Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Instaurer les partages

Mendicité et vagabondage

Quelques aspects des réformes de l’administration britannique (1883-1930)

Valérie Baqué

Texte intégral

  • 1 Tagher J., Clot Bey, Mémoire, imprimerie de l’IFAO, Le Caire, 1949, tome II, p. 103 : « Il y avait (...)
  • 2 Napoléon créa par le décret du 5 juillet 1808 « les dépôts de mendicité ».
  • 3 Toledano E., State and Society in Mid-Nineteeth Century Egypte, 1990, pp. 211- 212.
  • 4 Toledano, op. cit., p. 199. Il s’agit de ceux arrêtés en infraction, sont la trace a été retrouvée (...)

1Mendicité et vagabondage ne suscitaient pas dans l’Egypte du xixe siècle, les mêmes craintes qu’en France ou en Angleterre. Certes, dès le début du xixe siècle, Muhammad ‘Ali1 prit des mesures en créant un dépôt de mendicité au Caire, sans doute influencé par l’exemple napoléonien.2 Le mouvement semble s’être accéléré entre 1840 et 1850. Le non-emploi — qui avait été jusque-là conjoncturel, touchant surtout les travailleurs non qualifiés et étant souvent volontaire — s’étendait désormais à des catégories plus larges (artisans, charpentiers, forgerons, etc.),3pendant des périodes plus longues. Sans doute pour éviter que ne grossisse le nombre des vagabonds au Caire, on essaya de renvoyer dans leur village les candidats à l’immigration4 qui ne pouvaient justifier d’un domicile. Cette mesure, dont on ne connaît ni l’ampleur ni la portée, ne témoignait pas encore d’une exclusion qui n’avait pas trouvé ses théoriciens, mais annonçait que les mosquées et les mausolées avaient du mal à absorber le nombre croissant de ceux qui cherchaient un refuge à la nuit tombée, lorsque les portails des rues se fermaient. Elle annonçait peut-être aussi une certaine influence sur l’élite politique de l’expérience occidentale de la pauvreté, comme si le choix de modèles économiques devait s’accompagner d’une façon de concevoir la société.

  • 5 Archives nationales égyptiennes, ‘Asr Ismaïl, boîte 54, dossier n° 56/1. Lettre de Dor Bey à Barrot (...)

2Ainsi, en 1875, le khédive Ismâ’îl avait sur l’avis de Dor Bey pensé faire venir M. Pauchard de Suisse pour qu’il transforma l’asile des pauvres de Tûlûn en maison de travail.5 Cette transformation n’eut pas lieu faute d’argent, cela montre néanmoins qu’un certain nombre d’idées faisaient leur chemin.

  • 6 Toledano, op. cit., p. 250.
  • 7 Si ce n’est dans une certaine mesure au sein du ministère de l’Intérieur qui ne fut entièrement aux (...)
  • 8 Rapport du comte de Dufferin au comte Granville, 6 février 1883, Recueil des documents officiels, 1 (...)
  • 9 Ibid., p. 222.

3E. Toledano écrit, à propos de ce milieu de xixe siècle : « l’inégalité politique et économique dans la société avait également des dimensions sociales et économiques qui n’étaient pas aussi âpres. Ici, la structure domestique de l’élite, les relations patron-client, des périodes relativement longues de prospérité, les associations communales, et une capacité à sublimer la protestation à travers diverses formes de divertissements nuançaient la réalité de la vie quotidienne en Egypte (...). Dans les périphéries, l’absence de la ligne artificielle séparant l’élite de la culture populaire, rendait possible une certaine forme de négociation socioculturelle. »6 Précisément, cette forme possible de négociation socioculturelle semble avoir progressivement disparu, l’équilibre s’être rompu. Cette rupture, que Toledano situe en 1863, s’est accentuée dès l’annexion de l’Egypte par le Royaume- Uni sans avoir provoqué de conflits majeurs entre l’administration anglaise et l’élite égyptienne, ensemble au pouvoir.7 Pour reprendre la formule d’introduction de Lord Dufferin en 1883,8 il fallait arracher le peuple égyptien à l’anarchie pour que l’intervention « soit bienfaisante et produise des effets durables (...) et qu’elle établisse sur des bases solides les principes de la justice, de la liberté, et du bonheur public ». La nouvelle Egypte serait prospère, pacifique et satisfaisante, capable de payer ses dettes.9 C’est dans ce cadre là qu’il faut situer l’action de l’Etat envers le vagabondage et la mendicité. Installée provisoirement dans un premier temps, l’administration britannique s’occupa d’abord de la stabilité des campagnes en instaurant des commissions chargées d’instruire les faits imputés aux vagabonds, brigands et malfaiteurs (1884). Le provisoire devenant durable, on prit le temps de légiférer (1891, 1894,1909).

4La mendicité ne fit, quant à elle, jamais l’objet d’une loi particulière, à l’inverse du vagabondage. Elle apparaissait au détour d’un article du code pénal, d’un paragraphe dans un décret. L’Etat a laissé le terrain de la pauvreté urbaine (à laquelle se rattachait dans l’esprit de l’époque la mendicité), de l’enfance abandonnée... aux œuvres charitables qui dans bien des cas s’étaient installées avant 1882. Cela ne signifie pas qu’il s’en est désintéressé : il s’en est occupé tardivement, et uniquement dans l’aspect répressif, par l’intermédiaire d’institutions telles que la maison de correction, la prison, et enfin l’asile d’aliénés.

La mise en place de la législation, 1883-1909

  • 10 Baer G., Studies in the Social History of Modern Egypt, Chicago University Press, 1969, pp. 142-148
  • 11 Bulletin des Lois et Décrets, 1883, p. 774 sq. Egalement, Législation de Police de l’Egypte, 1894, (...)
  • 12 Législation..., p. 564. Les Qisms concernés étaient : Abdin, Mûski, Azbakyia, Sayeda Zaynâb.
  • 13 Documents officiels, 1897, pp. 207-208, 356, 467-468, 493 et 495-496. Egalement, Philippe Gélat Bey(...)
  • 14 Législation..., p. 417 ; Répertoire général..., 1ère partie, 1840-1904, volume IV, Alexandrie, 1910 (...)

5Le changement s’accéléra bien sûr après 188210 ; entre 1882 et 1897, les circonstances amenaient chaque année au Caire des milliers d’immigrants, venus chercher nourriture, logement, travail. La mendicité devint illicite. En effet, en 1883, le nouveau code pénal indigène prévoyait11 que devaient être punis ; « ceux qui auront été trouvés mendiant sur la voie publique, dans les localités où la mendicité est interdite » (art. 350, § 6). Il ne s’agissait que d’une contravention, c’est-à-dire d’un acte que la loi punissait d’un emprisonnement d’une semaine ou d’une amende de 100 piastres au maximum. La liste des lieux interdits s’allongea rapidement. En 1891, un premier arrêté du Gouvernorat du Caire interdit la mendicité dans quatre quartiers de la ville,12 en février 1892, elle fut interdite sur les grandes axes d’Assiût (notamment aux abords de la gare). Le mouvement se poursuivit en 1897, toucha plus de villes, concerna un plus grand nombre de quartiers au Caire.13Mais surtout un décret de 1891 relatif au vagabondage, aux personnes suspectes et au port d’armes (13 juillet)14 avait permis que la mendicité devienne un délit et soit punie en dehors des lieux interdits lorsqu’elle était pratiquée par des « individus qui n’ont pas de domicile fixe ni de moyens de subsistance, et qui n’exercent habituellement ni un métier ni une profession », premièrement, et deuxièmement par « les mendiants valides et aptes qui parcourent habituellement les voies publiques en demandant l’aumône. » (Titre I, art. 1) La mendicité et le vagabondage s’étaient rejoints sous la plume du législateur, non sans une certaine confusion.

  • 15 Ibid. L’arrêté du 27 avril 1893 désignait Tûr et Nawaybi comme lieux d’exil.

6L’article 2 de ce décret prévoyait les peines suivantes : outre l’emprisonnement, le placement sous la surveillance de la police pour une période de six mois à un an et, enfin, la possibilité pour le juge de « substituer aux deux peines sus-énoncées celle de l’exil pour un an dans un endroit du territoire égyptien qui sera désigné par le gouvernement. Il pourra, en cas de récidive, porter la peine de l’emprisonnement à un an, et la période de la surveillance ou de l’exil à trois ans. »15

  • 16 Répertoire général..., volume IV, p. 698. Législation..., p. 419.

7La confusion grandit un peu plus lorsqu’en 1894 (13 février) un décret vint compléter l’article 8 du décret précité en ces termes : « Les dispositions de l’article 2 relatives aux vagabonds visés aux paragraphes 1 et 2 de l’article 1 sont applicables aux personnes suspectes qui, étant valides, n’exercent habituellement aucun métier et n’ont pas de moyens d’existence, quoiqu’elles aient un domicile fixe. »16

8Sans doute est-ce là le plus troublant. On supputait une dangerosité qui pouvait déboucher sur l’élimination (emprisonnement, exil) ou sur le traitement (surveillance de la police).

  • 17 Répertoire général..., volume VI, pp. 555 et 238 (seulement 4 articles).

9Enfin, la loi n° 17 du 4 juillet 190917 venait clore la liste, abrogeant le décret du 13 juillet 1891 sur le vagabondage et les personnes suspectes, modifié par les décrets du 13 février 1894 et du 30 août 1906. Les personnes suspectes faisaient désormais l’objet d’une loi séparée soumettant certains individus à la surveillance de la police (loi n° 15 du 4 juillet 1909), et l’instauration d’une autorisation de port d’armes était à l’étude.

10Cette nouvelle loi sur le vagabondage reprenait les mêmes termes que la première et définissait les vagabonds de la même façon (art. 1), en élargissant cependant le groupe, puisque la mention de sans-domicile-fixe disparaissait :

11« Sont considérés comme vagabonds :

  1. les individus qui n’ont pas de moyens de subsistance et qui n’exercent habituellement ni un métier ni une profession. Sont compris dans cette catégorie les mendiants valides et aptes au travail qui parcourent (...) les voies publiques en demandant l’aumône ;

  2. ceux qui cherchent à gagner leur vie en pratiquant les jeux de hasard ou en disant la bonne aventure sur la voie publique, dans les établissements publics ou dans tout autre lieu exposé à la vue du public. »

12Ainsi, contrairement à la loi de 1891 et renforçant les dispositions de 1894, ce n’était plus l’état d’errance qui était seul condamnable, mais le mode d’existence. La même question était contenue dans les deux lois : celle de la simulation, du vrai et du faux pauvre, du mendiant légitime (infirme) ou illégitime (apte au travail). Mais nous y reviendrons.

13Un point important reste à noter : la mendicité n’a jamais fait l’objet d’une loi particulière et a toujours été liée au vagabondage. Les inquiétudes du pouvoir se sont déplacées entre 1891 et 1909 : surtout centrées sur l’errance des vagabonds dans les campagnes, elles se sont peu à peu élargies à la ville ou l’entassement des sans- travail devait commencer à poser quelques problèmes.

Des préoccupations d’abord centrées sur le monde rural...

  • 18 Parliamentary Papers, « Further Correspondance respecting the affairs of Egypt », Mr. Egerton to Ea (...)

14Il apparaît en effet, à travers les rapports sur l’état des réformes en Egypte, que les préoccupations étaient surtout tournées vers les provinces. Il fallait permettre que les cultures, principale richesse du pays, se développent dans les meilleures conditions possibles. Aussi, le 28 mai 1884, un décret institua dans chaque Moudireih une commission afin d’instruire les faits imputés aux brigands, malfaiteurs, vagabonds18 : « Art. 2 — Les cheikhs et omdehs des villages, les cheikhs des bédouins, et les nazirs des ezbehs relevant de la moudirieh sont tenus de dénoncer au président de la Commission les individus réputés être actuellement brigands, malfaiteurs, vagabonds et gens sans aveu, ainsi que les individus en rupture de ban existant dans leur districts. » Dans le cas où aucune charge ne pouvait être retenue contre le dénoncé, il était prévu (Art. 2) qu’il soit assigné à résidence dans son village sous la surveillance du cheikh.

  • 19 Tignor R., op. cit., p. 132. Il mentionne un rapport de Legrelle (qui succéda en 1888 à West au pos (...)

15Ces commissions, prévues pour six mois au départ, furent reconduites régulièrement jusqu’à leur suppression en 1889 (décret du 15 mai). Une étude plus approfondie permettrait de savoir si elles furent supprimées à cause de leur inefficacité ou parce qu’elles étaient désormais inutiles. Une autre cause, avancée par R. Tignor, est le détournement par les commissions de leur rôle initial à des fins personnelles.19 Ce vide devait cependant être comblé, et ce fut chose faite en 1891. Le titre II « des personnes suspectes » commençait en effet ainsi : « Art. 3 — Sont considérées comme personnes suspectes, outre les vagabonds : 1. Les individus qui ont été condamnés pour vol ou pour escroquerie ; (...) 3. Ceux qui, après le coucher du soleil, seront trouvés rôdant ou cachés dans les environs d’un village, d’un ezbeh, d’un faubourg, ou tout autre endroit qui donnerait lieu à des soupçons, sans que leur présence puisse être justifiée. »

  • 20 L’article 2 de la loi n° 15 du 14 juillet 1909 soumettant certains individus à la surveillance de l (...)
  • 21 Selon le schéma du Nûbar Pacha, Parliamentary Papers, « Report on the Administration, Finances, and (...)
  • 22 Parliamentary Papers, « Report on the Administration », 1896, XCVII, p. 1.005.
  • 23 Parliamentary Papers, « Report on the Administration », 1897, CII, p. 523 : « It cannot yet be said (...)
  • 24 Parliamentary Papers, « Report on the Administration », 1899, CXII, p. 991 (M. Machell vient de suc (...)

16Le vagabond était toujours, qu’il ait ou n’ait pas été déjà condamné, considéré comme un brigand potentiel, un bandit de grand chemin. C’était surtout de lui que s’occupait l’administration britannique et, lorsqu’en 1909 fut votée la nouvelle loi sur le vagabondage, le renvoi devant une commission qui pouvait assigner le vagabond à une localité déterminée fut prévu (Art. 2).20 Il avait fallu instaurer la sécurité dans les campagnes, il s’agissait à présent de la maintenir, malgré la mauvaise volonté manifestée tant par la population que par les autorités locales. De rapport en rapport, les plaintes au sujet de leur manque de coopération avaient été de plus en plus marquées, et la réorganisation du Ministère de l’Intérieur en 1894/1895, sous l’égide de M. Gorst (nommé conseiller au Ministère de l’Intérieur) pour « tenter de mettre une vieille institution au service du progrès et de la civilisation »21 n’avait semble-t-il pas changé fondamentalement les données, malgré quelques satisfecit çà et là. Les quatre années qui suivirent la réorganisation furent en effet celles d’un optimisme affiché : quasi disparition du brigandage,22meilleur comportement de la population23 et lorsqu’en 1899 le bilan de la réforme fut fait, Lord Cromer annonça que ses résultats étaient globalement positifs.24

  • 25 Parliamentary Papers, « Despatch from his Majesty’s Agent and Consul-General at Cairo, forwarding t (...)
  • 26 Parliamentary Papers, Reports by his Majesty’s Agent and Consul-General on the Finances, Administra (...)
  • 27 Parliamentary Papers, Despatch..., 1909, CV, p. 417.

17Pourtant, très vite, dès le tournant du siècle, le ton n’est plus le même et, en 1909, Sir Eldon Gorst abordait la question de l’état non satisfaisant de la sécurité publique dans les provinces.25 Il justifiait la loi de 1909 (n° 15) qui prévoyait que des mesures soient prises contre les personnes notoirement dangereuses (dont les vagabonds faisaient partie d’emblée, sans qu’elles aient au préalable été condamnées par une infraction au code pénal. « Le succès du système judiciaire européen qui a été introduit dans ce pays dépend, dans la répression du crime, de la coopération de citoyens respectueux des lois », écrivait-il. Or, cette coopération faisait apparemment défaut, et il fallait pouvoir passer outre l’étape de la plainte et du témoignage. En accord avec les propositions des classes aisées,26 des mesures de résidence obligatoire furent décidées. Il ne s’agissait pas, en théorie, d’une peine punitive (on se défendait de rétablir l’arbitraire...) : on voulait réformer. Ces mesures ne devaient revêtir aucun caractère pénal et allaient s’inspirer plutôt des colonies de travail obligatoire pour vagabonds valides, proposées à maintes reprises.27 E. Gorst concluait en espérant que non seulement « le système aurait un effet rapide et permanent dans l’amélioration de la sécurité publique dans les provinces, mais qu’également il conduirait à terme à la correction (réformation) de bien des êtres humains dont l’existence est un fléau pour eux-mêmes et leurs voisins ».

  • 28 Parliamentary Papers, Reports by...for 1909, 1910, CXII, pp. 376-377.
  • 29 Parliamentary Papers, Reports by...for 1911, 1912, CXXI, p. 668.

18Le rapport de 1910 (qui porte sur l’année 1909) donne un premier bilan28 : un recensement des personnes dangereuses à travers le pays fut établi. Sur les 12 000 noms ainsi rassemblés, 283 individus furent retenus et assignés à résidence à l’oasis de Dakhla. A ces 283, il convient d’ajouter les 500 personnes isolées à l’oasis de Kharga entre 1909 et 1911.29 Les priorités de l’administration britannique étaient claires. Elles correspondaient au désir que les provinces fussent stables. Il fallait donc supprimer cette criminalité particulière, marginale dans les statistiques mais difficile à enrayer, liée à l’errance, au vagabond armé, coutumier des infractions.

  • 30 Parliamentary Papers, Reports by...for 1912, 1913, LXXXI, p. 244.
  • 31 Parliamentary Papers, Reports by... for 1911, 1912, CXI, p. 668.
  • 32 Parliamentary Papers, Reports by... for 1905, 1906, CXXXVII, pp. 597-599, « Memorandum by Mr. Mache (...)

19L’autre criminalité, spécifique aux provinces, faite de destructions de récolte, d’empoisonnements de bétail, meurtres, agressions, n’émouvait pas les autorités pour les mêmes raisons. Attribuées à la vengeance ou à maintes causes futiles, ces « infractions ont peu de lien avec la sécurité publique, mais elles indiquent un irrespect de la loi qui doit être arrêté »30 : la répression pénale s’adressait d’abord au monde rural et entreprenait de lui inculquer le respect de la priorité privée, de rendre ses mœurs plus prudes et d’en éradiquer les modes d’expression brutaux. Cela, pensait-on, ne pourrait se faire qu’en réformant les mentalités, par l’éducation et le développement des idées civilisées31 mais également par la conciliation (en prévention) et l’augmentation de la rigueur des peines. Les données statistiques, régulières depuis 1891, s’accompagnaient donc d’un discours officiel qui prétendait en indiquer le sens et guider leur interprétation. Le mémorandum de M. Machel sur le crime en Egypte était tout à fait éloquent32 : la plus grande cause du crime, pensait-il, n’était pas sociale mais morale, directement liée à « l’extraordinaire prospérité du fellah », développant chez lui avidité et lucre ! 70 % des crimes et délits étaient dus à des querelles (sur les femmes, l’eau, la terre, etc.) et M. Machell ne fit absolument pas allusion aux villes. Aucun rapport direct n’était établi entre pauvreté et criminalité.

... puis élargies aux villes

  • 33 Parliamentary Papers, Reports by... for 1911, 1912, CXI, p. 669.
  • 34 Parliamentary Papers, Reports by... for 1920, 1921, XLII, pp. 559-560.

20Les villes n’ont pas suscité de craintes majeures, du moins pas pendant les vingt, voire les trente premières années de l’occupation. Or, la mendicité qui inquiétait était avant tout urbaine, source de tous ces petits délits, vols en tout genre, générateurs plus que les meurtres d’un sentiment d’insécurité. Les premières mentions ayant trait à la sécurité publique sur les villes du Caire et d’Alexandrie figurent dans le rapport de 1912, pour signaler qu’il n’y avait pas de vols graves.33 En 1921 le ton a changé.34 Les effectifs policiers passèrent au Caire de 2 873 officiers et hommes en 1920 à 3 361 en 1921 (plus 488), et surtout, des escadrons dirigés par des officiers britanniques furent mis en place dans le but de se spécialiser dans les crimes et délits urbains : pickpockets et cambriolages. Ces services complétaient ceux qui existaient déjà et s’occupaient des anarchistes, des enquêtes politiques, des faux monnayeurs, etc. Enfin, le problème des jeunes vagabonds était posé : leur présence dans les deux villes du Caire et d’Alexandrie devenait encombrante, « surtout dans les quartiers d’Alexandrie où se tient le commerce du coton ». Le vagabondage était perçu dans ce cas comme une entrave possible à la bonne marche des affaires.

  • 35 Raymond A., Le Caire, Fayard, Paris, 1993. L’ouvrage retrace l’histoire du Caire depuis sa création (...)

21Cependant, si cette préoccupation fut relativement tardive, ce ne fut pas sans raison. André Raymond dans une analyse sur l’évolution de la ville du Caire du début du xixe siècle, souligne ce qui selon nous explique ce changement.35 Entre 1805 et 1849, la ville changea peu et fut, à l’image du pays, marquée par une grande stabilité démographique (en raison d’une forte mortalité) puis, alors que la population du Caire avait augmenté au même rythme que l’ensemble de la population égyptienne, elle allait croître plus vite dès la première guerre mondiale.

Source : A. Raymond, op. cit.

  • 36 Raymond A., op. cit., 1993, p. 318.

22« La surpopulation rurale, écrit André Raymond,36 s’accentuait et la pression rurale devenait de plus en plus forte, provoquant un puissant mouvement d’émigration vers les villes (...). L’accroissement de la population du Caire provenait, pour plus de moitié, de cette immigration : en 1927, sur un peu plus d’un million de Cairotes, 614 000 seulement étaient nés au Caire (...). Le gonflement de la population était moins dû à l’attirance de la ville, dont l’industrialisation se développait à un rythme assez lent, (...) qu’à la surpopulation de la campagne dont le Caire contribuait à absorber le trop-plein. » La ville grandissait, se gonflait d’une population pauvre, c’est-à-dire aux revenus et au statut aléatoires. Sans doute n’était-ce pas la pauvreté, définie comme une difficulté à se nourrir, se vêtir, se loger, qui était nouvelle, mais son ampleur et le manque d’enracinement de cette population.

  • 37 Baer, op. cit., pp. 139-148.
  • 38 Ce que nous ne pouvons chiffrer avec certitude car les statistiques pénales reflètent l’activité de (...)
  • 39 Baron de Morogues, Du paupérisme, de la mendicité et des moyens d’en prévenir les funestes effets, (...)
  • 40 François-Levernay, Guide général d’Egypte, (annuaire officiel administratif, commercial et industri (...)
  • 41 Disponible à l’Observatoire urbain du Caire contemporain, CEDEJ, Le Caire.
  • 42 Les établissements charitables existaient, outre au Caire, à Alexandrie et dans d’autres villes de (...)
  • 43 L’Ecole des Frères des écoles chrétiennes au Caire, installée provisoirement depuis 1854, reçut une (...)

23Cette tendance à l’émigration des campagnes vers les villes datait de plusieurs décennies déjà,37 et n’avait cessé de s’accentuer avec la spécialisation de plus en plus grande de l’agriculture, l’endettement paysan et son cortège d’expropriations. Dans son rapport à Granville en 1883, Dufferin avait souligné les problèmes que pourrait provoquer l’endettement et avait mis en garde l’administration britannique. La stabilité pouvait à terme s’en trouver menacée. Cependant, si les crimes et délits augmentaient,38 le Caire n’était pas devenu un coupe-gorge ; nous sommes loin des cris alarmistes de la bourgeoisie parisienne du début du xixe siècle.39 Certes, l’attention envers les mendiants et plus largement les orphelins, les pauvres sans abri n’avait pas été absente. Les institutions fondées jusqu’à 1875 environ s’adressaient aussi bien aux communautés chrétiennes qu’aux musulmans, mais en général chacun s’occupait de ses pauvres,40 que l’institution soit religieuse ou laïque. Un plan de 1909-191541 nous a permis de faire un relevé, sans doute incomplet, des œuvres de charité qui existaient au Caire. Celles-ci allaient des orphelinats (Saint-Vincent de Paul, Mission américaine, Administration des waqfs...) aux hôpitaux en passant par l’Association internationale d’assistance publique, le restaurant et cuisine pour les pauvres, les différents dispensaires, l’hospice pour enfants trouvés de Lady Cromer, etc.42 Il s’agissait surtout d’initiative privées, parfois aidées par l’Etat.43

  • 44 Kolaly, Essai sur les causes de la criminalité actuelle en Egypte, thèse de doctorat, Librairie gén (...)

24Cela ne signifie pas que l’Etat était totalement absent de ce mouvement. Mais son action se concentra sur l’aspect répressif. Sa première initiative fut de créer en 1895 une école de réforme (encore appelée réformatoire ou reformatory, l’équivalent des maisons de correction) à Alexandrie pour 100 à 150 garçons. Elle eut une courte durée de vie puisqu’elle fut fermée et transférée au Caire en 1899. Seuls les enfants adolescents qui avaient été condamnés y étaient envoyés. En 1905, une nouvelle construction fut prévue pour accueillir 500 garçons et 100 filles car l’ancienne école de réforme était devenue étroite (ses effectifs étaient de 395 garçons en 1906). Le nouveau réformatoire ouvrit en 1908. Cette même année, la loi n° 2 sur les enfants vagabonds fut édictée, dont l’application restait limitée aux gouvernorats du Caire et d’Alexandrie.44 La loi indiquait (Art. 1) qu’était considéré comme enfant vagabond tout enfant de moins de 15 ans révolus qui : « 1. se livre à la mendicité sur la voie publique ou dans un lieu public ; 2. n’a ni domicile fixe ni moyen de subsistance alors que ses pères et mères sont morts ou subissent des peines restrictives de la liberté (...) ». Enfin, il était prévu (art. 2) que tout enfant vagabond soit confié à « une école de réforme ou tout autre établissement analogue désigné par le gouvernement sur une ordonnance du juge du tribunal ou du Markaz (...) ».

  • 45 Kolaly, op. cit., p. 270.
  • 46 Parliamentary Papers, Reports by... for 1920, 1921, XLII, p. 560.
  • 47 Les rapports annuels de Lord Cromer puis d’Eldon Gorst et enfin de Kitchener, ne donnent que des mo (...)

25Logiquement, parce que la loi sur les enfants vagabonds ne s’appliquait pas aux campagnes (sauf exception), la population du réformatoire provenait essentiellement du Caire et d’Alexandrie : 370 sur 457 admissions en 1924-1925.45 En 1920, il y avait 805 détenus (dont 139 filles).46 Le chiffre resta stable puisque Kolaly mentionne 756 garçons et 95 jeunes filles pour 1926. Cette stabilité ne veut pas nécessairement dire que les deux tribunaux pour enfants du Caire et d’Alexandrie étaient moins actifs, mais que faute de place ils choisissaient d’autres peines : la prison ou le fouet. D’autre part, la rotation était sans doute accélérée, la durée des séjours raccourcie, comme cela était le cas dans les prisons.47 L’effectif du réformatoire ne donne qu’une idée vague du nombre d’enfants condamnés.

  • 48 Greiss K. A., « La mendicité en Egypte et sa répression », L’Egypte contemporaine, Le Caire, 1916, (...)
  • 49 Elkaisy Mahmoud f., « The State of Public Security in Egypt in 1928 », L’Egypte contemporaine, Le C (...)
  • 50 Ajoutons à ces chiffres, les rappels à l’ordre pour non-exercice d’un métier : 4 284 en 1926, 3 572 (...)

26En ce qui concerne les adultes condamnés pour délit de vagabondage (ou de mendicité, puisque les deux étaient confondus) au titre de la loi de 1891, puis de 1909, nous avons des chiffres plus précis : 291 en 1902, 1 058 en 1908, 1 229 en 1909, 1 542 en 1913,48 8 216 en 1926, 6 235 en 1927 et enfin 6 136 en 1928.49 Les chiffres, qui ne comprennent pas les contraventions au titre de l’article 350 du code pénal, indiquent une pointe en 1926 (28 fois plus de condamnations qu’en 1902), puis un fléchissement.50 Il n’y avait pas de lieu comparable au réformatoire pour enfants qui soit destiné aux adultes condamnés pour vagabondage, et nous avons vu que depuis 1909 la peine pouvait être l’amende, la prison ou l’exil.

  • 51 Loi n° 5 du 11 juillet 1908.
  • 52 Caloyanni Mégalos, (conseiller à la cour d’appel indigène), « Etude sur le Reformatory des délinqua (...)
  • 53 Parliamentary Papers, Reports by... for 1920, 1921, XLII, p. 560.
  • 54 Nous étudions en détails l’institution qu’est l’asile dans notre travail de doctorat (en rédaction) (...)
  • 55 Nous ne prenons en compte que les patients ordinaires et non les fous criminels.
  • 56 Les données proviennent des rapports de la Lunacy Division, dont nous n’avons la série qu’à partir (...)

27Au sein du système pénitentiaire il existait pourtant depuis 190851 un réformatoire pour délinquants d’habitude. Certes, il ne s’adressait pas explicitement aux mendiants ou aux vagabonds, mais l’essentiel des détenus n’avaient « pas une profession assise (...), et il s’agissait de cochers, bateliers, âniers, marchands ambulants, des gens sans profession apparente, des portefaix, c’est-à-dire une catégorie de personnes qui vivent au jour le jour n’ayant pas véritablement un métier ou une profession proprement dite ».52 Les petits métiers ont été totalement dévalués. On retrouve tout ce monde de la ville, dont les crimes ou délits majeurs étaient le vol. C’étaient à eux que s’adressaient les brigades spéciales dont nous avons déjà parlé. Tous étaient récidivistes, et presque tous avaient commencé leur carrière avant l’âge de vingt ans. Là encore les chiffres sont stables : 700 détenus en 1912 et 661 en 1920.53 L’institution était saturée, comme l’était l’asile d’aliénés.54 autre lieu de mise à l’écart (à ceci près que pour être interné, il n’était pas nécessaire qu’il y eut une condamnation). En 1918, sur 645 admissions masculines (les femmes n’apparaissent jamais dans les statistiques sur la profession), 145 étaient « de profession inconnue », 153 fellahin, le reste était composé de marchands, artisans, servants, portiers, étudiants. Les professions libérales (professional men), employés du gouvernement, clercs représentaient ensemble 54 cas.55 Le chiffre des admissions ne cessa d’augmenter durant la période, mais c’étaient toujours les mêmes catégories qui était représentées, globalement dans les mêmes proportions avec cependant une part plus grande d’agriculteurs (appelés fellahins jusqu’en 1926) puisqu’ils sont 291 sur 955 admissions en 1929, contre 108 vagabonds, 92 « profession inconnue », etc.56 Plus du tiers des cas provenaient du Caire et d’Alexandrie. Les autres arrivaient des vingt villes ou districts de l’Egypte entière.

  • 57 Elkaisy, op. cit., p. 209.

28Cette population urbaine, au statut précaire, commençait à s’amplifier et en 1929 un projet de loi était à l’étude, car il fallait prévenir « le développement de ce danger et corriger cette catégorie de personnes pour qu’elles deviennent des membres utiles de la société ».57 Le projet prévoyait d’élargir la catégorie des vagabonds aux marchands ambulants, par exemple, car ces hommes « nous le regrettons, abondent dans les capitales des provinces, et surtout au Caire et à Alexandrie », et d’ouvrir un réformatoire réservé aux adultes vagabonds, afin qu’ils y apprissent un métier.

Conclusion

  • 58 Sami Ahmed, Director Industrial Farm School of Gebel al Asfar, « Juvenile vagrants and délinquants  (...)
  • 59 A ce sujet, voir Youssef Mohamed Delavor, Le Wakf et l’utilité de son maintien en Egypte, Paris, Ma (...)
  • 60 Citons tout de même le « Brotherhood waifs ans Strays Home, Shubra » (pour les enfants abandonnés), (...)
  • 61 Si ce n’est les tentatives de Kitchener pour réduire l’endettement paysan.

29Cette question de l’apprentissage d’un métier avait déjà été soulevée quelques années plus tôt,58 sans qu’un lien direct fut fait avec l’industrialisation du pays. En effet, quelle utilité à investir dans la formation lorsque l’on n’avait pas l’intention d’industrialiser ? Il y avait un décalage évident entre l’éthique du travail sans cesse mise en avant (par la condamnation du non-travail) et l’absence de travail. Les problèmes de la mendicité, du vagabondage, de la pauvreté, n’étaient jamais abordés dans le cadre plus large de la situation économique du pays. Donc la solution serait, pensait-on, logiquement apportée par la loi, les institutions créées par l’Etat et les initiatives privées.59 L’Etat légiférait régulièrement, donnait peu de moyens aux institutions existantes qui vivaient dans un état de pénurie chronique que ne relayait qu’épisodiquement la charité privée.60 Le gouvernement égyptien gérait la pauvreté par des actes ponctuels, le plus souvent répressifs. Il s’agissait de maintenir les pauvres dans des limites qui les laissaient inoffensifs. On ne peut pas parler de mesures sociales en ce qui concerne l’Egypte, ni de politique globale à long terme.61

  • 62 Clerget Marcel, Le Caire, étude de géographie urbaine et d’histoire économique, tome II, Imprimerie (...)

30Marcel Clerget écrivait en 193462 : « Par ailleurs, tout le monde se trouve d’accord pour reconnaître que l’hygiène et la réputation de la capitale gagneraient énormément à la disparition de la mendicité. Si de multiples aspects du Caire échappent à l’étranger de passage, l’encombrement des rues par les mendiants et les infirmes, la présence des cours de miracles frappent forcément son attention. La malpropreté, les guenilles, les plaies étalées, les comédies de gaillards frappés simplement de paresse ou dans l’impossibilité réelle de trouver un emploi constituent (...) des indices révélateurs d’une situation sociale et d’un déséquilibre très grave (...). Malgré le vote de la loi (celle qui était en projet en 1929) le scandale subsiste en 1934 et même il s’aggrave de jour en jour par suite de la misère amenée par la crise et l’augmentation trop rapide de la population. On ne peut éviter le contact et les sollicitations des aveugles et des mutilés ; on frôle d’horribles plaies et des maladies contagieuses ; des milliers de sans-travail vous harcèlent de leurs plaintes et de leurs billets de loterie. »

  • 63 Alors que, nous l’avons vu, l’emploi traversait une crise grave (paysans sans terre, faible industr (...)

31Très clairement, le problème était, dans l’esprit de l’époque, sanitaire et social. On voulait éduquer, laver, mettre au travail.63

  • 64 Nous pensons à François René de Chateaubriand, Edward Lane, W. H. Yates... A propos des voyageurs f (...)
  • 65 Les auteurs des textes que nous avons cités dans ce travail sont des fonctionnaires de l’Etat.
  • 66 Sur les changements sociaux intervenus en Egypte rurale et urbaine, voir notamment : Judith E. Tuck (...)

32Enfin, le pauvre a changé de place et sans doute est-ce cela qu’il faudrait étudier de près. Certes, les mesures prises par l’administration britannique furent très partielles, souvent lacunaires, mais à travers ces pratiques de l’exclusion se manifestèrent les transformations les plus fondamentales des structures économiques, sociales et idéologiques de l’Egypte moderne. Au début du xixe siècle des voix occidentales s’étaient élevées64 pour condamner la bienveillance populaire à l’égard de ces mendiants sales et pustuleux, qui pourtant n’encombraient pas les rues. Quelques décennies plus tard, des voix autochtones s’y sont mêlées, prenant souvent une part active à l’élaboration de la politique du gouvernement.65 Il reste à évaluer jusqu’où les bouleversements qu’a connus l’Egypte tout au long du xixe siècle et dans ce premier tiers du xxe siècle ont changé la pauvreté elle-même et l’attitude de la société à son égard.66

Notes

1 Tagher J., Clot Bey, Mémoire, imprimerie de l’IFAO, Le Caire, 1949, tome II, p. 103 : « Il y avait dans la capitale des mendiants qui spéculaient sur les sentiments charitables que l’islamisme entretient parmi ses sectateurs (...). Depuis quelques années Méhémet Aly a créé un dépôt de mendicité où sont réunis plus de quatre cents mendiants, hommes, femmes ou enfants. »

2 Napoléon créa par le décret du 5 juillet 1808 « les dépôts de mendicité ».

3 Toledano E., State and Society in Mid-Nineteeth Century Egypte, 1990, pp. 211- 212.

4 Toledano, op. cit., p. 199. Il s’agit de ceux arrêtés en infraction, sont la trace a été retrouvée dans les archives.

5 Archives nationales égyptiennes, ‘Asr Ismaïl, boîte 54, dossier n° 56/1. Lettre de Dor Bey à Barrot Bey du 16 mai 1875, puis lettre de M. Pauchard au vice-roi du 20 décembre 1875. A l’époque d’Ali Pacha Mûbarâk, la mosquée d’Ibn Tûlûn était toujours une tekeya (asile) pour les pauvres qui l’avaient dégradée en y construisant des ichachs.

6 Toledano, op. cit., p. 250.

7 Si ce n’est dans une certaine mesure au sein du ministère de l’Intérieur qui ne fut entièrement aux mains des Anglais qu’en 1894 (Nûbar Pacha finit par céder en acceptant qu’Eldon Gorst soit nommé conseiller). Une campagne de réformes sur l’administration villageoise suivit immédiatement cette nomination. A ce sujet, voir Robert Tignor, Modernisation and British Colonial Rule in Egypt, 1882-1914, Princeton University Press, 1966, pp. 180-214.

8 Rapport du comte de Dufferin au comte Granville, 6 février 1883, Recueil des documents officiels, 1883, p. 107.

9 Ibid., p. 222.

10 Baer G., Studies in the Social History of Modern Egypt, Chicago University Press, 1969, pp. 142-148.

11 Bulletin des Lois et Décrets, 1883, p. 774 sq. Egalement, Législation de Police de l’Egypte, 1894, p. 306.

12 Législation..., p. 564. Les Qisms concernés étaient : Abdin, Mûski, Azbakyia, Sayeda Zaynâb.

13 Documents officiels, 1897, pp. 207-208, 356, 467-468, 493 et 495-496. Egalement, Philippe Gélat Bey, Répertoire Général annoté de la législation et de l’administration égyptiennes, 1840-1910, 2e partie, 1905-1910, volume VI, Alexandrie, 1911, p. 75. En 1906 (11 juillet), un arrêt du gouverneur d’Alexandrie ajouta des quartiers à la liste de 1897, et quelques mois plus tard (5 mars 1907), le gouverneur du Caire prit un arrêté allant dans le même sens. Pour les détails des quartiers concernés, voir Répertoire général..., volume VI, p. 75.

14 Législation..., p. 417 ; Répertoire général..., 1ère partie, 1840-1904, volume IV, Alexandrie, 1910, p. 695 (4 titres et 24 articles).

15 Ibid. L’arrêté du 27 avril 1893 désignait Tûr et Nawaybi comme lieux d’exil.

16 Répertoire général..., volume IV, p. 698. Législation..., p. 419.

17 Répertoire général..., volume VI, pp. 555 et 238 (seulement 4 articles).

18 Parliamentary Papers, « Further Correspondance respecting the affairs of Egypt », Mr. Egerton to Earl Granville, Inclosure n° 44, 1884, LXXXIX, p. 235.

19 Tignor R., op. cit., p. 132. Il mentionne un rapport de Legrelle (qui succéda en 1888 à West au poste de procureur général auprès du Ministère de la Justice) qui fait état de l’usage de la trique sur les accusés et sur les témoins, de règlements de compte personnels, etc.

20 L’article 2 de la loi n° 15 du 14 juillet 1909 soumettant certains individus à la surveillance de la police détaille la composition de cette commission.

21 Selon le schéma du Nûbar Pacha, Parliamentary Papers, « Report on the Administration, Finances, and Conditions of Egypt and the Progress of Reforms", 1895, CIX, pp. 907-908.

22 Parliamentary Papers, « Report on the Administration », 1896, XCVII, p. 1.005.

23 Parliamentary Papers, « Report on the Administration », 1897, CII, p. 523 : « It cannot yet be said that every respectable citizen is a policeman, but some steady progress is being made in the direction of leaguing together the whole population against the criminal classes. »

24 Parliamentary Papers, « Report on the Administration », 1899, CXII, p. 991 (M. Machell vient de succéder à M. Gorst).

25 Parliamentary Papers, « Despatch from his Majesty’s Agent and Consul-General at Cairo, forwarding the Egyptian Law of July 4, 1909 for placing certain Persons under Police Supervision » (Sir E. Gorst to Sir E. Grey), 1909, CV, p. 416. Sir E. Gorst a succédé à Lord Cromer en 1907.

26 Parliamentary Papers, Reports by his Majesty’s Agent and Consul-General on the Finances, Administration, and Condition of Egypt and the Soudan in 1907, 1908, CXXV, pp. 210-211. Les propositions étaient d’exiler les indésirables des districts sur décision des autorités locales.

27 Parliamentary Papers, Despatch..., 1909, CV, p. 417.

28 Parliamentary Papers, Reports by...for 1909, 1910, CXII, pp. 376-377.

29 Parliamentary Papers, Reports by...for 1911, 1912, CXXI, p. 668.

30 Parliamentary Papers, Reports by...for 1912, 1913, LXXXI, p. 244.

31 Parliamentary Papers, Reports by... for 1911, 1912, CXI, p. 668.

32 Parliamentary Papers, Reports by... for 1905, 1906, CXXXVII, pp. 597-599, « Memorandum by Mr. Machell on Crime in Egypt ». Voir également René Maunier professeur à l’Ecole khédiviale de Droit, « Des rapports entre le progrès de la richesse et l’accroissement de la criminalité en Egypte », L’Egypte Contemporaine, 1912, tome II, pp. 27-42.

33 Parliamentary Papers, Reports by... for 1911, 1912, CXI, p. 669.

34 Parliamentary Papers, Reports by... for 1920, 1921, XLII, pp. 559-560.

35 Raymond A., Le Caire, Fayard, Paris, 1993. L’ouvrage retrace l’histoire du Caire depuis sa création jusqu’à 1992. La partie à laquelle nous nous référons est celle traitant du Caire contemporain (1798-1992).

36 Raymond A., op. cit., 1993, p. 318.

37 Baer, op. cit., pp. 139-148.

38 Ce que nous ne pouvons chiffrer avec certitude car les statistiques pénales reflètent l’activité des services qui les produisent et non pas les infractions commises. D’autre part, il faudrait mettre ces statistiques en rapport avec la hausse démographique.

39 Baron de Morogues, Du paupérisme, de la mendicité et des moyens d’en prévenir les funestes effets, 1834, cité par Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle. Hachette, Paris, 1984, p. 249 : « Eloignons le pauvre des villes où, élevé dans la fainéantise, il se pervertit dans le débauche quand il a de l’ouvrage, et où il se corrompt par la mendicité et la rapine quand il est inoccupé. »

40 François-Levernay, Guide général d’Egypte, (annuaire officiel administratif, commercial et industriel), Imprimerie Nouvelle, Alexandrie, 2e année, 1868. A titre d’exemple, citons la Société française de secours, fondée à Alexandrie en 1866, la Société de secours mutuels entre les ouvriers italiens du Caire fondée comme celle d’Alexandrie en 1867, etc. Les établissements d’enseignement privé semblent davantage échapper à cette logique communautaire.

41 Disponible à l’Observatoire urbain du Caire contemporain, CEDEJ, Le Caire.

42 Les établissements charitables existaient, outre au Caire, à Alexandrie et dans d’autres villes de provinces. Une note du Conseil des ministres du 18 avril 1915 fait état « dans la province de Siout d’un asile pour les orphelins et les enfants délaissés, dirigé par une dame américaine avec les fonds recueillis des personnes charitables ». Dar al-wathâ’iq, A/13/2.

43 L’Ecole des Frères des écoles chrétiennes au Caire, installée provisoirement depuis 1854, reçut une subvention de Saïd Pacha en 1859 pour une installation définitive. Il faudrait étudier en détail ces institutions (leurs financements, conseil d’administration, activités, appartenance communautaire ou religieuse...).

44 Kolaly, Essai sur les causes de la criminalité actuelle en Egypte, thèse de doctorat, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1929, p. 270. Les dispositions de la loi furent étendues à la ville de Port-Saïd et aux bandars de Tantah et de Mansûrah en mai 1909 et à Suez en 1920.

45 Kolaly, op. cit., p. 270.

46 Parliamentary Papers, Reports by... for 1920, 1921, XLII, p. 560.

47 Les rapports annuels de Lord Cromer puis d’Eldon Gorst et enfin de Kitchener, ne donnent que des moyennes. Nous savons par exemple qu’il y avait 6 286 prisonniers en moyenne en 1892, 6 300 en 1896, 9 256 en 1902... et 117 086 en 1920. Cela ne donne aucune idée du mouvement des entrées et sorties, excepté pour 1892 et 1896, où nous savons que 45 178 et 49 000 détenus sont passés par les prisons.

48 Greiss K. A., « La mendicité en Egypte et sa répression », L’Egypte contemporaine, Le Caire, 1916, p. 207.

49 Elkaisy Mahmoud f., « The State of Public Security in Egypt in 1928 », L’Egypte contemporaine, Le Caire, 1929, p. 208.

50 Ajoutons à ces chiffres, les rappels à l’ordre pour non-exercice d’un métier : 4 284 en 1926, 3 572 en 1927 et 3 947 en 1928.

51 Loi n° 5 du 11 juillet 1908.

52 Caloyanni Mégalos, (conseiller à la cour d’appel indigène), « Etude sur le Reformatory des délinquants d’habitude », L’Egypte Contemporaine, 1917, tome VIII, pp. 467-482, 468.

53 Parliamentary Papers, Reports by... for 1920, 1921, XLII, p. 560.

54 Nous étudions en détails l’institution qu’est l’asile dans notre travail de doctorat (en rédaction) sur la mise en place de la psychiatrie en Egypte. Il y avait deux asiles : ‘Abbâssiya, inauguré en 1895 bien qu’il soit antérieur à cette date, et Khânka, inauguré en 1912. A partir de 1912, ‘Abbâssiya reçut tous les cas masculins survenus au Caire, plus tous les patients payants de toute l’Egypte, de même que toutes les femmes et tous les criminels. Khânka recevait tous les cas masculins non payants et non criminels (exceptés ceux du Caire).

55 Nous ne prenons en compte que les patients ordinaires et non les fous criminels.

56 Les données proviennent des rapports de la Lunacy Division, dont nous n’avons la série qu’à partir de 1912 (jusqu’à 1930).

57 Elkaisy, op. cit., p. 209.

58 Sami Ahmed, Director Industrial Farm School of Gebel al Asfar, « Juvenile vagrants and délinquants », L’Egypte Contemporaine, 1923, pp. 250-272.

59 A ce sujet, voir Youssef Mohamed Delavor, Le Wakf et l’utilité de son maintien en Egypte, Paris, Marcel Vigné, 1926. L’auteur tente de démontrer que le waqf combat le paupérisme, qu’il est le seul moyen pour que des capitaux privés s’investissent enfin dans des œuvres charitables.

60 Citons tout de même le « Brotherhood waifs ans Strays Home, Shubra » (pour les enfants abandonnés), et le Liberty Asylum, fondés en 1920-1921.

61 Si ce n’est les tentatives de Kitchener pour réduire l’endettement paysan.

62 Clerget Marcel, Le Caire, étude de géographie urbaine et d’histoire économique, tome II, Imprimerie Schindler, Le Caire, 1934, p. 15 sq.

63 Alors que, nous l’avons vu, l’emploi traversait une crise grave (paysans sans terre, faible industrialisation, petits métiers d’autrefois dégradés...).

64 Nous pensons à François René de Chateaubriand, Edward Lane, W. H. Yates... A propos des voyageurs français de la première moitié du xixe siècle, voir Claudine Grossir, L’Islam des Romantiques, tome I, 1811-1840, Maisonneuve & Larose, Paris, 1984.

65 Les auteurs des textes que nous avons cités dans ce travail sont des fonctionnaires de l’Etat.

66 Sur les changements sociaux intervenus en Egypte rurale et urbaine, voir notamment : Judith E. Tucker, Women in nineteenth-century Egypt, le Caire, The American University in Cairo Press, 1986.

Table des illustrations

Légende Source : A. Raymond, op. cit.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540