Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Partie 3 - Une société en changement

Jeunesse d’Égypte

Note de l’éditeur

Source : Travaux et Jours, 41, Université Saint-Joseph, Beyrouth, octobre-décembre 1971, p. 5-27.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple les articles de Louis Awad dans al-Ahram (mars 1971) et les deux numéros, février (...)

1Ces pages voudraient tracer un tableau de la jeunesse d’Égypte au tournant de l’année 1970-1971, au moment où Nasser disparaît. Un mouvement de réflexion critique sur l’éducation nationale, auquel la presse a librement contribué1, s’est largement développé, plus attentif cependant au contenu de l’instruction qu’à la situation générale de la jeunesse. C’est cette situation que je tente de décrire, en usant des enquêtes menées durant ces dernières années par des sociologues ou des psychologues égyptiens. Si les champs différents et la valeur scientifique variable de ces recherches invitent à la prudence celui qui désire synthétiser leurs données, elles ont cependant l’avantage d’avoir été élaborées avec des moyens du bord, pour un service précis du pays, et par ceux qui y vivent. Au point de départ, il n’y a sans doute pas de meilleur point de vue pour regarder la jeunesse d’Égypte que celui de l’Égyptien lui-même. Voici les enquêtes que j’ai le plus utilisées. J’y renverrai dorénavant en utilisant leur numéro d’ordre.

Jeunesse rurale

21. Saad Jalal, L’influence de la bilharziose sur l’intelligence des enfants. National Review of Social Sciences (NRSS) 1964, 1, p. 67-112 et 136-144.

32. Mukhtar Hamza, Research report on problems of children and youth in UAR rural areas, NRSS 1969, 3, p. 138-172. On trouve également ce papier dans UNICEF (Eastern Mediterranean Region), Pre-Seminar working group meeting on problems of children and youth in rural areas, Cairo 22-4 April 1969. C’est un inventaire intéressant des problèmes de l’enfance rurale en RAU. Bien que cette étude reste au niveau d’une énumération, on y touche un certain nombre de problèmes essentiels concernant les transformations lentes de la campagne égyptienne. Il s’agit d’une étude préparatoire dans deux villages, l’un possédant des services sociaux et l’autre non, pour voir quels sont les besoins et problèmes des jeunes.

43. Mukhtar Hamza, Problèmes d’emploi des enfants et de la jeunesse dans la campagne égyptienne, UNICEF (Eastern Mediterranean Region), Pre-Seminar working group meeting on problems of children and youth in rural areas, Cairo 1969. Ce papier, complément économique de l’étude précédente, donne et commente un certain nombre de statistiques sur le travail des enfants à la campagne. Elles ont été obtenues à la suite d’une enquête portant sur un échantillonnage de 480 foyers, dans 8 Gouvernorats et 48 villages de plus de 4 000 ou de moins de 400 habitants, chaque village fournissant 10 familles de type différent, 8 paysannes et 2 non-paysannes. On comprendra l’importance des problèmes soulevés dans cette étude si on se rappelle qu’entre 1960 et 1985 la population rurale doit passer de 16 à 24 millions, le pourcentage des jeunes de moins de 20 ans se maintenant au-dessus de 50 %.

53 bis. On peut ajouter à ces deux dernières enquêtes les Conclusions préliminaires de l’enquête par sondage sur les besoins et les problèmes de l’enfance et de la jeunesse en RAU, sous la direction du Professeur Mukhtar Hamza, parues dans « L’enfance et la jeunesse dans la planification et le développement nationaux dans les pays arabes », Séminaire des 23-28 février 1970, Beyrouth, fonds des Nations Unies pour l’Enfance, p. 93 sv. Cette étude est particulièrement riche en données sur les carences sanitaires et nutritionnelles des jeunes à la campagne.

Élèves du secondaire général et technique

64. Saad Jalal, Problèmes des élèves des écoles secondaires en Égypte. Résultats d’une enquête-pilote, NRSS 1966, 1, p. 1-38 et 137-148. Enquête menée dans 6 écoles secondaires du Caire (3 Générales et 3 Techniques, environ 350 élèves, un peu plus du tiers appartenant au Technique) afin de mettre au point le questionnaire d’une enquête plus vaste (cf. no 5). L’importance de cet article est donc limitée et les résultats discutables. L’intérêt se trouve surtout dans la publication de quelques réponses libres (p. 32-35) et de statistiques tirées du questionnaire ouvert (p. 28-31) qui sont à comparer avec les résultats d’une enquête identique exécutée parmi les Instituts Supérieurs et les Universités (cf. no 6).

75. Saad Jalal, Caractéristique du groupe parmi lequel on a fait l’enquête sur les difficultés des élèves de l’Enseignement secondaire, NRSS 1967, 3, p. 25-42. Cet article indique le champ de l’enquête finale dont le no 4 n’était que la préparation. Portant sur 10 % des élèves du Secondaire, on peut tenir ces caractéristiques pour générales. Le fait le plus remarquable souligné par cette analyse statistique, c’est que, malgré la gratuité de l’enseignement, le niveau socio-économique de la famille reste déterminant pour le type d’éducation des enfants. On y souligne aussi la préférence des parents pour l’Enseignement général, celui qui conduit à l’Université, ce qui correspond tout à fait aux données de l’enquête no 9. Des résultats partiels des réponses des élèves ont été publiées par la revue al-Ezâah du 22 février 1969.

Universités et instituts supérieurs

86. Emad el-Din Sultan, Enquête sur les besoins des étudiants dans les Universités et les Instituts supérieurs, NRSS 1969, 1, p. 1-134. Analyse d’une enquête-pilote conduite parmi 231 étudiants et 178 étudiantes de quelques Instituts supérieurs, pour mettre au point le questionnaire que l’on appliquerait à un plus grand groupe d’étudiants (4 331 en tout, soit : 2 678 étudiants, 1 653 étudiantes). Les résultats de cette enquête finale sont présentés dans un fascicule polycopié du National Center of Social Research, portant le même titre et datant de 1969, qui présente surtout les résultats concernant les divers Instituts supérieurs. Un autre fascicule, sans titre ni date, donne des résultats pour les Universités.

97. Mahmoud Abdel Razeq Shafshak, Le rôle de l’Université dans la formation de l’élite égyptienne. Une comparaison entre l’Université du Caire et Al-Azhar, NRSS 1968, 3, p. 429-445 et 251-261. Enquête pleine de renseignements sur les différences entre les étudiants des deux Universités, leur distribution selon leur origine rurale ou urbaine, la profession, l’éducation et le niveau de vie de leurs parents ; on y trouve surtout une analyse de l’attitude « libérale-séculière » ou « conservatrice-religieuse » devant certaines valeurs socio-religieuses chez les différentes catégories d’étudiants. Son propos était d’atteindre 20 % des étudiants proches de leur diplôme soit respectivement, pour l’Université du Caire et l’Azhar, 475 et 175 étudiants mâles ; en fait, le pourcentage atteint tourne autour de 13 % : petit nombre qui relativise l’exactitude de la distribution en différentes catégories, et diminue la représentativité des étudiants questionnés.

108. Mahmud al-Ziadi, L’influence des structures universitaires sur l’adaptation des étudiants à la vie académique, NRSS 1967, 1, p. 53-64. Étude psychologique qui a pour but de comparer un groupe d’étudiants de l’Université jordanienne avec un autre de l’Université d’Aïn Shams, tous deux appartenant à la Faculté des lettres, en ce qui concerne leur adaptation psychologique à la vie scolaire. Le test appliqué comprend 139 questions réparties en nombre à peu près égal sur les points suivants : relations avec les camarades, les professeurs, activité sociale, attitude vis-à-vis des études, organisation du temps, méthode de travail. Y ont été soumis 283 étudiants égyptiens (163 garçons, 120 filles) et 141 Jordaniens (91 étudiants, 50 étudiantes), pris au hasard, ce qui rend aléatoire l’utilisation sociologique.

Jeunesse et parents

119. M. Emad el-Din Ismaïl, Relationship between the parents socio-economic level and their aspirations regarding children’s future, NRSS 1964, 1, p. 136-160 et 3-8. Le problème que cette enquête examine est très important, mais ses résultats assez décevants parce qu’on ne considère que l’intensité de la relation entre l’aspiration des parents quant à l’avenir de leurs enfants et le niveau socio-économique de la famille ; on ne dit mot sur la complexité même des désirs des parents, qui ne sont pas déterminés seulement par leur niveau socio-économique.

1210. M. Emad el-Din Ismaïl, Le changement dans l’attitude des parents vis-à-vis de l’avenir de leurs enfants comme critère de l’évolution sociale, NRSS 1965, 1, p. 1-41. L’auteur s’est livré à la même enquête deux fois, en 1958 et 1964, dans les mêmes milieux mais non auprès des mêmes personnes. En 1964, il a interviewé 256 parents (87 dans la classe populaire, 169 dans la classe moyenne). L’article précédent exposait l’établissement et le dépouillement de l’enquête, celui-ci compare ses résultats à ceux de 1958. Les résultats bruts sont plus intéressants que leur interprétation par l’auteur : les lois socialistes ayant été proclamées en 1961 et la Charte datant de 1962, on peut douter de leur influence sur l’évolution des parents en 1964.

1311. Dr. M. Othman Najati, Les tendances et les difficultés de la jeunesse, t. II : La civilisation moderne et la tolérance des parents (en arabe), 1963. Bien qu’il s’agisse, à l’origine, d’une étude comparative entre les jeunesses du Liban, d’Égypte, d’Irak, de Syrie et des USA, l’auteur s’arrête surtout aux difficultés de la jeunesse égyptienne.

1412. Emad el-Din Sultan, Le conflit de valeurs entre parents et enfants. Centre de Recherches Sociales et Criminologiques (Le Caire), date, 1970. Enquête-pilote réalisée au Caire en milieu urbain. Le questionnaire a été appliqué à 200 étudiants de l’Université (100 garçons, 100 filles), à 200 élèves d’une école secondaire répartis de même, et à 100 parents (50 pères, 50 mères). Travail hâtif, questionnaire peu élaboré, mais dont les résultats ont surpris les enquêteurs en manifestant un fossé moins grand qu’ils ne s’y attendaient entre parents et enfants vis-à-vis des valeurs traditionnelles.

Les valeurs de la jeunesse

1513. Moh. Ibrahim Qâsim, Évolution des valeurs chez les étudiants. Étude pédagogique suivie – sur 5 années – des valeurs des étudiants. Librairie Anglo-Égyptienne, 1962 (en arabe). L’ouvrage repose sur la comparaison de 20 biographies (10 étudiants, 10 étudiantes) choisies de façon à former des groupes socialement homogènes. On y a repéré les expressions de valeurs, catégorisées en 11 séries ; la mesure d’une valeur est donnée par le pourcentage de ses expressions dans les biographies par rapport aux expressions de toutes les valeurs de la série. On peut donc, pour chaque valeur et chaque série de valeurs, établir des pourcentages moyens en 1957 et 1962, les comparer, suivre leur évolution. On peut penser que 5 années sont un temps trop bref pour mesurer, ou simplement tester un changement dans les jugements de valeur et que, étant donné la méthode employée, de petites variations ne sont pas significatives. Par contre, on peut utiliser cette étude comme tableau des valeurs de la jeunesse : religion et tradition, amour de la famille et sexualité, amour de la patrie, etc.

1614. Enfin, la revue al-Tali‘a, de septembre 1969 à mars 1970, a publié les réponses de 31 jeunes écrivains égyptiens (de 18 à 35 ans) à un certain nombre de questions touchant leur identité, leur vocation littéraire, leurs rapports au milieu de travail, les influences subies, leur attitude devant les problèmes mondiaux. On y trouvera une expression plus consciente, et assez politisée, de la condition des jeunes.

17Dans ce dossier, on retiendra surtout les composantes socio-culturelles de l’existence des jeunes. La situation démographique qui, outre le problème de la nourriture et de la survivance biologique, pose surtout celui de la possibilité même du développement économique et culturel, étant donné que chaque année la majeure partie des efforts entrepris dans ce domaine sont annulés par l’accroissement de la population.

  • 2 Ainsi Hassan Riad, L’Égypte Nassérienne, Éditions de Minuit, Paris, 1964.

18L’Égypte est un des pays en voie de développement confronté à une redoutable explosion démographique qui, outre le problème de la nourriture et de la survivance biologique, pose surtout celui de la possibilité même du développement économique et culturel, étant donné que chaque année la majeure partie des efforts entrepris dans ce domaine sont annulés par l’accroissement de la population. On n’oubliera pas non plus que le revenu annuel per capita est encore faible (50 livres égyptiennes) et surtout très inégalement réparti, et que le marché du travail est étroit. Certains économistes estiment que le sous-emploi affecte ici la moitié de la force de travail2.

19En Égypte, sur près de 34 millions d’habitants, 55 % de la population a moins de 20 ans. En 1985, le pays comptera au minimum 44 millions d’habitants, sans que cette proportion de jeunes soit changée : il y en aura donc au moins 23 millions. La population de l’Égypte reste et restera longtemps rurale : aux environs des 56 % actuels. On sait également que les milieux populaires urbains qui ne s’adonnent pas à un travail « moderne » sont en fait très peu affectés par le passage de la campagne à la ville. Cela signifie que, pour cette masse, l’environnement culturel encore dominant est celui de la tradition. Nous verrons le faible impact de la scolarisation sur ce milieu traditionnel. Certes, les changements culturels ne dépendent pas de la seule école, les mass média y jouent aussi un rôle important. Voici donc quelques données qui permettront de l’évaluer. Sur 900 000 postes de télévision en Égypte, 600 000 sont au Caire, 200 000 à Alexandrie, 100 000 dans le reste du pays. Les salles de cinéma sont encore plus concentrées dans les grandes villes. À la radio, en milieu rural, les émissions les plus écoutées sont, par ordre, le Coran, les nouvelles, la musique ; les émissions spéciales pour la campagne sont très peu suivies. L’influence de la presse, dont la lecture demande un effort, ne peut échapper aux mêmes limitations.

20Du point de vue qui nous intéresse ici, de l’évolution socio-culturelle vers le monde moderne – un monde rationalisé où le changement organisé est installé et permet donc à l’individu des choix – quelles que soient les valeurs que comprend la tradition, on doit rappeler sa nature essentielle. Elle forme un tout fermé, et par conséquent isolant, conformant à un modèle fixé de comportement. L’individu y vit, en quelque sorte, comme le membre d’une colonie animale hors de laquelle il n’y a normalement guère de survie possible, dans laquelle le passage d’un groupe à un autre est très difficile.

21La majorité des enquêtes retenues n’a guère de but théorique. On peut même souvent leur reprocher de collationner des données sans le fil directeur d’une hypothèse à vérifier. Pratiquement, elles sont centrées sur le thème assez vague des « besoins de la jeunesse ». Comme mon but est d’abord descriptif, c’est ce cadre que j’adopterai, en distinguant, pour la clarté des besoins « sociaux », ceux que je dois envisager quand je regarde la jeunesse comme groupe ; et des besoins personnels, ceux que je rencontre quand je traite avec un jeune.

Situation sociale de la jeunesse. Ses besoins pour le développement

  • 3 Ref p. 13.
  • 4 Enquête 1 : 40 % de bilharziose dans une école élémentaire de village. Enquête 3 : 70 % des garçons (...)
  • 5 D’un côté, le taux de participation des jeunes au travail rural est exceptionnellement élevé : 14 % (...)

22Il convient d’abord de rappeler l’environnement sanitaire de la jeunesse, et le marché du travail qui s’ouvre devant elle, à la campagne en premier lieu. On trouvera sur ce point des données utilisables dans les enquêtes 1, 2 et 33. Bilharziose, absence de soins spéciaux ou de nourriture adaptée à la grossesse de la mère, déficiences nutritives pour le bébé après le sevrage etc. ne sont que des traits partiels d’une situation très générale4. Le chômage atteint spécialement les jeunes, qui pourtant fournissent 15 % du travail des champs et 20 % du soin des bêtes ; les variations saisonnières dans l’emploi de leur force de travail comme les variations régionales font apparaître un sous-emploi considérable5. La jeunesse n’est pas « employée ».

Scolarisation et analphabétisme

  • 6 Voir UNICEF, Pre-seminar working group meeting on out-of-school and uneducated children and youth i (...)

23Tout d’abord, la scolarisation est incomplète : elle n’atteindrait réellement que 70 % des jeunes au primaire6. C’est que l’école, même gratuite, coûte, alors que le travail des enfants, si peu que ce soit, rapporte. Des enfants restent donc analphabètes. Puis, spécialement à la campagne et en milieu populaire, le système d’éducation est inadapté. En effet, le primaire conduit au préparatoire qui, comme son nom l’indique, conduit au secondaire lequel ouvre sur l’universitaire, alors que la grande masse s’arrête au primaire. Les livres ne sont pas attrayants, les classes sont surchargées et les maîtres ont un faible niveau pédagogique. D’où il suit que l’enseignement primaire n’apporte aucune connaissance utile au travail de la campagne ou de l’artisanat. Même si le primaire est suivi jusqu’au bout, les connaissances acquises mais inemployées disparaissent et, malgré la scolarisation, il y a un retour pratique à l’analphabétisme.

24De cette situation de fait proviennent les besoins vraiment premiers et essentiels de la jeunesse d’Égypte :

  • en premier lieu la « ruralisation » de l’enseignement à la campagne : qu’il s’adapte au service de jeunes dont la majorité restera rurale, et à la promotion de l’économie rurale  ;

  • en second lieu, d’une façon générale l’orientation de l’éducation élémentaire vers l’acquisition de connaissances de base pratiques, et non pas théoriques en vue de la seule poursuite des études  ;

  • enfin, et surtout, un service d’alphabétisation vraiment différent de la scolarisation. Il faut alphabétiser le milieu réel de l’enfant et non sortir l’enfant de son milieu naturel pour le mettre dans une situation scolaire artificielle dont il sortira très vite. Il faut alphabétiser l’enfant à partir de son milieu de vie en lui faisant découvrir son environnement, et non pas l’introduire dans un milieu culturel étranger.

  • 7 Voir dans al-Ahram du 5 juillet 1970 un article courageux de Salwa Habib sur « la déperdition des r (...)

25Découvrir un système efficace d’alphabétisation, c’est ouvrir la première porte nécessaire sur le développement. Les autres ne sont que de fausses portes7.

Scolarisation, sous-emploi, loisirs

  • 8 Selon l’enquête 2, 70 % des garçons et 60 % des filles passent leur temps de loisir dans la rue ; 1 (...)
  • 9 La moitié de l’année et plus. Une école du Caire comptait moins de 125 jours de classe effectifs - (...)

26Des loisirs organisés, et d’abord des lieux de loisirs, c’est, dans les enquêtes, le premier besoin dont prend conscience la jeunesse8. Cela se comprendra facilement. Scolarisation incomplète à l’élémentaire, interruption de toute étude après l’élémentaire pour au moins 57 % des garçons et 70 % des filles scolarisés, longueur des temps de congés9, brièveté des journées scolaires laissent la jeunesse inemployée. Sa pauvreté – et d’abord sa pauvreté culturelle – le défaut d’équipements sportifs ou récréatifs l’abandonnent à la rue. Les « loisirs » seraient cependant le temps idéal pour l’épanouissement de la personnalité de l’enfant, opprimée par le système scolaire et le milieu traditionnel, en particulier pour la réalisation de la condition première de cet épanouissement : une alphabétisation effective.

Sélection socio-économique dans l’enseignement post-primaire

  • 10 Enquête 4. Bien qu’on accède à l’un ou à l’autre selon les pourcentages obtenus aux examens, le sec (...)
  • 11 Enquête 7. À l’Université du Caire, 5,6 % de fils de travailleurs manuels et 5,8 % de fils de paysa (...)
  • 12 Plus de 90 % des femmes sont analphabètes. On a déjà noté la plus grande proportion de filles qui a (...)
  • 13 Pour y parvenir, elles ont dû faire preuve de plus de personnalité d’un côté, mais également leur m (...)

27Le niveau socio-économique de la famille reste déterminant pour l’accès de l’enfant au préparatoire et encore plus au secondaire. Étant donné que la simple réussite à l’examen final de chaque cycle ne suffit pas pour monter au suivant, mais qu’un choix s’opère selon le pourcentage obtenu, apparaît, dès la fin de l’élémentaire et encore plus au préparatoire, la hantise de l’examen qui produit la course aux répétitions. Il s’établit ainsi un système d’éducation payante parallèle, qui va de plus en plus favoriser les enfants de privilégiés. Les résultats en apparaissent dans la nette différenciation d’origine sociale entre le secondaire général et le secondaire technique10, mais bien plus encore dans la faible proportion de fils de paysans ou de travailleurs manuels à l’Université11. Évidemment, cette sélection socio-économique défavorise les filles pour qui, en milieu populaire ou traditionnel, on fera moins de sacrifice12. De là provient le niveau humain, social ou culturel plus élevé des jeunes filles parvenues au niveau universitaire13.

  • 14 Enquête 3. Ceux qui ont obtenu leur certificat primaire ont de bien meilleures chances d’accéder co (...)

28Pour mesurer l’effet de cette sélection socio-économique sur l’avenir des enfants, il faut savoir que le décollement du milieu d’origine (paysannerie ou artisanat) ne s’obtient qu’avec le succès au préparatoire14, et que le niveau culturel qui donnera accès aux professions modernes n’est atteint que par le secondaire général et l’universitaire, réservés pratiquement aux classes privilégiées.

29« À ceux qui n’ont pas, il leur sera enlevé même ce qu’ils ont ; à ceux qui ont… » Le besoin d’une égalité sociale plus réelle des chances de la jeunesse devant l’avenir avorte évidemment au goulot d’étranglement de l’alphabétisation, puis, de nouveau, à celui de l’enseignement payant parallèle.

Poids du traditionnel

30Sans grande précision conceptuelle, on appellera ainsi le mode de vie, de comportement, de culture, qui n’est pas encore réellement touché par cette modernité à base rationnelle et critique dont le principal caractère est le changement évolutif et adaptatif, dont le principal effet est de séculariser et de relativiser les modèles culturels (religieux et moraux). Par opposition, le traditionnel, dont les champs privilégiés sont la religion et la famille, se caractérise par son immobilisme (les modèles qu’il propose sont perçus comme immuables et absolus) et par sa transmission dans une osmose sociale.

    • 15 Enquête 7 : « II existe un milieu bourgeois considérable qui n’est pas encore modernisé ». Ainsi, m (...)
    • 16 Enquête 11.

    Il faut d’abord mesurer la très grande extension des milieux traditionnels en Égypte. Ils débordent largement les classes populaires (paysans, artisans...) pour englober à peu près en entier la classe moyenne – petite et modeste (fonctionnaires, commerçants, employés) – et atteindre même une partie de la haute classe (ex-gros propriétaires terriens par exemple). S’en détachent surtout les membres de la classe moyenne supérieure ou de la haute classe que l’Université a conduit à une profession moderne (médecins, ingénieurs, administrateurs, enseignements, universitaires) et, dans une moindre part, les techniciens ou ouvriers qualifiés de l’industrie15. Ceci explique qu’on puisse, parmi les proches pays arabes, classer l’Égypte à l’avant-dernier rang pour l’occidentalisation, après le Liban, la Syrie et la Jordanie, juste avant l’Irak16.

    • 17 Enquête 4 : les difficultés religieuses ont de très bas pourcentages. Enquête 6 : « Je doute beauco (...)
    • 18 Le but de l’enquête 7 est de montrer que, en face d’une élite sécularisée sortant de l’Université m (...)

    Structures religieuses. Aussi bien chez le chrétien que chez le musulman, elles dépendent certainement de la mentalité traditionnelle et vivent à un âge préscientifique, précritique. De là les difficultés à trouver un terrain culturel commun pour le dialogue religieux. Si l’on respecte la conservation de la foi et de la pratique17, on doit aussi prendre conscience qu’elle est due en grande partie au conservatisme de la tradition. Cela vaut du dogme comme du culte (du rite) et de la morale, en particulier, la loi morale qui n’est guère distinguée de la loi religieuse et peut souvent se confondre avec des règles cultuelles. Si l’un des pôles de l’« idéologie vécue » en Égypte reste bien l’Azhar traditionnel, l’autre étant constitué par tout ce que nous représente l’Université, force nous est bien de constater que le pôle traditionnel correspondant à l’Azhar pour le chrétien d’Égypte demeure le monachisme copte18. Tout ce qui sépare, ici, les confessions religieuses différentes est sociologiquement dépendant du traditionnel – clos, exclusif – et s’exprime à son niveau.

  • Structures familiales. Au même titre, la famille a gardé ses structures traditionnelles marquées par son volume (la grande famille), l’autorité du « patriarche », le privilège du garçon et du frère, la situation de la femme et de la fille (assimilées à l’honneur de la famille et donc chargées de tout ce qu’exclut cet honneur), les limites très strictes des rapports entre jeunes gens et jeunes filles. La famille vit également de ses rites traditionnels, particulièrement nombreux autour du mariage et de la mort. Cette tradition familiale se confond en grande partie avec la tradition religieuse.

  • Du conflit qui se livre chez les jeunes entre l’Ancien et le Nouveau, les lieux privilégiés actuels sont donc les rapports parents-enfants et le domaine sexuel. Les remarques qui précèdent déterminent un certain nombre de besoins qui, tous, doivent être soumis à un discernement difficile : celui de la profondeur du besoin et celui de sa validité.

  • 19 Enquêtes 2 et 11. Ainsi, 80 % des enfants des écoles ressentent leurs parents comme conservateurs, (...)
  • 20 Enquête 12. Dans la fréquentation jeunes gens-jeunes filles, tant les élèves du secondaire que les (...)
  • 21 Dans l’enquête 14, par ordre d’importance, les problèmes sexuels viennent immédiatement après ceux (...)

31Profondeur du besoin. Sans doute, la majorité des enfants scolarisés ressentent leurs parents comme « conservateurs » et leur opposent un certain nombre de revendications : plus de liberté, d’allure et surtout de fréquentations19. Mais d’autres faits semblent indiquer une moins grande distance entre parents et enfants qu’on ne s’y attendrait, surtout au niveau universitaire20. Et on s’aperçoit que le désaveu des parents sur la conduite des enfants porte souvent sur des aspects bien extérieurs : habillement, « manières », ou même manque à la prière. Ceci indique que le jeune reste imprégné de la mentalité traditionnelle et que ce ne sont encore souvent que des aspects assez superficiels de la vie moderne qui le sollicitent. C’est normal, d’ailleurs, si l’on pense aux voies d’accès de la modernité en ville comme au village. Mais le jeune pressent, derrière ces apparences, une libération beaucoup plus réelle. C’est dans le domaine sexuel que se marque le plus profondément ce besoin de libération. On note des réactions massives dès qu’il est touché (besoin d’éducation sexuelle, heurt sur les mœurs modernes, désir et inhibition des rapports jeunes gens-jeunes filles). C’est vraiment là que le conflit est le plus fort entre deux « moi » qui, chacun, cherchent leur voie21.

32Validité de ces besoins. Contigus au religieux et au moral dans ce qu’il y a de plus sérieux, la liberté de la personne, on ne peut qu’être attentif et compréhensif devant ces besoins. On sait que, dans ces domaines, l’évolution est toujours révolutionnaire et qu’un nouvel équilibre n’est normalement atteint qu’au prix de pas mal de destructions.

Le culturel

33On l’entend ici d’une éducation (connaissances et méthodes) qui permette une mise à jour de la pensée et une modernisation continue des activités : le culturel est à la base du développement. Que ce soit un besoin profond de la jeunesse, c’est trop évident : il commande son avenir. Deux constatations vont le situer.

    • 22 Enquête 13 : l’amour de la patrie ne compte guère en face de l’amour de la famille. Lorsque des que (...)
    • 23 Voir al-Tali‘a, septembre 1970, p. 21-22, le texte de Abdel Hakim Qasim. Pour beaucoup de jeunes au (...)

    On doit admettre l’échec du raccourci politique pour l’acculturation des masses. La politisation purement idéologique, sans changement culturel et social, ne les fait pas entrer dans un monde réellement nouveau22. Le monde des mots et des slogans a même une double influence néfaste : il fait perdre confiance dans la capacité de l’idéologie à provoquer un changement réel, et il empêche la naissance d’une culture populaire, exprimant et motivant la masse parce qu’elle en sort au lieu de lui être imposée par en haut23.

    • 24 Enquête 10 : plus de la moitié des parents dans les classes populaires, et la presque totalité dans (...)

    Pour le moment, pas de salut hors de l’Université24. Ce salut est à la fois culturel, professionnel et économique. Si faible soit le niveau économique que l’Université permet d’atteindre, c’est le seul qui sécurise en ouvrant accès à peu près certain à un fonctionnariat durable et point trop modeste. Il faut donner à ce terme de « salut » un sens très fort, car on ne mesurera jamais assez l’angoisse, habitant celui qui en a eu l’expérience, de retomber dans la misère ou la médiocrité déshumanisantes communes, et l’instinct d’y échapper chez celui qui n’a jamais appartenu à ce monde étranger. La meilleure façon de s’en protéger est d’oublier, de ne pas savoir, de ne pas réaliser... L’accès à l’Université ne peut, dans ces conditions, que dé-socialiser, dé-solidariser de la masse.

  • Il s’ensuit que le service du culturel moderne est affecté d’une ambiguïté fondamentale dont il faut bien prendre conscience. D’un côté, il « élève » l’individu humainement et contribue à la formation d’une « élite » nationale absolument nécessaire au service des fonctions les plus indispensables du pays : c’est l’aspect qui nous est le plus familier. D’un autre côté, si l’Université – et le bilinguisme qui donne accès hors du traditionnel national – est surtout l’apanage de la classe dominante privilégiée, on doit considérer que le culturel moderne consolide et confirme dans sa situation la classe socialement, politiquement et économiquement dominante, « exploitante ». On peut même dire que cette classe se réserve pratiquement le monopole du culturel moderne par le jeu des institutions, réglementations ou « facilités » étatiques.

  • C’est dire que le culturel n’est jamais neutre, ou innocent, socialement et politiquement, surtout en pays sous-développé où existe un tel fossé séparant le secteur moderne étroit et privilégié du secteur traditionnel immense, misérable et exploité. On doit même aller plus loin et admettre que la barrière culturelle ainsi maintenue est facteur de sous-développement. À court terme, sans doute une classe devient plus efficace, mais, à long terme, ce qui compte le plus pour le développement d’un pays, c’est son niveau général, l’intégration de tous à un type de production évolutif. Le développement est à base de capacités humaines étendues à toute la nation.

  • En tout cas, on saisit pourquoi, actuellement, le service culturel des jeunes échoue globalement à les faire déboucher sur le service social de la masse. Il n’y a pas là des causes plus ou moins accidentelles (préoccupation des examens, surcharge du travail...) mais une cause en quelque sorte structurelle : la culture rend privilégié, ou garde privilégié. C’est un capital non socialisable. Cet échec permet de saisir combien le service culturel de la jeunesse socialement ascendante peut aller, demain, contre le bien réel de l’ensemble de la jeunesse.

Besoins personnels de la jeunesse

34À travers leurs problèmes psychologiques propres de croissance, les jeunes ressentent spécialement le conflit qui met aux prises, aujourd’hui, un « hier » qui veut survivre et un « demain » qui veut apparaître. Mais surtout, un pays sous-développé, qui force sa marche vers le changement, choisit sa jeunesse pour porter son espoir, la charge donc du poids des moyens destinés à l’atteindre. Par le système éducatif, c’est elle que toucheront d’abord les exigences économiques, sociales, politiques du développement, leurs contradictions internes, leur opposition ou leur connivence avec les forces du passé. Conflit en elle-même, la jeunesse est donc encore le nœud des conflits de la croissance nationale. Il faut en connaître les composantes pour répondre correctement aux besoins des jeunes, des adolescents surtout.

Développement, modèle et authenticité

35En gros, le développement se fait par emprunts extérieurs aux sociétés développées considérées comme modèle, dont on tâche d’importer les techniques et les modes de pensée. Certes, on tentera de les assimiler comme aussi de faire naître du fonds national des moyens autochtones semblables de croissance, mais cette réussite est rare. On passe ainsi par une période de déséquilibre, où l’emprunt, non adapté, se révèle à la fois excessif et insuffisant : excessif parce qu’il répond ailleurs à des types de besoin ou de situation qui ne sont pas encore d’ici ; insuffisant parce qu’il ne répond pas ici à des besoins ou à une situation actuelle, ailleurs dépassée.

36Pour le jeune ainsi forcé d’assimiler des emprunts, on doit parler d’un risque d’aliénation au sens originel et fort. Apprendre ce qui ne lui sera pas utile, ne pas apprendre ce qui serait utile. Faire ce qu’il ne fera plus. Croire en une idéologie qui trace peut-être le visage de demain mais ne correspond guère à celui d’aujourd’hui. Se voir dans une image aussi semblable que possible à l’enfant d’ailleurs : l’avenir culturel lui est ouvert, l’Université l’attend et le travail moderne, les usines poussent, le désert se fertilise... Nous n’en sommes pas là encore, hélas ! Les modèles nationaux risquent de n’être pas plus réels, utilisables, que les modèles étrangers. L’enfant doit assimiler, s’assimiler, plus qu’évoluer. Ainsi est-il rendu étranger à son être propre, actuel et futur.

37Dès lors apparaît un premier besoin, fondamental, celui d’authenticité. L’authenticité demande la positivité de l’appréhension du réel : voir les choses telles qu’elles sont et non telles qu’on les dit. Elle demande la franchise de l’expression : manifester ses sentiments réels et non ceux du modèle. Elle suppose qu’on puisse critiquer les formulations proposées. L’authenticité va contre toutes les forces de répétition : elle devrait protéger chez le jeune les capacités de création, de regard neuf, d’expression libre. Mais il n’est pas facile d’insérer ce besoin d’authenticité dans la nécessité du modèle.

Le traditionnel et le révolutionnaire. Autorité et participation

38Deux types opposés de motivations caractérisent les milieux intéressés à l’avenir du jeune.

  • 25 Il faut ici insister à nouveau sur la situation faite aux filles, puisque c’est un test d’accultura (...)

39La famille, on a vu à quel point elle était encore traditionnelle, impose ses structures par l’intermédiaire des personnes et des mœurs25. Ce qui la caractérise, c’est l’emploi de l’autorité comme mode d’éducation. Par ailleurs, la famille est aussi animée du désir d’ascension sociale pour son enfant, ce qui lui fait admettre plus ou moins à contrecœur certains modes de vie nouveaux qui ouvrent une faille dans son autorité. Elle peut alors être tentée de compenser cette capitulation interne par de nouveaux modes de pression externe.

40Face à la famille, la volonté révolutionnaire de changement anime la direction politico-sociale de l’État, et elle a, certes, bien des réalisations à son actif dans le domaine de la jeunesse : instruction obligatoire, mixité d’une partie de l’enseignement, certaines activités de l’U.S.A., etc. Mais on doit dire cependant que ce qu’elle offre à la jeunesse est encore pauvre de possibilités et ne l’attire pas spécialement par une démonstration évidente. La jeunesse ne perçoit guère tout ce nouveau qu’à travers la pression de l’institution scolaire ou l’encadrement politique. Autrement dit, selon la tradition étatique et centralisatrice habituelle à l’Égypte, le nouveau révolutionnaire se présente encore avec le visage de l’autorité qui pousse et force. Ainsi la jeunesse risque fort de ne guère distinguer le traditionnel du révolutionnaire, confondus dans l’utilisation du même moyen. Ici encore elle est en situation d’aliénation.

  • 26 Enquête 8. L’organisation actuelle de l’Union des Étudiants en Égypte ne développe pas la vie socia (...)

41C’est ainsi qu’apparaît moins un autre besoin qu’une forme nouvelle de ce qu’on a appelé plus haut authenticité : le besoin de participation. II faut aménager aux jeunes un champ d’épanouissement de leur personnalité dans l’action spontanée, c’est-à-dire leur permettre de collaborer, de participer à la construction de leur avenir à toutes les étapes de leur formation : à l’intérieur des structures scolaires, dans les activités para-scolaires, dans la vie universitaire26. Certes, des moyens ont été prévus par les réglementations pour cette participation des jeunes : conseils de classe, journal mural, union des étudiants... On ne peut dire cependant que les « autorités » urgent leur réalisation, car les « autorités » sont elles-mêmes imprégnées de la tradition familiale de même que leur fonction les soumet à la tradition étatique. Redoute-t-on aussi un lieu d’expression authentique des jeunes ? Quoi qu’il en soit, l’offre de la participation doit être faite au jeune par son éducateur.

Idéal bourgeois et engagement

42Quand le jeune pense à son avenir, ce qui frappe d’abord c’est qu’il est limité. La porte culturelle est étroite. Entrer à l’Université, premier idéal à atteindre, donne accès surtout à la fonction publique dont les « degrés » sont prévus et déterminés ; on les gravira lentement. On suit ainsi le « modèle occidental » mais on constate en même temps la pauvreté de sa réalisation nationale. Cette comparaison, plus ou moins consciente, pousse à « s’en tirer, soi du moins », le mieux possible. Et d’abord il s’agit de bien se placer, on sait à quel prix, durant des années d’examen. On satisfait ainsi la famille et son idéal traditionnel.

43On satisfait aussi, au fond, l’idéal « révolutionnaire » : ne met-il pas en avant le service moderne de la nation par des moyens économiques et techniques, plutôt que son renouvellement par des réajustements sociaux ? Dans une vie nationale opprimée par le sous-développement, l’idéal social qu’on propose est-il encore perçu comme justice et non pas plutôt comme bonheur quand on se plaît à peindre un paysan petit propriétaire, un ouvrier dont le salaire est sûr, un fonctionnaire dont le traitement augmente, le foyer mieux logé, le village avec eau courante et électricité, etc. ? Vis-à-vis de l’idéologie on dira et fera tout ce qu’il faut mais, par ailleurs, réussir se présente aussi comme un accomplissement de la révolution, un service de la modernisation du pays.

44Dans des conditions de vie qui restent assez dures et devant des perspectives d’avenir médiocres, sous la pression de la famille et des examens, avec les limitations imposées par les structures économiques et socio-politiques actuelles, on comprend que le jeune ne retire, de tout le « nouveau » qui lui est proposé, qu’un idéal de vie bourgeoise assez terne. Ceci s’il peut approcher ou atteindre les sphères privilégiées (l’idéal bourgeois n’est pas le fait de la seule classe « bourgeoise »). S’il n’y arrive pas, on peut penser que le vocabulaire socialiste, mis à sa disposition par l’école et les mass média pour penser et juger son existence, garde pour lui un peu de sa virulence et de sa signification révolutionnaire originelle, malgré l’échec de ce qu’on a appelé « le raccourci politique ».

  • 27 Sans doute, à la sortie de l’Université des étudiants sont réquisitionnés pour ce service social : (...)

45Étant donné cette situation, on peut soit songer à une reprise de mutation sociale accélérée, soit tout simplement viser au salut de la valeur morale de la jeunesse. Dans ces deux cas, authenticité et participation ne seront assurées que par un engagement social actuel des jeunes. On a vu plus haut comme il était difficile à obtenir. Il s’agit moins, en ce dernier domaine, de compter sur des générosités personnelles, toujours rares, que d’appuyer sur des structures éducatives stables une participation authentique à l’effort social27.

46On aura remarqué que ce tableau de la jeunesse d’Égypte laisse vide ce qui concerne son attitude vis-à-vis de la culture reçue. Les enquêtes n’ont pas abordé cette zone des réactions à une certaine image de l’homme, telle qu’elle peut être proposée explicitement dans l’enseignement secondaire par la littérature, l’histoire ou la géographie, telle qu’elle peut se réfléchir dans la classe de philosophie. Sans doute les sociologues dont j’ai relevé les enquêtes pensaient-ils qu’ils devaient se limiter aux comportements et aux réactions socio-psychologiques ? Ou bien estimaient-ils que l’image de l’homme arabe musulman est évidente, fixée et acceptée ? Ou qu’elle est déterminée maintenant par la formation politique ? Ce serait vraisemblablement une erreur. Il est en tout cas difficile d’apprécier la direction et l’intensité du changement socio-culturel des jeunes. Il y a un hiatus entre ce qu’ils sont, ce qu’on leur dit qu’ils sont, et ce qu’ils voudraient être – hiatus d’où sortent leurs « besoins » – sans tracer ce portrait « humaniste » de l’homme, la représentation que la jeunesse s’en donne, et la valeur pour elle de cette représentation.

47Qu’on ne profite pas de ces pages pour porter un jugement de valeur pessimiste sur la jeunesse d’Égypte, ou pour déprécier les efforts considérables que le pays a consenti pour elle depuis bientôt vingt ans. On doit plutôt se réjouir de ce que les responsables de l’éducation aient été amenés à une prise de conscience aussi exacte de son état réel et de ses besoins : c’est le gage que leurs efforts seront désormais plus efficaces. Il est normal que, dans un premier stade, on tente de transporter chez soi ce qui a réussi ailleurs, pensant ainsi brûler les étapes de la croissance. Puis on s’aperçoit qu’il faut inventer et, pour une situation originale aménager des contenus et des moyens nouveaux d’acculturation. L’Égypte en est arrivée là, elle a donc progressé. Mais il y a plus. La dureté de leur condition presse les jeunes et tire d’eux, dès le préparatoire et le secondaire, à bien plus forte raison au niveau universitaire, de très grandes capacités de travail. Le régime de concours auquel tout examen de passage les soumet finit par créer en eux – chez les meilleurs, en tous cas, certainement – une habitude comme naturelle de labeur. D’une jeunesse qui n’est ni paresseuse ni amuseuse on peut attendre beaucoup. Et que dire de la patiente formation que lui impose la mobilisation nécessaire de ces années de guerre ?

Notes

1 Voir par exemple les articles de Louis Awad dans al-Ahram (mars 1971) et les deux numéros, février et mars, de Fikr al-Mu‘asir.

2 Ainsi Hassan Riad, L’Égypte Nassérienne, Éditions de Minuit, Paris, 1964.

3 Ref p. 13.

4 Enquête 1 : 40 % de bilharziose dans une école élémentaire de village. Enquête 3 : 70 % des garçons qui fréquentent les écoles secondaires professionnelles d’agriculture sont atteints de bilharziose, de dysenterie chronique ou de maladies similaires ; la majorité des élèves (75 %) ne considèrent pas leur nourriture comme suffisante, etc.

5 D’un côté, le taux de participation des jeunes au travail rural est exceptionnellement élevé : 14 % pour les garçons de 6-9 ans, puis 28,4 % de 10 à 14 ans et 68,4 % de 15 à 19 ans. Mais les variations régionales du travail des jeunes dénoncent leur sous-emploi : 97 jours de travail annuel à Assiout contre 201 dans la Beheira (moyenne annuelle pour les hommes : 289 jours). Dans la Gharbiya, un feddan requiert du jeune 4,56 heures de travail hebdomadaire contre 44,92 dans la Menoufia.

6 Voir UNICEF, Pre-seminar working group meeting on out-of-school and uneducated children and youth in the Arab States, Tripoli, Libya, 5-8 July 1969 (dactyl.).

7 Voir dans al-Ahram du 5 juillet 1970 un article courageux de Salwa Habib sur « la déperdition des ressources humaines et matérielles dans l’enseignement ». Dans le primaire, sur 4,8 millions d’enfants, 3,6 seraient scolarisés. Ce pourcentage diminue de façon sensible au-delà. Dans le préparatoire, il n’y a plus que 798 000 enfants entre 12 et 15 ans, sur 2,3 millions, c’est-à-dire 35 %, et, dans le secondaire, 560 000 élèves entre 15 et 18 ans, c’est-à-dire 28 % de cette classe d’âge. Ce qui est encore plus alarmant que ces chiffres, c’est le faible niveau de réussite à la fin du cycle primaire, le fait que beaucoup d’enfants s’arrêtent avant la fin de ce cycle et retournent à l’analphabétisme. Enfin, l’enseignement ne correspond pas aux besoins socio-économiques du pays. Selon l’enquête 2, les deux tiers des parents pensent que l’école élémentaire n’a apporté à leurs enfants aucune connaissance utile pour leur travail. On voit dans l’enquête 3 que la plupart des élèves qui n’ont pas la chance de poursuivre leurs études dans le préparatoire ou le professionnel retournent aux champs pour accomplir un travail identique à celui qu’ils auraient fait sans éducation avec autant de compétence.

8 Selon l’enquête 2, 70 % des garçons et 60 % des filles passent leur temps de loisir dans la rue ; 15 % seulement des filles suivent la TV à l’Unité sociale. Dans l’enquête 4, voici les besoins les plus soulignés : « Je voudrais gagner ma vie durant les vacances d’été » (64 %); « Nous n’avons pas la TV » (58,9 %). Ce sont les plus hauts scores après « Notre école n’a pas de cours d’éducation sexuelle » (76,5 %) et « Je suis gêné par ceux qui se moquent de la religion » (68 %). Le problème des loisirs est certainement rendu plus lourd par l’impossibilité des relations sociales entre jeunes gens et jeunes filles.

9 La moitié de l’année et plus. Une école du Caire comptait moins de 125 jours de classe effectifs - journées d’examen comprises - pour l’année scolaire 1970-1971. Dans les écoles qui assurent la scolarisation pour deux groupes d’élèves, un le matin et un autre le soir, la journée de classe peut durer 5 heures.

10 Enquête 4. Bien qu’on accède à l’un ou à l’autre selon les pourcentages obtenus aux examens, le secondaire général exigeant une réussite plus élevée que le technique, cette différenciation sociale se manifeste clairement dans les obstacles à leurs études que soulignent les élèves. On retrouvera ces mêmes difficultés, dans l’enquête 6, soulignées par les étudiants des Instituts agricoles et industriels. Par exemple, beaucoup d’entre eux n’arrivent même pas à acheter le matériel nécessaire pour leurs études.

11 Enquête 7. À l’Université du Caire, 5,6 % de fils de travailleurs manuels et 5,8 % de fils de paysans (contre 45,5 % à l’Azhar). Si l’on considère le niveau culturel des parents, le résultat est le même. L’Université du Caire garde nettement un caractère de classe, les étudiants y consolident ou y achèvent l’ascension professionnelle ou culturelle de leurs parents. Au contraire, al-Azhar joue un rôle d’intégration sociale en se recrutant de façon dominante dans les classes les plus pauvres.

12 Plus de 90 % des femmes sont analphabètes. On a déjà noté la plus grande proportion de filles qui abandonnent l’école après l’élémentaire. Dès le secondaire, les filles ne représentent plus que le tiers de l’effectif scolaire total.

13 Pour y parvenir, elles ont dû faire preuve de plus de personnalité d’un côté, mais également leur milieu a dû accepter cette affirmation de soi. Voir enquête 8, où la supériorité des étudiantes jordaniennes et égyptiennes sur les étudiants est soulignée.

14 Enquête 3. Ceux qui ont obtenu leur certificat primaire ont de bien meilleures chances d’accéder comme demi-qualifiés aux activités non agricoles des aires rurales, commerçants et fonctionnaires surtout. Sur 1 112 agriculteurs atteints, un seul a son certificat, et sur 120 artisans, pas un seul. Par contre les deux tiers des commerçants savent lire et écrire, et 5 fonctionnaires sur 6 ont leur certificat.

15 Enquête 7 : « II existe un milieu bourgeois considérable qui n’est pas encore modernisé ». Ainsi, malgré son recrutement de classe, à l’Université du Caire, le groupe vraiment « libéral » d’opinion ne représente pas la moitié des étudiants. Ceux qui y acceptent la co-éducation garçons-filles restent une minorité. À al-Azhar, le groupe le plus libéral ne représente que 3 % des étudiants.

16 Enquête 11.

17 Enquête 4 : les difficultés religieuses ont de très bas pourcentages. Enquête 6 : « Je doute beaucoup des croyances religieuses », 11 %, et 4,5 % pour « Je doute de l’existence de Dieu ». Enquête 12 : « L’homme ne peut vivre sans religion » 91 % dans le secondaire et 86,5 % à l’université.

18 Le but de l’enquête 7 est de montrer que, en face d’une élite sécularisée sortant de l’Université moderne, al-Azhar reste compétitif et a une immense sphère d’influence, qui déborde même de son milieu de recrutement. Il existe donc en Égypte deux modes de vie dont l’antagonisme mine la communauté et menace de condamner la société à un permanent état de tension. Le travail du Dr Shafshak a été publié en 1968, mais sans doute effectué plus tôt. La réforme d’al-Azhar, d’esprit assez sécularisant, décrétée en 1961, ne devait être effective qu’en 1966, et ne pouvait donc encore avoir porté ses fruits ; ils ne seront guère visibles, pour ceux qui suivent toute la nouvelle formation, depuis les Instituts azharistes primaires jusqu’à la sortie d’une faculté théologique, qu’après 1975. Si cette enquête justifie pleinement les motifs pour lesquels la réforme a été entreprise, elle pourrait cependant mettre en doute l’efficacité des moyens mis à sa disposition. En effet, si la réforme n’aboutit qu’à juxtaposer, à l’Azhar linguistique et juridique ancien, de nouvelles facultés modernes techniques, sans modifier son milieu de recrutement ni ses modes d’enseignement, on peut penser que les résultats de cette enquête resteront encore longtemps valables. Il est à souligner que, de cette réforme, le travail du Dr Shafshak ne souffle mot. Il devait cependant la connaître. La juge-t-il inopérante au niveau des problèmes socio-religieux qu’il étudie ? Quant au monachisme copte, dont on connaît l’admirable regain de vitalité, je n’en parle pas ici comme mode de vie mais comme source à peu près unique de la spiritualité de la communauté chrétienne laïque. On peut alors douter que le « retour au désert » permette de trouver des solutions aux problèmes posés à cette communauté par l’affrontement de la vie moderne, politique, nationale, sociale ou scientifique.

19 Enquêtes 2 et 11. Ainsi, 80 % des enfants des écoles ressentent leurs parents comme conservateurs, mais c’est, par exemple, parce qu’ils critiquent leur façon de s’habiller.

20 Enquête 12. Dans la fréquentation jeunes gens-jeunes filles, tant les élèves du secondaire que les étudiants de l’Université manifestent une attitude très stricte. Le respect de l’autorité des parents n’est pas mis en question. Les valeurs religieuses s’imposent peut-être plus aux enfants qu’aux parents.

21 Dans l’enquête 14, par ordre d’importance, les problèmes sexuels viennent immédiatement après ceux qui concernent l’avenir universitaire. Enquête 6 : la moitié des étudiants des Instituts supérieurs se plaignent du manque de cours d’éducation sexuelle.

22 Enquête 13 : l’amour de la patrie ne compte guère en face de l’amour de la famille. Lorsque des questions politiques sont directement posées, on n’obtient, de l’avis même des enquêteurs, que des réponses conformistes et impersonnelles (enquête 12, par exemple). Ce ne sont que deux courtes constatations, entre autres, d’un fait par ailleurs trop manifeste.

23 Voir al-Tali‘a, septembre 1970, p. 21-22, le texte de Abdel Hakim Qasim. Pour beaucoup de jeunes auteurs, l’analphabétisme de la masse, pour qui ils voudraient écrire mais qui ne les lit pas, est un grand handicap. Seule la bourgeoisie ouvre un livre, on écrit donc pour elle : « La bourgeoisie produit la bourgeoisie » (Ezzedin Naguib). La défaite de 1967 a été ressentie par certains d’entre eux comme une défaite culturelle.

24 Enquête 10 : plus de la moitié des parents dans les classes populaires, et la presque totalité dans les classes moyennes veulent pour leurs enfants une éducation universitaire (respectivement 57,3 et 91,4 %). N’envisagent, pour le niveau d’études à atteindre par leurs enfants, leurs capacités personnelles qu’une infinie minorité de parents (3,6 et 8 %).

25 Il faut ici insister à nouveau sur la situation faite aux filles, puisque c’est un test d’acculturation moderne. Cette Université, « porte de salut », ne s’ouvrait, en 1968, que pour 31 366 filles sur un total de 141 160 étudiants. Encore faut-il souligner que deux facultés ne reçoivent que des jeunes filles : Kolleyet el-banat et Kolleyet el-banat el-islamiya (3 263 étudiantes). Joindre aux notations éparses dans ces pages les deux études suivantes : Attia Mah. Hanna et Mah. Abdel Kader, Problems of out-of-school and uneducated girls in the UAR (UNICEF, Pre-seminar working group meeting on out-of-school and uneducated children and youth in the Arab States, Tripoli, Libya, 5-8 Jul. 1969, dac.). Ce papier souligne avec raison qu’il est plus important pour une fille d’être éduquée que d’appartenir à un milieu urbain. Joindre Peter C. Dodd, «Youth and women’s emancipation in the UAR», Middle East Journal, 22, 1968, p. 159-172 : enquête faite dans des écoles de garçons du Caire ou de petites villes pour tester leur attitude en face de la femme.

26 Enquête 8. L’organisation actuelle de l’Union des Étudiants en Égypte ne développe pas la vie sociale. Sa constitution pyramidale la fait ressembler à une institution officielle gouvernementale, elle limite ses activités à l’organisation d’excursions ou de fêtes, sans créer une vie sociale réelle.

27 Sans doute, à la sortie de l’Université des étudiants sont réquisitionnés pour ce service social : ainsi les jeunes médecins sont envoyés dans des Unités sociales, des agronomes dans des Coopératives, etc. Mais, pour la majorité d’entre eux, au moment où, après de longues études, devraient s’ouvrir la vie professionnelle et la vie personnelle par la possibilité de fonder un foyer, cette réquisition n’est plus un service mais une parenthèse à rendre aussi courte que possible. C’est au cours des études que devrait être institué un mode d’ouverture sociale. Le Président Nasser a souvent rappelé aux étudiants, notamment au moment des troubles de 1968, qu’ils étaient des privilégiés, que leurs études étaient payées par les paysans et les ouvriers.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires