Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Performances et bilans

Texte 15. "Lecture du bilan consolide des banques et institutions financières islamiques"

Samir Metwalli

Texte intégral

1A.I. 10/11/86, n°930, pp 52 à 55

2(…)Suite à la première expérience de cumul des situations financières des banques et institutions financières islamiques membres de l’Union Internationale des Banques Islamiques (12 banques et institutions, au 30/12/1413 H, (31/12/1983), ou au 30/06/83, nous présentons ici une deuxième expérience, plus développée, en regroupant les situations financières de 27 banques et institutions financières islamiques, à la date du 30/12/1404 H (31/12/84) ou au 30/06/84, selon l’année budgétaire suivie par chacune de ces banques. Nous avons rencontré le même type de difficultés que lors de la première expérience en 1985, à savoir que :

  • l’année budgétaire varie d’une banque à l’autre, non seulement suivant les pays où se trouvent les banques membres de l’Union, mais aussi à l’intérieur d’un même pays. Ainsi, certaines banques suivent le calendrier chrétien, d’autres suivent le calendrier de l’hégire, et enfin pour d’autres, l’année budgétaire est située sur deux années du calendrier chrétien. Il est à noter que l’année, dans le calendrier de l’hégire, est de 4 % plus courte que l’année chrétienne.

  • s’il semble naturel que les états financiers des banques soient présentés en monnaie locale, il existe cependant des banques qui, de par leurs conditions de fonctionnement, présentent leurs états financiers en dollars ou en d’autres devises. La majorité des membres de l’Union présente leurs états en monnaie locale en ne mentionnant pas de base de valorisation en devises étrangères, ce qui, pourtant, serait nécessaire pour permettre une certaine unité de lecture, d’analyse, et de comparaison des différents comptes. Il se pose, en effet, le problème de la diversité des taux de change des devises en monnaie locale. La majorité des banques ne mentionne pas dans les rapports annuels, les taux de change courants pour les devises et, en particulier, pour le dollar. Ce serait pourtant une aide précieuse, pour pouvoir apprécier les montants et les différents éléments des documents étudiés.

  • les banques membres de l’Union ont en commun d’être islamiques. Elles ne suivent cependant pas un modèle unifié ou standard de présentation de leurs états financiers, ainsi :

    1. Certaines banques séparent les comptes des investisseurs du reste des biens financés par les fonds propres.

    2. Certaines banques présentent des comptes détaillés par type de dépôt (comptes courants, comptes d’investissement, comptes d’épargne). Elles confirment ainsi le caractère spécifique des banques islamiques, en montrant le poids des comptes d’investissement et d’épargne par rapport aux comptes courants. Cependant, la majorité des banques regroupe ces différents comptes sous la rubrique dépôts des clients, en ne se démarquant pas des banques conventionnelles.

    3. Certaines banques détaillent les destinations de leurs investissements : investissements directs possédés en totalité ou mixtes, biens fonciers, valeurs mobilières. D’autres banques regroupent les différentes catégories d’investissement en un seul compte.

    4. Certaines banques détaillent les comptes de placement islamiques (association, murâbaha, commandite…). D’autres banques les classent en fonction de leurs destinations par type d’activité : productive, commerciale ou foncière. A l’inverse, certaines banques regroupent ces différents comptes sous la rubrique financements islamiques ou investissements à court terme.

    5. Une des caractéristiques des banques islamiques est le souci accordé au domaine social. Bien que la majorité de ces banques joue un tel rôle, ceci n’apparaît pas dans leurs états financiers, car elles regroupent la plupart des comptes de crédits sociaux ainsi que les prêts à titre non onéreux, dans les comptes créditeurs.

    6. La majorité de ces banques retranche la Zakât des capitaux propres, surtout ceux des actionnaires, et distribue la Zakât suivant des modalités licites. A la date de présentation des états financiers, certains comptes de la Zakât sont débiteurs et d’autres sont créditeurs. Il faudrait présenter l’état de ces comptes afin de respecter le caractère islamique de ces banques. Certaines banques séparent nettement les comptes de la Zakât qui sont débiteurs de ceux qui sont créditeurs, en les traitant comme les autres comptes réguliers ou en leur réservant une présentation spécifique en annexe. Cependant, certaines banques regroupent ces différents comptes de la Zakâtvec d’autres comptes réguliers, soit créditeurs, soit débiteurs. Cette présentation ne permet pas de retenir l’attention sur ces questions, que ce soit celle du simple lecteur ou de l’analyste des documents financiers.

    7. La plupart des banques entreprennent des opérations de négoce, financées soit sur fonds propres, soit sur les fonds des investisseurs. Cependant, toutes les banques membres de l’Union ne présentent qu’un compte de pertes et profits et un compte d’exploitation. Il serait pourtant important de présenter des états financiers conformes à la nature des activités des banques islamiques et de faire ressortir qu’elles sont les seules à entreprendre des opérations commerciales par elles-mêmes, contrairement aux banques conventionnelles. Cela pourrait se faire en introduisant un compte spécifique (négoce ou murabaha ?).

    8. Certaines banques présentent le détail des comptes de produit et des comptes de charge qui forment le compte de pertes et profits. Certaines banques présentent des pertes et profits détaillés autour d’une dizaine de comptes, tandis que d’autres ne produisent aucun compte détaillé, malgré la diversité des produits et des charges et notamment les comptes de produits propres aux banques islamiques comme la part des revenus réalisés par les placements islamiques, afin de pouvoir les comparer aux revenus des opérations bancaires conventionnelles qui représentent la principale ressource des banques conventionne1les.

    9. Certaines banques réduisent la présentation du compte de pertes et profits au profit net à distribuer, après déduction du revenu ou des bénéfices des investisseurs propriétaires des dépôts d’investissement et d’épargne. D’autres banques présentent cet élément dans un compte d’affectation, sans mentionner, le plus souvent, la proportion distribuée du revenu.

3En définitive, on conviendra de retenir la date de publication des états financiers au 30 zioul Hejah 1404 H., soit le 31/12/1984. D’autre part, le dollar U.S. sera la monnaie de référence selon les taux de change figurant dans le tableau n° :

TABLEAU I : monnaie d’établissement des comptes et taux du dollar.

TABLEAU I : monnaie d’établissement des comptes et taux du dollar.

4Le tableau n° 2 représente un résumé du cumul des ressources (passifs) et des emplois (actifs), préparé à partir des états financiers publiés.

5Quelques remarques à propos de ces chiffres globaux :

  1. Les états financiers de DMI. Al Kabeda regroupent 14 succursales : FIB. Bahrein, Niger, Sénégal, Bahamas, ainsi que les sociétés islamiques d’investissement du Golfe Shariah et Bahrein, les sociétés de solidarité islamique A Bahrein, aux Bahamas et au Luxembourg, les sociétés islamiques d’investissement au Soudan, au Figer, au Sénégal, et la "société des services d’investissement licites".

  2. Les chiffres globaux ci-dessus représentent le total des situations financières de 12 banques seulement. Cependant, ils reflètent le poids relatif de chaque élément des comptes de bilan aux dates mentionnées.

  3. les 27 banques et institutions financières ne représentent pas toutes les banques et institutions membres de l’Union Internationale des Banques Islamiques. Un certain nombre d’autres banques n’ont pas fourni leurs états financiers et leurs rapports annuels, pourtant maintes fois demandés. Ce sont les banques et institutions financières islamiques du Pakistan, ainsi que la banque Baraka du Soudan. Nous espérons pouvoir inclure leurs chiffres dans une prochaine synthèse, afin de donner une image réelle et complète du volume et des activités des banques islamiques.

6TABLEAU IV : Bilans comparés des banques et institutions financières islamiques membres de l’Union Int. des Banques Isl. au 30/12/1404 H. - 30/6/1984 - 31/12/1984 (millions de dollars).

TABLEAU IV.I : ACTIFS

TABLEAU IV.I : ACTIFS

A : liquidités

B : banques et correspondants

C : financements islamiques à court terme

D : financements islamiques à moyen et long terme

E : comptes débiteurs divers.

TABLEAU IV.I. : SUITE

TABLEAU IV.I. : SUITE

F : Immo. nettes

G : autres immo.

H : reports à nouveau

I : crédits sociaux

: commerce en biens fonciers

TABLEAU IV.II : PASSIFS

TABLEAU IV.II : PASSIFS

K : comptes courants

L : comptes d’investissement et d’épargne M : comptes créditeurs divers N : zakât

M : comptes créditeurs divers

N : zakât

O : risques sur placements (provisions)

P : total des banques et correspondants

TABLEAU IV. II : SUITE

TABLEAU IV. II : SUITE

Q : total ; R : capital versé ; S : réserves ; T : bénéfices nets

U : bénéfices transférés ; V : total fonds propres

7Ce résumé des bilans des institutions financières islamiques amène les remarques suivantes :

  1. Le total de ce bilan atteint 7319,8 millions de dollars en 1984, contre 5842 millions en 1983, soit une augmentation de 1477,8 millions correspondant à une croissance de 25,3 %. Cela peut s’expliquer essentiellement par l’augmentation du nombre des banques et institutions financières ayant présenté des états financiers mais aussi par l’augmentation de leurs activités.

  2. Le montant cumulé des dépôts a atteint 5530,7 millions de dollars, contre 4538,1 millions l’année précédente, ce qui équivaut à une augmentation de 992,6 millions soit 21,9 %. On peut remarquer que le taux de croissance des comptes d’épargne et d’investissement a atteint 23,1 %, dépassant l’augmentation des comptes courants qui a été de 11 %.

  3. Les chiffres globaux reflètent une des particularités des banques islamiques, en effet, le montant des comptes courants ne représente que 7,2 % du total des ressources contre 68,5 % pour les comptes d’investissement et d’épargne, malgré les décisions prises par certaines banques islamiques de suspendre l’acceptation de nouveaux dépôts d’investissement, étant données les difficultés de placement.

  4. Le total des fonds propres est de 707,5 millions de dollars, contre 293,7 millions, soit une augmentation de 71 %, due à l’accroissement du capital versé et qui constitue 7,2 % des ressources.

  5. A fin 1404 H./1984 - 30/6/1984, les différents comptes de placement ont atteint 5572 millions de dollars, contre 4029,4 millions, soit une augmentation de 1542,6 millions, équivalant à 38,3 % de hausse. Le tableau N° 6 montre la répartition des différents placements, à l’exclusion des prêts à titre non onéreux :

8On peut remarquer l’importance des placements islamiques A court terme et le montant limité des placements à moyen et long terme qui sont essentiellement financés par les capitaux propres.

  1. L’augmentation des comptes de placement qui forment 76,1 % du total des emplois, contre 69 % dans le bilan agrégé constitue un danger important. Le changement structurel des placements islamiques à court terme apparaît clairement. Sa proportion du total des emplois est passé de 41 % A 49 %.

  2. Le total des comptes d’épargne et d’investissement est de 5013,1 millions de dollars, ce qui constitue 90 % du total des placements et 97,8 % des placements à court terme et du commerce en biens fonciers.

  3. Les crédits sociaux (prêts à titre non onéreux) sont toujours très limités dans les opérations des banques islamiques étudiées. Ils sont limités à la banque sociale Masser <80,5 millions de dollars). On remarquera que certaines banques, comme la banque islamique de Dubaï, ne font pas entrer les prêts à titre non onéreux dans le bilan de la banque.

  4. Les montants provisionnés pour les risques sur les opérations d’associations et d’investissements ne représentent que 40 % du total des différents comptes de placement. Il est difficile de juger si ces montants sont suffisants étant donnée la variété des contextes d’une banque à l’autre.

  5. Le montant des bénéfices figurant dans les fonds propres, 19,1 millions de dollars, ne représentent pas les bénéfices annuels cumulés de la totalité des banques, mais seulement quelques unes étant données les différences dans les méthodes comptables de présentation des bilans.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I : monnaie d’établissement des comptes et taux du dollar.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1579/img-1.jpg
Fichier image/, 672k
Titre TABLEAU II
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1579/img-2.jpg
Fichier image/, 592k
Titre TABLEAU III
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1579/img-3.jpg
Fichier image/, 540k
Titre TABLEAU IV.I : ACTIFS
Légende A : liquidités
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1579/img-4.jpg
Fichier image/, 516k
Titre TABLEAU IV.I. : SUITE
Légende F : Immo. nettes
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1579/img-5.jpg
Fichier image/, 384k
Titre TABLEAU IV.II : PASSIFS
Légende K : comptes courants
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1579/img-6.jpg
Fichier image/, 464k
Titre TABLEAU IV. II : SUITE
Légende Q : total ; R : capital versé ; S : réserves ; T : bénéfices nets
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1579/img-7.jpg
Fichier image/, 524k
Titre TABLEAU VI
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1579/img-8.jpg
Fichier image/, 181k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540