Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Les facteurs intellectuels et religieux: le débat sur la conception islamique des rapports économiques

Texte 2. Le coran lie l’interdit de l’usure aux prêts et non pas a toutes les transactions.

Abd-al Mouneim Nemr

Texte intégral

L’usure (ribâ) est assurément illicite ; mais qu’est-ce que l’usure ?

1La plupart des personnes qui trouvent que les certificats d’investissements et autres instruments financiers équivalents sont illicites débitent, à ceux qui sont de l’avis contraire, les versets coraniques sur l’usure, comme si ces premiers les avaient oubliés. Or aucun savant dans les sciences religieuses n’ignore ces versets et ne pourrait se permettre de les contredire sans faire l’objet d’attaques violentes. L’usure est assurément illicite ; elle est l’un des plus grands péchés. Mais qu’est-ce que l’usure ? Il existe par ailleurs une question dont les glossateurs et les Jurisconsultes se sont préoccupés : quelles sont les causes de l’interdiction de l’usure ?

2La réponse à la première question est que l’usure est uniquement liée aux opérations de prêt. Si le nécessiteux emprunte, il ne doit pas avoir à rembourser une somme supérieure au capital qui lui a été versé. Nous pouvons démontrer que l’usure est liée aux prêts en nous basant sur le Coran, sur les traditions du prophète (ahâdith) ainsi que sur ce qu’en ont dit les glossateurs et les jurisconsultes.

3L’Imam Ibn Taymiyya nous dit que seul le nécessiteux a recours à l’usure. Celui qui est aisé n’accepte pas d’emprunter mille unités monétaires à ce jour contre mille deux cent à terme. Cette augmentation lors du remboursement est donc une injustice pratiquée à l’encontre de celui qui est dans le besoin. Ainsi l’usure est-elle liée au besoin et à l’exploitation de ce besoin par le prêteur. Mais les dépôts bancaires et les autres opérations de ce type ne correspondent pas à une exploitation des nécessiteux.

4Les causes de l’interdiction de l’usure ont été expliquées par les glossateurs musulmans ; elles ont également été traitées par al-Razi ; nous avons déjà tiré parti de ses écrits dans ce qui précède. On peut dire en abrégé que, selon lui, l’usure est un vice moral, social et économique. Sur le plan des mœurs l’usure rompt les liens d’amitié et de parenté entre ceux qui la pratiquent. Si un prêt est accordé avec intérêt il ne faut y voir aucune espèce de charité ni d’aide. Sur le plan social, l’usure correspond à une domination de la classe des riches sur celle des nécessiteux. Sur le plan économique enfin, l’usure entraine la stagnation du commerce et l’affaiblissement de l’industrie, car les riches se contentent de bénéficier des intérêts qui leur sont servis sur les crédits et ne participent plus à l’activité économique.

Le Coran lie l’usure aux prêts

5La lecture attentive du Coran nous démontre que celui-ci relie l’usure au prêt. Si quelqu’un emprunte pour une raison telle que mariage, décès, maladie, ou autre cause de ce type, et qu’il lui est posé pour condition qu’il devra rendre une somme supérieure à celle qui lui a été fournie, cette pratique doit être combattue. Le Très haut a dit : "Dieu réduira en poudre l’usure et fera croître l’aumône". L’opposition qui apparaît ici montre que les musulmans doivent aider les nécessiteux en pratiquant l’aumône et non pas en les exploitant dans des transactions usuraires. Ibn Taymeyya va dans le même sens lorsqu’il affirme : "Il y a dans l’usure une injustice avérée contre les nécessiteux, et c’est pourquoi elle peut être considérée comme l’antithèse de l’aumône. Dieu a obligé les riches à donner aux pauvres. L’intérêt commun des riches et des pauvres pour leur religion et dans l’ici-bas ne peut se réaliser que par la pratique de l’aumône …/…

Auteur

as-Siyasi, 17/6/84.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540