Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Partie 2 - L’État face aux citoyens

Le mouvement étudiant en Égypte (décembre 1972 - février 1973)

Note de l’éditeur

Source : Travaux et Jours, 47, Université Saint-Joseph, Beyrouth, 1973, p. 131-141.

La jeunesse fait partie des thèmes récurrents abordés par le père Martin. Dans cet article, c’est une jeunesse en révolte qu’il dépeint, s’appuyant sur la presse égyptienne et libanaise. En janvier 1972, la jeunesse « gauchiste » se mobilise dans les universités pour réclamer la reprise de la guerre contre Israël et dénoncer l’impérialisme américain. À côté de ces mouvements, les étudiants islamistes s’agitent, avec des orientations divergentes. (N.D.R)

Texte intégral

1Cette chronique poursuit celle qui parut ici-même l’an dernier Travaux et Jours, no 1 en mars 1973. Cependant, elle est de nature très différente, non plus témoignage d’un participant au mouvement mais, pour l’essentiel, lecture ordonnée de la presse. Le fil des événements conduit à un commentaire, où l’on tente de discerner les changements de la situation étudiante en Égypte entre 1972 et 1973.

Le fil des événements

2L’agitation étudiante n’apparaît officiellement dans la presse que le 30 décembre 1972. On y annonce l’arrestation d’un certain nombre d’étudiants et de journalistes, écrivains, avocats déjà mêlés à la fronde étudiante de janvier 1972, ainsi que l’ouverture d’une enquête au Parquet. Évidemment, les faits remontent plus haut. Les voici tels que présentés dans le rapport de la commission d’enquête parlementaire déposé sur le bureau de l’Assemblée du peuple le 27 janvier (Ahram 28.1).

3Tout commencerait à Giza, le 5 décembre, à la Faculté de médecine et à l’École vétérinaire, par la pose – en contravention à la loi de la presse – d’affiches « inconvenantes » par quatre étudiants dont certains avaient déjà été remarqués en janvier 1972. Menacés du Conseil de discipline, ils convoquent, le 7 décembre, sans autorisation une assemblée d’étudiants, à laquelle se mêlent des individus étrangers à l’Université. Le 16, ils passent devant le Conseil de discipline. Le 18, distribution de tracts invitant tous les étudiants à un congrès à la Faculté de droit. L’Assemblée se tient le 19 décembre, sans autorisation, et provoque des contre-manifestations avec slogans religieux et patriotiques, d’où découlent bagarres et blessés. À partir du 20, rassemblements, discussions et échauffourées se poursuivent à l’intérieur du campus de Giza. Les étudiants revendiquent la suppression du Conseil de discipline et de la réglementation des affiches, des élections libres à l’Union des étudiants (reliée, par l’intermédiaire de l’Organisation de la jeunesse, au parti unique de l’Union socialiste arabe) et la constitution de comités pour la défense de la démocratie.

4Dans les autres universités, selon ce même rapport de la commission d’enquête, les troubles ne commencent que le 30 ou le 31 décembre à la nouvelle de l’arrestation d’étudiants. À Aïn Shams, ils sont spécialement vifs en polytechnique, en lettres et en commerce. Ils dureront plus longtemps qu’ailleurs et seront marqués par l’occupation du rectorat après la suspension des cours le 3 janvier. À la Cité universitaire, on boycotte le restaurant.

5À Alexandrie, un congrès des étudiants se réunit à Polytechnique le 31 et des affiches extrémistes sont posées : on s’en prend à l’Union des étudiants et, en particulier, à sa gestion financière. À Assiout, les troubles sont plus graves. Un étudiant venu du Caire y joue un rôle important, notamment dans la distribution de tracts pour provoquer les troubles. Le 2 janvier, un congrès étudiant est organisé au Stade, d’où une manifestation se dirige vers la Cité universitaire afin de l’occuper, ce que les forces de police empêchent. Enfin, à l’université al-Azhar, 85 étudiants venus des autres universités du Caire ont tenté de jeter le trouble et d’opposer les étudiants des Facultés modernes à ceux des Facultés religieuses : 800 étudiants de ces dernières ont alors voulu faire une contre-manifestation, mais le wakîl a réussi à les en détourner.

6Le rapport officiel met donc en relief pour cette première phase des troubles :

  • le petit nombre d’agitateurs, la participation d’éléments étrangers à l’Université, la volonté de renouer avec le mouvement de janvier 1972  ;

  • les distributions de tracts et campagnes d’affiches, la tenue de réunions non autorisées, ainsi que le discrédit de l’Union des étudiants  ;

  • la tension entre groupes d’étudiants « extrémistes » et « conservateurs religieux ».

7Dans son discours du 31 décembre, le Président Sadate donne l’interprétation politique de ces événements (Ahram 1.1.73). Il accuse la « gauche aventuriste », sous couvert de nassérisme, d’avoir provoqué le trouble et menace tous ceux qui sapent l’alliance des forces révolutionnaires. Dès maintenant, tous les thèmes de la position du gouvernement sont clairement réunis :

  • une minorité de meneurs, dont certains sont étrangers à l’Université, sont responsables de l’agitation, alors que l’ensemble des étudiants demeure une « base saine »  ;

  • cette minorité est en liaison, à l’intérieur du pays, avec le groupe Sabri, liquidé dans la nuit du 15 mai 1971, et à l’extérieur, avec des mouvements gauchistes  ;

  • une minorité de droite, « opportuniste et réactionnaire », veut profiter du trouble provoqué par la gauche pour arriver à ses buts  ;

  • cette agitation menace donc l’unité nationale des forces populaires nécessaires à la lutte contre Israël  ;

  • elle fait un faux usage de la liberté démocratique, qui consacre la liberté d’opinion mais dans le respect de la loi et des principes de la société et de ses valeurs.

8L’arrestation d’étudiants (40 selon le Nahar du 3.1 ; mais 22 seulement et 13 personnes étrangères à l’université selon al Ahram du 4.1) a donc provoqué une réaction massive dans toutes les universités. À partir du 30 décembre, on boycotte les cours tout en occupant les facultés à Giza et Aïn Shams. Al-Bina du 6 janvier publie une déclaration attribuée aux étudiants rassemblés en congrès à Giza le 30 décembre et émanant du « mouvement étudiant national et démocratique » : elle fait le lien avec le mouvement de janvier 1972 et exprime sept revendications nettement gauchistes, du type « rupture des liens avec les gouvernements arabes, chiens courants de l’impérialisme américain » ou « constitution de milices populaires armées ». Des manifestations d’étudiants veulent sortir du campus dans la rue et se heurtent aux forces de police (Safa, Nahar, al-Yawm du 2.1 au 4.1.73). Le gouvernement redoute la répétition des événements de janvier 72 et suspend les cours à l’Université le 3 janvier, avançant d’une semaine les vacances demi-année (déclaration du ministre de l’Enseignement supérieur, Ahram 4.1). Cependant, un groupe de 48 puis 60 étudiants irréductibles, dont certains viennent de l’Université du Caire, continue à se maintenir à l’Université de Aïn Shams que la police boucle à l’extérieur. Parmi eux se trouve Safinaz Kazem, journaliste et femme du poète Fouad Negm emprisonné le 29 décembre. Ils n’abandonneront les lieux que le 11 janvier (Sa’a 12.1). Ainsi se termine la première phase des troubles.

9Hors d’Égypte, l’Université arabe de Beyrouth, qui fait grève à partir du 2 janvier (al-Hayat 3.1) et l’A.U.B. (Sofa 4.1) manifestent leur solidarité avec les étudiants égyptiens ; mais à la Faculté de droit de l’Université libanaise des manifestants soutiennent au contraire Sadate : il semble, en effet, que les nasséristes soient à Beyrouth divisés entre une droite et une gauche sur l’attitude à prendre (al-Hayat 6.1).

10Dans la presse du Caire, les déclarations d’appui aux positions officielles se succèdent : les syndicats (Ahram 3.1), un comité d’étudiants venus d’Alexandrie (Ahram 4.1), et même les étudiants égyptiens du Koweït (al-Yazwn 9.1). Au Liban, les interprétations s’opposent selon les appartenances : ainsi al-Muharrer du 4 janvier dénonce les provocations des Frères musulmans tandis qu’al-Hayat du 6 janvier accuse les communistes de les avoir manipulés !

11Le 5 janvier, Sadate demande à l’Assemblée du peuple de constituer une commission parlementaire d’enquête. Elle sera formée le 8, composée de 10 membres et présidée par Sayed Ali Sayed, wakîl de l’Assemblée (Ahram du 6 au 9.1). Elle rencontre les ministres intéressés, les recteurs, doyens et professeurs des différentes universités, les dirigeants de l’Organisation de la jeunesse et des syndicats, des représentants des étudiants. Al-Balagh du 29 janvier publiera en partie un mémorandum de vingt pages que lui remettent ceux de la Faculté d’agriculture (il s’agit de la liberté d’expression). Elle visite aussi les étudiants qui occupent encore Aïn Shams (Ahram 10.1), reçoit les familles des étudiants emprisonnés et rencontre ces derniers (Ahram 20.1). En ce qui concerne ceux-ci, Ahram (10.1) fait état d’une pétition de leurs parents adressée à l’Assemblée du peuple demandant qu’on les autorise à visiter leurs enfants détenus et qu’on leur fournisse des avocats. Al-Hurriya du 22 janvier ajoutera qu’ils réclament une enquête sur les mauvais traitements subis. Beaucoup plus tard, le même journal publie une lettre des étudiants incarcérés  ; ils réfutent les allégations du gouvernement sur l’existence d’un complot contre le régime mais redisent leur opposition à une politique de paix honteuse  ; ils se déclarent en accord avec les documents étudiants de janvier 1972 « qui portent tous leurs espoirs »  ; à l’accusation de n’avoir pas respecté l’ordre légal, ils rétorquent qu’eux-mêmes ont été traités illégalement : prise d’otage en famille pour forcer l’un d’entre eux à se livrer, arrestations sans mandat, détentions aux « Investigations », interrogatoires sans présence d’avocats, passage à tabac dont ils portent les traces – l’un d’entre eux aurait le bras fracturé (al-Hurriya 19.2  ; textes semblables dans al-Balagh 5.2).

12Le 24 janvier, le Parquet fait savoir qu’il achève son enquête sur ces étudiants et les autres prévenus étrangers à l’Université. Deux d’entre eux sont nommés : le journaliste Samir Tadros, arrêté à l’aérodrome du Caire alors qu’il tentait de faire sortir du pays des documents et enregistrements concernant les troubles afin de semer l’agitation chez les étudiants égyptiens au dehors, et la journaliste Safinaz Kazem (Ahram, al-Yawm 23.1).

13Le 24 janvier également, on annonce que la rentrée des universités, qui devait avoir lieu dans la semaine, serait retardée jusqu’au 3 février, afin de permettre à l’Assemblée du peuple de discuter du rapport que présente sa Commission d’enquête. Publié dans la presse du 28, il expose les faits, comme on l’a déjà dit, puis il souligne les causes du malaise étudiant : le choc de la défaite sur la jeunesse (ainsi est traduit le refus des étudiants de la situation « ni guerre ni paix »), le vide politique à l’Université (ainsi nomme-t-on la lutte pour la liberté d’expression politique), l’inefficacité des Unions d’étudiants et enfin les activités d’éléments opportunistes. Le rapport émet également 14 recommandations, dont voici les plus importantes :

  • il faut garantir l’autonomie de l’Université, capable de résoudre ses problèmes si professeurs et étudiants s’unissent ;

  • s’attaquer aux difficultés matérielles des étudiants : logement, soins médicaux, bourses, achats de livres ;

  • garantir le droit d’association politique des étudiants, « avenir de la nation », organiser leurs activités politiques en vue des buts de la nation et de façon à garder aux études leur caractère sacré ;

  • l’activité politique des étudiants doit donc se dérouler à l’intérieur de l’Université seulement, dans les locaux de l’Union et hors des temps d’étude ;

  • il faut organiser des rencontres pour tirer au clair les exigences de l’unité nationale et la ligne politique générale du gouvernement ;

  • journal mural : certaines affiches sont inacceptables parce qu’elles attaquent les valeurs morales et religieuses (par exemple : « Où est Dieu  ? Amenez-le nous pour que nous croyions » ; « Nous devons chercher un nouveau dieu »), incitent à la violence, dénigrent les institutions nationales. Le comité tient à la disposition de l’Assemblée des photos de ces affiches. Mais plutôt que d’interdire absolument les affiches, il vaut mieux les admettre de façon contrôlée, leur réserver un endroit exclusif, et favoriser les revues étudiantes, tout cela dans les limites des valeurs religieuses, spirituelles et nationales ;

  • pour protéger les libertés universitaires de toute déviation ou anarchie, que l’on soit strict dans l’application des règlements et, par le contrôle des cartes d’étudiant, qu’on interdise les infiltrations d’étrangers ;

  • enfin viennent des propositions sur la réorganisation de l’Union des étudiants, des usrah (groupements d’étudiants consacrés à une activité), etc.

14Ce rapport est discuté à l’Assemblée du peuple le 29 janvier. Les interventions sont en général favorables aux étudiants, à leur souci patriotique, à leur désir de liberté. Mais certaines témoignent de préoccupations plus traditionnelles : heurt devant l’athéisme, volonté de maintenir les valeurs religieuses et spirituelles à toutes les étapes de la formation, de soumettre la liberté d’expression aux limites des « traditions de notre société »... Le rapport est transmis au Président Sadate pour décision (Ahram 29.1). Le Secrétariat de l’Union socialiste arabe a également remis un rapport sur la situation de la jeunesse, qui insiste sur le vide politique à l’Université et sur la nécessité de le combler par les organisations étudiantes (Ahram 29.1). Enfin, le Haut Comité de la jeunesse, qui réunit sept ministres, présente un plan pour préparer la jeunesse « aux devoirs de la production et de la défense » (Ahram 29.1 et 31.1). Le Président Sadate parle le 31 devant l’Assemblée du peuple. Avec un langage très familier, il commente, en romançant plus ou moins, selon son habitude, les faits présentés dans le rapport du comité. Il donne le chiffre des arrestations : 120 étudiants et 21 personnes étrangères à l’Université, mais surtout, il insiste à nouveau sur la portée politique des événements, menace « la gauche aventuriste et la droite réactionnaire » qui sapent l’alliance des forces populaires et complotent contre le régime, exige le respect de la loi et rappelle qu’on doit « garder la pratique démocratique dans les limites des principes de notre société et de nos valeurs ».

15Les Universités ouvrent le 3 février, avec des réglementations renforçant le contrôle des étudiants à l’entrée et restreignant le droit de réunion ainsi que l’usage des journaux muraux (Ahram 4.2). La presse du Caire souligne le calme de la rentrée, le bon accueil fait au discours de Sadate, les manifestations d’appui qu’il reçoit (Ahram 6.2, 7.2). Par contre, la presse de Beyrouth annonce la reprise et la croissance de l’agitation. Les affiches apparaissent de nouveau à Giza dans la Faculté des lettres, elles donnent la liste des étudiants incarcérés, demandent leur libération, réclament plus de démocratie ou refusent tout règlement politique de la crise du Proche-Orient (Nahar, Safa 4.2 et suivants). Al Balagh du 5 février reproduit la liste des personnes détenues à la prison de la Citadelle : 1 avocat, 2 journalistes, 4 poètes, 2 romanciers, 2 fonctionnaires, 9 Palestiniens, 19 étudiants du Caire, autant de Aïn Shams, 5 d’Alexandrie et 2 de Mansoura ; au niveau des étudiants ce sont surtout les facultés de médecine et de polytechnique qui sont représentées.

16Entre temps, le Conseil de discipline de l’Union socialiste arabe s’est réuni le 2 février pour satisfaire les demandes de Sadate. Il définit le déviationnisme politique, propose des sanctions et expulse du parti, le 4 février, 64 membres de l’intelligentsia, principalement des journalistes « nassériens de gauche ». Il est difficile de ne pas lier cette purge, qui va d’ailleurs se poursuivre, au regain de l’agitation universitaire. Elle se maintient d’abord dans l’enceinte des campus où les cours, jamais interrompus, sont plus ou moins perturbés. Puis, à partir du 11 février, des cortèges tentent de se former à la sortie des cours et, comme l’accès du centre-ville est rigoureusement interdit par la police, des groupes étudiants se répandent dans les quartiers avoisinant l’Université, où ont lieu des heurts violents avec les forces de l’ordre : on compte des blessés et de nouvelles arrestations. La Faculté polytechnique de Aïn Shams est provisoirement fermée (Nahar 7.2). Si la presse de Beyrouth donne le détail de l’agitation, celle du Caire en avoue les conséquences : l’Assemblée discute à nouveau de la situation sur rapport des ministres de l’Enseignement supérieur et de l’Intérieur ce dernier faisant état de 35 blessés dans la police et elle recommande la fermeté (Ahram 13.2).

17Un groupe de 900 étudiants signe une déclaration, résumée dans Ahram du 14 février. Elle proteste contre les rapports falsifiés de la presse et, en vue de reconstituer l’unité du « front intérieur », propose de nouer un dialogue franc et constructif avec les autorités, de juger rapidement les étudiants emprisonnés et de libérer les innocents, enfin de faire participer davantage l’Université au développement national et à la lutte. Al-Hurriya (19.2) accuse Heykai de n’avoir pas osé publier cette déclaration et de l’avoir envoyée au Nahar, où elle paraît intégralement (Nahar 15.2). De même, un communiqué signé par de nombreux professeurs des Universités de Giza et de Aïn Shams est rendu public. Ils demandent de replacer le mouvement étudiant dans l’intolérable situation de « ni guerre ni paix » et face à la répression de toute expression libre, d’aménager, en conséquence, un mode légal de liberté pour les étudiants et leurs professeurs (Sofa 17.2, al-Hurriya 19.2).

18À partir de ce moment, le vent tourne à la détente et de multiples consultations se déroulent entre commissions de professeurs, d’étudiants, de dirigeants de l’Union socialiste arabe et de membres de l’Assemblée (Ahram 15.2). On relâche quelques étudiants emprisonnés (Ahram 18.2), une délégation de professeurs et d’étudiants visite ceux qui restent incarcérés, on assure qu’ils pourront passer leurs examens en prison (Ahram 19.2). Ces mesures d’apaisement et de compréhension vont dans le sens des désirs de tous, car les examens approchent et le trouble est de plus en plus mal supporté. Dans certaines facultés, les examens commencent en effet dès le 18 février, sans aucune absence, souligne-t-on. En s’étendant progressivement à toute l’Université, ils grignotent l’agitation et finissent par l’éliminer.

Commentaires

19Les affiches murales, source officielle des troubles, ont fait leur apparition bien avant le 5 décembre. En novembre 1972 déjà, les étudiants de Giza parlaient d’une véritable lutte intestine par affiches interposées et de bagarres autour d’elles. Leur apparition, très tôt dans l’année universitaire et sans qu’un événement ne cristallise ou ne suscite, comme en janvier 1972, le mécontentement latent des étudiants, est bien le symptôme du prolongement de la même fièvre continue ; c’est aussi un signe de la volonté, chez certains, de relancer le mouvement. La police ne s’y trompera pas : les arrestations du 29 décembre touchent les leaders étudiants du mouvement de janvier, ainsi que ceux qui ont pris leur parti ou collaboré avec eux (l’avocat Hilali, le poète Fouad Negm, le chanteur Cheikh Imam...).

20Bien que l’agitation de cette année puisse s’apparenter au prolongement de la fronde étudiante de janvier 1972, elle s’en distingue assez profondément. Ce qui frappe d’abord, c’est l’absence d’une unanimité recherchée et obtenue. Pas de congrès général des étudiants dans les facultés d’abord, puis les universités ; pas de propositions avancées, discutées et votées par l’ensemble. La fragmentation est visible, l’opposition entre groupes « activistes » et « réactionnaires » se manifeste tout au long. Une seule revendication paraît vraiment populaire : « Libérez les étudiants ! ». C’est pourquoi, à partir de la rentrée de février, les luttes entre groupes rivaux semblent lasser l’ensemble et la participation au mouvement diminue.

21Risquera-t-on une explication ? Alors qu’au début de 1972 le mouvement étudiant manifestait une sorte de sursaut national, de rejet spontané d’une situation ressentie par tous comme humiliante, celui de cette année paraîtrait bien davantage le reflet des divisions et des impuissances de la société égyptienne actuelle. La volonté d’union nationale que proclame le gouvernement ne peut plus masquer la lutte des clientèles proches du pouvoir ni, ce qui est plus grave et plus sérieux sans doute, retarder la naissance d’une incertaine lutte des classes recherchant son expression à travers les tensions politiques et sociales. Dans cette évolution, où se situent les étudiants ?

  • 1 Voir A. El-Kosheri-Mahfouz, Socialisme et pouvoir en Égypte, sur l’opposition entre tenants d’une v (...)

22Il est difficile de préciser les liens de certains groupes activistes avec la tendance Sabri éliminée en mai 1971. Cependant, Sadate a certainement pris l’occasion du trouble pour chasser de l’Union socialiste arabe et de la presse les représentants de la gauche nassérienne, ouvrant ainsi l’accès du pouvoir au principal soutien d’un socialisme d’essence « arabe », beaucoup plus modéré et appuyé sur « les valeurs de notre société et de notre religion »1.

  • 2 La révolte des étudiants égyptiens, janvier 1972. Le texte des documents de cette traduction frança (...)

23Par ailleurs, que des groupes gauchistes, parmi les étudiants d’Égypte, soient en rapport avec des groupes similaires dans le monde arabe ou en Europe, cela semble difficilement contestable – et le contraire serait étonnant ! Ce sont al-Bina, al-Hurriya ou al-Balagh qui publient à Beyrouth les documents les plus violents passés en fraude, et ces « fuites » sont pour les autorités égyptiennes autant de signes de complicité. Dar Ibn Khaldoun, à Beyrouth, éditera cette année encore tout un ensemble de déclarations et d’exposés de groupes ou d’assemblées d’étudiants égyptiens. On y retrouvera des textes proches de ceux qu’ont déjà publiés al-Bina ou al-Balagh, ils en diffèrent cependant et il faut toute une exégèse pour discerner les tendances des groupes dont ils émanent. La même maison d’édition avait fait paraître l’an dernier les Documents étudiants de janvier 1972, ainsi que les poèmes de Fouad Nagm chantés par Cheikh Imam. Ces Documents de janvier 1972 ont été également publiés à Paris dans la revue arabe Masira dirigée par Mahmoud Hussein, puis traduits chez Maspero2. Des traductions polycopiées de la Lutte des classes en Égypte, de Mahmoud Hussein, que l’on dit influent parmi les Unions d’étudiants arabes de France, circuleraient en nombre parmi les étudiants d’Égypte.

24Que cette radicalisation politique de certains groupes suscite, dans les milieux traditionalistes musulmans, des réactions toujours prêtes à affleurer, et en particulier chez les Frères musulmans toujours prompts à agir, il faut bien s’y attendre. Cependant le pouvoir, semble-t-il, ne les favorise pas et sans doute les englobe-t-il, comme les nostalgiques du libéralisme d’ancien régime, dans la même réprobation pour la « droite réactionnaire ». En tout cas, la majorité des étudiants, assez moderniste, ne manifeste guère d’intérêt pour ce genre de réaction.

  • 3 Le texte du rapport de la commission parlementaire chargée d’enquêter sur ces troubles est publié d (...)

25L’état de « ni guerre ni paix » qui se prolonge et auquel on ne voit ni ne croit d’issue, a profondément affecté le tonus de la nation. Il n’y a plus de projet crédible pour la construction du pays qui puisse réunir ses énergies, alors se font jour les divisions d’une communauté renvoyée à ses démons intérieurs. Les troubles confessionnels de l’automne 1972 en sont les premières manifestations3, puis viennent les tensions étudiantes. La libéralisation du régime Sadate, à ses débuts, a permis une expression plus ouverte du malaise, mais on arrive maintenant à une situation pleine de menaces. Pour le pouvoir, il est alors plus facile de museler une intelligentsia minoritaire, qui a eu le courage d’utiliser un peu de liberté à critiquer la médiocrité idéologique officielle, que de tenter d’orienter une masse ou l’image musulmane de la vie, populaire mais vague, noie les contours de réactions assez diverses. C’est bien, semble-t-il ce qui s’est passé : les sanctions se sont abattues beaucoup plus sur la « gauche aventuriste » que sur la « droite réactionnaire et opportuniste ».

26Très liés à l’intelligentsia qui sort de leurs rangs, les étudiants revendiquent unanimement la même liberté de penser, et de penser politiquement, mais ils se divisent sur les orientations. Comme aucune action efficace en vue d’un changement possible n’apparaît à l’horizon ni ne sollicite leur adhésion, comme ils sont également coupés des ouvriers et des masses populaires, la stérilité d’une agitation, née d’un mécontentement commun mais sans autre débouché que son utilisation par des groupes minoritaires, apparaît assez vite à l’ensemble. L’immédiat reprend progressivement ses droits : l’immédiat, c’est de passer les examens, de ne pas sacrifier en pure perte une année universitaire. En misant sur ce désir bien naturel, le pouvoir gagne à tous les coups, mais il n’a résolu aucun problème. Entre lui et les étudiants on peut, sans être prophète, prévoir la résurgence de l’état « ni guerre ni paix ».

Notes

1 Voir A. El-Kosheri-Mahfouz, Socialisme et pouvoir en Égypte, sur l’opposition entre tenants d’une voie égyptienne vers le socialisme, soutenus par la revue al-Tali‘a, ou au contraire d’un « socialisme arabe », dont le principal promoteur se trouvait être Abdel Kader Hatem.

2 La révolte des étudiants égyptiens, janvier 1972. Le texte des documents de cette traduction française comprend des propositions qu’on ne trouvera pas dans l’édition arabe de Dar Ibn Khaldoun : or, elles sont toutes « gauchistes ».

3 Le texte du rapport de la commission parlementaire chargée d’enquêter sur ces troubles est publié dans l’Ahram du 29 novembre 1972.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires