Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Réformer les représentations

Les premiers égyptologues égyptiens et la réforme

Amal Hilal

Texte intégral

1Dans le cadre des politiques de réforme mises en œuvre depuis Muhammad ‘Ali, le gouvernement égyptien a été à l’origine de la création de nombreux établissements d’enseignement supérieur, dans des disciplines aussi variées que la pharmacie, la médecine, l’architecture ou encore l’égyptologie. Force est de constater que si, de nos jours, l’Egypte est parvenue à acquérir une large autonomie dans la plupart de ces disciplines, il n’en va pas de même pour l’égyptologie. En effet, dans cette discipline où les Egyptiens se devaient d’être pionniers, il n’existe pas de véritable école égyptienne mondialement reconnue, comparable à celle de Paris ou de Berlin. Une impulsion décisive avait néanmoins été donnée, dans la logique de la réforme : dès la seconde moitié du xixe siècle, l’Egypte tente de trouver sa place dans la production des systèmes de savoir dont elle fait l’objet, ce dont témoigne l’existence aujourd’hui de 1 500 étudiants, environ, en égyptologie. Cette nouvelle génération d’égyptologues « natifs » est en ce sens, fille de la réforme.

  • 1 Gustave Maspéro raconte, in ASAE, n° 1, 1900, pp. 1-2, que le gouvernement égyptien avait fourni u (...)

2Fondée en 1868 sous Ismâ’îl pacha, l’école d’égyptologie est dirigée dès le départ par le professeur allemand Brugsch. L’enseignement n’y est pas dispensé en arabe, ce qui lui aurait sans doute assuré une plus large diffusion, mais exclusivement cantonné aux langues européennes. Il faut attendre 1928 pour que Sami Gabra, égyptologue égyptien de la deuxième génération, commence à utiliser la langue arabe pour son enseignement à l’Université du Caire. Doit-on rappeler que les thèses présentées avant cette date devaient être rédigées en anglais ou en français et que la première revue égyptienne d’égyptologie, les Annales du service des antiquités égyptiennes (ASAE), éditée au Caire à partir de 1900, était rédigée dans des langues européennes.1

  • 2 La pierre de Rosette fut découverte en 1799 par un officier français, puis elle passa aux mains de (...)
  • 3 Cette histoire demeure un enjeu politique jusqu’à aujourd’hui comme en attestent, par exemple, les (...)

3La contrainte que représentait la nécessité d’utiliser des langues étrangères a certainement constitué un sérieux obstacle au développement de l’égyptologie égyptienne. Mais il ne fut pas le seul. D’une part, l’égyptologie a été, dès l’origine, un enjeu politique majeur pour les puissances européennes, comme en témoignent les rivalités qu’a suscité la possession de la « pierre de Rosette ».2 D’autre part, des raisons culturelles et religieuses tendaient à détourner les Egyptiens de leur prestigieux passé pharaonique, alors même que celui-ci fascinait, dès le xviiie siècle, les Européens. Il fallut attendre les premières prises de conscience nationalistes pour que ce passé reprenne enfin tout son intérêt en même temps qu’un « statut » dans le système de représentations progressivement élaboré à l’appui de la visée nationaliste.3

4Rendre compte de cette situation de l’égyptologie et du retard pris par les Egyptiens dans l’appropriation de cette discipline — et la réappropriation de leur propre passé —, nous conduira à nous interroger sur le contexte culturel et religieux dans lequel l’antiquité pharaonique devient objet de débat, en même temps qu’à tenter d’éclairer les rapports de l’Etat avec le patrimoine archéologique du pays, débat et rapports dont la logique de la réforme tend précisément à cristalliser les enjeux.

Contexte culturel et religieux

  • 4 Al-Muqtataf, avril 1928, p. 475.
  • 5 Ce bâtîment n’en conservera pas moins une forte « charge » nationaliste, puisqu’il abrite les cend (...)

5Les Egyptiens, quelle que soit leur appartenance religieuse, ont une attitude respectueuse envers leurs morts, qu’ils soient proches ou lointains comme les Pharaons. D’où un sentiment latent de méfiance à l’égard de la recherche et des fouilles archéologiques, une méfiance d’autant plus instinctive que peu d’entre eux ont reçu une éducation qui les sensibilise à ce passé prestigieux et aux finalités mêmes de ce qui peut apparaître, à juste titre, comme une profanation. A cet égard, l’attitude qu’il convenait d’adopter vis-à-vis de momies ayant traversé les siècles dans la paix de leurs tombeaux — une paix relative, les pilleurs de sépultures n’ayant pas attendu les archéologues — et brusquement arrachées à leur sommeil millénaire a fait l’objet de vifs débats non seulement parmi les égyptologues, mais aussi parmi les hommes politiques égyptiens, d’Ismâ’îl Sidqi pacha à Anouar Sadate. En 1928, Ismâ’îl Sidqi pacha présente ainsi à l’Assemblée nationale une proposition visant à réinhumer les momies royales dans leur tombe d’origine. Cette proposition soulève une vive polémique au Caire dans laquelle interfèrent les enjeux scientifiques, mis en avant par les égyptologues, et les enjeux politiques sur lesquels se retrouvent les milieux nationalistes et la dynastie. L’égyptologue allemand Borchardt propose, dans ce contexte, de construire un bâtiment sur le premier emplacement choisi pour le Musée égyptien, à Gézira, dans lequel auraient été regroupées les momies.4 Ce projet fut finalement abandonné. Un autre projet devait recevoir un début d’exécution dans les années 30, avec l’installation de momies royales dans un « temple pharaonique » construit par Mustafa Fahmi en plein cœur du quartier des ministères — en bordure de l’actuelle rue Qasr al-’Ayni —projet qui fut également abandonné, sans doute sous la pression des archéologues.5 Plus près de nous, en octobre 1980, Anouar Sadate lui-même décide une nouvelle fois la fermeture de la salle des momies du musée du Caire, avec l’intention avouée de soustraire les dépouilles mortelles des rois et reines d’Egypte à la curiosité malsaine des contemporains et de rendre celles-ci à leur sépulture. Cette décision, qui a suscité de nombreux débats, fut appliquée partiellement. Fermée depuis plus d’une décennie, la salle des momies vient d’être à nouveau rendue accessible au public, depuis le début de l’année 1994.

  • 6 Voir, par exemple les sourates XII (Yûsuf), XIV (Ibrâhîm), XXVIII (La narration), XXIX (L’araignée (...)
  • 7 Voir Haarmann (U.), « Regional Sentiment in Medieval Islamic Egypt », Bulletin of The School of Or (...)
  • 8 Cf. par exemple, la signification que revêt, dans la tradition ancienne ou plus récente, le mariag (...)

6A côté de ces fortes résistances, ancrées dans les mentalités, religion et politique ont contribué à retarder la naissance d’une égyptologie égyptienne. Dans le Coran,6 l’image de l’Egypte pharaonique est complexe et ambiguë : le pharaon du temps de Moïse est à la fois cruel et incroyant, tandis que le roi et le vizir du temps de Joseph, Al-Azîz, sont décrits comme des homme bons et pieux. Si le texte coranique « pointe » essentiellement sur le statut religieux (impiété, idolatrie) et politique (tyrannie, injustice) de Fir’awn, la littérature du Moyen-Age7 met plutôt l’accent, en contraste avec les nombreuses déprédations, violations de sépulture et pillages d’antiquités commis par les gouverneurs successifs, sur la contribution du passé pharaonique et copte8 à « l’exception égyptienne » et au façonnement du « génie » spécifique du lieu et et de sa population, voire même à la genèse d’un « islam égyptien ».

  • 9 Sur la perception par Tahtawi de l’antiquité égyptienne, voir Gamal el-Din el-shayyal, A History o (...)
  • 10 Dans ses mémoires, Tahtâwi nous fait ainsi part de sa profonde émotion devant les antiquités égypt (...)

7Au début du xixe siècle, Sheikh Rifâ’a al-Tahtâwi, imam de la première mission d’étude égyptienne à Paris et pionnier de la réforme de l’instruction, éprouve quelques difficultés à réconcilier les découvertes de la recherche archéologique avec l’image de l’Egypte ancienne telle qu’elle se dégage des textes coraniques.9 Il surmonte ces hésitations dans son Takhlis al-ibriz fi talkhis Bariz, compte rendu de son séjour en France, où il tente, pour la première fois, de préciser de façon « rationnelle » le statut de l’histoire de l’Egypte ancienne.10

L’Etat et les « antiquités » : les premiers pas d’une législation

8Dès le deuxième tiers du xixe, l’Egypte va se doter d’un arsenal législatif qui constitue la première ébauche de gestion du patrimoine archéologique du pays. Ces lois visent d’abord « la police des monuments », mais posent aussi les jalons d’une nouvelle prise de conscience. Le 15 août 1835, Muhammad ‘Ali édicte une loi qui stipule la propriété de l’Etat pour toutes les antiquités existant sur le sol égyptien. Ce texte, adopté lors d’une phase d’expansion de son pouvoir, pose trois grands principes :

  • interdiction de toute exportation d’objets antiques ;
  • création d’un Musée national et d’un Service des antiquités ;
  • protection des monuments.
  • 11 Maspéro, « Histoire du Musée du Caire », Revue d’Egypte et d’Orient, n° 4, avril 1906.

9L’ordonnance prévoyait ainsi la fondation de deux services d’emblée distincts, le musée lui-même et un organisme plus spécialement chargé de la conservation des monuments. Il y avait là, de la part de Muhammad ‘Ali, une riposte au pillage organisé, au premier chef, par les représentants des gouvernements européens, suite en particulier à un incident particulièrement vif qui le décida à appliquer un projet que lui avait soumis, cinq ans auparavant, l’archéologue français Champollion. Maspéro, a rendu compte de cet épisode : « Champollion, qui vit les fouilleurs à la besogne de 1828 à 1830, mesura l’étendue du mal qu’ils faisaient et proposa le remède dans un mémoire qu’il présenta à Muhammad ‘Ali en 1830 (...). Il [y] réclame l’établissement d’un service de conservation des Antiquités d’Egypte (...). Les consuls généraux et les résidents étrangers auxquels il enlevait les moyens de s’enrichir le représentèrent comme un révolutionnaire dangereux. Et le Pacha qui tenait à ne pas les mécontenter déposa le mémoire aux archives. Néanmoins l’idée était entrée dans son esprit. Elle y germa et elle en sortit cinq ans plus tard, à propos d’un incident politique extérieur soulevé par Mimaut qui était alors Consul général de France. Mimaut faisait une collection comme tous ses collègues ; le pacha rendit coup sur coup plusieurs ordonnances par lesquelles elles défendaient l’exportation des Antiquités et il organisa la police des monuments. »11

  • 12 Maspéro, « Histoire... », op. cit.
  • 13 Un extrait de l’Ordonnance de novembre 1835, in A. Khater, Le Régime juridique des fouilles et des (...)

10La loi de 1835 est une mesure « réactive » plus qu’elle ne marque une réelle prise de conscience. La loi organique de l’Etat égyptien de Muhammad ‘Ali et de ses successeurs confondait les domaines de l’Etat aux possessions personnelles du souverain. C’est dans ce contexte que ‘Abbâs pacha put offrir, en 1855, à l’archiduc Maximilien d’Autriche qui en avait formulé le souhait, la première collection du Musée égyptien dès lors irrémédiablement perdue pour l’Egypte, et qui se trouve depuis à Vienne.12 Le même ‘Abbâs, ulcéré par la prétention de l’Assemblée législative française, en août 1851, de s’approprier les découvertes réalisées au Sérapeum et à en déposséder le gouvernement égyptien, tente de s’opposer aux menées françaises. ‘Abbâs rappelle son droit de souveraineté et somme le consul général de France de faire restituer des antiquités qu’il regarde comme sa propriété. Mais le rapport de force n’est pas en faveur du vice-roi et il se voit contraint de remettre coup sur coup au gouvernement français, en novembre 1851, les objets découverts par Mariette à Saqqara, puis, le 4 février 1852, un deuxième lot de 515 pièces « offert » en cadeau à la France. Entre temps, le vice-roi avait menacé d’interdire à Mariette la poursuite des fouilles si le gouvernement français persistait à réclamer les nouveaux objets découverts, mais ces velléités de résistance furent sans effet. Malgré les dispositifs de contrôle mis en place par le gouvernement égyptien pour protéger les antiquités, l’Egypte reste incapable de conserver son patrimoine et les objets continueront à partir pour l’étranger soit sous forme de « dons » officiels aux hôtes de marque du pays, soit au terme des « partages » des objets découverts au cours des fouilles entre le Service des antiquités et les inventeurs de ces objets, soit encore par l’intermédiaire de marchands, ou sur le mode du pur et simple pillage : « Les consuls d’Europe envoient des hommes à eux en divers lieux pour rechercher des antiquités ; ils leur donnent des papiers cachetés en vertu desquels personne ne peut les empêcher de se livrer à leurs fouilles. »13

La création du Service de conservation des antiquités d’Egypte et du musée du Caire

Le Service des Antiquités

  • 14 Dawson W.R. and Uphill E.P., Who Was Who in Egyptology, Londres, 1972, pp. 179-180.
  • 15 Maspéro, « Histoire... », op. cit. ; A. Khater, op. cit., p. 30.
  • 16 Maspéro, « Histoire... », op. cit.
  • 17 Bulletin de la Société de Géographie de France, tome V, 1836, p. 65.
  • 18 Maspéro, op. cit.

11Linant de Bellefond bey,14 ministre de l’Instruction publique, sert, en 1830, d’intermédiaire à Champollion pour en présenter le projet à Muhammad ‘Ali. Le projet prévoit l’établissement d’un service de conservation des antiquités d’Egypte15 qui voit effectivement le jour, cinq ans plus tard, en dépit de l’hostilité et des pressions des consuls généraux et des résidents étrangers qui s’enrichissaient grâce au trafic des antiquités.16 En 1835 Yûsuf Zia effendi, professeur à l’Ecole des Langues, est nommé inspecteur (nâzir) du musée des antiquités,17 établi au bord de l’étang de l’Ezbékieh, dans une des annexes de l’école que le gouvernement construisait sur l’emplacement d’un ancien palais. Musée et Service relevaient du directeur de cette école, le cheikh Rifâ’a al-Tahtâwi. Zia effendi prit ses fonction fort au sérieux et entama dès sa nomination une tournée d’inspection en commençant par la Moyenne- Egypte. Il était assisté par quelques sous-inspecteurs locaux chargés de lui transmettre les objets découverts par les fellahs. Une autre activité du service fut, sur instruction du ministre Linant, de dresser le catalogue des sites antiques, d’y enregistrer les monuments inamovibles et d’expédier au Musée du Caire les objets qui risqueraient d’être « détournés » par les touristes ou les marchands.18 Le Musée s’enrichit ainsi de nombreux objets venant des sites comme celui de Saqqara jusqu’à 1855, date du fameux « cadeau » offert à l’archiduc Maximilien d’Autriche.

Le Musée et le Service sous l’administration française (1857-1952)

12Muhammad ‘Ali avait nommé Zia effendi nâzer responsable du Musée, mais les turbulences politiques avaient favorisé l’accession de Mariette au poste de directeur des Antiquités d’Egypte.

13En 1857, Mariette avait été rappelé par Saïd pacha, successseur de Muhammad ‘Ali, en vue d’organiser la visite prochaine du prince Napoléon. De Lesseps conseilla à Mariette de demander au Pacha l’autorisation de mener une campagne de fouille dans le but explicite de faire don des découvertes probables au futur hôte. Le vice-roi, acquis à l’idée de Mariette, mit à sa disposition des fonds importants et des pouvoirs étendus. Mais le prince renonça à son voyage et Ferdinand de Lesseps persuada Saïd de retenir Mariette et, le 5 juillet 1885, le vice-roi et son ministre Nubar pacha signaient le décret nommant Mariette directeur, ma ‘mûr, des travaux d’antiquités en Egypte. Celui-ci commença à organiser le travail et recruta des « savants » pour étudier et publier les monuments qu’il avait découverts, installant le Musée et sa propre résidence dans un ensemble de bâtiments à Boulaq. De cette organisation embryonnaire naquit le Service des antiquités actuel, premier organe permanent de la protection du patrimoine historique national égyptien.

  • 19 Maspéro, Rapport 1913, pp. 35-36.
  • 20 Khater, op. cit.

14On peut évoquer la personnalité et le rôle de Mariette à travers trois prises de position très fermes. Mariette pensait que « L’Egypte n’était pas mûre pour une institution de ce genre (le Musée), que même les classes élevées y étaient trop barbares encore pour en comprendre l’utilité, et que son musée, ‘le Musée de Boulaq serait un magasin où le Pacha puiserait des cadeaux aux princes en voyage et aux particuliers de marque. »19 Mariette voulait avoir le monopole du contrôle des antiquités, comme seul et unique responsable de ce secteur, volonté qui transparaît lors du passage de Prisse d’Avennes en Egypte en 1858.20 Le gouvernement égyptien répond favorablement aux demandes du dessinateur « à la condition qu’il ne prenne aucune pièce d’antiquité qu’il viendrait à découvrir et que ses travaux ne puissent nuire à ceux qu’entreprend Mariette pour le compte du gouvernement » et qu’ » il avise au préalable M. Mariette ou son délégué de toute opération qu’il entendrait entreprendre ».

  • 21 Khater, op. cit., p. 61.

15Lors de la participation de L’Egypte à L’Exposition universelle de Paris en 1867, Mariette a une nouvelle fois l’occasion d’affirmer son autorité en s’opposant très fermement à l’Impératrice qui souhaitait se voir « offrir » la collection complète exposée dans le cadre du pavillon égyptien : Mariette exige le retour de toutes les antiquités au Caire, soutenu en cela par le gouvernement d’Ismâ’îl Pacha qui aurait dit à l’Impératrice : « Il y a quelqu’un de plus puissant que moi à Boulak, c’est à lui qu’il faut vous adresser ».21

  • 22 Khater, op. cit., pp. 62-63.

16Enfin, en 1878, Mariette rejette la demande présentée par le Consul général des Etats-Unis visant à obtenir un obélisque, et affirme un principe fondamental qui peut servir de ligne conductrice dans l’histoire du rapport de l’Egypte à ses antiquités : « Il y a en Egypte deux musées. L’un est le musée de Boulaq. L’autre est l’Egypte entière (...). A-t-on jamais donné un seul objet du musée de Boulaq ? Pourquoi donner un monument appartenant à l’autre ? Que l’Egypte demande au musée du Louvre la Vénus de Milo (...). Pourquoi traiter l’Egypte autrement que les autres musées. »22

17Gaston Maspéro succède à Mariette, mort en 1881, avec une tout autre politique et d’autres priorités : il voulait diffuser l’art égyptien et l’amour des antiquités non seulement en Egypte mais aussi en Europe. Une anecdote, consignée dans son rapport de 1911, éclaire sa personnalité et la façon inédite dont il conçoit son rôle, en étroite association avec certains Egyptiens : Abu al-Futûh bey, qui occupe les fonctions de mudîr (préfet) de Sohag, mène alors avec Maspéro une opération visant à exproprier les habitants de plusieurs maisons masquant la façade du temple de Séti Ier à Abydos. A cette occasion Abu al-Futûh invite Maspéro à donner une conférence, devant les notables de la Mudîriya, sur les monuments anciens de leur province. La conférence eut lieu le 28 février, en français, devant trois cents personnes, traduite en arabe par M. Nasr, un membre du Service, et selon Maspéro, « elle fut bien accueillie » et les maisons furent libérées sans tumulte. Maspéro est également à l’origine de la création des musées régionaux en Egypte et de la politique consistant à offrir des objets de seconde importance aux musées étrangers.

Les Musées régionaux

  • 23 Maspéro, Rapport 1913, p. 37.

18Maspéro confie ses difficultés en ces termes : « Les savants, les voyageurs, les collectionneurs et même beaucoup dans notre Service combattent notre projet, et sans s’en douter, pour les mêmes raisons qui furent jadis jetées à la tête de Mariette : le pays n’est pas prêt pour cette diffusion des arts égyptiens, le gardiennage sera difficile dans les villes éloignées de la capitale, on volera les objets ou les mûdirs y puiseront des cadeaux pour les touristes de distinction (...). L’exemple de Tantah prouve qu’en éveillants l’amour-propre des provinciaux on peut obtenir d’eux les subsides indispensables à la réalisation de ce plan. »23 Les musées régionaux avaient beaucoup de difficultés a exister au temps de Mariette, mais Maspéro, assisté par Ahmad Kamâl, conservateur-adjoint et seul Egyptien au musée, réussissent à fonder plusieurs musées régionaux dont on peut considérer la création comme le fruit d’une prise de conscience des représentants de l’Etat et des particuliers :

  • à Assiout, Sayed bey Khashaba ayant fouillé dans sa moudiria, fut progressivement convaincu par Ahmad bey Kamâl24 de déposer les objets les plus importants mis à jour par ses fouilles dans un musée. Le musée est construit, meublé, installé à ses frais ;25
  • à Minya, le Conseil municipal sollicite le Service des antiquités pour la fondation d’un musée, mais le Ministère des Finances écarte un temps le projet, avant de décider, en mai 1914, d’approuver la subvention minime votée par le Conseil provincial et l’attribution d’un local provisoire où Ahmad Kamâl peut installer une petite collection ;
  • à Tantah, Muhîb pacha, mudîr de la Gharbiya fait voter par la municipalité de Tanta les fonds nécessaires à l’établissement d’un musée et d’une bibliothèque publique ; Ahmad Kamâl fut désigné comme responsable de l’aménagement de ce musée et de l’inventaire des objets ; un règlement fut établi à cette occasion confirmant l’appartenance des collections à l’Etat égyptien et consacrant son droit à en contrôler la surveillance. Le musée est en partie municipal, en partie gouvernemental. L’inauguration eut lieu en novembre 1913 en présence de Lord Kitchener.26

La diffusion en Europe

  • 27 Maspéro, Rapport 1913, p. 33.

19Maspéro explicite sa politique en ces termes : « Ces mêmes rebuts, transportés en Europe et offerts en dons aux musées provinciaux d’Angleterre, d’Amérique, d’Allemagne, d’Italie, de France, de Belgique, y auraient été reçus avec reconnaissance parce qu’ils ne coûtaient rien ; exposés en bonne place, ils auraient éveillé la curiosité, parfois la générosités des visiteurs, et ils auraient suscité des souscripteurs aux fonds qui se sont organisés dans ces pays pour subventionner les fouilles d’Egypte. Bien entendu l’expérience d’une seule année ne suffit pas à nous éclairer vraiment sur la valeur du système ; nous l’appliquerons plus pleinement pendant l’hiver de 1913-1914 et nous verrons ce qu’il donnera. »27

  • 28 Darssey, Rapport 1916, p. 1.

20Après Ahmad Kamâl, Muhammad effendi Sha’bân,28 le plus ancien inspecteur « indigène » (selon le mot de Maspéro), ancien élève de l’école d’égyptologie, sera nommé en décembre 1916 au poste de conservateur-adjoint du musée.

Une école d’égyptologie au Caire29

  • 29 Tawfiq Habib, Al-Muqtataf, avril 1928, p. 438-443. L’Ecole était installée à côté du musée du Boul (...)
  • 30 Heyworth Dunne (J.), An Introduction to The History of Education in Modem Egypte, Londres, 1968.
  • 31 « Who Was Who », pp. 42-43, Al-Muqtataf, avril 1928, pp. 438-443.

21En 1868, quarante-six ans après la découverte de Champollion, sous le règne d’Ismâ’îl et dans le cadre de la politique éducative mise en place par ‘Ali Pacha Mubârak, est fondée la première école égyptienne d’égyptologie, Madrasa al-lisân al-misri al-qadîm,30 dont l’égyptologue allemand Heinrich Brugsch fut nommé directeur.31

  • 32 Dor (E.), L’insruction publique en Egypte, Paris Lacroix, 1872, p. 253.
  • 33 Dor, ibid., p. 253.
  • 34 Dor, ibid., p. 253.

22Dans son rapport de 1871-72,32 Dor Bey, inspecteur général des écoles précise ce que doit être la politique du nouvel établissement, notant que « l’Ecole d’égyptologie est peut-être, de tous les établissements scolaires créées par le gouvernement, celui qui a la moindre importance pratique mais elle a aussi la plus haute valeur scientifique. »33 Trois professeurs, tous européens, sont chargés d’enseigner les langues égyptienne ancienne, copte, éthiopienne et allemande. Les étudiants inscrits — neuf au moment de l’ouverture de l’école — n’étaient pas du tout préparés pour cette étude, et arrivaient sans formation préalable en philologie ou en histoire. Dor bey définit les objectifs de l’école en soulignant le fait que la plupart des élèves sont voués à occuper des postes de conservateurs de musée ou de directeurs de fouille. Ce réalisme de départ et l’impréparation manifeste des étudiants ne l’empêchent cependant pas de noter que « puisque l’égyptologie est une de ces sciences neuves qui n’admettent pas la médiocrité, elle demande des pionniers : on est Champollion (...), Lepsius, Brugsch, Mariette ou l’on n’est rien. »34

  • 35 Dor, ibid., p. 393.

23L’école dispose d’emblée d’un véritable budget : pour l’année 1871-72, 1 009 LE étaient affectées à la rémunération du personnel enseignant, tandis que les étudiants acquittaient des droits de scolarité s’élevant à 112,14 LE. Comparé à celui de l’école de Pharmacie,35 qui accueillait 21 élèves et employait six professeurs qui percevaient 1 548 LE, les droits de scolarité payés par chaque étudiant s’élevant à 73,7 LE, l’école d’égyptologie n’était donc pas le parent pauvre de l’éducation.

  • 36 Ahmed Kamal, ASAE, ii, 1901 ; ASAE iii, 1902 ; ASAE, iv, 1903 ; ASAE, v, 1904 ; ASAE, vii, 1906 ; (...)
  • 37 Dor, L’Instruction, p. 388 ; « Who Was Who », p. 42, la date de fermeture est 1879.
  • 38 Maspéro, Rapport sur la marche du service de antiquités de 1899-1910, Le Caire, 1912, p. xxv.

24Ahmad Kamâl et Ahmad effendi Najib comptaient parmi les premiers élèves de Brugsch et vont devenir les premiers représentants d’une égyptologie égyptienne : le premier sera nommé conservateur au Musée égyptien et le second inspecteur des Antiquités. Leurs travaux scientifiques et leurs rapports de fouilles sur les sites seront publiés dans les Annales du service des antiquités égyptiennes dès les premiers numéros.36 Les autres étudiants n’auront pas d’affectation majeure, et seuls quelques uns d’entre eux obtiendront des postes d’inspecteurs de seconde catégorie, comme Muhammad effendi Sha’bân, qui avait publié des rapports de fouilles dès l’année 1900. En fait, les égyptologues égyptiens, « indigènes » dans la représentation qu’en ont les « savants » européens, ne parvenaient tout simplement pas à se faire recruter au sein du Service pour de multiples raisons tout autant financières que politiques. C’est sans doute ce qui explique qu’en 1875,37 la première école d’égyptologie ferme ses portes, après dix-sept ans de fonctionnement, fermeture qui n’est pas compensée par la création par Maspéro, en 1881, d’une petite école au musée du Boulaq où Ahmad Kamâl enseigne l’égyptologie. C’est dans cette petite école que Muhammad effendi Sha’bân et Hasan effendi Husni avaient obtenu leurs diplômes.38

La renaissance de l’école

  • 39 Al Muqtataf, avril 1928, p. 439.
  • 40 Il s’agit de Salîm Hasan, Mahmûd ‘Abd el-Wahhâb, Muhammad Fahîm, Hasan Kâmal, Riad Jundi Malti, Ra (...)
  • 41 Sa biographie dans Who Was Who, pp. 133-134.

25En 1910, Ahmad Hishmat pacha, ministre de l’Instruction maaref, juge nécessaire de relancer les études égyptologiques dans le cadre de l’Ecole normale supérieure (madrasa al-mu’allimîn al-’ulya),39 où ces études constituent un département. Cette deuxième génération d’égyptologues se composait de neuf étudiants,40 parmi lesquels, Salîm Hasan,41 Mahmoud Hamza et Sami Jabra, qui furent envoyés en Europe pour approfondir leur formation égyptologique et obtenir des doctorats.

  • 42 Al-Muqtataf, avril 1928, p. 439.
  • 43 Sa biographie dans Who Was Who, p. 118. Sur le sentiment de reconnaissance de ses étudiants égypti (...)

26A la suite de la découverte de la tombe de Toutânkhamon en 1922, Yahya Ibrahim pacha, ministre de l’Instruction, reprend l’idée de refonder une véritable école d’égyptologie.42 L’école finira par ouvrir ses portes en 1923, sous le règne de Tawfiq, dans le cadre de la Faculté de Lettres de l’université du Caire, au moment même où meurt Ahmad Kamâl qui venait d’en être nommé directeur. En 1924, dix- sept étudiants bacheliers, plus dix auditeurs libres sont inscrits aux cours d’égyptologie. L’enseignement de la langue hiéroglyphique est assuré par Glenoscheff,43 celui de la langue copte par Jurji Subhi, celui de l’hébreu par ‘Ali al-’Inâni, tandis que la géographie de l’Orient ancien et le latin étaient enseignés par le père Paul Gérard, bibliothécaire de l’IFAO. Quatre ans d’études sont nécessaires pour obtenir une « licence des lettres, section égyptologie », deux ans de plus pour une maîtrise, et encore deux ans supplémentaires pour le doctorat. Les professeurs sont désormais en majorité égyptiens mais l’enseignement continue à être dispensé en langue étrangère. Sami Jabra effendi, conservateur au musée, enseigne l’histoire de l’Egypte ancienne, Glenoscheff le hiéroglyphe, Salim Hassan (ancien élève de l’école de 1910) l’archéologie, Jurji Subhi (professeur à l’école de médecine) et Ahmed Labîb, la langue copte. Pendant l’année scolaire 1927-28, toutefois, Sami Jabra enseigne l’histoire en arabe.

  • 44 Al-Muqtataf, novembre 1923.

27En avril 1928, une première promotion d’étudiants présentent leur thèse, rédigées en français ou en anglais. Quatorze candidats soumettent leurs travaux, portant pour l’essentiel sur l’archéologie, la langue hiéroglyphique et l’histoire copte, dont Ahmad Fakhri et Labîb Habashi qui apparaissent comme les éléments les plus marquants de cette troisième génération d’égyptologues égyptiens. L’Université offre, cette année- là, quatre bourses pour étudier l’égyptologie en Europe. Au-delà de l’accès à cette formation, le véritable enjeu est l’accès au musée et au Service des antiquités, comme en atteste la trajectoire de Ahmad Kamâl. Diplômé de la petite école du musée de Boulaq, il essuie un premier échec au musée, rapporté par son biographe d’al-Muqtata aux circonstances politiques et à « la peur des archéologues européens (afranj) qui redoutent qu’il se trouve des Egyptiens pour comprendre la valeur des vestiges de leurs ancêtres ou leur importance pour leur pays, ce qui rendrait plus difficile l’exportation vers l’Europe du patrimoine de la nation égyptienne. »44 Il sera successivement traducteur au Ministère de l’Instruction, professeur d’allemand dans le secondaire, traducteur aux Ministères de la Poste, de la Marine, enfin aux douanes. C’est seulement en 1882, après la disparition de Mariette — lequel allait jusqu’à préférer avoir recours à des militaires comme responsables de fouilles plutôt qu’aux diplômés égyptiens — qu’il sera recruté comme secrétaire-traducteur au musée de Boulaq, grâce au soutien de Maspéro qui lui confira un enseignement d’égyptologie au musée de Boulaq. Il ne deviendra conservateur qu’à la fin de sa carrière.

  • 45 Le 11 février 1929, la société fête son quatrième anniversaire, et le 17 du même mois, une « fête (...)

28Un autre jalon important dans l’émergence d’une égyptologie égyptienne est la création par les étudiants de la section d’égyptologie d’une « Société égyptienne d’égyptologie », en 1925, qui se voulait à la fois symbole d’une reconquête de l’égyptologie par ses « ayants droit » et affirmation d’une ambition. Cette société se donnait comme objectif la promotion des études égyptologiques, notamment au moyen de publications, de voyages et de conférences. Elle comptait pratiquement soixante membres et un comité de direction composé de sept étudiants et dirigé par Jurji Subhi. La Société éditait une magazine, Al-Qadîm, première revue égyptienne en langue arabe consacrée à l’égyptologie, dont le directeur était l’étudiant Hasan effendi Subhi. La Société donne dix conférences par an, sur des sujets tels que Les héros de l’histoire de l’Egypte ancienne, L’origine des anciens Egyptiens, Le Livre des morts et l’au-delà chez les anciens Egyptiens, Toutânkhamon, etc.45

Conclusion

  • 46 Texte publié sous le titre « Les antiquités » (al-athâr al-qadîma), dans le journal al-Jarîda, 8 d (...)
  • 47 Ibid.

29En 1912, alors que l’université égyptienne — dont il sera le recteur entre 1925 et la fin des années 30 — vient d’être fondée sur des bases « privées », Ahmad Lutfi al-Sayyid, ustâdh al-jîl (le maître d’une génération) formule en ces termes ce que devraient être les objectifs d’un enseignement, en Egypte, de l’égyptologie : « Je ne demande pas que chaque Egyptien fasse preuve de la capacité d’observation d’un Champollion, de la connaissance encyclopédique des antiquités égyptiennes d’un Maspéro ou de la compétence archéologique d’un Kamâl bey. Ce dont nous avons besoin, c’est de conférences régulières et d’un enseignement permanent, à l’université égyptienne ou dans d’autres établissements scientifiques, de telle sorte que les fils de l’Egypte puissent avoir accès à la connaissance de leur passé, non pas de manière scientifique et précise, mais de la façon dont les touristes européens qui visitent notre pays connaissent notre histoire et celle de nos ancêtres. »46 On peut voir dans la modestie « réaliste » de cet objectif une clef du paradoxe que constitue l’évolution de l’égyptologie égyptienne, entre l’époque de son émergence précoce et jusqu’à nos jours. Le paradoxe réside ici dans la mise en regard des enjeux — historiques, politiques, psychologiques, culturels... — liés à la redécouverte par les Egyptiens de la magnificence de leur histoire et de leurs accomplissements anciens, d’une part, et, d’autre part, des moyens mis en œuvre pour récupérer le contrôle de ce patrimoine. Lutfi al-Sayyid souligne ainsi la nature même des objectifs que poursuivent « les Allemands, les Français, les Anglais ou les Américains qui explorent les ruines de l’Egypte antique à la recherche de la moindre information sur le monde des origines, pour ajouter une page après l’autre au grand livre de l’histoire ancienne et affiner notre connaissance de l’évolution et du progrès qu’ont suivi les sciences, les arts et les techniques depuis 7 000 ans. Ce faisant, ils recherchent aux quatre coins du monde les chaînons manquants dans la succession des phénomènes sociaux et psychologiques par lesquels sont passées les nations pour en arriver là où elles en sont aujourd’hui. En effet, celui qui ignore le passé a toute chance de produire des jugements éronnés sur le présent et sur l’avenir, de même que celui qui ignore l’évolution de l’homme ne peut formuler les lois adéquates susceptibles de réguler ses conduites. »47 On le voit dans cette formulation, que l’on pourrait retrouver dans les mêmes termes chez quasiment tous les « intellectuels » égyptiens de l’époque, les enjeux de l’égyptologie égyptienne sont d’emblée globaux, politiques autant qu’existentiels. D’où la priorité qui fut — et qui reste dans une large mesure — celle des pouvoirs égyptiens successifs : s’assurer le contrôle politique, administratif des sites et des dépôts du patrimoine archéologique national, priorité d’autant plus urgente que, en l’absence de personnel en nombre suffisant, la dimension proprement scientifique de la gestion de ce patrimoine — fouilles, catalogage, conservation..., mais surtout analyse et interprétation des résultats — restait sous le contrôle des différents lobbys archéologiques occidentaux qui parvinrent à s’opposer assez efficacement, au moins jusqu’à la fin des années 40 à toute promotion scientifique significative d’égyptologues « indigènes ». Cette priorité donnée aux questions administratives et gestionnaires, c’est-à-dire d’un contrôle que l’on pourrait qualifier de formel n’a pas été fondamentalement démentie par l’égyptianisation du personnel des institutions égyptologiques à partir du début des années 50, mais n’a fait que se renforcer — par exemple avec l’adoption, en 1977, d’une loi prohibant tout commerce d’antiquités, l’Etat se réservant un droit d’acquisition forcée pour toute pièce d’antiquité en possession de particuliers.

  • 48 Notons qu’il n’existe pas en égyptologie de statut de « chercheur » proprement dit comme il en exi (...)

30La contrepartie de cette priorité administrative ou politique est l’acceptation implicite de la perpétuation de la domination scientifique, voire de la tutelle des écoles européennes d’égyptologie, c’est-à-dire la renonciation des égyptologues égyptiens à produire un paradigme « national » de leur discipline qui soit autre chose qu’une pure et simple exaltation nationaliste ou nationalisante du passé. De la même façon que Lutfi al-Sayyid ne demandait aux Egyptiens que de connaître au moins aussi bien l’histoire de leur pays que les touristes, l’égyptologie égyptienne semble se contenter dans une large mesure de faire « bonne figure » dans le débat égyptologique « international », c’est-à-dire de connaître aussi bien que ses homologues occidentaux l’histoire ancienne de son pays. C’est cette « extériorisation » que traduit le fait que les Annales du service des antiquités égyptiennes continuent à publier des textes pour l’essentiel en langues occidentales et que la consécration véritable continue de ne venir, pour un égyptologue égyptien, que de la publication de travaux dans les revues occidentales d’égyptologie. C’est aussi ce qui explique que Le Caire soit une — ne soit qu’une — des capitales où se réunissent les congrès internationaux d’égyptologie. De ce point de vue, et à la différence de ce qu’était la situation à la fin du xixe et au début du xxe siècle, le rapport de force tend à se réduire aux capacités financières (technologiques) : ce qui oppose, dorénavant égyptologues « indigènes » et « savants » occidentaux, ce ne sont plus les compétences scientifiques, largement partagées, mais les ressources nécessaires pour entamer telle ou telle campagne de fouille, telle ou telle restauration.48 Le rapport de force dominant est ici celui qui oppose le contrôle des sites aux capacités de financement. Le contrôle que celui-ci procure aux responsables de l’égyptologie égyptienne est appréciable. Mais c’est seulement en dépassant, ce pur et simple rapport de forces que constitue le rapport au « terrain » doublement médiatisé par la gestion bureaucratique des sites et l’expertise égyptologique occidentale que pourra se constituer une école égyptologique égyptienne.

Notes

1 Gustave Maspéro raconte, in ASAE, n° 1, 1900, pp. 1-2, que le gouvernement égyptien avait fourni un crédit de 200 LE pour fonder cette revue annuelle.

2 La pierre de Rosette fut découverte en 1799 par un officier français, puis elle passa aux mains des Anglais en 1801. Thomas Young, savant anglais, tenta le premier, en 1814, de déchiffrer son contenu, avant que Champollion n’y réussisse en 1821-1822.

3 Cette histoire demeure un enjeu politique jusqu’à aujourd’hui comme en attestent, par exemple, les polémiques suscitées par l’envoi à l’étranger des antiquités pharaoniques dans le cadre d’expositions. La notion d’ » objet unique », en particulier, qui interdit la sortie du territoire égyptien de tout objet « original » ou « exceptionnel » est particulièrement ambiguë, tant dans les textes que dans leur application.

4 Al-Muqtataf, avril 1928, p. 475.

5 Ce bâtîment n’en conservera pas moins une forte « charge » nationaliste, puisqu’il abrite les cendres de Sa’d Zaghlûl.

6 Voir, par exemple les sourates XII (Yûsuf), XIV (Ibrâhîm), XXVIII (La narration), XXIX (L’araignée).

7 Voir Haarmann (U.), « Regional Sentiment in Medieval Islamic Egypt », Bulletin of The School of Oriental and African Studies, University of London, vol. xiii, 1980, pp. 55-66.

8 Cf. par exemple, la signification que revêt, dans la tradition ancienne ou plus récente, le mariage du prophète Muhammad avec Maryam, à la fois désignée comme « l’égyptienne » ou « la Copte ».

9 Sur la perception par Tahtawi de l’antiquité égyptienne, voir Gamal el-Din el-shayyal, A History of Egyptian Historiography in the Nineteenth century, Alexandrie, 1962, pp. 31-36.

10 Dans ses mémoires, Tahtâwi nous fait ainsi part de sa profonde émotion devant les antiquités égyptiennes exposées à Paris et du respect que lui inspirent la personnalité et l’œuvre de Champollion dont il fait la connaissance au cours de son séjour à Paris. Il évoque également le rôle politique joué par les reines d’Egypte, notamment Cléopâtre. Tahtâwi sera le premier « muhâfez » (directeur général) du musée égyptien.

11 Maspéro, « Histoire du Musée du Caire », Revue d’Egypte et d’Orient, n° 4, avril 1906.

12 Maspéro, « Histoire... », op. cit.

13 Un extrait de l’Ordonnance de novembre 1835, in A. Khater, Le Régime juridique des fouilles et des antiquités en Egypte, Le Caire, 1960, p. 44. Voir aussi Donald Reid, « Indigenous Egyptology : the Colonisation of a Profession », Journal of the American Oriental Society, vol. 105, avril-juin 1985.

14 Dawson W.R. and Uphill E.P., Who Was Who in Egyptology, Londres, 1972, pp. 179-180.

15 Maspéro, « Histoire... », op. cit. ; A. Khater, op. cit., p. 30.

16 Maspéro, « Histoire... », op. cit.

17 Bulletin de la Société de Géographie de France, tome V, 1836, p. 65.

18 Maspéro, op. cit.

19 Maspéro, Rapport 1913, pp. 35-36.

20 Khater, op. cit.

21 Khater, op. cit., p. 61.

22 Khater, op. cit., pp. 62-63.

23 Maspéro, Rapport 1913, p. 37.

24 Sa vie et ses publications dans Al-Muqtataf, novembre 1923, pp. 273-277.

25 Maspéro, Rapport 1913, pp. 35-36.

26 Maspéro, Rapport 1914, p. 31.

27 Maspéro, Rapport 1913, p. 33.

28 Darssey, Rapport 1916, p. 1.

29 Tawfiq Habib, Al-Muqtataf, avril 1928, p. 438-443. L’Ecole était installée à côté du musée du Boulaq et dans la maison de cheikh Sharqawy.

30 Heyworth Dunne (J.), An Introduction to The History of Education in Modem Egypte, Londres, 1968.

31 « Who Was Who », pp. 42-43, Al-Muqtataf, avril 1928, pp. 438-443.

32 Dor (E.), L’insruction publique en Egypte, Paris Lacroix, 1872, p. 253.

33 Dor, ibid., p. 253.

34 Dor, ibid., p. 253.

35 Dor, ibid., p. 393.

36 Ahmed Kamal, ASAE, ii, 1901 ; ASAE iii, 1902 ; ASAE, iv, 1903 ; ASAE, v, 1904 ; ASAE, vii, 1906 ; ASAE, viii 1907 ; ASAE, ix, 1908 ; etc. Ahmed Naguib, ASAE, ii, iii, iv, vii, etc.

37 Dor, L’Instruction, p. 388 ; « Who Was Who », p. 42, la date de fermeture est 1879.

38 Maspéro, Rapport sur la marche du service de antiquités de 1899-1910, Le Caire, 1912, p. xxv.

39 Al Muqtataf, avril 1928, p. 439.

40 Il s’agit de Salîm Hasan, Mahmûd ‘Abd el-Wahhâb, Muhammad Fahîm, Hasan Kâmal, Riad Jundi Malti, Ramsîs Shafâ’i, Ahmad el-Badri, Mahmûd Hamza et Sâmi Jabra.

41 Sa biographie dans Who Was Who, pp. 133-134.

42 Al-Muqtataf, avril 1928, p. 439.

43 Sa biographie dans Who Was Who, p. 118. Sur le sentiment de reconnaissance de ses étudiants égyptiens voir Al-Muqtataf, avril 1928.

44 Al-Muqtataf, novembre 1923.

45 Le 11 février 1929, la société fête son quatrième anniversaire, et le 17 du même mois, une « fête dînatoire » est organisée en l’honneur de Glenoscheff. Cette fête se déroule en présence du directeur de l’université du Caire, de son secrétaire et des professeurs. Plusieurs étudiants prennent la parole, notamment Afîfa Iskandar, la seule étudiante à suivre cette formation. A cette occasion, les étudiants interprètent une pièce de théâtre en langues hiéroglyphique, copte, latin, grec, arabe, français et anglais...

46 Texte publié sous le titre « Les antiquités » (al-athâr al-qadîma), dans le journal al-Jarîda, 8 décembre 1912.

47 Ibid.

48 Notons qu’il n’existe pas en égyptologie de statut de « chercheur » proprement dit comme il en existe dans d’autres disciplines, entre celui de professeur d’université et celui de fonctionnaire du Service des antiquités (conservateur, inspecteur, directeur de site, etc.).

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr