Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Instaurer les partages

Un village idéal pour une société nouvelle

L’expérience de la province de Tahrir dans le désert occidental

Sylvie Fanchette

Texte intégral

1L’Egypte, du fait de ses très fortes pressions démographiques (environ 1 000 habitants au kilomètre carré) a, depuis les années 50, entrepris de bonifier de vastes étendues de terres désertiques et marécageuses. Confinée sur 4 % du territoire, la population ne pouvait s’y étendre que sur les marges incultes. Il fallait en plus, à tout prix, essayer de préserver les riches terres agricoles de l’urbanisation sauvage.

2Avec l’avènement de Nasser, une politique de grande envergure fut mise en place pour décharger les zones surpeuplées. Celui-ci fit perdurer la tradition des grands travaux « pharaoniques » : la construction du Haut-Barrage d’Assouan en fut le symbole et la conquête du désert, l’aboutissement. L’Egypte était supposée devenir invulnérable : ni l’eau ni la terre ne viendraient à manquer. L’Egypte est devenu ainsi un pays pionnier en matière de bonification des terres désertiques.

  • 1 Fanchette Sylvie, Le delta du Nil : densités de population et urbanisation des campagnes, thèse de (...)

3En 1991, on pouvait estimer, à partir des photos satellites Spot, que plus de 1,2 million de feddans (1 feddan - 0,42 ha) avaient été bonifiés sur les marges du delta depuis 1952, date du dernier relevé cartographique de l’Egypte, soit environ l/5e du delta.1 A cette superficie, il faut ajouter les périmètres bonifiés sur le désert le long du canal de Suez, dans la Nouvelle Vallée et le long de la vallée du Nil. On peut estimer aujourd’hui à 2 millions de feddans l’étendue des terres bonifiées en Egypte depuis Nasser.

4Toutefois, la population vivant dans ces région est peu nombreuse. Sur les marges du delta, on peut évaluer à 500 000 le nombre des colons et de leurs familles qui sont venus s’y installer ou qui y sont nés, soit l/30e de la population du delta. On peut apprécier rapidement l’échec de cette expérience, dans un pays où les densités de population sont parmi les plus élevées au monde.

5Les raisons de cet échec démographique sont nombreuses et la plupart des experts et spécialistes en la matière l’expliquent généralement par la faible qualité des sols, le manque d’eau, les lourdeurs de la bureaucratie égyptienne, le manque de capitaux, etc. On parle cependant rarement des causes sociales et de la difficulté à stabiliser sur le plan économique et humain les nouvelles communautés rurales.

6Il s’agit, en effet, d’attirer tout d’abord les colons dans ces zones éloignées de tout et peu humanisées et, dans une seconde étape, de les maintenir dans ces zones en leur donnant les moyens de s’assurer un niveau de vie meilleur que dans leur village d’origine et, enfin, de créer un dynamisme économique et social suffisant pour offrir aux secondes générations de colons de quoi vivre.

7Un tel programme, entrepris sur de vastes espaces, demande une mobilisation financière, technique et humaine extraordinaire et l’on ne pourra pas accuser les dirigeants égyptiens de ne pas s’être donné les moyens financiers d’y arriver. Cependant, dans un pays centralisé et bureaucratique tel que l’Egypte, un tel programme ne pouvait qu’être initié par l’Etat, du haut de la pyramide du pouvoir. Son erreur principale est de n’avoir pas pris suffisamment en compte la donnée sociale, malgré les aspirations généreuses de la première période du gouvernement nassérien.

8L’étude de la création de la province de Tahrir, première grande expérience de bonification des terres désertiques de l’ère nassérienne, permet de retracer les erreurs successives des différents gouvernements qui se sont succédé à la tête de l’Egypte depuis la Révolution.

Nasser et la création de la société idéale

9Jusqu’à l’avènement de Nasser, la bonification des terres avait été entreprise principalement par des sociétés privées ou de très gros propriétaires. Les gouvernements endettés de Muhammad ‘Ali et de ses successeurs, n’ayant pas les moyens financiers pour rendre à l’agriculture les terres désolées de la périphérie du delta, distribuèrent de larges concessions à qui voulait bien bonifier les terres de l’Egypte. De très grands domaines émergèrent ainsi des terres marécageuses et salées du delta.

10Avec Nasser, c’est l’Etat, et non plus le secteur privé, qui prit en main la bonification des terres. En effet, le potentiel hydraulique offert par le Haut-Barrage d’Assouan, l’ampleur des travaux et les difficultés d’une coordination à l’échelle nationale excédaient les possibilités du secteur privé, même si celui-ci avait jusqu’alors montré sa capacité à mettre en valeur les terres marginalisées du delta.

  • 2 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, L’Egypte et le Haut-Barrage d’Assouan, PUF, 1980, p. 32.

11« Le contexte politique de l’époque poussait également à ce recours, ou plus exactement à ce retour aux traditions dites du despotisme oriental. »2

12D’autre part, les investissements ne pouvaient provenir, ni d’un capital étranger qui se dérobait, ni d’une bourgeoisie nationale en plein désaccord avec le régime.

13La première expérience fut lancée dans le désert occidental, à Tahrir en 1953. Cette province bénéficiait de nombreux avantages : sa proximité du Caire, son rattachement au réseau routier, la bonne qualité de ses terres ayant bénéficié des limons du Nil, l’accès à l’eau du Nil et la présence d’une nappe phréatique accessible. Ce projet devait par la suite s’étendre sur 1,2 million de feddans, divisés en 12 districts de chacun 11 villages.

La philosophie du projet

14Le projet de Nasser reposait sur trois grands axes :

  • économique : augmenter, grâce à l’énorme potentiel hydraulique offert par le Haut-Barrage d’Assouan, la production agricole nationale par l’extension des superficies cultivées et par la rationalisation des méthodes culturales et, ainsi, tenter de résoudre le problème de la dépendance alimentaire et du chômage rural ;

  • social : alléger les fortes pressions démographiques du delta et de la vallée en distribuant les terres nouvelles aux paysans sans terres et, par là-même, améliorer les conditions de vie de cette nouvelle paysannerie ;

  • politique : créer une société nouvelle, plus apte au changement et à la modernisation des modes de vie. Grâce aux fermes d’Etat et aux coopératives agricoles, les nouvelles communautés de paysans pourraient produire selon des modes d’exploitation communautaire, afin de dynamiser le développement agricole et impulser par là-même, le développement industriel.

15Le rôle déterminant de l’Etat. Le gouvernement se devait donc de tout contrôler, de l’aplanissement des terrains à l’installation des infrastructures d’irrigation, au choix des colons, à la distribution des terres, à la construction des nouveaux villages, à l’encadrement de la population rurale et de l’agriculture. A chaque échelle, des organismes d’Etat spécialisés mirent en place et contrôlèrent le projet. Dans chaque village, la coopérative orchestrait et organisait la vie des terres nouvelles.

  • 3 Richards Alan, « The agriculture crisis in Egypt », Journal of Development Studies, vol. 16, n° 3, (...)

16« A Etat centralisé, solutions étatiques. En face des problèmes complexes de production sur les vieilles terres, un tel régime bureaucratique et militaire était difficilement capable de faire face aux problèmes du monde rural en instituant des transformations sociales dans les campagnes : il n’était pas prêt à adopter le modèle chinois de développement agricole. De même, un tel régime n’allait pas encourager les initiatives individuelles. Les ingénieurs de cet Etat allaient bien sûr penser que le problème de l’agriculture égyptienne était technique. Dans un Etat centralisé, des solutions étatiques étaient plus attirantes. Les nouvelles terres pouvaient être planifiées du haut de la pyramide du pouvoir. Il ne serait pas nécessaire de composer avec les pouvoirs préexistants. Cette approche centrale des décisions était symbolisée par le Haut-Barrage d’Assouan qui représentait le nationalisme égyptien et la résistance à la domination étrangère. »3

17Un projet social. Il est important pour comprendre la philosophie de ce projet de le situer dans le contexte politique des débuts de l’époque nassérienne. La conquête des terres nouvelles est un projet qui se veut révolutionnaire et qui fut mis en place par des militaires, à une époque où l’on mettait en l’Etat national tous les espoirs d’amélioration du niveau de vie du peuple.

18En 1952, les conditions de vie dans les campagnes surpeuplées étaient dures pour la majorité des paysans dont beaucoup n’avaient pas de terre : peu d’écoles et de dispensaires, un encadrement technique de l’agriculture destiné aux grands exploitants et un exode rural en plein essor.

19En théorie, les initiateurs de ce projet paraissaient attentifs au développement social et à l’amélioration des conditions de vie des nouveaux paysans installés sur les terres nouvelles, condition sine qua non de la modernisation des campagnes. L’organisation des nouvelles communautés devait se faire selon de solides bases scientifiques.

  • 4 Soliman Adly, « Social development in the new rural communities in Egypt », Egyptian Authority for (...)

20« A terre nouvelle, société nouvelle. Les nouvelles collectivités rurales ne sont pas des parties de la société traditionnelle transplantées et dotées de diverses sortes de facilités, mais sont à considérer comme des modèles de développement. »4

  • 5 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., p. 33.

21Les équipements mis à la disposition des nouvelles collectivités constituaient la condition indispensable du développement social et économique. Il s’agissait de faire en sorte que les colons soient placés en dehors des mentalités retardatrices et routinières de la pauvreté culturelle et des fléaux physiologiques qui inhibaient les transformations des campagnes traditionnelles. « Les nouvelles collectivités sont des populations vivant dans un mode d’organisation sociale libérée des pesanteurs socio-économiques et devenant, en conséquence, des supports de changement » écrivait en 1974 le Dr Salah el Abd, premier sous-secrétaire d’Etat à la bonification. Celui-ci ajoutait : « Un tel effort, en vue d’un meilleur bien-être, deviendra partie intégrante de l’histoire de l’Egypte. »5

22La société socialiste idéale. Pour Adly Soliman, le principal objet d’un projet de bonification « n’était pas le développement de fermes individuelles, mais de faire naître des collectivités viables, capables et désireuses de se charger le plus tôt possible de l’administration du projet ». Le succès des nouvelles communautés reposait sur la participation des colons aux affaires économiques et sociales des nouveaux villages.

  • 6 Springborg Robert, « Patrimonialism and policy making in Egypt : Nasser and Sadate and the tenure p (...)

23En janvier 1965, Mohammed Hassanein Heykal écrivait dans al-Ahrâm : « La réponse immédiate aux difficultés que connaît l’agriculture égyptienne repose sur le millions et demi de feddans qui seront cultivés après la mise en eau du Haut-Barrage d’Assouan. Afin d’utiliser au mieux ces terres, il faudra suffisamment de capital, de techniques et de savoir-faire, de planification et des contacts directs avec le marché international. Dans cette perspective, les nouvelles terres ne doivent pas être divisées et distribuées en petites parcelles de 5 ou 10 feddans. Elles doivent être cultivées de façon moderne en grandes unités pour atteindre le niveau de production le plus élevé et exporter au maximum les produits agricoles. Cela nécessite que la terre reste un bien public. Le socialisme sera réalisé si la terre appartient au peuple et si on lui donne des opportunités plus grandes de travail, mais surtout parce que l’on donnera aux travailleurs l’opportunité de participer aux instances de direction. »6

24Cette nouvelle société moderne et démocratique devait avoir valeur d’exemple pour les villages traditionnels. Il y avait là une vision de la société idéale, créée dans le désert, où l’on peut recommencer sa vie, loin des blocages de la société rurale traditionnelle. Ainsi, dans les années 50, au début de l’expérience de colonisation des terres désertiques de la province de Tahrir, ou province de la Libération, Magdy Hassanein, directeur de la société de Tahrir-Sud, mettait-il en avant l’esprit communautaire des colons, espérant transformer la culture paysanne. Il favorisait les activités sportives et culturelles de groupe, changeant la façon de s’habiller des paysans et surtout instaurant la propriété collective des terres.

  • 7 Springborg Robert, op. cit., p. 54.
  • 8 Sabea Hanan H., Path or rural transformation : stratification and differenciation processes in a ne (...)

25Il voulait introduire le socialisme à Tahrir, s’inspirant du modèle soviétique et militaire.7 Les nouveaux colons durent ainsi passer six mois de formation pendant lesquels ils étaient complètement pris en charge par l’Etat pour leur habitat, leur alimentation et leur habillement. Les visites de la famille étaient interdites pour éloigner les colons de toute influence extérieure. Ils devaient changer de mentalité, de personnalité et s’adapter aux nouvelles conditions socio-politiques pour construire une nouvelle société.8

  • 9 Hassanein Magdy, op. cit., p. 11.

26Pour Magdy Hassanein, le plus important dans l’histoire de Tahrir, était « que les nouvelles terres aient donné naissance à un nouveau paysan. Tahrir ne fait pas que planter, cultiver et récolter, mais a révolutionné les relations sociales. Tahrir a dépassé avec le paysans 5 000 ans d’exploitation et de dégradation pour créer les conditions d’une nouvelle vie. »9

Les moyens mis en œuvre

27L’administration centrale de la bonification se subdivisait en organismes qui étaient dotés chacun d’un pouvoir et d’une tache particulière à entreprendre.

28Le processus de bonification du périmètre de Tahrir se fit en trois phases :

  • la phase d’étude et de préparation physique. Elle consistait à mettre en œuvre les études topographiques et d’inventaire, puis de creuser des canaux d’irrigation et de drainage, de niveller les sols, etc. De même, c’est à ce stade qu’on entreprit la construction de l’habitat pour les colons et les bâtiments pour les services administratifs et sociaux ;

  • la phase de bonification et d’amélioration des sols pour les rendre aptes à l’agriculture. Selon la qualité des sols, il fallait attendre 3 à 7 ans pour que ceux-ci puissent, grâce à des plantes améliorantes, entrer en production ;

  • la phase sociale consistait en l’installation des colons.

29Les instances de la mise en place du périmètre. Le GOLR (General Organization for Land Reclamation) avait la charge de contrôler et de coordonner les compagnies chargées de l’exécution matérielle des projets. Le GALPAD (General Authority for Land Development and Agriculture Project) avait pour champ d’action les terres irrigables avec les eaux du Nil. Il était chargé de préparer les plans des réseaux de canaux d’irrigation et de drainage, des projets de bonification et d’implantation des nouveaux villages. Le GADD (General Authority for Desert Development) avait la responsabilité des terres désertiques dont l’irrigation dépendait des eaux artésiennes et souterraines. Une fois la phase technique de préparation du site terminée (installation des infrastructures routières, d’irrigation et de drainage, nivellement des terrains), on créa de toutes pièces les nouveaux villages de la « société idéale ».

  • 10 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., p. 65.

30La création d’un espace plus apte à favoriser le développement social et l’encadrement des colons. L’organisation de l’espace a été planifiée du haut de la pyramide du pouvoir. La taille et l’espacement des villages devait répondre à un double objectif contradictoire en lui-même : disperser les hommes près des champs, pour leur éviter de longs trajets, et les regrouper autour des services dont la fréquentation régulière est nécessaire dans toute société moderne. L’importance donnée à l’école, à la santé et aux institutions de la vie collective fit pencher le compromis vers la concentration de la population. « En tout cas, il n’était pas question de reproduire la structure spatiale des campagnes traditionnelles, parce que plus de la moitié de la population durant les années 50 et 60 accédait difficilement aux services à cause des distances excessives, mais aussi parce que sur les nouvelles terres les densités démographiques restaient encore très faibles. Cette différence imposait d’élever notablement sur les terres nouvelles les normes spatiales et démographiques d’équipement, mais aussi de rassembler au maximum les habitants au voisinage des centres. »10

31Une hiérarchie de villages fut donc mise en place, dotés chacun de fonctions spécifiques :

  • des villages-centres où étaient regroupées les infrastructures sociales (écoles secondaires, hôpitaux, sièges des administrations, commissariats, postes) et où résidaient les employés des sociétés et les fonctionnaires ;

  • des villages satellites de petite taille, peuplés en majorité d’exploitants agricoles ou d’ouvriers des fermes d’Etat. Un petit centre de santé, une mosquée, une école primaire et une coopérative agricole étaient mis à la disposition des villageois. En cas de besoins spécifiques, ceux-ci pouvaient disposer des infrastructures localisées dans les villages-centres. Les villageois résidaient ainsi non loin de leurs champs. Le nombre de villages satellites par village-centre variait entre 5 et 12 selon les périmètres.

32A Tahrir-Sud, les quelque 75 000 habitants qui y résidaient en 1986 étaient regroupés en une quarantaine de villages dont 11 étaient des villages-centres ayant entre 2 000 et 7 000 habitants qui regroupaient 70 % de la population du périmètre. Une trentaine de villages satellites, dont la majorité avait plus de 500 habitants, étaient dispersés autour des bourgades. Badr est la plus grande agglomération qui, sans posséder le statut de ville, a la fonction de chef-lieu de la Province de Tahrir-Sud. Y sont concentrés les écoles secondaires, les hôpitaux, la gare centrale et les sièges sociaux des compagnies.

33Si beaucoup d’efforts furent faits par les planificateurs pour repenser l’espace, on ne remit pas en cause la structuration administrative propre à l’Egypte. Dans un pays où le statut de l’urbain n’est attribué qu’à des chefs-lieux de district et de gouvernorat, agglomérations dotées d’un pouvoir administratif bien spécifique, aucune ville n’a pu ainsi être créée dans les nouvelles terres.

34Si on a attribué à Tahrir le nom de province, du fait de l’étendue du périmètre, cette qualification n’a aucune connotation administrative. Aucune ville n’y a été créée. Et si la bourgade de Badr possède des services de type urbain et est le siège des principales sociétés de la région, elle ne possède aucun pouvoir administratif. Le périmètre dépend de la petite ville de Kom Hamada, chef-lieu du district du même nom dans le delta, qui est situé à une trentaine de kilomètre au nord. Peu spécialisée dans les problèmes spécifiques des nouvelles terres, cette ville gère son district de façon traditionnelle.

35Les nouveaux périmètres n’ont ainsi aucune autonomie administrative ou économique. Situés à l’écart des grandes villes et des réseaux commerciaux, ils souffrent de plus de non-intégration économique et commerciale en l’absence d’un réseau hiérarchisé de villes. Pour la commercialisation, par exemple, les colons sont soumis aux conditions des grands commerçants d’Alexandrie et du Caire contre lesquels ils ont peu de moyens de défense.

36Dès le départ chaque colon reçut une maison individuelle construite en brique et comportant deux petites chambres, une cuisine, et pourvue d’une cour dans laquelle

37il pouvait construire une étable et une extension de la maison. Chacune était équipée de toilettes, d’électricité et de l’eau courante. Dans certains villages, par souci d’hygiène, on avait séparé les lieux d’habitation des étables pour éviter la propagation des maladies.

  • 11 Tadros Helmi, The study and evaluation of the rehabilitation process in the newly settled communiti (...)

38A l’usage toutefois, ces habitations apparurent inadéquates à la vie paysanne : le manque de place pour entreposer les déchets végétaux utilisés comme combustible poussa les paysans à les entasser sur les toits, non prévus à cet effet. Certains paysans, ne voulant pas se séparer de leur bétail, préférèrent garder celui-ci dans la cour. « Le résultat fut l’encombrement de la cour et la nécessité de ranger les outils, les sacs de semences et d’engrais dans l’espace de séjour, jusque dans les chambres à coucher. »11

39La sélection des colons. Elle se fit selon plusieurs critères : démographiques, économiques et sociaux qui n’étaient pas toujours compatibles. Si c’est dans les régions les plus densément peuplées du delta que l’on recruta les colons, à savoir la Menoufeyya, et le district de Mit Ghamer dans la Daqahleyya, il s’avéra difficile, si l’on voulait que les terres nouvelles soient distribuées aux paysans les plus aptes à la modernisation de l’agriculture, de favoriser les paysans les plus démunis. Les paysans sans terre n’ayant pas d’expérience suivie de la gestion des exploitations, alors que dans les discours nassériens ils paraissaient devoir être les premiers bénéficiaires, ne reçurent que peu de terres. On leur préféra les ouvriers ayant travaillé sur les chantiers de bonification et qui avaient donné satisfaction.

  • 12 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., pp. 53-54.

40Les candidats devaient avoir entre 21 et 25 ans et être à la tête d’une famille d’au moins 3 personnes, toutes engagées dans le travail agricole, avec parmi elles, au moins un fils ou un frère en âge de travailler. Ils devaient prendre l’engagement de résider dans leur future exploitation, de la cultiver avec application, d’adhérer à la coopérative agricole et de se soumettre aux directives qui leur seraient données, notamment en matière de choix et de rotations de cultures. Ils ne devaient pas posséder, ni louer plus de trois feddans au moment de leur candidature, mais ils devaient justifier de leur qualité de fermier expérimenté. Ces deux dernières conditions rendaient ainsi paradoxalement plus difficiles l’accès de la terre aux ouvriers agricoles et paysans sans terres. Les paysans alphabétisés étaient de plus favorisés.12 Les organisateurs des nouvelles communautés cherchèrent toutefois à rassembler dans les mêmes villages des gens de même statut social et de même provenance géographique pour obtenir une meilleure cohésion sociale au sein des colonies.

  • 13 Foster George M., Workshop on human seulement in new lands, 19-30 september 1971, Cairo.

41En définitive, dans sa pratique comme dans son principe, la sélection des volontaires s’est éloignée d’un objectif de prime abord social et démographique, au nom d’une efficacité requise par le prix de revient très élevé des terres confiées aux colons. « La nouvelle société a fait de moins en moins place aux gens situés en bas de l’échelle sociale et dont un quart de siècle d’expérience a montré qu’ils étaient les plus réticents au changement. »13

42La mise en place des infrastructures de la démocratie locale. Pour créer la nouvelle société, il fallait encadrer les paysans aussi bien sur le plan technique que social (culturel, éducatif et sanitaire). L’Etat installa dans les nouveaux villages des organismes chargés de la mise en place des infrastructures sociales, avec pour objectif, à long terme, la prise en charge de celles-ci par les colons eux-mêmes. Des « Sociétés communautaires de développement », organismes non gouvernementaux et fonctionnant de façon autonome, lurent établies dans chaque villages centraux et prises en charge par des travailleurs sociaux du Ministère de la Bonification. Leur but était d’évaluer les besoins des colons, d’instaurer des projets de développement économique et social (programmes contre l’analphabétisme, maintien de la salubrité publique, éclairage urbain, hygiène domestique, entretien des routes, programmes sportifs, garderies et crèches...) de motiver, d’organiser les colons, de les pousser à participer aux projets et, enfin, de former les leaders locaux des projets.

  • 14 Tadros Helmi, op. cit., pp. 49-50.

43Leur financement provenait des cotisations des colons eux-mêmes, d’une subvention du Ministère des Affaires sociales et d’une taxe sur les bénéfices des coopératives agricoles. Un bureau exécutif était formé par les membres élus par les colons et comportait obligatoirement des travailleurs sociaux, un enseignant, un membre du personnel médical et le superviseur de la coopérative.14 Les décisions importantes étaient discutées en assemblées générales.

  • 15 El-abd Salah, op. cit.

44Des « conseils de village » et le « Conseil populaire local », institutions représentatives de la population, dont le rôle était de superviser les activités et les services furent mis en place par le Conseil local exécutif nommé par le pouvoir à l’échelon de la province. « Les membres élus constituent la base du mode de vie économique des nouveaux villages dans lesquels chaque colon connaît son rôle et le joue effectivement. »15

45Les fonctionnaires censés faire fonctionner les institutions gouvernementales recevaient une formation sur le plan technique et social. L’Egyptian General Organization for Land Cultivation et le gouvernement mirent en place des cours pour les employés des coopératives, les travailleurs sociaux et les techniciens. Pour les responsables de la colonisation des nouvelles terres, la bonne formation des fonctionnaires devant encadrer la nouvelle société était déterminante. Il fallait que ceux-ci comprennent la philosophie du projet. Leur tache devait être d’écouter et de comprendre les aspirations des nouveaux villageois et non de leur imposer les directives gouvernementales.

46Ainsi se constitua, selon Salah el Abd, l’une des bases de la démocratie locale et le ciment des nouvelles collectivités. Les projets réalisés par ces sociétés de développement n’émanaient pas d’une autorité lointaine, mais répondaient, au moins formellement, à l’attente de la population locale.

  • 16 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., pp. 59-60.

47L’installation des infrastructures sociales. L’éducation, pour les enfants comme pour les adultes, fut considérée comme l’un des piliers de la constitution de la nouvelle société. L’accès à tous les enfants et les jeunes à l’école primaire et secondaire devait être favorisé. Il s’agissait de réduire l’absentéisme et la non- fréquentation scolaire qui marquaient encore trop l’Egypte rurale. De plus, de nouvelles méthodes pédagogiques furent appliquées « centrées sur l’enfant et non plus sur le livre, avec des notions d’agronomie et de gestion micro-économique, de telle sorte que, si l’enfant n’avait pas la possibilité de poursuivre ses études, il fut capable de gagner une part du revenu de sa famille et de contribuer à la prospérité de la collectivité à laquelle il appartenait ».16

48Comme symbole de son importance, l’école était implantée au centre du village où elle occupait une large étendue.

49Des centres de santé furent installés dans les villages pour encadrer une moyenne de 5 000 habitants. Un médecin, deux sages-femmes, un infirmier et un aide laboratoire devaient assister la population. Au niveau supérieur, dans les villages- centres, un hôpital rural rayonnait sur 15 à 20 000 habitants. A cette structure hiérarchisée, s’ajoutaient des dispensaires de village, quand ces derniers n’avaient pas la taille requise pour avoir un centre de santé ou étaient trop éloignés. Des centres de planning familial furent aussi implantés. Pour améliorer les conditions de santé et d’éveil des enfants et libérer les femmes, des crèches furent créées. On donna aux mères des cours d’hygiène et de nutrition pour les enfants en bas-âge.

  • 17 Sabea Hanan H., op. cit.

50L’éducation était l’élément qui, aux yeux des colons de la première vague, différenciait les nouvelles terres des anciennes. Leur village n’était pas vu comme « rifi » paysan, il était modernisé. Les gens avaient changé leurs habitudes et constituaient une société rurale moderne. Ils en étaient fiers. Les paysans avaient scolarisé leurs enfants comme l’avaient fait les diplômés ou les fonctionnaires. Ils trouvaient que leur style de vie rappellait celui des villes, que les gens étaient plus réceptifs aux changements du fait des meilleurs conditions de vie.17

L’encadrement de l’agriculture : les fermes d’Etat et les coopératives d’encadrement

51L’Etat, sur les terres nouvelles, dut jouer un rôle très important dans l’encadrement technique et financier de l’agriculture du fait de la mauvaise qualité des terres désertiques, qui nécessitaient de lourds investissements, en particulier les premières années. De plus, la modernisation des pratiques agricoles passait par un encadrement des colons, habitués aux terres lourdes du delta et aux techniques traditionnelles.

52Le système de production était surtout dominé à ses débuts par la production collective dans le cadre de fermes d’Etat. Les buts des fermes d’Etat étaient d’organiser la production de façon rationnelle et d’introduire à cet effet la mécanisation et l’irrigation par aspersion. Dans la plupart des zones de bonification, les fermes d’Etat devaient jouer un rôle expérimental et démonstratif pour les petites exploitations des colons. Les fermes d’Etat devaient :

  • assurer le ravitaillement des agglomérations en produits de première nécessité (blé, viande, lait) à des coûts peu élevés ;

  • produire, de façon mécanisée, des fruits et légumes de qualité pour l’exportation (exemple les grands vergers d’agrumes comme celui de Tahrir) ;

  • fournir les coopératives de production en semences, arbres de pépinières, bétail reproducteur ;

  • fournir à l’Etat des revenus.

  • 18 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, 1980, p. 123.

53La modernisation technologique de l’agriculture (bétail ou semences sélectionnées) devait tout d’abord être expérimentée par les fermes d’Etat. Elles étaient censées être plus à même, du fait des économies d’échelle et du niveau des ingénieurs qualifiés, d’introduire de nouvelles pratiques agricoles. Mais la mauvaise organisation, les problèmes d’alimentation en fourrage et le manque de personnel compétent rendirent rapidement caduques les expériences de modernisation. De plus l’élevage, pourtant nécessaire pour enrichir les terres en engrais organiques, restait insuffisant par rapport aux besoins. Alors qu’on estime qu’il faut au minimum une tête de bétail pour garantir la fertilité organique de 2 feddans, les fermes étaient loin du compte. On comptait en moyenne une tête de bétail pour 6 feddans sur les fermes de Mariut. A Tahrir-Sud, la gestion trop autonome des fermes arboricoles par rapport aux fermes de grande culture posait de graves problèmes. Le maintien de l’élevage, donc du bersim, du maïs et du sorgho-fourrage était nécessaire à la reproduction de la fertilité des terres des grandes fermes.18

54Les fermes connurent aussi de nombreuses difficultés pour trouver du personnel non qualifié et semi-qualifié, tout en souffrant du trop grand nombre de fonctionnaires. Le poids de ces derniers ne faisait qu’alourdir les frais de fonctionnement, tout en rendant inefficace une gestion devenue de plus en plus bureaucratique. De plus une partie des cadres, du fait de la faiblesse de leurs salaires, avaient un second emploi, au Caire par exemple, et étaient souvent absents des fermes.

55Devant la difficulté d’employer de la main-d’œuvre saisonnière, on opta pour plus de mécanisation. Cela ne résolut pas le problème, du fait du manque de pièces détachées et de la difficulté à trouver des ingénieurs et techniciens.

56Dans la société nouvelle créée par Nasser, le personnel d’encadrement technique était censé apporter aux paysans les rudiments nécessaires à la modernisation agricole et à l’organisation de la production. Plus que sur les terres anciennes, les exploitants avaient besoin des aides financières pour améliorer leurs conditions de production (fertilisation des sols, aide à la commercialisation... ). Dans chaque village, une coopérative agricole encadrait les colons sur le plan technique, leur apportait le soutien financier nécessaire et commercialisait une partie des cultures achetées aux paysans à bas prix. Elles organisaient les rotations culturales en fonctions des cultures obligatoires. A chaque saison, elles octroyaient aux colons des crédits de culture pour celles-ci, sous formes d’engrais et d’intrants. Des ingénieurs agronomes devaient vulgariser les méthodes de cultures modernes (tracteurs, irrigation au goutte à goutte, semences...) et faisaient des prêts de machines.

57De même, les cultures obligatoires étaient commercialisées par le biais des coopératives. Cependant, leur fonctionnement laissa rapidement à désirer pour plusieurs raisons :

    • 19 Hopkins Nicholas & ail, « Participation and community in the egyptian new lands : the case study of (...)

    la corruption était très développée et défavorisait les petits exploitants pour l’approvisionnement en engrais et les intrants qui leur étaient dus. Ces derniers devaient souvent avoir recours au marché noir pour en acquérir. A Sud-Tahrir, dans le village de Omar Makram, les paysans se plaignaient de ce que les fonctionnaires de la coopérative agricole leur soutiraient de l’argent pour des projets qu’ils ne mettaient pas en place ou qui n’étaient pas rentables. Ils ne prennaient pas soin du système électrique qui régissait l’irrigation ;19

  • les coopératives ne jouaient pas leur rôle de vulgarisation des nouvelles techniques agricoles ;

  • les machines étaient obsolètes et insuffisantes ;

  • les quotas d’intrants ne suffisaient pas ;

  • il y avait peu de structures de transformation des produits frais comme le lait ou les légumes ;

  • les ingénieurs étaient mal formés pour éduquer les colons à de nouvelles méthodes culturales ;

  • les cultures obligatoires étaient achetées à trop bas prix par le gouvernement.

  • 20 Hopkins Nicholas & all, op. cit., p. 7.

58Vu les conditions de vie difficiles que les paysans supportaient durant les années 50 et 60, les colons furent rapidement gagnés à l’expérience de bonification des terres désertiques. Là, ils bénéficiaient d’une habitation propre en dur possédant l’eau potable, des latrines. Ils avaient de la terre qui, même si elle ne produisait pas bien, leur assurait un avenir. Les enfants étaient scolarisés et l’encadrement sanitaire était meilleur qu’au village. Les premiers colons de Sud-Tahrir virent Hassanein comme un « prophète » envoyé par Dieu pour résoudre leurs problèmes.20

De Nasser à Sadate : la réévaluation d’un programme ambitieux

  • 21 Allan J.A., « Some phases in extending the cultivated area in the XIXth and XXth century in Egypt » (...)

59« Les années 70 en matière de bonification furent marquées par une réévaluation du projet et de très modestes investissements, bien que la rhétorique officielle ne cessa de clamer que la bonification des terres faisait partie des points les plus importants de la politique gouvernementale. »21

60Peu avant sa mort, dans un discours en 1969, Nasser reconnut la faillite du programme de bonification et formula plusieurs recommandations que Sadate s’empressa de suivre une fois au pouvoir.

61La décollectivisation de la majeure partie des terres. Après la mort de Nasser, plusieurs modèles alternatifs pour les terres nouvelles furent mis en œuvre. Ces projets répondaient à la fois aux pressions des partisans de la petite exploitation, à ceux qui pensaient que la modernisation de l’agriculture n’était possible que par l’affectation aux ingénieurs agronomes des terres nouvelles, mais aussi de ceux qui étaient favorables à la participation des grandes sociétés dans la gestion de ces terres. Ainsi, plusieurs grandes fermes d’Etat furent démantelées, une partie de leurs terres étant affectée à des sociétés publiques, le reste étant partagé entre divers types de colons.

62Mais ce qui a le plus marqué cette période de libéralisation économique est la participation de plus en plus grande du capital étranger dans les programmes de bonification des terres, ressemblant étrangement à ce qu’avait fait Muhammad ‘Ali au siècle dernier : devant la faillite financière de l’Etat, ce dernier avait vendu en grand nombre des concessions de terres au capitalistes européens. Ce soudain intérêt des grands trusts internationaux — plus soucieux de leur image et du rapatriement de leurs capitaux que du développement agricole de l’Egypte — pour la bonification des terres (entreprise par définition hypothétiquement rentable, tout au moins sur le court terme) laissait prévoir les difficultés à venir de l’expansion horizontale de l’agriculture égyptienne.

63Une partie des terres fut distribuée, en location-vente sur 40 ans, en parcelles de 5 feddans à des petits colons, en général anciens ouvriers des fermes d’Etat, à des diplômés de l’agriculture en parcelles de 10 à 20 feddans, et enfin à des grandes sociétés privées étrangères et égyptiennes.

64Le désengagement de l’Etat dans l’organisation de la production. Sous Sadate, l’attribution des terres s’est effectuée en fonction des ressources propres des colons éventuels, l’Etat ne pouvant plus financer seul la bonification des terres. L’Etat a ainsi préféré favoriser le secteur privé capitaliste pour qu’il prenne en charge une partie des coûts très élevés de production. Durant la période sadatienne, de nombreuses terres ont ainsi été vendues aux gens qui avaient de l’argent, à savoir les grands trusts internationaux, les sociétés égyptiennes et les capitalistes urbains absentéistes. Avec Sadate, l’extension des terres cultivées s’est sérieusement ralentie et l’effort s’est déplacé vers l’amélioration des sols plutôt que vers de nouvelles mises en chantier. 20 000 feddans furent bonifiés chaque année, contre 90 000 feddans en moyenne pendant la période précédente. Elle s’est focalisée sur deux régions principales : Noubareyya avec un projet de 200 000 feddans autour de la Compagnie des semences de Noubareyya, dont les terres devaient être distribuées à des petits colons paysans et diplômés, et la zone d’Ismaïleyya et de Sahleyya, avec un programme de 487 000 feddans à distribuer à de grandes sociétés pour la création de grands vergers mécanisés.

De la bureaucratie au désengagement de l’Etat : le symbole de l’échec économique et social de l’expérience de la bonification de Tahrir

La difficulté de créer une nouvelle société avec des structures politiques et d’encadrement bureaucratiques

65Les problèmes politiques : de la bureaucratie des années 60 au désengagement de l’Etat. Les changements politiques intempestifs dans la gestion des terres nouvelles et le brusque désengagement de l’Etat à la fin des années 80 n’ont fait que désorganiser sur le plan politique et social une nouvelle société en difficile consolidation. Ces changements de gestion au début de l’expérience s’expliquent par les nombreuses dissensions politiques au sein du gouvernement nassérien, le manque de connaissance dans ce domaine chez la plupart des dirigeants et le plaquage de solutions toutes faites en profonde discordance avec le contexte socio-économique égyptien. En effet, dès le début de l’expérience, des dissensions se firent jour entre Magdy Hassanein, grand défenseur de la collectivisation des terres, à qui Nasser avait donné la direction de la province de Tahrir en 1954, et Sayed Mareï, chargé de la mise en place de la réforme agraire, et partisan de la propriété privée des terres avec un encadrement des paysans par le biais des coopératives. En fonction des revirements politiques du gouvernement nassérien, les options opposées de Sayed Mareï et Magdy Hassanein furent défendues ou mises à l’écart. Jusqu’à la fin des années 50, les fermes étatiques furent privilégiées, puis remises en cause, et les terres bonifiées furent distribuées à des colons nouvellement arrivés. Durant les années 60, le pouvoir de Sayed Mareï fut remis en cause et on restaura le pouvoir des militaires qui favorisèrent le modèle soviétique de système de production.

66De plus, de trop nombreuses institutions étatiques avaient la charge de la gestion des terres nouvelles. Entre le Ministère de l’Agriculture et de la Bonification, le Ministère des Affaires sociales, les organismes tels que l’Egyptian Authority for the Utilization and Development of Reclaimed Land, de nombreuses dissensions sont intervenues, ne faisant que rendre plus lents et plus complexes le contrôle et la bonne marche du projet. Même à l’intérieur du Ministère de l’Agriculture, les différentes instances chargées de la mise en place ou de l’étude des projets n’étaient pas toujours d’accord entre elles.

67Depuis la fin des années 80, l’Etat cherche de plus en plus à se retirer de la gestion sociale et économique des terres nouvelles. Son rôle se limite à la bonification des terres, à l’installation du réseau d’irrigation et des infrastructures sociales et administratives de base et à la sélection des colons qui se limite aux diplômés. Tout ce qui concerne l’encadrement de la production ou du développement économique est à la charge des colons, des investisseurs capitalistes et des organismes internationaux. Ce désengagement aurait dû, en théorie, s’opérer une fois les étapes d’adaptation sociale et économique de la nouvelle société atteintes. L’Etat était censé impulser et donner les moyens techniques et financiers du développement, puis se retirer, excepté l’administration, les instances locales devenues efficientes et autonomes.

68Ainsi à Tahrir, après s’être profondément investi dans l’encadrement social des nouvelles communautés, l’Etat s’est retiré, depuis 1985, de l’organisation et du financement de ces institutions. Baghdad, par exemple, désigné pour être une bourgade modèle, avec une mosquée, un marché, un club, une maison d’hôte, une crèche et de nombreuses administrations, a beaucoup perdu depuis de son dynamisme social. En 1986, le club et la maison d’hôte ont fermé et, comme les colons n’ont pas pris la relève de l’Etat pour reprendre en main leur organisation, beaucoup d’activités sociales et culturelles ont disparu et les bâtiments qui leur étaient affectés sont laissés à l’abandon.

69A Badr, le club et le théâtre ont aussi fermé. Les routes, autrefois asphaltées, ne sont plus entretenues, ce qui rend difficile les communications à l’intérieur de la zone. A Omar Makram, le dispensaire et le centre de vulgarisation et d’élevage sont sous-utilisés.

  • 22 Al-Shaab, 8/11/91.

70Quand à l’eau, sans laquelle aucune vie ne pourrait se maintenir dans le désert, le gouvernement commence à réclamer son paiement aux colons, estimant qu’après 30 ans d’expérience à Tahrir, ce périmètre devrait être autonome sur le plan financier. Ainsi, malgré les nombreux dysfonctionnements du système d’irrigation à Tahrir, l’Etat a imposé le paiement de l’eau et de l’électricité, ce qui s’est traduit par un conflit en 1990. Pour obliger les colons à s’exécuter, le Ministère de l’Irrigation a coupé l’eau dans la zone de El Fath...22

71Un manque d’efficacité chez les acteurs de la mise en place du projet. Dans un pays bureaucratique comme l’Egypte, la mise en place de la démocratie locale peut paraître utopique. Avec des travailleurs sociaux et des agronomes peu enclins à considérer les colons comme des participants à part entière à la gestion de la société, des fonctionnaires mal payés et peu formés à la philosophie du développement autocentré, on ne peut s’étonner des mauvais résultats obtenus.

  • 23 Hopkins Nicholas & all, op. cit., p. 27.

72De plus, l’éloignement des zones de décision limite le contrôle des fonctionnaires qui ont tout loisir d’imposer leur loi. « Routine, bureaucratie et corruption, ruinent tout. »23

  • 24 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., p. 107.

73Thayer Scudder a analysé les décalages de mentalité existant entre les autorités qui ont souvent des idées utopiques, confortées par leur autocratisme hiérarchique et les colons qui se voient parfois imposer d’insolites techniques de production et des taches qu’ils ne comprennent pas. Attendant de la gratitude, les administrateurs sont désorientés ou choqués quand les colons réagissent de façon inattendue. Au mieux les paysans sont considérés comme des ignorants, au pire, comme des êtres stupides.24

  • 25 Sabea Hanan H., op. cit., p. 141.

74Le manque de leaders ayant une aura auprès de la population : pouvoir traditionnel et pouvoir moderne. Alors que dans les villages traditionnels, le statut de « maire » (‘umda) allait de paire avec la statut social élevé, la richesse et l’appartenance à de grandes familles, dans les nouvelles communautés du désert, ce type de pouvoir ne pouvait émerger, puisqu’à la base tous les colons étaient égaux. C’est l’habileté politique et la personnalité de certains qui leur ont permis de s’élever dans la hiérarchie sociale et politique et, pour d’autres, leur position dans l’administration.25

75A Omar Makram, cependant, la plupart des colons trouve que l’actuel maire n’a pas de pouvoir et qu’il se laisse influencer par les dirigeants de la coopérative. Sa passivité profite à ces derniers qui ont tout loisir de mener à bien leur politique. Le Sheikh el balad possède toutefois les mêmes caractéristiques que son homologue des campagnes traditionnelles. C’est un homme âgé dont le rôle est de régler les différends qui émergent entre les villageois. De nombreux colons estiment qu’ils manquent de vrais leaders pour formuler leurs demandes et organiser la communauté. Il existe peu de maires et ceux qui concentrent le pouvoir entre leurs mains (les dirigeants des coopératives) agissent souvent à rencontre des aspirations paysannes.

La nécessité de créer une dynamique sociale et économique au sein de la nouvelle communauté

  • 26 Scudder Thayer, « A sociological framework for the analysis of new land settlements », in Michael M (...)

76Le long processus de transformation de la nouvelle société. Thayer Scudder estime qu’il faut attendre au moins une génération pour qu’une société nouvelle se crée et arrive à trouver son équilibre.26 Les quatre étapes sont les suivantes :

  • la planification, l’installation des infrastructures et le recrutement des colons ;

  • la période de transition ;

  • le développement économique et social ;

  • la prise en charge et l’autonomie de la société et l’intégration régionale.

77En Egypte, la première phase a généralement été bien conçue dans le domaine des infrastructures, bien que des erreurs aient été commises lors de la bonification et du nivellement des sols. Si l’habitat laisse à désirer (les maisons sont trop petites et non conçues pour être des fermes), les locaux pour les infrastructures sociales ont été installés. Cependant, ni sur le plan social ni sur le plan économique, Tahrir, qui est le périmètre le plus anciennement bonifié, n’a réussi à se prendre en charge. Le développement de l’agriculture n’a pas atteint les espoirs escomptés : des terres ingrates, un réseau d’irrigation mal géré, des moyens de production modernes peu développés, des ingénieurs agronomes mal formés et peu enclins à la vulgarisation, un réseau commercial embryonnaire... la liste des raisons de l’échec de l’agriculture sur les terres désertiques serait trop longue à détailler. Toujours est-il que l’agriculture n’a pas réussi à impulser le développement économique tant attendu.

78De plus, du fait de leur éloignement des grands centres de production industriels et commerciaux, peu de petites d’entreprises se sont installées sur les nouveaux périmètres irrigués. Le manque de capitaux, la faiblesse du niveau de vie des colons et les faibles densités de population ne permettant pas la création d’un marché de consommateurs et l’éloignement des autres marchés, n’ont laissé la place qu’à des petits projets tertiaires, de type informel, comme ceux que l’on trouve dans toutes les bourgades égyptiennes. Et pourtant, le niveau de scolarisation de la population des nouvelles communautés est bien supérieur à celui de l’Egypte rurale.

79Dans un tel contexte économique, on pouvait difficilement attendre des colons qu’ils puissent participer aux affaires locales et prendre en charge l’avenir de leur communauté.

80Les comportements individualistes de paysans peu formés à participer aux affaires locales. Selon Tadros Helmi, le malentendu ne vient pas des seuls fonctionnaires, trop de paysans n’ayant pas vraiment compris la philosophie de la création de la nouvelle communauté, ni les principes de base du coopérativisme.

81Dans le système participatif, trop d’élus représentent leurs intérêts propres et non celui du groupe. Les colons, de plus, ne cherchent pas à participer aux coopératives ni aux réunions organisées par celles-ci. Ils ont tendance à être passifs. Le faible niveau scolaire de certains membres des coopératives limite leur pouvoir.

  • 27 Hopkins Nicholas, « From mobilization to the market : community development in South Tahrir », Conf (...)

82Avec le désengagement de l’Etat depuis la fin des années 80, les colons sont de plus en plus laissés à eux-mêmes. Ils se sont réappropriés les modèles de relations et de pouvoir qui leurs étaient familiers : relations familiales, appropriation privée de la terre, médiation, rapports traditionnels avec les pouvoirs locaux.27

  • 28 Hopkins Nicholas, November 2-5 1992, p. 11.

83L’inégale répartition des terres à Tahrir entre les différents types de colons a favorisé le développement des rapports traditionnels d’exploitation : les paysans sont employés comme ouvriers agricoles chez les diplômés et les grands propriétaires capitalistes. Cette complémentarité est cependant nécessaire, selon Nicholas Hopkins, « les diplômés et les grands propriétaires ont les contacts avec l’extérieur, de l’influence auprès du gouvernement et les autorités locales, tandis que les paysans ont un savoir-faire dont ont besoin les premiers, une main-d’œuvre excédentaire et de faibles revenus. »28

84Enfin, face au mauvais fonctionnement des services sociaux et éducatifs, la concentration de la population en gros villages, prônée au début des années 60 pour rapprocher les hommes de ces instruments de la modernisation des campagnes, n’a plus raison d’être pour certains colons. Ceux-ci ont quitté ces bourgades, pour se rapprocher de leurs champs et mieux contrôler leur production. La dispersion de la population rend difficile toute participation aux activités communautaires et favorise l’individualisme.

  • 29 Tadros Helmi, op. cit., p. 56.

85Une difficile participation des colons aux affaires locales dans un système bureaucratique. « La dépendance des colons envers l’Etat est le résultat de l’intervention constante de celui-ci dans les affaires locales et les affaires des colons. »29

86De par leur manque d’expérience dans les projets d’auto-développement, les colons sont réticents à y participer. Ils sont habitués à suivre les directives de l’Etat et à prendre peu d’initiatives. Ils ne participent en fait qu’aux projets traditionnels du monde rural, à savoir, la construction de mosquées et de cimetières, la réparation des routes et des ponts... mais peu font la démarche de rentrer dans des institutions qu’ils n’estiment pas être les leurs. C’est principalement le cas des coopératives agricoles, dont les réunions sont peu fréquentées.

87Les coopératives agricoles ont gardé en effet une gestion très bureaucratique, alors qu’elles étaient censées être le fer de lance de la modernisation et de la démocratie locale. Elles ont connu de graves difficultés économiques du fait de la lourdeur bureaucratique, de leurs manques de moyens et de la corruption des fonctionnaires. Les paysans ne recevaient pas à temps les inputs nécessaires pour la bonne exploitation de leurs terres, la commercialisation ne se faisait pas dans de bonnes conditions économiques, les machines n’étaient pas entretenues... Cela poussa de nombreux colons à s’approvisionner sur le marché libre, beaucoup plus onéreux.

88Par ailleurs, du fait de la faible représentation de la population locale, elles ont été noyautées par des fonctionnaires et des paysans aisés. Corruption, détournements d’engrais et de semences nuisent au bon encadrement de la population paysanne par les coopératives. Dans ces conditions, comment imaginer que les colons veuillent participer à de telles institutions ?

  • 30 Hopkins Nicholas & all, op. cit., p. 121.

89Cependant, si les colons accusent souvent le gouvernement pour son incapacité à gérer les nouvelles communautés, ils estiment généralement qu’il est le seul à pouvoir régler leurs problèmes.30 Pourtant les institutions mises en place par le gouvernement étaient supposé être prises en charge, au fur et à mesure de l’évolution du projet, par les colons eux-mêmes, grâce à leur intégration dans les affaires locales. Cela ne s’est pas réalisé, d’une part, parce que les colons n’ont pas été amenés à y participer et, d’autre part, parce que ces organismes manquant de fonds, de personnel et de locaux, n’ont pas pu fonctionner de manière efficace.

  • 31 Sabea Hanan H., op. cit.

90Toutefois, pour les premiers colons venus s’installer à Tahrir dans les années 50, le colonat n’a pas la même signification que pour les colons installés de façon plus récente. Le charisme de Magdy Hassanein et ses enseignements ont marqué les premiers arrivés. « Après ce que nous avons vécu ensemble, nous ne pouvons qu’être une communauté soudée. Magdy Hassanein nous a appris à écouter et à voter. Ainsi nous avons résolu beaucoup de problèmes : l’installation d’égouts, la construction d’une école coranique... »31

91D’autres colons avancent que pour survivre dans une telle région, il faut savoir se serrer les coudes.

92Le maintien des relations d’entraide traditionnelles. Si les colons participent peu aux affaires locales, il n’en demeure pas moins vrai qu’il existe des liens étroits et des structures d’entraides entre les paysans. Le voisinage des parcelles favorise la création de zamala (entraide) ou échange de main-d’œuvre pour les gros travaux. C’est entre les colons ayant quitté le village pour s’installer dans les champs que les liens sont les plus étroits. Les affinités entre colons ont souvent pour origine l’appartenance à un même village ou à une même région. Les association des gens de la Menoufeyya ou de la Daqahleyya en témoignent. Ils construisent des cimetières communs, se marient entre eux et tissent des liens de solidarité. Ils se considèrent comme faisant partie de la même communauté.

93Au sein des mêmes catégories sociales (les paysans, les employés, les diplômés... ), il existe des formes d’assistance mutuelle, mais qui en même temps divisent la société et empêchent les relations inter-catégories. Il existe une solidarité entre paysans venus s’installer au début du projet, entre diplômés, mais on verra rarement s’établir des relations entre diplômés et paysans.

94En ce qui concerne le règlement des disputes, à Tahrir, en l’absence de maire, les gens ont tendance à régler leurs problèmes sans l’aide de la police. En général, les plus âgés servent de médiateurs. C’est donc dans le cadre d’actions ponctuelles que les colons se mobilisent (une dispute, la collecte d’argent pour construire une mosquée, la réparation d’un égout, des échanges de main-d’œuvre... ). Il existe peu de structures permanentes pour régler les problèmes de la communauté, mis à part quelques expériences d’associations de jeunes ou de colons originaires de la même région. Et si les gens se regroupent, c’est pour régler des problèmes individuels : du manque de travailleurs naissent les zamala et du manque d’argent, les tontines.

Conclusion

95Tout au long de cette étude, j’ai tenté de mettre en lumière l’aspect paradoxal de la mise en œuvre du programme de bonification des terres en Egypte. En effet, dans un Etat bureaucratique et autoritaire comme celui de l’Egypte nassérienne, créer des sociétés rurales de toutes pièces qui, à long terme, sont censées se prendre en charge, sans leur en donner les moyens politiques et économiques, relève de la gageur. Impulser la démocratie du haut de la pyramide du pouvoir dans un pays ou 5 000 ans d’exploitation ont dicté les rapports entre les paysans et les dirigeants politiques est un défi que l’Egypte de Nasser n’a pas réussi à relever. Le voulait-elle vraiment ?

96Dans les discours et l’effervescence post-révolutionnaires, peut-être oui. Sur le terrain, on a vu combien les rapports traditionnels de pouvoir et de travail ont repris le dessus.

97Le thème de la création des nouvelles communautés a beaucoup fait couler d’encre, notamment durant les années 70 chez les sociologues spécialisés sur l’Egypte, cette dernière étant l’un des pays du Tiers-Monde où les expériences de bonification des terres ont été les plus novatrices et de la plus grande ampleur. Dans un ouvrage collectif sur les nouvelles communautés — Human settlements on new lands — quelques chercheurs de l’Université américaine du Caire montrent explicitement la difficulté pour les planificateurs de créer des nouvelles communautés où les gens s’épanouissent socialement et culturellement tout en atteignant les buts économiques escomptés : un développement agricole avec des moyens de production modernes, et ceci dans le cadre de programmes très onéreux.

98Pour Thayer Scudder, le manque d’études conceptuelles sur la formation des nouvelles communautés a poussé les aménageurs à concevoir les programmes de bonification uniquement en termes techniques : installer les infrastructures d’irrigation, niveler les sols, construire des maisons, vulgariser les nouvelles méthodes culturales. Rares sont les projets qui se sont penchés sur le problème de la formation des communautés, des modalités et de la nécessité de la participation des colons aux affaires locales, notamment pendant la période de consolidation économique du projet.

  • 32 Scudder Thayer, op. cit., pp. 148-149.

99Ils ont de plus ignoré ou sous-estimé les aspects socio-économiques du processus de colonisation. En effet, la plupart des programmes de bonification sont planifiés selon un schéma de développement agricole, plutôt que selon un schéma devant stimuler le développement régional grâce à la croissance de la production et qui ainsi permettrait d’augmenter le niveau de vie des colons et des secondes générations ne vivant pas de l’agriculture. Bien que les colons soient les acteurs sociaux dont va dépendre la réussite ou non du projet, ils ne reçoivent, selon l’auteur, que peu d’attention.32

100Pour Kurt Jansson, les facteurs facilitant l’intégration des colons, et donc à prendre en compte dans tout programme de création de nouvelle communauté, sont les suivants :

  • le regroupement des colons par lieu d’origine : il permet une meilleur cohésion du groupe, des obligations mutuelles et un leadership, qu’il est difficile de faire émerger dans une société où les gens ne se connaissent pas ;

  • la distribution spatiale des villages doit favoriser l’esprit communautaire ; il faut favoriser la concentration de la population en des villages nucléaires ou des groupements de villages nucléaires organisés autours de villages-centres pour que les colons se perçoivent comme un groupe ;

  • si le gouvernement a pour but de créer des communautés qui se développent de façon autonome, il doit favoriser les institutions d’investissement et d’épargne, telles des coopératives pour les activités sociales, pour l’amélioration de l’habitat ;

  • il est nécessaire de créer des liens avec la région pour intégrer économiquement la nouvelle communauté ;

  • l’appropriation privée des terres est indispensable pour que les colons se sentent en sécurité sur leurs exploitations et cherchent à améliorer les techniques de production ;

  • il faut prendre en considération l’avenir des jeunes pour qu’ils ne quittent pas la nouvelle communauté faute de travail, d’où l’importance de la création d’entreprises de transformation et l’intensification des pratiques culturales ;

    • 33 Jansson Kurt, « The planning of new seulement in terms of social goals », in Human Settlements on N (...)

    il faut favoriser le développement économique par la petite entreprise durant les premières années d’installation durant lesquelles la terre est peu productive et demande beaucoup d’investissement : prêts, exonération d’impôts, stimulations financières. C’est l’amélioration du niveau de vie qui stimulera l’achat des produits locaux et artisanaux, et le commerce. Cette étape de l’implantation des nouvelles communautés dans le désert a été peu prise en compte en Egypte.33

101Cela reflète le caractère profondément agricole de la notion du rural dans ce pays, et ceci malgré les fortes concentrations de population dans le delta et la vallée. C’est dans les villes uniquement que se concentrent les investissements industriels et artisanaux.

102Il faut en effet favoriser la diversification économique des exploitation et des communautés. A cause de leurs préoccupations strictement agricoles, les aménageurs ont tendance à recruter des individus ayant le même profil, créant ainsi une société trop homogène.

103Ce n’est que depuis la fin des années 80, que les aménageurs des terres nouvelles se sont rendus compte de l’importance de l’hétérogénéité des nouvelles communautés. Le programme d’implantation des diplômés à Noubareyya (projet récent réalisé à l’Ouest de Tahrir, le long de l’autoroute du désert qui relie Le Caire à Alexandrie) ne se confine plus au recrutement de futurs cultivateurs. Il est dorénavant projeté d’installer des ingénieurs et des techniciens pour ouvrir des ateliers artisanaux et de réparation nécessaires à la nouvelle communauté. L’intégration économique et administrative des nouvelles communautés est indispensable. Jusqu’à maintenant, les périmètres bonifiés n’ont pas d’autonomie administrative, situation qui est aggravée par leur isolement. Malgré la taille élevée de certains (10 000 à 15 000 habitants), les villages-centres ne sont pas dotés de pouvoirs administratifs. La gestion de ces communautés dépend des villes localisées dans le delta, tel Kom Hamada dont dépend Tahrir, Abou el Matamir pour la nouvelle zone de Noubareyya ou Kafr al-Dawwar pour le périmètre d’Abis.

Notes

1 Fanchette Sylvie, Le delta du Nil : densités de population et urbanisation des campagnes, thèse de géographie, Paris VIII, déc. 1992, p. 244.

2 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, L’Egypte et le Haut-Barrage d’Assouan, PUF, 1980, p. 32.

3 Richards Alan, « The agriculture crisis in Egypt », Journal of Development Studies, vol. 16, n° 3, avril 1980, p. 310.

4 Soliman Adly, « Social development in the new rural communities in Egypt », Egyptian Authority for Land Cultivation and Development, Cairo, 1973.

5 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., p. 33.

6 Springborg Robert, « Patrimonialism and policy making in Egypt : Nasser and Sadate and the tenure policy for reclaimed land », Middle East Studies 15 (1), p. 59.

7 Springborg Robert, op. cit., p. 54.

8 Sabea Hanan H., Path or rural transformation : stratification and differenciation processes in a new lands village, M.A. thesis in socio-anthropology, AUC, Cairo 1987, p. 35.

9 Hassanein Magdy, op. cit., p. 11.

10 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., p. 65.

11 Tadros Helmi, The study and evaluation of the rehabilitation process in the newly settled communities in the land reclamation areas. The newly settled communities in the northwestern Nile delta, Social Research Center, AUC, Cairo, 1975.

12 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., pp. 53-54.

13 Foster George M., Workshop on human seulement in new lands, 19-30 september 1971, Cairo.

14 Tadros Helmi, op. cit., pp. 49-50.

15 El-abd Salah, op. cit.

16 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., pp. 59-60.

17 Sabea Hanan H., op. cit.

18 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, 1980, p. 123.

19 Hopkins Nicholas & ail, « Participation and community in the egyptian new lands : the case study of South Tahrir », Cairo Paper in Social Science, vol. 11, Monograph 1, Spring 1988, The American University of Cairo, p. 41.

20 Hopkins Nicholas & all, op. cit., p. 7.

21 Allan J.A., « Some phases in extending the cultivated area in the XIXth and XXth century in Egypt », Middle Eastern Studies, vol. 19, oct. 1983, n° 4, p. 470.

22 Al-Shaab, 8/11/91.

23 Hopkins Nicholas & all, op. cit., p. 27.

24 Bakre, Bethemont, Commere et Vant, op. cit., p. 107.

25 Sabea Hanan H., op. cit., p. 141.

26 Scudder Thayer, « A sociological framework for the analysis of new land settlements », in Michael M. Cernea Ed. Putting People at first : sociological variables in rural development, N.Y., Oxford University Press for the World Bank, 1985, pp. 148-149.

27 Hopkins Nicholas, « From mobilization to the market : community development in South Tahrir », Conférence on the future of Land Reclamation and development in Egypt, Minya University, November 2-5 1992, p. 19.

28 Hopkins Nicholas, November 2-5 1992, p. 11.

29 Tadros Helmi, op. cit., p. 56.

30 Hopkins Nicholas & all, op. cit., p. 121.

31 Sabea Hanan H., op. cit.

32 Scudder Thayer, op. cit., pp. 148-149.

33 Jansson Kurt, « The planning of new seulement in terms of social goals », in Human Settlements on New Lands, AUC, Social Research Center, 1979, pp. 3-9.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr