Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: l'attaque

Texte N° 30. "Les gérants des sociétés de placement des capitaux échappent au paiement de l’impôt pour un montait de 775 millions de livres égyptiennes"

Abdel Kader Ahmad Ali

Texte intégral

1Al Ahali 10/12/86.

2Un rapport de l’administration du fisc a révélé qu’un certain nombre de propriétaires des sociétés de placement de capitaux échappent au paiement des impôts, et que le total des impôts non payés équivaut aux trois-quarts d’un milliard de livres environ. Il ajouta que certains propriétaires de ces sociétés présentent des documents inexacts sur leurs activités, et menacent l’administration de retirer les projets qu’ils entreprennent pour les transférer à l’extérieur, ceci à cause de ce qu’ils appellent son obstination contre eux.

3Un rapport officiel de l’administration générale de la lutte contre les délits touchant les biens publics, rattachée au Ministère de l’Intérieur, révéla la participation de certains propriétaires de ces sociétés au trafic de devises étrangères au marché noir. Ces propriétaires s’emparèrent de grandes sommes venant de quelques banques, les passèrent clandestinement à l’étranger, et firent un commerce douteux de l’or et de l’argent.

4La liste présentée dans le rapport comprenait les noms de 54 grands trafiquants de devises étrangères, à qui des procès pour abus de bien publics ont été intentés.

5En tête de la liste, figurait un des propriétaires de la société El Rayyân pour le placement des capitaux. Le rapport l’a considéré comme le plus grand trafiquant de devises, après Sami Ali Hassan, le trafiquant de devises connu. Ce propriétaire est Ahmad Tawfik Abdel Fattah El-Rayyân que le rapport a décrit comme étant "un étudiant en médecine vétérinaire qui n’a pas terminé ses études". C’est un des grands trafiquants de devises étrangères au marché noir, qui opèrent dans les halls des banques étrangères et possèdent des comptes personnels dans plusieurs banques. Le rapport a aussi mentionné qu’Ahmed Tawfik El-Rayyân entreprend l’achat et la vente de l’or et de l’argent à une très grande échelle, et a pu ainsi rassembler une fortune considérable évaluée à des millions, durant une courte période. De même, il opère à travers la banque Misr-Iran.

6Le nom de son frère, Mohamed Tawfik, El Rayyân vient au troisième rang. Le rapport mentionna qu’il avait participé avec son frère ainé Fathi, à des transactions douteuses, et qu’eux deux déposaient des devises étrangères auprès de banques à l’extérieur du pays, après les avoir passées clandestinement. De même, ils en collectaient directement à l’étranger sans les transférer en Égypte pour les investir dans le but pour lequel elles étaient collectées.

7Au quatrième rang de la liste des grands trafiquants et contrebandiers de devises, figure le nom de "Mohamad Ashref El-Sayed Ali Saad" connu sous le nom de "Ashraf Al Saad", propriétaire de la société El-Saad pour le placement et l’investissement des capitaux. Le rapport mentionne qu’il a "une large activité" dans le trafic des devises étrangères au marché noir, et dans le passage clandestin de l’or à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Les halls des banques sont le lieu d’où il opère.

8Le rapport dévoila aussi la main mise de Ahmed Tawfik El-Rayyân et Mohamad Ashraf El-Saad sur un million 850 mille dollars de la banque Misr-Iran. Il mentionna qu’Ashraf Al Saad avait un compte auprès de cette banque (n° 61253). Il ajouta qu’il avait délégué Ahmad Tawfik pour entreprendre les opérations bancaires en son nom. Le procès fut enregistré sous le numéro 15/81 (mesure d’investigation sur les biens publics).

9Au cinquième rang de la liste, figure Ahmad Abdel Aziz Nassar (connu sous le nom du Hajj Salah Al-Dabay). Le rapport du Ministère de l’Intérieur mentionne qu’il a pu rassembler des sommes à partir des épargnes des citoyens, pour les faire fructifier par l’intermédiaire de projets d’investissement dans la région de Zeytoun. Il a été arrêté et impliqué dans plusieurs procès pour avoir trafiqué des devises étrangères.

10Au septième rang (sic !), figure le nom de Mohamad Ali Said, dont le surnom est "Vednou". Il est né à Mansoura, et a été arrêté et impliqué dans deux procès de trafic de devises et de passage clandestin d’argent à l’extérieur du pays, évalué à plus d’un million de livres. Le rapport mentionne que deux personnes parmi ses connaissances ont été arrêtées et impliquées dans le procès n° 82/350, et avaient avoué qu’ils les avaient chargées de faire passer clandestinement 12 milles livres en Arabie Saoudite. Il opère largement aussi dans le commerce des graines narcotiques, et a été arrêté et impliqué dans quatre procès de narcotiques. C’est pourquoi, le procureur général socialiste décida de le mettre sous garde Judiciaire. Il est un des associés de Mohamad Ashraf El-Saad dont un autre associé, Ibrahim Saleh Salh El-Orabi, a été aussi mentionné dans la liste. Ce dernier a été arrêté et impliqué dans plusieurs procès de trafic de devises étrangères, et le rapport dit qu’il a des relations étroites avec les propriétaires des sociétés El-Rayyan, et El-Saad.

11La liste comprend aussi les propriétaires d’une société de capitaux, dont le nom était gardé secret. Ce sont Mohamad Sayed Ahmed El-Gabri et Farid Ahmad. Le rapport mentionne qu’ils ont été arrêtés et impliqués dans plusieurs procès de trafic de devises, et qu’ils utilisent leurs magasins pour rassembler et mettre en circulation les devises étrangères…/…

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540