Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Instaurer les partages

Modèles et vecteurs de la réforme

Le libéralisme des notables

Robert Ilbert

Texte intégral

L’expert et le politique

1A Alexandrie, au début des années 1900, on voulut ouvrir la corniche en direction d’Ibrahimieh. Il fallut se rendre immédiatement à l’évidence : on devait se lancer dans d’importantes expropriations et repenser tout le système de drainage de cette partie nouvelle de la ville. Aucun collecteur n’avait été prévu et l’on venait de laisser s’installer à Chatby le nouvel hôpital du gouvernement avec, signalait un rapport d’expertise, « par dessus la route qui longe le rivage une conduite soutenue par des chevalets où s’écoulent à ciel ouvert — et au risque de souiller les passants — les eaux sales de l’hôpital ». Mais on dut vite reconnaître que ces travaux ne suffiraient pas. Si l’on parvenait à exproprier, encore fallait-il disposer immédiatement du terrain avant que les occupants ne reviennent s’installer. La pression était en effet telle que tout espace libre était immédiatement réoccupé. Il fallait donc construire simultanément des cités ouvrières, dites indigènes, déplacer la population, prévoir un minimum de services.

Intervenir sur l’espace, même à des fins immédiatement techniques, c’est intervenir sur l’ensemble du corps social.

2Les ingénieurs chargés de l’opération de la Corniche ne pensaient pas en termes politiques, ils agissaient en experts, comme les premiers techniciens appointés en 1865 par la Commission du commerce d’exportation. Ceux-ci étaient chargés de faire en sorte que les charettes embourbées pendant les jours de pluie entre les entrepôts et le port puissent circuler normalement : ils en avaient été conduits à prêcher la création d’une municipalité capable de lever des impôts. Comme eux, les médecins appelés à lutter contre la peste puis la variole ou la tuberculose avaient demandé des mesures d’urgence. Ils avaient cherché à généraliser les vaccinations, le badigeonnage des bidonvilles et la séparation des habitats populaires d’avec les autres. Leur problème était extrêmement simple : le taux de mortalité à Alexandrie, au début du xxe siècle, était formidablement élevé. Entre 33 et 37 pour mille, avec des pointes à plus de 42, quand il aurait dû se situer autour de 13. En 1903, la peste faisait encore 55 morts, et 47 en 1921. Il fallait donc agir, ne serait-ce que pour mettre à l’abri ceux qui pouvaient, après quelques investissements, se protéger des épidémies. Et la meilleure protection était l’isolement.

La ségrégation spatiale, à Alexandrie comme à Paris ou Londres prend son origine dans une peur qui n’est pas celle des révolutions mais celle des contagions.

3Pour ne pas mourir dans une épidémie, il fallait faire en sorte que la mort frappât moins facilement. Si les experts (médecins, hygiénistes, ingénieurs) en arrivaient à exiger des transformations essentielles dans l’ordre politique, c’était d’abord pour répondre à une série de besoins tout à fait concrets. En cela, ils ne se comportaient pas différemment de leurs homologues de France ou de Grande-Bretagne. A peine développaient-ils un discours de légitimation plus fortement ancré dans la « mission civilisatrice » ou dans le « progrès ». On connaît bien ces discours. Ils étaient, sur le fond, identiques à ceux que tenaient à Paris ou à Londres n’importe quel ingénieur et médecin. Ils étaient même considérés avec intérêt par leurs collègues d’Europe. Dans les congrès internationaux, les médecins et ingénieurs du Caire ou d’Alexandrie, comme ceux de Bombay ou de Calcutta, tenaient une grande place : on les y écoutaient avec intérêt. Ils étaient confrontés à des situations extrêmes et leur expérience servait de référence. Plus influents qu’ils ne pouvaient l’être en Europe, les techniciens avaient fait de l’Egypte une sorte de laboratoire pour les réalisations européennes. Ils conduisaient la réforme des mœurs et des modes de vie plus directement qu’ils ne pouvaient le faire en Europe.

En effet, la place donnée aux politiques était plus circonscrite. La colonisation laissait libre le champ de l’action quotidienne. Les experts y trouvaient leur compte. Les politiques, eux, luttaient pour le pouvoir. Mais ils ne l’avaient pas.

4Il faut attendre les années 20 pour que les experts rencontrent les politiques dans un même but : celui d’imposer au pays des réformes radicales. Jusqu’à la révolution et à l’affirmation de l’Egypte libérale, politiques et techniciens ont développé, du moins apparemment, des discours distincts voire opposés. Ce qui ne veut pas dire absence de réforme.

Réforme et politique

5La réforme sociale, pour autant que cette expression désigne autre chose que le mouvement organisé autour de quelques architectes dans les années 30, se détermine par cette relation ambiguë entre politiques et experts. Le mouvement de la « Réforme sociale » a été l’expression de ce que l’on appelait dans les années 10 le mouvement de l’Egypte nouvelle. Il s’agissait, pour des hommes formés à la technique moderne (qui n’était occidentale que par son origine), de conduire la généralisation des réformes indispensables au bon fonctionnement d’une société tournée vers l’échange et la croissance économique. Conscients des limites d’une action restreinte au domaine technique, poussés par la rareté des élites dans l’arène politique, ils ont tenté, des années durant, d’imposer leur vision propre du changement social : une mutation ancrée dans un remodelage radical des relations villes-campagnes avec pour horizon la transformation des modes de vie. Ils ont évidemment échoué : leur mouvement a pris forme au moment où les politiques prenaient en main l’avenir du pays, où la fracture qui avait caractérisé le xixe siècle disparaissait.

Par « réforme sociale », nous définirons donc un champ à la fois plus large chronologiquement et plus réduit socialement. Cette expression nous semble en effet définir l’effort mené par ceux qui sont intervenus dans le champ social pour l’adapter aux exigences d’une société en mouvement, avant l’organisation des grands mouvements politiques.

6Pour prendre toute sa force, cette définition doit être encore précisée. La Réforme sociale permet de distinguer, de façon sinon exacte du moins pratique, les Réformistes — héritiers de la Nahda, intellectuels et militants — des hommes qui affrontaient la gestion immédiate du quotidien en tentant d’intervenir sur lui. Plus précisément encore, cette définition renvoie à une donnée essentielle de l’ensemble du xixe siècle : la dichotomie entre utopie politique et mouvement social.

7En Egypte comme en Europe, l’accélération du changement social et la révolution industrielle ont entraîné au xixe siècle la naissance de la politique en même temps que celle de l’expertise technique. D’Occident en Orient, le politique s’est d’abord inscrit comme utopie d’action sociale tandis que naissait l’expertise chargée de l’intervention directe sur le réel. Si de nombreux techniciens ont senti la nécessité de l’action politique, ils se sont toutefois situés, le plus souvent, sur un terrain pratique. Cette dichotomie est fondamentale pour comprendre l’histoire du xixe siècle européen ; elle explique le fait que politique révolutionnaire et réformisme social ne coïncident pas toujours. Elle explique, plus fondamentalement encore, deux évolutions essentielles et opposées dans l’histoire du monde. D’un côté, les Etats-Unis d’Amérique dont l’utopie est d’abord technicienne et dont le débat politique n’est que l’expression des divergences autour d’un objectif commun : l’accroissement du bien-être (le débat politique se situant aux Etats-Unis aux marges de la vie sociale et l’Etat idéal étant un Etat minimum). De l’autre, la Russie, emportée aux débuts du xxe siècle par l’utopie marxiste. Il a fallu l’effondrement du bloc de l’Est pour que les anciens socialistes polonais ou russes fassent du capitalisme une utopie sociale et politique. Il ne l’a jamais été.

8Au xixe siècle donc, et en Egypte comme en France, les utopies politiques, cristallisées sur les problèmes sociaux mais tentant de les résoudre en termes d’action publique, sont indépendantes des utopies et des théories d’intervention sociale. Cela explique, entre parenthèses, l’importance du catholicisme social, de Lacordaire ou de Montalembert, qui, plus que Cabet ou Proudhon, influencèrent l’évolution sociale. En Egypte, cette évolution est bien connue. D’un côté, des hommes de l’art et des bourgeois — notables —, décidés à rendre leur ville habitable ou à faciliter la croissance de leurs productions, de l’autre, des intellectuels conscients de la nécessité d’intervenir dans le champ nouveau qu’était la politique. Ces derniers, souvent ulemas d’origine, se sont imposés comme les Réformistes.

9Pourquoi les premiers seuls sont-ils aujourd’hui pris en compte ? Parce qu’à la fin du xixe siècle, les deux mouvements se sont partout rencontrés. Les utopies politiques ont le plus souvent perdu de leur force tandis que les réformistes sociaux devaient admettre la nécessité du combat public. La jonction de ces deux éléments a permis la naissance de la démocratie en Europe. Elle a permis à l’Egypte de vivre son ère libérale.

Tanzimât et réforme

10L’histoire politique moderne de l’Egypte débute entre 1907 et 1922, entre la création des premiers mouvements nationaux et la révolution qui devait conduire la jeune monarchie à déclarer son indépendance au moins formelle.

11Cela ne signifie pas que toute action politique ait été absente auparavant. Ni le mouvement urabiste ni même les tentatives d’organisation conduites sous l’impulsion de Muhammad ‘Ali ne peuvent être ignorés. Toutefois, les périodes khédiviale et coloniale se caractérisent d’abord par le vide qui caractérise la scène centrale. Depuis l’imposition du régime khédivial, le pouvoir et ses attributs directs sont tenus par la famille khédiviale et ses alliés. Les ministres, pour leur part, sont d’abord des fonctionnaires. On devient ministre comme on devient aujourd’hui directeur général de ministère. Nubar Pacha en est le modèle. Premier ministre il est au sommet de la hiérarchie administrative. Ce n’est pas un homme politique, c’est un habile grand commis de l’Etat. Les autres, comme ‘Ali Mubârak, ont eu des carrières comparables de hauts fonctionnaires. Produits des écoles techniques, ils ne raisonnent pas en termes de pouvoir direct ou de prise de pouvoir. Ils raisonnent en gestionnaires. Quant au vice-roi lui-même, il se comporte le plus souvent comme un « marchand en chef ». Les négociants anglais d’Alexandrie parlaient du vice-roi Ismâ’îl comme d’un « concurrent doté de canons ».

12La politique anglaise va accentuer ce vide central. La politique anglaise est, en effet, celle d’une gestion indirecte. Elle laisse place aux intermédiaires locaux et réduit le rôle du pouvoir central à un simple appareil symbolique. Il y a un « vide colonial » que ne remplissent pas les dizaines d’administrateurs britanniques envoyés dans les ministères. Mais ce vide n’est pas non plus rempli par ceux qui parlent et écrivent. Même la création du corps législatif ne parvient pas à susciter un forum, une agora, où puissent germer les mécanismes du politique. Ni l’armée, ni la religion, ni même la fonction publique ne constituent les piliers sur lesquels peut s’appuyer la légitimité.

Cette notion de vide colonial est essentielle. Elle peut expliquer à la fois la force des autonomies locales, dont Alexandrie est un symbole, et la faiblesse des discours réformistes qui ne peuvent trouver aucun relais.

13On a cru voir dans les Tanzimât le lieu de naissance de la revendication politique. C’est sans doute le contraire qu’il faut y chercher. Du Hatt-i-Cherif de Gulhane au Hatt-i-Humayun, le discours ottoman est celui de la réorganisation (tanzim) et non celui de l’action nationale. Les commentant, Nubar Pacha salue en ces décrets impériaux l’égalité donnée aux minoritaires. Mais il s’agit seulement d’insister sur les possibilités nouvelles ainsi offertes et sur la fin d’une humiliation historique. L’empire finissant cherche un dernier souffle, mais il est loin de pouvoir susciter une dynamique nationale. Plutôt que de multiplier les analyses répétitives des professions de foi diverses alors proférées, on ferait mieux d’étudier la réception des Tanzimât en Egypte. On aurait probablement la surprise d’y découvrir l’appui donné aux réformes initiées par des techniciens, européens ou formés dans les grandes écoles techniques, qui cherchent à moderniser le pays et, par ailleurs, à réaliser de substantiels profits.

14Car le vide colonial n’est pas synonyme d’immobilisme. Contrairement au discours dominant aujourd’hui, on ne doit pas sous-estimer l’impact des réformes entreprises sous couvert de blocage politique. Il ne viendrait à l’idée de personne de nier la force de pression que représente l’impérialisme. Toutefois celui-ci n’est certainement pas une idéologie. C’est la simple force en action. Comme le capitalisme n’est pas une fin en soi, l’impérialisme permet l’autonomie du champ économique sans affirmation d’une fin ultime. Interdisant l’expression du politique, il libère celui de l’action individuelle et facilite toutes les autonomies.

C’est donc au contraire dans cette période de vide colonial que se développent les vecteurs sociaux de la Réforme et que s’accentue, en Egypte plus nettement qu’en Europe, le fossé entre utopistes politiques et experts ou techniciens.

15L’Egypte est alors entrée, bon gré mal gré, dans l’ère du mouvement, social comme économique. Et il faut gérer ce mouvement. En développant la culture du coton comme l’irrigation ou l’industrie, les dirigeants de l’Egypte savaient évidemment qu’il fallait contrôler les effets induits : mutation des sociétés rurales, évolution brutale des villes. Il fallait gérer ce mouvement social. Et la logique du système amenait les techniciens à assumer cette charge. Ils n’étaient simplement pas seuls. Les techniciens étaient portés par une série de vecteurs, en particulier les notables urbains qui, en voyant exclusivement leur intérêt personnel, n’en étaient pas moins contraints de réguler les tensions et les inégalités.

L’originalité du processus de réforme tient dans cette alliance entre techniciens et notables.

La force des notables

16Que se passe-t-il pendant que s’impose le contrôle colonial ? Une inversion tout à fait essentielle du système économique. L’Egypte entre dans le champ économique mondial, elle devient l’un des premiers producteurs au monde de coton et même, durant les deux ans de la guerre de Sécession, le premier. Le système monétaire s’impose dans toutes les campagnes et les deux villes du pays, le Caire et Alexandrie, connaissent une croissance absolument nouvelle. Les fortunes qui se construisent alors ne sont pas exclusivement étrangères loin de là. Et, de toute façon, tous réinvestissent localement. La fortune d’Averoff, mort en 1899, est une des plus grandes du monde, cinq à sept fois celle des plus grands soyeux lyonnais.

17Qui sont ces hommes et que veulent-ils ? Ce sont des négociants qui veulent s’enrichir et travailler. Ils sont en rupture totale avec les anciennes classes dirigeantes ; ils ont su profiter des opportunités ouvertes par le vide législatif du pays et par la constitution simultanée de la propriété foncière ; ils sont au cœur d’un processus qui délègue aux intermédiaires le contrôle des finances publiques.

18En même temps, leurs exigences d’ordre et de « progrès » se renforcent. Les affaires imposent l’ordre social. Aussi ont-ils appuyé le renforcement des consuls quand ceux-ci cherchaient à limiter le pouvoir des khédives, puisque ces derniers se comportaient en négociants. Mais ils ont demandé l’appui britannique et celui de Nubar contre ces mêmes consuls quand ceux-ci ont prétendu interdire la modernisation des villes sous le couvert des Capitulations. Ce n’est pas un mince paradoxe que cette position revendiquée d’autonomie en pleine période coloniale au nom du développement des affaires. Et ce paradoxe se renforce de ce que les affaires ont imposé de gérer les villes et les campagnes en facilitant l’adaptation aux nouvelles conditions de vie.

Pour assurer leur enrichissement, les notables ont dû jouer la carte des réformes.

19A Alexandrie, c’est autour du projet municipal que cette force nouvelle se structure. L’histoire de la municipalité a été faite. Elle s’organise autour du petit noyau des exportateurs de coton puis des propriétaires organisés en corps constitué et dont le but est de faciliter la mise en place des infrastructures nécessaires à la bonne marche du commerce international. L’Etat étant absent du domaine, les comités ont obtenu de payer sur leurs propres contributions volontaires la constitution de services techniques chargés de l’asphaltage des rues. Il a fallu en même temps revoir les égouts et organiser la distribution d’eau. Il a fallu, enfin, en arriver à négocier la constitution d’une véritable institution municipale, autorisée à lever des impôts et à fixer les cadres du développement urbain. Ce ne fut acquis qu’en 1890. La force de ces notables tenait en leur richesse mais aussi dans le réseau de solidarités qui était le leur. Quelle que fut leur origine, ils avaient en commun un minimum d’intérêts.

20La constitution de la municipalité c’est donc, pour eux, l’apprentissage du collectif. La municipalité c’est la gestion de l’espace social et donc des hommes ; c’est la gestion des réseaux et des services, donc des groupes de pression ; c’est la gestion des espaces économiques, et donc du devenir de la ville. La municipalité, portée par les notables, a été dans ces conditions le lieu d’émergence d’une cité, c’est- à-dire à la fois un fait urbain, une unité administrative et un cadre de vie sociale. Elle a exprimé la domination d’une partie du corps social (les notables) mais elle a imposé aussi un minimum de cohésion, une communauté des intérêts et la domination d’un modèle de réformes.

Du fait de la faiblesse de l’encadrement politique, ce sont les techniciens et les experts, seuls porteurs des méthodes appropriées qui ont été amenés à conduire les réformes attendues.

Le modèle libéral

21Le cas des notables alexandrins est essentiel pour l’ensemble de l’histoire égyptienne parce qu’il sert de référence, pendant des années, au Caire comme à Zagazig ou à Damiette. Par ailleurs, une bonne partie des cadres dirigeants de la future Egypte libérale ont été formés à Alexandrie. En l’absence d’un autre lieu d’expression politique, la municipalité alexandrine s’est en effet imposée comme un lieu d’expérimentation privilégié, d’autant que nombre d’ingénieurs et de médecins trouvaient là l’occasion de tester leurs méthodes. Les notables, mus par la volonté de renforcer leur contrôle économique, se devaient de rendre viable, en la modernisant, leur cité. Ils s’accordaient au moins sur un point : la nécessité d’éloigner les foyers de risque que représentaient les classes populaires et donc de gérer les tensions sociales par un partage minimum des dividendes de la richesse. On peut considérer qu’ils partageaient un même modèle de comportement, que j’ai appelé libéral. Ce modèle donnait la priorité aux objectifs économiques. C’était un modèle citadin, profondément hostile au monde des fellahs et ancré dans l’héritage des Tanzimât. C’était d’abord un modèle d’enrichissement que l’on retrouvera durant plusieurs décennies et dont Muhammad Tala’at Harb, président-fondateur de la banque Misr, sera le symbole. Mais cet enrichissement imposait aussi l’ordre et la gestion du quotidien.

22L’exemple de la gestion des bidonvilles permet de comprendre cette double tension. A Alexandrie, en 1892, on décomptait au moins 5 000 hishah, huttes ou bidonvilles, dans lesquelles s’entassaient environ 20 000 personnes (40 000 en 1930), soit près de 10 % de la population. Il fallait impérativement agir sur ces installations si l’on voulait limiter les foyers d’infection et les risques de contagion. Aussi, durant des années, des dizaines de médecins et infirmiers, maçons et peintres, tentèrent-ils chaque année de badigeonner les pièces et de vacciner les hommes. Parallèlement, c’est à Alexandrie que furent conduites les premières expériences de constructions ouvrières. La limite du modèle libéral apparaît toutefois dès lors que l’échelle des difficultés est telle qu’il faudrait une intervention volontariste globale, exigeant l’immobilisation d’un important capital.

23Dans le cas des bidonvilles alexandrins, le résultat de toutes ces campagnes de nettoyage, voire de construction, est clair : les bidonvilles continuent à progresser malgré tous les efforts. Et la raison en est simple. Le modèle libéral des notables les amène à tenter d’intervenir, mais en même temps il les conduit à rechercher une solution rentable. Il faut donc à la fois supprimer les bidonvilles et s’enrichir grâce à eux. Par ailleurs, les revenus tirés de la location de ces espaces misérables n’étaient pas négligeables. Il fallait donc compenser les préjudices qui pourraient être subis par les loueurs. On a finalement choisi de multiplier les expériences exemplaires destinées à prouver aux entrepreneurs que l’on pouvait tirer profit de la modernisation des bidonvilles, mais on n’est pas allé plus loin.

Le modèle libéral des notables tient tout entier dans cette contradiction. D’une part, il conduit à prendre en charge le développement, à gérer la croissance et les tensions sociales ; d’autre part, il achoppe sur la nécessité de rentabiliser, à court terme, l’investissement.

24Il finit par produire les pires distorsions : scandales, manipulations financières et clientélisme. Les responsables de l’Egypte libérale seront de bons exemples des effets de ce modèle libéral. Au nom du bien commun, ils iront de scandale en scandale, jusqu’à la révolution nassérienne.

25Reste que, dans une première étape, celle des années 1870 aux années 1910, le modèle libéral des notables est le seul qui puisse s’imposer et qui permette à l’Egypte de conduire la modernisation de ses équipements et de sa société. C’est lui qui est à l’origine de la gestion des hôpitaux ou des écoles par le biais communautaire ; c’est lui qui explique les premières expériences de relogement agricole et, dans les villes, c’est lui qui est à l’origine des réseaux hiérarchisés d’eau comme de drainage. L’énorme mutation des structures n’a pas à être mise au seul crédit des Britanniques. Dans la plupart des cas, le système fonctionne en s’appuyant sur des sociétés concessionnaires et il voit la floraison des sociétés par action et de la spéculation durant toute la fin du xixe siècle. Or la spéculation, nous l’avons montré par ailleurs, n’est pas seulement une « maladie » du capitalisme local. C’est aussi une « courte-échelle à la croissance ». Elle favorise les enrichissements rapides et elle a pu donner à l’Egypte une bonne partie des liquidités utilisées durant l’énorme boom de la construction des années 1900-1907, même si la crise de 1907 en a été le résultat. Par ailleurs, et ce n’est pas secondaire, le modèle libéral a formé l’ensemble du personnel politique et des élites de l’Egypte moderne. Ahmad Pacha Yahya, né en 1840 dans une famille de commerçants alexandrins est devenu, dès les années 1880, l’un des deux ou trois plus grands propriétaires de la ville. Co-fondateur de la Commission municipale, il a siégé à la municipalité jusqu’à sa mort. En même temps il a été élu porte-parole de la population alexandrine à l’Assemblée législative et a rejoint dès 1907 les rangs du Parti national. Cet homme, grand notable indigène, comme on disait alors, n’en était pas pour autant un politique. Il a conçu l’action publique comme un moyen de mieux répartir les tensions sociales, sans pour autant remettre en cause le modèle d’enrichissement qui avait assuré sa fortune familiale : vingt ans plus tard, son fils se retrouve à la tête de la Chambre de commerce internationale, président de divers clubs d’aviation et proche du Wafd.

26L’exemple le plus frappant me paraît cependant être celui de Ismâ’îl Sidqi Pacha. Président du Conseil haï, cet ancien secrétaire de la municipalité d’Alexandrie a conduit une carrière exemplaire. Sa nomination à la municipalité avait été acquise après un concours dont le sujet était le suivant : « Vaut-il mieux conférer une concession de services publics à une société privée ou à une régie municipale ? » On ne connaît pas sa dissertation, mais il sut en tirer bénéfice. Vice-ministre dès les années 1910, il sut glisser vers les affaires, se retrouvant en 1920 à la tête de la Fédération des industries égyptiennes. Cet homme avait pris goût à l’initiative privée dans les bureaux de la municipalité. Il est ensuite passé aux grandes affaires politiques, sans changer pour autant de méthode. Son ministère est tombé sur un scandale immobilier, à Alexandrie.

Un tel cheminement est aussi celui d’un siècle. Parti d’une expertise technique, Ismaïl Sidqi devient un politique avec la révolution de 1919. Mais il n’a plus rien d’un réformateur.

Limites de la réforme sociale

27La question que pose ce type de cheminements individuels est somme toute assez simple : pourquoi la réforme sociale n’a-t-elle pas débouché sur une synthèse politique ? La réponse exigerait de longs développements dont il est seulement possible de livrer les hypothèses tant les éléments de réponse sont multiples :

  1. Le modèle de l’expertise technicienne se fond, entre 1907 et 1920, dans le mouvement politique parce que l’échelle des problèmes a changé et qu’elle impose la remise en cause d’un système qui fonctionnait sans appui sur le pouvoir politique. Pour conduire l’aménagement urbain (asphaltage ou drainage) une commission technique pouvait suffire. Pour conduire la planification du territoire, il fallait autre chose.
  2. La réforme sociale conduite sur la base de l’intervention de terrain a dès lors rencontré le politique et le mouvement réformiste. Cependant la fusion ne s’est pas produite. Le modèle libéral des notables l’a emporté comblant seul le domaine politique et renvoyant aux marges toute forme de mutation globale.
  3. Dès lors, le domaine politique a été investi par les affaires, et la réforme technicienne, conduite par ces élites, débouche sur l’affairisme. Elle vient du coup renforcer l’utopie politique qui prend pour nom, dans les années 30, communisme ou Frères musulmans. Renvoyés, une fois de plus, aux marges, les Réformistes vont devenir révolutionnaires, tandis que le pouvoir devient maffieux ou, à tout le moins, clientéliste.

28La réforme sociale s’achèvera dans les révolutions. Celle de 1919 voit la victoire du modèle libéral et, apparemment, de l’expertise technique. Celle de 1956 verra s’imposer l’utopie nassérienne en même temps que les élites techniques et libérales seront non seulement exclues du terrain politique, mais, plus radicalement, de l’Egypte tout entière. Il semble qu’aujourd’hui encore nous vivions les effets induits par l’échec de la fusion des années 20. L’utopie politique reste le seul moyen de pression quand les techniciens, revenus depuis l’Infitah, continuent à porter un modèle libéral qui n’est, le plus souvent, qu’affairisme.

29En tout état de cause, l’interrogation sur la réforme sociale permet de comprendre, en partie au moins, la distorsion qui gêne tous ceux qui se penchent sur l’histoire de l’Egypte au xixe siècle : d’un côté le vide colonial, de l’autre la vitalité étonnante d’une société dont on peut seulement dire qu’elle a vécu alors une mutation fondamentale, l’épreuve de la modernisation de ses structures.

Auteur

Université de Provence

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr