Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Partie 2 - L’État face aux citoyens

État et société civile en Égypte

Note de l’éditeur

Source : Projet, vol. 212, juillet-août 1988, p. 12-16.

Le père Martin dresse le portrait d’une société en cours de transformation tout en analysant en parallèle les structures étatiques. Il note la distance et le manque d’interactions entre la société civile et le pouvoir étatique. Les dysfonctionnements de la démocratie, conjuguées avec les difficultés socio-économiques, accentuent le fossé entre les citoyens et l’État et ce, au bénéfice d’une opposition islamiste variée, qui capte les revendications populaires. (N.D.R)

Texte intégral

1Un pouvoir militaire et technocratique, aux visées modernisatrices, peut-il susciter un consensus dans un peuple façonné par les cultures traditionnelles ? Les contestations et tensions induisent-elles des adaptations, ou s’expriment-elles seulement dans les nostalgies islamistes ?

2Déterminer les rapports réels entre structures sociales et étatiques dans l’Égypte d’aujourd’hui n’est pas tâche facile. D’abord la construction de l’État national est ici une entreprise récente : même si l’on fait volontiers remonter sa préhistoire à Muhammad Ali, l’indépendance effective de la nation égyptienne à l’intérieur de ses frontières actuelles ne date que de 1956, et 30 ans ne sont qu’un laps bien court au regard du temps qu’il a fallu aux États-nations « modèles » d’Occident pour se constituer. D’autre part, malgré le nationalisme foncier de la population, forgé au cours de sa longue lutte contre l’Angleterre, c’est aussi une entreprise contestée de l’intérieur : le mythe de l’unité arabe, avec ses multiples tentatives d’union ou de complémentarité, comme la mystique de la Umma musulmane dénoncent tour à tour l’artificialité des frontières pour immerger la nation dans des ensembles plus vastes. Toutefois, la singularité du pays rassemblant 50 millions d’habitants sur une superficie irriguée et vivante égale à celle de la Hollande, étirée et enserrée entre deux déserts absolus et profonds, lui garde une identité propre et fortement marquée.

  • 1 J’ai déjà tenté cette démarche sur des points plus limités dans Études : « Égypte, les modes inform (...)

3De cette caractéristique géographique on a voulu déduire une homogénéité de la société égyptienne, société « hydraulique » soumise de toute antiquité à un État nécessairement centralisateur, bien éloignée des structures sociales diversifiées que révèle l’observation. II y a avantage à partir d’une hypothèse opposée, quitte à examiner sa validité, celle d’une société multiforme, d’une mosaïque sociale ; de surcroît récemment entrée dans un processus de mutation rapide qui diversifie encore chacun des éléments de sa configuration1. Cette diversité explique la résistance aux structurations étatiques unitaires, leur dégradation à l’usage par les groupes sociaux selon des pentes propres, étrangères au plan originel du pouvoir. Il vaut donc mieux partir d’en bas, là où sont reçues les régulations venues d’en haut, puisque s’y joue le sort de l’ordre de l’État.

La base de la pyramide

  • 2 Sur le paysan égyptien existe une abondante littérature depuis Le Fellah de E. About, 1869, dont le (...)

4Le premier facteur de l’agencement social est la complexité historico-culturelle de la géographie des groupes. Il est impossible de tenter de l’Égypte une présentation analogue à celle de L’Identité de la France de Fernand Braudel, en raison des lacunes de nos connaissances, les analyses sectorielles font assez cruellement défaut, la société égyptienne est mal connue dans le détail2. On peut en esquisser le projet. En très gros, donc, existent, sur les marges, de nombreux groupes irrédentistes : nubiens même urbanisés, bédouins même sédentarisés, pêcheurs des bords de mer et lacs intérieurs et d’autres encore, moins nombreux mais tout aussi typés. En pleine page, dans la campagne dominée par la ville, les ruptures ne sont pas moindres : on est de Basse- ou de Haute-Égypte, cette dernière toujours un peu plus dense, moins riche, plus enserrée de désert, où les villes s’amenuisent et s’espacent, bref de plus en plus défavorisées et retardataires à mesure qu’on s’éloigne vers le sud. La variété des parlers provinciaux dévoile toujours l’appartenance originaire. Le réseau des confréries religieuses, avec la foule de leurs saints rassemblant les vivants à la fête du mouled et les morts en immenses cimetières autour de leur tombe, recouvre encore tout le pays rural. Puis il y a la diversité des villes : le Caire assis en capitale treize fois centenaire, la toute jeune Alexandrie maritime pressée de faire revivre sa richesse passée, Tanta qui se développe au cœur du delta autour d’un pèlerinage musulman et d’un marché, Assiout qui lui répond au sud avec une population chrétienne dense comme nulle part ailleurs, au tiers et plus... Et bien sûr, dans ces villes, la diversité des quartiers : quartiers intégrés anciens, dits « arabes », d’où la bourgeoisie a fui vers les zones plus modernes tout en y gardant ses racines, et qui conservent leur caractère populaire diversifié selon les types d’artisanat et de commerce, excroissances monstrueuses des quartiers suburbains d’immigration récente où les regroupements s’opèrent en fonction des provenances ; entre les deux, la « ville moderne », quadrillée à l’anglaise, à la franco-italienne ou à l’américaine, chacun de ces espaces, possédant son centre propre, souk ou mosquée, café ou pub, pour ne pas parler de la cafétéria du grand hôtel cosmopolite.

Les villages se désenclavent

5Depuis une décennie, le rythme lent des changements qui affectaient surtout la ville s’est accéléré, les mutations économiques et culturelles pénètrent jusqu’au fond de la campagne : c’est le second facteur important de structuration sociale. Deux faits massifs sont ici à retenir : l’émigration temporaire à l’étranger qui hâte la migration de la campagne vers la ville et l’extension du réseau d’éducation. L’un et l’autre ont contribué à désenclaver le village si récemment encore isolé, et à créer de nouveaux besoins, un type commun de culture populaire dont on pourrait penser qu’elle aurait effacé les diversités antérieures.

6Depuis le boom pétrolier des années 1970, l’émigration temporaire du travailleur égyptien dans les pays arabes affecte toutes les couches de la population et tous les secteurs professionnels, jusqu’au quart environ de la force de travail, bien davantage si l’on considère l’ensemble du personnel, en continuel renouvellement, qui a été touché par le mouvement. C’est une ponction énorme sur la capacité nationale de production, ainsi partiellement transférée à l’étranger ; c’est aussi un énorme apport d’argent directement distribué dans la population, plus élevé que l’ensemble des ressources en devises étrangères contrôlées par les organismes gouvernementaux (canal de Suez, pétrole, tourisme). L’effet est visible partout : reconstruction du village, mécanisation de l’agriculture, de l’artisanat et des communications, rénovation du commerce, changement des modes de consommation et de loisirs ainsi que des besoins sociaux, sans parler des profondes transformations en cours dans les rapports entre générations (ce sont les jeunes qui partent) et entre sexes (la femme remplace le mari migrant).

7Tout aussi importante se révèle la mutation du système d’enseignement, opérée à la même époque par la création d’universités dans toutes les provinces. La scolarisation n’avait auparavant aucun débouché sur place pour la majorité des jeunes, seuls des privilégiés pouvaient poursuivre des études supérieures sur les campus surpeuplés du Caire, d’Alexandrie ou d’Assiout ; aujourd’hui, facultés et instituts techniques supérieurs sont accessibles à tous, au prix de faibles déplacements et coûts. La vie terne de la petite capitale de province, brusquement devenue universitaire avec son contingent d’étudiants agités, est transformée. Certes, ni la qualité de l’enseignement ni son adaptation aux besoins locaux n’ont été améliorées, bien au contraire, mais est offerte à une masse de jeunes diplômés, filles et garçons, une possibilité de libération sociale et, à portée de main, l’espoir d’une vie autre, moderne, urbaine.

8Le migrant part temporairement amasser les moyens pour améliorer chez lui son statut ; mais, il côtoie dans le Golfe la société des riches capitales musulmanes du pétrodollar, dont il se sent exclu. Le dépaysement ouvre les yeux, le regard est en général critique, il le reste au retour mais ouvert sur les limites de la société égyptienne elle-même. Le passage à l’université, de son côté, avive les besoins et la conscience des droits, sans vraiment fournir le moyen de satisfaire les nouvelles exigences. Les études demandent un long effort, fait surtout de mémorisation de connaissances sans exercice pratique, dans un climat de perpétuel concours ; au terme du parcours, le diplômé débouche, avec une conscience excessive de sa valeur, sur un marché du travail encombré auquel ses études l’ont d’ailleurs peu préparé. Les migrants pas plus que les étudiants n’ont en fait réellement décollé de leur culture originelle propre, pour faire bref et malgré l’ambiguïté du terme, de leur culture « religieuse traditionnelle », car en fait cette tradition est soumise à de continuelles réinterprétations. Il ne faut donc pas s’étonner que leurs ambitions et frustrations empruntent un registre religieux...

Réseaux de solidarité dans la ville

9Le mouvement de fond qui emporte les groupes sociaux vers un commun mode de vie urbain accroît l’influence d’un troisième facteur de structuration, le sens des solidarités différentielles et préférentielles, des appartenances par lesquelles l’individu pare à l’immersion dans la masse indifférenciée et aux difficultés du changement de vie.

10La première de ces solidarités, massive, est de type religieux ; elle lie entre eux les coptes d’un côté, les musulmans de l’autre. Elle commande les alliances familiales mais aussi l’entraide dans le travail où chacun recrute son semblable, jusqu’à la participation aux loisirs dans les clubs dépendant de l’église ou de la mosquée. On retrouve le jeu de cette solidarité liant les membres d’un groupe marqués de la même différence, à tous les niveaux et dans toutes les formes de la vie sociale : dans la grande famille où l’on privilégie toujours un membre du clan quel que soit son statut social, ou entre les migrants d’un même village qui forment en ville une association pour assurer mariage et enterrement décents, grands moments symboliques de participation communautaire, ou encore, au travail où l’on cotise mensuellement à une caisse commune dans laquelle chacun puise à son tour.

11On n’en finirait pas d’énumérer les réseaux de cette vie associative profondément traditionnelle – pensons aux waqf (fondations) et corporations du passé, aux confréries toujours actuelles – qui traverse les nouvelles proximités de la vie moderne ; elle irrigue (parasite ?), réoriente (dévoie ?) les superstructures sociales récentes, partis politiques, syndicats, coopératives, groupes au pouvoir.

Le sommet

12Logiquement, les degrés de la pyramide de l’État devraient se construire à partir de ces bases sociales ; il n’en est pas question, telle n’est pas la démocratie égyptienne. Il faut maintenant partir d’en haut – le pouvoir repose en fait sur la cohésion entre officiers supérieurs de l’armée et grands universitaires – et s’interroger sur le consensus que la société civile accorde à la politique qu’ils déterminent.

Ordre et compétence

  • 3 II est aventureux d’inventorier le vaste domaine que recouvre « l’armée », défendu par le secret ou (...)

13L’armée – et secondairement la police – tient, maintient l’ordre, et détient les postes d’autorité. Présidence de la République, ministères de la Défense et de la production militaire, de l’Intérieur, du gouvernement local, gouvernorats de provinces et de grandes villes sont entre les mains de cent à deux cents généraux promus et soutenus par le groupe ou la caste des officiers. L’armée est un corps presque autonome et autosuffisant avec ses multiples entreprises et services dont beaucoup n’ont pas, loin de là, de fonction militaire mais qui confèrent à sa hiérarchie de précieux privilèges distinctifs3. Entre les membres de cette hiérarchie, vivant ensemble depuis l’entrée à l’académie militaire, jouent les solidarités qui permettent de parvenir et de se maintenir aux postes d’autorité. Le pouvoir n’est pas militaire pour autant ; les officiers de haut rang sont en fait, en raison de leurs multiples activités et responsabilités, plutôt des technocrates – la majorité d’entre eux sort d’ailleurs de milieux provinciaux simples, voire populaires. Le président n’est pas davantage un autocrate, il est lié et limité par le groupe dont il est issu, où il puise ses conseils, et dont il arbitre les luttes et conflits de clientèle.

14L’armée est loin de tout accaparer dans l’État. Si elle contrôle le centre de l’autorité et l’ordre public, la gestion des affaires nationales est par contre confiée à des techniciens civils. Éducation, économie, finances, industrie, relations internationales, commerce, etc., sont gérés, ici comme ailleurs, par des technocrates de formation universitaire, souvent recrutés dans les cadres mêmes de l’Université. Ils ont un rôle de conseillers pour les prises de décision dans les orientations majeures et ils en sont les exécutants, avec cet avantage, pour l’autorité suprême, que leur échec éventuel est moins le sien que le leur. Il y a donc conjonction, cohérence de deux types de rationalité ; celle de l’ordre et celle de la compétence, rencontre de deux technocraties, l’une s’appuyant sur l’autre. En effet, l’élite dominante, qui fournit les cadres universitaires et les PDG des grandes entreprises tant publiques que privées, tient au maintien de l’ordre, comme l’ordre est lié à une administration compétente des biens et services de la nation. C’est cependant sur ce dernier point que le technocrate civil risque de rencontrer ses limites : d’abord il peuple de sa propre clientèle les services immédiatement subalternes de sa gestion ; surtout, la plupart du temps, il est diplômé d’une université prestigieuse de l’étranger, et sa formation l’a éloigné des réalités socio-économiques du peuple égyptien réglées par une autre logique que celle des pays industrialisés.

Démocratie formelle et opinion publique

  • 4 Pour les élections de 1984, voir la Revue de la Presse égyptienne, no 14, juillet 1984 ou, en arabe (...)

15Entre ce haut du pouvoir et la société civile qui n’a guère participé à sa désignation, la démocratie s’établit formellement au niveau du parlement, des conseils locaux et des syndicats ouvriers et professionnels, tous élus avec la participation plus ou moins discrète des partis politiques. Existe donc bien une liberté politique « établie », enregistrée dans une constitution respectée et s’épanouissant en légalité effective : pas ou peu d’arbitraire gouvernemental. Mais le parti majoritaire (et gouvernemental) issu du parti unique d’il y a dix ans est écrasant et transforme le parlement en chambre d’enregistrement, même si une maigre opposition y fait entendre sa voix. En réalité, la participation aux élections législatives est très faible – l’abstentionnisme est un autre fait massif et général – et dans ces conditions un député ne peut guère prétendre à la représentativité4.

16Il n’en va pas de même pour les syndicats professionnels d’ingénieurs, d’avocats et surtout de journalistes, véritables tribunes d’opinion ; les élections aux conseils de direction sont l’objet de luttes serrées.

17Le lieu véritable de l’expression démocratique est moins le parlement que son substitut, la presse, qui, au contraire des députés, possède ses leaders reconnus et écoutés. Dans la presse d’opposition, notamment, la critique peut être acerbe et percutante, et, hors le président, viser n’importe quel officiel au pouvoir, dénoncer erreurs, échecs et corruptions. La dénonciation d’un abus est redoutée des responsables, et l’opinion publique ainsi relayée n’est pas sans influence ; l’influence est limitée toutefois dans la mesure où la presse d’opposition, qui n’offre d’ailleurs guère de véritable alternative politique en raison de la structure du régime, ne touche que la couche relativement mince d’une population de lecteurs cultivés, engagés et politisés.

Un consensus difficile

18La distance entre une société civile si diverse et un pouvoir étatique qui n’en émane pas directement pose la question du consensus national dont bénéficient les acteurs politiques. Il peut arriver que ce consensus se manifeste de façon massive et émotionnelle, aux grands moments de ferveur nationale, quand l’action ou l’événement répond à une attente généralisée. Sous Nasser et Sadate on a pu également tenter de l’organiser par l’éducation idéologique, sans grands résultats. Dans les conditions actuelles, le pouvoir recherche principalement le consensus dans le domaine du développement économique ; la réussite, difficile, de l’entreprise le dispensera et le mesurera.

19Le problème réside alors dans l’écart entre la mentalité technicienne des responsables qui conçoivent les voies de la croissance et la culture de la masse. Ce fossé culturel n’est pas seulement redoutable pour la compréhension par le peuple des orientations du pouvoir, mais pour l’exécution même de la décision gouvernementale au fur et à mesure qu’elle atteint, pour s’appliquer, davantage d’exécutants et de « sujets ».

  • 5 Un exemple : non moins de 7 ministères s’occupent de formation professionnelle accélérée et adminis (...)

20Le canal d’exécution est le corps des fonctionnaires. Si l’on y intègre les employés du secteur public de la production, bien plus étendu que le secteur privé depuis les nationalisations du socialisme nassérien, ce corps représente sans doute le tiers (ou davantage) de la population active. Tout diplômé de quelque degré a droit de présenter au ministère du Travail sa candidature pour une fonction. Cette embauche en vertu de la loi d’un personnel superflu, sous-utilisé, mal payé, est une véritable « subvention à l’emploi », analogue aux subventions gouvernementales destinées à maintenir à bas prix les produits de consommation de première nécessité. Le système engorge les secteurs d’activité gouvernementale et y engendre d’innombrables chevauchements entre compétences de ministères5.

  • 6 L’achat du fonctionnaire par pourboire personnalisé est la façon la plus courante de tirer avantage (...)

21Mais surtout, le fonctionnaire sous-payé applique les règles du marché : il exploite son poste, monnaie son service, tout en exerçant un second emploi plus rentable auquel il consacre toute son attention. La généralisation de ces pratiques grippe les mécanismes de l’administration. Chaque jour la presse de tout bord en apporte des gerbes d’exemples, se faisant l’écho des plaintes des citoyens ; cependant les administrés eux-mêmes tentent de tirer profit de cette dérégulation du secteur public parasité par la privatisation et, s’ils ne le peuvent, de le contourner ou de s’en passer6.

La tradition aménage la modernité

22Plus profondément, ce dysfonctionnement reflète des normes de comportement, des logiques divergentes du « macro-national » d’un côté et du « micro-social » de l’autre. La gestion de l’ordre et des affaires nationales par le pouvoir, à laquelle on doit reconnaître le mérite d’assurer globalement, avec des moyens cependant limités, les besoins fondamentaux de la population, ne peut être appréciée que par une mince couche sociale « supérieure » qui, ayant accédé à la culture politique moderne, est capable de comparer ce qui se fait ici et ailleurs.

23Il n’en va pas de même de la masse, encore largement analphabète et où, surtout, le champ des intérêts moteurs est beaucoup plus restreint. Ici, tout en profitant d’une nette amélioration du niveau socio-économique, on aménage les moyens nationaux mis à disposition selon les comportements habituels de groupes, de clientèles, de proximités ou d’appartenances variées. Sur le modèle bien connu de l’économie appropriée ou informelle qui fait vivre une grande proportion des masses urbaines, on pourrait décrire un ensemble de réseaux restreints et juxtaposés de relations sociales où s’éprouvent et s’expriment des liens communautaires très vivaces, délimitant de petits univers dont la forme commune n’est plus le politique-national mais le microcosme socio-religieux vivant ; celui-ci, en s’adaptant aux circonstances nouvelles, est capable de régler les rapports dans le groupe et entre groupes, puis de s’en inspirer pour juger ce que devrait être la règle de la nation.

24Le lieu de rencontre entre ces deux types d’organisation de la société est l’Université, où l’État forme les cadres futurs de son action. Le milieu universitaire – étudiants et diplômés de 25 à 30 ans – enregistre fidèlement la réaction sociale aux impulsions de l’État. D’une part on y accède aux moyens modernes de travail employés dans les plans de développement, mais, d’autre part, jeté dans le chaos de la vie urbaine, on prend conscience d’inégalités considérables qui ne vont pas sans injustice ni corruption... dont le refus au plan politique devrait se contenter d’expressions verbales assez inefficaces, celles des partis. Par contre, la religion, respectée de tous, dans laquelle son héritage culturel l’enracine, fournit au jeune adulte le champ par excellence de la libre contestation, avec son mode d’expression et ses associations. Les gamaât islamiyya deviennent ainsi l’instrument d’une agitation endémique qui, matée à l’université, se transporte aussitôt dans les mosquées et dans la rue.

La religion, instrument de la contestation

25Reste à évaluer le poids et les chances de cette contestation politico-religieuse dont dépendent pour une large part aussi bien la stabilité du régime que l’avenir de la culture égyptienne. Sa pesée sur les mœurs est incontestable, bien que sa diffusion entraîne, par le fait même, la dilution de son énergie. Ainsi en va-t-il du costume islamique de la femme, il y a dix ans défi public et protestation violente contre « l’immoralité occcidentale », aujourd’hui phénomène de mode, et des revendications pour l’application de la loi islamique, devenue lieu commun de discussions rebattues dans les médias. Il est plus grave que l’écrit soit presque monopolisé par une production religieuse surabondante qui submerge ou marginalise ce qui est vivant et novateur dans les Lettres. Elle est également indéfiniment répétitive – les clercs azharistes se contentant de mesurer le présent à l’aune d’une tradition classique figée tandis que les laïcs islamistes appellent à la révolution en ressuscitant hors contexte quelques pages d’Ibn Tamya. Ceci alors que l’expansion de la culture des loisirs et le culte des vedettes du sport, du cinéma et de la chanson font un sérieux contrepoids à ce « réveil de l’islam » dans les mœurs, au risque de cantonner pour beaucoup le professé dans un discours non pratiqué.

26En ce qui concerne l’ordre public, il est certes dangereux que la contestation, le « désordre », sourde régulièrement de la nappe religieuse profonde de la population. Cependant, sous l’identité islamique se cachent de sérieuses divergences.

27Dans le milieu azhariste, les oulémas rêvent d’un impossible retour à leur position passée de régulateurs de la société ; l’introduction des législations modernes a remis depuis cent ans aux juristes cette régulation tout en confinant les oulémas dans l’enceinte de la mosquée. À la campagne, où la mosquée garde une influence centrale, la frustration du clerc est bien moins intense. Dans la petite bourgeoisie urbaine, lieu naturel de propagation des Frères musulmans, la portée politique de la revendication est plus accentuée : on critique les azharistes moyenâgeux toujours pliés devant le pouvoir et on vise l’organisation d’un parti totalitaire qui détacherait l’Égypte de l’orbite occidentale et la ramènerait à son authenticité islamique.

28C’est encore dans les rangs des Frères musulmans, jugés trop légalistes et modérés, que se recrutent les groupements radicaux de jeunes qui anathématisent l’État renégat et fomentent attentats ou émeutes. Une lecture fidéiste et apologétique de la tradition islamique autant que la méconnaissance des problèmes complexes de société qu’affronte un gouvernement aujourd’hui leur permettent de placer à l’horizon du changement révolutionnaire la résurrection de l’âge d’or de l’islam naissant ; cependant l’expérience iranienne ne favorise pas leur audience.

29Cette fragmentation de l’opposition islamiste permet au pouvoir d’utiliser une fraction contre l’autre, accordant satisfaction aux azharistes sur un point de législation ou de mœurs, souvent de façon plus verbale que réelle, ou opposant la direction pondérée des Frères musulmans aux excès des jeunes. Il n’échappe pas, pour autant, à un harcèlement épuisant, tantôt dans une université puis dans une autre, dans la capitale puis en province, et, quand l’Université est calmée, il lui faut surveiller les mosquées ; les islamistes s’en prennent alors aux cabarets et vidéoclubs, à la minorité copte... Le danger, ici, réside peut-être moins dans la coalescence possible de ces mouvements lors d’une explosion populaire plus grave, qui entraînerait alors une répression violente et aveugle, que dans la permanence d’une irritabilité généralisée due à des conditions de vie difficiles et instables : d’où l’attrait récurrent de la « solution islamiste » qui masque les véritables données du problème de la nation et tient pour nuls et non avenus les efforts entrepris pour leur amélioration.

30On a traité de l’Égypte comme d’une unité isolée. Politiquement elle est, certes, moins sensible aujourd’hui à ce qui se passe dans son entourage arabe que du temps de Nasser, du fait de la paix avec Israël, accuse l’intelligentsia de gauche, en tout cas certainement parce que le morcellement du monde arabe s’est accentué quand le conflit Irak-Iran s’est ajouté au chaos libanais, si bien qu’aucune de ses causes, la palestinienne exceptée – et encore ! – ne suscite aujourd’hui de ferveur. De même l’islam égyptien est assez largement autonome, auteur de ses propres courants et responsable de ses comportements, bien que la générosité des pays du Golfe subvienne à beaucoup des besoins de ses mosquées et de ses associations, ici comme ailleurs. Il en va autrement de l’économie du pays dont on sait l’endettement, la dépendance et la fragilité avec la chute brutale de ses ressources en devises fortes ; les restrictions survenues brusquement après une décennie d’expansion et de facilités entretiennent un malaise grandissant où le mouvement islamiste prend appui et trouve, peut-être, ses chances.

31Assez paradoxalement, cependant, on peut avancer, en sens opposé, que la distance entre les structures étatiques et l’organisation sociale du pays permet un « jeu » dans leur agencement mutuel, une souplesse du « système » favorable à sa stabilité. Ce qui paraît désordre peut en quelque sorte être aussi voie d’adaptation à un ordre autre, ou d’un ordre autre. Si l’engrenage du haut sur le bas est lâche, cette faiblesse inhérente à l’exercice du pouvoir a sa contrepartie dans un certain « laisser-faire, laisser-passer » où le pouvoir admet ses limites : c’est une forme pratique de libéralisme pour un régime en principe autoritaire – l’autorité du technocrate appuyée sur celle du militaire – mais qui se veut populaire. Cette liberté nécessairement concédée est utilisée par les différents groupes sociaux pour aménager leurs territoires propres et les agencer selon des règles traditionnelles toujours vivantes, qui ont donc gardé la souplesse de la vie, c’est-à-dire la capacité de se transformer selon des conditions nouvelles. Sans doute faudrait-il être attentif à ces adaptations tout autant qu’aux raidissements et aux refus pour mesurer les chances d’une modernisation sui generis, non transférée et traduite mais, d’une certaine façon, assimilatrice.

Notes

1 J’ai déjà tenté cette démarche sur des points plus limités dans Études : « Égypte, les modes informels du changement », avril 1980 et « Égypte, les années de vaches maigres », janvier 1987.

2 Sur le paysan égyptien existe une abondante littérature depuis Le Fellah de E. About, 1869, dont le défaut le plus fréquent est d’ignorer les spécificités régionales, ce qu’a su éviter J. Berque, Histoire sociale d’un village égyptien au XXe siècle (1957). La condition de la femme est également abondamment traitée sur un mode combatif, de Quasim Amin à NawaI al-Sa’adawi. Autre lieu commun : l’identité égyptienne, Shakhsiyet Masr ; Na’mat Fu’ad (1978) et Gamal Hamdan, 4 gros volumes parus depuis 1980. Nombreuses études sur l’émigration vers les pays arabes, mais dominées par l’aspect économique. Il faut cependant ranger à part les travaux du Centre de recherche sociale de l’Université américaine du Caire dont proviennent de précises et précieuses monographies locales ou sectorielles.

3 II est aventureux d’inventorier le vaste domaine que recouvre « l’armée », défendu par le secret ou la discrétion militaire. Les académies et instituts supérieurs militaires et de police auraient accueilli en 1986 50 000 bacheliers sur les 170 000 aptes à rentrer dans les universités (presse du 6/10/86), mais de nombreuses écoles secondaires ou techniques dépendent également de l’armée. Les usines militaires ne produisent pas que du matériel de guerre mais beaucoup d’instruments mécaniques, jusqu’à des produits de consommation sur lesquels manquent les données statistiques. L’armée entreprend aussi de grands travaux publics tels que routes, ponts, pose de lignes téléphoniques. Des coopératives de consommation sont réservées aux officiers et à leurs familles, d’autres aux sous-officiers, ainsi que des habitats coopératifs, des clubs privés, des résidences estivales. Cet ensemble intégré et clos de formation, de production et de services est géré par le ministère de la Défense et de la production militaire.

4 Pour les élections de 1984, voir la Revue de la Presse égyptienne, no 14, juillet 1984 ou, en arabe, de Sayyid Yassin, Les élections de 1984, Al-Ahram, 1986. Le taux d’abstention parmi les électeurs inscrits s’est élevé à 57 % pour l’ensemble du pays, un taux assez régulier depuis des décennies. En réalité, la proportion de non-participants est encore plus élevée si l’on compte que 50 à 60 % des électeurs potentiels ne sont pas inscrits sur les listes électorales, surtout parmi les femmes et les jeunes. Les Égyptiens à l’étranger (environ 2 millions d’électeurs potentiels) et les membres de l’armée et de la police (1 million) ne votent pas. Enfin, traditionnellement, l’abstentionnisme est beaucoup plus élevé en ville (76,4 % au Caire en 1984 !) qu’à la campagne. Dans ces conditions, le parlement ne peut guère refléter l’opinion de ce qu’il y a de plus vivant en Égypte, la population urbaine et jeune.

5 Un exemple : non moins de 7 ministères s’occupent de formation professionnelle accélérée et administrent des centres d’apprentissage pour jeunes. Ces centres sont cependant peu nombreux (218 en 1982, avec 136 000 élèves) et, à lui seul, le ministère de la Défense en gère 44 %, où il forme surtout des conducteurs de camion. Un regroupement plus rationnel et efficace de ce type nécessaire de service public supprimerait des postes et diminuerait le volume de fonctionnaires qu’emploie chacun des 7 ministères qui s’en occupent, donc son poids politique et ses possibilités de « servir » une clientèle.

6 L’achat du fonctionnaire par pourboire personnalisé est la façon la plus courante de tirer avantage du système (être servi plus vite, plus sûrement, au-delà de son droit, etc.), ce qui n’empêchera pas de s’en plaindre, ou de le rejeter quand il devient trop lourd en temps ou en argent ; on recourt alors au droit coutumier, où un médiateur remplace avocat et juge, et un simple témoin le fonctionnaire de l’enregistrement, pour les solutions de conflit, les achats et ventes de terrain, les contrats de mariage même. Tout un système traditionnel évolué, où jouent de nouveau les solidarités de groupes, court ainsi parallèlement à la structure légale officielle.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires