Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Partie 1 - Le pouvoir au défi des successions

L’Égypte après Sadate

Note de l’éditeur

Source : Études, août-septembre 1982, p. 155-170.

Cet article analyse la transition du pouvoir entre le Président Anouar el-Sadate, assassiné en octobre 1981, et le Président Hosni Moubarak. Le texte aborde les derniers moments de la présidence de Sadate, secouée par de fortes contestations sociales suivies d’une sévère répression, tout en soulignant les défis dont Moubarak hérite. Maurice Martin dresse un bilan contrasté du « règne » de Sadate. L’année 1982 est aussi marquée par la libération du Sinaï, occupé par Israël depuis 1967. Forte de son intégralité territoriale retrouvée, l’Égypte est alors porteuse d’espoir pour les observateurs. (N.D.R)

Texte intégral

1L’assassinat du Président Sadate, alors qu’il célébrait solennellement, au milieu de son armée, l’événement fondateur de sa politique, la victoire du 6 octobre et voilà qu’il tombe sous les balles d’un commando surgi de la parade militaire , a frappé l’Occident comme l’éclair avant-coureur du grand orage qui risquait de balayer l’Égypte. Les nombreuses explosions de joie indécentes des pays arabes traduisaient d’ailleurs la même attente. Quant au peuple égyptien, une fois passée la stupeur de l’événement qui se déroule sous ses yeux sur le petit écran et après le délai légitime strictement dû au deuil, il assiste sans surprise à la passation des pouvoirs dans la légalité et avec curiosité aux premières démarches de son nouveau président. Ce changement à la tête, il faut bien le dire, beaucoup le souhaitaient sans trop y croire depuis deux ou trois ans, jusque dans les rangs des partisans du régime. Ils savaient que, dans les faits, l’après-Sadate se préparait et que, dès lors, la survie d’une présidence usée ne pouvait qu’en retarder l’avènement. Relire les signes de cette lassitude puis de cette impatience du pays, c’est déchiffrer les changements d’attitude du Président Hosni Moubarak, mais c’est aussi cerner les redoutables problèmes que lui lègue Anouar el-Sadate. Ils exigent certainement bien plus qu’un style nouveau de gouvernement.

Faire peau neuve

2Quand il laisse décanter le trouble d’une fin de règne, l’Égyptien moyen reconnaît aisément les services rendus par Sadate au pays, ceux qui lui ont valu ses plus grands moments de popularité. C’est d’abord l’assouplissement de la rigidité nassérienne par la démocratisation de la vie politique et la libéralisation de l’économie. Le passage du régime de parti unique au pluripartisme a fait espérer que le droit d’une opposition à s’exprimer serait reconnu, tandis que le relâchement du contrôle étatique sur les échanges commerciaux avec l’étranger redonnait sa liberté au secteur privé. La guerre d’octobre 1973 a rendu possible cette libéralisation : elle fait cesser l’obsession des urgences militaires, inaugure le processus de retour du Sinaï occupé par Israël, permet la réouverture du canal de Suez et, finalement, le voyage du Président à Jérusalem, en novembre 1977. Ce déblocage éclatant vers la paix donne alors à Sadate une stature internationale dont le pays est fier, parce qu’elle change l’image de l’Égypte dans la conscience du monde – du monde occidental, du moins. Or, c’est justement dans le domaine de ces acquis essentiels que son personnage va devenir gênant, encombrant ou compromettant. Le pays risque d’avoir la nausée d’une paix humiliée qui défigure son visage, d’une libéralisation économique qui nourrit la corruption et des manifestations fallacieuses de richesse ostentatoire, tandis que l’opposition grandissante conduit le Président à un autocratisme crispé. Telle est donc l’ironie des choses : de même que Sadate s’est installé au pouvoir en le « dénassérisant », le successeur qu’il a lui-même mis en place doit à son tour faire peau neuve.

3Ces retournements découlent de la structure de la vice-présidence de la République des régimes présidentiels instaurés par les révolutions dans la plupart des républiques des pays arabes en 1975. La représentation populaire y étant plus figurative que réelle et le conseil des ministres assurant principalement des tâches d’exécution, la décision appartient au seul chef d’État, appuyé sur le groupe restreint des fidèles qu’il place aux postes clés du pouvoir : d’abord le contrôle de l’armée et de la police, plus secondairement celui du secteur public de la production. La fidélité personnelle de ces responsables fait la stabilité du régime, dans la mesure où eux-mêmes contrôlent par leur propre clientèle le secteur qui leur est confié. Ainsi, à tout changement à la tête de l’État correspond un remplacement de l’équipe des proches du président, et Hosni Moubarak n’échappe pas à cette règle. Les fissures de l’édifice que lui lègue son prédécesseur signalent simplement les lieux où il doit immédiatement et d’urgence se désolidariser du passé pour s’approprier et habiter le pouvoir. 

Montée de l’opposition

4Il faut donc d’abord repérer les craquements antérieurs. Ils traduisent, dans les années 1980-1981, une opposition croissante à la poursuite du processus de paix avec Israël. Certes, elle existe dès l’origine, mais elle est alors submergée par la ferveur de l’accueil populaire, soulignée par tous les observateurs, et dont les premiers heureux surpris sont les Israéliens. Or, deux ans plus tard, le courant s’est renversé et maintenant, venant d’horizons différents, se nourrissant de motivations contradictoires et charriant des rancœurs et des frustrations qui n’ont rien à voir avec les relations avec Israël, il amalgame toutes les critiques et les refus. De cet amalgame témoigne bien le dernier coup d’éclat du Président Sadate qui, le 5 septembre 1981, fait emprisonner un millier et demi d’opposants, à quelque bord qu’ils appartiennent, tous identiquement accusés de complot contre l’union nationale. S’il est assassiné un mois après, il paraît normal de penser que l’ensemble de sa politique s’écroule, mais ce serait se tromper sur cette politique même et ses erreurs. En réalité, les opposants n’ont ni le même poids ni les mêmes objectifs. Les refus qui les ont dressés ensemble ne s’adressent pas aux mêmes pratiques du pouvoir et il faut discerner la nature des forces en présence si l’on veut reconnaître les voies ouvertes à l’Égypte après Sadate. 

  • 1 Sadate est président de la République, premier ministre et président du Parti national démocrate, q (...)
  • 2 Pour en citer les plus connus, Hassanien Heikal, ancien porte-parole officieux de Nasser, publie ar (...)

5À la paix avec Israël, parce qu’elle isole l’Égypte du monde arabe – à l’exception du Soudan, d’Oman et de la Somalie –, s’oppose d’abord un courant laïc et modernisant. Il recrute principalement dans le milieu des avocats et des journalistes, plus modestement chez les universitaires. Il est fondamentalement démocrate et ne peut se satisfaire ni des apparences du pluripartisme dans un parlement sans autorité, écrasé sous le parti majoritaire toujours aux ordres du président1, ni d’une liberté de presse muselée dès que la critique mord ; bref, d’une situation qui ne laisse aucune possibilité de peser ou de se faire entendre sur les décisions politiques majeures. Ce milieu de professions libérales, à cause de sa culture, a une vive sensibilité arabe et ses rapports avec l’intelligentsia des pays environnants sont étroits. On y entretient un culte, un peu oublieux des réalités passées, pour l’idéologie nassérienne d’unité. Malheureusement, aucun des régimes au pouvoir dans les « pays frères » ne fournit de modèle politique attirant, et c’est la faiblesse congénitale de cette opposition égyptienne à Sadate que d’être constamment utilisée contre lui par des leaders arabes encore moins démocrates. Sur place, elle s’exprime surtout dans le Parti socialiste du travail et le Rassemblement progressiste unioniste, ainsi qu’au Bureau de l’Ordre des avocats et au Syndicat de la presse. L’ensemble ne fait pas beaucoup de monde et la bourgeoisie est trop conformiste. La classe politique égyptienne est trop laminée pour que la protestation s’étende. Mais, dans le pays, le sentiment d’appartenance globale au monde arabe et musulman est si fort que toute nouvelle manifestation d’agressivité israélienne dans les Territoires occupés au Liban ou en Irak fait perdre un peu plus de dignité aux partenaires égyptiens dans les pourparlers. Cela, tout le pays le ressent et retrouve sa fierté si quelques audacieux osent arborer un jour un drapeau palestinien protestataire. Il y a cependant plus grave que ces égratignures, car l’accès de l’intelligentsia égyptienne à la presse arabe occidentale2 lui permet de remettre en question l’image d’une Égypte démocratique, unanime et pacifiée, que son président tient à donner au monde et qui est au fondement de sa politique : cela, Sadate ne le pardonnera pas. 

  • 3 Ce sont à l’origine les clubs de culture religieuse, mais ils se radicalisent très vite en groupes (...)
  • 4 Ils enseignent à l’université al-Azhar du Caire, qui, outre les sept branches ouvertes dans différe (...)

6Avec l’opposition religieuse, on se trouve sur un terrain plus populaire et vaste, aux limites mouvantes. Elle est surtout protéiforme : voilée, manifeste, souterraine, rampante et persuasive, ou violente... Masquée lorsque, jusque dans les sphères les plus officielles, on réclame avec persistance l’alignement des mœurs et de la législation sur la Loi islamique, ce qui n’est pas le souci majeur du groupe des dirigeants. Manifeste quand la révolution iranienne est prônée comme modèle et célébrée alors que Sadate offre un dernier refuge à son ami le Shah mourant. Souterraine cependant, quand les Associations islamiques3 qui pullulent à l’Université et dans les quartiers urbains servent de maquis à de petits groupes déterminés et secrets qui émergent brusquement dans un attentat, une échauffourée sanglante ou un incendie d’église. Rampante et persuasive de toute façon, parce que se répand une inclination générale à exiger de tout modèle qu’il soit d’abord islamique – ce qui autorise toutes sortes de pressions et de critiques. Les shaikhs azharisres4 resurgissent comme maîtres de pensée censurant l’éducation et les mœurs. L’étudiante drapée des pieds à la tête en « costume islamique » est l’exemple de la jeune fille authentique ; un prédicateur populaire dont les violentes diatribes enregistrées sur cassette sont distribuées partout dans le monde arabe gagne certainement plus d’audience qu’un discours du Président au Parlement ; l’image mythique de l’aurore de l’islam devient le programme d’une pensée politique intolérable auquel doit se mesurer n’importe quel projet du gouvernement.

  • 5 Pas elle seule, d’ailleurs. La presse des pays arabes, celle des régimes « révolutionnaires » notam (...)
  • 6 Dans ces manifestations on n’arbore plus un drapeau palestinien protestataire, mais une étoile de D (...)

7Or, ce mouvement, on l’a favorisé à ses débuts avec la certitude de pouvoir le canaliser. C’est le Président Sadate qui a libéré les Frères musulmans emprisonnés par Nasser pour faire contrepoids à la gauche nassérienne ou marxisante, voyant d’un bon œil leurs rejetons s’installer à l’Université pour y balayer l’opposition étudiante. Le « retour à l’Islam » permet aussi de se démarquer des régimes laïcs « socialistes arabes » de Syrie et d’Irak et d’attirer les faveurs de l’Arabie saoudite, dont le soutien n’est sans doute pas étranger aux facilités financières dont disposent les institutions et les groupements religieux. Soutien redoutable, maintenant que l’Égypte est isolée dans le monde arabe : quelle aubaine alors, pour l’Arabie saoudite5, que de disposer de ce mouvement populaire intégriste qui mine de l’intérieur une politique rivale de la sienne ! Il ne s’agit plus en Égypte, dès lors, de canaliser le courant islamique, mais de le stopper. Or, comment s’opposer à des manifestations où se réunissent des dizaines de milliers de croyants pacifiques, en principe pour la prière, même si l’on y attaque les Juifs et leurs complices, ennemis de toujours des Musulmans6 ? Peut-on réprimer les troubles confessionnels, que la surexcitation religieuse provoque, sans paraître prendre parti contre l’islam pour une minorité chrétienne réputée chère à l’Occident ? 

8Le président Sadate s’épuise durant deux ans à répéter : « Pas de politique en religion, pas de religion en politique », slogan sauveur mais inaudible dans un peuple que structure la religion et une religion qui structure en principe toute la vie publique. Lui-même n’a-t-il pas sollicité du plus haut tribunal religieux l’approbation de la paix avec Israël ou la condamnation de Khomeini ? À sa mort, signe manifeste d’erreur et d’échec, il y a plus d’activistes musulmans en prison que lorsqu’il accéda au pouvoir.

Difficile fin de règne

9Une rapide chronologie des années 1980-1981 montre combien le régime perd de plus en plus le contrôle de cette opposition multiforme. En janvier 1980, trois églises brûlent au Caire et à Alexandrie, et l’on arrête un groupe musulman extrémiste, puis une cinquantaine de membres de la gauche. En février, à l’ouverture de l’ambassade d’Israël au Caire, deux partis de l’opposition et l’Ordre des avocats pavoisent aux couleurs palestiniennes, tandis qu’une lettre de protestation signée de 40 noms prestigieux (2 anciens membres du Conseil de la Révolution, 7 anciens ministres, le fils du fondateur des Frères musulmans...) recueille de nouveaux adhérents. En mars, une grande manifestation des Associations islamiques se déroule sur le parvis de la mosquée d’al-Azhar contre la normalisation avec Israël, puis, à l’arrivée du Shah en Égypte, de graves troubles à Assiout et Minya dégénèrent en violences contre les coptes. En avril, excédé par les attaques des activistes musulmans toujours minimisées par le ministre de l’Intérieur, le patriarche copte annule les festivités de Pâques et se retire dans un monastère du désert avec nombre d’évêques, tandis que le Parlement vote la « Loi de la honte ». Cette loi permet de mettre en jugement toute personne qui offense les « valeurs » religieuses et nationales et ébranle l’union des citoyens. À la mi-mai, durant quatre heures, le Président attaque violemment la direction de l’Église copte et les Associations islamiques, puis soumet à référendum les mesures suivantes : la loi islamique devient la source principale de la législation, l’Égypte a un régime socialiste démocratique fondé sur le pluripartisme, le Président Sadate est élu à vie.

10En juillet est institué, parallèlement à la magistrature ordinaire, un « tribunal des valeurs », avec à sa tête un « procureur général socialiste » nommé par le Président, qui a à connaître des crimes contre l’unité nationale : les premiers accusés seront des avocats qui viennent de manifester hors d’Égypte leur opposition à la paix avec Israël. En septembre, une sorte de Sénat, le Conseil consultatif deux tiers élus dans le cadre des partis et un tiers nommé par le Président , entre en fonction. Son président est aussi celui du Conseil supérieur de la presse qui sanctionne les « délits » des journalistes. En octobre, on note l’arrestation d’un nouveau groupement musulman extrémiste et des membres du Parti communiste interdit. En novembre, il y a des troubles à l’Université d’Assiout avec les Associations islamiques.

11En janvier 1981, à la suite de manifestations contre le pavillon israélien à la Foire du Livre, des arrestations retentissantes ont lieu, dont celle du président du Syndicat des journalistes. Un mois après, des élections contestées mettront à la tête du syndicat un bureau plus conformiste. Les choses seront autrement difficiles avec l’Ordre des avocats : en juillet son bureau est dissout par le Parlement et un nouveau bureau est nommé d’office. Entre-temps, les troubles confessionnels ont repris au Caire. Dans un quartier populaire, à la mi-juin, durant plusieurs jours, on compte une centaine de morts et de blessés, puis au début d’août, une bombe fait de nombreuses victimes à la sortie d’une église. Cette fois, la coupe est pleine et le Président Sadate annonce des mesures drastiques.

12Le 5 septembre, il promulgue dix décrets, approuvés cinq jours plus tard lors d’un référendum unanime comme de coutume : on mute 67 journalistes et 74 universitaires à des postes purement administratifs, on retire l’approbation gouvernementale au patriarche copte, on dissout treize associations religieuses (10 musulmanes et 3 coptes), on interdit sept revues (islamiques, coptes et politiques), on séquestre les biens des Frères musulmans et des Associations islamiques et on soumet à enquête du procureur général socialiste 1 536 personnes préalablement emprisonnées (leaders politiques, journalistes, avocats, universitaires, évêques, prédicateurs de mosquée, dirigeants des Frères musulmans et, en bien plus grand nombre, jeunes dirigeants des Associations islamiques dont le frère du lieutenant Khaled Islambouli qui conduira le commando chargé d’abattre le Président au matin du 6 octobre).

Continuités et ruptures

13On peut penser que cette fin sanglante est le dernier service que le Président Sadate ait rendu à l’Égypte ; elle nécessite en effet la proclamation de l’état d’urgence, amplement justifié encore par les troubles d’Assiout le 8 octobre, et assure ainsi au vice-Président Moubarak une accession. L’homme est nouveau en ce sens qu’il est peu connu, tant la personnalité de Sadate occupait le devant de la scène et éclipsait celle de ses collaborateurs. Mais il est également réservé et peu enclin au discours. Il n’a pas de passé historique, hors son commandement de l’aviation lors de la guerre d’Octobre, qui peut lui garantir au départ la nécessaire fidélité des chefs de l’armée. Il appartient aux couches populaires de la province, ce qui n’est pas pour déplaire en Égypte. Enfin, des missions diplomatiques dans les pays arabes, puis en Occident récemment, sans lui conférer une réelle notoriété, lui procurent au moins les appuis au dehors dont il a besoin. Bref, pour avoir été mêlé de si près au pouvoir depuis six ans, il s’agit d’une personnalité remarquablement libre. Certes, dans les circonstances où il accède à la tête de l’État, il ne peut qu’affirmer la nécessaire continuité de sa politique avec celle du président assassiné, mais du moins va-t-il dès que possible se démarquer de la manière de son prédécesseur. 

  • 7 Il se termine le 6 mars 1982, soit cinq mois après l’attentat, par 5 condamnations à mort, d’autres (...)

14Et d’abord réparer les erreurs les plus criantes. Fin novembre, 31 prisonniers politiques arrêtés en septembre sont élargis, ou plus exactement transférés de leur prison au domicile du Président, qui s’entretient familièrement avec eux – geste à la fois humain et opportun qui désamorce l’âpreté de l’opposition laïque. Suivront les libérations de journalistes et d’universitaires, puis leur réintégration aux postes qu’ils occupaient, tout cela dans la légalité sur décision judiciaire. Vient enfin le tour de leaders musulmans modérés et respectés, de prédicateurs de mosquée, de quelques évêques et personnalités coptes, en même temps qu’est levée l’interdiction de publication des revues islamiques et politiques d’opposition. Ces mesures, nécessaires pour la décrispation du climat intérieur, donnent au Président l’espace d’approbation et de sympathie indispensable à sa liberté d’action, mais, évidemment, sans résoudre le problème de fond : il reste en prison plus de 2 000 activistes des Associations islamiques ; le procès des assassins de Sadate, mené en grand secret, dure interminablement7 ; le patriarche est toujours relégué au désert. 

15Il faut également investir le pouvoir en confiant ses leviers à des fidèles éprouvés. Cela se fait discrètement et progressivement. Pour bien tenir Le Caire, une ville monstrueuse où vit le quart de la population d’Égypte, quatre nouveaux gouverneurs sont nommés. Puis, début janvier 1982, l’organisme des conseillers du Président est dissout sans autre forme de procès : instauré en mars 1981, il comptait quelques personnages voyants et mal vus. Enfin, un remaniement du ministère fait apparaître des figures nouvelles au poste clé de l’Intérieur, ainsi que dans tous les secteurs de l’économie et des finances. Le nouveau régime s’affirme. 

16On surveille surtout ses premiers mouvements en politique étrangère, c’est-à-dire vis-à-vis d’Israël, au nœud des relations de l’Égypte avec le monde arabe, les États-Unis et l’Europe. Le traité de paix est intouchable, et tous ses artisans demeurent en poste. Ce n’est pas que l’échéance d’avril 1982, où la totalité du Sinaï doit revenir à l’Égypte, pèse ici d’un poids déterminant comme une date limite à laquelle parvenir à tout prix, car le processus de l’évacuation est trop engagé et engage trop de pays pour être vraiment remis en cause. En réalité, dans la continuité de la politique de paix avec Israël se joue l’avenir du rôle d’une Égypte placée à la croisée des tensions du Proche-Orient. Il faudra bien un jour nouer le dialogue entre Arabes et Israéliens et on ne cesse de s’y préparer (voir le plan Fahd). Or, la paix avec Israël a placé en Égypte de façon irréversible le seul canal de communication qui existe aujourd’hui. À condition que la position de l’Égypte devienne à nouveau crédible dans le monde arabe, et pour cela il ne suffit pas de suspendre les polémiques avec les régimes voisins auxquelles Sadate s’est trop souvent prêté. La question est autrement plus grave et il faut y répondre : la paix entre Israël et l’Égypte a-t-elle réellement changé les données du problème, au point que le pari de Sadate tienne encore et qu’il faille poursuivre les pourparlers sur l’autonomie palestinienne ? C’est ici que le refus de Hosni Moubarak, en mars, de se rendre à Jérusalem, capitale unilatéralement unifiée d’Israël, prend valeur de signal.

17Sadate semble avoir été intimement persuadé que les États-Unis tenaient en main, selon sa formule, 99,9 % des cartes du jeu politique dans le conflit arabo-israélien, mais qu’elles ne seraient pas jouées tant qu’une image défigurée des Arabes justifierait le puissant lobby pro-israélien en Amérique. Et, de même, Israël resterait inaccessible à une solution juste s’il n’échappait à l’obsession de l’encerclement par des pays musulmans irréductiblement hostiles : de nouveau, une image à changer. Voici donc que l’Arabe le plus puissant militairement offre la négociation et la paix : « Nous sommes un peuple civilisé, les conflits se règlent autour d’une table, non sur le champ de bataille ». Les régimes arabes sont-ils imprévisibles, livrés à des dictatures changeantes et toujours violentes ? Telle n’est pas l’image de l’Égypte, pays stable et démocratique où la légalité règne sans accroc, capable donc de poursuivre jusqu’au terme la négociation engagée malgré tous les obstacles dressés par l’angoisse israélienne. Le Musulman garderait une haine fondamentale du Juif ? Allons donc ! Le Sinaï rendu aux mains des Musulmans deviendra un haut lieu de fraternisation pour les trois religions monothéistes issues de la foi d’Abraham et Sadate s’y retire déjà pour prier et méditer sur les destinées de la paix.

  • 8 Israël constitue une pièce maîtresse des intérêts stratégiques américains dans la région. Bien des (...)

18On pourrait multiplier les exemples de ces démarches destinées à frapper l’imagination pour imposer au monde un nouveau visage arabe. Même si ces démonstrations sont habiles, elles partent d’une conviction enracinée et persistante, d’où, en politique intérieure, l’intransigeance irritée de Sadate contre tous ceux qui ternissent à l’étranger la marque d’une Égypte démocratique, tolérante, unie et consentante. Or, cette politique de la « bonne image », si l’on peut dire, dont il existe bien d’autres exemples dans le monde arabe parce qu’elle est le fruit d’un effort maintenant centenaire de la culture arabe face à l’Occident, paraît avoir fait la preuve de ses limites. Si Sadate a réussi à accaparer les caméras de l’information mondiale durant cinq années pour la nouvelle pièce qu’il donne sur la scène arabe, quels changements a-t-il obtenus dans le comportement réel des États-Unis ou d’Israël face à la question palestinienne ? À peine, est-on tenté de penser, un changement de langage. Pour Israël, l’évocation redoutable du Musulman arabe foncièrement hostile risque de n’être que le prétexte à peine crédible d’une volonté d’expansion nationale jusqu’à des frontières, tantôt « bibliques » tantôt « sûres et reconnues », tracées depuis longtemps de son côté, et, malgré leurs protestations verbales, les États-Unis et l’Europe – avec nombre de pays arabes « modérés » aux intérêts convergents – manifestent peu de hâte à réduire les tensions dans cette région du monde8

19Quoi qu’il en soit, une attitude réaliste s’impose maintenant et, fort de l’intérêt des États-Unis et d’Israël à conserver des liens privilégiés avec l’Égypte, son nouveau Président peut adopter vis-à-vis d’eux une réserve plus exigeante. En visite aux États-Unis, il attendra la fin de son séjour pour évoquer, sans chaleur particulière, les accords de Camp David, tout en revendiquant le droit de rappeler en Égypte les techniciens russes dans les usines qu’ils ont bâties. Et de même, face à l’agressivité israélienne, le refus de se rendre à Jérusalem montre qu’il ne suivra plus l’ornière où ne cessent de s’embourber les tractations sur l’autonomie palestinienne : c’est aussi un nouvel avertissement lancé aux États-Unis... 

  • 9 Selon une déclaration du Premier Ministre en février 1982, 3 250 000 Égyptiens travailleraient à l’ (...)

20Ce raidissement est évidemment accueilli avec faveur en Égypte et dans le monde arabe, où se multiplient les appels discrets pour le retour du prodigue dans la « grande famille ». Mais dans lequel de ses clans ? Rien ne presse, et on n’a plus envie de s’immerger dans les querelles. Et puis, à vrai dire, ce sont les violences verbales des chefs d’État arabes qui accusent la rupture des relations, car, dans la réalité des faits, jamais les travailleurs égyptiens n’ont été aussi nombreux en Libye, en Irak, en Arabie saoudite ou dans les pays du Golfe9. Si la main-d’œuvre et les ouvriers qualifiés sont parqués dans des camps de travail sans grand contact avec le pays d’accueil, tout autre est la situation des ingénieurs, médecins, instituteurs et professeurs d’université. Proportionnellement aussi nombreux, leurs occupations insèrent profondément dans les relations culturelles et ne peuvent donc être traités en étrangers de passage. Face à ce flot ininterrompu de migrants égyptiens nécessaires au développement économique, l’ostracisme politique dont est frappé leur gouvernement revêt un caractère incroyablement artificiel et mensonger.

Religion et société

21II est assez typique que, ayant à traiter de la phase difficile que traverse l’Égypte, on se soit concentré sur les gestes de son nouveau Président dans le régime qu’il inaugure. Cela souligne assez que, ici comme ailleurs dans le monde arabe, aucun régime politique n’est encore parvenu à fonder un véritable État qui intègre toutes les couches de la population et les appelle à participer à la solution des problèmes nationaux. Le Président Moubarak doit donc, une fois de plus et pratiquement sous sa seule responsabilité, prendre les décisions urgentes aptes à dominer l’effervescence religieuse et l’instabilité sociale ; la première masquant la seconde, mais y trouvant, selon toute probabilité, son aliment principal. 

22On le sait, l’effervescence, religieuse n’est pas propre à l’Égypte. Elle soulève actuellement l’ensemble du monde musulman, et c’est assez dire que ses causes sont à la fois communes et structurelles : blessures et frustrations engendrées dans une société religieuse traditionnelle par son irruption dans le monde moderne et sa désintégration au cours du processus de développement  ; refus de l’emprise de l’Occident et appel aux valeurs culturelles propres pour s’en libérer  ; émergence à la parole et à l’action politique de couches sociales jusque-là passives, refoulées ou opprimées... Il faut enfin tenir grand compte de l’énorme richesse pétrolière advenue à l’Arabie, qui lui donne les moyens d’étendre son influence rigoriste en finançant tout ce qui est institution ou mouvement islamique dans le monde. Cela dit, il importe de déterminer en chaque pays les forces particulières où s’exprime ce mouvement général de retour à l’islam. 

23En Égypte, elles sont de trois sortes. D’abord, le corps traditionnel et puissant des shaikhs d’al-Azhar, dont l’audience est très étendue et se manifeste notamment au Parlement et dans la presse officielle. Il assiège le pouvoir de ses réclamations pour une constitution, une législation, une éducation, une information islamiques qui guériraient tous les maux de la société et, en premier lieu, les déviations d’une jeunesse attirée par les groupes extrémistes. Ensuite, la résurgence des Frères musulmans qui s’expriment dans des revues agressives et politisées, largement diffusées dans la classe moyenne. Ici, on est détaché du juridisme azhariste et l’on adhère à un islam purifié de ses scories séculaires, redevenu force active et dure comme à ses origines, visant donc principalement l’exercice du pouvoir. Sans en avoir la structure officiellement reconnue, les Frères constituent au fond un parti politique de tendance totalitaire : en pays musulman, il n’est pas de place pour une idéologie politique autre que musulmane, la leur. Enfin, le foisonnement des Associations islamiques chez les jeunes et les jeunes adultes. Beaucoup sont originairement proches des Frères musulmans et partagent avec eux la conviction qu’ils arriveront à coloniser la société et le pouvoir par leur propre croissance et leur extension à l’ensemble de la communauté musulmane, mais certains, de plus en plus nombreux, se radicalisent, estiment qu’on ne doit plus participer à une vie sociale et religieuse corrompue sous un État devenu entièrement infidèle, et se constituent en groupes secrets et violents. Chez ces derniers, la critique de la société, fonction que l’islam a toujours exercée, se transforme en refus et décision de faire table rase. 

24Il est impensable actuellement que quelque régime puisse s’opposer de front à l’ensemble du mouvement. Le pouvoir a jusqu’ici choisi de s’appuyer sur les Azharistes traditionnels et modérés en consentant à satisfaire au moins formellement et légalement les revendications les plus générales, tout en retardant et limitant les applications pratiques. Or, justement, la conscience de ce qu’a d’illusoire ce formalisme légal, dont doit se contenter à contre-cœur un corps religieux soumis à l’État, a suscité le mouvement des Frères musulmans comme force politico-religieuse revendicatrice et libre face au pouvoir. Enfin, dernier avatar, le mouvement des Frères musulmans, lui-même jugé trop lent et coupable de compromissions, éclate en petites cellules extrémistes incontrôlables, d’autant plus dangereuses qu’elles ne sont plus liées dans une organisation unifiée. Ainsi, le pouvoir est au rouet, il n’a guère d’autre choix que de maintenir sa politique d’entente avec al-Azhar, tout en sachant ce qu’elle lui réserve : les deux ou trois milliers de responsables des Associations et d’extrémistes des groupes d’action qu’on doit juger d’urgence sont là pour le rappeler. 

25Au vrai, le problème n’est pas principalement politique. Il est à la fois culturel et social. Culturel en premier lieu, et de multiples façons. Dans la prestigieuse université religieuse d’al-Azhar, malgré tous les essais de réforme, la pensée est demeurée répétitive, soumise aux formules du passé qui ont sans doute fait sa grandeur, mais ne peuvent plus s’appliquer aux situations contemporaines sans de profondes adaptations, toujours rejetées comme nouveautés hérétiques. Ainsi, pour un gouvernement assiégé de problèmes actuels urgents, écouter les remontrances des cheikhs – il le faut bien ! – est, au mieux, perte de temps précieux. On ne peut penser, par exemple, que l’enseignement du vieux catéchisme apaisera, redressera et libérera la jeunesse des universités. Bien au contraire, en nourrissant l’illusion qu’il existe des réponses religieuses littérales aux requêtes contemporaines de justice sociale et économique, aux exigences de libération, on ne fait qu’orienter les esprits déçus de l’inefficacité de ces réponses vers des modèles extrêmes d’action religieuse radicale. Or, le terrain culturel aménagé par l’enseignement scolaire et universitaire chez les jeunes et les jeunes adultes favorise la naissance et l’emprise de ces idéologies. Le moins qu’on en puisse dire, c’est que l’enseignement fait peu de place à la réflexion critique et à l’application pratique des connaissances enregistrées. On comprend mieux, dès lors, que l’image d’un passé islamique idéalisé, dont on ne s’est pas demandé dans quelle mesure il a pu exister, puisse s’imposer comme solution miracle dans les difficultés insupportables du temps présent, d’autant plus qu’on s’inquiète peu de savoir comment s’opérera le passage vers l’âge d’or ressuscité. Le déphasage culturel de la pensée religieuse reste donc gros de menaces sans cesse renouvelées. 

  • 10 Il y a en Égypte 3 250 000 fonctionnaires et employés du secteur public, dont pour les 3/4, le reve (...)

26De toute évidence aussi, la désintégration sociale provoquée par les incohérences de l’économie nationale fournit un terrain fertile pour l’adhésion à des solutions radicales. Quand un groupe d’activistes religieux émerge au grand jour à l’occasion d’un attentat, on s’aperçoit que ses membres appartiennent aux couches les plus fragiles et déstabilisées de la société. Ils se recrutent parmi les jeunes adultes de la classe moyenne aux ressources limitées. Beaucoup sortent de familles récemment urbanisées. À la majorité d’entre eux le passage par l’université n’a pas ouvert d’avenir et ils sont cantonnés dans les emplois d’une fonction publique pléthorique et mal rémunérée – voie de garage où l’on parque chaque année les trains de diplômés inaptes à s’insérer dans un circuit productif10. Ainsi, les efforts considérables qu’ils ont fournis durant des années pour se maintenir sur le chemin de l’ascension sociale les ont conduits à une situation étriquée, où ils demeurent cependant exposés à toutes les sollicitations d’une société de consommation qui s’épanouit autour d’eux.

Contraintes économiques

  • 11 Le FMI avait demandé la suppression progressive des subventions gouvernementales à ces produits com (...)

27C’est sur ce dernier point que l’on ouvre habituellement le procès de la politique économique du régime. Pour notre propos, il sera plus éclairant de montrer combien elle est partie intégrante de l’ensemble des démarches du Président Sadate, et donc de l’héritage que son successeur doit assumer. S’il peut rectifier certains de ses effets, il ne lui est guère loisible d’en changer. La libéralisation de l’économie égyptienne et son ouverture aux investissements étrangers prennent véritablement essor en 1977. C’est une année charnière dans l’évolution de l’Égypte. Elle s’ouvre sur de redoutables émeutes populaires étendues au pays entier, en janvier, provoquées par une hausse des prix des denrées de première nécessité11 et elle s’achève à Jérusalem sur cette offre de paix à Israël qui va couper de l’aide économique arabe une Égypte de quarante-quatre millions d’habitants aujourd’hui, croissant au rythme d’un million tous les dix mois, avec une agriculture sursaturée et une industrie en perte de vitesse, faute d’investissements. De cette situation explosive découle en grande partie la décision de paix : elle permettra de relâcher un effort de guerre ruineux, de se lier fermement au pôle occidental de développement et d’ouvrir la porte aux investissements étrangers pour fouetter la production nationale. Il en découle aussi l’encouragement à émigration vers les pays arabes riches. Dans cette stratégie, tout n’a pas été bénéfique et les dérapages sont nombreux. D’un côté l’émigration, qui éponge le chômage des Égyptiens sans terre et sans profession et pourvoit le pays d’un flux considérable de salaires rapatriés en devises fortes, le prive également des cadres et ouvriers spécialisés dont il a le plus besoin. D’un autre côté, l’investissement étranger à la recherche de profits rapides privilégie les services et submerge le marché de biens de consommation pour lesquels il se trouve désormais acquéreur dans toutes les couches de la société. Enfin, cette évolution place en dehors d’Égypte, dans le monde arabe ou au contact de sociétés étrangères implantées dans le pays, donc, d’une certaine façon dans du travail « aliéné », les sources les plus abondantes de revenu individuel. D’abord, elles ne sont pas accessibles à tous, et ceux qui en sont frustrés ressentent d’autant plus vivement la dépendance de l’étranger, d’où des réactions violentes de rejet. Mais, surtout, des individus nombreux s’enrichissent ou améliorent notablement leur niveau de vie, tandis que l’économie nationale et son secteur public végètent ou s’appauvrissent... Au total, cependant, bien des facilités récemment inconnues ont été offertes, auxquelles une très large part de la population n’est pas prête à renoncer. 

  • 12 Ainsi, l’Égypte importe 50 % de ses besoins alimentaires. L’État consacre 2 milliards de dollars de (...)

28Ainsi, les contraintes qui pèsent sur une réorientation éventuelle de la gestion nationale sont nombreuses et d’ordre principalement politique. Il faut tenir compte du choix délibéré de s’appuyer sur les États-Unis, en premier lieu, et l’Europe occidentale comme recours second dans la recherche d’une solution à la crise du Moyen-Orient. C’est donc sous leur dépendance qu’on envisage de satisfaire les énormes besoins du pays12. La réintégration de l’Égypte dans le monde arabe ne laisserait d’ailleurs pas d’autre alternative, puisque les pays arabes riches vivent dans la même dépendance politique et économique de l’Occident. Enfin, on le sait, dans un régime où l’acteur économique reste un exécutant sans grand poids sur les détenteurs du pouvoir, les options économiques sont soumises aux orientations politiques plus qu’aux exigences stables d’un plan de développement.

29Hosni Moubarak a choisi d’assumer l’héritage entier du Président Sadate dans la continuité, tout en en redressant les bavures et en tâchant d’imprimer à son gouvernement un style nouveau de détente, d’entente et de consultation. Dans cette logique, il a réuni durant trois jours en conférence tous ceux qui, depuis vingt ans, avaient détenu les plus hautes responsabilités économiques, à quelque bord qu’ils appartiennent, pour une large concertation. Leurs conclusions ont été modérées : on maintiendra et l’ouverture aux capitaux étrangers, tout en les orientant par des plans d’investissement vers les secteurs de production, et la liberté de commerce et de change, tout en taxant durement les importations de luxe, et, enfin, les subventions aux produits de première nécessité, en les adaptant mieux aux besoins des plus défavorisés.

30Après quinze années d’effort, l’Égypte a donc retrouvé son intégrité territoriale. Elle a aussi gagné plus d’audience en Occident et peut envisager de reprendre, à terme, la place qui lui convient et qu’elle choisira au milieu des pays arabes. Contente de son sort parmi les nations, aura-t-elle enfin le goût et la longue patience d’améliorer sa situation économique, sociale et culturelle ? Ce serait une aventure moins retentissante dans cette région tourmentée, mais de tellement plus d’avenir !

Notes

1 Sadate est président de la République, premier ministre et président du Parti national démocrate, qui compte au Parlement 326 des 367 députés.

2 Pour en citer les plus connus, Hassanien Heikal, ancien porte-parole officieux de Nasser, publie articles et interviews dans la presse de Jordanie et du Golfe, aussi bien qu’en Occident, et Mohammed Sid Ahmed est le commentateur attitré des événements en Égypte dans Le Monde Diplomatique.

3 Ce sont à l’origine les clubs de culture religieuse, mais ils se radicalisent très vite en groupes de pression sur les mœurs et les comportements politiques. Dans les universités, où 11 % seulement des étudiants adhéreraient à ces associations, elles dominent les élections à l’Union des étudiants depuis 1977 et toute la loi par leur activisme leur est ubiquité. Leur idéologie est celle des Frères musulmans.

4 Ils enseignent à l’université al-Azhar du Caire, qui, outre les sept branches ouvertes dans différentes villes de province, dirige un réseau d’enseignement primaire, intermédiaire et secondaire parallèle à celui de l’enseignement public. Cet enseignement atteignait 260 000 élèves en 1980.

5 Pas elle seule, d’ailleurs. La presse des pays arabes, celle des régimes « révolutionnaires » notamment, présente régulièrement les manifestations des associations islamiques comme un soulèvement des « masses populaires arabes » d’Égypte.

6 Dans ces manifestations on n’arbore plus un drapeau palestinien protestataire, mais une étoile de David sanglante  ; les assassins de Sadate l’ont brandie pendant leur procès. On ne peut mieux souligner le fossé qui sépare les deux mentalités.

7 Il se termine le 6 mars 1982, soit cinq mois après l’attentat, par 5 condamnations à mort, d’autres aux travaux forcés. Tout au long du procès, les avocats ont fait obstruction en contestant tribunal et procédure, parce que non conformes à la législation islamique devenue la source de la loi depuis le dernier référendum.

8 Israël constitue une pièce maîtresse des intérêts stratégiques américains dans la région. Bien des pays industrialisés ne sont pas fâchés qu’une crainte salutaire inspire les maîtres du pétrole dans le Golfe. Nombre de pays arabes préfèrent que la résistance palestinienne soit occupée ailleurs. Les développements de la crise libanaise illustrent cette conspiration d’intérêts différents.

9 Selon une déclaration du Premier Ministre en février 1982, 3 250 000 Égyptiens travailleraient à l’étranger, soit le quart de la population active. En Irak, il y en aurait déjà un million, et sans doute autant en Arabie saoudite. Leur répartition par profession est difficile à établir, mais on en compte parmi eux 55 000 enseignants sur environ les 260 000 que possède l’Égypte. – Cf. Jean Ducruet, « Les migrants de l’or noir », Études, août-septembre 1980, p. 149-161.

10 Il y a en Égypte 3 250 000 fonctionnaires et employés du secteur public, dont pour les 3/4, le revenu mensuel moyen ne dépasse pas 55 dollars (Middle East Review, 1981, p. 155). La meilleure étude en français sur l’activisme religieux est celle de Nazih N.M. Ayuhi, « Le renouveau politique de l’islam. Cas de l’Égypte », Esprit, déc. 1981.

11 Le FMI avait demandé la suppression progressive des subventions gouvernementales à ces produits comme un assainissement préalable à toute aide économique.

12 Ainsi, l’Égypte importe 50 % de ses besoins alimentaires. L’État consacre 2 milliards de dollars de subvention pour maintenir à bas prix certains produits, soit à peine moins que ses revenus pétroliers (2,5 milliards), ou plus que ceux du canal de Suez (1,8 milliard), principales sources de devises rares après les salaires rapatriés par les travailleurs égyptiens à l’étranger (3 milliards).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires