Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: la défense

Article 33. La ruée sur les guichets de la société al Rayyan a été reçue comme un coup de massue par le mouvement bancaire islamique

Texte intégral

1Middle East Times- 23-29/11/1986.

2De notre envoyé spécial Osama Saraya

3Le Caire – Au début du mois, la panique s’est emparée des déposants d’une importante société islamique d’investissement alors qu’ils se précipitaient pour recouvrer leurs fonds, obligeant les services d’ordre à intervenir rapidement pour tenter de rétablir le calme. L’état de panique s’est étendu à dix banques qui, dans certains cas, ont supplié les porteurs de chèques de bien vouloir attendre deux semaines avant d’être payés.

4La panique a été causée par le rapport d’une agence de presse, selon lequel la Société Islamique d’Investissement Al-Rayyân aurait perdu 200 millions de dollars en spéculation sur l’or, sur le marché financier londonien. Au même moment, la Banque Centrale mettait le public en garde contre toute transaction avec des sociétés d’investissement islamiques fonctionnant comme des banques.

5Cela a provoqué la panique du public et les déposants se sont précipités en masse pour retirer leur argent. La foule a rapidement grossi, jusqu’à prendre la forme d’une manifestation spontanée devant le bureau central de la société, sur la route des Pyramides à Giza. Devant l’accroissement de la foule, la direction a d’abord hésité à entreprendre les paiements, sur quoi les manifestants ont redoublé de violence et les services d’ordre ont dû intervenir.

6Afin d’éviter d’autres troubles, la société a ouvert ses guichets pour le paiement et a produit des chèques à endosser par les déposants dans une dizaine de banques avec lesquelles elle traitait financièrement. La foule s’est alors ruée vers ces banques.

7Les demandes de retrait des déposants se chiffraient à environ 25 millions de livres égyptiennes par jour. Des rapports non confirmés ont prétendu que la société aurait réussi à parer le plus gros de la tempête grâce au transfert rapide d’une compagnie financière saoudienne, avec laquelle elle coopère et qui lui sert de dépôt pour les remises de fonds des Égyptiens travaillant en Arabie Saoudite. Les banques égyptiennes ne voulaient pas non plus aggraver les difficultés d’Al-Rayyân, car la faillite de cette société aurait ébranlé l’économie nationale.

8Al-Rayyân est un holding ayant à sa tête trois frères milliardaires, qui occupent maintenant une place importante dans le monde des affaires égyptien. Cette firme a installé une vingtaine d’entreprises spécialisées dans la fabrication de matériaux de construction, les détergents, les vêtements, les meubles, l’alimentation ainsi que l’élevage, la poissonnerie et la boulangerie.

9Cette société est une des vingt sociétés islamiques d’investissement qui se sont ouvertes récemment au Caire. Elle prétend fonctionner selon les principes de la Sharica, la loi islamique, qui interdit l’intérêt en tant que forme d’usure. A la place, elle donne à ses clients ce qu’elle appelle un "revenu de capital", qui s’ajoute dans une proportion de 25 à 50 % par an à la somme déposée, alors que le taux d’intérêt proposé par les banques ne dépasse pas les 13 %.

10Elle recueille les économies des Égyptiens qui travaillent dans les pays arabes producteurs de pétrole, ainsi que celles des autochtones, et, selon des sources locales, son chiffre d’affaires s’élèverait à 6 milliards de livres égyptiennes, avec environ un million de déposants égyptiens. Fathy Mohamed Tawfik, d’Al-Rayan, déclare avoir 300.000 de ces investisseurs. Il en résulte qu’Al-Rayyân, ainsi que les autres institutions islamiques, est devenu un concurrent de poids pour les banques conventionnelles.

11Dans ses efforts pour endiguer le flot de panique, Al-Rayyân a lancé une campagne d’information sur son large éventail d’activités économiques. Il a rempli des pages entières de journaux avec ses annonces et a envahi les ondes ainsi que les spots publicitaires à la télévision. Un de ses placards publicitaires, paru dans un grand quotidien, s’adressait directement au Président Hosni Moubarak, affirmant qu’Al-Rayyân était l’objet d’une campagne visant à ruiner ses activités financières à l’étranger, et lancée par une compagnie étrangère concurrente.

12Une réunion s’est tenue entre des représentants de la Banque Centrale, l’Autorité du Marché des Capitaux (Capital Market Authority), les dix banques concernées, et d’autres banques, pour discuter de la crise Al-Rayyân. Ils ont décidé d’aider la société à se sortir de cette mauvaise passe. Les Saoudiens également ont eu tout intérêt à se montrer coopératifs, car la faillite de cette société aurait fait sérieusement régresser le mouvement bancaire islamique.

13Bien que les déposants aient réussi à sauver leurs économies, ils sont encores inquiets. Dans l’ensemble, ce sont de petits épargnants et ils comptaient beaucoup sur les versements mensuels d’Al-Rayyân. A présent, ils ne savent plus à qui confier leur argent.

14La crise soudaine a mis en vedette la question des sociétés islamiques d’investissement. Avant de démissionner au début du mois, l’ancien Gouverneur de la Banque Centrale, Ali Negm, avait souvent mis le public en garde contre les opérations effectuées par ce genre de firmes. Il disait qu’elles prenaient de l’argent en dépôt sans pour autant être soumises aux lois régissant l’activité bancaire. Il avait annoncé une catastrophe financière à court terme, et demeurait sceptique quant à ces "revenus de capital" élevés promis aux déposants par les sociétés islamiques. Il pensait que ces sociétés devaient certainement, soit dilapider leur argent avant un krach imminent, soit se livrer à des opérations illicites.

15C’est le nouveau premier ministre (Atef Sedki) qui a donné le ton dans une de ses premières déclarations à la presse. "Les sociétés d’investissement sont devenues un élément notable de l’économie égyptienne" a-t-il dit. "Un grand nombre de ces sociétés fonctionnent selon les principes islamiques et recueillent les économies des Égyptiens, exactement comme les banques". Mais il n’a pas indiqué ce qu’il comptait faire à ce sujet.

16En Juillet, le gouvernement a publié un décret ministériel interdisant aux sociétés islamiques d’investissement d’inviter la clientèle à souscrire pour leur capital, sauf sur autorisation spécifique du Ministère de l’Économie et des Finances. Ce décret faisait suite à l’émergence de nombreuses fausses sociétés d’investissement qui recueillaient des fonds uniquement pour permettre aux propriétaires de fuir à l’étranger avec l’argent. Six d’entre eux ont été arrêtés, par contre un autre a réussi à quitter l’Égypte en emportant avec lui 4 millions de dollars. Huit dirigeants importants de sociétés de ce type se sont vus interdire de sortir du pays pendant toute la durée de l’enquête.

17Le directeur de l’Autorité du Marché des Capitaux (Capital Market Authority), Mohamed Hassan Fagg el Nour, a obligé les vingt sociétés islamiques d’investissement à se convertir en sociétés par actions, afin qu’elles tombent sous le contrôle normal du gouvernement.

18Les économistes pensent qu’à moins d’une intervention gouvernementale, les conséquences pourraient être aussi fâcheuses qu’au Koweït en 1982, lorsque la bourse du Souk Al Manakh s’est effondrée. Le Souk al Manakh était un marché financier illégal et non contrôlé, qui a permis l’apparition de nombreuses sociétés fantômes dont les seules valeurs n’existaient que sur le papier.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540