Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Les facteurs intellectuels et religieux: le débat sur la conception islamique des rapports économiques

Texte 5. "Les intérêts bancaires sont illicites".

Moustafa Ali Ahmad.

Texte intégral

1Dans le dernier numéro de votre revue, vous avez publié une opinion sur le problème du ribâ. J’ai été étonné par ce point de vue qui introduit le doute dans la pratique et jette le trouble dans l’esprit des jeunes qui se demandent déjà avec perplexité si les intérêts bancaires sont licites ou illicites.

2Les savants musulmans ont tranché la question. Je cite à titre d’exemples les décisions et recommandations du second congrès du Groupe de Recherches Islamiques (Moharram 1385 H – Mai 1965), qui comportaient ce qui suit en ce qui concerne les opérations bancaires :

  1. L’intérêt sur tous les genres de prêts est illicite, et ceci sans distinguer entre le prêt à la consommation et le prêt en vue de la production. Les textes sacrés sont péremptoires concernant ces deux genres de prêts.

  2. Le prêt pratiqué avec un ribâ à faible taux est aussi illicite qu’à un taux élevé. C’est ce que nous comprenons des paroles de Dieu : "O vous qui croyez, ne vous livrez pas au ribâ, rapportant sans cesse davantage".

  3. Le prêt à intérêt est illicite, et ne peut être permis pour cause de nécessité ou d’urgence. De même, l’emprunt avec intérêt est illicite, et ne peut être toléré qu’en cas de besoin urgent. Chaque individu est alors responsable en fonction de sa foi, quant à l’évaluation de l’urgence de son besoin.

  4. Les opérations bancaires licites sont : les comptes courants, le paiement des chèques, les lettres de crédit, les traites internes entre les commerçants et les banques locales. Les rémunérations payées à la banque pour ces opérations sont licites.

  5. Les comptes à terme, l’ouverture de crédit avec intérêt, et toutes formes de crédit moyennant un intérêt, sont considérés comme des opérations illicites.

  6. Aucune décision n’a jusqu’ici été prise concernant les opérations bancaires qui ont trait aux traites externes,

  7. Vu l’importance du système bancaire dans l’activité économique contemporaine, l’Islam tenant toujours à préserver les avantages procurés par les tentatives d’innovation -tout en cherchant à éviter les aspects illicites de ces dernières. Le Groupe de Recherches Islamiques se propose donc d’étudier un système bancaire islamique, substituable au système actuel. Les savants musulmans, les hommes d’affaires et les économistes sont invités à présenter leurs suggestions en la matière.

3Il existe aussi une opinion juridique émise par le secrétariat général de l’Organisation des Grands Ulémas et par la direction de la Maison des recherches avancées pour l’exhortation et les directives spirituelles d’Arabie Saoudite, portant le n° 687/2 et datée du 16/4/1401 H (1981), disposant de ce qui suit : "Le conseil recommande aux musulmans en général, et aux responsables en particulier de préserver, autant qu’il leur est possible, leurs sociétés de la pratique du ribâ qui les soumet à une guerre implacable de la part de Dieu et de son envoyé. Ils doivent s’empresser d’établir des banques islamiques afin de permettre aux individus d’y déposer leurs économies et de les investir selon les modes licites. Ceci réduira l’activité des compagnies d’assurances et des banques qui pratiquent le ribâ."

4C’est ainsi que la création de banques islamiques a pris son essor, avec beaucoup d’intensité et de sérieux, en Egypte, à Dubaï, au Bahreïn, à Qatar, en Arabie Saoudite, au Soudan, en Jordanie, au Kuwait, à Chypre, en Guinée, et dans beaucoup d’autres pays. L’expérience a réussi, et les opérations financières licites ont été pratiquées, telles la mudâraba ou contrat de commandite islamique, la mushâraka ou contrat d’association, la murâbaha ou contrat de vente avec bénéfice, et autres opérations licites soumises chacune à des conditions et des normes qui obéissent à la jurisprudence islamique. Ces banques ont nommé dans leurs conseils d’administration des personnalités vertueuses parmi les savants musulmans, par exemple le sheikh Khater, le docteur El Hosseini Hashem, le docteur El Beri, le docteur El Karadawi et beaucoup d’autres qui sont membres du comité de contrôle de consultation juridique. Il n’est donc pas étrange que le sheikh Shaarawi préside le comité d’une de ces banques, ce qui équivaut à la présidence d’une personnalité influente, socialement bien placée, à la tête d’un établissement économique important.

5Depuis plus de quinze ans, je croyais, comme beaucoup d’autres actuellement, que les intérêts bancaires ne sont pas du domaine du ribâ, surtout après la nationalisation des banques par l’Etat, qui abolit en principe tout élément d’exploitation. De même, les transactions avec les banques sont le plus souvent le fait d’individus de condition aisée ; par ailleurs le taux d’intérêt est raisonnable. Mais tous ces arguments relèvent de l’ignorance culturelle et religieuse, telle qu’on la rencontre actuellement parmi notre jeunesse musulmane. Enfin, Dieu m’a éclairé, et nos vénérables savants et sheikhs nous ont expliqué nos erreurs de jugement. J’ai dit à l’un d’eux que j’avais lu l’opinion juridique d’un important sheikh d’al- Azhar qui disait que les intérêts des caisses d’épargne étaient licites. Il me répondit que ce sheikh s’était excusé de son erreur Juste avant sa mort.

6J’ai lu aussi dans le numéro du 15 avril 1986 d’al-Ahram al-Iqtisadi, dans un entretien sur le ribâ et les intérêts, que l’un des auteurs disait que les intérêts bancaires sont licites. Il justifiait son opinion en disant que les versets coraniques s’appliquent à la monnaie métallique, en or ou en argent, et non au papier-monnaie qui est une innovation contemporaine. Après m’être référé aux ouvrages économiques islamiques, j’ai publié une explication sur ce sujet en me basant sur les versets coraniques interdisant le ribâ ; j’en cite un : "Dieu a permis la vente et interdit le ribâ". Le ribâ est donc expressément illicite, bien que l’intérêt soit licite dans les lois positives. D’autres versets coraniques interdisent aussi l’usure tels : "Ceux qui se repaissent du ribâ se retrouveront, le Jour de la résurrection, tels ces possédés que Satan a souillés de son contact ; cela parce qu’ils ont affirmé : le ribâ est la même chose que la vente ; alors que Dieu a permis la vente et interdit le ribâ. Celui qui, dûment averti par le Seigneur, mettra fin à cette pratique, obtiendra son pardon pour le passé ; son affaire relève uniquement de Dieu. Mais ceux qui retourneront au ribâ seront voués au feu pour l’éternité" (sourate de la vache, verset 275). Et aussi "0 vous qui croyez ! Craignez Dieu et n’exigez plus ce qui reste encore dû du fait du ribâ, si vous êtes de vrais croyants. Au cas où vous refuseriez de le faire, attendez-vous à une guerre implacable de la part de Dieu et de son envoyé. Mais si vous vous repentez sincèrement, il vous restera toujours le principal de votre bien. Ainsi vous ne léserez personne et vous ne serez point lésés. Si votre débiteur est dans la gêne, vous attendrez qu’il soit dans l’aisance. Mais ce serait encore plus méritoire pour vous de lui remettre sa dette, si vous pouviez en savoir le mérite", (sourate de la Vache, versets 278, 279, 280).

7La définition du ribâ est "ce qui vient en excédent ou en augmentation". C’est le sens étymologique du mot. On l’emploie pour désigner un terrain surélevé. Toute somme versée en excédent sur un emprunt, et ne résultant pas d’un commerce, est considérée comme relevant du ribâ. Dieu a dit : "Dieu réduira poussière le ribâ et fera croître l’aumône". L’anéantissement des intérêts relevant du ribâ signifie, par extension, la perte des biens matériels acquis grâce à cet argent, sur terre et dans l’au-delà.

8Nous rappelons aussi que l’usure est prohibée dans les trois religions. Nous lisons dans la bible : "Ne prête pas à ton frère juif avec intérêt qu’il s’agisse d’argent, ou d’aliments, ou de toute autre chose qu’on peut prêter avec intérêt". Nous remarquons ici que l’interdiction de l’intérêt est limitée aux juifs. Ceci est dû aux fausses interprétations qui ont pour but de rendre conforme le Livre Saint aux seuls intérêts personnels des juifs. Dieu les a décrits dans le Coran par ces paroles : "Ils s’emploient à fausser le sens des Ecritures", (sourate de "la table servie" verset 41).

9Dans le christianisme, nous retenons les paroles de Luther concernant l’usure : "Il existe des gens dont la conscience est indifférente, et leur permet de vendre leurs produits à terme moyennant des prix beaucoup plus élevés que les prix courants. Il existe même des individus qui n’aiment pas vendre au comptant, et préfèrent vendre à terme" (Abbas El Akkad : Les vérités de l’Islam et les mensonges de ses adversaires, pp. 125-126).

10Je pensais que ceux qui écriraient sur les banques islamiques ne sèmeraient pas le doute dans la pratique avant d’avoir étudié les ouvrages de jurisprudence et d’économie islamique, afin de connaître les résultats des recherches des savants et professeurs concernant les banques islamiques. Ils auraient dû leur soumettre les problèmes de la pratique, afin de présenter les solutions convenables, et surmonter les obstacles... Je mentionne enfin, qu’en exposant mon point de vue ici, je n’ai attaqué personne, me conformant ainsi aux paroles de notre indulgent Prophète : "N’est pas des nôtres celui qui est impitoyable avec ceux des nôtres qui sont faibles, et ne respecte pas ceux des nôtres qui sont forts". Que Dieu nous guide vers le droit chemin.

Auteur

(Vice-président du département des associations d’investissement à la Banque Islamique Faisal en Egypte.) A.I. 2 juin 86, p. 72-73.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540