Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: l'attaque

Texte N° 29. "La tragédie des sociétés de placement de capitaux"

Ibrahim Abd el Aziz

Texte intégral

1As-Siyasi, 7/12/86

2Une nouvelle fois, le problème des sociétés de placement de capitaux explose, après l’annonce de la perte par l’une d’entre elle de plus de vingt millions de livres dans les spéculations sur l’or, et des trafics illicites auxquels d’autres de ces sociétés se seraient livrés…

3En même temps, les autorités responsables ont averti les citoyens de se méfier de ces sociétés. Ils se pressèrent alors de demander leurs dépôts auprès de ces sociétés, par crainte des risques qu’ils encouraient.

4Ces sociétés ont alors essayé de dissiper les craintes des déposants, et organisé pour ces derniers des visites dans les projets agricoles et industriels possédés par elles, pour leur faire croire que leur argent est investi en vue d’objectifs nationaux, et qu’ils ne risquent pas de le perdre.

5Un coup d’œil rapide sur les marges de bénéfices de ces projets, -marges qui atteignent parfois 24 %, nous montre que ces sociétés ne peuvent en fait réaliser de tels bénéfices ; il est notoire en effet que les projets industriels, agricoles et d’habitat ne peuvent atteindre des gains aussi élevés, que d’ailleurs les banques elles-mêmes sont incapables de réaliser. De même, beaucoup de projets de production exigent une longue période de mise en place et de fonctionnement effectif. Par suite, ils ne sont pas bénéficiaires dès le premier jour où l’investisseur dépose son argent.

6Au vu de cela, quelques citoyens ont demandé le retrait de leurs épargnes auprès de ces sociétés. Ces dernières ont craint alors de ne pouvoir régler toutes les demandes de retraits des déposants. Elles ont commencé à avertir les citoyens que le retrait de leurs dépôts aurait un impact sur le stock de liquidités de l’appareil bancaire où sont déposées les grosses sommes collectées par ces sociétés.

Le démenti de l’Union des Banques :

7Mais l’Union des Banques s’est empressée d’émettre un rapport pour démentir cette allégation. Elle a déclaré que ces épargnes étaient minimes par rapport aux sommes déposées dans l’appareil bancaire. Ce dernier fonctionne en effet selon des principes bancaires et économiques bien connus, et n’est pas mis en péril par le retrait de sommes quelles qu’elles soient.

L’attitude de la Banque Centrale :

8La Banque Centrale a averti aussi les citoyens que ces sociétés n’étaient pas sérieuses, et les a prévenus des dangers que pouvait encourir leur argent, car l’activité de ces sociétés est pratiquement réduite aux spéculations sur les devises et l’or, les opérations de courtage et d’agence, qui sont des activités ou la proportion des risques est élevée.

9La Banque Centrale n’en est pas demeurée à cette mise en garde, mais a dénoncé ces sociétés auprès du parquet qui n’a entrepris, jusqu’à présent, aucune procédure contre elles.

10Si telle est l’attitude de la Banque Centrale, l’Organisation du Marché Monétaire, qui contrôle l’activité des sociétés anonymes, a promulgué une nouvelle loi. Tout le monde a cru que cette loi allait mettre fin aux activités de ces sociétés. Elle stipulait l’interdiction à quiconque d’annoncer des souscriptions avant d’obtenir son autorisation. Cette loi ne s’opposait pas à ces sociétés, et ne mettait pas en cause leur activité. On pourrait dire que cette loi, promulguée par l’Organisation du Marché Monétaire, les a même servies, car elle leur a donné l’occasion d’élargir leur activité. Elle dissipa tous les efforts des appareils officiels en vue de s’opposer à ces sociétés.

11Vis-à-vis de l’accroissement des fonds de ces sociétés, de leur effet nuisible sur l’économie nationale et face à la revendication croissante des banques s’opposant à ces sociétés, l’idée a surgi de revoir le taux d’intérêt versé actuellement par les appareils bancaires ; ce fut une tentative pour attirer les épargnes des citoyens, et rivaliser avec ces sociétés. Mais la situation reste encore incertaine quant à la légitimité de ces sociétés.

Des règles nécessaires :

12Le directeur général de la banque du Nil M. Hamed El Ghams a discuté des principales règles nécessaires à l’activité de ces sociétés : ces diverses activités doivent être connues de tout le monde, et claires pour tous les actionnaires avant la collecte des épargnes. De même, elles doivent être soumises au contrôle des appareils de l’Etat, et doivent publier leur budget chaque année.

La destruction de l’économie :

13Le directeur des transactions bancaires à la Banque Xisr, M. Sayed Abou Leil, trouve que ces sociétés n’entreprennent aucune activité économique de forme courante, mais plutôt des activités marginales. Cependant, nous devons admettre qu’il n’existe aucune loi interdisant les opérations de ces sociétés. Si la situation ne change pas, elles élargiront la collecte de l’épargne, ce qui pourrait détruire l’économie nationale, surtout en ce qui concerne la cohésion des banques en matière de taux d’intérêt. Ceci influencera la production, l’investissement, et les prix en général. C’est pourquoi, il faudrait modifier la loi de sorte qu’elle interdise la collecte de l’épargne par toute institution autre que les banques officielles. Il faudrait donner une chance à ces sociétés pour régulariser leur situation, soit en se convertissant en sociétés anonymes, soit en liquidant leur activité.

14Le Docteur Nawal El Tatawi, directeur des Investissements à la Banque Nationale pour l’Investissement, dit que les activités des sociétés de placement de capitaux sont douteuse. Il est impossible à un quelconque projet de réaliser un bénéfice annuel atteignant 24 %. C’est pourquoi, elles devraient être surveillées ou converties en sociétés anonymes.

15Telle est la réalité des sociétés de placement de capitaux, que nous pouvons résumer ainsi :

  1. Ces sociétés existent réellement et opèrent sur une grande échelle, de sorte que leur liquidation représente un danger.

  2. La persistance de l’activité de ces sociétés et son expansion représente une "bombe minutée" menaçant d’exploser à tout instant, car les activités qu’elles entreprennent ne sont pas stables, et peuvent s’exposer à des pertes à tout moment.

  3. Les taux de bénéfices élevés versés aux épargnants menacent l’économie et les autres activités de l’Etat.

  4. La modification de la situation de ces sociétés, doit prendre en considération les intérêts des déposants.

16Les économistes sont unanimes sur le fait que la solution réside dans la conversion de ces sociétés en sociétés anonymes, d’une part, et dans la promulgation d’une loi interdisant la collecte de l’épargne des citoyens, par tout autre moyen que le moyen officiel, à savoir les banques.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540