Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Glossaire

Texte intégral

1Ce glossaire ne prétend pas donner une vue approfondie du vocabulaire technique de l’économie islamique. Il se borne à reporter les termes essentiels utilisés, soit dans la présentation, soit dans les articles traduits.

2FIQH : Science du droit islamique, jurisprudence.

3GHARAR : Incertitude, risque, spéculation (dans un contrat).

4HADÎTH : Recension des faits, gestes et dires du Prophète.

5HALÂL : Licite.

6HARÂM : Illicite, interdit.

7CIBADAT : Actes du culte (par opposition aux transactions) ; c’est une des grandes divisions des manuels de Fiqh.

8IJARA : Contrat de louage, leasing.

9IJMAC : Concensus ; considéré par les écoles du Fiqh comme l’une des sources de la règle juridique positive.

10MAL : Bien susceptible de propriété ; res in commercio.

11MAL RIBÂÏI : Bien susceptible d’avoir été entaché par une transaction usuraire.

12MUCAMALAT : Transactions séculières (par apposition aux actes du culte : cibâdât ; l’une des grandes divisions des manuels de Fiqh).

13MUDÂRABA : (Se dit aussi : QIRÂD) Contrat de commandite islamique. A ne pas confondre avec le sens courant du mot dans le langage moderne qui signifie « spéculation ».

14MUDARIB : Partie qui joue le rôle d’agent dans le contrat de mudâraba ; celui qui amène sa participation sous forme de travail.

15MUQANARA : Speculation, jeu de hasard.

16MURABAHA : Contrat de revente avec bénéfice ; cost+fee.

17MUSHÂRAKA : (Se dit aussi : SHIRKA ou SHARIKA) Contrat d’association ; partnership.

18QARD HASSAN : Prêt à titre gratuit, sans intérêt

19QIYAS : Raisonnement par analogie ; considéré comme l’une des sources de la détermination des règles positives, par certaines écoles juridiques et sous certaines conditions.

20RABB AL MAL : Investisseur dans un contrat de mudâraba ; partie qui apporte sa participation sous forme de capital.

21RA’Y : Opinio juris ; considéré comme l’une des sources de la règle positive par certaines écoles de fiqh.

22RIB : Avantage illégal obtenu dans une relation contractuelle, en jouant soit sur un déséquilibre dans les prestations entre les contractants, soit sur des délais qui profitent à l’une des parties… La question de la nature du ribâ et des éléments sur lesquels il porte est extrêmement controversée. Pour une étude récente en langue anglaise qui tente de faire le point des diverses écoles, cf. Nabil A. Saleh : « Unlawful Gain and Legitimate Profit in Islamic Law ; riba ; gharar and islamic banking. » 1986, Cambridge University Press.

23RIBÂWI : Susceptible d’être entaché de ribâ.

24SADÂQA : Aumône volontaire.

25SARF : Change.

26SHARîCA : Loi islamique dans son sens global et sacré. Le fiqh a un sens plus technique que la Shari’a.

27SUNNA : Ensemble très vaste de textes aux limites indécises. La Sunna est l’ensemble des traditions qui rapportent ce que le Prophète est censé avoir dit ou fait. Celles-ci ont valeur normative pour les musulmans, (explication reprise à Maxime Rodinson dans « Islam et capitalismes » op.cit., p.29.)

28TAKÂFUL : Garantie mutuelle. Se dit des contrats islamiques â caractère mutualiste, notamment des contrats d’assurance que certains groupes financiers islamiques lancent depuis quelques années.

29ZAKÂT : Aumône légale. Elle porte sur les biens possédés par les musulmans. Elle constitue normalement un devoir religieux. Certains Etats (Iran, Pakistan, Arabie séoudite, ont entrepris de modifier leur système fiscal en tenant compte de cette obligation).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540