Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Instaurer les partages

La réforme agraire en Égypte

Nicholas S. Hopkins

Texte intégral

  • 1 D’après l’organisme du cadastre la superficie agricole de l’Egypte est de 7 577 000 feddans, « nou (...)

1L’agriculture égyptienne se caractérise par les cultures intensives de l’étroite vallée du Nil : environ 6 millions de feddans (2,5 millions d’hectares).1 Depuis les pharaons, elles ont été irriguées par les crues du Nil ; l’irrigation est maintenant gérée par un réseau de barrages et de canaux dominé par le barrage d’Assouan. Cette concentration de l’agriculture a toujours ouvert la voie à la tentation de concevoir le système comme une totalité, et, périodiquement, de le réformer. L’accroissement de la population et les changements dans la position régionale et internationale de l’Egypte ont sans doute accentué cette tentation. Malgré le développement d’autres sources de revenus (tourisme, industrie, canal de Suez, pétrole) l’agriculture reste une des activités économiques principales de l’Egypte. C’est donc dire que les rapports entre les hommes et la terre (le régime foncier) sont d’un intérêt capital pour la société égyptienne. La terre est disponible, même si de plus en plus insuffisante, mais comment s’organiser pour la cultiver ? Et dans quelles structures idéologiques ou culturelles inscrire sa mise en valeur ?

2Il s’agit ici non seulement de propriété dans le sens strict du mot, mais de régimes d’accès à la terre, que ce soit par le truchement de la propriété, de la location, du métayage, ou encore sur le mode du salariat. Ces régimes fonciers ont, d’une part, un aspect légal, et, de l’autre, engagent tout un système de pratiques effectives. Quels sont les codes légaux en vigueur, et comment les applique-t-on ? Mais aussi, quels sont les pratiques (les habitus) des cultivateurs, quelles normes s’enracinent dans les habitudes villageoises et gèrent les rapports entre hommes et femmes « sur le terrain » ? Comment ces différents niveaux influent-ils les uns sur les autres ? S’il est vrai que la réforme agraire est peut-être la meilleure illustration en Egypte d’une mutation induite par la loi, c’est-à-dire volontairement produit par un changement légal, il est tout aussi vrai que l’inscription de cette réforme sur le terrain n’a pu se réaliser qu’à travers tout un ensemble d’autres facteurs sociaux.

3Il existe une abondante littérature sur l’évolution des régimes fonciers en Egypte aux différentes périodes historiques. Il n’entre pas dans notre propos de résumer ici toute cette littérature. Néanmoins, l’on peut formuler comme critique globale à rencontre de la plupart de ces textes que leurs auteurs se sont trop souvent contentés de commenter les textes de lois, décrets, et autres textes légaux sans se soucier de ce qui se passe sur le terrain. De plus, la plupart de ces textes ignorent certains aspects très importants, notamment l’évolution du système d’irrigation, le rôle d’un système de marché pour la commercialisation des produits agricoles, les changements dans les moyens de production (mécanisation, rôle de la main-d’œuvre), et les nouvelles stratégies familiales rendues possibles par l’éducation, la migration, et l’extension de la production industrielle. Si l’on veut saisir le véritable sens des réformes agraires proposées et réalisées depuis quarante ans, on doit prendre tous ces aspects en considération.

Avant 1952

  • 2 Voir, par exemple, Gabriel Saab, The Egyptian Agrarian Reform, 1952-1962, London, Oxford Universit (...)
  • 3 Wolf Eric R., Peasant Wars of the Twentieth Century, New York, Harper and Row, 1969. Voir aussi Ba (...)

4On avance en général que la situation dans les campagnes égyptiennes était devenue très tendue à la veille de la « révolution » ou du coup d’Etat militaire du 23 juillet 1952. On évoque à l’appui de cette thèse les émeutes qui se seraient produites dans certaines grandes exploitations.2 Rien ne permet pourtant d’affirmer qu’il y ait eu à l’époque une fronde généralisée, qui aurait en quelque sorte « fédéré » ces incidents dans un mouvement général sur le modèle des « guerres paysannes » décrites par E. Wolf.3

  • 4 Saab Gabriet G., Motorisation de l’agriculture et développement agricole au Proche- Orient, Paris, (...)
  • 5 Ibid., p. 203. Pour plus de détails sur la situation agraire avant 1952, Roger Owen, « Large lando (...)
  • 6 Saab Gabriel, Motorisation..., op. cit., p. 279.
  • 7 Voir l’incident à Bilbeis en octobre 1949 cité par Nathan J. Brown, Peasant Politics, op. cit., p. (...)

5Ce qui semble être le cas, c’est qu’entre 1945 et 1952 s’est produit une vague de mécanisation agricole, par laquelle les grands cultivateurs cherchaient à rattraper le retard accumulé pendant la deuxième guerre mondiale : ainsi le nombre de tracteurs entre 1945 et 1952 a-t-il doublé.4 Dans la mesure où ces cultivateurs ont pu se mécaniser, ils ont pu être tentés d’exploiter leurs propriétés en direct plutôt que de les céder en location aux petits cultivateurs.5 Cette tendance était peut-être renforcée par la chute du prix du coton, divisé par deux entre 1950 et 1952.6 On peut certes imaginer que les petits cultivateurs ont pu se sentir menacés par ces tendances. Mais entre ce qui est logique et ce qui s’est vraiment passé, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir trop allègrement.7

  • 8 Tignor Robert, « Equity in Egypt’s recent past : 1945-1952 » in Gouda Abdel Khalek and Robert Tign (...)

6On sait, par ailleurs, que certains membres du Parlement égyptien, dont Ibrâhîm Shukri — l’un des principaux animateurs du parti Jeune Egypte et actuel président du Parti du Travail — et les Frères musulmans, ont prôné, dès avant la Révolution, l’adoption de lois portant sur la réforme agraire. On suppose qu’ils étaient motivés par l’injustice du régime foncier et la mauvaise répartition des terres, le tout dans un contexte de rivalités électorales qui incitaient les partis politiques à faire preuve de leur conscience sociale en manifestant un intérêt pour la réforme agraire.8 Toujours est-il que les forces qui soutenaient la réforme agraire étaient des courants urbains et intellectuels et il n’y a aucune indication directe quant à l’opinion des principaux intéressés, les ruraux.

La réforme de 1952

  • 9 Voir Reem Saad, Social history of an agrarian reform community in Egypt, American University in Ca (...)
  • 10 Marei Sayed, Agrarian Reform in Egypt, Cairo, 1957 ; Ali E. Hillal Dessouki, « The politics of inc (...)
  • 11 Abdel-Malek Anouar, « La question agraire en Egypte et la réforme de 1952 », Tiers Monde 3, 1962, (...)

7Dès le mois de juillet 1952, les nouveaux maîtres du pays s’attellent à la réforme agraire. Mais là encore, leurs mobiles sont attribués plutôt que documentés. Dans un discours officiel, Naguib déclare que les objectifs de la réforme agraire étaient de réduire le fossé entre les classes, d’améliorer le niveau de vie des paysans, et de diriger le capital vers les investissements industriels.9 Nasser a parlé, lui aussi, de l’abolition des classes. C’est ainsi qu’on fait généralement valoir qu’un des objectifs de la réforme agraire de septembre 1952 était de déposséder les notables de l’ancien régime, et notamment la famille royale, de leurs assises économiques.10 On avance aussi l’idée que les Officiers libres avaient besoin d’un succès rapide et facile pour s’imposer au pays. Et, bien sûr, dans la mesure où les officiers libres et leurs alliés civils pouvaient partager l’opinion générale selon laquelle les inégalités dans les campagnes étaient par trop criantes, ils ont pu vouloir agir tout simplement pour redresser la situation. Il n’est pas exclu, non plus, que la tendance générale dans le monde en faveur des réformes agraires ait joué un rôle. « La réforme a été conçue et réalisée par le haut, pour interdire toute initiative révolutionnaire aux fellahs » note quant à lui A. Abdel-Malek quelques années plus tard, évoquant « la méfiance du régime à l’égard de l’action des masses paysannes » pour expliquer pourquoi le régime a préféré une solution étatiste plutôt que populaire. Il en conclut que « Tout est actuellement mis à l’œuvre par le gouvernement du Caire pour faire échec au socialisme en Egypte. »11 Le régime aurait ainsi choisi un modèle de réforme agraire modérée, inspiré des Américains, pour éviter une vraie révolution.

  • 12 Sur celui-ci, Robert Springborg, Family, Power, and Politics in Egypt, Philadelphia, University of (...)
  • 13 Marei Sayyid, op. cit., p. 25.
  • 14 Ibid., p. 248.

8Le patron de la réforme agraire en Egypte, Sayed Marei12 avait noté, dans un ouvrage où il a essayé de faire le point sur les premières étapes de la réforme agraire : « C’est un fait établi que les programmes de distribution de terres, accompagnés par la création d’une nouvelle classe de propriétaires cultivant eux- mêmes leur propre exploitation détermine une plus grande stabilité tout en incitant les petits fermiers à maintenir la fertilité de la terre et à accroître les récoltes. Ceci ne peut manquer de se traduire par une augmentation générale de la production, des ressources publiques et du pouvoir d’achat. »13 Ses références à l’expérience et à l’idéologie américaine sont explicites : « En 1776, Thomas Jefferson considérait que la classe des petits propriétaires était le secteur le plus utile pour ce qui est de l’organisation d’une nation. »14

Les lois de la réforme agraire

  • 15 Pour le texte de cette loi ainsi que des amendements dont elle fit l’objet, voir S. Marei, op. cit (...)
  • 16 Ibid., p. 389.
  • 17 D’après l’article 37 de la loi-décret n° 178 de 1952, un locataire qui cultive lui-même la terre n (...)

9La première loi de la réforme agraire date de septembre 1952 (loi-décret n° 178 du 9 septembre 1952.15 D’après le texte, la loi établissait une limite maximum à la propriété foncière, et stipulait une redistribution des terres en excédent. Mais en même temps elle créait des coopératives et établissait de nouvelles règles pour régler les rapports entre propriétaires et locataires. Un article important (article 32) stipulait que seul un exploitant direct pouvait louer une terre.16 Etaient directement visés les intermédiaires qui louaient des fermes entières aux grands propriétaires pour les sous-louer aux vrais exploitants par petits lots. Le montant de la location était fixé par la nouvelle loi à sept fois l’impôt, et la sécurité du locataire était prise en considération.17

  • 18 Avant la réforme agraire, 1 786 propriétaires detenaient 1 176 801 feddans, c’est- à-dire 19,7 % d (...)
  • 19 La famille royale a perdu 159 000 feddans au profit de la réforme agraire, selon A. Abdel-Malek, a (...)
  • 20 Les revenus de terres constituées en waqf khayri (charitable) étaient affectés au financement de f (...)

10Lors de cette première étape de la réforme agraire, un peu moins de deux mille propriétaires furent dépossédés d’environ 450 000 feddans.18 On peut supposer que les membres de la famille royale, qui comptaient au nombre des plus grands propriétaires du pays, étaient compris dans ces chiffres.19 Ce sont ces terres qui ont été redistribuées aux petits cultivateurs, généralement ceux qui en étaient déjà les locataires. Plus tard, les terres de waqf khayri et ahli ont été à leur tour transformées en coopératives de la réforme agraire.20 Par la suite, le plafond des propriétés a encore été réduit par une loi de 1961, puis une nouvelle fois par celle de 1969. Le résultat était qu’une exploitation de 50 feddans est aujourd’hui considérée en principe comme le maximum.

  • 21 Il y en avait 198 en juin 1956, d’après S. Marei, op. cit., p. 111) ; 480 « fermes » (zirâ’ât ) en (...)

11Il est difficile de préjuger à partir du texte même des lois de la réforme agraire l’usage qui en était fait — notamment les enjeux de la création d’un réseau de « coopératives de la réforme agraire » sur les terrains confisqués aux grands propriétaires. Vers la fin des années 50, la plupart de ces coopératives étaient fonctionnelles.21 Le secteur de la réforme agraire semblait pour certains l’avant- garde d’une certaine transformation socialiste. D’un point de vue général, on peut dire que ce texte visait à créer une agriculture de petits exploitants, c’est-à-dire disposant de lots d’une superficie inférieure à 5 feddans, et parfois beaucoup moins. Les terres des grands domaines étaient ainsi divisées en lots de 2 à 5 feddans, selon la qualité de la terre. Les lots devaient être viables, c’est-à-dire, permettre à leurs exploitants de vivre de l’agriculture. Les bénéficiaires de ces lots étaient assez généralement ceux qui en étaient déjà les locataires sous l’ancien régime. Ils devaient en être les exploitants directs. Chaque lot était partagé en 3 parcelles de sorte que chaque parcelle se trouve dans un bassin d’irrigation (hawd) différent. Un bénéficiaire ayant un lot de 2 feddans, par exemple, se trouvait avec trois parcelles de 16 qirât chacune. Il était ensuite facile de stipuler que chaque zone devait être réservée à une culture unique. La plupart des coopératives appliquaient une rotation de trois ans, alors qu’avant la réforme les grands propriétaires pratiquaient souvent une rotation de deux ans pour maximiser à court terme les bénéfices du coton, malgré les conséquences pour la fertilité de la terre.

12Les bénéficiaires de ces lots étaient regroupés dans les coopératives dites « de la réforme agraire » pour parer aux inconvénients de cette division. Ces coopératives de services géraient environ 1 000 à 2 500 feddans, et disposaient de machines agricoles. Elles étaient gérées par des fonctionnaires de l’Etat résidants qui relayaient des instructions qui leur venaient soit du siège du gouvernorat soit du ministère au Caire. L’encadrement bureaucratique enlevait beaucoup au caractère coopérativiste de cette institution « supervisée ».

  • 22 On cite souvent le calcul de S. Radwan : « En 1970, une superficie de 817 538 feddans, c’est-à-dir (...)
  • 23 Baer Gabriel, A History of Landownership in Modern Egypt, 1800-1950, London, Oxford University Pre (...)
  • 24 Holmen Hans, Building Organizations for Rural Development : State and Cooperatives in Egypt, Lund, (...)
  • 25 Saab G., The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., p. 22, d’après La réforme agraire après neufs ans (...)

13A la fin des années 60, ces coopératives couvraient au maximum 15 % des terres agricoles de l’Egypte, mais avec d’importantes différences de concentration.22 En général, elles ont été créées là où il y avait auparavant des grandes propriétés foncières, elles-mêmes ayant le plus souvent été créées sur les terres bonifiées aux marges des terrains les plus anciennement cultivés. D’après des chiffres de 1949 citées par Baer,23 36 % des terres cultivées étaient comprises dans des exploitations de plus de 50 feddans chacune. Les plus grosses concentrations se trouvaient à Assouan (72 %), à Beheyra (58 %), Gharbiya, Sharqiya et à Minya (chacun 41 %), au Fayoum (40 %) et en Daqahliya (37 %). Les zones de moindre concentration se trouvaient à Sohag (8 %), Minufiya (15 %), Assiout et Qena (21 % chacun), Giza (22 %), Beni Suef (26 %) et Qalyubiyya (28 %). Avec des différences intéressantes, c’est la même liste qui est citée par Holmen24 pour la répartition des terres touchées par la réforme agraire. Holmen conclut à une moyenne nationale de 15 % (824 524 feddans). Le gouvernorat le plus touché par la réforme est celui de Beheyra (32 %), suivi de Daqahliya (24 %), Sharqiyya et Beni Suef (19 %), Minya et Fayoum (15 %), Assouan et Kafr el Shaykh (14 %), Qena (13 %), Qalyubiya (11 %), avec cinq gouvernorats où moins d’un dixième des terres a été touché : Giza (7 %), Gharbiya (6 %), Minufiya (5 %), Assiout (4 %), et Sohag (3 %). On peut enfin rappeler les chiffres donnés par Saab25 qui montre que 51 % des terres expropriées jusqu’en 1960 se trouvaient dans les trois gouvernorats de Beheira, Daqahliya, et Sharqiya.

Quelques cas

  • 26 Adams Richard H., Development and Social Change in Rural Egypt, Syracuse, Syracuse University Pres (...)
  • 27 Harik Iliya, The Political Mobilization of Peasants, Bloomington, Indiana University Press, 1974, (...)
  • 28 Op. cit., pp. 47-50.

14A Al-Manshiya (Sharqiya), sur un ancien domaine royal, « Faroukia », 500 ayants droit se sont vu distribuer 1 500 feddans, à raison de 3 feddans par bénéficiaire. A Zeer (Kafr el-Sheikh), on a distribué 4 500 feddans d’une ferme royale à 1 500 cultivateurs.26 Dans cette zone, c’est le roi qui aurait mis les terres en valeur par la création d’un système de drainage mis en place dans les années 20, les paysans ayant le statut de métayers. A Shubra el-Jadîda (Beheyra), étudiée par I. Harik,27 436 bénéficiaires ont reçu 1 058 feddans, soit en moyenne 2,43 feddans. Notons que dans ce village, les terres waqf expropriées quelques années plus tard n’ont pas été ajoutées à la coopérative existante, mais ont été regroupées dans une nouvelle coopérative, sensiblement plus petite. S. Gadalla28 cite les cas de Demera (Daqahliya), où la moyenne était de 3,2 feddans, et ceux de Za’farân (Kafr el- Shaykh), et de Ma’ania (Beheyra) où la moyenne était de 3,1 à 3,2 feddans par exploitation. Notons que dans les trois derniers cas, de 25 % à 50 % des terres ont été données en location, destinés à se transformer en propriété, et non directement attribués à des « propriétaires ».

  • 29 Voir Nicholas S. Hopkins, Sohair Mehanna, and Bahgat Abdelmaksoud, The State of Agricultural Mecha (...)
  • 30 Voir également Adams, op. cit., p. 102.

15En 1982 nous avons enquêté à Ezeb Bisintawai, près de Damanhour en Beheyra, sur l’ancien domaine de Muhammad Pasha Mughâzi qui couvrait 14 000 feddans de terres bonifiées par un système de drainage.29 La coopérative de la réforme agraire avait ses bureaux dans l’ancien « palais » de Mughâzi Pasha, bâtiment dès lors désigné comme Taftîsh Mughâzi. Du temps du Pacha, les paysans étaient tenus de livrer tout leur riz et tout leur coton, mais pouvaient garder leur maïs et leur bersim. Lors de la récolte du coton, le Pacha faisait venir des ouvriers tarâhîl (travailleurs saisonniers itinérants) pour donner un coup de main aux tenanciers. Le Pacha décourageait l’éducation parmi ses gens. Après 1954, quatre coopératives de la réforme agraire furent créées sur les terres de Mughazi Pacha. Mais les terres soumises à ce régime furent confondues avec les terres rattachées à la coopérative de crédit qui regroupait les terres qui avaient échappé à la réforme. De plus, le Pacha s’était débrouillé pour conserver des terres au-dessus du plafond autorisé, terres qui furent par la suite placées sous séquestre en 1961. Ces terres furent alors louées, surtout aux anciens combattants de la guerre du Yemen. Puis, quand le séquestre fut levé, les locataires purent garder leurs terres, mais furent regroupés dans une coopérative de crédit créée en 1961. Un troisième groupe est constitué par les usufruitiers des terres dont le Pasha a été dépossédé en 1961 : les lots sont plus petits, les usufruitiers sont des locataires et non des propriétaires en puissance comme la première tranche, et ils sont rattachés à la coopérative de la réforme agraire. Parmi les 378 cultivateurs inscrits auprès de cette coopérative, 162 (42,9 %) disposaient de 2 à 3 feddans, et 132 (34,9 %) de 3 à 4 feddans. 60 ne disposaient même pas de 2 feddans, et 24 disposaient de 4 feddans ou plus. L’existence du groupe de locataires explique le nombre de cultivateurs en-dessous de 2 feddans. Les premiers tracteurs à Ezab Bisintawai ont été introduits par le Pacha dans les années 40. Le secteur de la réforme agraire était donc mieux équipé en tracteurs que l’autre secteur. Mais avec le temps, cet avantage s’est dissipé. La coopérative n’est plus en mesure de fournir des tracteurs à tous ses membres qui se trouvent obligés d’en louer à des entrepreneurs privés de la région. Très peu de membres de la coopérative ont pu s’équiper indépendamment,30 et le secteur de la réforme agraire fait figure actuellement de parent pauvre en ce qui concerne la mécanisation.

  • 31 Voir Sohair Mehanna, Richard Huntington, and Rashad Antonius, Irrigation and Society in Rural Egyp (...)

16Lors de la même enquête, nous avons visité la coopérative de la réforme agraire sur l’ancien domaine de Habîb Lutfallah, entre Beni Mazar et Matai, gouvernorat de Minya. Ce domaine s’étendait sur quelque 4 000 feddans, dont la plus grande partie fut expropriée lors de la première phase de la réforme agraire, vers 1954. Lutfallah a ensuite vendu ce qui lui restait. Les bénéficiaires de la réforme agraire habitent dans plusieurs villages sur l’ancien domaine et dans les alentours, par exemple dans le village de Kufur al-Suliya qui se trouve de l’autre côté du canal Ibrâhîmiya. Lutfalla avait partagé son domaine en cinq fermes, faisant venir des ouvriers pour chaque ferme. Il cultivait une partie de ses terres en faire-valoir direct, tandis que le reste était loué en blocs d’une centaine de feddans aux notables des villages avoisinants qui relouaient de petites parcelles aux petits cultivateurs. L’ensemble du domaine était pourvu d’un système commun d’irrigation et de drainage. Une fois l’eau pompée dans les canaux, le système d’irrigation fonctionnait par gravité.31 Lutfallah avait également fait venir très tôt des tracteurs. En 1982, la coopérative était dotée de trois tracteurs à chenille, importés d’Union soviétique et utilisés uniquement pour labourer. Comme ailleurs, les membres de la coopérative de la réforme agraire n’ont pas pu acquérir de tracteurs pour leur propre compte. Parmi les 804 membres, 493 (61,3 %) disposaient de 2 à 3 feddans. tandis que 265 (33 %) disposait de 1 à 2 feddans. Pour le reste, 8 membres n’avaient même pas 1 feddan, et 38 membres disposaient de plus de 3 feddans.

  • 32 Cf. Richard Huntington, Sohair Mehanna, Bahgat Abdelmaksoud, and Nicholas Hopkins, The Introductio (...)

17Dans le village de Beni Raf’a, au nord de Manfalout dans le gouvernorat d’Assiout, il y avait, lors de notre enquête, en 1983, deux coopératives pour une population totale de 16 433 personnes exploitant 4 850 feddans32 répartis comme suit : 1 596 feddans et 770 cultivateurs sous le régime de la réforme agraire ; 3 254 feddans et 1 214 cultivateurs sous celui de la coopérative de crédit. La taille moyenne des exploitations était de 2,1 feddans dans le groupe relevant de la coopérative de la réforme agraire et de 2,4 feddans dans celui de la coopérative de crédit. L’existence de terres de la réforme agraire s’explique par le fait que certains grands propriétaires d’Assiout, notamment de la famille Khayyât, possédaient des terres dans ce village avant 1952. Il y a également à Beni Raf’a des cultivateurs assez bien pourvus en terres, puisque 9,5 % des exploitants y disposaient de plus de 5 feddans. Ceci se traduit par un niveau de mécanisation assez élevé : 56 tracteurs privés plus 2 autres pour chacune des coopératives. Les cultures chez les membres de la coopérative de crédit sont beaucoup plus variées que chez leurs voisins de la coopérative de la réforme agraire. C’est ainsi que ces derniers ne cultivaient pas de lentilles, de maïs, de sésame, de légumes, et n’avaient pas de vergers, du moins d’après les chiffres officiels.

  • 33 Saad Reem, Social history of an agrarian reform community in Egypt, American University in Cairo, (...)

18Dans une zone à la limite du désert dans le Beheira se trouve la communauté de Ezbet Murgâni étudiée par Reem Saad.33 Les premiers habitants étaient des bédouins sédentarisés. Dans les années 20, un « rassembleur de terres » grec réussit à y créer une ferme d’environ 1 000 feddans. La plupart de ces terres étaient louées aux habitants, parfois à travers un intermédiaire. Vers 1947, cette exploitation fut vendue à un « Pacha » venu de la Minufiya, qui avait pour partenaires deux frères libanais commerçants en coton. Le Pacha exploitait cette ferme en faire-valoir direct, déclarant : « Nous sommes des fellahin, nous devons cultiver nous-mêmes nos terres ». En plus de la main-d’œuvre locale, il avait fait venir d’autres travailleurs de Minufiya. En 1955, le Pacha vendit quelque 250 feddans à son gendre, mais le reste restait inscrit en son nom, au nom de ses enfants et des enfants des deux frères libanais. L’ensemble de cette exploitation put ainsi échapper à la première phase de la réforme agraire. En 1961, 121 feddans sur les 250 feddans possédés par le gendre furent réquisitionnés dans le cadre de la deuxième phase de la réforme, tandis que les terres gérées par le Pacha furent placées sous séquestre. Les 121 feddans furent distribués à une soixantaine de bénéficiaires, dont les habitants de Ezbet Morgâni. Le gendre a ensuite vendu le reste de ses terres à six acquéreurs différents. Les terres séquestrées furent louées aux petits exploitants. Plus tard, en 1974, la séquestration fut annulée, et les héritiers du Pacha ont récupéré 440 feddans pendant que les héritiers des frères libanais en récupéraient 200. Toutefois, les locataires sont restés sur place, mais leurs titres furent transférés de la coopérative de la réforme agraire à la coopérative de crédit.

  • 34 L’idée qu’on pouvait, grâce à la réforme agraire, vivre dans la dignité et se suffire à soi-même a (...)

19L’enquête montre l’ambivalence des sentiments des bénéficiaires de ces redistributions : d’une part, en recevant ces terres, ils se sont sentis favorisés par le sort. Alors que depuis des temps immémoriaux ils devaient travailler sous les ordres d’un grand propriétaire, quelle qu’en soit la désignation, multazim ou pacha, ils étaient maintenant plus libres, en particulier, de pratiquer une agriculture d’auto- suffisance.34 Mais ils ont vite découvert que les réglementations de ladite réforme agraire leur imposaient des conditions pénibles — ponction du surplus ; tracasseries administratives... Parmi les avantages de leur nouvelle situation, les bénéficiaires de la réforme agraire de 1952 évoquent la redécouverte de la dignité, le sentiment d’égalité reconquise, les perspectives ouvertes par l’accès à l’éducation, et l’amélioration du statut de la femme (qui n’était plus astreinte à travailler dans les champs du maître).

  • 35 C’est-à-dire, ici, l’emploi dans les Etats arabes pétroliers, Adams, op. cit., p. 111.
  • 36 Tout de suite après le vote d’une nouvelle loi, en juin 1992, qui tend à remettre en cause les « a (...)

20Mais depuis 1961, une nouvelle génération a vu le jour dans les campagnes. Ce qui signifie, en premier lieu, une augmentation de la population telle que les terres disponibles ne suffisent plus. Ce qui signifie ensuite que cette nouvelle génération partage avec ses contemporains « non ruraux » un intérêt pour l’éducation et pour les « échappatoires » qu’elle offre ainsi que l’attrait de l’émigration, soit vers les villes soit vers l’étranger.35 En d’autres termes, quelle que soit la situation légale des terres, héritée des phases successives de la réforme agraire, la société a évolué de sorte que l’ancienne représentation par les diverses composantes de la population rurale, y compris les bénéficiaires de la réforme agraire, de la réalité de la situation agricole du pays, en particulier la disponibilité des terres, n’est plus à jour. Il ne faut pas oublier que les effets de la réforme agraire sur le statut des locataires ont été peut-être encore plus importants que les transferts de terres. Il n’est pas exagéré de dire que les locataires « légaux » sont devenus, dans le nouveau cadre légal, presque l’équivalent de propriétaires. La preuve en est qu’ils peuvent souscrire des crédits garantis par ces terres, dans un contexte où l’accès au crédit apparaît comme presque aussi important que l’accès à la terre.36

Mise en place du coopérativisme

  • 37 Il semble bien que certains aient eu le sentiment que la nouvelle loi de 1961 et les textes des an (...)

21L’objectif affiché de la réforme agraire était, on l’a dit, de rationaliser l’agriculture sur la base de la petite exploitation : assurer à la fois l’égalité, l’équité, et la production. Cet objectif devait être réalisé par la mise en place d’un système coopératif centralisé dans les zones touchées par la réforme agraire.37 Chaque cultivateur, désigné comme hâ `iz (litt. « détenteur »), était tenu de devenir membre d’une coopérative au niveau du village, à laquelle il incombait de fixer les cultures dans le terroir du village (zimam). Il était tenu de suivre les consignes de la coopérative, qui elle-même ne faisait, bien sûr, que transmettre les ordres reçus d’en haut. La coopérative devait fixer une certaine zone, par rotation, pour la culture du coton, du blé, des fèves, etc., et si la terre d’un membre se trouvait dans cette zone, il devait pratiquer cette culture. La coopérative avait le devoir de surveiller les cultivateurs pour assurer qu’ils suivaient ses consignes. Elle se chargeait aussi de la distribution des semences et des engrais, en fonction des cultures assignées à chaque cultivateur.

  • 38 A1-Shagi, op. cit., pp. 40-51.
  • 39 Saab G., The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., pp. 190-196. R. Springborg, in Family, Power, and (...)

22Ce régime de rotations contrôlées fut établi vers 1962 et celui des coopératives obligatoires dans chaque village deux années plus tard. Dans les deux cas, des expériences ont été conduites, à une échelle limitée, pendant une année ou deux avant de passer à la généralisation du nouveau régime.38 Certains éléments de ces expériences remontent, d’ailleurs, à une période antérieure : par exemple, la redistribution des terres dans le cadre d’une rotation imposée dans le village de Nawag, près de Tanta (Saab, 1967, pp. 190-196), qui fut entamée à la fin des années 50.39

23Je me suis fait expliquer, dans le village de Musha, près d’Assiout, en 1981, comment la quote-part du coton était définie. La part du village dans la production de coton à l’échelle du gouvernorat était tout d’abord fixée. Ensuite, la coopérative du village pouvait déterminer quelles terres seraient affectées au coton, en fonction de la rotation dans le village et sans doute, le cas échéant, en fonction d’autres facteurs. Enfin, les responsables de la coopérative étaient chargés de surveiller les exploitants pour s’assurer qu’ils cultivaient effectivement le coton (ou les lentilles, ou les pois chiches, etc.). Des visites d’inspecteurs étaient possibles, qui venaient, même inopinément, de l’extérieur, pour surveiller la bonne marche des affaires, et surtout pour s’assurer que les cultures obligatoires étaient bien respectées. Mais en règle générale, le respect des règles résultait de leur acceptation par les villageois eux- mêmes, et les normes de la solidarité villageoise jouaient ici à plein. Les inspecteurs, extérieurs aux villages, ne pouvaient s’éloigner des routes principales sans l’aide des cadres de la coopérative et les consignes du ministère étaient souvent adoucies en fonction des réalités villageoises.

  • 40 Vers la fin des années 70, on a séparé les fonctions de la banque du village de celles de la coopé (...)

24Le régime agricole, tel qu’il fonctionnait en Egypte entre les années 60 et 90 était ainsi basé sur la régulation bureaucratique de la petite exploitation. L’on ne sait, pour le moment, si ce système est appelé à changer. Dans chaque village, en dehors des dispositifs mis en place par la réforme agraire, il existe une coopérative dite coopérative de crédit, dont tous les cultivateurs du village sont obligatoirement membres. Chaque membre est inscrit auprès de la coopérative pour une certain superficie (hiyâza, ou exploitation), qui est notée dans son livret (bitâqa). L’exploitation peut être composée de terres détenues en propriété, et de terres louées dans le cadre d’un bail légal. A l’époque de la rotation contrôlée, la coopérative pouvait imposer des cultures (cela se fait moins actuellement), parfois en fonction de la taille de l’exploitation, parfois pour créer des blocs cultivés en monoculture. Le crédit est alloué au cultivateur en fonction de sa hiyaza, et aussi en fonction des cultures annoncées.40

  • 41 Hopkins Nicholas S., « Cooperatives and the non-cooperative sector in Tunisia and Egypt » in D.W.A (...)
  • 42 Dans trois villages sur les dix enquêtés en 1982, c’est la coopérative qui a introduit le premier (...)

25L’essentiel du système est donc que le régime de l’exploitation privée, où les exploitants sont surtout des « petits cultivateurs », est doublé d’une coopérative qui doit en principe veiller à ce que des économies d’échelle soient réalisées. Dans la pratique, ces coopératives n’ont pas très bien fonctionné.41 Sans doute devaient- elles assurer plusieurs fonctions — contrôle, crédit, vulgarisation agricole — dont certaines n’étaient pas très compatibles avec l’idée d’une coopérative de volontaires, librement associés. Les petits cultivateurs, au lieu de chercher un appui auprès de la coopérative, l’ont recherché auprès des grands cultivateurs. Cela apparaît clairement surtout pour ce qui concerne la mécanisation. Dans certains villages, c’est la coopérative du village qui a introduit le premier tracteur, dans les années 60. Mais depuis les années 70, les tracteurs des coopératives sont devenus nettement minoritaires, quand ils n’ont pas complètement disparu, et la plupart des tracteurs en service appartiennent aux grands cultivateurs qui les louent aux petits.42 Au point que l’on peut soutenir que les coopératives ne jouent plus un rôle économique de premier plan dans l’organisation du travail au niveau villageois.

  • 43 Cf. Nicholas S. Hopkins, Sohair Mehanna, and Bahgat Abdelmaksoud, Farmers and Merchants : Primary (...)

26De la même façon, les coopératives ont peu à peu perdu leur rôle dans la commercialisation des produits.43 Jusqu’à aujourd’hui, elles sont responsables de la commercialisation du coton, mais les achats gouvernementaux d’autres produits se font désormais par l’intermédiaire de la banque du village. Le régime des livraisons obligatoires de certains produits a commencé à disparaître à la fin des années 70, quand la vente du blé a été libérée. De plus en plus, les cultivateurs s’adonnent à la culture de fruits et de légumes. Là, comme d’ailleurs pour les céréales et certains autres produits, ils ont affaire aux commerçants privés.

  • 44 Voir Mehanna, Huntington, et Antonius, op. cit. ; Nicholas S. Hopkins, Agrarian Transformation in (...)

27Les coopératives n’ont jamais joué de rôle dans la distribution de l’eau d’irrigation. Le cultivateur a affaire au Ministère de l’Irrigation, à l’un ou l’autre de ses échelons, mais surtout les cultivateurs s’associent entre eux pour organiser leurs tours d’eau.44 Le Ministère fournit l’eau dans des canaux qui sont en dessous du niveau des terres, ce qui impose aux cultivateurs de surélever l’eau pour arroser leurs champs. En régie générale, un groupe de cultivateurs s’associe pour utiliser le même point d’élévation de l’eau à partir du réseau étatique, une eau qui est ensuite répartie au niveau des rigoles dans les champs. Egalement, ceux qui se servent du même canal tertiaire doivent coopérer pour le nettoyer tous les ans. Mais ces exemples de coopération n’ont rien à voir avec le village ou sa coopérative.

28En fin de compte, les cultivateurs, grands et petits, sont intégrés au système de marché. Ils doivent engager le plus souvent une main-d’œuvre (même les plus petits le font de temps à autre) ; ils doivent louer les services d’un tracteur, et éventuellement d’autres machines agricoles ; ils doivent vendre leurs produits sur un marché structuré par les lois de l’offre et de la demande. Parfois même ils louent des terres, « au marché noir », c’est-à-dire, pour des courtes périodes (une saison agricole, ou moins d’un an) et à des tarifs fixés par le marché. Leur comptabilité est monétarisée.

29Les cultivateurs eux-mêmes ne ressemblent sans doute plus beaucoup à ceux des années 50. L’éducation s’est considérablement étendue dans les campagnes, et beaucoup de ménages de cultivateurs comprennent maintenant un ou plusieurs fonctionnaires ou employés, parfois même le chef de famille. Les routes se sont beaucoup améliorées, ce qui ouvre la possibilité aux villageois de se déplacer à la recherche de travail. Par exemple, la ville nouvelle du Dix-de-Ramadan draine la main-d’œuvre qu’elle emploie dans une large zone autour de Bilbîs et de Zagazig. Le niveau de santé s’est sensiblement amélioré. La population des zones rurales a ainsi plus ou moins doublé.

30En 1992, on ne saurait considérer la terre de la même façon qu’en 1952. L’Egypte n’est plus la grande ferme à coton qu’elle était à cette époque ; les cultures sont diversifiées. L’organisation du travail s’est beaucoup améliorée en près de quarante ans : mécanisation, irrigation, transports, etc. Les réseaux commerciaux se sont transformés. La valeur de la terre et son rôle dans les calculs d’opportunité des ménages ont beaucoup changé. Mais les questions d’équité et d’égalité, de justice sociale, n’ont pas, pour autant, été fondamentalement transformées.

La contre-réforme de 1992

  • 45 Voir Robert Springborg, « State-society relations in Egypt : The debate over owner-tenant relation (...)
  • 46 On manque à ce propos d’études de terrain en Egypte, mais dans plusieurs pays du Tiers-Monde, on a (...)
  • 47 Abdel-Malek A., art. cit.
  • 48 Saab G., in The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., p. 171 prône des « fermes égyptiennes bien gér (...)
  • 49 Springborg Robert, « State-society relations in Egypt... », art. cit., p. 240.

31La bataille autour du régime des terres en Egypte n’a pas cessé avec la réforme agraire des années 50 et 60. Il y a toujours eu des gens pour revendiquer la révision de cette loi. Plusieurs arguments ont été mis en avant :45 ainsi, certains cas de mise sous séquestre ont-ils été révoqués pour des raisons de non-conformité légale. La contradiction entre les petites exploitations et les avantages des grandes exploitations a souvent été relevée : beaucoup ont essayé de faire valoir que les petites exploitations manquaient d’efficacité.46 En Egypte les intellectuels urbains se sont souvent laissés tenter par la vision des grandes exploitations modernes, rationnelles, efficaces, que cela soit dans le cadre du secteur d’Etat47 ou du secteur privé.48 Certains commentateurs ont évoqué l’injustice commise quand un propriétaire est privé de la jouissance de sa propriété. Surtout de nombreuses larmes ont été versées sur les cas (plus ou moins réels) de propriétaires dont la terre était la seule ressource et qui se sont retrouvés appauvris tandis que les locataires s’enrichissaient par la sous-location aux tarifs du marché.49

  • 50 Voir par exemple Aziza Sami, « Debating a law that will affect millions », Al- Ahram Weekly, June (...)

32Mais ce sont, explicitement, des considérations de légitimité religieuse qui ont conduit à la révision, par l’Assemblée du Peuple, des lois de réforme agraire en 1992.50

33L’argument avancé était que l’islam garantissant la jouissance de la propriété privée, tout ce qui entrave cette jouissance est illicite. Le shaykh al-Azhar, cité dans les débats, aurait ainsi fait état du fait qu’un contrat sans limite contrevient à l’islam, et donc que l’interdiction d’expulser un locataire n’a pas d’assise légale. C’est ainsi que cette question semble avoir dominé les débats à l’Assemblée au cours du mois de juin 1992. Toutefois, les considérations économiques n’étaient certainement pas absentes.

34Voici les prescriptions essentielles de la nouvelle loi (n° 96 de 1992) :

  • le loyer de la terre, qui était fixé à 7 fois l’impôt, est majoré jusqu’à 22 fois l’impôt ;51
  • tous les contrats cessent d’être valides au bout de 5 ans, c’est-à-dire que le propriétaire aura le droit de reprendre sa terre s’il ne l’a pas fait par accord mutuel auparavant, tout en payant une indemnisation. Ainsi, le locataire perd sa qualité d’usufruitier quasi-permanent ;
  • si le locataire habite sur la terre louée, et s’il n’a pas d’autre habitation, l’Etat se chargera de le loger dans la même zone ; il ne pourra pas être expulsé de sa maison si l’Etat ne lui a pas trouvé un autre logement ;52
  • les locataires qui perdent leur accès à la terre auront un droit prioritaire dans la répartition des terres désertiques bonifiées.

35On peut donc dire que la loi introduit un marché des terrains agricoles. Les propriétaires de terres louées auront la possibilité de vendre leurs terres, ou de les louer aux tarifs du marché sans craindre de les perdre, ce qui pourrait accélérer la circulation de ces biens. Et les loyers devraient monter pour refléter les valeurs du marché.

  • 53 « Il est établi que l’islam a fait du droit des propriétaires à disposer de leur bien de la façon (...)
  • 54 Notons que des locataires sous-louant leurs terres seraient en contravention avec la loi-décret 17 (...)

36Il y a là une réforme qui répond tout à la fois à l’idéologie « libérale » (c’est-à- dire, entre autres, celle des responsables des organismes internationaux — Banque mondiale, FMI, etc. — et bilatéraux — USAID), et à celle des islamistes.53 Mais derrière cette couverture idéologique, on perçoit les intérêts objectifs de certains éléments, notamment parmi les grands propriétaires actuels, ou ceux qui voudraient le devenir. Un signe ne trompe pas : l’insistance apportée à défendre l’idée selon laquelle les locataires seraient en train de gagner beaucoup d’argent, soit parce que leurs bénéfices seraient beaucoup plus considérables que les loyers, soit parce que ces locataires sous-loueraient leurs terres à des tarifs astronomiques.54 Ce sont donc — et comment s’en étonner — les intérêts économiques qui priment sur les autres facteurs. On doit noter que la nouvelle loi ne touche que les rapports entre propriétaires et locataires. Ainsi, le secteur de la réforme agraire n’est pas concerné, du moins pour ceux qui étaient en voie d’accession à la propriété. Depuis quelques années on assiste à des tentatives de transfert de terres de la réforme agraire sous le même régime que les 85 % des terres qui y ont toujours échappé. C’est ainsi que des dispositifs ont été mis en place permettant de remettre à leurs occupants les titres de propriété de terrains, considérant que la période de 40 ans durant laquelle ils devaient payer pour leurs terres était close, et qu’il est donc temps de régulariser la situation. Mais on ignore dans quelle mesure ces mesures sont effectives.

  • 55 Voir les chiffres cités par Robert Springborg, « Rolling back Egypt’s agrarian reform » in Middle (...)
  • 56 Hopkins Nicholas S., Agrarian Transformation in Egypt, op. cit., p. 62. En comparaison avec d’autr (...)

37En règle générale, on peut avancer que la proportion des terres agricoles louées légalement doit constituer entre un quart et un tiers du total, avec une tendance à diminuer.55 Il est fort probable — mais il nous manque les chiffres pour l’attester — que cette tendance s’est poursuivie, à la suite des ventes aux locataires. On doit noter que le modèle qui a dominé le débat dans la presse — un propriétaire ayant loué ses terres à plusieurs locataires — n’est pas forcément l’unique modèle. On note aussi le cas où la hiyâza est constituée en faveur d’un frère, resté au village, par ses autres frères et sœurs émigrés. C’est ainsi qu’à Musha, il y avait, en 1981, 1 412 « exploitants » pour 4 948 propriétaires, c’est-à-dire un exploitant pour 3,5 propriétaires.56 Dans ces conditions, on doit supposer que la plupart des propriétaires n’avaient que des lopins très exigus, et que le processus de constitution d’une hiyâza regroupait les lopins qui souvent, sans doute, appartenaient à un groupe de frères ou de cousins.

38L’Egypte rurale a considérablement changé entre 1952 et 1992. Il n’est pas évident qu’une solution valable au début de la période reste valable à sa fin. Pendant cette période, le régime d’irrigation a changé, notamment avec l’achèvement du barrage d’Assouan, mais aussi avec l’amélioration des transports, des communications, l’insertion de l’Egypte dans un réseau de commercialisation internationale, l’éducation, les rapports de travail, et ainsi de suite. On peut se demander dans quelle mesure les progrès dans les campagnes sont dus aux réformes agraires survenues entre 1952 et 1965. Peut-on considérer que le pari de S. Marei a été gagné, que la création d’une classe de petits exploitants qui se sentiraient libres, débarrassés de la domination des grands et des puissants, a ouvert enfin la voie à la démocratie ? Politiquement, cela n’a rien d’évident, mais on peut avancer que les changements dans les autres domaines supposent que la base économique de cette évolution ait été renforcée. Parfois, comme dans le cas rapporté par R. Saad, on constate que la nouvelle génération de ruraux ne songe qu’à quitter l’agriculture, délaissant ainsi l’acquis de ses parents pour de nouvelles frontières.

39Si l’on suppose que les progrès dans les campagnes égyptiennes sont dus aux réformes agraires, quels sont les risques que comporte la nouvelle loi ? Il est évident que les grands exploitants agricoles l’ont vivement souhaitée : un lomda’ de Qalyubiyya nous disait en octobre 1992 que cette loi était excellente, mais qu’il fallait l’appliquer immédiatement dans son intégralité, sans même attendre le délai des 5 ans pour casser les contrats de location. De la même façon, Ibrâhîm Nâfi’, rédacteur-en-chef de al-Ahrâm, a accueilli chaleureusement l’adoption de ce texte : « L’injustice que le président cherche à redresser dans le cas des règlements gouvernant la relation entre propriétaires et locataires dérive pour une large part du fait que la loi en vigueur a été établie il y a quarante ans. Quelles qu’aient pu être les bonnes intentions d’alors, le temps passé les a rendues tellement obsolètes que cette loi ne sert plus aujourd’hui qu’à rendre plus compliquée la vie de la nation. Elle a abouti à la disproportion entre le revenu du locataire et celui du propriétaire, et il est d’extrême urgence que cette relation soit replacée sur un pied de plus grande équité. Son équilibre doit être redressé de telle façon que soient garantis les droits des deux parties, et que, en accord avec la loi de Dieu, chacun puisse disposer librement de sa propriété. Notre devise pourrait être : ‘Vivre et laisser vivre’, en étant conscients que nous devons nous efforcer de minimiser l’injustice et chercher à ne pas exacerber les inégalités. »

  • 57 El-Ghonemy M. Riad, The Political Economy of Rural Poverty : The Case for Land Reform, London, Rou (...)
  • 58 Voir, pour l’Algérie, l’analyse de Claudine Chaulet, « Agriculture et nourriture dans les réformes (...)

40Où trouver finalement la notion de « Réforme » dans cette histoire de réforme et de contre-réforme agraire ? Le point de départ était l’idée d’équité, qui considérait qu’il était juste d’accorder à tout le monde les mêmes chances d’accès à la terre. Pour beaucoup, la justification finale de cette politique résidait dans sa contribution à la productivité de l’agriculture égyptienne, donc dans la contribution de l’agriculture au bien-être national,57 sans négliger l’aspect politique de soutien à la démocratie. Etant donné le rapport entre population et superficie, le projet en lui-même n’était pas viable, même si l’accès à la terre a été considérablement élargi. Le cadre de la petite exploitation (coopératives, services sociaux, etc.) y était aussi pour beaucoup. Mais cette vision du travail collectif, basé sur la propriété privée, a aujourd’hui cédé la place à une vision qui est beaucoup plus celle de l’ancienne bourgeoisie terrienne : le droit à la propriété avant toute autre considération.58 Dans cette logique, seul le propriétaire saurait cultiver sa terre efficacement, et ainsi contribuer à la production nationale. Il est vrai que cette vision est actuellement soutenue par le courant islamiste, et qu’elle est en accord avec les thèses de la libéralisation économique venues de l’Occident. On revient donc à la contradiction « structurelle » : égalité contre propriété. Rien de bien neuf dans tout cela.

Notes

1 D’après l’organisme du cadastre la superficie agricole de l’Egypte est de 7 577 000 feddans, « nouvelles terres » comprises, voir « L’Egypte verte : 7 577 millions de feddans » in Le Progrès Egyptien, 14 novembre 1992. Du point de vue de la réforme agraire, les terres bonifiées présentent des particularités qui ne seront pas prises ici en considération.

2 Voir, par exemple, Gabriel Saab, The Egyptian Agrarian Reform, 1952-1962, London, Oxford University Press, 1967, p. 13 ; Nathan J. Brown, Peasant Politics in Modern Egypt : The Struggle Against the State, New Haven, Yale University Press, 1990, pp. 140-147.

3 Wolf Eric R., Peasant Wars of the Twentieth Century, New York, Harper and Row, 1969. Voir aussi Barrington Moore, Social Origins of Dictatorship and Democracy, Boston, Beacon, 1966.

4 Saab Gabriet G., Motorisation de l’agriculture et développement agricole au Proche- Orient, Paris, SEDES, 1960, p. 225.

5 Ibid., p. 203. Pour plus de détails sur la situation agraire avant 1952, Roger Owen, « Large landowners, agricultural progress and the state in Egypt, 1800-1970 : an overview with many questions » in Alan Richards (éds.), Food, States, and Peasants : Analyses of the Agrarian Question in the Middle East, Boulder, Westview, 1986, pp. 69-95.

6 Saab Gabriel, Motorisation..., op. cit., p. 279.

7 Voir l’incident à Bilbeis en octobre 1949 cité par Nathan J. Brown, Peasant Politics, op. cit., p. 143 : un grand propriétaire a acheté un domaine de 300 feddans donné en location par le précédent propriétaire en petites parcelles. Voulant louer le domaine d’un seul tenant pour en moderniser l’exploitation, il entreprend d’expulser les locataires. Bilan : 3 morts, 15 arrestations. Le propriétaire est obligé de faire machine arrière.

8 Tignor Robert, « Equity in Egypt’s recent past : 1945-1952 » in Gouda Abdel Khalek and Robert Tignor (éds.), The Political Economy of Income Distribution in Egypt, New York, Holmes and Meier, 1982, pp. 20-54.

9 Voir Reem Saad, Social history of an agrarian reform community in Egypt, American University in Cairo, Cairo Papers in Social Science 11(4), winter 1988.

10 Marei Sayed, Agrarian Reform in Egypt, Cairo, 1957 ; Ali E. Hillal Dessouki, « The politics of income distribution in Egypt » in Gouda Abdel-Khalek and Robert Tignor (éds.), The Political Econony..., op. cit., pp. 55-87.

11 Abdel-Malek Anouar, « La question agraire en Egypte et la réforme de 1952 », Tiers Monde 3, 1962, pp. 181-216. Même son de cloche, d’ailleurs, chez un observateur plutôt conservateur : « L’Etat (...) a placé de formidables obstacles sur la voie de tout processus autonome de croissance économique, sociale ou culturelle, d’où sa répugnance à envisager l’émergence de toute initiative constructive spontanée dans les domaines redistribués, d’où aussi son insistance à mettre lui-même en œuvre les projets de développement conçus pour améliorer le sort des petits exploitants. » G. Saab, The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., p. 140.

12 Sur celui-ci, Robert Springborg, Family, Power, and Politics in Egypt, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1982.

13 Marei Sayyid, op. cit., p. 25.

14 Ibid., p. 248.

15 Pour le texte de cette loi ainsi que des amendements dont elle fit l’objet, voir S. Marei, op. cit., pp. 361-467.

16 Ibid., p. 389.

17 D’après l’article 37 de la loi-décret n° 178 de 1952, un locataire qui cultive lui-même la terre ne saurait en être expulsé. Mais cet article est déja remis en cause par la loi- décret n° 197 de 1952. D’après l’article 35 de la loi-décret n° 178 de 1952 un contrat de location ne saurait durer moins de trois ans. Les conditions de ces premiers contrats ont souvent été prolongées (voir G. Saab, The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., p. 186) avant d’être considérées comme permanentes.

18 Avant la réforme agraire, 1 786 propriétaires detenaient 1 176 801 feddans, c’est- à-dire 19,7 % des terres arables. Par contre 94 % des propriétaires possédaient moins de 5 feddans, voir S. Marei, op. cit., p. 247.

19 La famille royale a perdu 159 000 feddans au profit de la réforme agraire, selon A. Abdel-Malek, art. cit., p. 189, ou 200 000 selon Henry H. Ayrout, The Egyptian Peasant, Boston, Beacon Press, 1963 (Fellahs d’Egypte, Editions du Sphinx, Le Caire, 1952), p. 26, dont peut-être la moitié pour le seul roi.

20 Les revenus de terres constituées en waqf khayri (charitable) étaient affectés au financement de fondations pieuses — mosquée, kuttâb, hôpital, fontaine. Quant aux revenus des waqf ahli (litt. familiaux ou civils), ils étaient distribués à des ayants droit identifiés dans l’acte de constitution du waqf lui-même, et étaient constitués dans la plupart des cas pour maintenir l’indivision d’un bien. Les terres waqf khairi ont été saisies en 1957 et les terres waqf ahli en 1962. D’après G. Saab, The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., p. 9, il y avait environ 550 000 feddans de terres waqf en 1950, dont 400 000 de waqf ahli. Il remarque que la plupart de ces terres étaient regroupées dans des grands domaines qui souvent étaient mal gérés. Saad Gadalla, in Land Reform in Relation to Social Development : Egypt, Columbia, University of Missouri Press, 1962, a mesuré le changement dans les coopératives de la réforme agraire en les comparant aux domaines de waqf avoisinants. D’après John Waterbury, in The Egypt of Nasser and Sadat : The Political Economy of Two Regimes, Princeton, Princeton University Press, 1983, p. 266, le total des terres waqf expropriées était d’environ 150 000 feddans. La différence s’explique par le fait que les terres ahliya ont été partagées entre les membres de la famille, les héritiers ou ayants droit, avant de se voir appliquer les normes de la réforme agraire (Samir Radwan, Agrarian Reform and Rural Poverty : Egypt, 1952-1975, Geneva, International Labor Office, 1977, p. 14).

21 Il y en avait 198 en juin 1956, d’après S. Marei, op. cit., p. 111) ; 480 « fermes » (zirâ’ât ) en 1959 d’après G. Saab (The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., p. 30) ; en 1964 on comptait 565 coopératives de la réforme agraire avec un terroir moyen de 926 feddans (El-Shagi El-Shagi, Neuordnung der Bodennutzung in Aegypten, Munich, Weltforum-Verlag, 1969, p. 36).

22 On cite souvent le calcul de S. Radwan : « En 1970, une superficie de 817 538 feddans, c’est-à-dire légèrement moins de 13 % du total des terres cultivées en Egypte cette année là avait été distribuée à 341 982 familles, soit 1,7 million de personnes ou environ 9 % de la population rurale » (op. cit., p. 16). Radwan émet des réserves quant à la portée de cette réforme, en faisant valoir notamment que les paysans sans terre n’en ont pas profité.

23 Baer Gabriel, A History of Landownership in Modern Egypt, 1800-1950, London, Oxford University Press, 1962, pp. 226-227.

24 Holmen Hans, Building Organizations for Rural Development : State and Cooperatives in Egypt, Lund, Lund University Press, 1991 (Meddelanden från Lunds Universitets Geografiska Institutioner, Avhandlingar 113), p. 115.

25 Saab G., The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., p. 22, d’après La réforme agraire après neufs ans, Le Caire, Ministère de la Réforme Agraire, 1961 (en arabe). Le chiffre global des terres expropriées était alors de 582 319 feddans.

26 Adams Richard H., Development and Social Change in Rural Egypt, Syracuse, Syracuse University Press, 1986, p. 100. Adams ne cite pas le vrai nom de cette coopérative, mais je suppose qu’il s’agit de Za’farân, souvent citée par les analystes.

27 Harik Iliya, The Political Mobilization of Peasants, Bloomington, Indiana University Press, 1974, p. 43.

28 Op. cit., pp. 47-50.

29 Voir Nicholas S. Hopkins, Sohair Mehanna, and Bahgat Abdelmaksoud, The State of Agricultural Mechanization in Egypt : Results of a Survey, Cairo, Ministry of Agriculture, 1982.

30 Voir également Adams, op. cit., p. 102.

31 Voir Sohair Mehanna, Richard Huntington, and Rashad Antonius, Irrigation and Society in Rural Egypt, American University in Cairo, Cairo Papers in Social Science 7(4), 1984.

32 Cf. Richard Huntington, Sohair Mehanna, Bahgat Abdelmaksoud, and Nicholas Hopkins, The Introduction of Appropriate Technology to Upper Egyptian Agriculture, Cairo, American University in Cairo, Report to Catholic Relief Services, 1984.

33 Saad Reem, Social history of an agrarian reform community in Egypt, American University in Cairo, Cairo Papers in Social Science 11(4), winter 1988.

34 L’idée qu’on pouvait, grâce à la réforme agraire, vivre dans la dignité et se suffire à soi-même a été relevée par Adams (op. cit., p. 119) dans la coopérative de Zeer où il note l’augmentation des superficies consacrées aux cultures vivrières non commercialisées.

35 C’est-à-dire, ici, l’emploi dans les Etats arabes pétroliers, Adams, op. cit., p. 111.

36 Tout de suite après le vote d’une nouvelle loi, en juin 1992, qui tend à remettre en cause les « acquis » de la réforme agraire, et en particulier le statut des locataires (voir infra.), les banques en ont tiré la conclusion qu’elles ne devraient plus prêter de l’argent à ceux-ci, faute d’une véritable garantie (information recueillie près d’une coopérative de crédit de Qalyubiya, octobre 1992).

37 Il semble bien que certains aient eu le sentiment que la nouvelle loi de 1961 et les textes des années suivantes n’étaient qu’une étape vers la collectivisation des terres, ou du moins vers la transformation des coopératives des services des villages en véritables coopératives de production (voir G. Saab, The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., p. 188. Pour l’ambiance de cette période, voir Patrick O’Brien, The Revolution in Egypt’s Economic System : From Private Enterprise to Socialism, 1952-1965, London, Oxford University Press, 1966.

38 A1-Shagi, op. cit., pp. 40-51.

39 Saab G., The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., pp. 190-196. R. Springborg, in Family, Power, and Politics in Egypt, op. cit., insiste sur le rôle de la rivalité entre Sayyid Marei et certains dirigeants de l’époque en matière de politique agricole en montrant comment la responsabilité des coopératives agricoles passe du Ministère des Affaires sociales au Ministère de l’Agriculture à peu près à cette époque. Springborg fait valoir que ces décisions reflètent davantage ces rivalités que les exigences de la politique tout court.

40 Vers la fin des années 70, on a séparé les fonctions de la banque du village de celles de la coopérative, mais les deux travaillaient plus ou moin en liaison.

41 Hopkins Nicholas S., « Cooperatives and the non-cooperative sector in Tunisia and Egypt » in D.W.Attwood and B.S.Baviskar (éds.), Who Shares ? Cooperatives and Rural Development, Delhi, Oxford University Press, 1988, pp. 211-230.

42 Dans trois villages sur les dix enquêtés en 1982, c’est la coopérative qui a introduit le premier tracteur. Mais en 1982, sur 153 tracteurs dans les dix villages, les coopératives ne disposait que de 17. Trois coopératives n’en avaient point (Hopkins, Mehanna, et Abdelmaksoud, op. cit.).

43 Cf. Nicholas S. Hopkins, Sohair Mehanna, and Bahgat Abdelmaksoud, Farmers and Merchants : Primary Agricultural Marketing in Egypt, Cairo, Social Research Center, 1992.

44 Voir Mehanna, Huntington, et Antonius, op. cit. ; Nicholas S. Hopkins, Agrarian Transformation in Egypt, Boulder, Westview, 1987, and Cairo, American University in Cairo Press, 1988, pp. 98-105.

45 Voir Robert Springborg, « State-society relations in Egypt : The debate over owner-tenant relations », Middle East Journal, 45(2), 1991, pp. 232-249.

46 On manque à ce propos d’études de terrain en Egypte, mais dans plusieurs pays du Tiers-Monde, on a constaté que les petites exploitations étaient plus productives que les grandes. Pour l’Egypte, voir l’étude de Simon Commander, The State and Agricultural Development in Egypt since 1975, London, Ithaca Press, 1987, pp. 227-29, qui n’a pas pu établir de différence significative entre la productivité des grandes et petites exploitations dans son échantillon), et le constat de Richards et Waterbury, op. cit., p. 155.

47 Abdel-Malek A., art. cit.

48 Saab G., in The Egyptian Agrarian Reform, op. cit., p. 171 prône des « fermes égyptiennes bien gérées ».

49 Springborg Robert, « State-society relations in Egypt... », art. cit., p. 240.

50 Voir par exemple Aziza Sami, « Debating a law that will affect millions », Al- Ahram Weekly, June 4, 1992 ; Gamal Essam El-Din, « Rent increases provoke angry response from farmers », Al-Ahram Weekly, June 4, 1992 ; « Stormy debate over agricultural law », Al-Ahram Weekly, June 25, 1992 ; « Assembly enacts new agrarian law », Al-Ahram Weekly, July 2, 1992.

51 L’on peut se demander pourquoi ce n’est pas l’impôt qui a été majoré, ce qui aurait permis à l’Etat de prélever sa part. Un membre de l’Assemblée nationale, spécialiste des questions agraires, m’a dit en novembre 1992 qu’on avait proposé d’augmenter l’impôt 3 fois, ce qui aurait majoré les loyers de 21 fois, mais que « les propriétaires ne l’ont pas accepté ».

52 L’on peut se demander encore pourquoi c’est l’Etat et non le propriétaire qui doit se charger de cette tâche.

53 « Il est établi que l’islam a fait du droit des propriétaires à disposer de leur bien de la façon qu’ils jugent la plus appropriée. L’islam interdit également toute forme d’usurpation ou d’exploitation injuste de la propriété d’autrui. » Ummah Press Service, Cairo, Economic Issues of the Month, July 1992, p. 5.

54 Notons que des locataires sous-louant leurs terres seraient en contravention avec la loi-décret 178 du 9 septembre 1952, et risqueraient de perdre leurs droits, car les seuls locataires légitimes selon ce texte sont les exploitants directs. Voir supra.

55 Voir les chiffres cités par Robert Springborg, « Rolling back Egypt’s agrarian reform » in Middle East Report, 166, Oct-Dec 1990, pp. 28-30, où il montre que la proportion des terres louées est tombée de 40 % en 1961 à 25 % en 1982, d’après le recensement agricole égyptien de 1982. Samir Radwan and Eddy Lee, Agrarian Change in Egypt : An Anatomy of Rural Poverty, London, Croom Holm, 1986, pp. 67, 106, ont aussi montré, à partir d’une enquête en 1977 dans dix villages, qu’environ un tiers des terres était loué.

56 Hopkins Nicholas S., Agrarian Transformation in Egypt, op. cit., p. 62. En comparaison avec d’autres villages égyptiens, Musha fait figure de village de grands propriétaires. En effet, la hiyâza moyenne à Musha atteint 3,37 feddans, alors que dans le pays tout entier il est de 2,46 feddans (Springborg, « Rolling back Egypt’s agrarian reform », art. cit., p. 29), et alors qu’il y a beaucoup de villages dans le Delta où la moyenne tourne autour de 1 feddan (Nicholas S. Hopkins, « The small farmer household, structural adjustment and agricultural sustainability in Egypt ». Conference paper, 1992). Par exemple, d’après les chiffres officiels, l’exploitation moyenne de la réforme agraire dans le district de Bilbeis, Sharqiya, était de 2,8 feddans, alors que l’exploitation moyenne en dehors de ce secteur était de 1,8 feddan. Si l’exploitation est parfois plus grande dans le secteur de la réforme agraire, c’est parce que la division n’était pas tolérée.

57 El-Ghonemy M. Riad, The Political Economy of Rural Poverty : The Case for Land Reform, London, Routledge, 1990.

58 Voir, pour l’Algérie, l’analyse de Claudine Chaulet, « Agriculture et nourriture dans les réformes algériennes : un espace pour les paysans ? ». Tiers Monde, 32, 1991, pp. 741-770.

Auteur

Université américaine du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr