Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Émergence problématique du politique

Transfert de valeurs de pairs aux proches

La correspondance familiale de Muhammad Pacha Chérif (1860-1882)

Byron D. Cannon

Texte intégral

1Aucune histoire de l’Egypte du xixe siècle, particulièrement durant les années critiques — juste avant et après l’occupation britannique de 1882 — ne peut ignorer la biographie politique de Muhammad Pacha Chérif. Ce notable et homme d’Etat, fils d’un magistrat turc nommé au poste de Qadi Asker en Egypte (en plein milieu de l’époque des Tanzimat), va servir sous trois vice-rois de la dynastie fondée par Muhammad Ali : Sa’îd (1855-63), Ismâ’îl (1863-79), et Tawfîq (1879-92). Pendant sa dernière période à la tête du Conseil de gouvernement (entre septembre 1881 et janvier 1882, et de septembre 1882 jusqu’à sa démission presque deux ans plus tard) il est associé de très près à la gestion de la crise politique et financière contemporaine de l’échec du mouvement parlementaire égyptien qui débouche sur l’intervention britannique. Mais on ne sait presque rien du rôle personnel qu’il a joué dans les cercles sociaux et culturels constitués au sein des élites égyptiennes de sa propre génération.

  • 1 Mes remerciements vont à M. Adel Sabit, à sa mère, feu Fatima Sabit, et à son fils Mahmoud Sabit, (...)

2La générosité des descendants de Muhammad Chérif m’a permis de consulter sur place une collection privée de sa correspondance familiale. L’analyse de cette correspondance conservée par les descendants de Muhammad Chérif1 a donné la possibilité, dans une certaine mesure, de combler cette lacune, du moins en ce qui concerne les années 1860 et, plus particulièrement, la période clé de 1879 à 1882.

  • 2 Voir, parmi plusieurs ouvrages essentiels, F. Robert Hunter, Egypt under the

3L’objet de la présente étude étant de mettre en évidence certaines des valeurs qui guidaient la pensée de ce membre éminent des cercles gouvernants de l’époque, tous les aspects de l’information que recèle cette correspondance ne seront pas abordés. J’ai, en particulier, laissé de côté nombre de ses réflexions sur les questions proprement politiques, d’autant que ces réflexions sont souvent fragmentaires, y compris celles se rapportant à certains événements politiques importants. Ceux-ci sont traités de façon systématique par de nombreux auteurs, même si le rôle de Chérif dans la gestion de ces événements n’apparaît pas toujours très clairement.2 Par ailleurs, pour pallier les lacunes qui rendaient impraticable un traitement chronologique suivi de cette correspondance, je me suis attaché à mettre en évidence d’autres éléments qui, quoiqu’aussi fragmentaires, pourraient témoigner d’une évolution dans les idées et la façon de penser de cet éminent homme d’Etat. Cette évolution pourrait, en fait, apparaître tout aussi significative que les événements, assez connus, auxquels Chérif a été associé pour ce qui est de notre compréhension des mutations profondes qu’a connues l’Egypte au cours de cette période. Ces éléments d’évolution seront restitués à partir des réflexions subjectives que l’auteur de cette correspondance nous offre sur la société et ses contemporains, qui permettent d’éclairer l’expérience d’un individu « exemplaire » et témoignent de l’émergence progressive d’une identité socio-culturelle aussi bien que politique dans laquelle vont se reconnaître les élites égyptiennes à cette époque clé. La correspondance privée de Muhammad Pacha Chérif permet ainsi de tenter de saisir le processus de transition entre une génération « traditionnelle » (avant l’intervention financière et politique de l’Occident dans les affaires internes de l’Egypte) et la génération suivante qui vivra plus de trois décennies — jusqu’à la proclamation en 1922 de la souveraineté de l’Egypte — sous l’occupation britannique et qui sera amenée, en l’espace de dix ans, à réévaluer certaines valeurs qui avaient été essentielles pour leurs parents, mais qui ne répondaient plus aux besoins engendrés par la crise intérieure et extérieure de l’Egypte, avant et après 1882.

Recomposition des valeurs traditionnelles à l’époque de Sa’îd Pacha. Premiers fragments épistolaires

  • 3 Point n’est besoin ici de détailler la carrière très connue du colonel Sèves, expatrié français qu (...)
  • 4 Il s’agit de Muhammad, fils aîné de Chérif, qui sera, quelques années plus tard, étudiant à Vienne (...)
  • 5 Lors des réunions du Conseil des ministres, il se montre particulièrement attentif aux rumeurs de (...)

4En quoi la correspondance d’un homme d’Etat peut-elle aider à reconstituer ce que j’ose appeler les valeurs « socio-éthiques » ou « socio-morales » de la génération des élites égyptiennes qui se mettent en place durant les règnes de Sa’îd et Ismâ’îl Pacha ? Les premiers documents conservés dans les archives familiales de Chérif, datant de 1273-74 A.H. (1858-1859), offrent une base générale pour l’hypothèse que je tente ici d’élaborer. Ces lettres furent adressées en 1858 par Chérif, deux ans après son mariage, à son épouse Nazli, l’une des filles de son premier « patron » officieux, Sulayman Pacha (le colonel Sèves).3 Chérif vient alors de bénéficier de sa première nomination civile en tant que ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Sa’îd Pacha. Dans ses toutes premières lettres, Chérif fait allusion aux avantages matériels que sont en droit d’espérer ceux qui remplissent une haute fonction au service de la vice-royauté. Le nouveau ministre veut surtout confirmer à son épouse que Sa’îd va lui accorder la gratification financière dont il a besoin pour faire l’acquisition de la « nouvelle maison » dans laquelle il compte s’installer au Caire avec sa famille. Notons ici un point essentiel quant aux conditions de leur installation en 1860 : cette maison servira à loger non seulement le couple avec l’enfant qui va bientôt naître,4 mais aussi les membres de la famille immédiate de Nazli et leurs conjoints. Certains de ces derniers avaient, nous le verrons, l’espoir d’être nommés à des postes assez importants pour que Chérif considère que leur réputation aux yeux du vice-roi fait partie de la sienne propre, et que la faveur du souverain à leur égard rejaillira sur lui.5

  • 6 Voir, par exemple (dans la lettre précitée) l’intérêt qu’il montre pour « la réconciliation récent (...)

5L’attention que Chérif consacre aux divers membres de sa famille, que reflètent les salutations qu’il charge Nazli de transmettre dans les lettres qu’il lui adresse,6 désigne deux facteurs fondamentaux dont on peut faire l’hypothèse qu’ils président aux recompositions en cours : l’importance du maintien d’une hiérarchie à l’intérieur de la famille étendue, jusque-là « dirigée » par Sulayman Pacha et la reconnaissance et le respect par le milieu environnant, et en particulier par les élites et la hiérarchie officielle, de l’importance du maintien de l’intégrité de ces liens familiaux.

  • 7 Lettre de Chérif à Nazli, Mariout, 9 ramadan 1273 h (1859).

6Pendant la période qui précède l’accession au trône d’Ismâ’îl, en 1863, on constate que Chérif s’appuie sur ses deux beaux-frères, Iskandar Bey (frère de Nazli) et Mourad Bey (mari de la sœur de Nazli) pour réaliser un certain nombres d’objectifs dont la réalisation passe par la « mise en scène » des comportements « exemplaires » des membres de sa famille. Ainsi, Chérif les « délègue-t-il » lorsque, appelé par ses fonctions hors de la capitale, il ne peut participer aux activités de la « cour » du vice-roi. De la même façon, quand il doit se déplacer, avec la suite de Sa’îd, ce sont eux qui sont chargés de rester à l’écoute des potins en tous genres qui circulent dans la haute société cairote, à l’affût d’informations utiles pour lui ou sa famille. Ce sont les mêmes préoccupations ; présentes dans d’autres correspondances, moins personnelles que celles qu’il entretenait avec Nazli, qui lient Chérif aux cercles qui « comptaient » pour lui et pour les intérêts de sa famille. D’Alexandrie, par exemple, où il se trouve en l’an 1237 de l’hégire (1859), juste avant le départ de Sa’îd pour Izmir, Chérif évoque les lettres qu’il recevait de « papa » (Sulayman Pacha) et d’Iskandar Bey. En dehors des « affaires officielles » que ses correspondants étaient chargés de surveiller pendant ses absences, il lui arrive d’évoquer les dispositions à prendre, par exemple pour assurer les dépenses de la famille durant le mois de Ramadan — ainsi ces instructions données à Nazli de prélever « cinq ou six Napoléons » de la caisse familiale pour les remettre à son frère Iskandar — indice de l’importance qu’il accorde aux obligations, même de nature privée et anodines, liées au maintien du « protocole familial », auquel un membre mâle de la famille doit veiller durant ses absences.7

  • 8 Lettre de Chérif à Nazli, Alexandrie, le 19 mars 1860.
  • 9 L’affaire concerne les conditions de « retraite » de plusieurs « vieux compagnons d’armes » de feu (...)

7Ces fonctions de « représentation par procuration » apparaissent d’autant plus importantes qu’elles engagent l’image de la famille à la « cour » — à laquelle Iskandar Bey et Mourad Bey semblent bénéficier d’un droit d’accès même s’ils ne remplissent pas de fonctions officielles. On en trouve une illustration lors du décès de Sulayman Pacha, en mars 1860. En déplacement à Alexandrie avec le vice-roi à ce moment délicat, Chérif se préoccupe de la façon dont le propre fils de Sulayman Pacha saura tenir son rôle en se plaçant du double point de vue du « protocole familial » et du « protocole » vice-royal. Son beau-frère, Iskandar Bey, attendu à Alexandrie par Sa’îd pour mettre en ordre la succession de Sulayman Pacha, a, malgré les circonstances, jugé bon de rester « avec sa mère souffrante », décision qui a apparemment déplu au vice-roi8 et que Chérif lui-même désapprouve, soulignant que « tout aurait été plus facile » si Iskandar avait écouté ses conseils et, avant de rejoindre sa mère, avait arrangé certaines affaires que sa « position » ne lui permettait pas d’ignorer d’autant que le vice-roi avait, en cette matière, fait connaître sa volonté.9

  • 10 Par exemple à l’occasion de la fête turque de « Kitmak » que Chérif qualifie d’un « usage à ne pas (...)

8D’autres lettres datant de la même période montrent que cette préoccupation pour « la forme » dans le comportement socio-familial de Chérif dépasse les questions proprement matérielles pour engager tout un domaine où la responsabilité du chef de famille confine à l’obligation morale. Ainsi, lors des multiples célébrations, publiques de tous ordres — et jusqu’aux manifestations locales, voire « folkloriques » — « la forme » exige que la famille soit représentée par au moins un de ses membres importants. Les déplacements de plus en plus fréquents de Chérif font que cette responsabilité incombe le plus souvent à son beau-frère Mourad. A chaque fois qu’il arrive à celui-ci de manquer une cérémonie, ou si l’absence d’un représentant de la famille risque d’être remarquée par le vice-roi, Chérif prend le soin d’excuser son beau-frère en prétextant une maladie.10 Le fait d’être obligé de rappeler à Mourad, dans les lettres qu’il envoie à sa femme, qu’il attend des nouvelles de la capitale suggère son impatience due au fait que ses proches ne réalisent pas l’importance de leurs fonctions au sein de la famille étendue.

  • 11 Lettre de Chérif à Nazli, le 19 mars 1862.

9Nonobstant quelques « pas de clerc » d’Iskandar ou de Mourad, vers la fin du règne de Sa’îd Pacha, Chérif trouve à plus d’une reprise l’occasion de s’assurer que la reconnaissance de la position éminente de sa famille dépasse le milieu de la cour pour toucher les rapports entre l’élite cairote et le milieu des étrangers de plus en plus nombreux à avoir des affaires en Egypte. Lorsque Chérif réussit à obtenir la désignation de Mourad Bey pour participer à l’escorte d’un membre de la famille royale belge en visite au Caire, l’on voit bien ce qui fait, au regard des valeurs de l’époque, l’importance d’une telle désignation : Chérif n’attend rien de particulier d’un contact avec ce prince européen, à peine identifié dans sa lettre.11 Ce qui semble être important, c’est que les deux autres familles, dont un représentant pouvait espérer être désigné — celle d’un Edhem Pacha et celle d’un Khalil Bey — soient obligées de reconnaître que leur influence auprès du vice-roi n’égale pas celle de la famille de Chérif.

Le changement d’environnement politique sous Ismâ’îl : effets possibles sur le « Code éthique » des familles de l’élite

  • 12 Pour un résumé de la carrière de Chérif entre 1866 (où il occupe les fonctions de premier ministre (...)

10On peut tenter d’identifier les facteurs qui allaient agir comme catalyseurs d’une recomposition du mode d’expression de valeurs socio-culturelles entre cette première période de correspondance fragmentée et une deuxième période où, malgré une lacune regrettable d’une dizaine d’années, la correspondance familiale sera beaucoup plus suivie. Tout d’abord, certains effets « historiques » et objectifs apportés par le changement de règne en 1863 doivent être pris en compte, et ne se limitent pas à l’ouverture d’un nouveau chapitre politique et financier, par ailleurs bien connu, dans l’histoire de l’Egypte. Pour Chérif lui-même, l’avènement du nouveau souverain se traduit par une considérable extension de ses fonctions officielles auprès du futur khédive.12 Au niveau des institutions par lesquelles les élites doivent dorénavant passer pour assurer une reconnaissance de leur statut dans la société et dans la hiérarchie gouvernementale, le changement de règne doit s’avérer très significatif. La correspondance de Chérif suggère aussi — et c’est ce qui nous intéresse le plus ici — une réorientation des valeurs éthiques et morales qui va donner aux élites égyptiennes auxquelles appartient Chérif une nouvelle perspective sur « l’ordre des choses » et leur place respective : en schématisant, ce n’est plus la cour qui définit les rôles qu’il revient aux élites d’accomplir sous sa protection éminente, mais plutôt les membres de l’élite qui, du fait de l’importance des responsabilités qu’ils assument et du sens de l’intégrité dont ils font preuve, méritent la reconnaissance dont ils bénéficient en se qualifiant comme élite.

  • 13 Sur la montée de l’influence étrangère, principalement dans la logique des activités des organisme (...)

11Point n’est besoin de revenir ici en détail sur les deux changements institutionnels majeurs survenus sous Ismâ’îl qui, selon notre hypothèse, contribuent de façon indirecte à l’effet que nous nous proposons d’étudier dans la correspondance privée de Chérif : l’introduction d’un gouvernement exécutif socialement hiérarchisé, d’une part, et l’accroissement évident dans tous les domaines de l’influence étrangère en Egypte, d’autre part.13

12Pour Chérif lui-même, la période en question scelle son succès politique en lui donnant accès au cercle dominant de l’élite au sein de laquelle sa position politique et sociale éminente permet d’imposer son autorité aux « élites intermédiaires » représentées par le majlis an-nuwwab, et où se joue la compétition pour le sommet de la hiérarchie représenté par le poste de premier ministre. Le fait que, politiquement, la signification de cette hiérarchie et celle de l’exercice même du pouvoir au sommet se soient trouvées transformées sous le règne d’Ismâ’îl aura un effet décisif sur le concept éthique de « l’ordre des choses » qui se fait jour au sein de cette élite, comme en témoigne la correspondance qu’il entame, vers la fin des années 70, avec son fils Muhammad qui réside en Europe pour y faire ses études.

13Peut-être la promotion exceptionnellement rapide dont il a bénéficié pendant la période où Ismâ’îl met en œuvre ses grands projets permet-elle d’expliquer le moindre souci manifesté par Chérif de maintenir l’image de sa famille sur le terrain traditionnel des relations de cour. Quelle qu’en soit la raison, l’intérêt et la vigilance que manifeste Chérif à la préservation d’une sorte de « Gemeinschaft » d’ordre supérieur ont cédé la place à un souci beaucoup plus précis pour le maintien de ses propres positions dans le petit cercle des élites dirigeantes, en particulier par rapport à ceux de ses membres qui peuvent prétendre rivaliser avec lui pour l’accès au sommet des responsabilités politiques. Mais qu’en est-il du « terrain éthique » ?

  • 14 . 14. Voir par exemple, la lettre du 4 novembre 1879, où Chérif décrit les promenades à faire auto (...)

14Dans le contexte des années 1870, Chérif n’a plus les mêmes raisons d’accorder autant d’importance à la réputation de ses beaux-frères. Sa famille présente dorénavant tous les attributs liés à son rang avec l’acquisition, dans les années 1860, de biens fonciers en province et l’entretien d’une résidence secondaire à Helwan où sont reçus les amis de la famille à l’occasion des fêtes ou des parties de chasse. Dès 1867, ces deux sujets — les réceptions et les parties de chasse — occupent à eux seuls la majeure partie des passages de sa correspondance consacrés aux « mondanités ».14 L’élément de nouveauté, dans les lettres qu’il adresse à son fils à partir de 1869 — celui-ci vient d’avoir ses dix ans —, ce sont les jugements que Chérif formule sur les comportements de ses rivaux politiques, mais aussi sur ceux des membres de sa propre famille qui vont à l’encontre de ce qu’il présente comme son propre « code éthique ». Ce qu’il nous semble intéressant de souligner ici, c’est l’évolution qui le conduit des valeurs « empiriques » qui s’expriment dans sa correspondance des « années Sa’îd Pacha » au système de jugements moraux, de plus en plus élaborés, qui se fait jour au cours de cette période. Il faudrait pouvoir montrer comment, d’une part, ils correspondent à l’évolution de ses responsabilités politiques et aux orientations prises par sa carrière d’homme d’Etat, et, d’autre part, comment ils se transposent en un système de valeurs « privées » que Chérif entreprend d’inculquer à sa famille.

  • 15 Lettre du 3 septembre 1869. Le « thème éducatif » réapparaît plusieurs fois, en particulier pendan (...)

15Dans les notations de sa correspondance qui témoignent de l’attention qu’il porte à l’éducation de son fils, on peut déceler, à partir de 1869, l’émergence d’influences « non égyptiennes », dans la formulation de principes nouveaux ou l’identification de « personnalités » dignes d’être imitées. Soulignons ici le contraste que présente l’intérêt nouveau que Chérif manifeste vis-à-vis des systèmes de connaissances et des modèles européens par rapport avec l’attitude plutôt indifférente qui était la sienne à l’égard de l’ » environnement » européen dans lequel se mouvait la famille de son beau-père, dix ans auparavant. Une lettre de septembre 1869 montre que Chérif a nettement décidé d’intensifier les relations de son fils avec la culture occidentale, au- delà des limites strictement « professionnelles » qui avaient caractérisé celles de sa propre génération avec cette culture (en l’occurence, dans son propre cas et dans celui de ses beaux-frères, une formation étroitement militaire). Muhammad a à peine onze ans lorsque Chérif recrute un précepteur européen qu’il charge de lui donner des leçons de grammaire et de composition française,15 insistant dans les lettres qu’il adresse à son fils sur l’importance qu’il accorde à la discipline et à l’application dans ses rapports avec ses enseignants européens. On peut aussi y voir les bases du système de valeurs qu’il va retourner contre ses pairs au sein de l’élite égyptienne.

Reprise de la correspondance lors du départ de Muhammad à Vienne

16C’est dans les lettres à son fils, tout au long du séjour viennois de celui-ci, que les correspondances entre les « leçons morales » qu’il lui adresse et les tribulations de la carrière politique de Chérif apparaissent le plus clairement. Le départ de Muhammad à Vienne coïncide avec une rude mise à l’épreuve des valeurs personnelles et éthiques dans le contexte de la crise qui se noue en 1878-79 : la déposition d’Ismâ’îl et l’imposition d’un contrôle franco-britannique direct sur les affaires intérieures de l’Egypte constituent le premier revers politique sérieux dans la carrière de Chérif. La correspondance qu’il entretient avec son fils, dans laquelle il a à cœur de s’expliquer sur le pourquoi de cet échec politique, ouvre une perspective unique sur la recomposition de ses idées et de ses valeurs personnelles.

17Les premières lettres abordent la question du « protocole » que Muhammad doit respecter dans ses relations avec les diverses personnalités autrichiennes qui avaient fréquenté la famille de Chérif, en Egypte, pendant la période de son ascension politique, dans les années 1870, et dont certaines étaient intervenues (ou allaient le faire) pour aider celui-ci. Ces questions « protocolaires » fournissent à Chérif le « prétexte » à partir duquel celui-ci va progressivement formuler le dilemme auquel le confronte la crise de 1879 : comment concilier l’adoption de systèmes de valeurs et d’objectifs mis à l’ordre du jour par la densification des interactions entre les élites égyptiennes et l’Europe et les perspectives de désagrégation de la hiérarchie traditionnelle, sur laquelle reposait, précisément, l’ » élitisme » de la génération de Chérif ?

18Sur le plan personnel, sa correspondance montre qu’au cours des années 1870, Chérif a commencé à douter du système traditionnel et de ce que l’on pourrait désigner comme ses fondements « empiriques » : l’exigence de « se trouver là où il faut être, au moment où il le faut ». La question qui se pose à lui est, dès lors, celle des conséquences du fait que, n’arrivant pas à cristalliser un système de valeurs « compréhensible » par les Européens, les élites égyptiennes s’exposent à la censure de ceux-ci, d’où la menace de déboucher sur une crise à la fois interne — la capacité d’auto-gouvernement — et externe, la reconnaissance internationale de leur système d’emprise. Le « code éthique » que Chérif décline à l’usage de son fils pointe sur des valeurs dont il constate l’absence non seulement chez ses rivaux politiques, mais aussi chez certains membres de sa propre famille. Le trouble individuel dans lequel vivent les uns et les autres reflète le trouble plus général qui a saisi le pays et ses élites politiques. La série d’une vingtaine de lettres que Chérif écrira à Muhammad entre l’automne de 1879 et l’été de 1882 contient plusieurs indices des tensions contradictoires qui travaillent la pensée de Chérif, entre son attachement aux valeurs éthiques et politiques du passé, d’une part, et, d’autre part, son désir de se convaincre que les valeurs représentées par les Européens en Egypte pourraient servir d’alternative pour sauver l’Egypte d’elle-même.

19Le premier « volet » de ce dilemme est illustré par la critique qu’il instruit de Mustafa Riadh, le nouveau premier ministre désigné par Tawfïk Pacha, le successeur d’Ismâ’îl. Chérif voit dans l’installation de son gouvernement, « comme si de rien n’était », la marque et le produit d’une double hypocrisie dont se seraient rendus coupables les Européens tout autant que les Egyptiens. Le compromis adopté de part et d’autre tient, à son avis, à autre chose qu’à des motivations politiques évidentes : il y voit le fruit d’un égoïsme et d’un opportunisme bassement matériel et intéressé, sur lesquels il ne se privera pas de faire fond pour dénoncer nominalement ses rivaux, tout en prétendant ne se dévouer lui-même « qu’aux besoins du pays », argument qu’il invoquera de plus en plus systématiquement pour justifier sa critique négative de ses pairs et proches, au fur et à mesure de l’aggravation de la crise.

  • 16 Lettre du 2 octobre 1879.
  • 17 Selon Chérif (lettre du 8 octobre 1879) « Le pauvre diable (de) journaliste indigène » à la solde (...)

20Cependant, justifiant son abstention à reprendre la lutte, Chérif écrit à son fils à l’automne de 1879 : « Le Président du Conseil (Riadh) suit maintenant (le programme de) Nubar... Dieu sait où cela nous conduira. Pour ma part je suis tellement dégoûté de la vie politique que j’y reviendrai difficilement. Là où il n’y a pas d’honnêteté on ne me trouvera pas ! »16 Une lettre ultérieure montre pourtant que Chérif a des raisons immédiates de défendre sa réputation contre ceux qui l’accusent dans les coulisses d’avoir tiré politiquement profit de ses relations dans la communauté européenne (plus précisément auprès de ces mêmes personnes qui, étant originaires de Vienne, l’aidaient à titre privé lorsque son fils en avait besoin). Ses adversaires ont ainsi fait état des relations personnelles de Chérif avec Mr. Keller, avocat auprès des tribunaux mixtes d’origine autrichienne, qui supervisait le séjour de Muhammad à Vienne. Ils vont jusqu’à suggérer l’existence d’un « représentant officieux » de Chérif, chargé de défendre ses idées dans les pourparlers officiels qui se déroulent à Vienne à propos de la réforme de la dette publique égyptienne. Qu’il s’agisse de ces rumeurs, ou de répondre à une maladroite campagne de presse pour dénigrer ses intentions supposées, Chérif fait face à ses critiques en brandissant l’argument de sa « supériorité morale » face à l’avilissement de ses adversaires : « J’ai toujours eu l’intérêt de mon pays un peu plus à cœur que ces intrigants. »17 Plus loin dans la même lettre, il a de nouveau la conviction que, à cause de « son manque d’honnêteté, Riadh prépare un joli gâchis pour l’Egypte ».

21Les rivaux de Chérif cherchent ainsi un moyen de le compromettre faisant fond sur son influence supposée auprès de personnalités européennes de premier plan résidant en Egypte. Cependant, ce n’est pas dans son association avec Keller qu’il faut chercher, mais bien plutôt dans ses relations avec le vice-président autrichien de la cour d’appel mixte d’Alexandrie, un homme beaucoup plus engagé dans la politique khédiviale. S’il existait ce que nous pourrions appeler une « biographie idéale » que Chérif aurait voulu opposer au déclin qu’il constatait autour de lui, cet idéal se serait incarné en la personne du juge Aloysius von Lapenna. Il ne s’agit pas de suggérer ici l’existence d’une connexion politique directe entre Chérif et le juge von Lapenna dans les débats sur les réformes en cours. Plutôt, je voudrais insister sur la manière dont Chérif va utiliser l’image de ce magistrat (à l’exclusion de toute autre personnalité, égyptienne ou étrangère) pour illustrer, pour la gouverne de son fils, les valeurs qui doivent prévaloir si l’on espère éviter l’extension de la crise qui menace l’Egypte.

22Le contexte se prête, à n’en pas douter, vers la fin de 1879 et le début de 1880, à cette transposition de l’estime de Chérif pour la famille von Lapenna, qui a intégré le père et le fils à leur cercle de relations (le premier à Alexandrie et au Caire, le second à Vienne), en une pédagogie des valeurs que Chérif prétend adopter pour lui-même et inculquer à son fils. Cette pédagogie repose, répétons-le, sur la mise en opposition de l’honnêteté et de la malhonnêteté comme ligne de conduite morale à l’usage de son fils en même temps que de l’élite de son pays. Le changement d’orientation qui se dessine, durant cette année de correspondance, c’est la désignation des institutions à propos desquelles Chérif juge à même d’assurer que la malhonnêteté sera, au bout du compte, vaincue par l’honnêteté.

  • 18 Cannon B., Politics of Law and the Courts in 19th Century Egypt, University of Utah Press, 1988, p (...)

23Au départ tout témoigne de sa conviction que la justice, en tant qu’institution, doit se défendre elle-même, en s’appuyant sur l’intégrité et le dévouement des hommes qui se sont mis à son service. Mais une deuxième conception ne tardera pas à s’imposer à Chérif, selon laquelle la défense de la justice doit être assurée par une institution plus « sûre » : l’armée professionnelle en tant que garant, « en dernière instance », de l’intérêt collectif. Le premier contexte dans lequel va s’opérer cette évolution est celui de la tension qui oppose Riadh et ses « patrons » de l’Entente cordiale franco-britannique, d’un côté, et ceux que l’on peut qualifier, en se plaçant du point de vue de Chérif, de « gens honnêtes », de l’autre, à propos de la réforme de la justice en Egypte. Sans entrer dans les détails du contexte politique et institutionnel dans lequel ce problème est posé,18 c’est la façon dont se met en place la notion de ce que l’on peut désigner comme la « personnalisation » de l’intégrité judiciaire, telle qu’elle se reflète dans la correspondance de Chérif. D’une part, cette intégrité dépend des actions et des comportements des individus qui ont la charge de l’administration de la justice, au premier rang desquels A. von Lapenna. De l’autre, les forces qui la menaçent se trouvent du côté de ceux qui, par manque d’intégrité, admettent d’utiliser leur pouvoir ou leur influence pour, au nom d’une prétendue « raison d’Etat », détourner de leur mission les institutions qui ont la charge de maintenir la justice et l’équité entre les différents intérêts en présence, dans le contexte de l’aggravation d’une crise indissolublement financière et juridique.

  • 19 Lettre du 21 octobre 1879.
  • 20 Voir les procès-verbaux de la sous-commission de la réforme judiciaire en Egypte, du 11 décembre 1 (...)

24En 1879-80, Chérif n’a de cesse que de dénoncer un Conseil des ministres dont les projets de réforme ne semblent avoir d’autre but que de désarmer le système des tribunaux mixtes, pour des considérations de basse politique, par peur que les opinions européennes, à force de voir l’administration égyptienne trop fréquemment condamnée devant des tribunaux réputés « indépendants », ne prennent pas au sérieux le gouvernement de l’Egypte. Faisant référence à la naïveté de Riadh, il écrit à Muhammad qu’ » il est impossible d’être plus nigaud ».19 Chérif place tous ses espoirs de voir échouer les démarches de Riadh, afin de se mettre « au-dessus de la loi », dans l’arbitrage d’une commission internationale — présidée par le juge von Lapenna — qui se réunit entre décembre 1880 et janvier 1881 pour examiner un projet de réforme des tribunaux mixtes qui sera finalement rejeté, à sa grande satisfaction.20 Chérif saisit l’occasion pour souligner « le rôle important » de von Lapenna et sa contribution à la cause de la justice en Egypte face à ses ennemis, dont le tort principal est d’avoir méconnu la nécessité de sauvegarder à tout prix le respect dû aux institutions judiciaires. C’est seulement au prix de ce respect que les valeurs « modernes » des Européens trouveront leur voie et seront adoptées en Egypte.

25Même s’il est patent que ces prises de position de la part de Chérif sont liées à une conjoncture historique précise, elles n’en illustrent pas moins la teneur de la leçon morale que celui-ci s’efforce de faire partager à son fils : celle-ci entend dépasser la simple notion d’honnêteté, fondée sur le rapport à la vérité et au mensonge, pour construire l’idée centrale d’intégrité. Cette dernière adjoint à la notion « simple » d’honnêteté la capacité de l’individu à reconnaître ses erreurs et ses échecs et à se corriger par l’application stricte de jugements nécessaires.

  • 21 Voir, par exemple, les lettres datées du 21 et 30 mai 1880, dans lesquelles Chérif accuse Riadh de (...)
  • 22 Voir une lettre du 8 octobre 1879 sur la façon dont est intervenue la nomination du premier secrét (...)

26Les lettres des années 1880 et 1881 reprennent ce thème à maintes reprises, avec en contrepoint la dénonciation des méthodes « douteuses » de ses rivaux, Riadh et Nubar, et de leurs « patrons » européens. En matière financière, notamment, l’honnêteté de ses principaux rivaux est plus d’une fois remise en cause,21 non sans que Chérif s’autorise à recourir, de façon caustique, aux potins mondains, voire aux purs et simple ragots.22 Plus important encore pour l’élucidation de sa propre moralité, Chérif se trouve en situation de devoir critiquer les actes de certains membres de sa propre famille, dont les valeurs s’avèrent de plus en plus déficientes, voire, nous le verrons, qui se rendent coupables de comportements indubitablement « malhonnêtes ».

  • 23 Le nombre total de références à von Lapenna dans la correspondance de Chérif est véritablement imp (...)

27Encore une fois, ce qui est frappant dans cet exposé de valeurs positives ou négatives, de comportements donnés en exemple ou désignés comme « repoussoirs », c’est la mise en regard que ne cesse d’opérer Chérif entre les « défaillances de caractère » qu’il diagnostique chez ses rivaux politiques, et ce qu’il semble vouloir présenter comme l’intégrité exemplaire, emblématique, incarnée en un individu : Aloysius von Lapenna. Celui-ci est pratiquement la seule personnalité en vue mentionnée dans la correspondance de Chérif qui échappe à la critique éthique à laquelle il soumet systématiquement toutes les autres personnalités, Egyptiens et Etrangers, qu’il convoque dans ses lettres. Personnification de l’excellence et de la globalité des principes moraux proposés par Chérif à l’imitation de ses concitoyens, celui-ci apparaît, dans sa correspondance, sous différentes figures, toutes « exemplaires » : en tant que candidat à la présidence de l’Académie à Vienne, comme père de famille modèle, et comme seul auteur en situation d’énoncer la vérité sur la réforme judiciaire.23

  • 24 Sur les circonstances qui conduiront à la chute de Riadh et à la désignation de Chérif pour former (...)

28Ce positionnement éthique de Chérif est-il destiné à résister aux chocs qui ne manqueront pas de se produire au moment de son retour, en pleine crise, à la tête du ministère, en septembre 1881 ? Ou bien l’ébranlement de tout le domaine publique, suite à la déposition d’Ismâ’îl sur décision franco-britannique, va-t-il périmer l’idéalisme que Chérif semblait vouloir implanter dans l’esprit de son fils, en même temps que la « distance morale » que Chérif prétend préserver entre lui-même et le pouvoir ? Le hasard fait que, avant même son retour à la tête du gouvernement, la relation entre les valeurs publiques de Chérif et ses valeurs personnelles va se trouver mise à l’épreuve, dès le mois de juin 1880.24

Disgrâce des personnages, des cadres professionnels, et du pays

  • 25 Lettre de Chérif à son fils Muhammad le 13 juin 1880. Chérif est à ce moment « retiré » dans l’une (...)

29En juin 1880, Chérif apprend que Chahin Pacha, membre par alliance de sa famille (et qui a suivi, comme lui, une carrière militaire jusqu’au poste de ministre de la Guerre sous Ismâ’îl), a obtenu la citoyenneté italienne pour lui-même et pour toute sa famille. Cet événement familial traduit au grand jour les effets du climat d’insécurité qui commence à déstabiliser les élites sociales du pays. Dénonçant le gouvernement égyptien autant, sinon plus, que Chahin lui-même, Chérif écrit à Muhammad : « Si les choses continuent comme elles vont, il y en aura beaucoup qui suivront l’exemple de Chahin. Cela fait honneur à nos gouvernants. (...) Bientôt personne ne respectera l’autorité égyptienne. Cela ne peut pas continuer... ».25 Cet incident va servir de catalyseur dans la quête par Chérif d’un symbole d’intégrité dont sa correspondance se fait l’écho pendant toute l’année qui précède son retour au ministère. Deux thèmes reviennent de manière récurrente : la défense de l’honneur de l’armée, et le passage devant la justice de ceux qui portent atteinte à cet honneur. Il ne fait pas de doute, au moins dans la correspondance qui a été conservée, que l’intégrité de l’armée apparaît de plus en plus clairement à Chérif comme l’ultime garant de celle du pays lui-même, voire comme la seule force capable de s’opposer aux courants qui mènent l’Egypte vers une catastrophe politique.

  • 26 La tête de file de ce mouvement, qui ne sera étouffé qu’au printemps de 1882, était le ministre de (...)
  • 27 Il semble s’agir du mari de l’une des plus jeunes sœurs de Nazli.

30Dans la mesure où la famille de Chérif est directement concernée par le drame que représente la révolte de divers secteurs de l’armée égyptienne en 1881-1882, on peut suggérer que la tension entre justice et honneur au sein de sa propre famille reflète à une échelle personnelle et domestique, le dilemme moral de l’Egypte elle-même. Pour « gérer » cette tension, Chérif va adopter, sur le terrain familial comme sur le terrain politique, une ligne de conduite qui lui est dictée par sa formation professionnelle, renonçant définitivement à l’ » idéalisme » qu’avait conforté le « modèle » du juge von Lappena et la représentation d’une justice « garante d’elle- même » qui prévalait dans les premières lettres. Encore une fois, un événement familial va servir de catalyseur : la participation d’un membre de la famille à la conjuration anti-’urabiste des officiers « turco-circassiens » au sein de l’armée égyptienne.26 Après la première mention des « intrigues » de Mahmoud,27 le cours de ses réflexions porte Chérif à s’interroger, de façon de plus en plus pressante, sur la relation entre le concept d’une éthique privée et personnelle — on l’a vu jusque-là assez idéaliste — et le domaine plus large d’une éthique ou d’un devoir civique. Pourtant, lorsque l’affaire éclate, d’abord sur le terrain familial, et même lorsque les agissements de Mahmoud seront connus du public, le jugement que Chérif porte sur la « bête noire » de sa famille confond la question du caractère personnel, de l’éthique professionnelle et des questions de politique plus larges. C’est dans l’articulation de ces trois niveaux qu’il faut rechercher, nous semble-t-il, le « code éthique » définitif de Muhammad Chérif lors de la dernière phase de sa carrière politique.

  • 28 Lettre du 28 novembre 1880.

31Entre juin et novembre 1880, la divulgation des « manigances » de Mahmoud — se doublant à chaque étape d’affaires de mœurs — prend une tournure de plus en plus dramatique, passant du registre criminel à celui de la subversion politique. Compromis par l’un de ses parents (l’oncle Sala dans la correspondance de Chérif) qui a probablement découvert l’association clandestine de Mahmoud avec la « cellule » d’officiers menée par Osman Rifqi, Mahmoud n’hésite pas à menacer violemment les membres de sa propre famille, à quoi Chérif riposte par l’expulsion de la maison familiale de la « bête noire », suivie de près par l’arrestation et l’incarcération de Mahmoud et de son frère ‘Ali.28 Il y a là un véritable ébranlement de l’édifice familial qui explique, nous semble-t-il, que Chérif en vienne à se convaincre que tout code moral, applicable aux individus comme à la collectivité, doit être doté de « dispositifs » permettant de contrôler, si nécessaire par la force, ce que le caractère de l’homme ne peut contrôler à lui seul. Chérif ne précise pas dans ses lettres si la cour martiale qui inculpe Mahmoud et son frère le fait sur la base des menaces proférées au sein de leur propre famille, ou si les charges retenues contre eux concernent leur association au complot des officiers anti-urabistes. L’essentiel pour notre propos est la leçon que Chérif tire de cette affaire au bénéfice de Muhammad : en substance, le fait que ce scandale, au premier abord apparemment d’ordre privé, dévoile la faiblesse des institutions, et au premier chef de l’armée, en laquelle pourtant il voulait voir l’ultime garant de la mise en œuvre de la justice dans la société.

  • 29 Lettre du 28 novembre 1880.

32Ceci lui sera confirmé, en février 1881, par la dissidence d’autres officiers, urabistes cette fois, qui s’opposent au gouvernement au nom de la défense des intérêts des officiers « indigènes », et qui achève de le convaincre que la désagrégation de l’autorité fait de l’armée le maillon le plus faible dans la crise que traverse la société égyptienne. A la suite du jugement de non-lieu dont bénéficient Mahmoud et Ali, Chérif écrit à son fils : « Quelle discipline dans cette armée égyptienne ! La loi militaire aurait dû donner une peine de cinq ans pour ce qu’ils ont fait. En Egypte, où l’on veut copier l’Europe avec tambours et trompettes, un acte d’infamie de ce genre reste impuni. Quelle plaisanterie que notre progrès ! Je vais parler au Khédive lors de ma prochaine visite au palais au sujet des procédés de son gouvernement. »29

  • 30 La contribution de Chérif au premier mouvement constitutionnel (entre 1879 et 1882) se résume à sa (...)
  • 31 Lettre du 7 novembre 1881.
  • 32 Lettre du 31 octobre 1881.

33L’indignation qu’inspirent à Chérif les manquements et les fautes de la hiérarchie militaire est plus que le « pendant » ou le « revers » de celle que suscitent en lui les comportements indignes d’un membre de sa propre famille : elle en est le prolongement et la conséquence logique, ou mieux, elle dérive des mêmes prémisses et désigne le même système de causalités à l’œuvre dans la dissolution en cours de la société égyptienne. Cette cohérence même est ce qui pourrait nous inciter à reconsidérer la place assignée à Chérif par les interprètes « autorisés » de l’histoire constitutionnelle égyptienne.30 Un des éléments significatifs à l’appui de cette réévaluation est la position prise par celui-ci dès lors qu’est consommée la scission de l’armée entre Urabi et ses partisans, d’une part, et les officiers conservateurs emmenés par Osman Rifqi, d’autre part. Sans trancher en faveur de l’un ou l’autre camp, ce qui lui semble fondamental, c’est l’exigence absolue de la préservation de l’ordre, en particulier dans l’armée, mais valable aussi et surtout pour la société elle- même, pour la mise en œuvre de la justice et le respect de la hiérarchie — qui sont toutes deux gravement mises en cause par les protagonistes du conflit qui divise l’armée — et hors desquelles il ne voit pas d’issue à la crise politique. De manière significative, il exprime ses doutes, moins de trois mois avant d’être rappelé à la présidence du Conseil, quant à la consistance des rumeurs selon lesquelles l’armée se rangerait aux côtés de ceux qui revendiquent une restructuration constitutionnelle des conditions d’exercice du pouvoir gouvernemental en Egypte, comme veulent le croire tous les partisans de cette approche. En réalité, au fur et à mesure que l’on se rapproche de la période de mobilisation maximum des forces constitutionnalistes au sein du Majlis al-nuwwab, en 1881-1882, l’opinion privée de Chérif penche vers la nécessité de rétablir la discipline sur l’armée pour pouvoir utiliser celle-ci comme l’instrument décisif de la résolution de la crise. Alors qu’il est redevenu chef du gouvernement, Chérif exprime à plusieurs reprises ce point de vue dans sa correspondance avec Muhammad : « Si l’armée devient raisonnable, écrit-il, je suis sûr que nous sortirons sains et saufs du (mot illisible), où nous a laissés la dernière administration ».31 Dans une autre lettre, il écrit : « Il y a un calme dans le pays. La conduite de l’armée... me plaît de jour en jour. »32 Ce que nous voudrions suggérer, c’est que, pour Chérif, une grande part de la crise de 1881-1882 réside dans la « déperdition » du principe hiérarchique, qui aurait dû trouver son expression la plus achevée au sein de la profession militaire.

  • 33 Lettre du 24 avril 1882. Mahmoud vient d’être arrêté dans la ferme où il surveillait les intérêts (...)
  • 34 Ibid.

34Si sur le plan personnel Chérif juge ses pairs et ses proches à partir d’un baromètre éthique qui privilégie le critère de responsabilité individuelle et morale, il n’en va plus de même au plan de la crise politique globale, en 1881-1882, ce dont on peut voir un indice dans la façon dont se dénouent presque simultanément, au printemps de 1882, les deux crises que vit Chérif depuis 1879, conviction d’infamie chez l’un des membres de sa famille et crise d’autorité du pouvoir politique en plein déclin. D’une part, Chérif approuve sans le dire l’arrestation, en avril 1882, de quarante-huit « officiers circassiens », dont Mahmoud — solution de la crise familiale —, alors même que celle-ci est opérée par ceux qui, lui ayant succédé au pouvoir, représentent ses rivaux politiques qu’il considère (il l’insinuera à plusieurs reprises) comme incompétents. Il reste ici fidèle à sa conviction que c’est le manque de conscience professionnelle de Mahmoud qui l’a condamné à ce destin honteux. Chérif ne mâche pas ses mots en répudiant « quelqu’un qui nous a créé tant d’embarras et (n’a fait que) des cochonneries ».33 Alors même que l’on vit les dernières semaines avant la débâcle finale d’un gouvernement dont il désapprouve totalement les orientations, il n’en continue pas moins à espérer fermement que la répression, y compris par ses propres rivaux politiques, d’individus indignes de respect du fait de leurs actions « non éthiques » permettra « au pays de se débarrasser une fois de toutes de ces sales (sic) bêtes ».34

  • 35 Lettre du 5 juin 1882.

35Mais lorsque l’on considère son analyse de la situation politique et des erreurs du personnel politique, on constate que son jugement ne répond plus aux exigences du code moral qu’il préconisait, deux ans auparavant, à la fois pour ses proches et ses pairs. En juin 1882, c’est-à-dire à un moment où règne en Egypte le plus grand désarroi, Chérif continue à espérer une solution « professionnelle » à la crise politique. S’il a abandonné l’espoir que « Darvish Pacha, un officier général (de l’armée ottomane) très énergique » (nommé à la tête d’une commission ottomane qui n’arriverait jamais) « puisse faire entendre raison à des insensés », Chérif n’a en vue qu’une solution à la crise qui est déjà hors de portée de l’élite égyptienne : une « force ottomane »35 qui saurait imposer l’ordre, même si une telle solution implique de faire l’impasse sur les conséquences proprement éthiques, c’est-à-dire politiques, de la soumission à la force armée.

Notes

1 Mes remerciements vont à M. Adel Sabit, à sa mère, feu Fatima Sabit, et à son fils Mahmoud Sabit, qui m’ont gracieusement donné accès à environ soixante-dix lettres de Muhammad Chérif (la majorité en langue française, quelques-unes en turc) qui sont conservées dans la maison familiale. L’essentiel du travail de recherche dont résulte la présente étude a été réalisé au Caire pendant l’automne 1986 sous l’égide du Centre américain de recherches en Egypte (ARCE).

2 Voir, parmi plusieurs ouvrages essentiels, F. Robert Hunter, Egypt under the

Khedives, 1805-1879, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1986.

3 Point n’est besoin ici de détailler la carrière très connue du colonel Sèves, expatrié français qui servit Muhammad ‘Ali et ses successeurs en tant que conseiller militaire. Pour justifier l’utilisation dans ce texte du terme « patron », je me contenterai de renvoyer aux suggestions de M. Santerre des Boves, auteur d’une nécrologie de Chérif, publiée dans le Journal Officiel n° 48 du 27 avril 1887. Selon Santerre des Boves, ce fut Sulayman Pacha qui choisit le jeune Chérif comme aide de camp, en 1849, immédiatement après le retour en Egypte de la mission égyptienne à Saint-Cyr et à l’Ecole pratique de l’état major à Paris dont il faisait partie. Le refus d’Abbas Pacha de suivre les conseils de Soliman Pacha, qui voulait nommer Chérif à un poste plus important, n’a fait que retarder son avancement de quelques années. Après l’accession au trône de Saïd, en 1855, sa carrière a connu une brusque accélération, toujours avec le soutien de celui qui deviendra son beau-père.

4 Il s’agit de Muhammad, fils aîné de Chérif, qui sera, quelques années plus tard, étudiant à Vienne et le destinataire de la plupart des lettres qui constituent le corpus de la présente étude. D’après les renseignements qui m’ont été offerts par la famille Sabit, les lettres auraient été conservées par Gûlsen, la fille de Muhammad Chérif.

5 Lors des réunions du Conseil des ministres, il se montre particulièrement attentif aux rumeurs de nomination, en particulier celles qui pourraient intéresser des membres de sa famille ou des proches. Il apprend ainsi, alors qu’il assiste aux festivités organisées pour l’anniversaire de Saïd Pacha (lettre du « 27 courant » de 1273 de l’Hégire (mois inconnu) la nomination du mari d’une certaine Sitt-i Hanifé (une amie de Nazli ?) au poste de Soqak agasi, ou « capitaine des rues » (fonction de police, sans doute similaire à celle, mieux connue, de muhtasib), qui lui valait des émoluments presque comparables à ceux de Chérif lui-même : de quoi faire l’acquisition d’une maison au Caire.

6 Voir, par exemple (dans la lettre précitée) l’intérêt qu’il montre pour « la réconciliation récente » survenue entre Nazli et son frère (Iskandar Bey, fils de Sulayman Pacha), commentaire qu’il fait suivre par toute une série de salutations adressées à sa belle-mère (l’épouse de Sulayman Pacha), à « Mme Mourad Bey » (sœur de Nazli), aux enfants de la famille étendue, et jusqu’aux serviteurs habitant sa maison, à en juger par les prénoms énumérés en fin de liste

7 Lettre de Chérif à Nazli, Mariout, 9 ramadan 1273 h (1859).

8 Lettre de Chérif à Nazli, Alexandrie, le 19 mars 1860.

9 L’affaire concerne les conditions de « retraite » de plusieurs « vieux compagnons d’armes » de feu Sulayman Pacha ainsi que certains membres de sa famille qui, écrit Chérif, « seront, sur ma demande, rétribués très convenablement et dignement ». Chérif mentionne également plusieurs personnages d’origine européenne qui étaient en rapports personnels avec Sulayman Pacha — par exemple, son médecin, un certain M. Bayer — dont il s’occupe également des pensions, sans toutefois en faire grand cas.

10 Par exemple à l’occasion de la fête turque de « Kitmak » que Chérif qualifie d’un « usage à ne pas abandonner, autant que possible ». Chérif à Nazli, 26 mars 1861.

11 Lettre de Chérif à Nazli, le 19 mars 1862.

12 Pour un résumé de la carrière de Chérif entre 1866 (où il occupe les fonctions de premier ministre à un moment très critique, lors de l’établissement du premier Majlis al-nuwwab) et 1879 (quand il est à nouveau à la tête du gouvernement qui a succédé au « ministère mixte » sous Nubar Pacha), voir l’article de Santerre des Boves (voir note 2).

13 Sur la montée de l’influence étrangère, principalement dans la logique des activités des organismes en charge de la gestion du contentieux financier et juridique (Caisse de la dette publique, tribunaux mixtes, Contrôle anglo-français...), voir F. R. Hunter, op. cit., ou les mémoires de contemporains, notamment Sir Charles Rivers Wilson, Sir Edward Malet, Baron des Michels ou Ernest de Blignieres, par exemple

14 . 14. Voir par exemple, la lettre du 4 novembre 1879, où Chérif décrit les promenades à faire autour de leur résidence de Helouan. Sur ses acquisitions immobilières, voir les lettres du 16 et 29 février 1880 et celle du 14 mars 1880 : Achat par Chérif d’un terrain de 560 feddans pour sa femme dans la province de Gharbiya, qu’il projette d’agrandir jusqu’à 2 000 feddans. En visite dans sa nouvelle propriété, celui-ci apprend que l’un de ses voisins a une dette de 22 000 livres sterling envers le gouvernement, qu’il propose d’acquitter en échange de la cession de 570 feddans, ce qui porterait le nombre des feddans détenus par la famille à 1 700.

15 Lettre du 3 septembre 1869. Le « thème éducatif » réapparaît plusieurs fois, en particulier pendant le séjour d’étude de Muhammad à Vienne. Voir en particulier les lettres du 26 novembre 1879 et du 28 septembre 1881.

16 Lettre du 2 octobre 1879.

17 Selon Chérif (lettre du 8 octobre 1879) « Le pauvre diable (de) journaliste indigène » à la solde de Riadh manquait totalement d’informations à son propos et s’était contenté de traduire en arabe certains billets le concernant que Gabriel Charmes envoyait au Journal des Débats. Une rumeur court la ville selon laquelle Chérif aurait envoyé M. Keller à Vienne pour intervenir dans la question de l’emprunt Rothschild contracté par le gouvernement égyptien.

18 Cannon B., Politics of Law and the Courts in 19th Century Egypt, University of Utah Press, 1988, pp. 65-118.

19 Lettre du 21 octobre 1879.

20 Voir les procès-verbaux de la sous-commission de la réforme judiciaire en Egypte, du 11 décembre 1880 au 4 février 1881, et Cannon B., Politics of Law, op. cit., pp. 112-115.

21 Voir, par exemple, les lettres datées du 21 et 30 mai 1880, dans lesquelles Chérif accuse Riadh de complicité avec le contrôleur français, E. de Blignieres, qui, selon lui, aurait profité de son poste pour s’enrichir.

22 Voir une lettre du 8 octobre 1879 sur la façon dont est intervenue la nomination du premier secrétaire du Conseil des ministres, et une deuxième lettre du 7 juin 1880 sur le mariage, à Paris, de la fille de Nubar Pacha avec un prince polonais.

23 Le nombre total de références à von Lapenna dans la correspondance de Chérif est véritablement impressionnant, totalisant plus d’occurences que l’ensemble de toutes les autres personnalités mentionnées tout au long de la période sur laquelle s’étend cette correspondance. Voir, en particulier : les lettres du 18 décembre 1879, 8 février 1880, 21 juin 1880, 2 mars 1881 et 30 mai 1881. Notons que l’importance que Chérif accorde au juge autrichien semble s’étendre, par « proximité », au prince héritier de l’Empire Habsburg qui visite l’Egypte au début de 1881. Le contraste est frappant entre l’importance que Chérif accorde à cet événement « mondain » et l’indifférence qu’il avait manifestée à l’égard de la personne même du prince belge en visite en 1862, alors que se jouaient, à cette occasion, d’importants enjeux de préséance et de hiérarchie entre la famille de Chérif et celles de ses rivaux (voir supra).

24 Sur les circonstances qui conduiront à la chute de Riadh et à la désignation de Chérif pour former un cabinet « responsable », avec le soutien des Puissances, avant tout soucieuses de voir résolue l’impasse judiciaire, voir Cannon, Politics of Law, op. cit. pp. 128-141.

25 Lettre de Chérif à son fils Muhammad le 13 juin 1880. Chérif est à ce moment « retiré » dans l’une de ses propriétés de Sharqiya.

26 La tête de file de ce mouvement, qui ne sera étouffé qu’au printemps de 1882, était le ministre de la Guerre de l’époque, Osman Rifqi. Sur celui-ci et le complot auquel Mahmoud est associé, voir P. J. Vatikiotis, The Modern History of Egypt, New York, 1969, pp. 146-147, p. 153 ; et Alexandre Schölch, Egypt for the Egyptians, Ithaca Press, 1981, p. 147 et pp. 230-232.

27 Il semble s’agir du mari de l’une des plus jeunes sœurs de Nazli.

28 Lettre du 28 novembre 1880.

29 Lettre du 28 novembre 1880.

30 La contribution de Chérif au premier mouvement constitutionnel (entre 1879 et 1882) se résume à sa présence au poste de premier ministre aux moments clés du débat sur l’installation d’un « pouvoir législatif » en Egypte. Sa première nomination prend place au lendemain de la chute de Nubar, en février 1879, dans une période de résistance animée de la « chambre des représentants » (Majlis shura al-nuwwâb) contre les projets de réforme proposés par une commission d’enquête internationale. Sa deuxième nomination intervient à la suite de l’échec du ministère Riâd, en septembre 1981, qui était chargé de préparer le terrain pour la mise en place d’un nouveau Majlis, qui sera dominé par les « extrémistes » que Chérif lui-même critiquera. Pour l’analyse par Chérif lui-même des circonstances de ces nominations, voir Cannon B., Politics of Law, op. cit., pp. 128-135.

31 Lettre du 7 novembre 1881.

32 Lettre du 31 octobre 1881.

33 Lettre du 24 avril 1882. Mahmoud vient d’être arrêté dans la ferme où il surveillait les intérêts de sa femme.

34 Ibid.

35 Lettre du 5 juin 1882.

Auteur

Université d’Utah

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540