Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Performances et bilans

Texte 16. Le système d’épargne islamique dans les banques de village (Bunok al-Qura) est entre en application comment fonctionne-t’il ?

Abdel Vahab Hamed

Texte intégral

1A.I. 14/05/84, n°800

2(…) M. Fathalla Rifaat, Président du Conseil d’Administration de la Banque pour le Développement et le Crédit Agricole, explique, à propos des ressources et des emplois des succursales qui effectuent des transactions islamiques, que les ressources peuvent être réparties en deux catégories :

  • des ressources internes, constituées des capitaux que la banque principale et les banques des gouvernorats peuvent leur réserver sans intérêts, pour qu’ils soient employés dans des investissements islamiques et qu’ils produisent un revenu conforme aux principes islamiques.
  • des ressources externes, constituées par la collecte de l’épargne des succursales du secteur rural qui refusent de traiter avec le système bancaire actuel.

3Les instruments d’investissement et d’épargne suivants sont proposés :

  • certificats de commandite et d’association dont la valeur est de 100 L.E. et la durée d’un an. Ils peuvent être annulés et remboursés avant leur terme, mais sans revenu.
  • comptes d’investissement avec un minimum d’ouverture de 100 L. E. et un minimum par dépôt, par la suite, de 10 L.E. Ces dépôts peuvent être retirés à vue. Un revenu est calculé à condition que le compte ait été supérieur au minimum d’ouverture, durant toute l’année.
  • comptes d’épargne à revenu avec un minimum d’ouverture de 50 L.E. En cas de retrait avant une période d’une année, il n’est pas calculé de revenu.
  • comptes d’épargne sans revenu et sans minimum d’ouverture.
  • caisse d’entraide sociale dont les fonds proviennent de donations effectuées bénévolement par les clients de la succursale dans le but d’indemniser l’un des leurs, en cas de désastre. Une indemnisation peut également être versée sur la part de la Zakât réservée aux personnes endettées.

4M. Lofti El Kafrour suggère le système suivant de répartition des bénéfices entre la succursale et ses clients associés. Il s’agit de déterminer une part, après accord, qui revient à l’associé en fonction de son travail et de sa gestion, en prenant en considération le volume, la nature et la durée de l’opération ainsi que l’expertise requise. Une autre part des bénéfices est réservée, après accord, à la succursale, en fonction des études de faisabilité, des conseils effectués et de l’expertise technique et financière. Le solde de la répartition, entre les partenaires, est effectué au prorata des participations au capital de l’opération. Toutefois, cette répartition n’est réalisée qu’une fois la Zakât déduite afin d’être distribuée aux bénéficiaires licites. Les bénéfices de la banque sont ensuite répartis entre la caisse d’entraide sociale et les clients de la banque, suivant qu’ils sont propriétaires de certificats d’association, de comptes d’investissement et d’épargne avec revenu, en fonction de la valeur et de la durée de participation de chacun aux investissements (…).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540