé, ici comme ailleurs, « des convictions aux techniques, des programmes idéologiques aux objectifs économiques ». Ce sont là des procédures qui échappent à la compréhension des masses livrées aux difficultés croissantes de la vie quotidienne, mais, afin d’affronter celles-ci et donner sens à la vie, la place est libre pour l’émergence des énergies latentes de la religion sous-jacente aux comportements sociaux.

Voies et lieux de l’islamisation

  • 4 Voir, par exemple, G. Kepel, 1991, La Revanche de Dieu, Paris, Le Seuil, 1991 ; cf. Études, septemb (...)

7II est devenu classique d’opposer à la modernisation par en haut, essoufflée, la réislamisation par le bas4. Pour mesurer la portée de ce contre-mouvement, il faut en déterminer les voies, les lieux et leur extension possible.

  • 5 Leur échappe encore, et c’est notable, celui des journalistes.

8La voie principale est celle de l’éducation et son lieu, l’école. L’effort de scolarisation de la population pour éliminer l’analphabétisme a été considérable et efficace, mais le prestige de l’instituteur et sa formation restent pauvres. Ne viennent à la profession d’enseignant par les Écoles normales et les Facultés de pédagogie que ceux et celles qui n’ont pu accéder, vu la faiblesse de leur niveau, à des formations professionnelles plus prestigieuses. Le milieu social de recrutement de l’instituteur est donc plutôt populaire. Ces causes, et d’autres, ont pratiquement fait se rejoindre deux types d’enseignement qui étaient, il y a cinquante ans, non seulement distincts mais opposés : celui que dispensait l’Azhar religieux traditionaliste, d’une part, d’autre part l’école gouvernementale moderne. Avec ce résultat que sont simplement juxtaposées, mises sur le même pied, identiquement reçues, les matières scientifiques, les lettres et l’histoire arabes fortement imprégnées d’un glorieux islam, et l’enseignement religieux musulman. On ne s’étonnera pas si, à l’Université, lors des élections aux représentations étudiantes, les islamistes l’emportent régulièrement, puis accèdent à la maîtrise des Conseils syndicaux d’ingénieurs, de médecins et d’avocats5.

9À la colonisation de l’éducation par l’islam militant va s’ajouter celle des services sociaux. Dans les conditions économiques restreintes où l’organisation publique gouvernementale n’a plus les capacités financières d’assurer largement ces services, ils sont de plus en plus assumés par des associations communautaires de type religieux, spontanées mais systématiques. Ainsi s’adjoignent à la mosquée – et à l’église – une série d’activités destinées à satisfaire des besoins sociaux en panne : dispensaire, clinique, crèche, pouponnière, bibliothèque et répétitions scolaires, bureaux pour l’emploi et le logement... qui recrutent leurs desservants, maigrement rémunérés, chez de jeunes adultes autrement au chômage – dont sont exclus ceux qui ne font pas partie de la communauté.

10Cette double évolution affecte profondément les relations religieuses communautaires. À un ancien communautarisme « local », fondé sur le voisinage, l’entente de familles influentes dans une région, la tradition de rapports ritualisés lors des fêtes ou événements marquants tels que mariage ou deuil – tout un ensemble institutionnalisé par la coutume qui maintenait des liens structurels entre groupes de chrétiens et de musulmans – s’est progressivement substitué un communautarisme d’extension nationale qui risque de laisser face à face coptes et musulmans. Si bien que ce qui se passe entre certains d’entre eux, à un endroit quelconque et sous quelque forme que ce soit, retentit et se propage sans limite dans les deux communautés.

Être chrétien en Égypte

11La communauté chrétienne autochtone, copte, a dû évoluer, elle aussi, en fonction de cette nouvelle donne. Ce qu’elle appelle son « renouveau » a pris également son essor au niveau de l’éducation, dans les « Écoles du Dimanche » : un mouvement, une association de jeunes chrétiens qui se sont consacrés à transmettre leur foi aux élèves coptes des écoles publiques menacés de n’y recevoir qu’un enseignement laïque, puis islamisé. Les cadres actifs du mouvement se sont, eux aussi, groupés en « famille » à l’intérieur des Facultés, maintenant entre eux, dans la ferveur de la prière et de l’étude de leur tradition religieuse, des liens privilégiés.

12De ce mouvement très vivant est issue d’abord la résurrection du monachisme, source et conservatoire de l’identité chrétienne en Égypte. De nombreux jeunes diplômés universitaires se sont faits moines pour ranimer des monastères presque exsangues à l’écart dans le désert, aujourd’hui florissants, en pleine expansion, colonisant tout le long de la vallée du Nil des sites monastiques abandonnés depuis des siècles. Or, traditionnellement, le patriarche de l’Église copte et ses évêques se recrutent parmi les moines ; ainsi cette nouvelle génération est-elle maintenant à la tête de l’institution ecclésiastique.

  • 6 Voir Y. Courbage et P. Fargues, Chrétiens et juifs dans l’islam arabe et turc, Paris, 1992. Les imm (...)

13Celle-ci se développe considérablement : 26 évêques en 1970, aujourd’hui 70, avec la création de nouvelles éparchies destinées à mieux encadrer et protéger des fidèles dispersés et souvent isolés. Car la répartition de la communauté n’est pas homogène : très peu représentée dans le Delta, elle est surtout nombreuse en Haute-Égypte, à partir de Minya – et spécialement dans la région d’Assiout, où quelques villages sont presque exclusivement coptes. Cette situation pose la question controversée du nombre de chrétiens dans la nation : 10 millions, 20 % de la population, disent volontiers les coptes, qui, comme toute minorité, ont tendance à se surévaluer ; en fait, environ 6 %, proportion d’ailleurs encore menacée par une forte émigration6.

  • 7 Tous les parallélismes que j’ai soulignés dans le développement des deux communautés montrent combi (...)

14La culture religieuse que répand la nouvelle élite monastique de la communauté est assez fondamentaliste puisque, elle aussi, adonnée à ranimer un glorieux passé, celui de l’Égypte chrétienne d’avant l’islam, de ses martyrs, de ses saints et de ses moines. D’innombrables petits livres de piété les donnent en modèles, tandis que des pèlerinages très fréquentés permettent aux coptes de se retrouver « entre eux, chez eux », sur les lieux de leur mémoire. Enfin, il est naturel que les paroisses organisent, elles aussi7, des services sociaux pour leurs fidèles, qui se sentent particulièrement discriminés par l’islamisation ambiante.

Islamisme et violence

  • 8 On estime que chaque année 400 000 jeunes adultes se présentent sur le marché du travail, dont la m (...)

15II faut bien s’attendre à ce que cette islamisation de la vie civile cherche et trouve son expression politique. Elle apparaît dès 1930 avec l’Association des Frères musulmans, dont la croissance rapide menace le pouvoir moins de vingt ans plus tard en engendrant un groupe activiste capable d’assassiner un Premier ministre, puis de préparer un attentat contre Nasser. Le régime nassérien se livre donc, contre ses membres, à une répression policière sans ménagement, dont un des résultats sera l’éclosion dans les prisons de leaders des différentes formations subversives actuelles : elles émergent de nouveau sous Sadate qui, après avoir favorisé la montée des forces islamistes contre la gauche nassérienne, en sera finalement victime. Or les classes dirigeantes n’ont jamais admis le droit à l’existence d’un parti politique d’origine et d’idéologie religieuses islamiques, officiellement parce qu’il serait contraire à l’unité d’une nation formée de musulmans et de chrétiens, mais peut-être plus encore parce qu’il exprimerait les frustrations sociales et économiques des couches populaires montantes à travers l’école et l’université, qui ne leur offrent finalement que de maigres débouchés8.

16À l’expression politique du mouvement islamiste, deux issues restent ouvertes. Soit s’associer, lors des élections nationales, à un parti reconnu : c’est ce qu’ont fait les Frères musulmans de tendance modérée en s’intégrant au Parti du Travail, dont le titre ne masque pas trop le milieu où ils se recrutent. On entre alors, comme dans les élections syndicales, dans le jeu démocratique pour la prise pacifique du pouvoir... Un jour, si Dieu le veut ! L’autre issue, plus tentante pour ceux qui se sentent particulièrement exclus, est d’entrer en dissidence afin de déstabiliser le pouvoir par l’action violente : ainsi se sont constitués les groupes qui polarisent aujourd’hui l’attention.

17Il n’est pas ici nécessaire de dénombrer leurs différentes organisations, ni de savoir si elles sont en relation entre elles, aidées et financées de l’étranger et par qui. De toute façon, leur discours est commun – appliquer à la lettre la loi musulmane – de même que les cibles et les lieux favorables de leur action. Pour déstabiliser le pouvoir sur un point spécialement sensible, on s’attaque d’abord aux non-musulmans, les coptes, et aux signes les plus voyants de leur présence (l’église, leurs magasins), dans les régions où ils sont nombreux : en Haute-Égypte, par exemple, autour d’Assiout, où subsistent encore des habitudes de vendetta, de banditisme ou de rivalités tribales aisées à réinvestir. Ou bien dans ces extensions monstrueuses du Caire et d’Alexandrie, surpeuplées, à peine urbanisées, très mal contrôlées, où un fier-à-bras fort-en-gueule peut tenter de faire régner l’ordre (islamique) selon une tradition populaire bien enracinée (voir les romans de Naguib Mahfouz), en s’en prenant aux îlots du quartier qui regroupent frileusement les coptes.

  • 9 Dans un communiqué précis diffusé en octobre 1992, l’Organisation égyptienne des Droits de l’homme (...)

18En général, quand commencent les troubles confessionnels, la police hésite à intervenir dans une querelle empoisonnée, puis, trop tard et contrainte, le fait avec violence et devient à son tour la cible directe des représailles islamistes, auxquelles elle répondra autant pour venger ses morts que pour rétablir l’ordre9 : chasse à l’homme d’un côté, mini-guérilla de l’autre. Quant au touriste, il rassemble en lui tout ce que l’islamiste dénonce : l’étranger envahissant aux mœurs relâchées (voir sa tenue vestimentaire), choyé et courtisé pour son argent, symbole manifeste d’une dépendance du pays face à la richesse et à la puissance de l’Occident honni. Ce n’est pas par hasard que le tourisme s’arrêta net en Égypte lors de la guerre du Golfe, où le déploiement de l’armée des États-Unis, même appuyée par des troupes égyptiennes, dans les pays arabes et musulmans, fut mal supporté par l’opinion publique.

Aujourd’hui... et demain

  • 10 Voir Muhammad Saïd al-Ashmawy, L’Islamisme contre l’islam, Paris, 1989 ; Hussein Amin, Le Livre du (...)

19À ce processus, déjà ancien et répétitif, il faut ajouter d’autres éléments. Ce qui frappe d’abord, c’est l’armement plus perfectionné et moderne des extrémistes/terroristes : le kalachnikov a remplacé le vieux fusil ou le poignard traditionnels, et ils utilisent la bombe artisanale ou le cocktail Molotov ; d’où l’accroissement dramatique du nombre des victimes. Il y a aussi l’audace et la décision des activistes : tel groupe n’hésite pas à diffuser des communiqués menaçants, où il indique ses cibles, exige que cesse telle activité qu’il réprouve ; d’où un retentissement beaucoup plus fort lors du passage à l’acte. Ainsi, un climat de crainte risque de s’installer, spécialement sensible dans la communauté copte. Quant à la communauté musulmane – pratiquement l’ensemble de la nation – elle est appelée, en ses représentants qualifiés, à une prise de position nécessaire et difficile : l’islamisme radical ne défigure-t-il pas l’islam véritable et sain ? Ou, au contraire, n’exprime-t-il pas de justes revendications toujours insatisfaites ? Ou bien, ne serait-il pas l’ultime intrusion de la religion en des domaines qui ne sont plus les siens10 ? Ces questions ne peuvent laisser indifférents le pouvoir et l’opinion publique, surtout en ces temps où le monde arabo-musulman semble basculer vers des horizons incertains dans les États du Golfe, au tout proche Soudan, en Palestine avec la montée du Hamas islamiste, en Algérie enfin. D’où les positions parfois ambiguës adoptées par les responsables : on ne veut pas censurer un discours islamique répandu dans le monde arabe environnant, de peur de s’en isoler et en courant alors le risque de marginaliser gravement les nationaux chrétiens ; mais pas davantage on ne peut suivre un mouvement qui priverait le pays de tous les acquis de la modernisation.

20Cependant, il ne faudrait pas majorer l’ébranlement en se livrant à des amalgames indus, comme si l’on était déjà en Algérie, demain en Iran. L’action violente est localisée, même si, récurrente, elle se déplace d’un faubourg à l’autre du Caire, d’une ville de Haute-Égypte à la campagne environnante. L’extrémisme est loin de recueillir un large consensus, alors qu’un musulman hésitera toujours à condamner un coreligionnaire engagé : on pleure devant.

Notes

2 Par exemple, lors du traité de paix avec Israël.

3 L’union symbolique de la croix et du croissant proclamée à l’époque maintenait bien cependant une fracture virtuelle fondamentale.

4 Voir, par exemple, G. Kepel, 1991, La Revanche de Dieu, Paris, Le Seuil, 1991 ; cf. Études, septembre 1991, p. 252.

5 Leur échappe encore, et c’est notable, celui des journalistes.

6 Voir Y. Courbage et P. Fargues, Chrétiens et juifs dans l’islam arabe et turc, Paris, 1992. Les immigrés coptes sont spécialement nombreux aux États-Unis ; ils y possèdent une cinquantaine de paroisses, objet de la sollicitude du patriarche, vu la place privilégiée d’où ils peuvent intervenir en faveur de leur communauté d’origine.

7 Tous les parallélismes que j’ai soulignés dans le développement des deux communautés montrent combien les coptes font partie intégrante de la société égyptienne, mais aussi quelles oppositions peuvent la diviser.

8 On estime que chaque année 400 000 jeunes adultes se présentent sur le marché du travail, dont la moitié seulement trouvera un emploi, la plupart du temps modestement rétribué ; 65 % à 75 % des étudiants sortants sont inemployés ou attendent de cinq à sept ans un poste au gouvernement.

9 Dans un communiqué précis diffusé en octobre 1992, l’Organisation égyptienne des Droits de l’homme dénonce également les attentats des extrémistes, les atermoiements et les abus des forces de l’ordre, et dénombre les victimes.

10 Voir Muhammad Saïd al-Ashmawy, L’Islamisme contre l’islam, Paris, 1989 ; Hussein Amin, Le Livre du musulman désemparé, Paris, 1992.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires