Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Instaurer les partages

Réforme sociale et habitat populaire

Acteurs et formes (1848-1964)

Mercedes Volait

Texte intégral

  • 1 Le logement social est entendu ici selon la définition qu’en a donné J. P. Flamand, soit « tout log (...)
  • 2 Une quarantaine au total (dont 8 en arabe) d’après l’inventaire récemment établi par J.W. King, His (...)
  • 3 Cf. M. Clerget, Le Caire. Etude de géographie urbaine et d’histoire économique, 2 vol., Le Caire, 1 (...)
  • 4 Abu Lughod J., op. cit., p. 231.

1Qu’elle ait été appliquée aux populations rurales ou urbaines, la question du logement social1 a donné lieu en Egypte à de multiples expériences, et ce, dès la mise en place dans cette province méridionale de l’Empire ottoman de ce qu’il est convenu d’appeler l’Etat moderne. La connaissance que l’on a aujourd’hui d’une telle expérimentation est toutefois extrêmement limitée. Aux opérations de logement social, les nombreuses bibliographies de l’Egypte moderne n’accordent en effet qu’une place tout à fait marginale : on y recense moins d’une demi-douzaine de titres.2 La consultation des deux ouvrages de référence sur le Caire que constituent les études de M. Clerget et de J. Abu Lughod3 est de même décevante. Ainsi M. Clerget n’accorde-t-il pas une seule ligne à ce type d’habitat alors même qu’il se trouvait au Caire lorsque commença la construction d’un ensemble de logements ouvriers dont la presse de l’époque avait pourtant largement rendu compte. J. Abu Lughod, de son côté, ne mentionne que les réalisations postérieures à 1952 et considère qu’il n’existait pas de politique en la matière avant cette date.4

  • 5 Cf. James Steele, Hasan Fathy, Londres, 1988.
  • 6 Ilbert R., « Egypte 1900 : Habitat populaire, société coloniale », Etat, villes et mouvements socia (...)
  • 7 Id„ Héliopolis, genèse d’une ville (1905-1922), Marseille, 1982, p. 82. Sur cette réalisation, cf. (...)
  • 8 Mitchell T., Colonising Egypt, Cambridge, 1988, pp. 44-47.
  • 9 Cf. M. Volait, L’architecture moderne en Egypte et la revue Al-’imara (1939-1959), Le Caire, 1988.

2Cette assertion a pu contribuer à renforcer l’idée, largement partagée, selon laquelle la production d’habitat social coïnciderait en Egypte avec l’avènement du régime nassérien. Elle explique aussi que l’œuvre maîtresse de Hasan Fathy (le village modèle de Gurna) soit le plus souvent considérée comme postérieure à 1952, alors même qu’elle date de 1947 et s’inscrit dans la continuité des recherches techniques menées par cet architecte pour le compte de maîtres d’ouvrage institutionnels depuis 1941.5 R. Ilbert a montré que de telles préoccupations n’étaient alors nullement nouvelles puisque la construction d’habitations à faible coût avait fait l’objet de nombreux débats dès le début du xxe siècle, ne serait-ce qu’au sein du conseil municipal d’Alexandrie, et avait même conduit alors à un certain nombre de réalisations.6 On connaît aussi, toujours grâce aux travaux de R. Ilbert, le projet de « cité indigène » mis en œuvre par la société d’aménagement d’Heliopolis en 1907.7 L’ouvrage de T. Mitchell, Colonising Egypt, mentionne pour sa part des opérations plus anciennes encore, puisqu’elles remontent à 1847 et s’inscrivent dans le cadre d’un ambitieux programme de « reconstruction des villages d’Egypte », dont il sera question plus avant.8 Enfin, l’analyse du contenu de la première revue d’architecture en langue arabe publiée en Egypte à partir de 1939, al-’imara, confirme également l’importance qu’eut le logement social comme lieu privilégié de réflexion et d’intervention pour toute une génération d’architectes égyptiens.9

  • 10 Et en particulier magalla Al-handasa (1920-1935), magalla Al-muhandisin (1945- 1960) ainsi que les (...)
  • 11 Dont Annual report of the ministry of public works (1911-1934), Magalla Al-Chu’un Al-Igtima’iyya (1 (...)
  • 12 Principalement l’hebdomadaire Al-Musawwar (1925-1949).
  • 13 Cf. notamment H. M. Maged, The development and economics of low cost housing for middle class peopl (...)
  • 14 Ce programme de recherche, intitulé « De l’habitation salubre au logement de masse : l’expérimentat (...)

3Ces premières références, pour fragmentaires et succintes qu’elles soient, incitaient à poursuivre l’investigation de façon systématique, notamment par le dépouillement d’un certain nombre de sources, jusqu’à présent peu exploitées, telles que les revues professionnelles,10 les rapports annuels des services techniques de l’Etat,11 mais aussi la presse d’intérêt général12 et les travaux universitaires effectués par des ingénieurs égyptiens.13 Ce premier travail a permis d’ores et déjà de repérer plus d’une trentaine d’opérations de logement social pour la période allant de 1848 à 1964 (dont plus du tiers situées au Caire ou dans ses environs). Il a été suivi par des enquêtes de terrain, dont l’objectif était de localiser les opérations répertoriées dans les sources écrites et d’en mieux identifier les caractéristiques spatiales, que la cartographie existante (très lacunaire pour certaines époques) et les informations relevées ne permettaient pas toujours de déterminer avec précision. Des relevés des types de logement, pour lesquels la documentation graphique faisait défaut, ont été également effectués. Enfin, des entretiens non-directifs ont été conduits avec leurs occupants actuels.14 Cet ensemble de données n’a pu toutefois être encore traité de façon exhaustive. Basé sur des sources dites « secondaires » (les fonds d’archives des organismes promoteurs demeurent difficiles à localiser), il pose aussi plus de questions qu’il n’apporte de réponses. L’état d’avancement de cette recherche permet du moins de proposer des éléments de réflexion pour une périodisation de la production égyptienne de logement social, d’identifier les principales catégories de bénéficiaires visées par ces opérations et de mettre en lumière quelques caractéristiques des dispositifs spatiaux adoptés.

Repères chronologiques

4La plus ancienne réalisation identifiée remonte à 1847, date à laquelle le nouveau maître de l’Egypte, Muhammad ‘Ali, lança un programme de reconstruction des villages du Delta, pour lequel il fit appel à des experts français. Des ‘izba-s (hameaux domaniaux) modèles construits à partir de la fin du xixe siècle par les grands propriétaires fonciers, et en particulier par les membres de la famille régnante, jusqu’à la plus connue des œuvres de Hasan Fathy, en passant par le programme de « réforme de la campagne égyptienne » (islah al-rif al-misri) approuvé en 1936 par le Parlement, c’est dans ce domaine de l’habitation du paysan que les interventions, pour être les plus anciennes, furent aussi les plus nombreuses. Dans un pays qui tirait l’essentiel de ses revenus de la terre, il n’est guère surprenant que la fixation de la main-d’œuvre agricole ait durablement constitué une préoccupation dominante.

5En milieu urbain — où le choléra faisait régulièrement des ravages —, les solutions envisagées dans une perspective hygiéniste furent plus tardives. Elles y furent également, au début du moins, de moindre ampleur, bien que le problème des couches citadines défavorisées ait été posé dès 1867 — c’est à cette date du moins que fut annoncée la construction d’une importante cité ouvrière à Alexandrie, financée par le khédive Ismâ’îl. En 1883, fut en outre adoptée une législation sur « les habitations ouvrières ». Peu, voire rien, de tout cela ne trouva toutefois à se concrétiser. Il faut attendre les années 20 pour voir émerger des réponses concrètes à la question du logement à faible coût, à l’initiative notamment du gouvernement de Muhammad Mahmûd (1928-1929), puis les lendemains de la seconde guerre mondiale pour qu’une législation y engage l’Etat de façon décisive. De nombreuses réalisations d’habitat individuel en bande puis de petit collectif sont entreprises durant les années suivantes, jusqu’à l’adoption en 1962, dans le cadre de la décentralisation, du modèle des grands ensembles — modèle dominant jusqu’à aujourd’hui. Il sera ici question des réalisations antérieures à cette date, qui marquent un tournant dans la production d’habitat social.

Les khédives modernisateurs

  • 15 En 1845, la famille régnante possédait environ 280 000 hectares de terres, en grande partie agricol (...)

6Les premières expériences furent principalement le fait de deux souverains, qui s’étaient fixé comme objectif la construction d’une Egypte moderne dégagée de la tutelle ottomane. La transformation de l’espace — à l’échelle du territoire comme de la ville — en fut l’un des instruments privilégiés. La grande majorité des terres du pays appartenait d’ailleurs à l’Etat, c’est-à-dire au souverain15 : dans ce projet indépendantiste, intérêt privé et « intérêt public » (si l’on peut se permettre cet anachronisme) étaient intimement mêlés. Jusqu’en 1879, date à laquelle Ismâ’îl dut céder la quasi-totalité de ses biens pour garantir le remboursement de la Dette égyptienne, la distinction entre le domaine privé du khédive et le domaine de l’Etat fut inexistante.

  • 16 « Lorsque le chef de l’Etat fait des opérations industrielles, elles doivent toujours réussir, coût (...)
  • 17 Ses sympathies saint-simoniennes sont en effet attestées par diverses sources, cf. notamment R. Hil (...)

7Les raisons ayant conduit Muhammad ‘Ali à lancer vers la fin de son règne (1805-1848) le programme de reconstruction des villages d’Egypte demeurent obscures. T. Mitchell a voulu y voir un volet fondamental de la politique d’encadrement des populations poursuivie par le Pacha, mais c’est sans doute faire peu de cas de la coercition administrative — pour ne pas dire policière — dans laquelle était alors tenue la campagne égyptienne. D’après un témoignage contemporain, fort critique des agissements de Muhammad ‘Ali, le projet relevait aussi bien de la « spéculation », de la « politique » que de « l’humanité »16 — analyse certainement fort perspicace. La présence du médecin Antoine Clot-bey dans la commission chargée d’élaborer le plan de la maison-type suggère des motivations en partie d’ordre hygiéniste : depuis les années 1820, Clot-bey n’avait cessé d’œuvrer à l’amélioration des conditions sanitaires en Egypte. L’ingénieur chargé du tracé des nouveaux villages et du suivi des opérations sur le terrain, Joseph Pons d’Arnaud, ne semble pas de son côté avoir été indifférent aux utopies saint-simoniennes17 ; en ce sens, il n’est pas impossible que ce projet ait été un énième effet de l’aventure saint-simonienne en Egypte.

  • 18 Sur ces réalisations, cf. J.-Ph. Arnaud, « Reconstruction des villages d’Egypte », Bulletin de la S (...)
  • 19 Selon un voyageur anglais, les sentiments vis-à-vis des villages reconstruits furent mitigés, leurs (...)

8Le projet initialement commandé à cette commission était ambitieux puisqu’il s’agissait de faire reconstruire progressivement et ce « aux frais du gouvernement » (c’est-à-dire plus vraisemblablement par le biais de la corvée) l’ensemble des agglomérations rurales du pays ; le budget mis à sa disposition était de fait assez généreux. Le décès de Muhammad ‘Ali mit, semble-t-il, un terme à l’entreprise ; elle avait touché au total trois villages18 et n’était pas allée sans rencontrer quelques réticences de la part de la population concernée.19

  • 20 Jagailloux S., La Médicalisation de l’Egypte, 1798-1914, Paris, 1986, p. 234.
  • 21 Odescalchi L., Egitto antico e moderno, Milan, 1868, pp. 16-17.
  • 22 De Curel R., « Maisons ouvrières d’Egypte », Annales du génie civil, 1868, pp. 475-476.

9Les premiers projets destinés aux classes urbaines défavorisées datent, quant à eux, du règne d’Ismâ’îl (1863-1879). La modernisation du Caire et d’Alexandrie était l’un des impératifs du khédive. Il faut dire que les conditions d’hygiène prévalant en milieu urbain étaient plutôt déplorables et que les épidémies de choléra y faisaient régulièrement des ravages : celle de l’année 1865 avait été particulièrement meurtrière, causant plus de 60 000 décès.20 La croissance démographique très faible, voire quasi nulle, de l’Egypte devenait préoccupante. Suite à sa visite à l’Exposition universelle de 1867, dont toute une section avait été consacrée à diverses réalisations exemplaires d’habitat ouvrier, le khédive commanda à ses édiles un projet de cité ouvrière à édifier à la périphérie d’Alexandrie.21 Tout porte à croire que ce projet ne fut pas réalisé. En 1868, l’un des ingénieurs au service du khédive, le marseillais R. de Curel, entreprenait, pour sa part, de mettre au point un modèle de « maison ouvrière » après avoir longuement étudié les types locaux d’habitation, dont il proposait de conserver les principaux dispositifs tout en y apportant certaines améliorations.22 En 1870, le khédive chargea son médecin privé, l’allemand W. Reil, de concevoir une cité thermale à Helwan dans les environs du Caire, où l’on avait découvert quelques années auparavant des sources d’eau sulphureuse. Le tracé de la cité, conçu par Reil, obéissait à un plan en damier parfaitement régulier ; une zone y fut réservée à des habitations ouvrières, dont certaines furent construites selon le modèle mis au point par de Curel.

  • 23 C’est entre autres ce que signale l’architecte Mustafa Fahmy in Alexandrie en 1897, Alexandrie, 194 (...)

10L’expérience fut relayée par une première tentative d’intervention dans la sphère du législatif, alors qu’une nouvelle épidémie avait fait, en 1883, quelque 56 000 morts. Une réglementation fut adoptée la même année, stipulant les normes de construction auxquelles devraient désormais se conformer les futures « habitations ouvrières ». Différents indices laissent à penser que cette législation ne fut pas appliquée.23

L’action municipale

11La question de l’habitation des classes pauvres fut remise à l’ordre du jour en 1897, suite à l’enquête menée sur les taudis (‘ichach) d’Alexandrie par les services municipaux. Ce fut là d’ailleurs la première enquête d’envergure lancée en Egypte dans ce domaine. Qu’elle ait eu lieu à Alexandrie s’explique en partie par le statut exceptionnel accordé à ses services d’édilité. En 1890, une commission municipale, composée en partie d’élus et disposant d’un budget autonome, y avait été instituée. Le cas ne devait pas se reproduire de sitôt, pas avant 1949 en ce qui concerne le Caire.

  • 24 Cf. R. Ilbert, Alexandrie : espace et société (1880-1930), vol. 1, pp. 586-590.

12L’enquête donna lieu à un volumineux rapport, qui fut remis aux membres de la commission : il prévoyait la destruction progressive des taudis et leur remplacement par des logements salubres construits par la municipalité. Le vote sur le projet fut remis de séance en séance : en 1901, seule une première tranche des travaux avait été achevée — ce devait être la dernière. Une seconde opération fut approuvée en 1907 : elle fut également de faible ampleur.24

  • 25 Comme le remarque R. Tignor, British colonial rule in Egypt, 1882-1914, Princeton, 1966, p. 317.

13De ces expériences, certes encore balbutiantes, on ne trouve pas l’équivalent au Caire. Non que les autorités aient été inconscientes des foyers d’infection que représentait l’habitat insalubre en cas d’épidémie — plus du tiers des logements de la capitale entrait alors dans cette catégorie —, mais les services d’édilité étaient dispersés au sein de différentes administrations centrales, dont le Ministère des Travaux publics auquel incombait avant tout la charge d’entretenir le réseau hydrographique, de développer les routes agricoles et de construire d’importants ouvrages hydrauliques afin d’accroître les ressources agricoles du pays. Dans la gestion des affaires égyptiennes par l’occupant britannique, installé dans le pays depuis 1882, la priorité fut donc donnée à l’irrigation. L’édification d’habitations économiques tout comme l’amélioration du cadre urbain — entreprises peu rémunératrices — ne paraissent guère avoir préoccupé les nouvelles autorités. La part du budget allouée aux services du Caire demeura de fait minime ; elle suffisait à peine à entretenir et à éclairer les principales artères de la ville. En cas d’épidémie de choléra, comme ce fut le cas en 1891, les services sanitaires se bornaient à badigeonner à la chaux, voire à clore, les locaux considérés comme les plus exposés. L’hygiène tout comme l’instruction publique constituèrent ainsi des domaines délaissés par un pouvoir britannique avant tout soucieux d’assurer la prospérité matérielle du pays, ou plus exactement d’assainir rapidement ses finances publiques.25

Une philanthropie bien comprise ?

  • 26 Radwan Abu Al-Futtuh, Tarikh matba’at Bulaq, Le Caire, 1953, p. 221.
  • 27 Dont les traces sont encore visibles aujourd’hui, bien qu’une partie de la cité indigène ait été dé (...)
  • 28 Cf. à ce propos, J. Lozach et G. Hug, L’Habitat rural en Egypte, Le Caire, 1930. La genèse de ces(...)

14Les deux seules initiatives identifiées pour le début du siècle sont celles de l’Imprimerie nationale et de la Société d’aménagement des oasis d’Héliopolis. Dans les deux cas, l’objectif de ces organismes était de fournir à leurs propres ouvriers des logements corrects à des prix accessibles. Entre 1903 et 1907, l’Imprimerie nationale, organisme public dépendant du Ministère des Finances, fit ainsi construire une cinquantaine de logements pour ses employés — initiative vraisemblablement due à la personnalité de son directeur, qui était alors l’ingénieur et géographe Alfred Chélu.26 En 1911, la société d’aménagement d’Héliopolis, qui était l’une des filiales égyptiennes du groupe Empain fondée en 1905 et qui s’était vu céder par l’Etat, à des conditions financières fort avantageuses, un vaste domaine au nord-est du Caire, avait achevé la construction de quelque 200 logements destinés en priorité à son petit personnel. Une partie de ces logements était constituée d’appartements d’une ou deux pièces, disposant de sanitaires ; ils étaient situés dans de longues « bâtisses » de deux étages et étaient desservis par des coursives ouvertes. L’autre moitié de ces logements consistait en de petits cabanons comportant chacun deux pièces précédées d’une cour où étaient situés des latrines et un point d’eau ; ils étaient groupés par rangées adossées dos-à-dos au sein d’une « cité indigène » entourée de hauts murs et dans laquelle on pénétrait par une seule entrée, marquée par un imposant portail fermé la nuit.27 Par son tracé d’ensemble et l’organisation de ses habitations, cette cité, nommée ‘izba al-Bustan par ses habitants, évoque directement les dispositifs spatiaux adoptés par les grands propriétaires fonciers pour loger leur personnel agricole.28

  • 29 Cf. J. Vallet, op. cit., p. 74.

15Auteur d’une étude sur la condition ouvrière égyptienne au début du siècle, J. Vallet estimait qu’il ne fallait pas considérer cette cité comme une « entreprise philanthropique ». Selon lui, « la Société des oasis, en la construisant et l’aménageant, a eu surtout en vue l’exploitation facile d’un terrain qui ne lui avait presque rien coûté. (...) Mais l’entreprise est utile en elle-même », poursuivait-il puisque « elle assure aux ouvriers de la Société un logement à proximité de ses ateliers et permet à ceux du Caire, moyennant le coût très léger de leur transport dans le Métropolitain (ligne de tramways reliant Héliopolis au Caire), d’habiter des appartements plus sains et plus confortables que ceux du Caire. »29 Il n’en reste pas moins que de telles réalisations n’allaient pas être reproduites de sitôt.

  • 30 Cf. « Note du conseiller financier sur le budget de 1920/1921 », Journal officiel du gouvernement é (...)

16Il fallut en effet attendre l’immédiat après-guerre pour que l’amélioration des conditions d’habitat des couches urbaines les plus défavorisées reçoive un début d’attention de la part des autorités britanniques. Les années de guerre avaient vu l’arrêt total des importations, ainsi qu’une forte hausse des prix. Les matériaux n’étant plus acheminés vers l’Egypte et le fuel manquant pour les produire localement, l’activité du bâtiment avait été considérablement ralentie, pour ne pas dire entièrement arrêtée. La crise aiguë du logement qui en résulta — le déficit fut évalué à 8 000 habitations pour la seule ville du Caire — tout comme la nécessité de faire un geste après les émeutes de 1919, incita l’Etat à intervenir tout d’abord sur le plan législatif. Ainsi une loi promulguée en 1920 imposa-t-elle une limitation générale des hausses de loyer : elle fut en vigueur jusqu’en 1925. Une telle mesure s’avéra toutefois insuffisante pour les couches à bas revenus, qui avaient été sévèrement touchées par l’inflation, phénomène quasi inconnu jusque-là et qui avait été entre 1914 et 1920 de l’ordre de 300 %.30

  • 31 Cf. Annual report of the ministry of public works, 1921/1922, p. 197.
  • 32 Ibidem, 1922/1923, pp. 19-21.
  • 33 Ibidem. Dans les contrats de location, la Société prit tout de même la peine d’inclure une clause c (...)

17Le sort des employés de l’Etat attira en priorité l’attention des pouvoirs publics : il leur fut octroyé une augmentation générale de 20 % ainsi qu’une indemnité temporaire pour faire face à cette augmentation sans précédent du coût de la vie. Deux solutions concrètes furent simultanément mises à l’étude afin de leur fournir des logements à bon marché. La première consistait à ce que l’Etat intervienne directement par la mise en œuvre, sur fonds publics, de logements à loyer accessible sur des terrains appartenant aux Domaines. Un premier site fut choisi à cet effet à ‘Abbassiyya et les services d’édilité de la capitale (le Tanzim Department) furent chargés de préparer un projet de 180 logements.31 Ce projet ne fut en fin de compte pas réalisé du fait qu’il supposait une immobilisation importante de capitaux publics pour un rendement nécessairement limité.32 La seconde solution était basée sur une politique d’encouragement de l’investissement privé, par le biais de diverses mesures incitatives telles que des garanties sur les loyers et sur les taux d’intérêt des capitaux empruntés. Elle se révéla plus efficace puisqu’après avoir consulté les principales compagnies foncières et entreprises du bâtiment du Caire, l’Etat parvint durant les premiers mois de 1920 à un accord à cet égard avec la plus importante d’entre elles, la Heliopolis Oasis Company. Aux termes de cet accord, la société d’aménagement d’Héliopolis s’engageait à construire au moins 600 logements à loyer modéré fixé d’avance, selon un cahier des charges établi par le Ministère des Travaux publics, puisque ce dernier avait exigé d’avoir un droit de regard sur les types de logements à construire. Le gouvernement offrait en retour à la société de lui garantir auprès du Crédit Foncier un emprunt couvrant les deux tiers du capital nécessaire et de prendre de plus en charge, dès la fin des travaux, l’ensemble des services publics de la ville (fourniture d’eau et d’électricité, tout-à-l’égout, entretien des rues et des jardins), dont la gestion avait été jusque-là assurée par la Compagnie elle-même. Le programme de construction démarra dès août 1920 ; au total 615 logements furent construits en 4 ans au coût moyen (relativement élevé) de 765 LE par unité, dont 20 % (soit 124 logements) étaient destinés aux « ouvriers indigènes » et 20 % (soit 112) aux fonctionnaires de rang inférieur selon différents modèles architecturaux (appartements dans des ensembles de deux étages desservis par un système original d’escaliers extérieurs, petites maisons uni-familiales de deux étages disposées en bandes...). Les autres catégories de logement bénéficiaient également de loyers inférieurs au prix du marché, et devaient être mises, en priorité, à la disposition des employés de l’Etat.33

  • 34 McLean W.H., City of Alexandria town planning scheme, Le Caire, 1921, pp. 8-9.

18Tandis que la capitale s’inquiétait du sort de ses fonctionnaires, la seconde ville du pays se préoccupait au même moment de celui de ses indigents. Dès la fin de la guerre, l’attention de la municipalité d’Alexandrie fut à nouveau focalisée sur le problème des taudis (‘ichach) et des propositions à cet égard furent incluses dans le plan d’aménagement et d’extension de la ville, dont la conception avait été confiée en octobre 1918 à l’ingénieur anglais W. H. MacLean. Approuvée par la Commission municipale en juin 1921, la solution préconisée par le plan était d’attribuer, dans un premier temps, l’une des réserves foncières de la ville à l’édification — selon des modalités à définir — d’une première « colonie municipale modèle » comprenant 100 habitations individuelles où pourraient être relogés les habitants des taudis. Ces habitations se composaient d’une chambre et d’une cour et étaient groupées par rangées adossées dos-à-dos autour d’un lavoir, d’un bain et de toilettes publiques, le long de rues de 6 m de large34 : on retrouve là une nouvelle formalisation du modèle des ‘izba-s. Ce projet ne fut pas plus réalisé que celui qui avait été projeté pour le Caire par le service du Tanzim.

Les réformistes au pouvoir (1928-1929)

  • 35 Sur la formation de ce cabinet, cf. A. Marsot, Egypt’s liberal experiment, 1922- 1936, Berkeley, 19 (...)
  • 36 Titre de l’une de ses déclarations à la presse, qui furent rassemblées avec ses discours dans un re (...)
  • 37 7 sièges à celles de janvier 1924 et 28 à celles de mai 1926, pour 151 et 144 sièges respectivement (...)

19La question des logements à faible loyer fut remise à l’ordre du jour par le gouvernement de Muhammad Mahmûd, dans le cadre d’un vaste programme de travaux dans le domaine de l’hygiène publique et de l’aménagement urbain. En 1922, l’Angleterre avait en effet unilatéralement accordé à l’Egypte son indépendance, à l’issue des huit années de Protectorat. Il s’agissait là d’une indépendance certes relative en raison des quatre fameux « points réservés » ; du moins l’Egypte y gagna-t-elle l’instauration d’un régime parlementaire et la restauration de son autonomie financière. Les élections de 1924 et 1926 avaient amené au pouvoir les nationalistes du parti Wafd, qui avaient acquis une grande popularité lors des événements révolutionnaires de 1919. L’intransigeance de ce mouvement en matière de relations anglo-égyptiennes, tout comme, semble-t-il, la perte de son leader, Sa’d Zaghlûl, en 1927, contribuèrent l’année suivante à sa mise à l’écart. En juin 1928, le Palais exigea en effet la composition d’un nouveau gouvernement, ainsi que l’y autorisait une clause de la Constitution, et en confia le soin au ministre des Finances des deux précédents cabinets, Muhammad Mahmûd.35 Transfuge du Wafd devenu depuis peu chef de file d’une formation rivale, les Libéraux-Constitutionnels (al-Ahrar al-Dusturiyyin), M. Mahmûd était avant tout un partisan d’une « politique de rénovation et de réforme » (siyasa al-tagdid wa al-islah), selon ses propres termes.36 A la différence des wafdistes, qui étaient certes bien conscients de l’urgence des réformes à mettre en œuvre mais dont le souci principal avait été de se débarrasser de toute ingérence britannique, c’est donc sur les affaires intérieures qu’il entendait porter de préférence son action, quitte à employer la manière forte puisque son parti n’avait pu obtenir qu’un nombre restreint de sièges au Parlement.37

  • 38 Discours reproduit dans Al-Yad Al-Qawiyya, op. cit., pp. 89-98. Sur le programme de réformes de Muh (...)
  • 39 Al-Yad Al-Qawiyya, op. cit., p. 94.
  • 40 Ibidem, pp. 214-231, pour le discours prononcé à cette occasion par Muhammad Mahmûd, qui développai (...)
  • 41 Cf. « Construction, development and organisation of the Egyptian State Railways », Egypte contempor (...)

20Aussi sa première mesure fut-elle de suspendre pour trois ans la Constitution et le Parlement afin de neutraliser ses adversaires et d’avoir les mains libres pour mener à bien un véritable programme de réformes. Les grandes lignes en lurent présentées dès septembre 1928 dans un discours prononcé à l’occasion d’une visite officielle dans la ville de Tanta. Nombre de ses propositions concernaient plus particulièrement les questions d’hygiène en milieu rural (assèchement progressif de toutes les mares d’eau stagnante (birka-s), construction d’équipements hospitaliers dans les principaux chef-lieux et villages du pays, généralisation de l’adduction d’eau potable dans les villages).38 En milieu urbain et notamment dans la capitale, Muhammad Mahmûd se proposait en outre de construire des logements salubres (manazil sahiyya). A la différence des projets antérieurs, il annonça que ces habitations ne seraient pas érigées dans les banlieues lointaines mais en priorité dans les quartiers centraux les plus densément peuplés du Caire, tels que Sayyida Zaynab, Bulaq et Bab al-Cha’riyya, où de nombreux terrains vagues avaient été identifiés. Leur construction serait de plus entièrement financée par l’Etat. Muhammad Mahmûd considérait en effet que les politiques incitatives, pour intéressants qu’en soient les résultats, n’étaient en aucun cas suffisantes et qu’il était donc indispensable de les accompagner par une intervention directe de l’Etat. Cela ne signifiait pas qu’il excluait pour autant de prendre les mesures nécessaires pour contraindre les sociétés immobilières à bâtir des logements de ce type, mais celles-ci pourraient venir dans un second temps.39 Dans l’immédiat, il s’agissait d’intervenir sans plus tarder et cela fut d’autant plus aisé qu’un premier crédit de 60 000 LE avait été déjà ouvert à cet effet en janvier 1928 par Muhammad Mahmûd en personne, lorsqu’il était encore aux Finances. Demeuré inemployé, il fut affecté à la construction de 150 habitations comportant chacune deux logements, sur des terrains appartenant aux Domaines et situés à Sayyida Zaynab. Leur première pierre fut posée en grandes pompes par Muhammad Mahmûd lui-même le 7 mai 1929.40Au même moment, l’Administration des Chemins de fer procéda au déplacement d’une partie de ses ateliers de réparation situés à Bulaq en plein centre du Caire et envisagea de construire à proximité de leur nouvelle localisation une vaste cité destinée à ses cheminots. Le site retenu se trouvait en plein désert au nord-est du Caire, entre les villages de Abu Za’bal et de al-Manayyir, où une superficie de plus de 1 300 hectares, appartenant aux Domaines, avait été affectée à un usage industriel.41 En 1928, l’Administration des chemins de fer y obtint quelque 450 hectares et entreprit d’y construire une première tranche de 200 logements.

  • 42 Municipalité d’Alexandrie, Rapport sur la question des échèches se trouvant dans la ville d’Alexand (...)
  • 43 Ibidem. On sait, par exemple, que l’une des principales sociétés philanthropiques, l’Association de (...)

21En juillet 1928, la Municipalité d’Alexandrie déposait, pour sa part, une demande d’aide au gouvernement pour la construction d’un important programme de construction « d’immeubles ouvriers ». Il faisait suite à une enquête sociale menée par les services sanitaires de la ville entre septembre 1927 et avril 1928 dans les principaux taudis d’Alexandrie. 15 sites, situés tant à la périphérie qu’au centre, furent visités à cette occasion : on y trouvait groupées de 50 à 500 huttes en chaume et en bois suivant les endroits, alignées le long de ruelles ayant à peine 1 m de large. Au total, les enquêteurs recensèrent et inspectèrent 4 905 logis, abritant quelque 14 000 familles dans des conditions d’hygiène plutôt défectueuses : la plupart des habitations ne possédaient aucun point d’eau, pas plus que l’agglomération où elles se trouvaient. Leurs habitants devaient donc effectuer de longs trajets pour se procurer gratuitement de l’eau aux quelques bornes-fontaines non-payantes installées par la Compagnie des eaux en différents points de la ville. Les taux de mortalité infantile y étaient élevés et pouvaient atteindre 46,2 pour mille.42 « Désespérant de voir les sociétés de bienfaisance ou les philanthropes s’occuper de la réalisation d’habitations populaires »,43 les services sanitaires de la municipalité se proposèrent donc de raser ces taudis et de reloger leurs habitants dans des immeubles bon marché. Bien que des maisons individuelles aient été jugées préférables, la municipalité s’était en effet résolue à accepter un type d’habitat collectif, du fait « de la hausse des prix des terrains et la pénurie de terrains convenables ».

  • 44 Municipalité d’Alexandrie, Rapport sur la question..., op. cit.

22Le type proposé consistait en une barre de 80 m de long sur 10 m de large, ayant 8 appartements par étage. Les logements du rez-de-chaussée ouvraient directement sur la rue, ceux des deux étages supérieurs étaient desservis par une coursive extérieure, dont l’accès était commandé par un escalier central ; dispositions somme toute assez proches de ce qui avait été construit à Héliopolis au début du siècle. Chaque logement se composait de deux chambres avec des sanitaires, une cuisine ainsi qu’une « loge » possédant « une largeur suffisante afin de permettre aux habitants d’y élever leurs volailles ». Afin de pouvoir raser les 15 agglomérations enquêtées, la municipalité estima nécessaire d’édifier 211 immeubles de ce type, dont le coût fut évalué à 2 millions de LE. Elle proposa d’échelonner leur construction sur 20 ans et d’en financer pour moitié le coût. L’exemple européen fut invoqué pour obtenir une subvention gouvernementale couvrant l’autre moitié du budget prévu : « J’ai grand espoir », écrivait alors le directeur des services sanitaires, un certain Salah Hamdi, « que le gouvernement voudra bien assister la municipalité dans la mise à exécution de ce projet à l’instar des gouvernements étrangers qui ont accordé de larges subventions aux différentes municipalités qui se sont occupées de projets similaires. »44

  • 45 Marsot A., op. cit., p. 143 sq.

23A l’exception de la cité de Abu Za’bal, cet ensemble de programmes et de projets n’eut pourtant guère de suites, pour des raisons tant politiques qu’économiques. En octobre 1929, le gouvernement de Muhammad Mahmûd fut renversé, pour partie en raison d’une impopularité que sa politique « sociale » autoritaire n’avait pas été à même d’atténuer : il est vrai aussi que la durée de vie d’un cabinet n’avait jamais excédé jusque-là une dizaine de mois. Un nouveau succès écrasant aux élections de décembre 1929 ramena le Wafd au pouvoir, mais il fut balayé à peine 6 mois plus tard par un homme fort du Palais, Ismâ’îl Sidqi, dont les premières initiatives furent de dissoudre le Parlement, d’abroger la Constitution de 1923 pour la remplacer par un texte lui accordant de plus amples pouvoirs, et de promulguer une nouvelle loi électorale limitant l’accès de l’opposition wafdiste au Parlement.45 Il mit ensuite un terme à tous les programmes mis en œuvre ou projetés par le cabinet Mahmûd sous couvert des difficultés économiques consécutives à la crise de 1929, qui intervint après la période de prospérité que l’Egypte avait connue depuis 1921.

  • 46 Sur cette opération, cf. Al-Musawwar n° 300 du 11 juillet 1930 ; Aziz al-Maraghi, La Législation du (...)

24Le programme d’habitations économiques fut donc abandonné et l’opération même de Sayyida Zaynab, qui n’en représentait en principe qu’une première étape, ne fut qu’en partie réalisée. Des 300 logements prévus au départ (puisque chaque maison devait en comporter deux), seuls 60 furent construits avec des dispositions différant largement du projet initial. Le coût par logement s’en trouva considérablement augmenté — de 165 LE selon les premiers estimatifs, il passa en fin de compte à 570 LE. Les prix des loyers furent fixés en conséquence, et s’avérèrent bien trop élevés pour les catégories visées à l’origine ; le résultat fut que les logements ne trouvèrent pas preneurs en dépit même de la réduction de 40 % alors consentie par l’Etat. Ils demeurèrent inoccupés jusqu’en 1936, soit pendant près de 6 ans puisque ces 60 premiers logements avaient été achevés en 1930.46 Il en fut de même pour tous les autres programmes, qu’il s’agisse de la construction d’hôpitaux dans les provinces ou des réseaux d’adduction d’eau dans les villages. Il ne semble pas enfin que la Municipalité d’Alexandrie ait pu obtenir une réponse favorable à sa demande de subvention.

La réforme de la campagne égyptienne

  • 47 Cf. Aziz al-Maraghi, La Législation du travail..., op. cit., pour des extraits de ce discours ainsi (...)

25De façon générale, il semble que le régime Sidqi se soit révélé peu favorable aux idées réformatrices et à leurs propositions d’intervention. La question des logements salubres ne fut donc guère évoquée jusqu’en 1936. Cette date marque en revanche un important tournant. Le retour à la Constitution de 1923 avait été en effet proclamé peu avant et les négociations en cours avec l’Angleterre, qui n’avaient pu aboutir sous aucun des gouvernements précédents, se conclurent en 1936 par la signature du traité anglo-égyptien alors qu’un nouveau souverain, Fârûq, venait d’accéder au trône et qu’un nouveau cabinet wafdiste avait été formé sous la direction de Mustafa al-Nahas. En 1937, les Capitulations furent, pour leur part, abolies. Les conditions d’un climat politique plus propice à des réformes intérieures paraissaient donc être réunies. Il apparut aussi que les objectifs devraient en être profondément modifiés car l’urgence n’était pas tant de se préoccuper des conditions d’habitat des citadins, fussent-ils démunis, que d’améliorer le sort des paysans, qui avaient produit de tout temps l’essentiel des richesses nationales, mais qui étaient aussi les plus touchés par ce que l’on commençait à désigner alors comme les trois grandes plaies de l’Egypte : « la pauvreté, la maladie, l’ignorance » (al-faqar, al-marad, al-gahl). C’est ainsi que, dans le premier discours du Trône prononcé par Fârûq en mai 1936, une place de premier plan fut donnée à « l’amélioration du village égyptien » (islah al-rif al-misri).47

  • 48 Notamment dans la revue Al-muqattam, cf. Zakaria Sulayman Bayumi, Qadaya Al-Fallah Fil-Barlaman Al- (...)

26Le programme de transformation de l’habitat et de l’environnement rural prévu par le gouvernement reprenait l’ensemble des mesures et interventions préconisées de longue date par maints hygiénistes. Exposées régulièrement dans la presse, leurs propositions avaient été également évoquées à diverses reprises devant le Parlement48 et avaient même donné lieu, pour ce qui est de l’habitat, à un certain nombre d’expérimentations. La plupart d’entre elles émanaient de membres de la famille régnante — principaux exploitants agricoles du pays de par la taille démesurée de leurs domaines — et de quelques gros propriétaires fonciers, qui avaient entrepris de généraliser la construction de ‘izba-s modèles pour leurs ouvriers agricoles.

  • 49 Cf. Audebeau et V. Mosseri, Les Constructions rurales en Egypte, Le Caire, 1921.
  • 50 Nassif E., « L’Egypte est-elle surpeuplée ? », Egypte contemporaine, 1943, pp. 614-773, et loi n° 6 (...)
  • 51 Nassif E., op. cit., pp. 708-711. Sur cette réalisation, cf. également Al-Musawwar n° 526 du 9 nove (...)
  • 52 Ibid, p. 715 et Fayed Sabit, « La brique crue et la toiture en voûte vont-elles revolutionner l’arc (...)

27Le mouvement de construction de villages-modèles avait été également encouragé dès 1920 par la Société d’agriculture, institution à but non lucratif fondée en 1898, subventionnée par l’Etat, et patronnée par des membres de la famille régnante (dont les princes ‘Umar Tusun ou Kamal al-din Husayn). Elle avait ainsi publié en 1921 un traité de construction des ‘izba-s, à l’intention des exploitants agricoles, abondamment illustré d’exemples montrant ce qu’il convenait de construire sans pour autant engager de trop fortes dépenses.49 Lorsque fut promulguée en 1933 une loi soumettant l’autorisation de construire une ‘izba au respect de certaines normes d’hygiène, la Société d’Agriculture poursuivit son effort pédagogique en décidant d’édifier, à l’initiative de ‘Umar Tusun qui venait d’achever la reconstruction de l’un de ses hameaux domaniaux selon les principes les plus avancés, une « Ezbeh modèle qu’elle proposerait à l’imitation des propriétaires fonciers » sur les terrains d’expérience qu’elle possédait à Bahtim (au nord du Caire).50 Un premier village prototype fut inauguré en novembre 1934. Le coût relativement élevé de l’opération du fait de l’emploi de briques cuites et de béton armé incita la Société à rechercher des solutions moins onéreuses. A l’issue d’un voyage effectué aux Etats-Unis, le directeur de la Société revint convaincu des vertus de la brique crue, matériau couramment employé en Arizona et en Californie « où le climat ressemble beaucoup à celui de l’Egypte ».51 Enfin en 1941, la Société d’agriculture confia à un jeune professeur de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts du Caire, Hasan Fathy, le soin d’étudier les améliorations à apporter aux dispositions intérieures des maisons- modèles afin « qu’elles répondent plus parfaitement aux besoins du fellah et aux exigences de la vie rurale tout en tenant compte des prescriptions d’hygiène et de sécurité » et en conservant, bien entendu, un souci d’économie. A cette occasion, Hassan Fathy préconisa entre autres l’adoption de toitures en coupole à la place des toits plats en bois, tant pour des raisons d’esthétique que par mesure de sécurité.52Les premiers essais de toitures voûtées réalisés à Bahtim ne donnèrent pas grand résultat : voûtes et dômes s’éffondrèrent peu de temps après leur mise en œuvre. Mais cette commande, la première que recevait Hassan Fathy, incita ce dernier à poursuivre ses recherches, et à effectuer de nombreux voyages en Nubie où les techniques de construction de coupoles en brique crue étaient encore en usage. Il allait par la suite s’imposer comme le spécialiste mondial de l’habitat en terre et des toitures en forme de voûtes ou de coupoles. Ainsi son œuvre trouva-t-elle son origine, moins dans une critique du « style international moderne » comme on s’est plu à le souligner, que dans ce mouvement de « réforme de la campagne égyptienne ».

  • 53 Programme publié par S. Hasid, « Muchkila Al-Masakin Al-Rifiyya », op. cit., p. 18.

28Les éléments ne manquaient donc pas pour établir une évaluation précise du programme de reconstruction rurale annoncé. Ses principales propositions d’action, chiffrées, furent présentées en janvier 1937 et s’articulaient autour de trois grands axes : la généralisation de l’adduction d’eau et du tout-à-l’égout à tous les villages d’Egypte, le comblement des mares d’eau stagnante, le réaménagement et la reconstruction des villages. Il s’agissait là d’un programme à long terme, puisque les actions envisagées s’étalaient sur une durée de 12 à 55 ans ; leur coût total fut estimé à 71 millions de LE. Dans un premier temps (1937-1941), on se proposa d’y consacrer de 1 à 2 millions annuellement, somme portée à 2,5 millions de LE durant les années suivantes.53 Un département technique (le département des Affaires rurales) fut spécialement créé au même moment au sein du Ministère de l’Intérieur afin de mettre en œuvre le programme proposé.

  • 54 Sur la reconstruction de Barsiq, cf. E. Nassif, op. cit., pp. 704-708 et Al-Musawwar n° 824 du 26 j (...)

29En matière d’aménagement des villages, trois types d’intervention furent envisagés suivant l’état du bâti existant. Dans les cas où le bâti paraissait en assez bonne condition, seul était dressé un plan régulateur, indiquant les alignements et l’emplacement réservé à l’extension future du village. Lorsque le bâti était plus détérioré, que ce soit par simple vétusté ou suite à des incendies, un plan d’aménagement était établi comprenant le percement de nouvelles rues, l’expropriation de certaines parcelles et une extension du village. En cas de dommages plus importants (du fait de l’invasion de fourmis blanches, par exemple, qui s’attaquaient aussi bien aux habitations en terre qu’aux provisions en grains des villages), il s’agissait en revanche de reconstruire entièrement le village sinistré à une distance raisonnable de son emplacement initial : c’est ce qui fut fait par exemple à Barsiq (province de Buhayra) en 1939.54

  • 55 Cf. la notice sur le nouveau village de Al-Marg in Tawfiq ‘Abd al-Gawad, « Al-maskin Al-sahi lil-fa (...)
  • 56 Opération réalisée au cours de l’année 1943 ; cf. Al-’imara, n° 1, 1945, pp. 11-20. Yahia al-Alayli(...)

30Enfin, le département des Affaires rurales se vit également confier la tâche de concevoir l’édification de villages modèles (qarya namuzagiyya), dont un premier exemple fut effectivement réalisé en 1941 dans la périphérie du Caire, à proximité du village de al-Marg. A cette occasion furent expérimentés de nouveaux dispositifs architecturaux et systèmes constructifs, combinant salubrité et économie, et ce à l’initiative de Tawfiq ‘Abd al-Gawad, un architecte qui avait fait ses études à Liverpool et avait été affecté dès son retour en 1939 au département des Affaires rurales. Le plan-masse qu’il proposa pour ce nouveau village était plutôt novateur puisqu’il était en forme de « serpentin » avec un double réseau de circulation afin que celle des bêtes revenant des champs soit complétement séparée de celle des habitants ; l’accès aux étables se faisait donc par les passages arrière situés entre chaque rangée de maisons, tandis que les habitants accédaient à leurs maisons par des allées plus larges bordées d’arbres. Le matériau choisi pour construire les 121 maisons prévues fut la brique crue, revêtue d’un enduit particulier, dont la composition avait fait l’objet de diverses expériences avant d’être définitivement arrêtée, et qui « ressemblait à s’y méprendre au crépi en ciment ». Le nouveau village comprenait en outre un château d’eau, une mosquée, une école, un dispensaire, des commerces, un lavoir et un local administratif ; le projet au total devait coûter 11 000 LE. Des circonstances tout à fait particulières furent à l’origine de sa mise en œuvre, puisque d’une part le terrain de 6 ha sur lequel il devait être construit fut cédé gratuitement à l’Etat par un membre de la famille royale possédant un important domaine dans les environs et que, d’autre part, le village devait d’abord servir à loger provisoirement les réfugiés fuyant le littoral égyptien qui avait subi de violents bombardements durant les premiers mois de 1941, avant d’être mis à la disposition des ouvriers agricoles des domaines adjacents. A la fin de la guerre, le manque d’hôpitaux conduisit toutefois à transformer le village en centre de convalescence pour les tuberculeux.55 Si pour l’Etat, la santé allait désormais primer sur la réforme de l’habitat, l’expérience de al-Marg ne fut pas pour autant sans répercussions puisqu’elle incita des particuliers à suivre l’exemple donné par les autorités publiques, tel Yahia al-Alayli, propriétaire d’un domaine de 300 feddans dans la province de Gharbiyya, qui commanda en 1942 à l’architecte Sayyid Karim (formé quant à lui au Polytechnicum de Zurich) un projet de village-modèle pour ses ouvriers.56

  • 57 Les crédits gouvernementaux affectés à l’application de cette loi devaient être de 600 000 LE par a (...)

31Si donc ce programme d’amélioration du village égyptien put se traduire par un certain nombre de réalisations, celles-ci étaient toutefois loin de correspondre aux ambitions initiales. Il faut dire que les crédits qui y avaient été annuellement affectés étaient largement inférieurs aux prévisions puisqu’ils furent de l’ordre de 500 000 LE au lieu des 1 à 2 millions de LE demandés. L’ampleur de la tâche à accomplir et l’inévitable lenteur des réalisations dès lors que la charge technique et financière en incombait entièrement à l’administration centrale amena à envisager de nouvelles formes d’action. La loi relative à « la réforme de l’hygiène rurale », promulguée en 1942 à l’initiative du Dr ‘Abd al-Wahid al-Wakil qui militait de longue date en faveur de l’amélioration des conditions de vie des paysans, prévoyait en effet de déléguer aux autorités locales le soin d’œuvrer par elles-mêmes et en partie sur leurs propres fonds « au relèvement sanitaire général des villages ». Par cette nouvelle loi, furent mis en place dans chaque conseil provincial une « administration sanitaire » et un « service du génie », chargés de prendre le relais de l’autorité centrale en matière d’exécution des projets de transformation de l’environnement rural. Cette décentralisation de la maîtrise d’œuvre s’accompagna de celle de la décision. C’est à ces nouvelles structures qu’il reviendrait désormais de déterminer les réformes à introduire dans les villages sur la base d’un diagnostic précis de leurs carences au plan sanitaire puisque la loi stipulait également que les Conseils provinciaux devaient « procéder tout d’abord à une étude complète de l’état de tous les villages en vue de repérer les défauts existants et de proposer les réformes à y introduire ». La loi précisait enfin le type de projets pour lesquels une subvention complémentaire pourrait être demandée à l’Etat et recommandait en particulier la création d’unités sanitaires pour chaque groupe de villages rassemblant de 15 000 à 30 000 habitants.57

32Cette réorientation de la politique de réforme de la campagne égyptienne n’était pas sans relation avec le programme de création de centres sociaux ruraux, initié l’année précédente par le Ministère des Affaires sociales (créé en 1939) et au sein duquel avait été instituée une Direction du fellah (maslaha al-fallah). Conçus pour desservir une population de quelques 10 000 ruraux, l’objectif de ces centres était de « vitaliser les villages à la fois sur le plan économique, sanitaire et psychologique ». Leur personnel résidant se composait donc d’un ingénieur agronome, d’un médecin et d’une « visiteuse de santé » ; chaque centre bénéficiait également des visites régulières d’un vétérinaire, d’un pharmacien et d’instructeurs pour l’apprentissage artisanal, ces derniers étant attachés à un groupe de plusieurs centres. Offrant ainsi des services très divers, ces centres comportaient en outre une salle commune pourvue d’une bibliothèque, un laboratoire et un dispensaire, ainsi que des salles de classe, une installation de purification de l’eau, des douches publiques et enfin un terrain de 1 feddan destiné à des expériences agricoles.

  • 58 Sur ces centres sociaux ruraux, cf. H. Ayrut, Fellahs d’Egypte, Le Caire, éd. de 1952, p. 185 et Ah (...)
  • 59 Cf. Ahmed Hussein, « Social reform in Egypt with special reference to rural areas », The Muslim Wor (...)

33L’appel à la participation locale constituait l’innovation majeure de ce programme du Ministère des Affaires sociales : la création d’un centre social devait en effet venir des populations concernées et non de l’autorité centrale et celles-ci devaient contribuer pour partie à ses frais de construction par un apport en nature (matériaux et main-d’œuvre), en terrain (2 feddans) et en espèces (1 500 LE) ainsi que pour moitié aux coûts de fonctionnement. La contribution gouvernementale consistait en une subvention initiale de 6 000 LE, suivie d’une dotation annuelle de 2 500 LE. Cinq premiers centres furent ouverts en 1941, six autres furent établis en 1943, et en 1950, on en comptait 111.58 Favorablement accueilli par les paysans, ce programme constituait de l’avis de tous la meilleure réponse à apporter pour relever les conditions de vie des ruraux, qui représentaient alors près de 75 % de la population égyptienne : en 1950, les Nations Unies envisagèrent même de faire appel à des experts du Département du fellah pour introduire des programmes similaires dans d’autres Etats-membres possédant une forte composante rurale.59

  • 60 Dans la seule province de Qakiubiyya, la loi relative à la réforme de l’hygiène rurale donna lieu à (...)
  • 61 « Il n’est pas entré dans les mœurs que la paysanne fasse deux kilomètres pour laver son linge à l’ (...)

34Le plan des unités sanitaires initié en 1942 par ‘Abd al-Wahid al-Wakil dans le cadre de la loi relative à « la réforme de l’hygiène rurale » devait compléter en quelque sorte ce programme de centres sociaux. Faisant également appel aux donations locales volontaires et placées sous la tutelle des Conseils provinciaux, ces unités furent tantôt implantées en plein champ entre les quatre ou cinq villages qu’elles devaient servir ou bien dans le bourg le plus important du district. Elles comprenaient un petit hôpital, un dispensaire, une pharmacie, une installation d’eau potable alimentant des bains publics et un lavoir, ainsi que les logements de leur personnel médical (de 15 à 20 personnes selon les cas). Entre 1943 et 1950, le Ministère de l’Hygiène publique contribua à la construction de 178 unités sanitaires, ce qui représenta une dépense annuelle de l’ordre de 460 000 LE par an à raison de 18 000 LE par unité (en partie couverte par les participations locales).60 Malgré l’effort financier important consenti par l’Etat dans ce domaine, la mise en route de ces unités sanitaires n’alla pas sans difficultés : plusieurs d’entre elles demeurèrent longtemps fermées faute d’être desservies et les installations hydrothérapiques se soldèrent, quant à elles, par un échec total.61

  • 62 Les premières études furent en effet réalisées d’après les données statistiques et cartographiques (...)
  • 63 Il s’agit du Second social welfare seminar..., dont les actes ont été cités dans la note précédente (...)
  • 64 Sur ce programme de distribution des terres, qui s’accompagnait de l’attribution d’une habitation d (...)

35Dans les politiques mises en œuvre pour réformer la campagne égyptienne, l’on voit donc se dessiner une évolution allant dans le sens d’une décentralisation de la décision et de l’exécution ainsi que d’un certain changement de priorité : la santé plutôt que l’habitat. L’idée que l’assistance gouvernementale ne pouvait être efficace qu’à condition de répondre à une réelle demande locale, prête à s’y investir financièrement, fut également esquissée à cette époque. Simultanément apparut la nécessité d’une meilleure connaissance de la situation dans les villages afin de mieux apprécier la pertinence et l’efficacité des transformations à y introduire. L’approche initialement choisie par le département des Affaires rurales pour la vaste enquête conduite en 1942 fut d’abord statistique mais les limites en furent rapidement perçues ; on s’orienta alors vers des enquêtes de terrain plus approfondies, pour lesquelles le département des Affaires rurales sollicita en 1947 la collaboration d’experts américains de la Fondation Rockfeller afin d’employer les techniques de collecte des données et d’évaluation des résultats les plus avancées.62 L’idée de construire des villages modèles ne fut pas pour autant abandonnée ; en témoignent notamment les projets présentés en 1950 au congrès international organisé conjointement au Caire par les Nations Unies et le Ministère égyptien des Affaires sociales sur le thème de la prospérité rurale 63 ainsi que diverses réalisations de l’Administration des domaines telles que les huit villages construits entre 1946 et 1950 dans le cadre de la politique de distribution aux paysans sans terres de zones bonifiées — un geste qui, pour relever encore de la bienfaisance plutôt que de l’équité sociale, indiquait déjà que la plus urgente des réformes à accomplir était bien au fond celle de la répartition de la propriété foncière...64

De l’habitat ouvrier aux habitations populaires

  • 65 Cf. Al-Ahram du 12 mai 1938.
  • 66 Projet dont on ne connaît pas la date précise d’exécution mais qui fut certainement antérieur à 193 (...)
  • 67 Cf. Al-Musawwar, n°781 du 29 septembre 1939 et Husayn Muhammad Maged, op. cit., p. 83.

36Si la période postérieure à 1936 fut avant tout marquée par les programmes de réforme rurale, elle coïncida également avec la réactualisation de la question du logement ouvrier. En 1938, le conseil des ministres approuva en effet un programme de construction de logements ouvriers sur cinq ans pour lequel un premier crédit de 80 000 LE fut immédiatement débloqué.65 Les travaux furent menés bon train puisque la première cité ouvrière prévue fut achevée dès l’année suivante. Le site qui avait été choisi se trouvait à Imbaba, reprenant ainsi l’une des idées préconisées dans le cadre d’un projet de reconstruction du quartier de Bulaq mis à l’étude à la fin des années 20. Cette cité se composait de 244 habitations de plain- pied possédant deux chambres ; chacune était pourvue d’une large arrière-cour et de toutes les installations sanitaires nécessaires. Les habitations étaient groupées par blocs de 4, 6, 8 ou 12 unités et constituaient une légère variante d’un modèle mis en œuvre à Alexandrie quelques années plus tôt66 ; ces blocs étaient eux-mêmes organisés autour d’une place centrale, destinée au marché. La cité comportait en outre quelques équipements : un dispensaire, une mosquée et deux écoles. Les logements (dont le coût de construction unitaire était de 192 LE) étaient destinés en priorité aux ouvriers résidant dans le quartier de Bulaq, et devaient être mis en location à moins de 50 piastres par mois.67

  • 68 Cf. Al-Musawwar n° 871 du 20 juin 1941 et carte du Caire au 1/25 000 e, publiée en 1945.

37Cette réalisation connut un destin similaire à celui du village-modèle de al-Marg, puisque ses logements furent réquisitionnés dès juin 1941 pour accueillir les réfugiés venant d’Alexandrie avant même qu’ils aient été attribués à leurs destinataires initiaux et furent, une fois les réfugiés repartis, transformés en fin de compte... en pavillons hospitaliers affectés au traitement des maladies tropicales (mustachfa al-hummiyyat).68

  • 69 Le coût des terrains en périphérie des villes moyennes était sans comparaison avec les prix pratiqu (...)
  • 70 De par la rupture des communications internationales, ces dernières avaient dû en effet s’en remett (...)
  • 71 Gabr ‘Ali Labib, « Madina Al-’ummal bi-Mahalla Al-kubra », magalla al-muhandisin, novembre 1948, pp (...)

38La nécessité d’héberger provisoirement les réfugiés fut également à l’origine de la construction d’une vaste cité ouvrière à Mahalla al-Kubra. Ancien centre d’artisanat textile situé au cœur du Delta, dont la majorité des terres avaient été affectées de longue date à la culture du coton, Mahalla al-Kubra avait été choisie en 1927 comme lieu d’implantation des usines de la société Misr pour la filature et le tissage, la plus importante des entreprises du groupe Misr. Egalement motivé par un coût foncier moindre,69 ce choix géographique ne fut pas sans poser des problèmes de main- d’œuvre dus à l’essor spectaculaire que connut l’entreprise. Son développement fut en effet rapide et l’industrie textile étant grande consommatrice de main-d’œuvre, ses besoins en personnel triplèrent entre 1933 et 1938 ; ils ne devaient d’ailleurs cesser de s’accroître tout au long de la guerre en raison du nouveau marché fort lucratif que constituaient désormais les troupes alliées basées en Egypte.70 Or les possibilités de recrutement dans la région ne permettaient pas de répondre à une telle demande. L’usine de Mahalla al-Kubra en était donc venue à employer des ouvriers venant de localités éloignées, qui ne trouvaient à se loger sur place que dans des conditions d’extrême précarité (par rotation, par exemple, par tranches de huit heures dans une même chambre). Leur fournir des logements à proximité de l’usine devenait donc impératif mais, à la veille de la guerre, la Société considérait toujours que ses bénéfices ne lui permettaient pas de dégager des fonds suffisants pour entreprendre la construction d’une cité pour ses employés.71

  • 72 Ibidem. Au total la cité coûta 1 500 000 LE, dont moins de 10 % furent supportés par l’Etat.
  • 73 Cf. Husayn Muhammad Maged, op. cit., p. 85 pour le plan de cette nouvelle réalisation et C. Levy, T (...)
  • 74 Elles permirent de parvenir à un coût de 450 LE par maison (égout et adduction d’eau compris), cf. (...)
  • 75 Ministère des Affaires sociales, Social welfare in Egypt, Le Caire, 1950, p. 66.

39Les initiatives gouvernementales prises dès les premiers bombardements pour assurer l’accueil des réfugiés du littoral fournirent à la Société l’occasion de solliciter l’aide de l’Etat. Le 15 juillet 1941, le conseil des ministres avait en effet approuvé, outre la réquisition des logements vacants du Caire, le lancement d’un programme de construction d’habitations provisoires et avait choisi comme centres de regroupement les villes de Mahalla al-Kubra, Damanhur et Kafr al-Dawwar. Cette décision incita la Société à présenter au gouvernement un projet de cité ouvrière, assorti d’une demande d’aide correspondant à la moitié du coût de construction des logements, en proposant qu’ils soient mis à la disposition des réfugiés jusqu’à la fin de la guerre avant d’être occupés par les ouvriers de la Société. Cette proposition fut acceptée en 1941 et les services techniques de l’Etat furent chargés d’établir en collaboration avec les ingénieurs de la Société le plan-masse de la cité et l’agencement des habitations. Celles-ci furent de deux types : des blocs de deux étages contenant chacun 3 dortoirs de 50 lits pour les célibataires et des maisons de plain-pied pour les familles, disposant comme de coutume d’une cour. Le programme de la cité comprenait au total la construction de 14 blocs de dortoirs et de 556 maisons uni-familiales, dont 80 % furent immédiatement mis en chantier et bénéficièrent d’une première subvention gouvernementale de 110 000 LE. Lorsque cette tranche de travaux fut achevée en 1943, l’Etat ne jugea toutefois pas utile de continuer à soutenir financièrement le projet étant donné que les bombardements avaient cessé ainsi que les déplacements de réfugiés. Une fois l’ensemble de l’opération consignée en 1946 à la Société, celle-ci décida de poursuivre les travaux à ses propres frais en y apportant un certain nombre de modifications. Tous les blocs furent ainsi surélevés d’un étage, les 3 blocs et 120 maisons unifamiliales restant à construire furent réalisés ainsi que tous les réseaux (eau, égouts, électricité) et équipements (mosquée, commerces, écoles, dispensaire, boulangerie, cantine de 800 places, laverie munie de machines automatiques, cafés, cinéma de plein-air). Ces nouvelles constructions, dues à un architecte de formation anglaise (également diplômé de Liverpool), ‘Ali Labib Gabr, furent conçues pour s’harmoniser parfaitement avec la première tranche de la cité.72En 1947, ‘Ali Labib Gabr fut également chargé, en collaboration avec l’urbaniste ‘Ali al-Maligi Massa’ud, de formation anglaise lui aussi, de construire sur un autre site une seconde cité destinée aux cadres de l’usine, soit un millier d’ingénieurs et d’administratifs.73 La même année, une autre société du groupe Misr, établie à Kafr al-Dawwar, fit également construire une cité ouvrière, de taille toutefois plus modeste, pour laquelle elle demanda à un autre architecte de formation anglaise, Mahmûd Ryad, de rechercher des solutions moins onéreuses.74 L’exemple fut suivi par d’autres entreprises, telle que la Shell Oil Co ; en 1950, l’on denombra 23 établissements industriels ayant bâti des habitations pour l’ensemble de leur personnel.75

  • 76 Id., The Labour Department, Le Caire, 1951, p. 42. Au Caire, la moyenne des ouvriers par établissem (...)

40Toutefois, la structure industrielle égyptienne faisait encore de ces grandes concentrations de main-d’œuvre ouvrière des cas d’exception ; en 1948, 92 % des établissements industriels employaient chacun moins de 5 personnes et occupaient toutefois plus du tiers de la population ouvrière totale.76 La faible taille moyenne de ces établissements ne pouvait inciter les chefs d’entreprise à prendre en charge le logement de leur personnel. Dans la grande majorité des cas, ces locaux industriels étaient situés au cœur même des villes, ou à leur périphérie immédiate pour les usines un peu plus importantes : la main-d’œuvre requise était donc accessible sur place. Pourtant, la question du logement des travailleurs se posait à nouveau de manière aiguë en ce lendemain de guerre puisque le secteur du bâtiment avait été une nouvelle fois paralysé pendant toute la durée du conflit. Faute d’initiatives patronales, des mesures radicales d’origine gouvernementale s’imposaient.

  • 77 Cf. loi n° 121 de 1947 fixant les loyers à leur niveau de 1941 majorés d’une hausse limitée à 10 % (...)

41En 1947, le Parlement adopta ainsi deux lois ayant trait au logement : la première (loi n° 121 de 1947) prorogeait les mesures de contrôle de loyers prises durant la guerre, et la seconde (loi n° 116 de 1947) affectait des crédits supplémentaires au plan quinquennal de travaux publics du gouvernement approuvé en 1946, dont 4 620 000 LE pour la construction d’une cité ouvrière de 6 000 logements à Imbaba.77 Destinée en priorité aux ouvriers et petits employés de l’Etat travaillant dans les ateliers gouvernementaux situés à Bulaq, sur la rive opposée du Nil, la cité devait couvrir quelque 140 ha et être desservie tant par des navettes fluviales que par une ligne de tramways. En son centre, devaient être implantés tous les équipements permettant son autonomie : hôpitaux, écoles, marché, lavoirs et bains douches, cinéma, terrains de jeux pour les enfants et jardins publics. Dans la hiérarchie des voies prévue par l’auteur du projet, ‘Ali al-Maligi Massa’ud, avaient été incluses des allées piétonnières donnant accès aux logements afin d’abaisser les coûts de viabilisation. 75 % devaient être des maisons uni- familiales alignées en bande et conçues chacune sur deux étages avec une arrière- cour ; le reste des habitations consistait en du petit collectif sur deux étages également, comportant chacun deux appartements par étage.

  • 78 Massa’ud ‘Ali Al-Maligi, « Al-maskin Al-sahi min Al-nahya Al-takhtitiyya wa al-iqtisadiyya », Al-’i (...)

42Tous ces logements devaient être proposés en location. Les loyers furent établis sur la base du seul coût de construction des habitations, étant entendu que l’Etat céderait gratuitement les terrains nécessaires à l’opération et prendrait à sa charge tant les travaux de viabilisation que la construction des équipements. L’amortissement du capital investi avait été prévu sur une durée de 40 ans et il avait été enfin décidé que les frais de gestion et d’entretien de la cité, ainsi que le taux de rémunération du capital investi ne sauraient dépasser 5 % de la valeur des logements. Or, après enquête, il apparut que la population ciblée ne pouvait consacrer à se loger plus de 15 % de ses revenus mensuels et leur modicité faisait que cette somme était encore inférieure au taux minimum de recouvrement prévu. La solution préconisée par les responsables du projet fut que la différence entre la solvabilité des ménages et l’équilibre financier du projet soit prise en charge par l’Etat sous forme d’une subvention mensuelle à l’organisme aménageur (l’administration des Municipalités et Commissions locales en l’occurrence) pendant toute la durée d’amortissement de l’opération. Une première tranche de 1 106 logements sur les 6 000 prévus put être achevée sur ces bases en 1950.78

  • 79 Leur rapport fut publié en 1949 sous le titre de Machru’a li-tawfir Al-sakin lil-tabaqat Al-mahduda (...)

43Pour importante qu’elle ait été en regard des opérations antérieures, la cité de Imbaba ne pouvait constituer à elle seule une réponse suffisante aux besoins en logements et l’Etat avait donc commandé parallèlement au Ministère des Affaires sociales une étude sur les moyens à mettre en œuvre sur le long terme pour fournir des habitations aux couches de la population ayant des revenus limités. Elle fut réalisée par deux hommes de compétence, Ahmad Husayn et Mahmûd Ryad. Le premier était un haut-fonctionnaire du Ministère où il avait dirigé pendant de longues années le Département du fellah et le second, alors ingénieur en chef au Ministère des Waqfs était l’un des spécialistes du logement économique grâce à ses réalisations à Kafr al-Dawwar.79 Leur première mission était de fournir une évaluation précise des besoins au cours de la décennie à venir et à l’échelon national ; après analyse des recensements et compte tenu de la stagnation du bâtiment pendant les années de guerre, ils estimèrent à 140 000 le nombre d’unités à construire annuellement, à raison de 40 000 dans les villes et 100 000 dans les campagnes. Or seul l’Etat avait, selon eux, la capacité de mener à bien un tel programme.

  • 80 Cette constatation était basée sur les salaires ouvriers moyens, qui étaient certes passés de 2,18 (...)
  • 81 Il s’agissait là en fait de données déjà anciennes, et à peine réactualisées, qui étaient basées su (...)

44Leur raisonnement était basé sur une série de données et de calculs économiques. Les statistiques montraient en effet que la grande majorité des ménages égyptiens ne pouvait assumer des loyers supérieurs à 1 LE par mois.80 Or l’expérience montrait que le coût foncier minimum par feddan (4 200 m2) était de l’ordre de 100 LE, à quoi il fallait ajouter les frais de viabilisation (900 LE au moins par feddan) et les dépenses de construction proprement dites (pas moins de 150 LE par logement).81L’on arrivait ainsi à un total de 4 000 LE sur la base d’une densité moyenne de 20 maisons par feddan, soit 200 LE par logement, infrastructures comprises. Avec des loyers fixés à 1 LE par mois, la rémunération du capital investi était au plus de 6 % par an. Or ce taux était insuffisant pour couvrir l’intérêt du capital immobilisé, les frais d’entretien et de gestion, ainsi que l’impôt sur la propriété bâtie ; pour y parvenir, il fallait obtenir un chiffre d’au moins 8 %. L’on voyait mal quel organisme privé pourrait ainsi se permettre de travailler à perte. La conclusion s’imposait : il revenait à l’Etat de financer ou de subventionner la construction de logements à loyer modéré.

  • 82 Ministère des Affaires sociales, Social welfare in Egypt, op. cit., p. 115.
  • 83 Ibidem

45La forme la plus simple de subvention préconisée fut la cession gratuite, ou à très faible prix, des terrains des Domaines pour les opérations de logement social. Un inventaire effectué en 1943 avait d’ailleurs évalué à 18 000 feddans (7 600 hectares) la superficie des terrains vacants gérés par les administrations locales ; c’était de tels terrains qu’il faudrait utiliser en priorité.82 Le rapport reprenait également le principe de la subvention des loyers, déjà proposé pour Imbaba. Sa dernière partie envisageait enfin différents moyens permettant d’abaisser les coûts de construction, dont la normalisation des dimensions des éléments en bois (huisseries...) et en fer, de la qualité des matières premières utilisées, et des quantités de matériaux à employer selon les types de logement. Le rapport recommandait en outre de substituer autant que possible les matériaux importés par des matériaux produits localement, de réduire au minimum l’emploi du bois dans la construction et d’utiliser de préférence le mazout, plutôt que le charbon, pour la confection des briques. Il proposait enfin que les matériaux et outillages nécessaires à la construction d’habitations économiques puissent bénéficier d’exemptions fiscales et douanières, ainsi que de tarifs de transport préférentiels sur le réseau ferré. Selon A. Husayn et M. Ryad, l’application de l’ensemble de ces mesures permettrait d’abaisser le prix d’un logement de trois pièces de 600 LE — c’était là le coût moyen obtenu à Mahalla al-Kubra comme à Imbaba — à 350 LE.83

  • 84 Cf. Fédération égyptienne des Industries, « Le bâtiment et la crise du logement », Annuaire 1951/19 (...)
  • 85 A prix réduit en cas de vente ou à titre gratuit pendant 40 ans en cas de location. La loi autorisa (...)

46Suite à ce rapport, un département des Habitations populaires (maslaha al-masakin al-cha’biyya) fut créé en mars 1950 au sein du Ministère des Affaires sociales et sa direction confiée à Mahmûd Ryad. Sa première initiative fut de mettre au point une législation relative à la construction de logements sociaux avec l’aide de l’Etat, après consultation de plusieurs experts de « renommée mondiale » venus d’Amérique et d’Allemagne sur l’invitation du gouvernement égyptien. Elle fut adoptée par le Parlement en octobre 1951 sous le n° 206.84 Ses principales provisions concernaient l’aide que l’Etat s’engageait à apporter à la construction d’habitations populaires. La loi définissait tout d’abord les bénéficiaires potentiels de cette aide, à savoir les administrations locales (conseils de province, les municipalités et commissions locales, les conseils de village), les employeurs bâtissant des logements à l’intention de leur personnel, les sociétés coopératives et leurs filiales et enfin des soumissionnaires agréés au terme d’une adjudication publique ouverte par l’Etat pour la construction d’habitations à loyer modéré. Parmi les modalités de l’aide accordée, la loi prévoyait notamment l’octroi de terrains domaniaux,85 le lancement d’un emprunt public, la garantie des prêts consentis par les banques commerciales et la prise en charge par l’Etat de la différence entre le taux d’intérêt du marché et la part maximale de 2 % supportée par l’emprunteur, des exemptions fiscales partielles pour les habitations (exonération de l’impôt sur la propriété bâtie pendant 5 années) et totales pour les capitaux investis et enfin le paiement éventuel d’une allocation aux locataires permettant de couvrir la différence entre le loyer fixé en fonction de leurs revenus et le loyer correspondant à une « rente économiquement normale ». La loi ne contenait en revanche aucune restriction concernant les conditions d’accès à ces logements, si ce n’est l’impossibilité pour une même personne de se voir attribuer plus d’une habitation populaire. Elle instituait enfin l’obligation de procéder à l’établissement de plans d’occupation des sols pour toutes les villes et villages d’Egypte fixant les zones résidentielles, commerciales, industrielles et les espaces verts.

  • 86 Cf. Fédération égyptienne des Industries, « Le bâtiment et la crise du logement », Annuaire 1951/19 (...)

47La loi avait été promulguée dans l’idée de pouvoir mettre immédiatement en chantier une première tranche de 3 500 logements, dont le coût supporté par l’Etat avait été estimé à 2 millions de LE ; l’insuffisance de cette mesure eu égard aux besoins conduisit le Ministère des Affaires sociales à demander au Ministère des Finances l’émission d’un emprunt public de 10 millions de LE permettant d’étendre le champ d’application de la loi n° 206. Parallèlement, le département des Habitations populaires entreprit des recherches, en collaboration avec un architecte allemand, sur les matériaux de construction afin de parvenir à un prix de revient de 250 LE par habitation. L’une des solutions étudiées consistait à utiliser pour les huisseries et menuiseries un bois artificiel obtenu avec des déchets de canne à sucre et qui pourrait être aisément fabriqué sur place.86

  • 87 Id., Annuaire 1952/53, pp. 104-108 et Egyptian trade Index, Le Caire, 1955, p. 533 pour les activit (...)
  • 88 Ainsi que le rappela l’architecte Ahmad Rifa’t in « Machru’at Al-masakin al-cha’biyya », Al-’imara, (...)
  • 89 Outre le site de Imbaba, où une première tranche de 1 106 logements était d’ores et déjà en chantie (...)
  • 90 Cf. Ahmad Rif’at, op. cit.

48Le principal effet de cette législation fut la création en 1952 de la Société Habeco (Société égyptienne d’habitations économiques) à l’initiative d’un groupe d’industriels et d’entrepreneurs égyptiens, dont l’objectif était de commercialiser en Egypte des éléments préfabriqués en béton armé vibré, d’après un procédé mis au point en 1928 sous le nom de « procédé Mopin », dont la Société avait obtenu la concession pour tout le Moyen-Orient.87 Les règlements d’exécution de la loi ne purent être en revanche promulgués avant le changement de régime intervenu en juillet 1952. Les mesures préconisées par Ahmad Husayn et Mahmûd Ryad ainsi que les provisions de la loi de 1951 devaient toutefois constituer la base du programme de construction de logements économiques annoncé en septembre 1953 par les nouvelles autorités88 ; il se traduisit par la mise en chantier dès mars 1954 de quelque 4 000 « habitations populaires » réparties dans 3 différents sites du Caire qui avaient été réservés à cet effet aux lendemains de la guerre.89 Toutes furent offertes en accession à la propriété, alors que l’on avait considéré jusque-là que le régime de la location était de loin préférable. Enfin ces habitations n’étaient pas destinés en priorité aux petits employés de l’Etat mais à toute personne pouvant justifier d’un revenu compris entre 10 et 25 LE par mois. Enfin la maîtrise d’ouvrage et d’œuvre de ces premiers 4 000 logements fut confiée à une Société créée à cet effet (Chirka al-ta’mir wa al-masakin al-cha’biyya), dont 20 % du capital nominal était détenu par l’Etat et le reste par différentes institutions financières : elle fut autorisée à émettre des obligations ayant un minimum garanti de 4 %.90 Sur le plan architectural et urbanistique, cette triple opération était basée sur les modèles de logements (maison unifamiliale en duplex) et les modes de groupement conçus par Ali al-Maligi Massa’ud et Mahmûd Ryad.

  • 91 Garzouzi E., Old Ills and new remedies in Egypt, Le Caire, 1958, p. 67 sq.

49En 1955, cette société se vit confier la mise en œuvre d’un grand ensemble de quelque 1 000 appartements en 46 blocs, le premier en son genre à être construit au Caire. Plusieurs autres municipalités (celle d’Alexandrie, Port-Saïd, Qina...) firent par la suite appel à la société pour des entreprises similaires, ainsi que différents organismes publics pour le logement de leurs ouvriers, telle l’Administration des Chemins de fer, la Compagnie du fer et de l’acier ou la société de produits chimiques Kima. Au 31 décembre 1956, le montant des projets pour lesquels elle avait reçu commande s’élevait à 7 millions de LE. Les financements dont elle disposait incluaient le capital initial souscrit, une avance de la Banque centrale de 2,5 millions de LE, les ressources propres que constituaient les versements d’accession à la propriété pour les logements achevés (850 000 LE) ainsi que des emprunts contractés auprès de la Caisse d’épargne postale ou la Caisse d’assurance et de prévoyance à des taux avantageux de 3 et 4 % par an. Or le tout atteignait à peine 4 millions de LE. Moins de quatre ans après sa fondation, la Société fut placée devant l’alternative suivante : ou bien arrêter son activité de construction sur fonds propres ou bien continuer à s’endetter tout en sachant que ses seules recettes pouvaient à peine couvrir les remboursements à effectuer.91

  • 92 Sur les dix premières années d’activité de cette Société, cf Al-iskan, volume 7 du Mash Al-Igtima’i (...)

50La nature des entreprises qu’elle mena à partir de de 1960 laisse à penser qu’une solution intermédiaire avait été trouvée. La Société continua en effet à construire sur fonds propres mais les catégories auxquelles elle destina ses logements furent revues à la hausse. La clientèle désormais ciblée fut celle des classes moyennes et non plus celle des classes défavorisées. De cette nouvelle orientation, l’ensemble dit des 1 000 logements (Alf maskin) fournit une bonne illustration. Construit à partir de 1964 dans la banlieue nord-est du Caire, cet ensemble conserva pour partie les dispositifs spatiaux adoptés jusque-là (maisons individuelles en bande par rangées adossées dos-à-dos), mais les normes en furent plus généreuses et les versements d’accession à la propriété considérablement plus élevés. La Société orienta également son activité vers d’autres secteurs plus rémunérateurs, telle la construction hôtelière. En 1962, son carnet de commande incluait en effet l’édification de cinq hôtels de luxe pour l’Organisme public du tourisme. Ses statuts furent modifiés en conséquence en 1964 : dès lors, rien ne l’obligea plus à limiter son activité à la construction d’habitations populaires ou ouvrières.92

51La responsabilité de construire des logements pour les couches de la population aux revenus limités avait été entre-temps transférée aux gouvernorats, sous la tutelle de l’Organisme public de la construction et de l’aménagement (al-mu’assasa al-’amma lil-iskan wa al-ta’mir), créé en 1961. Ce furent désormais de grands ensembles de barres, aux qualités de finition particulièrement médiocres, qui furent édifiés. La première de ces opérations, comprenant 146 blocs, fut celle de ‘Ayn al-Sira au Caire, suivie par celle du quartier al-Amiriyya. De nombreux ensembles de ce type leur succédèrent. Le modèle d’habitat individuel fut définitivement abandonné.

52S’il faut créditer le pouvoir nassérien d’avoir accéléré, au cours de ses premières années d’existence, la réalisation de logements sociaux, force est de constater qu’une telle politique n’était alors nullement nouvelle mais s’inscrivait dans une longue série d’initiatives, d’études et d’expériences qui, pour avoir généralement connu d’importants délais de mise en œuvre, n’en avaient pas moins constitué autant de jalons décisifs. S’il reprit des projets élaborés de longue date, le nouveau pouvoir y apporta en revanche certaines modifications ayant trait au régime d’occupation des logements (l’accession à la propriété plutôt que le locatif) ou aux catégories de bénéficiaires (les citoyens modestes plutôt que les petits fonctionnaires de l’Etat) : il serait intéressant d’identifier les justifications données à ces changements d’option.

53Du point de vue architectural et urbanistique, il faut souligner la prégnance des modèles mis au point au début du siècle puis dans les années 20 par la Société d’aménagement d’Héliopolis : la plupart des réalisations ultérieures constituent d’une certaine manière des variantes des types expérimentés à Héliopolis, qu’il s’agisse du nouveau ( ?) type de ‘izba proposé pour la cité indigène, du type à coursive édifié en 1910 comme en 1921 ou encore du modèle d’habitat individuel sur deux étages disposé en bande. Les types héliopolitains (si l’on excepte la cité indigène) faisant eux-mêmes référence aux modèles anglais (les types balcony access et terraced housing), de telles analogies s’expliquent-elles par un emprunt direct et systématique à la tradition anglaise, ou bien par le rôle que put jouer Héliopolis comme premier introducteur de ces modèles en Egypte ?

54Enfin, l’étude des principaux promoteurs, concepteurs et opérateurs des politiques publiques d’habitat économique en Egypte pourrait vraisemblablement constituer une piste de recherche tout à fait riche permettant de mieux cerner les caractéristiques de l’expérimentation égyptienne dans ce domaine. L’on peut d’ores et déjà observer qu’au cours du xixe siècle, il s’agit principalement, du point de vue technique, d’experts européens, et en particulier français. A partir des années 20, l’on voit cependant émerger une expertise technique locale, constituée d’ingénieurs, d’architectes et de médecins. L’exportation de l’expérience égyptienne via les organismes internationaux (cf. la demande, évoquée supra, des Nations Unies à propos des centres sociaux ruraux) et après la seconde guerre mondiale dans les pays de la région (Proche-Orient et péninsule arabique) est un indice de la professionnalisation alors acquise. On sait, pour ce qui est des architectes et des ingénieurs, qu’ils étaient en règle générale de formation anglaise, et que l’on comptait parmi eux nombre d’anciens élèves de la fameuse filière de Civic design instituée en 1909 à Liverpool. Dans quelle mesure une telle formation fut-elle déterminante ? Les formations et carrières d’un ‘Abd al-Wahid al-Wakil et d’un Ahmad Husayn, qui demeurent encore tout à fait obscures, méritent de même d’être étudiées en profondeur. Enfin le rôle (et l’identification précise) des consultants étrangers (américains, allemands...), auxquels on sait que le gouvernement égyptien fit appel, reste également entièrement à étudier.

Notes

1 Le logement social est entendu ici selon la définition qu’en a donné J. P. Flamand, soit « tout logement qui a bénéficié pour sa réalisation du concours législatif et financier de l’Etat, et qui est destiné à recevoir dans des conditions normales les couches les moins favorisées de la population » ; cf. J. P. Flamand, Loger le peuple : essai sur l’histoire du logement social, Paris, 1989, p. 11.

2 Une quarantaine au total (dont 8 en arabe) d’après l’inventaire récemment établi par J.W. King, Historical dictionary of Egypt, Londres, 1984, pp. 713-716.

3 Cf. M. Clerget, Le Caire. Etude de géographie urbaine et d’histoire économique, 2 vol., Le Caire, 1934 et J. Abu-Lughod, Cairo. The 1001 years of the city victorious, Princeton, 1971.

4 Abu Lughod J., op. cit., p. 231.

5 Cf. James Steele, Hasan Fathy, Londres, 1988.

6 Ilbert R., « Egypte 1900 : Habitat populaire, société coloniale », Etat, villes et mouvements sociaux au Maghreb et au Moyen-Orient, K. Brown (éd.), Paris, 1989, pp. 266-282.

7 Id„ Héliopolis, genèse d’une ville (1905-1922), Marseille, 1982, p. 82. Sur cette réalisation, cf. également J. Vallet, Contribution à l’étude des ouvriers de la grande industrie au Caire, Valence, 1911, pp. 72-74.

8 Mitchell T., Colonising Egypt, Cambridge, 1988, pp. 44-47.

9 Cf. M. Volait, L’architecture moderne en Egypte et la revue Al-’imara (1939-1959), Le Caire, 1988.

10 Et en particulier magalla Al-handasa (1920-1935), magalla Al-muhandisin (1945- 1960) ainsi que les actes des « congrès techniques arabes » (1945-1962).

11 Dont Annual report of the ministry of public works (1911-1934), Magalla Al-Chu’un Al-Igtima’iyya (1939-1942), Magalla Sikak Al-Hadidiyya (1932-1949).

12 Principalement l’hebdomadaire Al-Musawwar (1925-1949).

13 Cf. notamment H. M. Maged, The development and economics of low cost housing for middle class people in Egypt, M.A. Thesis, Bartlett School of Architecture, Londres, 1953.

14 Ce programme de recherche, intitulé « De l’habitation salubre au logement de masse : l’expérimentation égyptienne en matière d’habitat économique et social », a bénéficié du soutien financier du BRA (MELT), ainsi que du CEDEJ (Programme « Le Caire contemporain ») et de l’IREMAM. Il n’aurait pu être mené à bien sans l’aide précieuse que m’ont successivement apportée L. Kohler et R. Sinoquet.

15 En 1845, la famille régnante possédait environ 280 000 hectares de terres, en grande partie agricoles ; en 1878, les domaines d’Ismâ’îl, qui accumula un patrimoine de loin supérieur à celui de ses prédécesseurs ou même successeurs, et des membres de sa famille, couvraient une superficie de 370 000 hectares ; cf. G. Baer, A history of landownership in modem Egypt, 1800-1950, Oxford, 1962, pp. 39-41.

16 « Lorsque le chef de l’Etat fait des opérations industrielles, elles doivent toujours réussir, coûte que coûte à la nation ! » écrit en outre en 1847 cet observateur anonyme dans Le Magasin pittoresque, vol. 15, 1847, p. 83.

17 Ses sympathies saint-simoniennes sont en effet attestées par diverses sources, cf. notamment R. Hill, A biographical dictionary of the Sudan, Londres, 1867, bien qu’on ne trouve aucune mention de cet ingénieur dans l’ouvrage de Ph. Régnier, Les Saint-simoniens en Egypte (1833-1851), Le Caire, 1989.

18 Sur ces réalisations, cf. J.-Ph. Arnaud, « Reconstruction des villages d’Egypte », Bulletin de la Société de Géographie, 1848, pp. 278-281 et E. Jomard, « Note sur la reconstruction des villages d’Egypte », Bulletin de la société d’encouragement pour l’industrie nationale, vol. 48, février 1849, pp. 70-72.

19 Selon un voyageur anglais, les sentiments vis-à-vis des villages reconstruits furent mitigés, leurs habitants craignant par dessus tout que ce ne fusse là qu’une manœuvre habile pour leur extorquer des impôts supplémentaires ; cf. B. Saint-John, Village life in Egypt, Londres, 1853, vol. 1, p. 76.

20 Jagailloux S., La Médicalisation de l’Egypte, 1798-1914, Paris, 1986, p. 234.

21 Odescalchi L., Egitto antico e moderno, Milan, 1868, pp. 16-17.

22 De Curel R., « Maisons ouvrières d’Egypte », Annales du génie civil, 1868, pp. 475-476.

23 C’est entre autres ce que signale l’architecte Mustafa Fahmy in Alexandrie en 1897, Alexandrie, 1947, p. 20.

24 Cf. R. Ilbert, Alexandrie : espace et société (1880-1930), vol. 1, pp. 586-590.

25 Comme le remarque R. Tignor, British colonial rule in Egypt, 1882-1914, Princeton, 1966, p. 317.

26 Radwan Abu Al-Futtuh, Tarikh matba’at Bulaq, Le Caire, 1953, p. 221.

27 Dont les traces sont encore visibles aujourd’hui, bien qu’une partie de la cité indigène ait été détruite dans les années 60.

28 Cf. à ce propos, J. Lozach et G. Hug, L’Habitat rural en Egypte, Le Caire, 1930. La genèse de ces ‘izba-s régulières reste encore très mal connue : datent-elles de la fin du xixe siècle ou bien d’une période ultérieure ? Auquel cas la cité indigène d’Héliopolis pourrait bien avoir été particulièrement novatrice.

29 Cf. J. Vallet, op. cit., p. 74.

30 Cf. « Note du conseiller financier sur le budget de 1920/1921 », Journal officiel du gouvernement égyptien, n° 29 du 1er avril 1920, pp. 2-8.

31 Cf. Annual report of the ministry of public works, 1921/1922, p. 197.

32 Ibidem, 1922/1923, pp. 19-21.

33 Ibidem. Dans les contrats de location, la Société prit tout de même la peine d’inclure une clause concernant la vente éventuelle de ces logements. Ainsi y était-il précisé que « sur la demande de la Société, le preneur est tenu de laisser visiter les lieux loués aux acheteurs éventuels et il est entendu entre les parties qu’en cas de vente à quelque moment que ce soit par la Société des lieux présentement loués, le présent contrat sera résilié si bon semble à la Société et le preneur devra consigner les lieux loués après un préavis de deux mois » ; cf. Contrat de location du n°4, rue Bilbis, consulté au cours d’enquêtes de terrain effectuées en janvier 1991.

34 McLean W.H., City of Alexandria town planning scheme, Le Caire, 1921, pp. 8-9.

35 Sur la formation de ce cabinet, cf. A. Marsot, Egypt’s liberal experiment, 1922- 1936, Berkeley, 1977, pp. 111-117.

36 Titre de l’une de ses déclarations à la presse, qui furent rassemblées avec ses discours dans un recueil intitulé Al-yad Al-qawiyya, Alexandrie, 1929 (p. 197 pour cette citation). Cet ouvrage parut simultanément en anglais sous le titre de The iron grip et en français sous celui, plus évocateur encore, de La dictature libératrice...

37 7 sièges à celles de janvier 1924 et 28 à celles de mai 1926, pour 151 et 144 sièges respectivement détenus par le Wafd ; cf. A. Marsot, op. cit., pp. 69 et 89.

38 Discours reproduit dans Al-Yad Al-Qawiyya, op. cit., pp. 89-98. Sur le programme de réformes de Muhammad Mahmûd, cf. également Yunan Labib Rizk, Tarikh Al-Wizarat Al-Misriyya, Le Caire, 1975, p. 329.

39 Al-Yad Al-Qawiyya, op. cit., p. 94.

40 Ibidem, pp. 214-231, pour le discours prononcé à cette occasion par Muhammad Mahmûd, qui développait à nouveau les réformes à entreprendre.

41 Cf. « Construction, development and organisation of the Egyptian State Railways », Egypte contemporaine, 1933, pp. 87-138 et sur la question de la délimitation des zones industrielles évoquées dès 1925, Egypte industrielle, janvier 1926, p. 81.

42 Municipalité d’Alexandrie, Rapport sur la question des échèches se trouvant dans la ville d’Alexandrie, Alexandrie, 1928.

43 Ibidem. On sait, par exemple, que l’une des principales sociétés philanthropiques, l’Association de bienfaisance musulmane, ne fut guère active dans ce domaine bien qu’elle ait envisagé un moment de s’y investir ; cf. Hilmi Ahmad Chalabi, Fusul Min Tarikh Haraka Al-Islah Al-Igtima’i Fi Misr, Le Caire, 1988.

44 Municipalité d’Alexandrie, Rapport sur la question..., op. cit.

45 Marsot A., op. cit., p. 143 sq.

46 Sur cette opération, cf. Al-Musawwar n° 300 du 11 juillet 1930 ; Aziz al-Maraghi, La Législation du travail en Egypte, Paris, 1937 et H.M. Maged, op. cit., p. 81.

47 Cf. Aziz al-Maraghi, La Législation du travail..., op. cit., pour des extraits de ce discours ainsi que l’étude de l’architecte Sami Hasid consacrée à la réforme rurale, réalisée en vue de l’obtention en 1942 de l’un des premiers masters délivrés par l’Ecole polytechnique, et dont un réumé fut publié dans Magalla Al-Muhandisin, novembre 1945, pp. 15-30 sous le titre « Muchkila Al-Masakin Al-Rifiyya Fi Misr ».

48 Notamment dans la revue Al-muqattam, cf. Zakaria Sulayman Bayumi, Qadaya Al-Fallah Fil-Barlaman Al-Misri (1924-1936), Le Caire, 1987, pp. 125-133. En 1926, le journal Al-Siyasa, organe des Libéraux-Constitutionnels, avait pour sa part organisé un concours architectural portant sur une habitation paysanne modèle, dont le projet lauréat donna lieu à la construction d’un prototype présenté à la première Foire agricole et industrielle du Caire, qui se tint cette même année ; cf. Al-Musawwar, n°74 du 12 mars 1926. La question de la réforme de la campagne égyptienne aurait été discutée en particulier au cours de la session parlementaire de novembre-décembre 1927 ; cf. J. Lozach et G. Hug, L’Habitat rural en Egypte, Le Caire, 1930, p. 39 - ouvrage réalisé à partir des données collectées au cours d’une vaste enquête sur l’habitat rural conduite en 1927 et 1928 par la Société égyptienne de géographie.

49 Cf. Audebeau et V. Mosseri, Les Constructions rurales en Egypte, Le Caire, 1921.

50 Nassif E., « L’Egypte est-elle surpeuplée ? », Egypte contemporaine, 1943, pp. 614-773, et loi n° 69 de 1933 relative aux Ezbehs, Journal officiel n° 62 du 10 juillet 1933. Sur cette réalisation de ‘Umar Tusun, cf. Muhammad Husayn Sulayman, Handasa Al-Mabani Wa Al-’lzab, Le Caire, 1947, pp. 226-232.

51 Nassif E., op. cit., pp. 708-711. Sur cette réalisation, cf. également Al-Musawwar n° 526 du 9 novembre 1934 ainsi que A. Little, Preliminary report on Egyptian village housing, building materials and methods of construction to the Administrator of the Technical cooperation administration, Cambridge (USA), avril 1952, pp. 28- 29 et Louis ‘Atta allah Philippe, « Islah Al-qarya bi-tanzim Al-imtidad Al-’umrani li-masakiniha », Al-’lmara, n° 5/6, 1947, pp. 74-86.

52 Ibid, p. 715 et Fayed Sabit, « La brique crue et la toiture en voûte vont-elles revolutionner l’architecture paysanne en Egypte ? », L’Annuaire du bâtiment, Alexandrie, 1948, pp. 20-21. L’on pensait alors en effet que la coupole empêcherait « l’entreposage traditionnel sur le toit du bois mort et de la paille, cause de fréquents incendies ». Hasan Fathi et E. Nassif furent à l’origine de la création en 1946 d’une association intitulée « Comité technique pour l’amélioration de la condition du fellah », à laquelle appartenait entre autres l’architecte Ramses Wissa Wassef ; cf. Fayed Sabit, op. cit. On peut s’étonner toutefois qu’il ait été nécessaire d’aller rechercher outre-Atlantique l’idée d’utiliser la brique crue, matériau employé de tout temps en Egypte.

53 Programme publié par S. Hasid, « Muchkila Al-Masakin Al-Rifiyya », op. cit., p. 18.

54 Sur la reconstruction de Barsiq, cf. E. Nassif, op. cit., pp. 704-708 et Al-Musawwar n° 824 du 26 juillet 1940 et n° 832 du 20 septembre 1940.

55 Cf. la notice sur le nouveau village de Al-Marg in Tawfiq ‘Abd al-Gawad, « Al-maskin Al-sahi lil-fallah wa handasa Al-qarya Al-gadida », Al-’Imara, n° 5/6, 1947, pp. 44-57. Le projet fut réalisé tel que prévu, hormis quelques modifications mineures apportées au plan-masse et au nombre de logements (106 effectivement construits, d’après le décompte effectué sur le terrain).

56 Opération réalisée au cours de l’année 1943 ; cf. Al-’imara, n° 1, 1945, pp. 11-20. Yahia al-Alayli présidant par ailleurs la Société du Wadi Kum Umbo, qui avait entrepris la mise en culture de quelques 30 000 hectares de terrains arides en Haute- Egypte, Sayyid Karim fut par la suite chargé de concevoir une cité pour y loger l’ensemble de son personnel ; cf. Sayyid Karim, « Madina Faruq Al-Awwal fi Wadi Kum Umbu », Al-’Imara, n° 6/7/8, 1949 pp. 23-26.

57 Les crédits gouvernementaux affectés à l’application de cette loi devaient être de 600 000 LE par an, cf. loi n° 46 du 10 août 1942 relative à la réforme de l’hygiène rurale, Bulletin des Décrets et lois, 1942. Ce premier pas en direction d’une autonomie accrue des administrations locales fut suivi en 1944 par la promulgation d’un nouveau règlement organique (loi n° 145) qui unifia le statut des instances locales (la distinction entre commissions municipales, locales et conseils de villages fut donc supprimée), redéfinit leurs responsabilités, ressources financières, modes d’élection et relation avec le gouvernement central et leur octroya des pouvoirs plus étendus ; cf. H. F. Alderfer & al., Local government in the UAR, Le Caire, 1964, passim.

58 Sur ces centres sociaux ruraux, cf. H. Ayrut, Fellahs d’Egypte, Le Caire, éd. de 1952, p. 185 et Ahmed Hussein, « Rural social centres in Egypt », The bulletin of the Egyptian Education Bureau, n° 45, mai-juin 1950, pp. 6-10, ainsi que « Social welfare in Egypt », Asian Review, n° 177, vol 49, janvier 1953, pp. 50-57.

59 Cf. Ahmed Hussein, « Social reform in Egypt with special reference to rural areas », The Muslim World, janvier 1954, pp. 12-19.

60 Dans la seule province de Qakiubiyya, la loi relative à la réforme de l’hygiène rurale donna lieu à la collecte de 92 000 LE et à la cession de 40 feddans de terrains privés pour la construction d’unités sanitaires ; cf. Muhammad Amin Hilmy, « Pratical essentials for Health and Hygiene in village planning », Second social welfare seminar for arab states of the Middle East, Ministère des Affaires sociales, Le Caire, 1950, pp. 341-350.

61 « Il n’est pas entré dans les mœurs que la paysanne fasse deux kilomètres pour laver son linge à l’eau propre ou se laver elle-même sous la douche... » note non sans humour H. Ayrut, op. cit., p. 105 à propos de ces unités sanitaires.

62 Les premières études furent en effet réalisées d’après les données statistiques et cartographiques fournies par le service du cadastre ; cf. Sami Hassid, op. cit. Sur les nouvelles méthodes introduites en Egypte par les ingénieurs sanitaires de la Fondation Rockfeller ; cf. M. Agamieh, « The rehabilitation of the sanitary conditions in an egyptian village through sanitary survey and appraisal of housing conditions », Second social welfare seminar for arab states of the Middle East, Ministère des Affaires sociales, Le Caire, 1950, pp. 332-340.

63 Il s’agit du Second social welfare seminar..., dont les actes ont été cités dans la note précédente et dont les principales sessions avaient porté sur l’aménagement des villages.

64 Sur ce programme de distribution des terres, qui s’accompagnait de l’attribution d’une habitation dans les villages modèles construits dans ce cadre ; cf. Commercial relations and exports Department, Economic and commercial conditions in Egypt, by A.N. Cumberbatch, Londres, octobre 1951, pp. 71-72 et Mustafa ‘Abbud, « Tatwir manzil Al-fallah », Al-’Imara, n° 1/2, 1948, pp. 13-17 ainsi que Ibrahim Nagib, « Mabani Al-qarya wa bayt Al-fallah », Al-’Imara, n° 1/2, 1953, pp. 40-48.

65 Cf. Al-Ahram du 12 mai 1938.

66 Projet dont on ne connaît pas la date précise d’exécution mais qui fut certainement antérieur à 1937 puisqu’il apparaît sur le cadastre au 1/500 ème, publié à cette date.

67 Cf. Al-Musawwar, n°781 du 29 septembre 1939 et Husayn Muhammad Maged, op. cit., p. 83.

68 Cf. Al-Musawwar n° 871 du 20 juin 1941 et carte du Caire au 1/25 000 e, publiée en 1945.

69 Le coût des terrains en périphérie des villes moyennes était sans comparaison avec les prix pratiqués dans les environs du Caire et d’Alexandrie. Le fort morcellement des sols à proximité des grands centres urbains rendait de plus extrêmement aléatoire l’acquisition de superficies importantes (l’usine de Mahalla couvrait d’ores et déjà en 1945 quelque 76 hectares). Il n’est pas non plus impossible que des considérations politiques soient également rentrées en ligne de compte dans ce choix d’implantation : l’action politique étant plus développée dans la capitale, il pouvait paraître utile d’en éloigner les ouvriers ; cf. William Carson, « The social history of an egyptian factory », Middle East Journal, vol. 11, n° 4, 1957, pp. 361-370.

70 De par la rupture des communications internationales, ces dernières avaient dû en effet s’en remettre aux industries locales pour assurer leur approvisionnement ; cf. R. Tignor, Egyptian textiles and british capital, 1930-1956, Le Caire, 1989, p. 48 sq.

71 Gabr ‘Ali Labib, « Madina Al-’ummal bi-Mahalla Al-kubra », magalla al-muhandisin, novembre 1948, pp. 36-39.

72 Ibidem. Au total la cité coûta 1 500 000 LE, dont moins de 10 % furent supportés par l’Etat.

73 Cf. Husayn Muhammad Maged, op. cit., p. 85 pour le plan de cette nouvelle réalisation et C. Levy, The stock exchange year-book of Egypt, Le Caire, 1948, p. 493 pour le personnel employé par l’usine.

74 Elles permirent de parvenir à un coût de 450 LE par maison (égout et adduction d’eau compris), cf. Mahmûd Ryad, « Masakin Al-’ummal », magalla Al-muhandisin, novembre 1947, pp. 14-20, tandis que le coût unitaire des habitations de Mahalla al-Kubra était de 650 LE en moyenne ; cf. A. Little, Preliminary report on village housing..., op. cit., p. 23.

75 Ministère des Affaires sociales, Social welfare in Egypt, Le Caire, 1950, p. 66.

76 Id., The Labour Department, Le Caire, 1951, p. 42. Au Caire, la moyenne des ouvriers par établissement était un peu plus élevée (8 personnes par établissement). Elle était, au même moment, de 20 personnes à Londres ; cf. Mahmûd Ryad, « Tahdid Al-manatiq Al-sana’iyya wa incha’ masakin Al-’ummal », Al-’imara, n° 2/3, 1945 pp. 14-18.

77 Cf. loi n° 121 de 1947 fixant les loyers à leur niveau de 1941 majorés d’une hausse limitée à 10 % pour les loyers inférieurs à 4 LE par mois (soit la grande majorité) alors que le coût de la vie avait été multiplié par trois au cours des années de guerre (indices 108 en 1939 et 290 en 1945) ; J.W. Taylor, Department of Overseas Trade, Economic and commercial conditions in Egypt, Londres, novembre 1947. Sur la loi n° 116, a. n. Cumberbatch, Commercial relations and exports Department, Economic and commercial conditions in Egypt, Londres, octobre 1951, p. 89.

78 Massa’ud ‘Ali Al-Maligi, « Al-maskin Al-sahi min Al-nahya Al-takhtitiyya wa al-iqtisadiyya », Al-’imara, n° 5/6, 1947, pp. 17-35. Ces logements furent attribués en priorité aux ouvriers de l’Imprimerie nationale et de l’Arsenal de l’Etat, puis aux agents de rang inférieur des services du Tanzim, des Bâtiments de l’Etat et du Cadastre ; cf. ‘Abd Al-Rahman Zaki, Mawsu’a madina Al-Qahira, Le Caire, 1969, p. 283.

79 Leur rapport fut publié en 1949 sous le titre de Machru’a li-tawfir Al-sakin lil-tabaqat Al-mahduda Al-dakhl fi misr. Le Caire, 77 p. Il ne m’a pas été donné jusqu’à présent de pouvoir le consulter étant donné qu’aucune copie n’a pu en être localisée. Bien que catalogué dans le fichier de Dâr al-kutub, l’ouvrage est donné comme manquant en rayon et aucune autre bibliothèque du Caire ne semble en posséder d’exemplaire. Mes recherches se sont avérées tout aussi infructueuses dans les bibliothèques françaises et anglaises. Un résumé de ce rapport a été cependant publié in Ministère des Affaires sociales, Social welfare in Egypt, op. cit., pp. 113-116, ce qui permet d’avoir un premier aperçu de son contenu.

80 Cette constatation était basée sur les salaires ouvriers moyens, qui étaient certes passés de 2,18 LE par mois en 1936 à 5,84 LE en 1949 mais dont l’augmentation avait été inférieure à celle du coût de la vie durant la même période ; cf. Ministère des Affaires sociales, Social welfare in Egypt, op. cit., p. 113 et ld., The Labour Department, Le Caire, 1951, p. 42.

81 Il s’agissait là en fait de données déjà anciennes, et à peine réactualisées, qui étaient basées sur les estimations faites par Mahmûd Ryad dans le cadre de son projet de cité ouvrière à Abu Za’bal présenté à un concours organisé en 1934 par l’Administration des Chemins de fer ; cf. Mahmûd Ryad, « Takhtit Al-manatiq al-sana’iyya wa incha’ masakin Al-’ummal », Al-’imara, n° 2/3, 1945 pp. 14-18.

82 Ministère des Affaires sociales, Social welfare in Egypt, op. cit., p. 115.

83 Ibidem

84 Cf. Fédération égyptienne des Industries, « Le bâtiment et la crise du logement », Annuaire 1951/1952, Le Caire, 1952, pp. 104-107 et pp. 270-273 pour la version française du texte de la loi, publiée en arabe dans le Journal officiel du 20 octobre 1951.

85 A prix réduit en cas de vente ou à titre gratuit pendant 40 ans en cas de location. La loi autorisait également d’affecter le produit de la vente de terrains domaniaux « dont la valeur est trop élevée pour convenir aux besoins de la loi » à l’achat de terrains de valeur inférieure et d’accorder l’expropriation de droit pour la construction d’habitations populaires sur les terrains appartenant à des particuliers ; Ibidem, pp. 104-107.

86 Cf. Fédération égyptienne des Industries, « Le bâtiment et la crise du logement », Annuaire 1951/1952, Le Caire, 1952, pp. 104-107.

87 Id., Annuaire 1952/53, pp. 104-108 et Egyptian trade Index, Le Caire, 1955, p. 533 pour les activités de cette Société. Un rapport britannique indique que le gouvernement égyptien avait de fait envisagé en 1951 d’acquérir un nombre important de maisons préfabriquées bien que, de l’avis de son auteur, les modèles européens de ce type aient été tout sauf appropriés au pays ; cf. Commercial relations and exports Department, Economic and commercial conditions in Egypt, by A.N. Cumberbatch, Londres, octobre 1951, p. 91.

88 Ainsi que le rappela l’architecte Ahmad Rifa’t in « Machru’at Al-masakin al-cha’biyya », Al-’imara, n° 7/8, 1953/54, pp. 77-82.

89 Outre le site de Imbaba, où une première tranche de 1 106 logements était d’ores et déjà en chantier, le conseil des ministres avait également approuvé en 1949 l’affectation à la construction de logements économiques pour les fonctionnaires de deux autres sites localisés respectivement à Helwan (à l’emplacement préconisé par le rapport sur la délimitation des zones industrielles de 1938) et à Hilmiyya Al-Zaytun ; cf. Tawfiq ‘Abd al-Gawad, « Muchkila Al-masakin fi misr wa ‘alagiha », Al-’imara, n° 6/7/8, 1949, pp. 71-84. C’est sur ces trois terrains que furent précisément construites les premières habitations populaires du régime nassérien, selon 3 modèles dont l’un reprenait le modèle conçu par Mahmûd Ryad à Kafr al-Dawwar.

90 Cf. Ahmad Rif’at, op. cit.

91 Garzouzi E., Old Ills and new remedies in Egypt, Le Caire, 1958, p. 67 sq.

92 Sur les dix premières années d’activité de cette Société, cf Al-iskan, volume 7 du Mash Al-Igtima’i Al-chamal lil-mugtama’ Al-misri (1952-1981), CNRSC (éd.), Le Caire, 1987, pp. 270-303.

Auteur

CNRS, URBAMA

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540