Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Notes et articles sur l’Égypte

 | 
Maurice Martin

Préambule

Karine Bennafla et Rébecca Devine

Texte intégral

  • 1 Christian Décobert (coord.), Itinéraires d’Égypte : mélanges offerts au père Maurice Martin, Le Cai (...)

1Né en 1915, Maurice Martin fut un homme d’Église à sa façon singulière. Jésuite, il vécut plusieurs décennies au Caire, où il enseigna dès les années 1960 la philosophie aux garçons, au collège de la Sainte-Famille, et, chose moins courante pour un religieux français, aux filles, au collège de la Mère-de-Dieu. Le père Martin, ce sont plusieurs figures, évoquées dans un ouvrage collectif lui rendant hommage en 19921 : celle du professeur de philosophie, celle de l’archéologue dont les travaux sont publiés par l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao), celle du spécialiste reconnu de la communauté copte d’Égypte. Au-delà des différents personnages qu’il a pu incarner aux yeux de ceux qui l’ont rencontré, Maurice Martin reste un homme qui vécut avec son temps : il côtoya la jeunesse cairote des écoles, les fellahs et les intellectuels. Il arpenta la campagne égyptienne et il observa la vie urbaine. S’il répertoria les traces d’un passé antique, il fut également un observateur curieux et attentif de l’Égypte post-nassérienne, celle des années 1970 et 1980. Témoin des événements, il s’intéressa à la société qui l’entourait, et à laquelle il consacra de nombreux articles à partir des années 1970. C’est ce regard qui est au cœur de cet ouvrage.

2Presque tous les articles de ce recueil ont été remis au début des années 2000 au CEDEJ par Robert Mabro, ami du père Maurice Pierre Martin, dans le but de rééditer un ensemble cohérent de textes. Au sein du CEDEJ, un travail d’océrisation, de tri, puis de relecture des articles a été effectué, nécessitant parfois des recherches documentaires pour vérifier la source exacte ou compléter des parties manquantes. Certains de ces textes ont été rédigés en réaction à l’actualité politique (changement présidentiel en Égypte, mouvements d’agitation sociale), alors que d’autres sont le fruit de réflexions et d’observations plus minutieuses, notamment les portraits de certains groupes sociaux comme la jeunesse ou les travailleurs étrangers. Au total, 17 articles sont réunis, de format varié. Une brève note introductive, souvent de contextualisation, a parfois été rajoutée pour le recueil avec la mention N.D.R. (Note Des Rédacteurs). La majorité des textes a été publiée entre 1967 et 1988 dans diverses revues (Études, Projet, Travaux et Jours, Proche-Orient Chrétien) et dans les rapports biannuels du Centre d’études du monde arabe moderne (CEMAM), rattaché à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth – ces rapports du CEMAM sont édités par Dar el-Mashreq. Quelques articles, notamment ceux consacrés à la population copte et à l’essor de l’islamisme, sont parus plus récemment entre 1990 et 2004. Trois articles sont des traductions vers le français d’une version originale anglaise, sans que l’auteur de la traduction soit connu. Un article est à notre connaissance inédit, celui intitulé « Histoire de l’Église copte ».

3Les observations et les réflexions développées par le père Maurice Martin étant multiples, le choix a été opéré de regrouper les textes autour de quatre parties thématiques, sans suivre un ordre de parution chronologique. La première partie intitulée « Le pouvoir au défi des successions » permet de saisir les enjeux qui se profilent dans la société post-nassérienne. L’analyse des changements de présidence offre, en effet, un prisme intéressant pour établir le bilan d’un gouvernement tout en soulignant les limites de celui-ci. Au-delà de la narration politique, le père Martin met au jour les processus de succession entamés à la mort de chacun des leaders égyptiens, Gamal Abdel Nasser puis Anouar el-Sadate.

4Pour approfondir la réflexion sur le pouvoir égyptien, une deuxième partie est consacrée aux interactions entre la société et l’État, sous le titre « L’État face aux citoyens ». La société est traversée par des mobilisations aux formes très diverses. Des mobilisations ouvrières aux mouvements de contestations islamistes, en passant par les manifestations étudiantes, les Égyptiens expriment leurs mécontentements malgré une répression sévère. Le rapport entre le pouvoir et la société civile évolue sensiblement après la mort de Nasser. Ses successeurs ne parviennent pas à créer un lien aussi fort avec le peuple égyptien, d’autant que la situation politique et sociale se dégrade. Le dialogue devient difficile, voire impossible, jusqu’à l’assassinat de Sadate. L’intérêt majeur de ces articles, écrits à quelques années d’intervalle, est la mise en perspective des formes de mobilisations politiques. L’histoire moderne de l’Égypte est scandée par des mouvements de contestation. De 1919, voire 1881 à 2011, en passant par la « révolution » de 1952, les mouvements protestataires scandent l’émergence du nationalisme égyptien. Mais la visibilité d’une gauche progressiste et tiers-mondiste qui se veut à l’avant-garde dans les années 1950 et 1960 s’efface après 1967 au profit de mouvements de contestation islamistes qui s’énoncent dans une grammaire nouvelle. Maurice Martin s’attache ainsi à décrire ces groupes sociaux contestataires et les acteurs engagés dans les manifestations.

5Afin de compléter le canevas d’une société en plein bouleversement, la troisième partie du recueil dénommée « Une société en changement » rassemble les articles focalisés sur des groupes d’acteurs particuliers : les étudiants, les travailleurs étrangers, les islamistes. Professeur de philosophie, le père Martin a longuement échangé avec ses élèves et la jeunesse est un sujet omniprésent dans ses écrits. Deux articles lui sont ainsi dédiés dans cette partie : l’un sur les besoins de cette jeunesse à la mort de Nasser, l’autre sur l’expansion des universités en tant que lieu de vie et d’études. Ces analyses sociologiques permettent d’appréhender les défis et les contradictions de la jeunesse en observant à la fois le milieu d’appartenance de ces jeunes et leurs possibilités d’évolution sociale grâce aux études. La période est alors marquée par la fuite vers l’étranger d’une jeunesse éduquée et par un profond sentiment de frustration face à une administration lourde et corrompue, sans perspective d’ascension sociale. Ces deux constats amènent Maurice Martin à se pencher sur les travailleurs égyptiens partis à l’étranger, cette migration devenant de plus en plus importante dans les années 1970-1980, en particulier vers le monde arabe. Les Égyptiens vont et viennent, devenant vecteurs de transferts aussi bien matériels qu’idéologiques. Ces migrants découvrent de nouvelles sociétés, notamment celles des pays du Golfe, au sein desquelles la religion joue un rôle majeur. Parfois séduits, les migrants importent des modèles de pensée issus des pays musulmans du Golfe. Le phénomène migratoire n’est pas l’unique facteur expliquant le renouveau de l’islamisation, évoqué dans cette partie, mais il constitue un paramètre à ne pas négliger. Le retour de la religion au cœur de la société égyptienne interpelle Maurice Martin. Ayant toujours observé les différents milieux sociaux, il remarque un développement accru des signes d’islamisation au sein des couches populaires, mais également sur le plan politique. Il constate l’émergence de mouvements islamistes, favorisée par des conditions économiques et sociales difficiles. Ces dynamiques de transformation au quotidien l’invitent à questionner la position des coptes dans l’Égypte contemporaine, objet de la quatrième et dernière partie du recueil (« La population copte d’Égypte : histoire et évolution »).

6En retraçant l’histoire copte, le père Martin insiste sur l’enracinement de leur présence sur le territoire égyptien et la permanence de leur rôle dans la société. Son point de vue est moins celui de l’observateur que celui du professeur du collège jésuite retraçant le destin de la communauté copte et ses composantes. Après un retour sur les temps forts qui ont marqué l’histoire copte, il n’hésite pas à soulever certaines contradictions entre la spiritualité, essence de l’identité copte, et le besoin de s’affirmer sur les scènes politique et sociale.

7L’ensemble de ces textes livre un aperçu de l’évolution de la société post-nassérienne à travers la chronique d’un témoin au regard particulier. Les analyses fines et riches du père Martin conservent une indéniable actualité en 2018, à l’heure de la contre-révolution, de la redéfinition des enjeux migratoires et des réformes mises en œuvre par le Fonds monétaire international. Ce recueil est, à de multiples égards, une source passionnante et stimulante pour les chercheurs ou les amateurs de l’histoire contemporaine égyptienne.

8Karine Bennafla et Rébecca Devine,
Le Caire, décembre 2017

Notes

1 Christian Décobert (coord.), Itinéraires d’Égypte : mélanges offerts au père Maurice Martin, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires