Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Partie 3 - Une société en changement

Égypte : les modes informels du changement

Note de l’éditeur

Source : Études, avril 1980, p. 435-452.

Dans cet article majeur, Maurice Martin analyse les changements insufflés non pas par l’État, autorité centrale, mais par ses citoyens, à partir d’observations nuancées selon les différentes appartenances sociales et géographiques (village, centre urbain provincial, métropole). Le propos aborde l’évolution des modes de vie et des modes de pensée, livrant une réflexion sur les discours d’authenticité et sur l’influence de la religion musulmane dans l’appréhension au changement. (N.D.R)

Texte intégral

1Les pages qui suivent sont un essai et, par beaucoup de côtés, la présentation d’une hypothèse dont il convient de donner en premier lieu les limites exactes.

2Au point de départ, il y la gêne éprouvée devant la critique des politiques de développement et de modernisation poursuivies dans la plus grande partie des pays du tiers-monde. C’est devenu un lieu commun de constater leur échec et d’en rechercher les causes. On ne conteste pas ici le bien-fondé de ces analyses, mais le niveau où elles se situent.

3Ainsi, en Égypte, on dénonce l’abandon successif des divers plans quinquennaux, la dépendance accrue de l’économie vis-à-vis de l’étranger et l’endettement du pays : ce serait revenir à une situation proche de celle de 1881, qui conduisit à la mise sous tutelle internationale. S’y ajoutent l’accroissement des disparités socio-économiques et la persistance d’un analphabétisme considéré comme très étendu. On souligne de même le reflux de la vague idéologique progressiste du nassérisme, l’influence devenue prédominante des pays « réactionnaires » du Golfe – ces relais de l’impérialisme dans la région si souvent dénoncés autrefois – et surtout le retour en force d’un islam intégriste et fondamentaliste dans tous les secteurs de la vie sociale et culturelle. En tous ces cas, on prend de la nation une vue perspective globale, en se plaçant au niveau supérieur des planificateurs qui ont voulu susciter d’en-haut un changement rapide des structures d’ensemble, économiques, idéologiques et politiques. La Révolution, que ce soit en 1952 ou en 1961, avait mis en place des processus de transformation et de modernisation accélérés qui auraient dû se répandre du sommet à la base. Mais le courant n’a pas passé. Au niveau des Comptes de la nation, en prenant comme référence la capitale moderne, dont la gestion incohérente et la désorganisation structurelle sont exemplaires, on constate l’échec de la politique d’ensemble poursuivie durant une ou deux décennies.

4Or, il n’est pas évident que cette perspective rende compte de toute la réalité. Appréhendant le pays comme un tout, elle le présuppose intégré, ce que favorise en Égypte l’existence d’un État fort et centralisé. En fait, de même qu’on se méfie de l’appareil statistique que l’État fournit pour apprécier les situations, il faut mettre en question l’emprise et l’étendue de son action, bien loin d’engrener sur la vie réelle de l’ensemble des citoyens, de l’entraîner ou, tout simplement, de la contrôler et de l’enregistrer. La gestion étatique « moderne » peut fort bien laisser échapper une très grande partie de ce qui est produit et a germé dans la nation. Les vues critiques exposées plus haut apprécieraient alors surtout les résultats escomptés d’un secteur modernisé.

5En réalité, à l’image d’une situation dégradée et régressive du pays, qui fait la somme des déceptions du technocrate et de l’idéologue, l’expérience oppose aussi la perception d’un quotidien amélioré de façon sensible en de larges zones ou secteurs et dans toutes les couches de la population. Des mutations importantes ont certainement eu lieu récemment, en grand nombre, à travers tout le champ de l’économique et du socio-culturel vécus à la base. Mais elles ne sont pas intégrées à un plan volontariste d’ensemble ni ne résultent d’une politique délibérée de l’État. En ce sens, on peut les nommer « informelles », ou marginales, par rapport aux intérêts habituels de l’économiste ou du planificateur, alors que, pour la population qui les vit, elles sont capitales. C’est par leur biais qu’on voudrait esquisser une autre image du développement de l’Égypte actuelle.

6Ce nouveau tableau est constitué d’un ensemble d’observations courantes et faciles à faire pour qui parcourt le pays.

  • 1 On n’ira pas jusqu’à dire que cette dernière n’a joué aucun rôle dans le mouvement spontané de la b (...)

7Elles ne sont cependant ni chiffrées ni quantifiées et paraîtront donc à certains ressortir au domaine des impressions invérifiables. Il est cependant une marque qui distingue un ensemble d’observations d’un pur jeu d’impressions ; c’est leur cohérence et leur intelligibilité. Or, en qualifiant d’informelles les mutations socio-économiques dont il va être question, on n’a pas voulu, loin de là, laisser entendre qu’elles sont erratiques et se produisent au hasard. Bien au contraire, elles semblent répondre au même type de défi et se produire à travers un champ étendu de comportements d’adaptation à une situation nouvelle. On peut donc les regarder comme un système d’indicateurs ou de signaux de la mise en branle d’un mouvement de changement provoqué par cette situation nouvelle : un clignotant s’allume ici, puis là et ailleurs, quand le mouvement se déclenche. Ajoutons qu’il s’agit bien d’un mouvement de modernisation, puisque la situation est nouvelle, mais une modernisation sans modèle externe, étranger, comme c’est le cas dans la planification étatique1. Ici, au contraire, dans ces mutations informelles, les forces de changement sont fournies par les ressources propres du fonds socio-culturel national et autochtone. De là vient leur cohérence et leur signification.

  • 2 Cette première rupture (le chômage du cultivé par engorgement des services) est une des plus signif (...)

8Sur la nature du défi qui a provoqué la mutation, la « mobilisation » de la vie sociale, on ne peut pour le moment que présenter une hypothèse. Les choses se passent « comme si »... Il y a certainement eu de la part de la classe dirigeante volonté de susciter dans le pays un changement rapide, mais l’État s’est montré peu capable de le gérer économiquement, socialement et politiquement. Son action a donc placé individus et groupes en position d’instabilité et les a poussés, puisqu’aucune solution à leurs problèmes ne venait d’en-haut, à rechercher au niveau de leurs besoins et des forces sociales élémentaires leurs propres solutions pour subsister. Beaucoup d’enchaînements traditionnels ont été rompus : l’acquisition d’un diplôme ne donne plus accès automatique au fonctionnariat2, l’accès au travail rémunéré ne permet plus de se marier immédiatement, le mariage n’autorise plus la procréation sans contrôle, etc. De proche en proche, dans la satisfaction des besoins élémentaires, toute une série de changements sont exigés et se produisent en fait, face à un défi global, dans le champ des comportements socio-économiques et socio-culturels. La mutation porte à la fois sur les modes de vie et les modes de pensée.

Modes de vie

Le village

9Le village est enfin « mobilisé ». La circulation, devenue intense, des villageois a entraîné son désenclavement accéléré. Il ne semble pas que les grandes mesures gouvernementales en faveur des régions agricoles aient spécialement contribué à cette mutation rapide, ni la réforme agraire, déjà lointaine, ni la construction du Haut-Barrage ou de quelques usines, trop peu nombreuses pour drainer une masse importante de paysans. L’extension du réseau routier carrossable a, certes, favorisé les communications, mais elle touche surtout les grands axes et ne s’étend guère au réseau local, où, cependant, la circulation automobile (taxi, camion, tracteur) est dense. De même, la généralisation de l’enseignement aux niveaux préparatoire et secondaire, puis maintenant universitaire dans les Facultés régionales, a certainement contribué à mobiliser la jeunesse paysanne en l’habituant très tôt à sortir de l’enceinte étroite du village pour se rendre dans des centres d’instruction relativement éloignés. Mais le désenclavement du village et la mobilité actuelle du villageois supposent bien autre chose.

  • 3 On peut noter au Caire la même rapide disparition des transports par charrettes, partout remplacées (...)

10D’abord, en peu d’années (deux ou trois ?), les modes de communication ont radicalement changé. L’âne et la voile millénaires cèdent presque d’un seul coup la place au taxi, à l’autobus, au camion3. Du même coup, le déplacement aller-retour s’opère rapidement, normalement dans la journée, non plus sur un seul axe mais dans toutes les directions. Par ailleurs, la nature des biens transportés change d’une part avec l’apparition de cultures plus riches et diversifiées (fruits, légumes, vigne) et, d’autre part, avec la première apparition dans le village d’un type urbain de consommation.

  • 4 À titre d’exemple, un manœuvre peut gagner à Ryad de 120 à 150 riais par jour, soit entre 35 et 40 (...)
  • 5 On ne mentionne pas ici le rôle des coopératives. Comme agences étatiques de type commercial fortem (...)

11Cela suppose, évidemment, une circulation plus intense d’argent plus facile, et donc une nouvelle source de revenus. On ne la trouvera pas dans la traditionnelle migration de la main-d’œuvre agricole (journaliers, paysans sans terre) vers la capitale ou les centres urbains régionaux, car ce genre de migrant ne peut guère dépasser le niveau de subsistance ni, donc, renvoyer au village une part suffisante de son salaire. Vraisemblablement, le principal de cet argent frais provient de l’émigré dans les pays arabes : il peut, lui, atteindre au niveau de l’épargne et expédier chez lui ou rapporter des sommes relativement importantes pour le village4. Comme il n’a pas de grands besoins de consommation (une radio, la télévision, un peu d’électro-ménager, et c’est tout), il réinvestit sur place, ce qui produit un début de décollage. D’un côté, l’habitat se transforme, on reconstruit en plus grand et en plus solide, on se meuble mieux. D’un autre côté, des cultures plus riches apparaissent, l’élevage s’étend, la pompe et le moteur se généralisent. Pour desservir l’habitat ou la motorisation, un artisanat modernisé s’installe alors, d’abord dans les centres urbains régionaux, puis, dans les plus gros villages. Apparaissent également des entrepreneurs (de moyens de communication et de transport des biens agricoles), tandis que l’association de capital commence à se pratiquer, parce qu’un modeste capital est né, au détriment du prêt classique de l’usurier ou du landlord5.

Le centre urbain provincial

  • 6 Mouvement qui semble suivre plus que provoquer la politique officielle de décentralisation et de ré (...)

12Traditionnellement, le centre urbain provincial sert de relais d’échange entre la capitale et une région, et il reflète normalement la relation à sens unique qu’établit la centralisation économique et politique. Actuellement, il tend à recouvrer son autonomie vis-à-vis de la capitale6, du moins en certains secteurs, et un échange mutuel s’établit entre lui et la campagne environnante.

13Il y a 20 ou 30 ans, la ville de province comprenait d’abord un centre administratif, principalement policier, puis la résidence secondaire des gros propriétaires terriens et leur bureau de gérance. On y trouvait le commerce de gros, orienté principalement vers l’agriculture, et un artisanat plus spécialisé que l’homme-à-tout-faire du village. Le centre urbain drainait donc la richesse agricole du pays vers la capitale et ne rendait en retour qu’un minimum de services sociaux, principalement hospitaliers.

14Or, maintenant, le centre urbain provincial a doublé ou triplé de volume, d’étendue, de population. Les causes de cette croissance sont diverses.

15Il y a d’abord un rapport organique et structuré constitué par l’extension de l’administration locale et des services généraux avec une masse décuplée de fonctionnaires. On doit ranger dans la même catégorie la multiplication des centres d’enseignement (général, technique, universitaire). Ce développement planifié, qui a construit le quartier moderne de la ville, crée déjà un type nouveau de circulation ville-campagne, qui n’est pas totalement à sens unique puisqu’un fonctionnaire logeant en ville peut avoir son travail au village.

16Il y a ensuite un apport inorganique considérable des chômeurs de la campagne venus chercher à la ville un travail occasionnel de manœuvre ou de « service inutile » (colporteur, serveur dans un restaurant ou marchand de café ambulant, vendeur à la charrette...), sans renoncer tout à fait au travail agricole saisonnier lors de la récolte. Cette masse énorme de gens crée en bordure des quartiers anciens, les plus pauvres de la ville, des faubourgs encore plus démunis.

17Il y a enfin, le long des axes principaux d’accès à la ville, une grande extension de services techniques modernisés : garages, pompistes, ateliers de réparation, de soudure, petits ateliers mécaniques de confection, de tourneur, fondeur, etc. Ce dernier ensemble, l’artisanat mécanisé remplaçant l’artisanat traditionnel, est le type même de la modernisation « informelle », non dirigée mais spontanée, répondant à un besoin nouveau, né de la transformation de la campagne et de son rapport à la ville. Et voici la marque de sa valeur : à proximité de la ville, il dévore chaque année, pour s’établir, davantage de terre agricole – de cette terre sacrée du fellah –, car on a perçu que le revenu de l’atelier était bien supérieur à celui du champ qu’il remplace. Indicateur réel d’un changement de culture, dans tous les sens du mot.

18Ces changements structurels du centre urbain régional font apparaître de nouveaux rapports entre la ville et son environnement. De centre de domination et d’exploitation, la ville tend à devenir lieu d’échange de services mutuels. C’est vers elle, en premier lieu, que se dirige le flux des villageois pour alimenter sa nouvelle population en produits agricoles diversifiés. En retour, les villageois profitent du développement artisanal de la ville comme de son développement commercial, marqué par l’apparition de succursales de la capitale ou de magasins moyens locaux qui fournissent le prêt-à-porter, à éclairer, à chauffer, à cuisiner… c’est-à-dire ce que le bourgeois et le paysan demandaient si récemment encore à l’artisanat traditionnel. Quant à l’artisanat mécanisé des ateliers – sorte de début d’industrialisation par la base –, il y a de fortes chances pour que sa transformation technique rende plus de services réels, en appel de main-d’œuvre en voie de spécialisation ou en production de biens nécessaires directement utilisés sur place, que l’usine bâtie par le gouvernement, s’il en est jamais une… Enfin la ville acquiert la fonction nouvelle de dortoir d’étudiants et de fonctionnaires à qui elle doit fournir vivre et couvert. Cela développe un secteur d’habitat locatif, source d’un nouveau revenu urbain mais aussi lieu de contact ville-campagne.

La métropole

  • 7 La métropole n’est pas la seule capitale, mais une ville que son importance, sa situation, sa relat (...)

19La métropole7 est par priorité le lieu de la transformation nationale. Là se produit le premier impact de la modernité étrangère, parce que c’est là qu’elle est importée d’abord, puis assimilée et naturalisée par la classe dirigeante. Celle-ci élabore le projet de modernisation de la nation et le réalise en commençant par la métropole. Aussi prend-on, d’ordinaire, la métropole et l’étudie-t-on comme mesure de l’évolution du pays et son indicateur le plus sûr, qu’il s’agisse de planification, d’urbanisation ou d’industrialisation. Dans ce domaine, on se bornera ici à donner quelques exemples du changement informel qui s’infiltre dans la trame du développement planifié, en choisissant ceux qui semblent les plus significatifs à cause de leurs conséquences sociales et culturelles.

a) Privatisation de la gestion publique

20On souligne d’habitude les difficultés proprement techniques inhérentes au transfert d’une technique (industrielle, administrative...) de son lieu d’origine dans un pays qui ne pourrait la créer mais pense facile de l’utiliser, du moins sous la surveillance de quelques spécialistes étrangers. En fait, la difficulté commence en amont de l’utilisation, au niveau général de la gestion de l’État et des entreprises, dans le gestionnaire même.

21Le gestionnaire moderne gère des choses, des affaires ; la complexité et la division du travail, la spécialisation des compétences, dépersonnalisent la fonction dont les occupants sont interchangeables. Le gestionnaire égyptien, à travers les choses ou les affaires, aménage d’abord tout un réseau de relations de personnes. Ainsi, l’État fonctionnarise à outrance les citoyens pour se les attacher, l’administrateur est d’abord attentif à se créer par son poste une clientèle et à nouer des liens avec la clientèle d’un autre, l’exécutant « exploite » son poste plus qu’il ne le remplit. Cette attitude engendre un développement parasitaire monstrueux de la gestion, dans lequel le privé et le personnel dévorent le public et le service. Le double emploi (public prétexte à privé) devient la règle et non plus l’exception. Et on n’a pas mentionné la corruption…

  • 8 Exemple typique, l’accès des professeurs d’Université aux postes de responsabilité gouvernementale (...)

22Quand l’État – c’est-à-dire la nouvelle classe dirigeante, le groupe des directeurs gouvernementaux ou la bourgeoisie directoriale – monopolise la gestion du développement, son but n’est plus simplement de moderniser le pays, mais aussi de maintenir le pouvoir entre les mains de ceux qui y ont accédé. Sous ce second aspect, qui peut devenir assez vite le principal, le groupe directeur tend à stabiliser le changement qui l’a porté au pouvoir et à le fixer. En fait, ailleurs, à l’étranger, le changement se poursuit, le nouveau d’hier se démonétise devant celui d’aujourd’hui et le pays qui l’a importé hier se trouve régulièrement en retard. Il y a donc toujours opportunité pour de nouvelles « importations », qui assurent à ceux qui les réussissent un accès rapide à la fortune ou à l’autorité, souvent aux deux à la fois. Les élites ne sont donc pas fermées, mais, au contraire, bien plus mobiles qu’on ne l’attendrait pour un système de gestion étatique. Seulement, on n’y accède pas progressivement en suivant des étapes préparatoires, mais par saut brusque et entrée dans la clientèle de l’un des dirigeants8.

  • 9 On pourrait également mentionner ici la privatisation de l’enseignement public, à tous les niveaux, (...)

23Ainsi, entre les mailles d’un « étatique » dont l’ambition serait de tout enserrer de ses réseaux, peut se glisser un « privé », ou un « semi-public », extrêmement actif qui prend le relais du public. C’est lui qui innove et tire profit de l’innovation. Par exemple, dans la grande industrie, qui fait l’orgueil du secteur public, le privé apparaît avec le sous-traitant chargé d’une opération spécifique. Le sous-traitant en profite pour développer sa propre affaire et c’est chez lui, en fin de compte, que sont mises au point les nouvelles techniques plus adaptées aux capacités et aux besoins du pays. Ou encore, au niveau non plus de l’exécution mais à celui, supérieur, de la conception, le privé apparaît dans le pullulement des bureaux-conseil d’ingénieurs ou de gestionnaires, le plus souvent des fonctionnaires travaillant « au noir ». Ils traitent les contrats proposés par l’État, entretiennent les contacts réels avec les firmes ou les États étrangers et, devenus intermédiaires indispensables, ne laissent plus que l’apparence de la décision aux organismes officiels. Si, dans l’un et l’autre cas, l’économie publique est parasitée9, on n’en assiste pas moins à la revanche de la libre entreprise ou, tout simplement, de l’entreprise agile sur les lourdeurs et les impuissances de la planification étatique. Le fonctionnaire apathique se transforme en entrepreneur ou en gestionnaire productif.

24En apparence, on n’a touché ici que la gestion économique, le domaine de la politique ou idéologique paraissant beaucoup plus maîtrisé par le pouvoir. En réalité, les intérêts de ces nouveaux entrepreneurs, sans doute contraires à l’étatisation officielle, mais inextricablement liés à l’administration centrale, pèsent sur les orientations du pouvoir. L’ouverture économique qu’ils vivent avant qu’elle ne soit officiellement proposée, entraîne dans son sillage la libéralisation politique et un essai tâtonnant de pluralisme qui se coiffe hâtivement d’une évolution idéologique du socialisme arabe vers la démocratie sociale ou nationale. Enfin, plus importante sans doute que ces changements officiels et trop officiels, une question se trouve renouvelée : que peut signifier la modernité pour cette nouvelle classe dirigeante dont l’intelligentsia répercute les orientations ?

b) L’émigration

25Lieu de contact avec l’étranger et d’importation de ses techniques, la métropole est aussi le premier poste d’émigration vers l’étranger. Différents types d’émigration doivent être distingués, qui se succèdent d’ailleurs dans l’histoire de l’Égypte.

  • 10 Hémorragie moins grave qu’on ne pense, cependant, dans la mesure où une haute spécialisation techni (...)

26D’abord l’émigration de minoritaires et de déclassés politiques, de la moyenne et haute bourgeoisie, dans les années qui suivirent la révolution nassérienne ; elle ne joue plus de rôle important aujourd’hui et se fond dans la vague suivante. Actuellement, émigrent définitivement en Occident des techniciens de niveau élevé, qui ne souffrent d’aucune discrimination chez eux mais sont comme poussés dehors par les obstacles qu’ils rencontrent au niveau d’une technique toujours retardataire et dans un marché du travail encombré et désordonné. Cette émigration des meilleurs constitue une grave hémorragie économique et culturelle10, non sans quelques retours pour le pays d’origine cependant. Non seulement le migrant de ce type rehausse l’image de son pays à l’étranger, mais il ouvre son propre pays, par les liens familiaux ou les relations qu’il y conserve, à une compréhension réelle des cultures étrangères : pour ne pas être chiffrable, ce service n’en est pas moins appréciable.

  • 11 Les chiffres donnés pour cette émigration égyptienne vers les pays arabes sont extrêmement variable (...)
  • 12 Les économistes sont en général critiques. L’argent facile provoque la consommation, non l’épargne (...)

27Plus récente, et prenant chaque jour plus d’extension, l’émigration temporaire vers les pays arabes, et surtout ceux du Golfe. Elle affecte toutes les couches sociales (professions libérales, techniciens, ouvriers, artisans spécialisés, manœuvres) et doit recouvrir une énorme proportion des centaines de milliers d’Égyptiens qui travailleraient actuellement à l’étranger11. Elle vient d’abord de la métropole, mais également de l’artisanat des centres provinciaux et des manœuvres de la campagne. Pour ces derniers, la capitale n’est qu’un lieu de transit et de rassemblement. Ce sont ces migrants temporaires qui, rapatriant la plus grande partie de leurs hauts salaires, ont vraisemblablement amorcé le flux de l’argent plus facile (avec l’inflation correspondante) que l’on constate aujourd’hui dans le pays12. À court terme, il en résulte certainement un coup de fouet économique, sensible de la capitale aux villages les plus éloignés, et une accélération de la mobilité de la population, déjà constatée : où est maintenant le paysan qui ne quittera jamais son village ? D’autres conséquences ne sont pas négligeables : ainsi, l’unité arabe n’est plus credo idéologique mais devient objet d’expérimentation critique, de même que l’universelle fraternité islamique...

Modes de pensée

28Grâce à la mobilité de la population aussi bien à l’intérieur du pays qu’à travers tout le monde arabe, il est donné à un nombre croissant d’individus d’expérimenter la diversité des situations et des modes de vie, en même temps qu’il leur est demandé de s’y adapter. C’est l’occasion d’une réelle mise en question de soi, exigeant une réponse dans le comportement et dans les modes de pensée. Il faut donc regarder dans quelle mesure et sous quelles formes les mutations sociales en cours peuvent s’exprimer, tant au niveau politique qu’au niveau culturel.

Le politique

29Dans le cadre d’une analyse des mutations sociales informelles, il semblerait qu’il y ait peu à dire du domaine politique, fortement maîtrisé par la classe dominante. En fait, l’expansion actuelle de la réaction religieuse islamique échappe à l’emprise de l’État et on doit sans doute la considérer, entre autres, comme un processus de démocratisation de la vie politique, sous une forme que l’État n’avait pas prévue.

30Que le mouvement de « retour à l’islam », animé par la résurgence des Frères musulmans, ait aujourd’hui comme dans les années 1945-1955 une forte teinte d’opposition au pouvoir, nul ne saurait plus en douter. Son emprise sur le milieu étudiant est particulièrement caractéristique et demande explication. Au début des années soixante-dix, on se plaisait à reconnaître en milieu universitaire le siège principal d’une opposition néo-nassérienne, ou même de gauche, au régime du président Sadate, opposition appuyée ou s’appuyant sur le « mouvement ouvrier ». Depuis 1976, au contraire, l’opposition des groupements étudiants est de plus en plus fondée sur l’idéologie islamique, elle-même certainement très populaire dans le pays. Le retournement est d’autant plus significatif que les troubles des années 1972-1973 sont plutôt le fait de groupes étudiants ou ouvriers relativement restreints mais tirant leur force d’un mécontentement aussi généralisé qu’indifférencié, tandis que ceux de janvier 1977 relèvent bien d’une violence populaire exacerbée, qui s’est exercée comme naturellement sur les cibles traditionnellement désignées par la réaction religieuse.

31Cette évolution des orientations étudiantes tient d’abord à la démocratisation de l’enseignement. Le monde universitaire se recrute maintenant dans toutes les couches de la population, un gros contingent provenant des plus populaires. Sa culture est également le produit d’un certain type d’enseignement, livresque-modernisant d’un côté et, d’un autre, arabo-islamo-nationaliste. De ces deux pôles, il est facile de prévoir lequel l’emportera. Les connaissances « modernes » acquises, pour la majorité des élèves, n’ont aucune correspondance avec leur milieu de vie concret et ne sont pratiquement pas utilisées dans la vie professionnelle ultérieure – celle d’un fonctionnaire par exemple ; elles leur donnent un langage et non une praxis. Par contre, l’apologétisme arabo-islamique est bien ancré dans la culture ambiante. L’islam y est tenu comme la seule réponse à tous les problèmes de la société. Or ces problèmes sont expérimentés à bout portant dans l’existence étudiante et perçus comme insolubles malgré toutes les promesses, tant au niveau de l’idéologie officielle que de la gestion gouvernementale. Il est normal, dès lors, qu’on se rejette sur la solution islamique.

32Le retour à l’islam est bien la voix d’une opposition politique née de l’échec des politiques de modernisation. Il endosse d’abord les revendications de bien-être et de justice sociale dont l’exigence s’est répandue grâce au changement et à la propagande politique officielle. Il s’expose dans un discours moderne, celui que l’école et les mass media ont vulgarisé, sans proposer d’ailleurs d’autre réponse aux problèmes de la société que cette promesse formelle : cela irait mieux si l’on devenait d’authentiques musulmans. Ainsi, plus croît l’exigence d’un changement socio-politique, plus s’accroît l’audience de la solution islamique ; elle est l’expression naturelle d’une conscience politique de masse et le résultat d’une démocratisation politique : par la base, par « popularisation ».

33Reste à savoir si le « religieux islamique » n’a pas changé lui-même de nature, en se déplaçant du maintien de la société traditionnelle globale vers le champ des problèmes actuels d’une société mobile, diversifiée et pluraliste. Reste à savoir aussi s’il pourra tenir ses promesses.

Le culturel

34Le discours culturel est l’apanage des intellectuels, certes, mais aussi et plus encore de ce qu’on peut appeler, d’une façon assez vague, les « cultivés ».

a) Le cultivé face au changement

35Dans un pays encore largement analphabète où, de plus, la langue parlée est différente de la littéraire, il ne faut pas assimiler le cultivé à un intellectuel. Le cultivé, c’est, tout simplement, celui qui a accédé à l’expression écrite courante, sera lu de ses pairs et spécialement écouté de la masse moins favorisée dont il sort. Sociologiquement, il est plus représentatif de la culture ambiante que l’intellectuel. L’intellectuel, lui, jouit de plus de recul réflexif et critique.

36S’il adhère à une idéologie, c’est qu’il a opté entre plusieurs ; il maintient entre elles une confrontation, il discute de la façon dont elles rendent compte d’une situation ou d’une évolution en cours. Tout autre est la condition du cultivé qui, en général, ne peut guère faire un choix entre idéologies diverses, ni bien discerner ce qui ressortit aux faits et ce qui est du domaine de leur interprétation. Si cette distinction entre cultivé et intellectuel est valable, elle montre le danger qu’il y aurait à prendre le milieu intellectuel, en fait assez restreint, comme lieu privilégié de l’expression culturelle.

37Cette absence de recul expressif et ce manque d’option véritable entre idéologies conduisent le cultivé à traiter à sa manière les problèmes de la société posés par le changement.

38L’énoncé du problème, de la situation qui fait problème, c’est-à-dire l’exposé critique de la situation actuelle, est en général immédiatement suivi, et sur le même plan, de l’exposé de la solution, de la situation redevenue saine. Pour résoudre la question posée, il suffit en effet de remplacer le « fait mauvais » par le « fait idéologiquement bon ». La solution est obvie et nécessaire, elle a le même caractère d’objectivité et de réalité que la situation malheureuse elle-même. Le problème étant résolu, l’application de la solution, le comment du passage à la situation redressée, ne font pas eux-mêmes problème.

  • 13 Si fragmentaire et superficielle qu’elle soit, elle suffit cependant à différencier profondément le (...)

39Chez le cultivé, l’acquisition de la culture moderne (analytique, rationnelle et scientifique) reste fragile13. L’enseignement secondaire et universitaire, par pauvreté de moyens, est le plus souvent notionnel, presque sans expérience pratique. L’exercice de la profession, à son tour, ne fera presque plus appel à ces notions ou en limitera l’usage à la simple application d’une technique. Par contre, la culture traditionnelle, enracinée dans les mœurs familiales, les coutumes nationales et la religion surtout, est autrement profonde et vivace. Viennent encore l’appuyer, de façon plus ou moins directe, toutes les idéologies de l’authenticité, dominantes dans la propagande officielle depuis 20 ou 30 ans. De là vient que le traitement d’un problème de société dans une perspective modernisante est plus rare que son traitement dans une perspective d’authenticité. Le discours moderniste est aussi moins convaincant, car la modernisation requiert tout un ensemble de moyens techniques abondants chez les autres, mais manquant cruellement chez soi. Aussi le discours moderniste paraît-il toujours un peu futuriste. Tout autre est le discours « authentique », bien plus proche de l’expérience vécue du cultivé. Quand les maux d’une société sont attribués à son infidélité vis-à-vis de son esprit propre, il n’est plus besoin de recourir à des moyens étrangers et difficiles, puisque la solution consiste à revenir à soi. On ne s’attarde guère sur les complicités internes qui ont pu induire la société à sa propre aliénation, la dénonciation du pourquoi des maux éclipsant le comment de leur lente implantation. En conséquence, le redressement ne pose guère de problèmes, la conversion de l’esprit en assurant d’avance le succès.

b) Le retour à l’islam

40Pour le cultivé, comme pour la masse populaire, l’authenticité et la santé sociales demeurent liées aux symboles de la fidélité religieuse. En certains domaines les plus éloignés de son expérience personnelle – tels les domaines politique ou littéraire –, on pourra revêtir l’authenticité d’une expression non religieuse, du type nationale-égyptienne, nationale-arabe ou même socialiste-arabe. Cela se produit sous l’entraînement de la propagande officielle qui laïcise les symboles religieux et tâche de leur donner un nouveau contenu, à la fois pour moderniser et pour arracher une clientèle politique à l’influence des forces dominantes de l’institution religieuse. Mais sans doute ne faut-il pas gratter très profondément pour constater que, chez le cultivé, la nation égyptienne ou la nation arabe sont constituées de musulmans, et que les valeurs du socialisme arabe sont au fond des valeurs musulmanes. C’est tellement vécu qu’il n’est pas besoin de le rappeler. La contre-épreuve de cette identification se trouve d’ailleurs dans un autre champ, bien plus personnel et concret, celui des relations familiales et sociales : là se manifeste une résistance persévérante à des formes d’expression autres que celles de l’authenticité religieuse, et la critique des mœurs actuelles se ramène, en gros, à l’affirmation de la tradition socio-religieuse.

41Cela étant, on s’explique plus aisément deux manifestations contradictoires dans l’idéologie du cultivé. Il adhère sans peine aux idéologies successives du pouvoir et il n’y a pas là forcément duplicité, complaisance ou obéissance servile, mais, sans doute, d’abord acceptation d’un fait qui lui est proposé, en même temps que sa réinterprétation implicite selon sa mentalité propre. On verra donc avec un bel ensemble presse et revues s’adonner au nationalisme moderniste, au nationalisme arabe et au socialisme arabe, puis à la démocratie sociale ou nationale. Les cultivés donnent ainsi l’impression d’une assez grande flexibilité ou perméabilité aux conditions changeantes. Mais, par ailleurs, leur sensibilité à l’authenticité islamique reste constante et vive, elle resurgit régulièrement dans les zones ou les périodes où le pouvoir s’impose plus difficilement. L’islam devient même, par priorité, une idéologie d’opposition. Quand l’idéologie islamique resurgit, on a alors l’impression que rien n’a changé.

42En réalité, cette impression n’est pas exacte : elle tient à la forme idéologique du discours, mais non à son contenu. En effet, les points d’application de l’idéologie évoluent avec les changements survenus dans l’expérience sociale. L’exemple le plus frappant de cette mutation du discours islamique se trouve dans sa politisation, au sens moderne du mot.

43Ainsi le pouvoir est continuellement requis d’adopter les solutions islamiques, qu’il s’agisse d’éducation et des diverses matières de l’enseignement, d’information, de loisirs, de mœurs, d’économie, de rapports sociaux, etc. C’est exactement reconnaître le réseau que le pouvoir moderne a étendu sur l’ensemble de la société nationale, la multiplicité des autorités qu’il exerce en place des autorités traditionnelles et, au moins implicitement, prendre acte de la pluralité et de la distinction des domaines qu’il régit. C’est le pouvoir qui doit ramener à l’unité de l’inspiration islamique tous ces domaines qui, sous son égide, ont pris distance vis-à-vis de la religion, c’est-à-dire changé.

44Parallèlement se produit un autre déplacement significatif. Ce qui est requis du pouvoir ou promis dans le « retour à l’islam », c’est l’établissement du bien-être et de la santé sociale, bien plus que le rétablissement de l’obéissance à Dieu ou des qualités spirituelles de la vie. Cela manifeste une recherche nouvelle qui sort bien d’une expérience récente : la vie change ou peut changer en bien, c’est-à-dire apporter toute une série de satisfactions légitimes. La recherche de ces satisfactions est le but principal des activités humaines et on doit être assuré de les obtenir. Même revêtue de valeurs islamiques ou authentiques, une nouvelle figure du modèle de société est de fait en train de s’établir.

Les véritables lieux de la modernisation

45Si l’on cherche donc le lieu propre où s’expriment les changements en cours et le sens ou la valeur qu’on leur attribue, il ne faut pas aller aux solutions proposées pour les problèmes de société  ; ces solutions sont, pour la plus grande part, idéologiques et vantent les vertus de l’authenticité – nationale, arabe ou islamique. Par contre, la critique de la société actuelle indique, en contre-type ou en creux, la société désirée en fait, hors de toute image idéologique, le modèle de société que l’on voudrait voir se substituer à celui dont on souffre sur un point ou sur un autre. C’est dans l’exposé critique des problèmes de société (ce dont je manque) que transparaît le sens de la transformation désirée (ce que je veux) et que, par conséquent, s’exprime déjà la mutation en cours et à accélérer. Ces critiques, quel que soit le sujet traité, peuvent se regrouper autour d’un certain nombre de thèmes : retard, inertie, défaut d’efficacité, manque d’esprit positif et scientifique dans l’abord des questions, manque d’esprit social, égoïsme, exploitation et domination... Les critiques se font spécialement vives dans le domaine de l’éducation et dans celui de l’organisation sociale et politique. Elles ne renvoient pas, par elles-mêmes, à un défaut d’authenticité, d’islamité ou d’arabité, mais à l’attente d’une société contemporaine à l’activité efficace, libérée du poids du passé, tenant compte de la science et des situations objectives ; elles expriment surtout l’aspiration à une libération à la fois économique et sociale où chacun pourrait tracer sa voie vers le mieux en échappant à l’écrasement actuel  ; bref, un mouvement vers des horizons ouverts. Ce sont ces thèmes d’actualité qui expriment sans doute le mieux, au ras des faits, la direction effectivement prise.

46Parfois, d’ailleurs, l’exposé des situations ne bifurque pas vers une solution idéologique, mais s’accompagne de propositions concrètes pour alléger les tensions. Cela vaut surtout pour certains domaines précis : les problèmes de la vie urbaine (habitat, circulation, etc.), ceux du travail et de l’emploi, ceux aussi de l’éducation dans la mesure où elle prépare au travail et à l’emploi. Ce sont, en fin de compte, les véritables lieux de la modernisation autochtone, et il n’est pas étonnant que ces questions soient traitées de façon directe et pragmatique ; on leur recherche des solutions effectives aussi concrètes et immédiates que les inconvénients dont on souffre.

47Comme prévu, les indicateurs les plus marqués des modes informels du changement sont d’ordre économique. Au contraire, les indicateurs d’évolution culturelle sont plus difficiles à manier, car il y a forcément retard de la conscience sociale sur l’évolution sociale : la prise de conscience se fait claire une fois le changement acquis, elle est plus obscure tandis qu’il est en cours. Ce décalage favorise le traitement idéologique des faits, qui tend à repousser dans les marges un abord pragmatique des mutations en cours.

48L’idéologie voile et dévoile à la fois le changement. Elle le voile dans le recours dominant à l’authenticité, qui est exigence de permanence dans l’identité. Mais une identité vivante évolue et le changement se dévoile alors dans les différents types d’authenticité invoqués comme dans le déplacement des divers domaines où elle est requise de façon plus insistante. Ces différences et diversités indiquent qu’un pluralisme culturel est en voie d’établissement : il y a plusieurs « sociétés authentiques », c’est-à-dire plusieurs façons de concevoir la « société vraie », celle qui, seule, a droit à l’existence. Même dans l’authenticité religieuse (islamique, copte, maronite, etc.), le déplacement des points d’application des revendications (éthico-religieuse principalement, ou socio-religieuse, ou politico-religieuse) trahit des cultures et des milieux différents. Si l’on hésite à parler ici d’un pluralisme reconnu, du moins doit-on reconnaître une polyvalence intérieure à la religion qui est, au moins, l’ébauche d’un pluralisme : ainsi, l’islam invoqué au secours de causes vraiment différentes est difficilement un islam vécu de façon identique. Une fois reconnus et admis, polyvalence ou pluralisme culturels peuvent rendre possible et mieux admissible le traitement « séculier », ou pragmatique, des problèmes sociaux.

49En attendant, le recours massif à l’authenticité, avec sa référence plus ou moins explicite au passé comme modèle et sa contrepartie presque inévitable d’opposition à l’autre, paraît bien une attitude de contre-changement. Ou, pour le moins, de récupération d’un changement venu d’ailleurs : rien n’est vraiment changé, puisque cela se trouvait déjà dans nos sources ! On récuse ainsi d’abord la modernité importée. Mais, ce faisant, on risque de confondre dans la même réprobation la mise à jour autochtone. On est, en tout cas, placé dans une perspective peu favorable pour l’apercevoir, apprécier sa nécessité et l’orienter.

50De ce point de vue, tout autre est l’attitude pragmatique. On y aborde les différents problèmes de société dans leur particularité, en appréciant chacune des situations au nom d’exigences sociales premières, celle d’une vie plus ordonnée, plus rationnelle et plus libre. Le champ des mutations requises recouvre alors assez exactement les besoins nouvellement éveillés dans l’évolution sociale. Pour mieux les satisfaire, on propose des interventions certes limitées mais, en principe, elles sont réalisables. Les différents problèmes ne peuvent être alors traités de façon identique, la solution n’est pas la même pour tous et elle n’est pas non plus donnée d’avance : il faut la chercher et la vérifier. Même si l’on s’inspire d’une solution appliquée ailleurs à un problème similaire, il faut la modifier en fonction de données propres au pays. Certes, cet abord diversifié des problèmes de société n’exclut pas les visées idéologiques ou politiques. Elles seront libérales par exemple, selon les goûts officiels du jour, marxisantes de préférence dans l’opposition. Mais l’orientation du discours peut paraître ici moins importante que son contenu d’actualité. En fait, ce dont il est question, c’est de la libération de toute une série de contraintes socio-économiques traditionnelles et terriblement pesantes. Ceci correspond bien à la forme générale du changement informel dont on a tenté de signaler les indicateurs les plus marquants.

51Chacune des mutations en cours n’est-elle pas, en fin de compte, un pas vers une plus grande libération ou, tout au moins, un avant-goût de plus grandes libertés enfin possibles ? Le coût économique à long terme de telle ou telle opération, le risque de déstabilisation sociale ou la menace qui pèse sur la religion traditionnelle ne doivent pas masquer les aspects positifs d’acquis sans doute irréversibles.

Notes

1 On n’ira pas jusqu’à dire que cette dernière n’a joué aucun rôle dans le mouvement spontané de la base, mais le rôle joué est autre que prévu. On parle parfois à ce sujet de « modernisation de la pauvreté » (Samir Amin), mais c’est, me semble-t-il, penser encore en économiste planificateur et négliger l’impact socio-culturel profond de certaines améliorations économiques dans la vie des gens.

2 Cette première rupture (le chômage du cultivé par engorgement des services) est une des plus significatives. L’étudiant qui a pratiqué chez lui ou à l’étranger des stages de travail manuel rémunéré pendant les vacances, pour s’assurer des ressources, n’a souvent d’autre moyen de subsister à la fin de ses études qu’en revenant à un type plus évolué de travail manuel. Voir, par exemple, le nombre de diplômés qui s’emploient comme chauffeurs de taxi.

3 On peut noter au Caire la même rapide disparition des transports par charrettes, partout remplacées par de petites camionnettes.

4 À titre d’exemple, un manœuvre peut gagner à Ryad de 120 à 150 riais par jour, soit entre 35 et 40 dollars (Events, 4.11.77, p. 49). Au niveau national global, on met fortement en doute l’apport économique de l’argent des migrants à l’avenir du pays (cf., par exemple, N. Choukri, «The new migration in the M.E.: a problem for whom?», International Migration Review, II, p. 421 sq., ou L.H. Hadley, «The migration of Egyptian Human capital to the Arab oil-producing States: a cost-benefit analysis», td. p. 285 sq.). Peut-être ne tient-on pas compte suffisamment du démarrage immédiat que cet apport permet d’une micro-économie qui, pour n’être pas encore comptabilisée au niveau national, constitue cependant un apport important de capital, capable de se développer ensuite par autofinancement ou capitalisation interne.

5 On ne mentionne pas ici le rôle des coopératives. Comme agences étatiques de type commercial fortement soupçonnées d’exploitation du paysan, elles ne semblent pas avoir créé un véritable mouvement de participation ni contribué à l’essor économique de la campagne.

6 Mouvement qui semble suivre plus que provoquer la politique officielle de décentralisation et de régionalisation administratives inaugurée récemment.

7 La métropole n’est pas la seule capitale, mais une ville que son importance, sa situation, sa relative autonomie placent au croisement de relations qui atteignent d’une part tout le pays et s’étendent d’autre part à l’étranger : en Égypte, outre le Caire, Alexandrie et même la zone du Canal sont de ce type.

8 Exemple typique, l’accès des professeurs d’Université aux postes de responsabilité gouvernementale - ce sont eux, en effet, qui entretiennent le contact le plus suivi avec la modernité extérieure. Cependant, dans ce processus d’agrégation, l’élite perd son homogénéité culturelle pour se composer de strates diverses discontinues. On comprend alors que la volonté de modernisation ou de modernisme qui la caractérisait au point de départ puisse se sectorialiser, se limiter à certains domaines, d’autres redevenant perméables aux différentes formes du traditionnel.

9 On pourrait également mentionner ici la privatisation de l’enseignement public, à tous les niveaux, par la pratique envahissante des leçons particulières organisées en véritables cours parallèles.

10 Hémorragie moins grave qu’on ne pense, cependant, dans la mesure où une haute spécialisation technique est souvent inutilisable dans le pays d’origine

11 Les chiffres donnés pour cette émigration égyptienne vers les pays arabes sont extrêmement variables selon les sources et vont d’un demi-million à deux millions. Voici le chiffre qui paraît le plus sûr : selon le Fonds Monétaire International, il y aurait 1 400 000 expatriés égyptiens dans le monde (Arabie Saoudite, Libye, Koweït et Emirats arabes unis surtout), et ils rapatrieraient plus d’un milliard de dollars annuellement (cité par Le Monde 31.3.79, p.3). On ne spécifie pas s’il s’agit des salaires rapatriés officiellement par la voie des banques, dont la somme n’atteindrait pas la moitié du total effectivement rapatrié. Un milliard de dollars, c’est plus que ce que rapporte le Canal ou le pétrole égyptien, et c’est mis à disposition non de l’État mais de l’individu. Jamais pactole semblable ne lui avait été offert. L’émigration dans le Golfe est ainsi une des voies les plus importantes de redistribution effective des pétrodollars dans le monde arabe.

12 Les économistes sont en général critiques. L’argent facile provoque la consommation, non l’épargne et l’investissement. C’est un phénomène artificiel, assimilable à celui qu’entraîne, inversement, l’invasion touristique : dans les deux cas, l’argent est produit dehors, ce n’est pas le pays qui le reçoit qui travaille. C’est également un phénomène fragile, soumis à la conjoncture, et en particulier à la conjoncture politique ; on pourrait assister à un reflux brusque de travailleurs que l’économie de leur pays, saignée par l’émigration, serait incapable d’assimiler... On peut cependant questionner ccs propos dans le cas d’un pays surpeuplé et assiégé à court terme par le problème démographique ; dans ces conditions, une solution démographique, même à court terme, est également une solution économique. Il semble bien, par ailleurs, que les salaires rapatriés favorisent, au niveau populaire, des micro-investissements productifs.

13 Si fragmentaire et superficielle qu’elle soit, elle suffit cependant à différencier profondément le « cultivé » du lettré arabe et plus encore du type de culture dispensé dans l’université religieuse d’Al-Azhar. Les mœurs du cultivé peuvent rester enracinées dans la tradition, son discours écrit n’a plus que des rapports lointains avec la tradition littéraire.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires