Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

Préface

Andrée Morcos Fahmy

Texte intégral

1Si ce livre voit le jour, c'est grâce à l'immense compréhension de Jean-Claude Vatin et à son inlassable générosité. Après avoir accepté de le publier sous les auspices du CEDEJ, il en a suivi l'élaboration pas à pas, l'animant de son savoir, l'éclairant de sa compétence.

2Inventeur du temps, il a assumé la fastidieuse ordonnance de l'ouvrage en dépit d'exigences primordiales surgies au moment où chacun aspire au havre de la détente.

3Je dois aussi un grand merci à mes amis et collaborateurs Bernard Botiveau et Youssef Darwiche dont la haute technicité palliera, je l'espère, les desiderata de mes connaissances juridiques au chapitre des procès.

4Dans un minutieux travail d'archiviste perspicace et sensible, Youssef Darwiche dépouilla les moindres écrits de presse recueillis par la Bibliothèque Nationale du Caire et d'Alexandrie et l'inextricable fouillis des dossiers enterrés à la Cour de Cassation, exhumant ainsi, ou plutôt ressuscitant dans sa forme mouvementée, le contexte historique et poétique des deux procès qu'il a si parfaitement étudiés.

5Quoique sollicité à outrance par ses travaux d'islamologue, Bernard Botiveau a su trouver le loisir de rédiger un lumineux exposé d'une tranche importante des recherches sur la pénalisation de l'adultère qui fut l'une des préoccupations principales de la carrière de mon père et l'une de ses thèses majeures les plus discutées.

6Quant à Aly Badran, c'est sans arrêt que j'eus recours à sa connaissance approfondie de la langue arabe dont il avait pratiqué la traduction instantanée au profit de l'Unesco. Son inlassable patience ne se contenta pas de réponses téléphoniques réitérées et prolongées, il prit à plus d'une reprise la peine de se déranger pour venir m'aider à déchiffrer une impression délavée de journaux remontant à quatre-vingts années, reconstituant des phrases à demi effacées et ravivant même certains termes surannés.

7Je ne peux terminer ce chapitre de précieuses obligations et omettre celle dont je suis redevable à Myriam Hamamdjian pour la quasi inaltérable bonne grâce qu'elle apporta à mettre et remettre dans l'ordinateur les fragments, les corrections et les reprises d'un ouvrage bâti au fil des souvenances et des retrouvailles de documents ignorés.

8Je remercie d'avance et de grand cœur le lecteur qui s'intéressera à ce récit en marge d'une œuvre et d'une vie dont j'aimerais avoir un peu traduit la personnalité et la dignité.

A. M. F.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr