Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Notes au jour le jour

Note de l’éditeur

Source : Cahiers de Chabramant, 3-4, été 1986, p. 7-10.

Texte intégral

1« L’Égypte est un serpent, tout le venin dans la tête » – la tête c’est la capitale, bien sûr – dit un proverbe du Saïd, mais un autre : « un demi-pas au Nord fais-le toujours, un pas au Sud jamais ! » Or, une fois installé au Caire, même très averti du merveilleux poison qu’il distille, remonter vers le Sud on en rêve plus souvent qu’on ne s’y décide, et alors on court droit au but sans se détourner en chemin : du chemin, de l’Égypte, on voit ainsi bien peu, si peu que rien. Je rêve souvent à la dahabiéh du Service des Antiquités que Gaston Maspero, au début du siècle, faisait remorquer chaque hiver jusqu’à Assouan pour se laisser descendre ensuite sur le Nil au gré des vents contraires et du courant, s’arrêtant partout où le hasard, la curiosité, un détail autrefois remarqué de loin, une légende locale, un nom étrange l’attiraient.

2C’était le temps des grands promeneurs, et tout aussi grands savants. Ils refaisaient à pied, à dos d’âne, les parcours anciens des Jomard, Duvilliers, Jollois et autres excellents descripteurs de l’Égypte, mais à loisir, en détail, lestés aussi de plus de science, puis rédigeaient en série ces Notes au jour le jour (G. Maspero), Notes de voyage (U. Bouriant et Maspero encore), Notes archéologiques prises... ici ou là (G. Legrain), Notes archéologiques et philologiques (J. Clédat) – mine de renseignements d’une incroyable richesse sur mille sites peu fréquentés. Pour avoir souvent, muni de ces notes, repris certaines de leurs ballades, non sans profit, je voudrais plaider la cause d’une pratique menacée de désuétude, inviter à parcourir à nouveau leurs sentiers tombés en déshérence.

3Non sans profit nouveau. C’est que chacun, si bon observateur soit-il mais pourtant restreint par ses recherches familières, ne voit pas tout et encore interprète ce qu’il voit selon l’air du temps. Au même endroit, le savant égyptologue qui relève les peintures du temple rupestre de Hatchepsout proche de Beni Hassan ne signale pas que les scènes en sont couvertes de chrismes et autres graffiti coptes (dont un visage bouclé qui vous regarde les yeux grand ouverts), alors que A. Gayet décrit les lieux comme « vallée des anachorètes », à son idée (un moine hirsute ne peut habiter qu’un trou sauvage !), sans apercevoir deux églises, une fresque et bien d’autres choses. Mais je viens d’annoncer ma couleur, il faut s’expliquer.

4On ne se promène pas à l’aveuglette dans ce pays où des millénaires ont superposé à la même place tant de civilisations diverses, chacune inscrivant à nouveau son histoire en remployant les débris, les traces de la précédente. Je suppose qu’on cherche quelque chose (pour moi, ce sont les premières installations monastiques des ive-viie siècles, en général peu connues et bien cachées en bordure du désert, j’aime le désert), mais qu’on ne s’attende pas à le trouver à l’état pur : il s’y rencontre, mêlés, l’avant et l’après, toujours révélateurs du « pendant » qui vous intéresse.

5Pour l’apercevoir et le dégager, il faut donc suivre quelques guides simples de lecture du terrain, les variations culturelles s’inscrivant sur des permanences géographiques et sociales. Permanences géographiques, les carrières et les tombes sur le rebord montagneux de la vallée, les cimetières sur sa frange sablonneuse, les larges ouvertures de wadi donnant accès aux razzias de bédouins à surveiller depuis une tour ou un fort... Permanences sociales, les lieux de culte où si souvent l’église succède au temple avant d’être remplacée par la mosquée ou le maqam du shaykh qui hérite les vertus de ses prédécesseurs... Variations culturelles inscrites avant tout dans les toponymes : on trouve dans la vallée les vieux noms pharaoniques et coptes mais en bordure du désert les sédentarisations de bédouins, les koms dispersés deviennent étrangement denses en certaines régions typiques, beaucoup de villages et hameaux portent le nom de dayr... Et j’en passe, il y a tant à dire, à voir, à ne pas manquer !

6On peut se sentir mis au défi. Pourquoi à la bourgade de Umm al-Qusour, « mère des forts », rive gauche du Nil fait face sur la rive droite, escarpée, le hameau d’al-Qusayr, « le petit fort »  ? Et là, que fait le shaykh al-Maqbari, « celui des tombes », veillant du haut de son rocher sur un cimetière copte abandonné depuis au moins 10 ou 12 siècles  ? Pourquoi ce nom du gros bourg Kom al-Raheb al-Roubi, alors que le shaykh al-Roubi, quoique roumi d’origine, n’a jamais été moine que je sache  ? Que vient faire cette inscription grecque isolée au lieu-dit al-Madina, « la ville » du shaykh Hassan, où des carrières à ciel ouvert dressent leurs murailles fantomatiques sur une acropole spectaculaire  ? Allons donc voir : paysages magnifiques, heureuses surprises garanties !

7Et quelques rêveries. La vie de saint Antoine par Athanase raconte qu’il a « traversé le fleuve » pour aller au désert, évidemment, s’enfermer dans un vieux fort abandonné. Un fort laisse au moins des traces au sol et il n’y en a pas, j’ai bien cherché, auprès de Dayr Maymoun où la tradition situe ce premier établissement d’Antoine – mais à moins de 10 km au nord, Burumbul, juste à l’entrée du large wadi qui conduit à la mer Rouge en passant par le monastère de Saint-Antoine, transcrit en arabe un grec Parembole, ou « camp retranché ». Les ruines de mon fort peut-être  ? Là, au coeur du village, perché au sommet de ce qui ressemble assez à une haute et vaste tour impressionnante, le surprenant maqam du shaykh Uways vous attend, honoré d’un célèbre mouled régional. Or ce shaykh vénéré, mort à Baghdad, n’a jamais mis les pieds à Burumbul : n’extirperait-il pas le souvenir d’Antoine, repoussé quelques kilomètres au sud  ? Ici simple supposition, cela s’est bien réalisé ailleurs.

8Quand on tire un fil, c’est tout le tissu qui vient, avec le copte en tout cas, le gréco-romain et l’arabe. Petite leçon d’histoire mais aussi invitation à ne pas partir seul en ballade, à ne pas oublier en route les amis : cette inscription grecque, ce linteau pharaonique que je ne puis lire, une fois déchiffrés par eux me confirmeront que, des deux églises qui les contiennent, l’une est récente et l’autre très ancienne. Et puis, en promenade, au diable le passé – l’histoire continue et l’Égypte change à vue d’œil : où la carte ne montre que friches désertiques des canaux mettent les terres en culture et naissent de nouveaux villages, en quelques années les modes agricoles se transforment, tracteur, motoculteur et motopompe envahissent les champs – il va falloir conserver au musée tambour, chadouf et sakkiéh... Je me rappelle qu’en plein Caire, dans le quartier du « champ de radis » – Faggala – une cour de jeu s’est effondrée dans le puits d’une vieille sakkiéh et qu’au sortir du cinéma, à Alexandrie, une femme au bras de son mari sentit le sol se dérober et disparut brusquement, sans doute dans le dédale des antiques citernes de la ville. Regardons bien à nos pieds, autour de nous. Notons au jour le jour.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires