Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Les facteurs intellectuels et religieux: le débat sur la conception islamique des rapports économiques

Texte 3. La pratique de l’intérêt ne porte pas atteinte à la sharia.

Aly Fahmi

Texte intégral

1A.I. 905 ; 10/5/86.

2Si je m’appuie sur les lectures limitées que j’ai pu avoir relativement aux sciences sociales islamiques dans le pays musulman, que ce soit au temps des premiers califes, à l’époque omeyyade, abbasside, ou sous l’Empire Ottoman déchu vers la fin du xixe – qui correspond au début de ce qu’on appelle actuellement les législations « positives » – il m’apparait que le cadre théorique de la législation islamique a toujours été bien loin de la pratique, et ceci dans tous les domaines.

3De plus il est nécessaire d’expliciter ce que l’on entend par le « patrimoine islamique ». Ce patrimoine à ses débuts se limite au Coran qui fut à la base de la Législation Islamique (Sharia). L’expression de « Législation Islamique » est erronée et l’on devrait plutôt parler de « jurisprudence islamique » (fiqh). En effet les efforts d’interprétation des jurisconsultes se sont conformés aux circonstances traversées par les sociétés et aux demandes des pouvoirs en place. On en trouve une preuve dans le fait que certaines de leurs opinions n’ont pas pu nous parvenir dans leur intégralité car elles ne correspondaient pas à la ligne prônée par le pouvoir de l’époque. C’est ainsi que nous avons bien entendu parler de l’intérêt des vues des Kharidjites en matière politique, mais nous n’en connaissons rien. De même nous ignorons les vues des Shiites, voire de certaines écoles juridiques. Il existe par exemple une opinion connue seulement des spécialistes de la jurisprudence hanéfite, selon laquelle le sens étymologique de la fermentation des boissons alcoolisées devrait être limité aux boissons résultant des produits des dattes et de la vigne. C’est la doctrine dite des irakiens. Mais celle-ci ne nous est pas parvenue.

4En dépit de cela, on constate que les tavernes étaient nombreuses dans les capitales islamiques, y compris le Caire, et ceci tout au long des siècles. L’Etat leur imposait même des taxes !

5Si nous passons au domaine de l’économie, je pense que la chose la plus importante que nous ait laissé le patrimoine islamique réside dans l’abolition de l’usure qui était très répandue à l’époque. Cependant, si nous nous référons aux pratiques commerciales à propos desquelles des documents nous sont parvenus et ont été étudiés par les historiens, il apparaît qu’il y avait de nombreuses astuces juridiques qui permettaient de faire payer à celui qui achetait à terme, une valeur supérieure à celle de la marchandise payée au comptant. On doit donc comprendre que les intérêts étaient répandus.

6Si nous nous référons maintenant à la période moderne, nous constatons que les banques ne prêtent pas à ceux qui sont dans le besoin, mais aux investisseurs qui interviennent dans les divers secteurs de l’économie. Cette question nécessite donc une réflexion qui nous amène à dire qu’il n’y a pas là contradiction avec la Loi Islamique.

7Comment parler d’une économique islamique qui n’a jamais été appliquée ? Même du point de vue théorique, celle-ci est particulièrement faible. Il n’y a rien dans le patrimoine islamique qui porte sur l’économie, si ne n’est l’interdiction de l’usure. Si l’on vient raconter qu’il existe une économie islamique, je ne comprends pas ce que cela signifie et je me permets d’émettre des doutes. L’économie islamique n’a pas de contours définis.

8Je crois qu’en ce qui concerne cette nouvelle expérience des banques dites islamiques il faut dire qu’elles interviennent dans des secteurs où jouent les clauses d’intérêt, ainsi que dans des opérations qui sont destructrices pour l’économie nationale, telles que le commerce des devises ou celui de l’or. Ces opérations présentent de grands dangers pour les actionnaires et les déposants.

L’éveil islamique et l’économie égyptienne

9Pensez-vous qu’il y ait un lien entre l’éveil islamique en Egypte dans les années 70 et les appels qui sont fait pour que les institutions économiques soient transformées de manière à les rendre conformes aux préceptes de la Loi Islamique ? Un tel appel est-il une réaction à cette extension de l’Islam ?

10Aly Fahmi : "Je pense que cet éveil islamique est une réaction à des circonstances bien précises qui tiennent à la situation de dégradation résultant de l’échec du projet de société nationale de type nassérien après 1967. Il fallait donc qu’il y ait une sorte de nostalgie et celle-ci a pris la forme de l’application de la Loi Islamique et du retour à la Sharia dans tous les domaines.

11Mais la situation a été exploitée à de nombreux moments, sous couvert de religion et d’enthousiasme religieux, afin de nuire à l’intérêt du peuple égyptien. Heureusement il nous reste deux millions de documents appartenant aux tribunaux religieux. Ceux-ci sont conservés dans des conditions tout à fait précaires, mais ils existent néanmoins. Avec une équipe dont je fais partie nous avons entrepris de les utiliser afin de démontrer, documents à l’appui, ce qu’a été la pratique islamique".

Les documents de la période de la décadence

12Mais des réserves ont été émises sur ces documents dans la mesure où ils sont l’expression d’une période de décadence dans l’histoire égyptienne à partir du début du xve siècle. On peut penser qu’il existait à cette époque des points de vue et des pratiques contraires à la Sharia.

13Ces documents datent du xvie siècle, mais on trouve pour les périodes qui précèdent des ouvrages composés par les historiens. Même si l’on peut soupçonner ceux-ci dans certains cas de déformation et de partialité, il n’en demeure pas moins qu’on peut en déduire que la société de ces époques n’était pas islamique dans ses transactions, mais qu’elle l’était simplement dans ses actes cultuels. Or cette dernière question est une affaire entre Dieu et ses serviteurs pris un à un.

Comment sortir de ce mauvais passage ?

14Pourquoi ne pourrions-nous pas considérer qu’il y a derrière tout cela une volonté de sortir de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons actuellement ?

15Aly Fahmi : "Il s’agit là d’un désir psychologique. On peut établir une comparaison entre deux périodes de l’Islam. La première est celle des conquêtes ; l’Islam était fort et les arabes sont entrés en relation avec des Mations encore plus fortes qu’eux. Mais ils n’en ont pas éprouvé de complexe, car il s’agissait d’une période de croissance et d’expansion de la civilisation. Ils ont emprunté des Perses, des Romains, des Babyloniens, des Phéniciens et des Egyptiens ; le tout a été fondu dans un moule islamique. Ils n’avaient pas d’appréhension car ils étaient les plus forts.

16L’autre période nous est plus proche. Il s’agit de la période du projet de civilisation de Muhammad Aly. Il a effectivement réalisé des conquêtes, envoyé des missions et fait venir des experts. Abd El Nasser en a fait de même. Mais dans une période de faiblesse, la relation avec la civilisation la plus forte est une relation de dépendance ; c’est alors qu’il y a une tendance des individus à revêtir les manteaux anciens pour tenter d’échapper aux malheurs de la dépendance... Mais est-ce une bonne solution ?"

Le Phénomène Islamique

17Quelle est votre commentaire du phénomène islamique en Egypte au niveau de l’économie ?

18Aly Fahmi : "Sur le plan interne c’est une réaction. Sur le plan externe on note que ce phénomène est également présent dans la région et non pas seulement en Egypte. Il est apparu par exemple sous une forme édulcorée, au Soudan, avec Numeiry.

19Si l’on pense maintenant aux entreprises qui ont été mises sur pied sous prétexte d’opérations islamiques, elles ne font que jouer sur l’affectivité des gens et sur leur désir de gain."

Le droit positif et la législation

20Comment interprétez-vous la tentative actuelle d’amendement des dispositions du droit positif pour le rendre conforme au droit islamique, particulièrement en ce qui concerne les lois sur la banque et le crédit ?

21Aly Fahmi : "Il peut s’agir là l’une volonté délibérée de codifier certaines situations. Le droit islamique est riche de son antériorité, mais il est limité dans ses détails. Le droit positif, de ce dernier point de vue, est beaucoup plus riche, particulièrement si l’on songe à l’activité qu’a eu la justice en Egypte ; son histoire remonte à 102 années. Il vrai que cette législation positive s’est d’abord appuyée sur des sources étrangères ; mais la justice égyptienne, tout au long de plus d’un siècle, a "égyptianisée" ce droit, si l’on peut dire, et l’a rendu approprié à la société égyptienne et a la culture égyptienne. Cette question doit être résolue en s’interrogeant sur l’existence d’une législation islamique effectivement appliquée. La réponse qui nous est donnée par les ouvrages d’histoire sérieux c’est qu’il n’y avait pas d’application de la législation islamique dans la plupart des situations mettant en jeu, soit le pouvoir, soit les relations des gens entre-deux".

22…/…/

23Pensez-vous qu’il y ait un rapport entre cette activité économique et les mouvements islamiques en Egypte ?

24Aly Fahmi : "Non je ne pense pas qu’il y ait un lien. Je crois, sur la base de certains documents et de procès verbaux d’enquête, que ces jeunes gens sont à la recherche d’un instrument pour surmonter les difficultés tant dans leur vie économique que dans l’appréhension de leur futur. Il y avait une formule toute naturelle qui les attiré : la religion."

Auteur

Aly Fahmi est conseiller au Centre des Recherches Criminologiques et Sociales et professeur en sciences sociales

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540