Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: la défense

Texte n°34. Le groupe d’investissements el-Saad : une charte de travail tirait ses sources de la loi islamique et des garanties liées aux investissements et aux projets et non pas aux personnes

Texte intégral

1Publicité ; Wafd 27/11/1986

2Durant les quelques dernières années, des sociétés de placement de capitaux se sont développées, en nombre limité, basées sur le principe de la participation des individus épargnants, pour l’acquisition, par la voie du commerce, d’un gain licite, et ce par l’intermédiaire d’une administration regroupant spécialistes et experts.

3On sait que le groupe d’investissements El-Saad, malgré sa courte expérience ne dépassant pas un an environ, a prouvé qu’il était une des rares sociétés sérieuses, obéissant à une charte de travail qui tire ses sources de la loi islamique, et qui reste liée à celle-ci. Ce groupe a laissé de claires empreintes dans plusieurs domaines d’investissement, ceux visant directement à remédier aux crises et A trouver des solutions aux problèmes dont souffre le citoyen égyptien.

4Si le groupe d’investissement El-Saad est considéré comme une innovation fructueuse dans la structure de l’économie égyptienne, et s’il a obtenu la confiance du peuple égyptien manifestée par le zèle des épargnants à y participer, ceci découle d’aspects pratiques et tangibles. Selon l’affirmation du directeur du groupe d’investissements El-Saad, le comptable Mohammad Ashraf Saad, les causes essentielles de cette confiance résident en plusieurs points que nous pouvons résumer comme suit :

  • Les capitaux des déposants sont entièrement investis dans des projets A 100 % égyptiens, sur le territoire égyptien et dans l’intérêt et pour le bien-être de son peuple. La société n’a absolument pas de capitaux ou de projets à l’étranger.
  • Les projets du groupe El-Saad animent l’économie de façon notable et ont d’autre part un impact considérable sur la stabilité sociale, car 3000 familles égyptiennes bénéficient du salaire de ses employés.
  • Les capitaux des participants ne sont pas acquis au nom d’une personne particulière, mais le sont au nom du groupe d’investissements El-Saad. Jamais un déposant n’a pris un reçu libellé au nom d’une personne particulière, fût-ce le Président du Conseil d’Administration de la Société. L’obligation est garantie par le groupe El-Saad en tant que personne morale.
  • Le groupe El-Saad n’a aucune aversion pour le contrôle par les organisations officielles spécialisées, mais va jusqu’à les réclamer et les accueillir.

L’investisseur sérieux ne refuse pas le contrôle :

5Le comptable Mohammad Ashraf El-Saad explique ce point en disant : "Quelques-uns de ceux qui ont pénétré le domaine du placement des capitaux, au début des années 80, n’avaient pas une vision assez claire, ou n’avaient pas fait une évaluation juste des étapes de réalisation, ou bien ne possédaient pas le sérieux nécessaire. Dans le même temps, d’autres sociétés parvenaient, selon leurs habitudes, leur engagement et leur capacité à poursuivre leurs activités, à enrichir et à fortifier la structure de l’économie nationale.

6L’intervention législative est nécessaire pour fixer les critères permettant de distinguer la volonté de travailler sérieusement dans le domaine des investissements du simple désir de mettre la main sur l’argent des autres. Mais les lois seules ne sont pas suffisantes car elles ne s’appliquent pas d’elles-mêmes ; un contrôle conscient de leur application est tout aussi nécessaire, afin de pouvoir déceler erreurs et manœuvres frauduleuses avant que celles-ci ne deviennent crimes ou catastrophes.

7L’investisseur honnête ne refuse pas que toutes ses activités se déroulent en pleine lumière et sous le regard des appareils de contrôle. Il ne refuse pas non plus de travailler dans le cadre de la loi, surtout si, depuis le début, il a annoncé qu’il se conformerait aux principes de la loi islamique, qu’il ne peut se permettre de transgresser. Ceci apparaît d’autant plus nécessaire et évident que la Société opère grâce aux capitaux d’un grand nombre d’associés qui ont placé leurs économies et leur confiance dans ses projets. Ce qui importe n’est ni la forme du contrôle, ni les individus qui contrôlent, ni l’institution de laquelle ils dépendent. L’important tient à l’établissement de règles non arbitraires et d’une méthode d’application. L’ensemble des membres du groupe d’investissements El-Saad appuie le contrôle de l’État, et le revendique avec insistance. A notre avis, ce contrôle, du point de vue de sa précision et de sa globalité, doit avoir la même importance que celui pratique dans le cadre du système fiscal. Cependant, l’objectif doit en être de stopper les sociétés fictives et les opérations illégitimes et non pas d’entraver le fonctionnement des sociétés sérieuses et prospères.

8Le comptable, Mohammad Ashraf El-Saad, affirme que le gouvernement n’est pas intervenu, par le biais de ses appareils dans le travail du groupe El-Saad, et que les activités de celui-ci n’ont rencontré aucun obstacle dû à une intervention de ce genre.

De nouveaux domaines :

9Le groupe d’investissements El-Saad a inauguré ses nouvelles branches à Mansourah le 1/04/86. Le cercle de ses activités s’est élargi ainsi que le nombre de ses participants, de sorte que le chiffre d’affaires de la Société a dépassé 50 millions de livres.

Une nécessité économique et nationale :

10Le comptable Mohammad Ashraf el-Saad, Président du Conseil d’Administration du groupe d’investissement El-Saad termine ainsi son entretien avec le Journal El-Wafd : "-Enfin, je ne manquerai pas d’affirmer l’importance et la vitalité de ce que peuvent représenter les sociétés de placement de capitaux pour l’économie nationale et pour le citoyen égyptien. Par leurs investissements importants et leurs activités, elles agissent dans le sens d’un élargissement du cercle des transactions et sont source continue de nouveaux apports pour les affaires et le commerce. Par ailleurs, elles représentent un large et vaste marché de travail car elles absorbent un très grand nombre de travailleurs manuels qualifiés, ainsi que des experts. Si ces sociétés de placement de capitaux n’existaient pas, ces forces productrices se seraient dirigées vers l’extérieur du pays ou seraient restées inemployées.

11Nous demandons une union, ou une corporation pour les sociétés de placement de capitaux".

12Dans un autre entretien avec le Président du Conseil d’Administration d’une des plus grandes sociétés de placement de capitaux, qui a subi ces derniers temps une forte secousse, celui-ci affirmait que sa société avait pu dépasser la crise et conserver la confiance des participants. La société a même su dépasser la situation critique en sortant plus forte qu’auparavant et avec un crédit de confiance plus important de la part de ces épargnants.

13Le Président du Conseil d’Administration de la société sus-mentionnée affirme aussi : "En tant que société crédible et responsable, opérant dans le cadre de la loi, pour l’intérêt général, avec des objectifs clairs qui se basent sur l’intérêt de l’économie nationale, nous ne refusons pas le contrôle, bien au contraire. En réalité, le contrôle est un facteur efficace pour déterminer les orientations et éliminer tout malentendu, ou mésentente entre les sociétés de placement de capitaux et les autorités responsables. C’est pourquoi non seulement nous accueillons le contrôle, mais nous le revendiquons avec insistance, car l’intérêt de la société ne peut être réalisé qu’à travers l’intérêt général. Nous ne pouvons considérer ceux qui refusent le contrôle de l’État sur leurs associés et leurs activités qu’avec suspicion et doute quant à leurs activités. L’activité légitime qui a pour but l’intérêt de la société et des épargnants, à travers la réalisation de l’intérêt public dans sa totalité, ne se cache pas."

14"On ne peut traiter tout le monde de la même façon ; c’est pourquoi, l’État a le droit de contrôler les sociétés de placement de capitaux par le biais d’un organisme spécialisé où travaillent des individus possédant savoir et expérience et ayant la volonté de collaborer. De cette façon, l’objectif du contrôle pourrait être réalisé : exactitude et respect de la loi d’une part, possibilité d’épanouissement et de réalisation sans obstacle d’autre part."

15"Dans le cadre d’un contrôle conscient et productif, les objectifs économiques de l’État se doivent d’être clairs pour les sociétés de placement de capitaux afin que celles-ci puissent orienter leurs investissements en fonction du plan établi. Tout le monde sait ce que ces sociétés ont réalisé dans tous les domaines, tels ceux de la sécurité alimentaire, de la construction, de la production de détergents et autres… C’est cette importante activité qui permet la réalisation de bénéfices. Personne ne peut se permettre de désapprouver le fait que notre Société réalise des bénéfices dépassant 20 % puisque ceux-ci proviennent de sources légitimes et d’un travail sérieux, fructueux et productif."

16A la fin de son entretien, le Président du Conseil d’Administration mentionne l’importance d’établir une forme d’union ou de corporation qui relierait les sociétés de placement de capitaux entre elles et les représenterait dans la prise en charge de leurs intérêts et de leurs points de vue. A travers une telle union, il serait possible de créer une plateforme commune afin de résoudre les problèmes et d’augmenter la productivité. Les sociétés de placement de capitaux qui ont prouvé leur sérieux et leur respect de la loi, peuvent s’entendre pour établir le projet d’une telle union ou corporation.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540