Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Partie 3 - Une société en changement

Les Égyptiens à l’étranger dans le monde arabe

Note de l’éditeur

Source : CEMAM Reports, vol. 6, 1981, p. 1-25.

Titre original : « Egyptians abroad in the Arab World ».
La traduction vers le français n’a pas été effectuée par le CEDEJ. Manquent à cette version traduite quelques paragraphes et un tableau de chiffres figurant à la fin de la version anglaise.

Le nombre de travailleurs quittant l’Égypte s’accentue sous la présidence de Sadate ; l’émigration se généralise. Alors que les migrations provenant des pays en développement vers l’Occident sont amplement étudiées dans les années 1980, cet article met en exergue les circulations entre pays arabes qui attestent d’une forme concrète d’intégration régionale. Maurice Martin s’attèle à définir des catégories de migrants et décrit la désorganisation de certains secteurs (éducation, santé, culture), consécutive aux départs. Alimentant le débat sur les transferts et les types de dépenses des émigrés, il met en avant leur rôle moteur dans la transformation de la société égyptienne. (N.D.R)

Texte intégral

1Durant la décennie écoulée et plus spécialement depuis cinq ans, un mouvement accéléré de migration s’est développé dans l’Égypte surpeuplée. II est devenu tellement massif qu’il préoccupe tout le monde : le simple citoyen dont le rêve obsessionnel est de trouver hors de son pays une occupation mieux rémunérée, le responsable d’un champ quelconque de travail – école, faculté, hôpital, chantier… – qui ne peut s’assurer d’un personnel stable et voit la pénurie se substituer à l’abondance d’hier, ou encore le planificateur pour qui un élément fuyant doit désormais entrer dans les projets d’avenir.

2Sur l’ampleur de ce mouvement, il convient d’abord de rassembler quelques données qui permettent de mieux en saisir la nature. Le caractère disparate des estimations chiffrées affecte leur interprétation mais ces données manifestent déjà l’instabilité d’une société à la recherche d’une nouvelle assiette dont les traits sont loin d’être établis. On imagine facilement l’effet global de désorganisation sociale provoqué par une fuite massive à l’étranger. Encore faut-il identifier exactement les secteurs les plus atteints, il faut également que cela ne cache pas certains aspects positifs du mouvement. Dans une société prisonnière de la pauvreté, impuissante à sortir de la médiocrité de ses moyens, une issue s’ouvre enfin pour beaucoup d’Égyptiens. Quelle forme vont-ils donner à leur vie pour la première fois partiellement libérée ? Les migrants sont ici des indicateurs de changements socioculturels en cours auxquels il convient d’être spécialement attentifs.

Données sur l’émigration égyptienne

3Le recensement de 1976 estime à 1 425 000 le nombre d’Égyptiens vivant à l’étranger. On pensait alors que le plus grand nombre se trouverait en Europe, aux USA, au Canada, puis enfin dans le monde arabe et en Libye où l’émigration égyptienne est déjà ancienne et de nature très spécifique, venant majoritairement des classes populaires. Avec le boom pétrolier dans les pays du Golfe, la situation évolue rapidement et, statistiquement, il faut dire maintenant que l’émigration vers les pays développés est devenue marginale, même si elle atteint principalement une couche de population au niveau d’éducation élevé. Au contraire, le mouvement vers le Golfe est massif et draine toutes sortes de travailleurs, diplômés, ouvriers, main-d’œuvre et paysans. Le tableau suivant donne une image approximative de la croissance de l’émigration égyptienne vers les pays arabes depuis cinq ans.

  • 2 Chiffres rassemblés par J. Ducruet, Mobilité des ressources humaines et développement régional ; le (...)

Tableau 1 - Estimations diverses de la main d’œuvre égyptienne dans les pays arabes, en milliers2

1975 (2)

1975-1976 (3)

1978 a-b (4)

1979 (5)

Estimation totale (dont)

397,5

520,9 à 622,4

1 070 a

1 390 b

1 400 à 2 000

Libye

229,5

275 à 320

596

500

Arabie
saoudite

95

120 à 125

204 a

300 b

900

Koweït

37

60,5

95

150

EAU

12,5

22

31

50

  • 3 En moins de deux mois, au début de 1979, la presse signale cinq affaires de ce genre (JEg 17/2, 14/ (...)
  • 4 Exposé des lois en préparation (JEg 22/3/79 et 23 et 25/10/79). On compte principalement sur l’ouve (...)
  • 5 En 1979, on estime les travailleurs indiens, pakistanais et bengalis dans le Golfe à plus d’un demi (...)
  • 6 L’Irak fait campagne auprès du pays du Golfe en faveur de l’arabisation de la main d’œuvre importée (...)

4II est bien clair qu’il ne s’agit là que d’estimations du fait de plusieurs facteurs : la forme de cette émigration, souvent masquée ou clandestine, l’absence de recensement sûr pour les pays de plus grand accueil comme l’Arabie saoudite et la circulation à peu près incontrôlable des émigrés à travers les frontières des pays du Golfe, rendant illusoire toute précision plus grande. Restent indubitables l’extension et la croissance régulière du mouvement que confirmeront bien des indices. En Égypte, on démantèle régulièrement des officines de falsification de passeports et contrats de travail pour l’étranger3 ; on se préoccupe de réglementer, d’organiser et même de préparer l’émigration comme de défendre les droits des nationaux au dehors4. Mais on est surtout attentif à la croissance des salaires rapatriés dont les estimations sont tout à fait parallèles à celles du nombre des migrants. Dans les pays du Golfe, où l’inquiétude grandit face aux émigrés principalement asiatiques5 et où des mesures de défense et d’expulsion sont prises, bien des facteurs viennent au contraire favoriser l’émigration égyptienne : tout d’abord sa qualification due à l’extension de l’enseignement notamment universitaire, son arabité ensuite (grâce au cinéma, à la TV, à la radio et à la chanson, le dialectal égyptien n’est ignoré de personne dans le monde arabe), enfin, et ce n’est pas le moins important, l’absence d’engagement politique et idéologique qui caractérise le migrant égyptien, par opposition au palestinien présent partout. Il ne semble donc pas qu’on tienne effectivement à restreindre l’émigration égyptienne, mais plutôt à la contrôler et à prévoir son extension à la mesure des besoins6.

5Les chiffres que l’on vient d’exposer sont évidemment impressionnants en eux-mêmes. Ils n’ont cependant de signification économique ou sociale que dans la mesure où on les met en rapport avec la main-d’œuvre dont dispose l’Égypte et plus encore avec sa répartition professionnelle. Or il est à peu près impossible d’obtenir une ventilation fiable selon les professions de l’émigration dans les pays arabes. On peut cependant affirmer des choses, que confirme l’ensemble des données disparates disponibles sur la question. D’abord, dans cette masse d’émigrés égyptiens, la main-d’œuvre non-qualifiée, employée surtout dans la construction et, pour les femmes principalement, dans les services domestiques, est dominante et ne semble pouvoir être concurrencée chez les arabophones que par les Yéménites – ces derniers spécialement nombreux en Arabie saoudite. Ensuite, et ce n’est contradictoire qu’en apparence, la proportion d’émigrés professionnellement qualifiés est beaucoup plus haute parmi les Égyptiens que chez les autres migrants arabes, jordaniens et libanais sans doute exceptés. Ces deux traits de l’émigration égyptienne sont compréhensibles si l’on tient compte à la fois de la surpopulation rurale et urbaine du pays et de l’ancienneté de ses structures éducatives et industrielles, deux facteurs qui mettent à part l’Égypte dans le monde arabe et y constituent un réservoir humain apparemment inépuisable.

Déstructuration sociale

6Apparemment seulement, car en réalité un brusque drainage dans certains secteurs crée une pénurie d’autant plus difficile à combler par une formation accélérée des couches les plus jeunes que ce sont justement les jeunes qui émigrent en priorité. En fait, la fortune échue aux pays pétroliers dépourvus de cadres qualifiés pour leur développement les dresse en concurrents de l’Égypte pourvue de ces cadres mais privée des moyens financiers ; en concurrents pour le développement lui-même. C’est ici qu’apparaissent les effets structurants de l’émigration qu’il convient de bien situer.

  • 7 Cependant, certains pays spécialisés dans la grande entreprise, tels que la Corée, engagent des pro (...)
  • 8 Dans les pages qui suivent, je m’appuie sur une étude faite à la demande du ministère de l’Éducatio (...)

7Les pays pétroliers du Golfe poursuivent une politique d’industrialisation et de développement social, principalement éducationnel et sanitaire, dont il faut créer les infrastructures, qui exigent un effort considérable de construction. Les premiers besoins massifs portent donc sur la main-d’œuvre employée dans le bâtiment, fournie par les Asiatiques, les Yéménites ou les Égyptiens sans qualification. On ne peut guère dire qu’ils vont priver leur pays d’origine, mais leur raréfaction sur le marché intérieur contribue certainement à y faire monter les salaires ; et ce n’est pas un mal, socialement parlant. Au niveau supérieur, l’industrialisation requiert ingénieurs et gestionnaires dont une bonne partie est fournie par le pays étranger qui a enlevé l’adjudication des travaux ; ce dernier engage pour les tâches d’exécution des ingénieurs « arabes »7, et s’ils sont égyptiens, là encore ils ne manqueront pas quantitativement au pays8  ; qualitativement c’est une autre affaire, car on écrème les meilleurs. Par contre, au niveau intermédiaire du technicien et de l’ouvrier spécialisé et qualifié, qui très souvent s’est formé sur le tas, l’émigration désorganise certainement la production nationale, car leur rareté en Égypte est un des principaux goulets d’étranglement de la croissance.

  • 9 Cette dernière éventualité n’est déjà plus chimérique en ce qui concerne la culture au service des (...)
  • 10 Le président de l’Ordre des médecins critique en particulier l’ouverture de facultés régionales de (...)
  • 11 Selon le ministre de la Santé (Ah 20/10/79 p. 6), il y aurait actuellement 7945 médecins égyptiens (...)
  • 12 Officiellement, en 1979, il y a environ 23 000 professeurs (relégués par le ministère de l’Éducatio (...)
  • 13 Le corps enseignant universitaire comprend 2 225 professeurs, 2 600 professeurs adjoints et 14 000 (...)

8Cependant, c’est vraisemblablement sur le plan du développement social – santé, éducation, culture – que le drainage opéré par les pays riches du Golfe crée de plus gros problèmes en Égypte, au point de menacer certains secteurs du pays, d’un transfert ailleurs de sa suzeraineté la plus manifeste9. Mais, dans ce domaine également, il convient de distinguer professions et niveaux professionnels. Si l’exode des médecins, que les récentes universités du Golfe ne forment pas encore, peut être supportée par l’Égypte où l’on dénonce depuis quelques temps la congestion de la profession10, par contre il n’en va pas de même dans les services hospitaliers en ce qui concerne les infirmières : la demande extérieure est considérable et la désorganisation des soins dans les hôpitaux égyptiens certainement critique11. Cependant, c’est surtout dans le secteur de l’Éducation que la situation est inquiétante. D’un côté, le professeur étant mal payé en Égypte et ne recevant pas un statut social considéré, les Écoles normales ou les facultés de pédagogie ne voient pas les candidats se presser à leurs portes et acceptent les élèves qui ont obtenu aux examens les notes les plus basses ; le déficit en professeurs est déjà certain. D’un autre côté, la demande des pays arabes est énorme et il devient difficile de contrôler l’exode. En effet, les chiffres de professeurs officiellement délégués à l’étranger par le ministère de l’Enseignement paraissent bien inférieurs à la ponction réelle opérée dans le corps professoral par le biais des contrats privés passés directement entre une personne et les services d’ambassade des pays arabes12. Ce sont évidemment les degrés supérieurs de l’enseignement, et notamment l’Université, qui sont les plus touchés par cet exode. À ce moment, il ne s’agit plus seulement d’une désorganisation de l’enseignement supérieur ; vu la place tenue par l’Université dans la recherche, la production culturelle et la direction intellectuelle du pays, la culture nationale est menacée de décapitation ou d’un transfert progressif à l’étranger de ses centres les plus vivants13.

  • 14 Voir l’étude du Dr. Samia al-Sati, « The Egyptian’s mind migration », The National Review of Social (...)

9En bref, du point de vue du développement global de la nation, dans l’émigration égyptienne c’est l’exode du technicien et celui de l’intellectuel qui se révèle le plus menaçant. Ils ont des effets comparables et risquent de priver la société de ses deux principaux facteurs de changement. Chez le technicien, avec la modernisation du travail s’opère une certaine transformation de la mentalité populaire traditionnelle, et chez l’intellectuel capable de critiquer les structures sociales s’élaborent des modèles d’avenir. Dans les deux cas, on doit donc parler de brain-drain et avouer que la forme récente d’émigration vers les pays arabes place l’Égypte dans une situation nouvelle. On ne peut cependant assimiler l’exode vers les pays arabes à la fuite des cerveaux vers les pays développés ni la juger selon les mêmes critères car, si celle-ci est définitive et sans compensation d’aucune sorte, elle demeure cependant relativement modeste14. Par contre, l’émigration vers les pays arabes, pour massive qu’elle soit, est temporaire et ne va pas sans différentes formes de « retours » ou de « rentrées ». À strictement parler d’ailleurs, émigrer temporairement dans un pays arabe ce n’est pas tout à fait aller travailler « à l’étranger ».

L’Égypte dans le monde arabe

10De fait, on est conduit à s’interroger une fois de plus la nature de l’unité arabe ou de l’arabité en s’appuyant sur de nouvelles données. Au moment où l’Égypte, en mettant en place le processus de paix avec Israël, se trouve en rupture officielle avec l’ensemble des pays arabes, des Égyptiens de plus en plus nombreux viennent paisiblement vivre dans les pays arabes qui se montrent les plus virulents à l’encontre de leur patrie mais ont aussi le plus grand besoin de sa main-d’œuvre et de son intelligentsia. Pour se justifier, l’Égypte peut bien mettre en avant son identité différentielle et son égyptianité formée depuis des millénaires dans les limites de la Vallée du Nil et, en sens inverse, les pays arabes recourent à la distinction commode entre un gouvernement égyptien traître à son arabité et son peuple innocent et fidèle. Ce ne sont là que jeux idéologiques opposés. L’émigration égyptienne dément aussi bien l’un que l’autre. L’Égypte appartient au monde arabe mais à sa façon, et l’unité arabe n’est pas ce que des politiques nationales ou hégémoniques voudraient en faire. En réalité, l’émigration ébauche une forme nouvelle d’intégration ou de complémentarité arabes non pas en vertu d’interventions étatiques et politiques mais du fait d’une certaine connivence culturelle qui, pour être naturelle, n’en a pas moins ses limites.

11Cette connivence culturelle est certes faite de communauté linguistique et religieuse – d’où le caractère particulièrement démonstratif de l’appel irrésistible aux professeurs égyptiens. Elle n’est cependant pas homogénéité complète, quelle que soit l’identité ou la religion, puisque l’intégration du migrant est loin d’être parfaite et ne revêt aucun aspect définitif. Il faut ici insister en premier lieu sur le caractère temporaire de cette émigration, soulignée par le fait que les migrants reviennent plusieurs fois au pays durant le temps de leur emploi au dehors, et insister encore plus sur les liens d’appartenance qui les distinguent comme Égyptiens dans le pays d’accueil. Les migrants égyptiens ne se diluent pas dans le monde arabe ambiant mais vivent en « colonie » autant que possible. Ils constituent un milieu distinct et résistant, tissé d’intérêts et de goûts communs, gardant sa configuration propre. Cette solidarité se manifeste dans la croissance du groupe par l’autorecrutement : on fait venir son ami ou son parent dès que pointe la possibilité d’un emploi, plutôt que d’en laisser la disposition à un autochtone concurrent. Ainsi, la colonie égyptienne reste perçue comme « autre » dans les pays d’accueil. Ceci est particulièrement frappant au niveau intellectuel. Professeurs d’université, écrivains, penseurs, artistes peuvent produire leur œuvre au dehors, au Koweït particulièrement, mais elle continuera à être perçue en Égypte et dans le monde arabe comme œuvre égyptienne et non pas « arabe », et encore moins koweïtienne. Personne ne s’y trompera. Et c’est bien normal car, pour être également arabes et musulmanes, les sociétés égyptienne, saoudienne ou koweïtienne ont des modes de vie, des comportements et donc des mentalités formées par leur histoire propre trop différents pour qu’on puisse les confondre. Voici donc un premier domaine où le brain-drain national ne peut être strictement inscrit dans la colonne des pertes du pays.

12En fait, par le détour de leur travail dans un pays arabe, les migrants égyptiens en majorité continuent à viser leur propre pays et l’époque de leur retour. Ils sont allés chercher dehors les moyens de satisfaire chez eux des ambitions indissolublement personnelles et sociales liées à la condition nationale. Munis de ces moyens, ils seront à même de réaliser dans leur vie ces changements longtemps désirés qui, de proche en proche, vont retentir sur tout leur environnement. Il se peut donc qu’une émigration temporaire constamment renouvelée soit équivalente, du point de vue du stock de main-d’œuvre disponible dans le pays pour les fiches économiques, à une émigration définitive – elle est cependant bien loin d’y produire les mêmes conséquences économiques, sociales et culturelles.

Une enquête sur les émigrés

  • 15 Chef de village (N.D.R).
  • 16 Par ordre d’importance : États-Unis, Soudan, Arabie saoudite.

13Le quotidien cairote al-Jumhuriyah a ouvert depuis trois ans une rubrique sur les « Égyptiens à l’étranger », où sont présentés chaque fois deux ou trois émigrés, leur itinéraire, leur fonction, leurs idées sur la patrie et leur pays d’accueil. En 1978, « Égyptiens à l’étranger » voisine sur la même page avec une autre rubrique pleine d’intérêt présentant un village d’Égypte célèbre au titre d’une personnalité qui y est née ou y a vécu, généralement un shaykh. C’est ainsi qu’on peut faire la connaissance, le même jour, ici d’un omdah15 charmeur de serpent et là de son ex-compatriote devenu savant atomiste en Californie. Ce contraste criant entre tradition et modernité ne peut être involontaire ni inaperçu. En 1979, « Égyptiens à l’étranger » passe dans une page consacrée à la Ville. L’émigré est devenu un des personnages de la vie de la cité. C’est aussi dans cette page que sont publiés les noms des Égyptiens qui ont acquis une seconde nationalité16. Bref, le journal manifeste une appréciation plus que favorable à l’émigration, conforme au goût du public et à la politique officielle du gouvernement.

14Cette rubrique peut donc fournir un échantillon de l’émigration égyptienne vue, certes, à travers les moyens d’information et l’optique du journal. Les moyens d’information ne suivent évidemment pas les règles d’un échantillonnage d’enquête sociologique, ils paraissent assez occasionnels et dépendent vraisemblablement de la présence d’un organisme égyptien à l’étranger – consulat, centre culturel, association d’émigrés – ou de la rencontre d’émigrés de passage au Caire. L’optique du journal est claire : celui qui réussit à l’étranger, assez naïvement, est en général premier en quelque chose, l’émigration est la voie du succès. La rubrique a l’aspect d’une enquête d’opinion, mais n’en est pas moins un ensemble d’indications éclairantes sur l’émigration égyptienne.

15Il faut donc relever pour comparaison tous les cas d’Égyptiens vivant à l’étranger représentés durant les six premiers mois de 1978 et 1979, respectivement 156 et 154. Ils se répartissent en deux catégories, émigrés en Occident et émigrés dans le monde arabe, que l’on a ventilés selon leur statut (émigré définitif, étudiant à l’étranger, délégué dans le monde arabe ou migrant sous-qualifié) et leur profession.

  • 17 26 fonctionnaires, 11 cas de courts voyages professionnels, 6 cas de training temporaire, 3 voyages (...)

16- Les émigrés vivant en Occident se répartissent en gros sous deux catégories : l’émigré définitif, l’émigré temporaire pour études supérieures. On peut négliger les autres groupes parce qu’ils sont bien moins fournis et n’intéressent pas directement cette étude17. Les émigrés définitifs sont aussi nombreux dans leur rubrique en 1976 et 1975. Par contre, les départs pour études supérieures augmentent fortement en 1979, passant de 43 à 60 ; ils représentent donc 1/3 de l’échantillon. Comme on le sait, souvent des études à l’étranger sont la première étape vers l’émigration définitive, d’où l’intérêt d’une comparaison entre ces deux groupes.

17L’Europe – le Royaume-Uni d’abord, puis Allemagne – et les États-Unis se partagent à égalité l’émigration définitive. La rubrique s’intéresse très peu au « petit » émigré (ouvrier qualifié ou technicien moyen, propriétaire de modeste restaurant à cuisine orientale) qui n’est pas un exemple manifeste de réussite, mais par contre met en relief ce qu’il faut bien appeler l’émigration des cerveaux : sont dans ce cas 37 émigrés en 1978, 35 en 1979, soit 23 % de l’échantillon total. Parmi eux, 20 professeurs d’Université, dont 15 aux États-Unis. Évidemment, la connaissance de l’arabe ou du monde arabe est très souvent un facteur utile dans l’intégration professionnelle à l’étranger comme enseignant, éditeur, fonctionnaire dans une agence officielle, directeur de marketing etc. 25 émigrés en font cas, deux fois plus en 1979 qu’en 1978.

  • 18 Les États-Unis offrent, en 1979, 1 800 bourses d’études supérieures de quatre années représentant u (...)
  • 19 Très significatif, le culte du computer capable de résoudre tous les problèmes. L’utilisation coura (...)

18En ce qui concerne les départs pour études supérieures à l’étranger, soit par délégation officielle et bourse soit sur initiative privée, leur croissance notable en 1979 n’est pas le seul fait marquant de l’échantillon. Les pays de l’Est, qui recevaient près du quart des étudiants en 1978, disparaissent en 1979. Par contre, les États-Unis passent au premier rang, détenu en 1978 par l’Angleterre et la France ; enfin l’Allemagne Fédérale apparaît en force. En 1979, États-Unis (16 cas), Royaume-Uni (13) et Allemagne Fédérale (11) se partagent les 3/4 du groupe d’étudiants à l’étranger, contre moins de la moitié en 1978 ; c’est évidemment le résultat d’une politique délibérée de bourses d’études offertes par ces pays et elle est, au premier chef, politique18. Plus significative encore se révèle la répartition selon les types d’études entreprises ; en 1978, celles qui seront mises au service du développement de la campagne (agronomes, vétérinaires) équilibrent celles qui regardent le développement technico-industriel (ingénieurs, statisticiens, computer) ; en 1979 en revanche, les premières ont pratiquement disparu au profit des secondes. C’est déjà une situation en principe plus conforme à l’offre du pays d’accueil qu’aux besoins réels de l’Égypte, d’autant plus que ce groupe manifeste une admiration sans borne pour la technologie avancée accompagnée du regret que son transfert soit pratiquement impossible19. Dans les autres secteurs d’études, on note une croissance forte de 1978-1979 en médecine et pharmacie, professions qui facilitent particulièrement l’émigration aux États-Unis, et surtout l’apparition de spécialisations relativement nombreuses en pédagogie (en ce dernier cas, plus du dixième du total contre un seul cas en 1978). Leur multiplication laisse songeur, quand on sait combien les structures éducatives des pays avancés sont peu comparables à celles de l’Égypte, le fossé entre elles s’approfondissant encore de toute la différence des langues et des cultures. Il y a de fortes chances pour qu’au cours d’une spécialisation en pédagogie, l’acquisition de la langue étrangère accroisse la tentation, très grande déjà, d’utiliser son arabité au service de l’étranger.

19Le dépaysement culturel n’est guère souligné chez les émigrés définitifs ; la spécificité religieuse musulmane n’est évoquée que cinq fois, et en général de façon très discrète, tel cet émigré marié à une étrangère qui dit simplement « vivre selon sa foi, proche de Dieu ». Deux fois, la référence religieuse est suscitée par le travail professionnel (participation à un congrès de la pensée islamique, direction d’un centre islamique). On trouve enfin deux références à la prière et une à la Mosquée. Le choc sur des mœurs différentes ou dépravées est fortement contrebalancé par l’admiration pour l’ordre, la discipline et la bienveillance sociale. Outre le thème de la solidarité avec l’Égypte, invoqué neuf fois, la louange du travail libre, source de créativité et de richesse face à la routine, à l’inutilité et à la médiocrité des tâches en Égypte, est le point le plus fréquemment abordé.

20Dans le groupe des étudiants en mission, on attendrait des réactions de dépaysement plus nombreuses, mais il n’en est rien, elles leur gênaient même moins, proportionnellement, surtout en ce qui concerne la différence des mœurs. Peut-être décèle-t-on chez eux une attitude religieuse légèrement plus agressive en 1979 que l’année précédente – il faut répandre l’islam, sauvegarder principes et valeurs, résister à la corruption, être fidèle, porter le voile –, et ce pourrait être un indice de changement du milieu de recrutement des étudiants envoyés à l’étranger. Mais on rencontre également des expressions très bienveillantes, du type « le Danemark n’est pas musulman mais il pratique les principes de l’islam ». Évidemment, le thème de la solidarité avec l’Égypte est fréquemment évoqué, sous la phraséologie de l’utilité en Égypte des connaissances acquises à l’étranger.

21- Le groupe des migrants en pays arabes, pour être moins représenté (24 % de l’échantillon), fournit cependant des indications suggestives. En 1979, le nombre de migrants en Arabie saoudite augmenta fortement, passant de 12 à 17, et l’Irak apparaît comme pays d’accueil. Si l’on néglige les travailleurs manuels, très rares (un charpentier, un contre-maître, un linotypiste etc.), l’occupation professionnelle tombe sous deux grandes catégories : on est fonctionnaire délégué ou on travaille sous contrat privé, en général dans une entreprise libre. De nouveau, le départ sous contrat privé à la recherche d’un travail libre est en forte croissance en 1979. Dans le groupe des migrants intégrés à un service public, on rencontre 11 fonctionnaires, 8 professeurs d’Université et 2 instituteurs. Dans le groupe des migrants sous contrat privé, il y a 19 employés, dont un bon tiers de comptables, et 10 ingénieurs – ces derniers, à une exception près se trouvant tous dans la rubrique de 1979.

22Ce qui se dégage du groupe des fonctionnaires délégués dans les pays arabes, c’est d’abord leur promotion professionnelle par l’émigration : d’une situation relativement modeste en Égypte, on s’élève à un poste de direction ou d’adjoint-conseil du directeur dans la moitié des cas. La connaissance de l’anglais à côté de l’arabe n’est pas étrangère à cette réussite. Le second caractère distinctif du groupe, d’autant plus frappant qu’il est totalement absent chez les émigrés libres, c’est une forte référence religieuse : un délégué sur quatre insiste sur l’aspect islamique de son travail, surtout parmi les professeurs. On loue la police religieuse en Arabie saoudite, unique au monde, la législation saoudienne identique à la charia est parfaitement respectée ; on veut éduquer la conscience musulmane ou lier à une information moderne l’expansion du message islamique ; on anime l’association islamique de l’Université et on a obtenu que les étudiantes portent le voile à ses réunions. Dans deux cas, les antécédents de ce type d’émigré sont nettement liés à la mouvance des Frères musulmans. Pour les autres, on peut penser qu’une bonne dose de conformisme officiel n’est pas tout à fait étrangère à leur réaction.

23Par contre, dans le groupe des émigrés travaillant sous contrat privé et en secteur privé, ce qui séduit d’abord dans les pays du Golfe, c’est la modernité de l’environnement urbain et l’efficacité du travail. Un quart d’entre eux souligne cet aspect, qui semble remplacer l’islamité des mœurs mise en relief par le groupe précédent. Vient ensuite la louange du marché libre et du travail libre, condition de réussite et de promotion accordée aux capacités personnelles. On souligne également l’importance de la langue étrangère, qui paraît liée à l’emploi dans des firmes internationales. On pense enfin au retour, à l’affaire qu’on montera en Égypte ou qu’on commence déjà à monter avec des membres de sa famille. En attendant, on s’associe assez fréquemment avec des compatriotes pour ouvrir un bureau sur le lieu de son travail.

24Que ce soit chez le migrant délégué ou chez le possesseur d’un contrat privé, la référence nationale est forte. L’Égypte met au service des pays arabes sa culture, ses compétences, son avance manifeste, et l’Égyptien émigré, puisqu’il rehausse l’éclat de son pays, le sert donc encore.

Émigration et transformation sociale

  • 20 Voir par exemple l’interview du ministre du développement administratif : l’émigration ne résout ni (...)

25Malgré ses limites étroites, la documentation réunie permet de repérer dans la société égyptienne nombre de points de rupture avec le passé, de contradictions actuelles ou d’évolutions divergentes dont la signification est importante. L’émigration est devenue un comportement social généralisé. Elle a un retentissement certain sur tous les milieux où elle recrute dans la mesure où on la considère comme normale, où l’on attribue même au migrant valeur d’exemple et de modèle. À ce titre, l’émigration n’est plus une simple fuite individuelle devant des problèmes insolubles chez soi, elle invite aussi à des solutions possibles. On souligne d’habitude ces effets nocifs et ils sont bien connus20  ; on veut donc attirer l’attention en contrepartie sur les évolutions positives qu’elle amorce.

  • 21 II faut ajouter que pour l’intellectuel égyptien, quitter l’Université, la presse ou le ministère d (...)

26L’analyse de l’échantillon de la Jumhuriyyah fait apparaître trois attitudes communes aux émigrés en Occident et dans le monde arabe vis-à-vis de la langue, des traditions morales et religieuse et du travail. Pour le langage, il y a un chassé-croisé remarquable entre arabe et anglais ; l’anglais permet l’intégration en Occident mais, en retour, l’arabe s’y montre très utile professionnellement. De même, si l’arabe ouvre les portes des pays du Golfe, l’anglais y est aussi condition de promotion. Ici et là, en fin de compte, l’avantage joue au profit de la langue étrangère d’où, en Égypte, dans le milieu des diplômés, un mouvement très fort pour son acquisition. Il y a là un contrepoids, réel bien que peu souligné, à l’idéologie dominante de l’arabisation à outrance ou du repli sur une arabité auto-suffisante. On a noté également que le référent culturel et religieux est fort atténué chez l’Égyptien vivant en Occident tandis que chez le migrant du Golfe, on est finalement plus sensible à la façade de modernité extrême qu’à la communauté des mœurs traditionnelles. Ces deux réactions vont dans le même sens : les spécificités culturelles sont relativisées et malgré l’emphase actuelle sur l’idéologie islamique, on s’aperçoit qu’elle est peu invoquée dans les problèmes immédiats de vie pratique. Enfin, la louange commune du travail libre, responsable et efficace porte vers une privatisation de la profession, ressentie ici et là comme un véritable besoin face à la socialisation du travail dans un État Providence responsable presque unique de l’emploi. Cette privatisation apparaît comme une libération de l’emprise d’une bureaucratie inefficace et irresponsable, de la médiocrité des ressources qu’elle assure et de la dépersonnalisation du travail qu’elle entraîne21.

27Cette triple attitude qui favorise le brain-drain et le justifie aux yeux du migrant, n’atténue pas ses conséquences économiques et culturelles redoutables. Du moins est-on invité à poser le problème de façon plus radicale et exacte qu’on ne le fait dans le calcul des dépenses de formation perdues par l’État et des places laissées vides au travail. Puisqu’il s’agit principalement de diplômés, le problème se situe au niveau de la culture dispensée à l’Université. Tout autant que de préparer l’émigration, on peut alors lui reprocher de produire à grands frais une masse de diplômés en grande partie inutiles ou inutilisables sur place, si ce n’est dans un fonctionnariat pléthorique et mal payé. En fin de compte, inadaptation au pays et adaptabilité du diplômé à l’étranger dénoncent le même irréalisme. L’Université propage une culture largement modelée sur l’étranger et ses besoins en ce qui concerne les méthodes de pensée et les techniques, c’est-à-dire l’essentiel dans la vie professionnelle. Elle ouvre à des valeurs de rationalité critique, d’ordre et de plan comme à des exigences de responsabilité personnelle et d’efficacité dans le travail qui ne sont guère réalisées sur place, faute de moyens techniques et financiers, certes, mais tout autant par défaut structurel de l’appareil de production et du système administratif et de gestion. Il y a là une ambiguïté culturelle bien antérieure au statut socio-économique du professeur d’Université ou du diplômé. On ne la dissipe pas en faisant appel à la foi et à la science conjuguées : la foi pour la sauvegarde de l’identité propre et l’engagement au service de la nation, la science pour la solution des problèmes contemporains. En réalité, la foi se montre peu capable de contrebalancer les exigences concrètes et les possibilités éveillées par l’acquisition de la science et de la technologie, à bien plus forte raison de les remplir. Ce n’est pas elle qui invite à aller travailler dans le monde arabe ni elle qui dresse un barrage devant l’émigration en Occident. Certes, l’émigré voudrait bien pouvoir rester chez lui et y travailler. Quand il va vers un pays du Golfe, il choisit une solution moyenne, intermédiaire, en cherchant encore un moyen de vivre chez lui mais au niveau pour lequel il a été formé et de façon plus indépendante des médiocres conditions ambiantes. Si l’on veut pallier les méfaits de base du brain-drain, on doit tenir compte de cette solution intermédiaire qui se développe spontanément à la base, et des indications qu’elle fournit.

28Puisque l’émigration temporaire vers les pays arabes est pour le moment une solution largement ouverte aux Égyptiens, la première de ces indications concerne la politique arabe de l’Égypte et la politique égyptienne des pays arabes. Il est contradictoire d’expulser officiellement l’Égypte des aréopages de l’unité arabe alors que l’on utilise de plus en plus sa main-d’œuvre et ses cerveaux pour la réalisation des projets nationaux essentiels de développement et que l’on maintient donc en Égypte, sans l’avouer officiellement, toutes les antennes nécessaires à ces prélèvements de personnel. Il est d’ailleurs irréel de parler de développement « national » quand il repose fondamentalement sur des réalisateurs étrangers. En ce qui concerne l’Égypte, il est également contradictoire de s’appuyer culturellement et politiquement d’abord sur l’Occident et notamment les États-Unis – c’est ce que signifie l’ouverture – en négligeant le poids politique que donne la présence culturelle et technique des Égyptiens dans les pays arabes, d’autant plus que cette présence contribue si fortement à la survie de la société égyptienne, à l’amélioration de son niveau de vie et aux mutations en cours. La direction étatique se consacre à des projets reposant pour la plus grande part sur le transfert de techniques occidentales alors que, dans le pays, se produit spontanément un mouvement différent d’orientation vers les pays arabes pour lequel il n’y a pas de projet gouvernemental. L’idéologie politique arabe est un champ clos de rivalité où s’opposent au sommet des leaders dont les querelles masquent, empêchent d’enregistrer et de développer des coopérations et des complémentarités effectives, pleines de promesses et en pleine réalisation à la base.

  • 22 Selon le Bulletin du FMI du 11/9/78, les fonds rapatriés par les migrants égyptiens passent de 87 m (...)

29L’émigration des diplômés et de la main-d’œuvre d’Égypte vers les pays arabes pétroliers trouve sa principale contrepartie dans la masse des salaires rapatriés. Elle augmente d’année en année, et actuellement près du quart de la population égyptienne lui doit sans doute ses moyens d’existence améliorée22. Sur ce point, la pensée économique courante se montre sévère. Ces ressources « étrangères », dit-on, dépendent d’une conjoncture économique transitoire et d’une situation politique fragile, elles ne peuvent donc compter comme éléments d’une planification assurée. Elles ne rentrent pas, d’ailleurs, dans le circuit des projets nationaux de développement et ne s’investissent pas au profit de la production nationale ; au contraire, elles alimentent un circuit de consommation superflue et provoquent l’inflation. On ne peut nier qu’il en soit souvent ainsi, cependant, cette analyse, à l’épreuve des faits, se révèle assez partielle, dépendant de présupposés partiellement inadaptés au cas et néglige toute une part de la vie égyptienne qui, à d’autres points de vue, se révèle très importante.

30Il n’est pas justifié, d’abord, de considérer ces ressources comme provenant de « travailleurs à l’étranger », tel le Nord-Africain en Europe. L’assimilation n’est pas valable en ce qui concerne le monde arabe où les frontières culturelles et économiques sont spécifiques, moins étanches et plus perméables. Or justement, l’émigration accroît cette perméabilité, elle développe par exemple tout un réseau de bureaux égyptiens dans les pays arabes et en Égypte de bureaux et d’entreprises travaillant pour les pays arabes qui rendent assez aléatoire la distinction entre ressources d’origine nationale ou étrangère. De même, quand on parle de développement national, il est sans doute injustifié de privilégier l’économie dirigée et planifiée d’en haut comme moyen principal de développement intégré utilisant les ressources de la nation au service de tous. Ce serait juste si à la centralisation étatique du pouvoir correspondait un projet socio-économique d’ensemble poursuivi avec méthode et application, mais tel n’est pas le cas. La bureaucratie dirigeante en Égypte est, à beaucoup d’égards, une superstructure séparée de la nation, elle a créé un secteur national moderne, objet de tous ses soins, de son contrôle, de ses projets, mais ce secteur est bien loin de toucher et d’intégrer l’ensemble de la population dont une très grande part continue à vivre à sa façon selon ses moyens propres. Dans ces conditions, malgré les apparences de dirigisme étatique englobant la nation, l’économie « domestique » demeure capitale et nourrit, en fait, la majorité de la population.

  • 23 Cf. Maurice Martin, « Égypte, les modes informels du changement », Études, mars-avril 1980, p. 435- (...)

31Il devient dès lors difficile d’opposer à des investissements productifs (publics) les dépenses privées de consommation où s’engloutirait la plus grande part des salaires rapatriés de l’étranger. Même dans la classe « bourgeoise », il n’en va pas forcément ainsi. Certes, la consommation de luxe s’est généralisée en ville, mais une bonne part de l’argent gagné à l’étranger est également réservée à la privatisation du travail, à l’investissement dans une affaire qui utilisera les liens noués au dehors : on échappe ainsi à un fonctionnariat peu rentable. Cependant, c’est surtout vers le milieu ouvrier et populaire qu’il faut regarder, puisqu’il pourvoit la grande masse des migrants temporaires et des salaires rapatriés. Comme l’on ne dispose pas de données particulières à la proportion de ces gains et à leur emploi, on recourt à des indicateurs plus ou moins significatifs. L’un des plus utilisés est fourni par le passage du migrant à la douane. On se scandalise alors de l’encombrement de ventilateurs, appareils radio ou TV, de l’électroménager pourtant assez simple ramené par les milieux populaires. Rien ne dit pourtant que la plus grande part de leurs ressources y soit passé et surtout le scandale est parfaitement déplacé quand on sait les conditions courantes de logement et de loisirs à la disposition du peuple. Cette « consommation de luxe » est à peu près le strict minimum qui peut lui rendre la vie supportable et elle n’est pas plus scandaleuse que l’électrification des campagnes. En réalité, en milieux populaires urbains ou villageois, les besoins de consommation sont limités et vite satisfaits. Bien d’autres indications montrent que les salaires rapatriés s’investissent dans la transformation des secteurs économiques traditionnels privés : mécanisation de l’artisanat urbain et villageois, des transports et de l’agriculture, passage à des cultures plus rentables, extension de l’élevage, amélioration de la construction et du mobilier, etc. Toutes choses qui sont le signe de micro investissements productifs amorçant un décollage réel du statut économique de pure subsistance23.

  • 24 En ce qui concerne la mutation de la condition féminine par l’émigration, il faut souligner un autr (...)

32De toute façon, la première apparition d’un argent enfin relativement plus facile en milieu populaire provoque un début de libération de contraintes séculaires dont ne saurait surestimer l’importance. On peut ainsi opposer à chacun des effets déstructurant de l’émigration l’amorce d’une restructuration différente de la société égyptienne. À la ponction des meilleurs opérée par l’Occident correspond aussi une ouverture réelle sur le monde, et sur le monde arabe en particulier par la circulation des personnes. Il n’est plus un objet de foi idéologique mais d’expérience courante dans son unité et sa diversité. Si le secteur public étatisé et l’économie modernisée souffrent de la fuite des techniciens, on voit se construire parallèlement de moyennes entreprises et de l’artisanat technicisé qui est peut-être le chemin le plus court pour la formation et l’utilisation d’une main-d’œuvre familiarisée avec l’appareillage moderne. Sans doute, le statut du migrant mâle arraché à sa famille pour vivre en camp de travail est-il déplorable, mais aussi chez lui sa femme prend la responsabilité de la maison et il lui sera difficile d’oublier les enseignements de cette situation nouvelle24. L’argent plus abondant et facile provoque bien un accroissement dangereux de la consommation, mais cela comporte également une diminution des disparités de vie, sur la voie d’une certaine homogénéisation (ici le terme d’intégration paraît trop fort) socio-économique.

33Bref, on voit se réaliser, de façon spontanée et informelle – parce qu’une porte imprévue s’est ouverte à la satisfaction de besoins pressants – bien des objectifs que se sont proposés les différentes idéologies au pouvoir. On touche ici une des limites de la transformation volontariste de la société par l’idéologie politique. L’idéologie n’opère pas de miracle, et ce serait un miracle que de transformer les mentalités sans que ne soient données d’abord les conditions nécessaires à la mobilité sociale. Actuellement, l’émigration temporaire vers les pays arabes est un des facteurs de cette mobilisation. Il appartient au pouvoir politique de l’intégrer dans un projet national.

Notes

2 Chiffres rassemblés par J. Ducruet, Mobilité des ressources humaines et développement régional ; les migrations de main-d’œuvre au Moyen-Orient. Étude présentée à la Conférence financière régionale sur les capitaux arabes au service du développement régional organisée à Beyrouth les 6-10/5/80 par la Chambre de Commerce International, Mimeo.

3 En moins de deux mois, au début de 1979, la presse signale cinq affaires de ce genre (JEg 17/2, 14/3, Ah 23/2 et 3/3).

4 Exposé des lois en préparation (JEg 22/3/79 et 23 et 25/10/79). On compte principalement sur l’ouverture de bureaux spécialisés dans les pays d’émigration pour estimer les besoins, superviser les contrats, défendre les droits de l’ouvrier expatrié. L’état des relations de l’Égypte avec le monde arabe n’en permet guère la réalisation.

5 En 1979, on estime les travailleurs indiens, pakistanais et bengalis dans le Golfe à plus d’un demi-million (G. Viratelle, « L’Asie exportatrice de main d’œuvre », Monde diplomatique juillet 1979 p. 12) dont la moitié en Arabie saoudite (Middle East Economic Digest juin 1979 p. 7).

6 L’Irak fait campagne auprès du pays du Golfe en faveur de l’arabisation de la main d’œuvre importée (Alif Ba’, 19/12/79 p. 56) et de la création d’une Agence inter-arabe de l’emploi plusieurs fois recommandée par les conférences des ministres arabes du travail et l’Organisation arabe du travail dépendant de la Ligue Arabe (Baghdad 1/1/80 p. 2). Une étude du Conseil de l’Unité Économique Arabe prévoit que les besoins en main d’œuvre égyptienne du Koweït, de la Libye et de l’Arabie saoudite augmenteraient de 22 % entre 1978 et 1980, puis de 4,4 % par an. En 1980 il y aurait donc 3 058 000 Égyptiens dans ces trois pays (Al-Siyasa 18/10/78 p. 5).

7 Cependant, certains pays spécialisés dans la grande entreprise, tels que la Corée, engagent des professeurs d’arabe pour éviter l’introduction de ressortissants arabes dans la direction de leurs chantiers.

8 Dans les pages qui suivent, je m’appuie sur une étude faite à la demande du ministère de l’Éducation par l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), rendue publique à l’occasion du 5ème congrès annuel des économistes égyptiens (Le Caire, 27-29/03/1980), et portant sur une projection, pour les années 1979-1984, de la demande du marché du travail comparée au nombre de diplômés préparés par le système éducatif actuel. Au niveau universitaire, un déficit, d’ailleurs faible, n’apparaît que parmi les diplômés des facultés de pédagogie (-7,3 %) mais ailleurs le surplus s’élève de 21 % en médecine, à 43 % en polytechnique, 111 % en agronomie et 122 % en commerce. Le Secondaire général fournit un surplus de 358,7 % ! Toutes les catégories de diplômés des écoles techniques, par contre, sont inférieures à la demande sauf en ce qui concerne la technique agricole et commerciale. Un des plus forts déficits se trouve au niveau des diplômés d’École Normale.

9 Cette dernière éventualité n’est déjà plus chimérique en ce qui concerne la culture au service des loisirs - production de films, d’émissions TV et radio, chansons et danse – dont les pays nouveaux riches sont de très gros consommateurs. La fuite des artistes dans les Émirats, et principalement au Koweït, ou plus accessoirement en Irak, vide Le Caire des scènes, plateaux et studios (Cf. 25/3/78, suppl. p. 3 ; JEg 21/9/78 p. 10).

10 Le président de l’Ordre des médecins critique en particulier l’ouverture de facultés régionales de médecine dont le niveau est inférieur et qui préparent des chômeurs ; il réclame une limitation générale des inscriptions (JEg 23 et 24/2/79 p. 6), et paraît bien l’avoir obtenue (JEg 4/6/79 p. 6). Cependant, comme elle n’atteint pas 7 % des admissions de 1978-1979, elle est jugée insuffisante et provoque une nouvelle protestation du conseil de l’ordre des médecins (Ah 11/9 p. 1 et 10, 15/9 p. 6).

11 Selon le ministre de la Santé (Ah 20/10/79 p. 6), il y aurait actuellement 7945 médecins égyptiens dispersés dans le monde arabe et 766 dans les pays africains. Ce dernier chiffre paraît faible, puisqu’on estimait récemment à 900 le nombre de médecins égyptiens dans le seul Nigeria (Le Monde 1/10/79 p. 6). Quant aux infirmières égyptiennes, en 1974 déjà, 12 % d’entre elles travaillaient dans la seule Arabie saoudite : exactement 1026 sur un total de 7820. En 1979, le Koweït importe pour de nouveaux besoins 520 infirmières égyptiennes, en plus de celles qui y travaillent déjà (Al-Siyasa 16/7/79 p. 3). Un directeur de grand hôpital du Caire estime qu’avec le départ à l’étranger du quart de son personnel soignant, tous ses services sont désorganisés.

12 Officiellement, en 1979, il y a environ 23 000 professeurs (relégués par le ministère de l’Éducation dans les pays arabes et africains (Ah 13/4/79 p. 1) ; 17 690 n’ont pas achevé leurs quatre années régulières de délégation ; 4970 nouveaux délégués doivent être désignés. Pour ces derniers on donne un chiffre supérieur : 6412 (Ah 3/6/79 p. 8). Les plus gros demandeurs sont l’Arabie saoudite, qui s’adjuge plus du tiers, la Libye, la République Arabe du Yémen et le Koweït. Les listes de professeurs officiellement délégués par le ministère avec leurs destinations, sont publiées chaque année au début de l’été. Elles sont si longues qu’elles se répartissent dans les trois quotidiens les plus lus : c’est assez dire combien ces nominations sont attendues des intéressés. II est plus difficile de connaître le nombre de professeurs recrutés par les ambassades sous contrat personnel, dont l’absence souvent imprévue à la rentrée scolaire désorganise tout l’enseignement. Diverses indications montrent qu’il est supérieur à celui des délégations dans une assez large proportion. Ainsi, le directeur de la commission des contrats étrangers au ministère de l’Éducation du Koweït ramène en une fois 463 professeurs délégués égyptiens mais 650 sous contrat (Al-Siyasa 29/8/79 p. 2). De même, l’Arabie saoudite a besoin pour l’année scolaire 1979-1980 de 26 080 professeurs égyptiens (Al-Siyasa 2/7/79 p. 13). Elle possède déjà environ 7800 professeurs délégués et en attend 3275 nouveaux (Ah 24/5/79 p. 1). La différence, soit 15 000 professeurs si elle est comblée, le sera au moyen de contrats privés. Dans les deux cas, le nombre de professeurs à l’étranger sous contrat privé dépasse celui des délégués de 35 à 50 % et pourrait donc atteindre ou dépasser les 30 000, ce qui donnerait un total approximatif de 55 000 professeurs égyptiens à l’étranger. Le corps enseignant égyptien dépendant du ministère de l’Éducation tourne autour de 260 000 professeurs (déclaration du ministre de l’enseignement (Ah 3/10/79 p. 5), auquel s’ajoute le corps professoral des instituts azharistes. Le syndicat des enseignants donne un chiffre rond et sans doute excessif de 300 000 (Ah 13/8/79 p. 7).

13 Le corps enseignant universitaire comprend 2 225 professeurs, 2 600 professeurs adjoints et 14 000 répétiteurs (Ah 15/10/79 p. 8). Le règlement permet que 20 % du corps d’une faculté s’absente pour raison valable (délégation d’enseignement à l’étranger, études etc.) et même 25 % dans un de ses départements pourvu que le total des absences par faculté ne dépasse pas le cinquième. En fait, il est difficile de faire observer le règlement, des arrangements ou passe-droit permettent des présences fictives et certains départements, où les spécialistes sont rares, peuvent se voir réduits de moitié et même moins de leurs effectifs officiels.

14 Voir l’étude du Dr. Samia al-Sati, « The Egyptian’s mind migration », The National Review of Social Sciences, Cairo, may-september 1978, p. 111-130, où sont rassemblées des données d’études diverses. Durant la décennie 1960, 13 694 Égyptiens de qualification professionnelle élevée auraient émigré en Occident. Plus grave encore, 1063 enseignants égyptiens jouissant de bourses ou de congés pour études supérieures à l’étranger attendus en Égypte en 1976, ne seraient pas rentrés au terme de leurs études.

15 Chef de village (N.D.R).

16 Par ordre d’importance : États-Unis, Soudan, Arabie saoudite.

17 26 fonctionnaires, 11 cas de courts voyages professionnels, 6 cas de training temporaire, 3 voyages de vacances, soit au total 21 % de l’échantillon.

18 Les États-Unis offrent, en 1979, 1 800 bourses d’études supérieures de quatre années représentant une dépense d’environ 30 millions de dollars. On recense pour la même année l’acquisition à l’étranger de 820 doctorats, 2 100 magisters et 2 800 diplômes d’études supérieures (Ah 19/8/79 p. 4).

19 Très significatif, le culte du computer capable de résoudre tous les problèmes. L’utilisation courante de computers dans les pays du Golfe est également signalée fréquemment par les émigrés, c’est une marque de modernité. Un ingénieur du Canal, qui est bien l’entreprise égyptienne la plus avancée et favorisée, envoyé se spécialiser en Hollande, remarque avec désenchantement qu’il lui sera difficile de revenir prendre son poste où il ne pourra plus utiliser les techniques qu’il apprend – et de même un ingénieur du port d’Alexandrie se retrouve dans la même situation.

20 Voir par exemple l’interview du ministre du développement administratif : l’émigration ne résout ni le problème démographique ni celui du chômage (Ah 13/9/78 p. 9). Nombreux articles déplorant l’exode des techniciens : Ah 6/4/78 p 3, 25/10/78 p. 9 ; ROSYU (Rosa el-Youssef) 26/6/78 p. 57-59 ; Ah 19/7/79 p. 4, etc.

21 II faut ajouter que pour l’intellectuel égyptien, quitter l’Université, la presse ou le ministère du Plan en Égypte au profit d’un poste comparable au Koweït ou dans un organisme inter-arabe, c’est également accéder à une plus grande liberté d’expression personnelle.

22 Selon le Bulletin du FMI du 11/9/78, les fonds rapatriés par les migrants égyptiens passent de 87 millions de dollars en 1973 à 1200 millions en 1978. En 1979 on attendait un milliard et demi de dollars (Le Monde 28/6/79 p. 10) mais certaines estimations des rentrées poussent jusqu’à 2 milliards (Times 24/12/79). Pour comparaison, en 1979, le Canal de Suez rapporte à l’État 600 millions de dollars, et les rentrées du tourisme seraient de 700 millions. Ces fonds rapatriés sont à la disposition des individus - soit environ près de 2 millions de migrants. On peut estimer qu’en Égypte un travailleur fait vivre environ 5 personnes.

23 Cf. Maurice Martin, « Égypte, les modes informels du changement », Études, mars-avril 1980, p. 435-452.

24 En ce qui concerne la mutation de la condition féminine par l’émigration, il faut souligner un autre fait important. Les pays du Golfe recrutent beaucoup de professeurs femmes pour leurs écoles de filles où les professeurs mâles ne sont pas admis. Les institutrices égyptiennes ainsi recrutées, si elles sont mariées, fournissent à leur mari l’occasion de les suivre pour s’engager dans un travail libre, et c’est un renversement des rôles assez significatif.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires