Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Strategies internes

Texte 19. Que se passe-t-il au sein de la banque islamique internationale pour les investissements et le développement ?"

Texte intégral

1A.I, 29/9/86, n°924, (publicité)

2Dès le mois de juin 1985, la banque islamique s’est laissée prendre par le tourbillon de la crise.

3Au cours de la réunion Générale tenue le 26 juin 85, des différends ont éclatés entre les membres du Conseil d’Administration. Le désaccord portait surtout sur deux points : le premier avait trait à la méthode de direction du travail à l’intérieur de la banque proprement dite, et de ses sociétés. Le second touchait la légalité des décisions de l’assemblée générale et les moyens utilisés pour les mettre en œuvre. C’est à cause de ces différends que la réunion du Conseil d’Administration et celle du Comité supérieur de l’investissement et du financement qui la suit, n’ont pu avoir lieu.

4La Banque Centrale intervint alors, ainsi que l’éminent Cheikh Mohamad Metwalli Al-Chaarawi, pour régler ces querelles à l’amiable et permettre à la banque de sauver la face, sans trop de succès. A la suite de cette tentative, le conseil d’administration de la banque centrale ne trouva d’autre issue que celle de dissoudre le conseil d’administration de la dite banque et d’en nommer un délégué général. Cette décision n’empêcha pas la banque islamique pour l’investissement et le développement d’être entraînée dans un cercle vicieux. Les querelles ont continué de plus belle, durant seize mois, devant les tribunaux et dans les pages des journaux.

5C’est seulement depuis deux semaines, et plus précisément, le 17 septembre, que Monsieur Ismail Hassan, le délégué général a invité les actionnaires à un conseil ordinaire, au cours duquel ont été présentés le rapport général de la Banque et celui du contrôleur des comptes pour l’exercice budgétaire 1985. Le budget de la banque au 31 décembre 1985 a été approuvé, ainsi que le compte des profits et pertes pour l’année écoulée, et le budget de la Caisse de Zakât. La responsabilité des résultats de l’année budgétaire qui finit le 31 décembre 1985 a été déterminée.

6Voici le détail :

7Compte des profits et pertes pour l’exercice budgétaire qui se termine le 31 décembre 1985.

8Le budget, le compte des pertes et profits et le rapport du conseil d’administration démontrent que :

  • En comparaison avec l’année 84 où les dividendes répartis entre les actionnaires et les fonctionnaires avaient atteint 2.770.427 L.E., la banque n’a pas réalisé de profits valables au cours de l’exercice budgétaire 85 pour en distribuer des dividendes.
  • Les sommes versées en 1985, aux membres du précédent conseil d’administration s’élevaient à 532.000 dollars dont 153.822 dollars et 397 L.E. revenaient au président à lui seul.
  • Le produit des recettes qui est de 6,8 millions L.E. est destiné à payer des dettes douteuses.
  • Les obligations des créditeurs et les soldes créditeurs ont augmenté pour atteindre la somme de 200 millions 457.982 L.E, contre 194 millions et 662.676 L.E. au cours de l’exercice budgétaire 84.

9Il était donc normal que la réunion de l’Assemblée Générale fut plutôt animée, tant lors des discussions que des décisions.

10L’Assemblée Générale a décidé de ne pas acquitter le Conseil d’Administration précédent et d’ouvrir une enquête sur les infractions qu’il a commises. Un nouveau Conseil d’Administration a été nommé. Il comprend onze membres qui représentent aussi bien les individus que les sociétés. Au premier rang figure la société Al-Sherif pour les investissements suivie par la société Al-Sherif pour le développement économique au deuxième rang et au troisième rang le société Al-Sherif pour le plastique.

11Ce témoignage reflète la bonne réputation dont jouissent les sociétés Al-Sherif auprès des actionnaires. La présence de 1’éminent Al-Sheikh Al-Charaawi, du Dr Atef Agwa directeur du Département des Sociétés et de 54,86 % des actionnaires qui représentent 658.303 actions, souligne l’importance de cette réunion.

12Au début de la réunion, Cheikh Al-Charaawi a prononcé une allocution : "nous espérons que cette assemblée marque la fin des divergences pour couper le chemin aux adversaires de l’Islam et aux opposants de l’expérience des banques islamiques... que cette épreuve nous serve de leçon, qu’elle nous rende plus forts et plus croyants, qu’elle nous aide à éliminer les faiseurs de troubles et lancer ainsi un avertissement aux personnes qui seront tentées d’utiliser les mêmes moyens... Nous voulons que l’expérience des banques islamiques soit islamique de A à Z. C’est pourquoi le fait de présenter sa candidature au conseil d’administration n’a rien d’islamique. En Islam celui qui demande le pouvoir ne doit pas l’obtenir. De plus, nous devons éviter les querelles parce qu’elles nuisent à la religion et à la société."

13Ensuite M. Ismail Hassan, délégué général de la banque, a pris la parole. Tout d’abord il a fait remarquer que la réunion de l’assemblée générale était conforme au quorum légal. Il parla ensuite de la situation financière de la banque, des primes et des salaires des membres du précédent conseil d’administration.

14Mais le discours du délégué général se transforma vite en débat avec les actionnaires autour des pertes causées par le précédent conseil d’administration, les mauvaises dettes et les crédits sans garantie.

15M. Ismail Hassan proposa, pour l’intérêt de la banque, de définir les responsabilités tout d’abord, et ensuite de prendre les précautions nécessaires pour éviter de telles infractions dans l’avenir. A leur tour, les actionnaires ont suggéré de former une commission d’enquête qui aura pour tâche de cerner les infractions et leurs conséquences.

16Le but de ce reportage était de relater ce qui s’est passé â l’intérieur de la banque islamique durant l’exercice budgétaire précédent, les infractions commises et les moyens de redressement utilisés. C’est dans ce cadre que l’on a rapporté le déroulement de l’assemblée générale et l’approche du nouveau conseil d’administration.

17Certains ont saisi cette occasion pour attaquer l’idée de banque islamique mais en fin de compte, on a montré les modifications souhaitées au sein des banques islamiques.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540