Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: l'attaque

Texte 27. "Afin que l’argent des déposants auprès des sociétés de placement ne se perde pas."

Majid Ateyya

Texte intégral

1al-Husawwar, n°3238, 31/10/86

2Les signes avant-coureurs de la catastrophe sont déjà apparus lorsque le -propriétaire de l’une de ces sociétés a réuni des millions et s’est enfui à l’étranger, laissant les déposants frustrés des fonds qu’ils avaient économisés toute leur vie durant. On peut aussi citer le cas de cet autre qui ayant également réuni des millions, a par la suite été déclaré en faillite. Il passe deux années en prison, mais que dire des fonds des déposants qui sont perdus ? Et que dire de celui qui a réuni plus de 20 millions sur un projet fictif ; ses biens ont été mis sous séquestre, mais les fonds étaient déjà passés à l’étranger ! Il ne restait aux épargnants que les yeux pour pleurer !

3La dernière histoire à ce propos est celle d’une société qui a réuni des centaines de millions auprès des Égyptiens, tant à l’intérieur du territoire qu’à l’extérieur. La société a ensuite fait sortir ces fonds à l’étranger et les a placés sous les noms des propriétaires de la société. Des opérations de spéculation ont été effectuées en jouant sur les prix de l’or et des devises. Tout ceci a abouti à une perte de 200 millions de dollars, soit environ 390 millions de livres égyptiennes au cours actuel du marché libre* (* à noter que le cours du marché libre actuel -1988- est de 2,24 livres égyptiennes pour un dollar, la tendance étant toujours à la baisse ; Ndt) La perte de la société portait sur le tiers des dépôts effectués selon les informations dont on disposait.

4Qu’adviendrait-il si l’une de ces sociétés annonçait sa mise en faillite, sachant que tous les capitaux sont placés à l’intérieur du pays et à l’étranger sous le nom des propriétaires ou sous ceux de leurs enfants ou de leurs femmes. De qui les déposants pourraient-ils récupérer leurs économies lorsqu’on sait que les actifs fixes de ces sociétés ne se montent tout au plus -selon un rapport récent- qu’à 40 millions de livres seulement, soit 4 % des fonds déposés auprès d’elles.

5Le cas de ces sociétés nous remet en mémoire la catastrophe de la banque libanaise Intra au début des années 70.

6L’ensemble des sociétés agissant sur les mêmes bases pourraient bien nous amener à une catastrophe aussi importante que celle qu’a connu le Koweït avec l’affaire du "Souk de Manakh". L’économie égyptienne toute entière pourrait en être menacée, sans parler de la catastrophe qui briserait un million de familles égyptiennes qui perdraient tout ce qu’elles ont accumulé pour assurer leur avenir.

Les origines de l’affaire

7Lorsque la loi sur les investissements a ouvert la possibilité de mettre sur pied des sociétés de placement de capitaux, le but était de faire procéder par celles-ci à des études de faisabilité sur des projets auxquels elles s’associeraient, sachant que la souscription s’effectuerait par l’intermédiaire des banques, sous condition que les sociétés de placement obtiennent l’autorisation de l’organisme des investissements pour tous ces projets, que ce soit dans le domaine agricole, industriel ou du logement.

8Certaines sociétés de placement de capitaux sérieuses ont effectivement mis sur pied des projets excellents. Kais d’autres sociétés ont eu des difficultés et l’autorisation leur a été retirée. L’ensemble de ces sociétés, qu’elles soient possédées par des individus, ou qu’elles aient pris la forme de sociétés par actions ne dépasse pas le chiffre de 150.

9Des pratiques sont apparues soudain, qui ne correspondaient pas du tout aux buts qui avaient été assignés dans la loi sur les investissements. Elles ont surtout été le fait de sociétés individuelles ou de sociétés familiales, assimilables à des sociétés individuelles. Ces sociétés ont commencé à collecter les économies des individus contre des revenus élevés, dépassant les 30 % annuels par rapport au dépôt initial. Les fonds ont déferlé sur ces sociétés. L’une d’entre elle avait déjà commencé voici huit ans. Elle a par la suite été suivie par d’autres qui ont commencé à effectuer le même type d’opérations. Ces sociétés atteignent aujourd’hui le nombre de 12. Les propriétaires de certaines d’entre elles se sont enfuis à l’étranger, alors que d’autres comparaissent actuellement devant le procureur général socialiste.

10Il aurait été possible que l’Organisme pour les Investissements retire son autorisation du fait que les sociétés avaient contrevenu au cadre dans lequel ces autorisations leur avaient été accordées ; mais l’Organisme pour les Investissements a préféré se dégager de cette responsabilité sur l’Organisme pour le marché financier.

11Lorsque ces sociétés se sont rendu compte du fait que la collecte des fonds auprès du public était en contravention avec la loi, elles ont recouru à une autre ruse qui consistait à signer un contrat d’association (mushâraka) ou un contrat de mandat (wikâla) avec l’épargnant qui déléguait par ce contrat à la société le soin de placer ses capitaux …/…

12Il y a par ailleurs des individus qui ont mis sur pied des sociétés de ce type avec un objet très large et qui ont profité du caractère très large de cet objet pour collecter l’épargne en promettant des revenus élevés.

13Certains des propriétaires des ces sociétés mettent l’argent récolté dans les banques à leur propre nom. En cas de décès ces biens reviennent aux héritiers et c’est aux personnes lésées de recourir à la justice …/…

14Lorsque le volume de ces sommes accumulées par les sociétés de placement a augmenté pour atteindre des milliards de livres égyptiennes, l’État a pris conscience du danger. La Banque Centrale a entrepris une campagne de mise en garde dans l’ensemble des journaux…/… Par ailleurs l’organisme du marché financier a pris des mesures pour que soit adoptée une loi interdisant à ces sociétés de collecter les fonds du public, sauf par l’intermédiaire d’une souscription passant par les banques et après autorisation du ministre de l’Économie... Mais cette loi a été promulguée sans effet rétroactif et ne s’est donc pas appliquée aux sociétés qui étaient déjà parvenues à collecter des milliards…/…

15Le Gouverneur de la Banque Centrale renouvelle pour sa part ses assertions selon lesquelles les revenus que ces sociétés distribuent ne peuvent pas être réalisés dans des opérations légales. Soit ces sociétés tirent ces revenus à partir des dépôts eux-mêmes en attentant la catastrophe, soit elles effectuent des opérations illégales…/…

16Le phénomène des sociétés de capitaux qui collectent les fonds des épargnants ne diffère pas de celui de la vente des locaux d’habitation à plusieurs personnes différentes. Tous deux connaissent un épilogue devant le Procureur Socialiste et les victimes en sont les épargnants.

17Quelles sont les activités de ces sociétés ? Des spéculations sur l’or et les devises... Des boutiques de boucher ou de poissonnier, des stations d’essence, des fermes d’élevage ne sauraient générer des profits équivalents à ceux qu’elles paient aujourd’hui... Mais certaines sont nuisibles à l’économie nationale. Il en est qui achètent des marchandises vitales comme le foin ou certaines récoltes pour les stocker... Et quels ont pu être les profits des membres de ces commissions d’orientation des importations qui ont obtenu des agréments d’importation pour les marchandises, mais qui ont de leur côté empêché que ne soit accordées d’autres autorisations, ce qui leur a permis de contrôler le marché, et de faire monter les prix…/…

18Monsieur Mahmoud Abd el-Aziz, directeur général de la Banque Nationale, et directeur de la Banque Nationale-Société Générale, ramène les causes de ce phénomène à la négligence commune aux banques et au gouvernement... L’intermédiation financière est une activité bancaire mais la crainte qui étreint ces banques les a poussées A se détourner de ce rôle. Tout gouvernement qui se respecte devrait assurer l’emprise de la Banque Centrale sur toute activité portant sur la collecte de l’épargne, même si celle-ci se fait sous forme de contrat d’association ou sous forme de contrat de mandat d’investissement…/…

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540