Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: l'attaque

Texte 26. "Les dangers des sociétés de placement de capitaux"

Texte intégral

1Interview de Ali Negm; al-Musawwar, N°3223, 26/9/86

2Certaines sociétés de placement de capitaux ont une emprise de fait sur l’épargne des Égyptiens. Cette épargne pourrait se monter à des millions de livres, alors que les actifs de ces sociétés ne dépasseraient pas 10 ou 20 % de ce montant ; n’est-il pas à craindre qu’une faillite ne survienne et que cette épargne soit mise en danger ?

3Depuis le début de l’année dernière la Banque Centrale a été la seule à attirer l’attention sur le danger de cette situation et nous avons adressé de nombreuses mises en garde aux citoyens qui traitent avec ces établissements.

4…/… La loi permet de créer des sociétés de placement de capitaux à condition que se soit dans un cadre légal. Mais elle ne permet pas que ces sociétés réunissent des capitaux, car il s’agit là d’une compétence qui relève fondamentalement des banques. De plus, cette mise en garde était surtout motivée par les intérêts de ceux qui traitent avec ces sociétés. Enfin, il y a un grand danger à ce que des sociétés composées de quelques individus viennent recueillir des dépôts qui sont placés dans les banques au nom de ces individus, et non pas à celui du déposant ou de l’investisseur. Il faut bien savoir qu’il y a là un très grand danger car, si une chose quelconque arrivait au responsable de l’une de ces sociétés sous le nom duquel les dépôts ont été effectués -ainsi en cas de mort, de faillite ou de "voyage" le déposant ou l’épargnant n’ont plus personne auprès de qui faire valoir leurs droits. De tels évènements se sont effectivement produits dans deux cas où l’on a vu des responsables de ces sociétés partir à l’étranger avec des millions de livres …/…

5Quelle est l’autorité chargée du contrôle des sociétés de placement de capitaux ?

6L’Autorité du Marché Financier est l’instance responsable, ce n’est pas le rôle de la Banque Centrale.

7N’y-a-t-il pas une contradiction à ce qu’au moment même où la Banque Centrale effectue cette mise en garde, on voie l’Autorité pour les Investissements donner son accord à la constitution de sociétés de placement de capitaux ; et le plus étrange n’est-ce pas ces annonces faites à la télévision pour inviter à y participer ? En fait, le citoyen égyptien ne pouvait plus savoir exactement où était la vérité.

8Il n’y a pas ici de contradiction ; l’Autorité pour les Investissements peut très bien donner des autorisations de création de sociétés de placement de capitaux... Ce que je veux dire, c’est que ces sociétés n’ont pas le droit de collecter des fonds, qu’il s’agisse de sociétés individuelles ou autres …/…

9Certaines sociétés accordent des profits qui s’échelonnent entre 25 et 40 % du montant des dépôts et les paiements s’effectuent régulièrement ; personne n’est encore venu se plaindre de ce système. Quelle est votre explication ?

10Certaines sociétés ont des placements relativement modestes qui se montent juste à quelques millions (sic) et non pas à des milliards. Elles annoncent des profits qui peuvent être comparés à ceux qui sont donnés par les banques, et parmi celles-ci par les banques islamiques. Mais des sociétés promettent un profit annuel de 24 %, payable au mois, et sujet à péréquation en fin d’année ; je vois là un grand danger. J’ai interrogé sur les formes prises par leurs placements. On m’a répondu qu’il s’agit de placements commerciaux assurant une rotation du capital plusieurs fois dans l’année ! J’affirme pour ma part qu’il n’est pas possible que le commerce engendre de tels profits, dans la mesure où les autres entreprises individuelles et les autres sociétés engagées dans le commerce ne parviennent pas à de tels montants. Je pense donc que ces sociétés de placement de capitaux ne parviendront pas dans le long terme à perpétuer de tels paiements.

11L’une de ces sociétés est effectivement parvenue à payer 25 % et plus sur les trois années qui viennent de s’écouler.

12Je ne veux pas m’attaquer à des personnes, mais Je dis qu’il n’existe pas de projets qui génèrent de tels profits dans l’industrie ou le commerce, à moins qu’il ne s’agisse d’un commerce portant sur des choses illégales.

13La Banque Centrale a-t-elle fait une évaluation des capitaux qui ont pu être réunis par ces sociétés ?

14Il n’existe pas d’évaluation globale, mais ce que Je peux dire, c’est qu’en ce qui concerne six personnes qui ont fait l’objet d’une telle évaluation, le montant approximatif a été établi à 800 millions de dollars.

15N’est-il pas étonnant que six personnes seulement puissent réunir 600 millions de dollars ?

16Selon certains bruits, les sommes sont supérieures à cela ; J’ai entendu dire qu’il y en aurait pour des milliards ! C’est pourquoi je m’imagine que certains pratiquent sans doute le commerce des devises, alors que d’autres réunissent les devises des personnes qui travaillent dans le Golfe ; nous en avons des preuves.

17Comment expliquez-vous le fait que les citoyens se dirigent vers ces sociétés ? Est-ce un effet de la campagne virulente que mènent les banques islamiques contre ce qu’elles appellent l’intérêt usuraire ?

18Je ne le crois pas. Si tel était le cas, ces capitaux se dirigeraient vers les banques islamiques elles-mêmes et non pas vers les sociétés de placement de capitaux. Car si l’intention des individus était d’investir conformément aux règles islamiques, les banques islamiques et les branches islamiques des banques traditionnelles leur suffiraient bien. Si le motif était uniquement religieux et fondé sur la crainte de l’usure, les capitaux se dirigeraient vers les banques islamiques, mais en fait, ce qui incite surtout les individus ce sont les revenus élevés qui leurs sont promis, sinon personne ne s’adresserait à ces sociétés.

19Comment une telle chose est-elle compatible avec la Sharica, dans la mesure où il s’agit de revenus rapides et non pas du résultat d’un travail ?

20Selon nos informations, il serait normal d’attendre le résultat des commandites islamiques ou des associations avant toute distribution de profits.

21Il est évident, d’après tout ce que vous avez dit, qu’un grand danger résulte des sociétés de placement des capitaux. Pourquoi la Banque Centrale n’entreprend-elle pas une campagne d’information dans laquelle elle orienterait les citoyens et les mettrait en garde contre le placement de leurs capitaux et de leurs économies dans ces sociétés ?

22La Banque Centrale est la seule autorité à avoir joué ce rôle dans les divers médias ; nous avons même étendu cette campagne aux divers journaux arabes, ainsi qu’aux journaux étrangers qui sont lus par les égyptiens non résidents. Mais il faut que certaines règles soient respectées. Dans un État moderne il est d’usage que, lorsque les responsables donnent leur avis sur un problème, les citoyens en tiennent compte. Mais chez nous, c’est au responsable qu’on s’attaque, en supputant qu’il ment ou qu’il doit vouloir cacher quelque chose. Nous avons suffisamment fait de mises en garde. Celles-ci se sont parfois adressées aux sociétés elles-mêmes, et nous avons été jusqu’à engager des actions judiciaires …/…

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540