Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: la défense

Texte 36. "Les sociétés calomniées… quand réaliseront-elles leur décollage ?"

Texte intégral

1Chabab al-Ahrar, sept, 86, p. 9.

2L’Égypte traverse actuellement une période critique sur le plan économique. Elle doit la dépasser par n’importe quel moyen légal, et par la recherche de solutions licites adéquates. La solution du problème économique ne se limite pas à la question du secteur public ; elle doit aussi s’appliquer à ceux du secteur privé et des sociétés de capitaux. Il faudrait éliminer tous les obstacles qui entravent l’investissement du capital. Ce dernier aide à élever le niveau de l’économie, donc à résoudre les problèmes économiques que connaît l’Égypte actuellement. Une rencontre devrait avoir lieu entre le gouvernement et les responsables du secteur industriel et commercial d’un côté, et les propriétaires de capitaux de l’autre, afin de connaître les difficultés de ces derniers et d’éliminer les obstacles auxquels ils font face. Ainsi la confiance s’approfondira entre les propriétaires des sociétés de capitaux et le gouvernement. La revue Shabab al-Ahrar leur ouvre ses colonnes.

3Le comptable el-Hajj Ashraf el-Saad, Président du Conseil d’Administration et propriétaire du groupe islamique des sociétés el-Saad pour l’investissement et le placement de capitaux, nous parle avec amabilité et franchise :

4"Les principaux obstacles auxquels nous nous heurtons tiennent aux soupçons du gouvernement et à sa grande méfiance envers les sociétés du secteur privé et les propriétaires des sociétés de capitaux…Nous accueillons favorablement tout contrôle sérieux, continu et qui n’est pas basé sur la méfiance. Je réclame que toutes les sociétés de capitaux soient islamiques afin qu’elles opèrent correctement, sans exploitation, ni monopole, sans tromperie ni supercherie. Le gouvernement doit les encourager, afin qu’elles puissent œuvrer à résoudre la crise économique égyptienne. Je demande que les procédures soient facilitées, qu’il n’y ait aucune opposition aux sociétés du secteur privé, et que règne la confiance et la franchise entre le gouvernement, le secteur privé, et les sociétés de capitaux. Le gouvernement et les responsables doivent s’entretenir avec les propriétaires des sociétés, afin de connaître leurs problèmes et de tenter de les éliminer.

5Nous travaillons, en tant que secteur privé, pour développer l’esprit de coopération, et construire l’économie égyptienne : les sociétés el-Saad, dont les objectifs sont variés, essaient de participer largement et en priorité à l’investissement en Égypte, pour sortir le pays de sa crise économique oppressante. Je demande qu’on laisse en paix les sociétés, et le secteur privé particulièrement, faute de quoi la guerre que leur mènent en permanence les autorités, aura pour effet le retrait des propriétaires des différents types de sociétés. J’agis toujours dans mes sociétés anonymes en vue de combattre la hausse des prix. Je ne suis pas un étranger qui entraverait ou détruirait l’économie égyptienne. Je suis fils de l’Égypte, et il m’importe beaucoup que mon pays soit développé, que son économie soit prospère. Je demande la levée de toute entrave aux sociétés privées. Quiconque fait preuve de négligence doit être jugé et puni sévèrement, mais il ne peut y avoir de développement qu’après l’élimination des restrictions, et la concertation du gouvernement avec les propriétaires des sociétés privées en vue de résoudre tous leurs problèmes".

Un nouveau style :

6Monsieur Mahmoud Tahoun, Président du Conseil d’Administration du groupe des Sociétés Badr pour l’Investissement, ajoute :

7"Le comportement des responsables de la Banque Centrale nous a forcés à la confrontation : nous avons invité les sociétés de placement de capitaux A s’entretenir franchement avec ces responsables, ainsi qu’avec ceux de l’organisme du marché monétaire, de la Chambre de commerce, et tous ceux qui sont concernés par le secteur privé, quelque soit leurs orientations. Le but de cette concertation serait de discuter des difficultés faites par la Banque Centrale aux sociétés de placement de capitaux pour limiter leur activité de production et d’investissement. De même, il s’agirait de trouver un nouveau type de rapport entre la Banque Centrale et ces sociétés, de sorte qu’elles se trouvent encouragées A participer au mouvement productif et A la construction, en toute liberté et dans le respect des lois en vigueur".

8Monsieur Mahnoud Tahoun poursuit : "J’aimerais poser une question au gouverneur de la Banque Centrale : la déviance de quelques sociétés qui opèrent dans ce domaine, prouve-t-elle que toutes ces sociétés sont déviantes ? Je citerai à titre d’exemple, les aberrations qui sont apparues dans la plupart des banques contrôlées par la Banque Centrale, telles la Banque Misr, la Banque nationale, la Banque Jammal Trust, la Banque Al-Ahram : avons-nous demandé la liquidation de ces banques, et la dispersion de leurs travailleurs ?"

9"Le gouvernement doit offrir des garanties aux sociétés de placement de capitaux afin qu’elles puissent participer aux projets nationaux, et aux projets qui réalisent le bien et l’intérêt du pays et des citoyens en absorbant le chômage déguisé des travailleurs et des diplômés que l’Etat, faute d’avoir su planifier leur avenir, a obligés à émigrer."

Une Union des sociétés de placement :

10"Je réclame la création d’une Union des sociétés de placement de capitaux, qui regrouperait des représentants du Ministère de l’Économie, de l’Organisme du Marché Monétaire, de la Banque Centrale, de l’administration des sociétés, et les directeurs des sociétés de placement de capitaux. Elle contrôlerait ces sociétés et leurs activités, et évaluerait leurs projets en fonction des priorités de la politique de l’État. De même, cette Union serait le lien entre ces sociétés et les responsables du pays, afin d’éliminer les obstacles, et de résoudre les problèmes qui entravent le fonctionnement des projets de ces sociétés."

L’autosuffisance :

11Le comptable Nabil Zaki, président du conseil d’administration du groupe des sociétés Sa’udiyya pour l’investissement et le développement, ajoute pour sa part :

12"En vérité, la plupart des sociétés de placement de capitaux dépensent toute leur énergie à élaborer des projets dont nous sommes fiers et qui répondent A toutes les nécessités de la vie publique du citoyen. Si nous leur laissons une liberté complète, tout en les surveillant, nous pourrons mener à bien davantage de projets susceptibles de réaliser l’autosuffisance du pays et des citoyens."

13"Si le gouvernement considère que ces sociétés sont malintentionnées, et que le secteur privé n’est qu’une minorité déviante, comment pouvons-nous continuer à réaliser les énormes projets que nous avons mis en chantier pour fournir les produits alimentaires aux citoyens, alors que nous sommes accusés et que nous travaillons dans une atmosphère tendue ? Nous sommes tous des hommes et nous sommes exposés aux erreurs. Laissez-nous travailler en silence, car l’Égypte appartient à tous les Égyptiens. D’autre part, si nous devons condamner le fautif, il ne faudrait pas que la méfiance s’installe partout : je déclare de toutes mes forces que les campagnes de dénigrement ne nous détourneront pas de notre détermination à faire progresser l’Égypte et à lui faire relever la tête. Ce qui ne se réalisera qu’en concentrant et en joignant tous les efforts véritables en vue de réaliser un avenir rayonnant pour tous les Égyptiens."

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540