Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Émergence problématique du politique

Le projet de la Piastre et jeune Égypte

Entre réforme et conscience économique nationaliste1

Didier Monciaud

Texte intégral

  • 1 Ce texte doit beaucoup aux échanges que j’ai eus avec François Massoulier et Iman Farag.

1Vaste campagne animée par de jeunes étudiants entre 1931 et 1933, le Mashru’ al-qirsh (Le Projet de la Piastre) se donnait pour objectif de rassembler des fonds sur la base de contributions volontaires et individuelles d’une piastre, fonds qui devaient être affectés à la construction d’usines en Egypte. Si le souvenir de l’événement demeure dans les mémoires de ceux qui en furent contemporains, il est passé plutôt inaperçu de l’historiographie moderne, occidentale particulièrement. Cette campagne qui donna lieu à une large mobilisation, se concrétisa pourtant par la création, au Caire, d’une usine produisant des tarbouches. Cette entreprise prospéra même et poursuivit ses activités jusqu’à la disparition du port du tarbouche en Egypte à l’époque nassérienne. Il existe d’ailleurs encore aujourd’hui une rue de l’usine de tarbouches (masna’ al-tarâbish) dans le quartier autrefois prestigieux de ‘Abbasseya.

2L’objet de la présente étude est, en premier lieu, de faire le point sur ce que l’on sait de l’origine et du déroulement de cette campagne. Nous voudrions ensuite replacer le Projet de la Piastre dans le contexte spécifique du début des années 30, moment où s’opère une sensibilisation progressive de l’opinion aux dimensions économiques de la lutte pour l’indépendance nationale, notamment sur le thème de l’industrialisation. Enfin, nous aborderons les rapports entre le Projet de la Piastre et la fondation du mouvement Jeune Egypte.

Eléments d’une campagne

  • 1 Selon une autre source, l’idée émanerait du député wafdiste Thabet Mahgoub. Voir le livre de Salah (...)
  • 2 Mahmoud H., Asrar al-siyasa al-masreya, 1919-1952, Le Caire, 1967.

3Ahmad Husayn, étudiant à la faculté de Droit du Caire, est à l’origine du Projet de la Piastre.1 Celui-ci possède, malgré son jeune âge — il est né en 1911 —, une certaine expérience politique et s’est fait remarquer, dès 1929, parmi les éléments les plus dynamiques du Parti Libéral-Constitutionnel qui soutiennent Muhammad Mahmoud. Il a été associé, en 1930, à l’expérience du journal Al-Sarkha (le Cri), avec Fathi Radwan et Hafez Mahmoud, également étudiants de l’université du Caire qui avaient conçu le projet d’éditer leur propre journal. Ne pouvant obtenir l’autorisation nécessaire du fait de leur jeune âge, ils avaient conclu un accord avec le propriétaire du titre Al-Sarkha. Ils dirigèrent donc, pendant plusieurs semaines, cette publication qui se voulait la « voix des jeunes » jusqu’à ce que le propriétaire du titre ne mette fin à cette collaboration, au début de l’été 1930, en raison du trop faible écho obtenu et de divergences quant à l’orientation du journal.2

  • 3Awad L., Awraq al-’umr, Le Caire, 1989, Madbouli, p. 498 ; ainsi que Shalabi A., Misr al-Fatah wa (...)
  • 4 Shalabi A., op. cit., p. 59 ; et entretien personnel avec Hafez Mahmoud, Le Caire, 23 octobre 1992.
  • 5 Solé R., Le Tarbouche, Paris, Le Seuil, 1992, 413 p., pour une évocation romancée.
  • 6 Voir Ahmad Husayn, Al-Ard al-tayyeba, Le Caire, 1981, Dar al-Shorouq, p. 82.
  • 7 Voir les communiqués d’Ahmad Husayn dans al-Ahrâm, 20 novembre 1931, p. 8, et 15 décembre 1931, p. (...)

4L’idée du Projet de la Piastre vient à Ahmad Husayn au cours d’un voyage estival en France, en 1930. Lors d’une visite au jardin des Tuileries il remarque une statue érigée grâce à une souscription publique à laquelle un million d’enfants auraient participé.3 De retour au Caire, il cherche à réaliser quelque chose de similaire. Un projet s’élabore au cours de discussions avec ses amis Fathi Radwan, Kamal al-Din Saleh et Hafez Mahmoud. L’idée dont ils débattent est de rassembler des fonds par le biais d’une souscription publique dans le but de fonder des entreprises industrielles.4 Pour leur premier projet, leur choix se porte sur le tarbouche, véritable emblème national en même temps que symbole de modernité. Au siècle précédent, Ibrâhîm pacha avait favorisé le tarbouche pour le substituer au turban. Une usine avait bien existé, à Qaha, dans les dernières années du xixe siècle, ainsi qu’une petite fabrique possédée par une famille d’origine syro- libanaise,5 mais elles n’avaient pu concurrencer la production en provenance d’Europe centrale. Les modèles européens d’Autriche et de Tchécoslovaquie dominaient en effet le marché égyptien, situation qu’Ahmad Husayn considérait comme une « honte ».6 Le mot d’ordre officiel du projet est « coopération et solidarité sur la voie de l’indépendance économique » et ses animateurs exhortent leurs concitoyens : « Contribuez par votre piastre à bâtir notre indépendance économique. » Il est aussi question de créer une usine qui appartiendrait au "peuple".7

  • 8 Husayn A., Imani, Le Caire, 1981, Dar al-Shorouq, p. 45.
  • 9 Mohamad al-Gawadi M., « Al-doktor ‘Ali Ibrahim », A’lam al-’arab 118, 1986, GEBO, p. 53 sq.
  • 10 Pour la liste des personnalités, voir Louis ‘Awad, op. cit., p. 499, ainsi que al-Ahrâm, 7 décembre (...)
  • 11 Husayn A., Imani, p. 46 et ‘Ali Shalabi, op. cit., p. 60.
  • 12 Voir par exemple al-Ahrâm, 3 janvier 1932, p. 7.

5Les premières démarches des trois initiateurs du projet se révèlent vaines. Ils n’obtiennent en réponse que moqueries ou indifférence polie. Le journal al-Ahrâm commence même par refuser de publier leur premier manifeste.8 La recherche d’appui auprès de personnalités et de notables se révèle finalement plus fructueuse. L’appui du docteur ‘Ali Ibrâhîm, célèbre médecin et doyen de la faculté de médecine permet « un nouveau départ » du projet. Celui-ci est une figure célèbre à l’époque, notamment pour sa participation à des activités extra-universitaires. Il prête pour quelques temps une pièce de son dispensaire à l’association.9 Cet appui favorise immédiatement les réponses positives principalement parmi les enseignants de l’université. On note ainsi le soutien de professeurs célèbres tels ‘Abdel Razeq al-Sanhoury et ‘Ali Badawi (Droit), Amin al-Khouly (Lettres), ‘Ali Hassan (Médecine), Mustafa Mucharrafa (Sciences) ainsi que Mustafa Sadeq, responsable au Ministère du Commerce et de l’Industrie.10 La direction effective du projet revient à un secrétariat composé de Ahmad Husayn, Fathi Radwan et Medhat ‘Assem. Les animateurs du Projet de la Piastre prennent également contact avec les milieux économiques. Dans un premier temps, Tala’at Harb ne se montre guère réceptif à leur demande de soutien, le dossier ne paraissant pas suffisamment « crédible » aux administrateurs de la banque Misr.11 A l’image de Tala’at Harb, les milieux économiques se raviseront cependant par la suite et soutiendront publiquement le mouvement. La banque Misr apportera ainsi son concours à la centralisation des fonds rassemblés. Différents hommes d’affaires exprimeront publiquement leur soutien, dans des formes plus ou moins « paternalistes », une fois que la campagne des animateurs du Projet de la Piastre aura fait la preuve de sa popularité.12

  • 13 Voir Al-Mussawar, octobre 1932, et Al-Dunya Al-Mussawara, 10 janvier 1932.
  • 14 Radwan R., Rigal al-’Asr, Le Caire, 1967, pp. 90-101.
  • 15 Al-Ahrâm, 4 février 1932.

6Les jeunes gens recontactent alors la presse qui se montre, dès lors, mieux disposée. al-Ahrâm accepte de publier les manifestes de l’association. Dâr al-Hilal consacre au projet un numéro spécial de son hebdomadaire Al-Dunya al-Mussawara au début de 1932, et un autre d’Al-Mussawar à la fin de la même année.13 Ils obtiennent, à l’occasion de la publication de ces numéros, le soutien de plumes célèbres. Fathi Radwan, qui a déjà publié des articles et des nouvelles, joue le rôle principal dans les contacts avec les intellectuels et les écrivains.14 Citons les noms d’Ahmed Shawqi, Hafez Ibrâhîm, Khalil Mutrân, Mahmud ‘Abbâs al-’Aqqâd ainsi que Fikri Abâza, Ibrâhîm ‘Abdel Qâder al-Mâzni, Muhammad Hussein Heykal et Ahmed Lutfi al-Sayyed, qui apporteront leurs contributions, poèmes, articles, à la gloire du Projet de la Piastre. Le succès de ces publications contribue à accroître l’audience de la campagne, fournissant au total 300 livres de bénéfices. Sayyid Qutb, qui jouit déjà à l’époque d’une certaine renommée dans les cercles littéraires, soutient publiquement cette action dans un article publié par al-Ahrâm où il qualifie le projet d’ » exploit de la jeunesse ».15

  • 16 Shalabi A., op. cit., p. 62.
  • 17 Husayn A., Azhar al-Qahira, p. 143.
  • 18 Idem.
  • 19 Al-Ahrâm, 2 février 1931, p. 1, ainsi que ‘Ali Shalabi, op. cit., p. 62.
  • 20 Al-Balagh, janvier 1932.
  • 21 Shalabi A., ibid.

7Le mouvement s’affirme d’emblée au-dessus des clivages partisans, recherchant les soutiens les plus divers. Au départ, le Wafd considère l’entreprise avec une franche hostilité, accusant Ahmad Husayn d’être un « agent de Sidqi ».16 C’est l’époque où Ismâ’îl Sidqi a mis en place un régime dictatorial avec le soutien du Palais, abrogeant la constitution de 1923 et rejetant le Wafd dans l’opposition. Les thèmes mêmes de la campagne sont aux antipodes des thèmes wafdistes qui font du politique l’axe de la lutte nationaliste. Les gesticulations de ces jeunes peuvent aussi indisposer les notables wafdistes qui se considèrent comme les représentants du pays réel. Le projet est perçu par ces milieux comme « détournant la jeunesse des vrais problèmes du pays ».17 Taha Hussein parle quant à lui de « fuite devant la révolution de la pensée ».18 Le Comité central wafdiste envisagera, un temps, un boycott mais l’ampleur et l’audience du mouvement obligent au ralliement. Ainsi, Nahas Pacha contribue publiquement à la souscription pour un montant de 22 livres, de même que Noqrashi et Makram ‘Ebeid.19 Un journal wafdiste appelle à « ne pas laisser un seul Egyptien sans qu’il ne contribue ».20 Les animateurs obtiennent également le soutien du premier ministre, ‘Ismail Sidqi, en personne, qui intervient auprès du ministre de l’Education pour lever certains obstacles.21

  • 22 Voir par exemple sur le comite de Menoufeya : al-Ahrâm, 26 janvier 1932, p. 5 ; pour celui de Beni (...)
  • 23 Voir les différents appels dans les numéros d’al-Ahrâm, 5 novembre 1931, p. 6 ; 10 novembre 1931, p (...)
  • 24 Par exemple une fête musicale à Alexandrie : al-Ahrâm, 26 février 1932, p. 8 ; une action au cinéma (...)

8Cependant, le Projet de la Piastre reste avant tout une formidable campagne d’agitation et de mobilisation conduite sur l’ensemble du royaume. Des comités sont créés dans la plupart des grands centres urbains : Le Caire, Alexandrie, Tanta, Mansoura, Zagazig, Menoufeya, Beni Soueif, Assiout, Qena. Medhat ‘Assem s’occupe plus particulièrement des comités de province, multipliant les tournées, ainsi qu’Ahmad Husayn.22 Des appels sont régulièrement diffusés, d’ordre général ou plus « ciblés » comme ceux à destination des femmes, des jeunes, des paysans ou des ouvriers...23 L’écho est très important parmi la jeunesse scolarisée, les universités ou les écoles secondaires. Les formes d’actions de la campagne sont extrêmement diverses : diffusions de tracts, manifestations de rues, réunions publiques, fêtes musicales, festivals de théâtre ou de poésie, interventions dans les cinémas.24 Un emblème est mis en circulation que l’on porte à la boutonnière. Un timbre poste sera même émis, pour commémorer la campagne de la Piastre. L’Association des jeunes musulmans (Gama’iyat al-Shubban al-Muslimin) collabore étroitement au mouvement. Cette association a été créée en 1926 par des éléments salafistes ou issus du parti Watani. Elle est la réplique exacte, tant par ses objectifs que par ses structures et les actions qu’elle met en œuvre, du YMCA (Young Men Christian Association). Ses dirigeants tels Salah Harb appuient le projet, par le prêt de locaux de l’association en province et la participation de ses membres aux activités.

  • 25 Voir le compte rendu de son expérience, op. cit., p. 500.
  • 26 Voir pour plus de détails voir par exemple, al-Ahrâm, 12 février 1932, p. 1 et 12 ; al-Ahrâm, 13 fé (...)
  • 27 Husayn A., Imani, p. 46.

9La première souscription est organisée du premier au 10 février 1932 pour la capitale et Alexandrie, tandis qu’en province, la collecte a lieu du 4 au 29 du même mois. Un système de carnets avec coupons est mis en place pour formaliser la collecte des fonds. La Poste et la banque Misr servent aussi de relais. Louis ‘Awad y consacre ses vacances de mi-année, dans sa ville natale de Miniah.25 Le point culminant de cette mobilisation restera l’organisation d’un gigantesque rassemblement dans les jardins d’Ezbékiyya les 11 et 12 février 1932. Réunissant près de 85 000 personnes, c’est l’occasion d’une véritable fête avec fanfares, défilés de costumes et de chars, numéros de cirque, troupes de théâtres, chanteurs, ainsi qu’une « bataille de fleurs ». Le premier jour célèbre l’Egypte ancienne, le second l’Egypte de l’avenir.26 La première campagne récolte 17 000 livres. Cela représente un réel succès, tant pour ce qui est de la somme réunie, dans un contexte de crise économique, que du point de vue de l’audience.27

  • 28 Ibid.
  • 29 Voir le discours prononcé par Ahmad Husayn dans Imani, 1946, pp. 58-61.
  • 30 Sur le récit rocambolesque, voir Ahmad Husayn, Imani, pp. 47-49.

10Une seconde campagne de collecte démarre aussitôt. Cette fois-ci, elle se déroule dans un cadre légal, dont le Projet de la Piastre était jusqu’alors dépourvu, avec la création d’une association dûment enregistrée portant le nom du projet. De nouvelles personnalités entrent dans le comité. Cette campagne rassemblera 13 000 livres.28 Le gouvernement offre alors un terrain pour l’installation de l’usine dans le nouveau quartier de Abbasseya. La première pierre est posée en octobre 1932.29 La concrétisation du projet est toutefois difficile et lente. Des contacts sont pris avec une entreprise allemande concernant les machines et le matériel de production. Après de nombreuses péripéties,30 l’usine est achevée et finalement inaugurée le 15 novembre 1933 et commence sa production en décembre de la même année sur une base annuelle de 300 000 tarbouches.

  • 31 Voir Imani, mais aussi Al-Sarkha, 15 octobre 1933, p. 4.
  • 32 Voir al-Ahrâm, 2 novembre 1933, p. 7.
  • 33 Voir le court communiqué officiel dans al-Ahrâm, 2 novembre 1933, p. 7.
  • 34 Jankowski J., op. cit., p. 12 ou Al-Sarkha du 20 octobre 1933.

11Mais dès ce moment, le principal acteur n’est plus membre de l’association ! Ahmad Husayn a en effet été contraint à la démission. Après la période de ralliement public, les milieux wafdistes ont entrepris une nouvelle campagne contre le Projet de la Piastre. Leur action se centre d’abord sur la personne d’Ahmad Husayn. La controverse concerne l’usage même des fonds rassemblés durant la campagne : Ahmad Husayn est affublé du surnom peu flatteur de « voleur de piastre » par les milieux wafdistes. Il se livre à un farouche plaidoyer pro domo dans son autobiographie.31 Ces pressions32 contraignent le président de l’association à exiger sa démission de son poste de secrétaire général. Un communiqué laconique de la direction de l’association explique qu’Ahmad Husayn a choisi de quitter sa fonction pour se consacrer à la politique. Celle-ci rend hommage à son action et réaffirme le caractère non politique du Projet de la Piastre.33 Le 12 octobre 1933, pourtant, Ahmad Husayn a fondé avec les principaux dirigeants de la campagne une nouvelle association dénommée « Jeune Egypte » au cours d’une réunion tenue au siège même du Projet de la Piastre.34

  • 35 Voir Al-Gihad du 4 au 8 janvier 1934.
  • 36 Al-Gihad, 14 janvier 1934.
  • 37 Al-Ahrâm, 8 janvier 1934, p. 11.
  • 38 5 selon al-Ahrâm, du 19 janvier et 21 selon Al-Gihad du 19 janvier.
  • 39 Al-Ahrâm, 22 janvier 1934, p. 8.
  • 40 Al-Gihad, 22 janvier 1934.
  • 41 Al-Balagh, 11 mars 1934.
  • 42 Al-Ahrâm, 10 janvier 1934, p. 10.
  • 43 Voir par exemple, al-Ahrâm, des 8 et 15 janvier 1934.

12Le successeur d’Ahmad Husayn au secrétariat de l’Association du projet de la piastre est son ami et camarade Kamal al-din Saleh, lui aussi cofondateur de Jeune Egypte. Muhammad Sobeih fait également partie du comité exécutif. Les Wafdistes, qui ne se contentent pas de ce type de départ ne désarment pas. Ils font campagne contre la mainmise d’un groupe politique sur l’association, non sans agiter aussi la question de l’utilisation des fonds. Des comités de boycott sont organisés.35 Ils appellent à refuser de verser des fonds au projet tant que des éclaircissements n’auront pas été produits sur leur utilisation.36 Des appels d’étudiants sont publiés qui expriment des doutes sur le projet, invoquant notamment le fait que des membres du comité exécutif ont une activité ouvertement politique.37 Ils essaient même de perturber la réunion des jardins de l’Ezbékiyya qui se tient les 18 et 19 janvier. Des étudiants seront à cette occasion arrêtés par la police.38 Le Ministère de l’Education décidera de les renvoyer de l’université,39 décision contestée par le Wafd40 qui réclame le report de cette mesure.41 Le comité du projet est dès lors sur la défensive. Il se trouve obligé de publier des communiqués qui affirment que les liens avec Jeune Egypte sont rompus. Ainsi un appel précise que « pas un seul membre du comité exécutif n’a de contacts avec l’association Jeune Egypte ».42 Le caractère non politique du projet est réaffirmé à plusieurs reprises.43

  • 44 Voir par exemple, l’appel public pour 1934 al-Ahrâm, 13 novembre 1934, p. 9.
  • 45 Voir l’appel de Fikri Abaza, al-Ahrâm, 17 janvier 1934 p. 9.
  • 46 Jankowski J., op. cit., p. 12.
  • 47 Voir Al-Gihad, 12 décembre 1934 et Al-Balagh, 28 décembre 1934.
  • 48 Al-Ahrâm, 17 février 1932, p. 8.

13L’association du Projet de la Piastre n’en poursuit pas moins son action, mais cela n’a plus rien à voir avec ce qui a été réalisé.44 Le projet a perdu ce qui faisait sa singularité, se retrouvant en concurrence avec d’autres initiatives, comme le projet de l’Association de la fête nationale de l’économie qui organise un festival au début de février au Guézira Sporting Club.45 Les sommes collectées en attestent : 3 000 livres égyptiennes en 1934, 1 500 en 1937.46 Le Projet de la Piastre passe à ce moment-là sous le contrôle d’éléments wafdistes. Nahas pacha ainsi que la veuve de Sa’d Zaghlûl s’adresseront aux membres à la fin de 1934.47 Mais ce sont ses derniers feux et le Projet de la Piastre ne tarde pas à quitter la scène. Ainsi s’achève cette action d’éclat de jeunes dynamiques et quasi anonymes qui lancèrent une action, qu’al-Ahrâm nomme assez justement « la leçon des petits aux grands ».48

Nationalisme économique, industrialisation et réforme

14Le tournant des années 30, avec la crise internationale, s’avère décisif en ce qui concerne les préoccupations de l’opinion égyptienne à propos des´questions économiques. Néanmoins, au cours de la période qui précède, plusieurs facteurs ont favorisé l’essor d’un tel intérêt pour les dimensions économiques de la lutte nationaliste. En premier lieu, les milieux économiques commencent à s’organiser, publiant par exemple, en 1916, le premier rapport du Comité du commerce et de l’industrie. La création de la banque Misr qui va constituer progressivement un puissant groupe économique, la création de la Fédération égyptienne des industries s’inscrivent dans la même logique. En 1929, le rapport de la banque Misr, cosigné par Tal’at Harb et Youssef Qattawi, est le premier texte à affirmer la nécessité de l’industrialisation et appelle à la mise en œuvre d’un plan d’action associant l’Etat et les partenaires économiques. La création d’une banque d’Etat industrielle est également suggérée.

  • 49 Issawi Ch., Egypt in Revolution, Londres, 1963, Oxford University Press, p. 44.

15La lutte et les mobilisations nationalistes comporteront des aspects directement économiques. La révolution de 1919 a ainsi vu la fusion des dimensions économiques et politiques avec notamment les grèves ouvrières. Le boycott est utilisé, après l’exil forcé de Sa’d Zaghlûl aux Seychelles. A partir de 1922, on voit se multiplier les comités de boycott contre les firmes anglaises présentes en Egypte. La même année, le mouvement nationaliste appelle à retirer les fonds déposés dans des banques étrangères pour les placer à la banque Misr. L’industrialisation est donc une idée bien présente mais elle demeure principalement une préoccupation des acteurs économiques. Le mouvement nationaliste et particulièrement le Wafd, reste peu sensibilisé par cette question. Charles Issawi peut ainsi estimer qu’en matière économique « peu de choses ont été faites dans les années 20 ».49

  • 50 A la fin des années 20, le pays connaît le gouvernement de la « main de fer » de Mohammad Mahmûd et (...)
  • 51 Egger Vernon, op. cit., p. 170-177.
  • 52 Moussa Salama, The education of Salama Moussa, Leiden, 1961, E.J. Brill, p. 134.
  • 53 Deeb Marius, The Wafd and its Rivals. Party Politics in Egypt, Londres, Ithaca Press, 1979, p. 261.
  • 54 Voir le texte du serment ainsi qu’un récit du mouvement par l’un des ses dirigeants dans Hafez Mahm (...)
  • 55 Voir l’interview de Hafez Mahmoud, op. cit. Vernon Egger, A Fabian in Egypt, New York, 1986, Univer (...)

16Le tournant décisif s’opère avec la crise économique de 1929 qui frappe de plein fouet le pays, avec notamment la chute des prix du coton et la fuite des capitaux vers Londres. La période se caractérise aussi par une désillusion croissante vis-à-vis du système politique avec la suite de « mauvais coups » constitutionnels50 et l’impasse des négociations avec la puissance coloniale. Un « déplacement » s’opère, selon nous, dans ce contexte, de la conscience nationaliste vers la sphère économique. Ce phénomène est, bien sûr, le fait des acteurs économiques mais aussi des couches éduquées, comme les journalistes, les avocats, sans parler des étudiants. Cela procède de motivations particulières et différentes, mais qui traduisent l’émergence d’une conscience économique nationaliste. Celle-ci se manifeste avec le retour de l’arme du boycott et de campagnes de mobilisation de la jeunesse scolarisée. Salama Moussa lance ainsi, en 1930, un mouvement de boycott des produits anglais et de soutien préférentiel aux productions locales avec l’association « Al-misri lil misri ».51 Il s’agit pour lui, explicitement, de « promouvoir une conscience économique nationaliste ».52 L’Inde de Gandhi est une référence immédiate et une source directe d’inspiration.53 Salama Moussa écrira même au Mahatma en 1931. Son association comptera jusqu’à 10 000 membres qui ont prêté serment de favoriser dans la mesure du possible les produits nationaux.54 L’action est principalement le fait de jeunes étudiants wafdistes qui créent des comités dans les grandes villes avec l’appui de notabilités. Bénéficiant du soutien de Tala’at Harb et des milieux économiques influents, cette campagne se concrétise avec la création d’une boutique située rue Fouad (l’actuelle rue du vingt-six-juillet, au centre-ville), en plein cœur du quartier européen. L’appartenance de Fathi Radwan, Hafez Mahmoud et Ahmad Husayn à cette association est avérée. Ils en ont été les éléments moteurs, Hafez Mahmoud occupant la fonction de Wakil (secrétaire) de l’association, Fathi Radwan écrivant dans le journal Al-Misri, créé pour promouvoir cette campagne et Ahmad Husayn animant le comité à la faculté de droit.55

  • 56 Deeb M., op. cit., p. 263.
  • 57 Berque J., Egypte. Impérialisme et révolution, Paris, 1967, Gallimard, p. 406.
  • 58 Deeb, ibid.

17De même, au début de 1931 émanent de la base wafdiste la revendication du boycott des biens anglais et des appels à soutenir et favoriser l’industrie locale.56 Le Wafd envisage essentiellement l’arme du boycott comme un moyen de pression politique vis-à-vis de la Grande-Bretagne. La sensibilisation aux dimensions économiques du combat national commence néanmoins à s’enraciner dans la population. Jacques Berque évoque ainsi, l’exemple, « d’élèves d’écoles secondaires (qui) abandonnent leur cravate pour des écharpes faites à Mahalla al-Kobra ».57 En mars et avril 1932, le Wafd essaie même de lancer des comités pour propager l’idée de porter des vêtements nationaux.58

  • 59 Berque J., op. cit., p. 465.
  • 60 Voir par exemple dans la presse les nombreux articles sur l’industrie nationale, les encouragements (...)

18Le régime d’Ismâ’îl Sidqi (1930-1933) occupe une place particulière dans ce processus de « conscientisation » économique, tant en raison de sa longévité que de son intérêt pour les questions économiques. La personnalité même du premier ministre y est pour beaucoup. Avocat de longue date de l’industrialisation, ancien président du Comité du commerce et de l’industrie de 1916, il a joué un rôle substantiel dans la création et l’animation de la Fédération égyptienne des industries. Il possède aussi de nombreux intérêts dans les filatures, et participe à la direction de plus de 10 sociétés. Selon Jacques Berque c’est « un réactionnaire politique mais un progressiste industriel ».59 Son ministère entreprend plusieurs actions importantes pour l’époque dans le domaine économique.60 Il met en œuvre la réforme des tarifs douaniers (1930), favorise la création d’une banque agricole, la baisse du loyer de la terre, un moratoire sur les dettes paysannes... Enfin, il amorce une politique d’aide aux entreprises.

  • 61 Nous renvoyons entre autres aux travaux de Robert Tignor et Eric Davis.

19Les années 30 voient s’amorcer, sur le terrain économique, un rapprochement de deux acteurs centraux, la banque Misr et les Autorités britanniques. Le projet initial de banque de développement indépendante dont était porteuse la première s’essouffle. Ses responsables réalisent leur incapacité à porter seuls un véritable projet industriel, dans un contexte où la crise de 1929 a considérablement diminué les revenus potentiellement disponibles pour l’investissement. Quant aux Britanniques, ils s’engagent dans une politique qui se veut moins interventionniste. Ils reconsidèrent leurs intérêts fondamentaux à l’aune du contexte de crise et de montée des périls dans la région même. Une coopération plus systématique se dessine tant dans les domaines de l’assistance technique que dans celui des capitaux. Citons par exemple un important projet textile conclu sur une base paritaire entre la banque Misr et l’industrie de Bradford. La demande d’un Etat jouant un rôle économique effectif s’accentue. Certains réclament des aides, un plan de développement.61

20L’ensemble de ces facteurs font du début des années 30 le moment privilégié de cette prise de conscience économique nationaliste. Cette sensibilité s’exprime avec pour principaux thèmes l’indépendance économique, l’industrie nationale, la préférence nationale. Cela préfigure l’appel à l’égyptianisation de l’économie, thème qui pose immédiatement la question de la nationalité et de la place des « non- Egyptiens » dans le domaine économique comme politique.

L’industrialisation, instrument de la réforme

  • 62 Voir par exemple le numéro spécial d’Al-Mussawar, art. cit.
  • 63 Al-Ahrâm, 10 novembre 1931, p. 8.
  • 64 Hussein A., Imani, p. 44.
  • 65 Al-Mussawar, art. cit., p. 16.
  • 66 Egger V., op. cit., p. 67.

21Le Projet de la Piastre nous semble ainsi révélateur de l’importance croissante qu’occupe le thème de l’industrialisation. Ses animateurs l’utilisent d’abord de façon idéologique. Leur constat de départ est simple : l’Egypte subit une crise, conséquence du krach de 1929 mais aussi et surtout de la domination coloniale. On ne trouvera pas ici d’analyse véritable de la structure économique du pays ni même de réflexion approfondie sur les objectifs de l’industrialisation ou les éventuels problèmes liés à cette perspective.62 Ahmad Husayn résume ainsi l’ensemble du problème : « Il nous apparaît qu’il n’y a pas de solution à notre crise sauf par la consommation locale et par la création d’entreprises industrielles dans lesquelles les Egyptiens pourront apprendre la production ».63 L’industrialisation représente pour lui et ses amis, face à la domination et aux intérêts étrangers, la seule alternative pour promouvoir un véritable changement.64 L’enjeu est ainsi d’obtenir l’indépendance économique pour échapper à la tutelle coloniale mais aussi et surtout de répondre aux dysfonctionnements engendrés par le colonialisme. La mise en avant de l’exemple de l’usine de tarbouches de Qaha, au siècle dernier, ruinée par la concurrence étrangère, relève autant du référent identitaire que d’une approche de l’industrialisation proprement dite. Orchestrée par les puissances européennes, la faillite de cette usine nationale symbolise à leurs yeux la mise en échec de la tentative de Muhammad ‘Ali qui avait pour projet de moderniser le pays et de restaurer une puissance à la mesure de ses aspirations.65 Le choix du tarbouche comme « emblème national » reste avant tout celui du nationalisme d’une couche sociale spécifique, éduquée et urbaine, « l’effendia ». Il s’agit aussi de l’expression d’un nationalisme « modernisateur » mais attaché à son caractère « oriental ». A une époque où Atatürk choisit de le supprimer de manière « musclée » pour imposer la casquette, on peut y voir selon Vernon Egger « un attachement symbolique à l’Orient ».66

  • 67 Al-Ahrâm, 14 janvier 1933, p. 1.
  • 68 Voir par exemple, Al-Sarkha, 15. octobre 1933, p. 5.
  • 69 Voir al-Ahrâm, et les comptes rendus du festival, art. cit.
  • 70 Al-Mussawar, art. cit., p. 16.

22Cette démarche d’industrialisation est voulue pour doter le pays des instruments de son propre progrès. L’usine de tarbouches n’est au départ conçue que comme la première pierre d’un ensemble plus vaste de réalisations à accomplir.67 La fascination pour le machinisme et la technique est immense.68 Sans cesse les jeunes animateurs du Projet de la Piastre réaffirment la nécessité, pour l’Egypte, dictée par son imposante histoire, de renouer avec les éléments qui ont fait sa grandeur. Les parades organisées lors des cérémonies de l’Ezbékiyya se situent symboliquement dans cette perspective de retour à l’Egypte « centre industriel ».69 Reconstruire l’Egypte sur des bases nouvelles, c’est en même temps lui permettre d’accéder à son rôle naturel de dirigeant du monde arabe et islamique.70 Le développement industriel doit aussi permettre de combattre la domination coloniale sur son terrain privilégié. Il ne s’agit nullement de rattraper l’Occident mais bien plus de favoriser un projet global de société, de civilisation qui fasse recouvrir à la vallée du Nil sa spécificité et sa grandeur.

  • 71 Al-Mussawar, op. cit., p. 16.

23La jeunesse est le maître d’œuvre qui remobilise et « conscientise » le pays dans son ensemble et peut promouvoir une renaissance (Nahda) globale. Ce thème est récurrent dans l’ensemble des appels, manifestes et communiqués publiés par l’association. La nation elle-même ne peut se réaliser qu’à travers une mobilisation collective. Ultra volontariste et activiste, cette thématique désigne l’objectif ultime d’arriver à la naissance d’une « Egypte industrielle ».71 Soulignons ici l’attirance pour le modèle prussien qui permet de rassembler et d’unir les différentes composantes de la nation. « L’usine du peuple » se veut également moralement exemplaire car construite par l’effort et la solidarité active de ses membres.

Du Projet de la Piastre au groupe Jeune Egypte

  • 72 Awad L., op. cit., p. 502.
  • 73 Hussein A., Al-Ard al-tayyeba, p. 501.

24Si, officiellement du moins, le Projet de la Piastre ne constitue pas la naissance formelle de Misr Al-Fatah (Jeune Egypte), la campagne représente à nos yeux la cristallisation du noyau fondateur du mouvement. Louis ‘Awad estime que « La véritable réussite d’Ahmad Husayn fût d’utiliser sa large organisation des volontaires du Projet de la Piastre dans les différentes régions du pays pour constituer la base sur laquelle il bâtit la structure de Jeune Egypte ».72 Ahmad Husayn considère même que « Jeune Egypte naît effectivement en 1933 mais en réalité cela remonte à 1931 ».73

  • 74 Voir la liste complète. Al-Sarkha, 13 novembre 1933.
  • 75 Jankowski J., op. cit., p. 129.
  • 76 Voir Hafez Mahmoud, Asrar al-sahafa wa al-siyasa al-misreya, 1918-1952, Le Caire, 1973, Dar Rose al (...)

25L’association est créée très symboliquement au cours d’une réunion qui se déroule au siège même du projet, le 12 octobre 1933. Les membres fondateurs sont tous issus de cette campagne que ce soit comme initiateur, dirigeant ou militant : Ahmad Husayn, Fathi Radwan, Muhammad Subih, Mustafa al-Wakil, Kamal al-Din Saleh pour ne citer que les principaux.74 Fathi Radwan choisit au départ de ne pas signer l’appel de fondation qu’il juge trop politique,75 mais il se ravisera plus tard. Le seul dirigeant de quelque importance qui choisit de ne pas suivre cette option est Hafez Mahmoud. Il diverge avec ses camarades sur la nécessité, à ce moment précis, de créer une nouvelle organisation politique, même s’il ne s’agit pas d’un parti, se déclarant partisan d’élargir l’audience du groupe autour des idées du journal, Al-Sarkha, dont il est le rédacteur en chef.76

  • 77 Al-Sarkha, 15 octobre 1933, p. 4.

26Il s’agit explicitement pour les fondateurs de continuer l’action entamée dans le cadre du Projet de la Piastre sur un terrain plus ouvertement politique.77 Ce noyau naît dans un geste militant commun. Il est fort de son succès public, d’une expérience de mobilisation et d’organisation et des liens tissés au sein du groupe. Ces jeunes gens sont conscients de leur réussite et de leurs capacités. Devenu homogène, ce groupe désire « voler de ses propres ailes ». Il existe là une cohérence qui unit les futurs cadres de Jeune Egypte. Mais on pourrait aussi parler de la naissance du « groupe Ahmad Husayn » car il en émerge véritablement comme la figure charismatique. Ces jeunes sont de la même génération, issus pour la plupart du même milieu, des même circuits éducatifs. Ils sont amis et collègues de faculté et pourtant tous se positionnent dès le départ en « lieutenants » d’Ahmad Husayn. Ainsi ce dernier a-t-il pris l’initiative de la création de l’organisation. Il a lui même fixé la réunion et en a rédigé la charte. Elle est adoptée sans discussion ou modification. Dès cet instant, se dessine la figure de leader qu’Ahmad Husayn ne cessera de jouer par la suite dans le mouvement.

  • 78 soleiman Bayoumi z., Al-Ikhwan al-muslimoun wa al-Gama’at al-islamiya fi al-hayat al-siyasya al-mis (...)
  • 79 Radwan Fathi, op. cit., p. 367.
  • 80 Par exemple al-Ahrâm, 10 novembre 1931 p. 8 et surtout, le numéro spécial d’Al-Mussawar.
  • 81 Voir Ahmad husayn, Imani, Le Caire, 1946, Matba’a al-Ragha’ib, p. 64 sq.
  • 82 Idem, p. 67.
  • 83 Idem, p. 68.
  • 84 Ramadan ‘Abdel ‘Azim, Tatawwur al-harakat al-wataniya fi misr, 1918-1936, Beyrouth, 1974, p. 193 sq
  • 85 al-Bishri Tareq, Al-Muslimoun wa al-aqbat fi itar al-gama’a al-wataniya. Le Caire, Dar al-Shorouq, (...)
  • 86 Voir les multiples appels du comité.
  • 87 Al-Ahrâm, 10 novembre 1931, p. 8.
  • 88 Voir les extraits cités plus haut des Chartres et serments.
  • 89 Al-Sarkha, 21 octobre 1933, p. 5-7.
  • 90 Soleiman Bayoumi Z., op. cit, p. 236.

27Le groupe se délimite aussi dans cette campagne comme courant spécifique, s’affirmant comme nouvel acteur sur la scène politique du pays. Il naît bien sûr au contact des autres forces et tendances, natamment du Wafd, entretient des contacts avec les hommes politiques pro-Palais, les Frères musulmans. Ainsi, ‘Abdel Qader ‘Awda, futur dirigeant et martyr des Frères musulmans, participa au mouvement.78Jeune Egypte est au départ une simple association. Les fondateurs refusent explicitement le terme de parti. Ils sont à la recherche « d’une nouvelle voie ».79Leur démarche s’inscrit dans le phénomène de désillusion croissante parmi la jeunesse envers le système des partis. Le système parlementaire se montre impuissant à prendre en charge les questions politiques ou sociales, à l’image de ces partis qui peuvent apparaître comme des rassemblements de notables, grands propriétaires fonciers ou pire comme des coteries autours de familles et réseaux, bien loin de la jeunesse et de ses préoccupations. La nouvelle association se situe dans la stricte continuité du Projet de la Piastre. Le nom même est fréquemment utilisé pendant la phase de mobilisation.80 Le slogan « l’Egypte au-dessus de tous » provient aussi de la campagne, de même que les expressions telles que Gounoud Misr (soldats de l’Egypte), Moujahidin (combattants du jihad) et autres Abtal (héros). Le groupe se présente comme un mouvement de jeunesse et c’est à celle-ci qu’il s’adresse prioritairement.81 Le Jihad économique occupe une place centrale dans la charte fondatrice, l’ambition est de « refaire de l’Egypte un centre industriel ».82 La lutte vise à extirper tout ce qui est étranger aussi bien dans l’habillement, l’alimentation et va jusqu’à refuser le principe même des importations.83 Le nationalisme exacerbé de la charte fondatrice où il est dit « nous haïrons les étrangers jusqu’à ce qu’ils abandonnent leurs privilèges »84 fait écho au serment du Projet de la Piastre qui affirmait vouloir « extirper tout ce qui est étranger dans ce pays du profond de votre cœur, devenir fanatique dans votre nationalisme au point d’en être fou ».85 Les références à la foi, le triomphalisme, les incantations et l’activisme exacerbé sont les mêmes. La pharaonité, l’arabité et l’islamité sont célébrées dans un creuset commun où elles se fondent pour conférer à l’Egypte son rôle naturel de puissance régionale.86 Le culte de la jeunesse, cette « fleur de l’avenir » selon Ahmad Husayn87 est extrême et se prolonge d’une fascination pour les expériences autoritaires et fascistes, la dénonciation des intérêts étrangers88 et l’appel à l’industrialisation.89 Pour les dirigeants de Misr al-Fatah « l’Egypte a besoin de dirigeants qui prendront en charge la réforme ».90

  • 91 Voir Al-Tali’a, 4 avril 1965, pp. 156-58.

28Le programme du groupe91 et les mesures proposées se situent dans cette même perspective. La continuité entre les orientations du Projet de la Piastre (1931), l’association Jeune Egypte (1933) et le parti Jeune Egypte (1937) est patente. Hormis le choix d’une action spécifiquement politique, il n’y a pas, au moment de la fondation, de différences significatives avec des associations de jeunes comme la Confrérie des Frères musulmans ou l’Association des jeunes musulmans. La spécificité de Misr al-Fatah s’accentuera plus tard : groupe de jeunes dirigés par des jeunes, un caractère paramilitaire et autoritaire marqué, un propagandisme et un activisme démesurés.

Conclusion

29Le Projet de la Piastre nous apparaît significatif d’un moment où s’amorce une prise de conscience nationaliste économique qui dépasse largement les seuls acteurs économiques. On passe qualitativement d’une attitude de rejet, s’exprimant traditionnellement dans le boycott, à une action « positive ». L’usine de ‘Abbasseya fonctionnera très vite, développant ses activités avec la production de bérets et de couvertures. Elle sera rentable et existera jusqu’à l’abandon du tarbouche en Egypte à l’époque de Gamal ‘Abdel Nasser.

30Le mouvement marque aussi le début d’une fascination grandissante pour l’industrialisation qui ne se démentira plus par la suite dans le pays. L’expérience sera utilisée comme exemple du potentiel existant pour la constitution d’une véritable entreprise nationale.

  • 92 Badr ed Din I., « ’Asheq al-watan, Fathi Radwan », Al-Hilal, novembre 1993, p. 36.

31Son audience parmi la jeunesse scolarisée traduit le désenchantement croissant envers le système politique et envers le principal courant nationaliste, le Wafd. En ce sens, on peut voir dans cet épisode l’essor, ou, selon l’expression de Fathi Radwan, une « étape »,92 dans l’accession à la scène politique d’une nouvelle génération, d’une nouvelle couche sociale produit du système scolaire « moderne » qui revendique son accès à la scène politique en place.

  • 93 ‘Al-Rafi’i A., Fi a’qab al-thawrat al-masreya, Le Caire, 1949, Maktaba al-Nahda al- Masreya, p. 326

32Tant par ses formes de mobilisation que par ses thèmes, il s’agit d’un mode nouveau d’action politique à l’opposé de l’exemple des notables. Le rapport aux « personnalités » est particulièrement ambivalent. Celles-ci sont utilisées pour servir de caution et d’appui à la réalisation du projet, et dans le même temps, on trouve d’agressives affirmations anti-élite. Selon ‘Abdel Rahman al-Rafi’i,93 c’est l’exemple le plus notable des actions des jeunes dans ce domaine. La campagne servira d’ailleurs d’exemple à des campagnes similaires dans la région, en Irak, au Soudan et en Palestine.

33Le Projet de la Piastre s’est efforcé de rester en dehors d’une logique de parti ou de groupe politique particulier sans y réussir toutefois complètement. Cherchant à rassembler des sensibilités et des personnes très diverses, hommes politiques, figures intellectuelles, étudiants et industriels, journalistes et enseignants, cette action eut un caractère éminemment réformateur. Le thème de l’industrialisation et de l’indépendance économique permettait de dépasser les aléas politiques directs pour impulser une campagne qui désignait un objectif simple et concret se situant dans une logique de transformation interne et de réponses aux problèmes économiques et sociaux.

Notes

1 Selon une autre source, l’idée émanerait du député wafdiste Thabet Mahgoub. Voir le livre de Salah Issa al-Soudani, Al-Asrar al-syasiya, Le Caire, pp. 182-185.

2 Mahmoud H., Asrar al-siyasa al-masreya, 1919-1952, Le Caire, 1967.

3Awad L., Awraq al-’umr, Le Caire, 1989, Madbouli, p. 498 ; ainsi que Shalabi A., Misr al-Fatah wa doruha fi al-mugtama’ al masri, Le Caire, 1982, Dar al-Kitab al Gami’i, p. 58.

4 Shalabi A., op. cit., p. 59 ; et entretien personnel avec Hafez Mahmoud, Le Caire, 23 octobre 1992.

5 Solé R., Le Tarbouche, Paris, Le Seuil, 1992, 413 p., pour une évocation romancée.

6 Voir Ahmad Husayn, Al-Ard al-tayyeba, Le Caire, 1981, Dar al-Shorouq, p. 82.

7 Voir les communiqués d’Ahmad Husayn dans al-Ahrâm, 20 novembre 1931, p. 8, et 15 décembre 1931, p. 7. Azhar al-Qahira, 1967, Matba’a Masr, p. 235.

8 Husayn A., Imani, Le Caire, 1981, Dar al-Shorouq, p. 45.

9 Mohamad al-Gawadi M., « Al-doktor ‘Ali Ibrahim », A’lam al-’arab 118, 1986, GEBO, p. 53 sq.

10 Pour la liste des personnalités, voir Louis ‘Awad, op. cit., p. 499, ainsi que al-Ahrâm, 7 décembre 1931, p. 6.

11 Husayn A., Imani, p. 46 et ‘Ali Shalabi, op. cit., p. 60.

12 Voir par exemple al-Ahrâm, 3 janvier 1932, p. 7.

13 Voir Al-Mussawar, octobre 1932, et Al-Dunya Al-Mussawara, 10 janvier 1932.

14 Radwan R., Rigal al-’Asr, Le Caire, 1967, pp. 90-101.

15 Al-Ahrâm, 4 février 1932.

16 Shalabi A., op. cit., p. 62.

17 Husayn A., Azhar al-Qahira, p. 143.

18 Idem.

19 Al-Ahrâm, 2 février 1931, p. 1, ainsi que ‘Ali Shalabi, op. cit., p. 62.

20 Al-Balagh, janvier 1932.

21 Shalabi A., ibid.

22 Voir par exemple sur le comite de Menoufeya : al-Ahrâm, 26 janvier 1932, p. 5 ; pour celui de Beni Soueif, al-Ahrâm, 27 février 1932, p. 7, ainsi que al-Ahrâm, 30 janvier 1932, p. 6 pour la tournée dans le Sa’id de Medhat ‘Assem.

23 Voir les différents appels dans les numéros d’al-Ahrâm, 5 novembre 1931, p. 6 ; 10 novembre 1931, p. 8 ; 31 décembre 1931, ainsi qu’ Al-Siyassi, 27 novembre 1931.

24 Par exemple une fête musicale à Alexandrie : al-Ahrâm, 26 février 1932, p. 8 ; une action au cinéma Ramsès : al-Ahrâm, 1 février 1932, p. 9 ou au cinéma Olympia : al-Ahrâm, 27 février 1932, p. 7.

25 Voir le compte rendu de son expérience, op. cit., p. 500.

26 Voir pour plus de détails voir par exemple, al-Ahrâm, 12 février 1932, p. 1 et 12 ; al-Ahrâm, 13 février 1932, p. 7.

27 Husayn A., Imani, p. 46.

28 Ibid.

29 Voir le discours prononcé par Ahmad Husayn dans Imani, 1946, pp. 58-61.

30 Sur le récit rocambolesque, voir Ahmad Husayn, Imani, pp. 47-49.

31 Voir Imani, mais aussi Al-Sarkha, 15 octobre 1933, p. 4.

32 Voir al-Ahrâm, 2 novembre 1933, p. 7.

33 Voir le court communiqué officiel dans al-Ahrâm, 2 novembre 1933, p. 7.

34 Jankowski J., op. cit., p. 12 ou Al-Sarkha du 20 octobre 1933.

35 Voir Al-Gihad du 4 au 8 janvier 1934.

36 Al-Gihad, 14 janvier 1934.

37 Al-Ahrâm, 8 janvier 1934, p. 11.

38 5 selon al-Ahrâm, du 19 janvier et 21 selon Al-Gihad du 19 janvier.

39 Al-Ahrâm, 22 janvier 1934, p. 8.

40 Al-Gihad, 22 janvier 1934.

41 Al-Balagh, 11 mars 1934.

42 Al-Ahrâm, 10 janvier 1934, p. 10.

43 Voir par exemple, al-Ahrâm, des 8 et 15 janvier 1934.

44 Voir par exemple, l’appel public pour 1934 al-Ahrâm, 13 novembre 1934, p. 9.

45 Voir l’appel de Fikri Abaza, al-Ahrâm, 17 janvier 1934 p. 9.

46 Jankowski J., op. cit., p. 12.

47 Voir Al-Gihad, 12 décembre 1934 et Al-Balagh, 28 décembre 1934.

48 Al-Ahrâm, 17 février 1932, p. 8.

49 Issawi Ch., Egypt in Revolution, Londres, 1963, Oxford University Press, p. 44.

50 A la fin des années 20, le pays connaît le gouvernement de la « main de fer » de Mohammad Mahmûd et l’abolition de la Constitution de 1923, après le « putsch légal » d’Ismâ’îl Sidqi, avec l’appui du Palais (1930).

51 Egger Vernon, op. cit., p. 170-177.

52 Moussa Salama, The education of Salama Moussa, Leiden, 1961, E.J. Brill, p. 134.

53 Deeb Marius, The Wafd and its Rivals. Party Politics in Egypt, Londres, Ithaca Press, 1979, p. 261.

54 Voir le texte du serment ainsi qu’un récit du mouvement par l’un des ses dirigeants dans Hafez Mahmoud, ‘Aqalat al-Sahafa, Le Caire, 1973, Dar al-Hilal, p. 84.

55 Voir l’interview de Hafez Mahmoud, op. cit. Vernon Egger, A Fabian in Egypt, New York, 1986, University Press of America, p. 181 ; Raouf Salama Moussa Salama Moussa, Abi, Le Caire, 1993, Dar al-Mustaqbal, p. 107 ou encore, Hafez Mahmoud, ‘Alaqat al-sahafa, Le Caire, 1974, Dar al-Hilal, pp. 83-85 ; Salama moussa, Education of Salama Moussa, Leiden, E.J. Brill, 1961, p. 134-138.

56 Deeb M., op. cit., p. 263.

57 Berque J., Egypte. Impérialisme et révolution, Paris, 1967, Gallimard, p. 406.

58 Deeb, ibid.

59 Berque J., op. cit., p. 465.

60 Voir par exemple dans la presse les nombreux articles sur l’industrie nationale, les encouragements publics, la politique économique, etc.

61 Nous renvoyons entre autres aux travaux de Robert Tignor et Eric Davis.

62 Voir par exemple le numéro spécial d’Al-Mussawar, art. cit.

63 Al-Ahrâm, 10 novembre 1931, p. 8.

64 Hussein A., Imani, p. 44.

65 Al-Mussawar, art. cit., p. 16.

66 Egger V., op. cit., p. 67.

67 Al-Ahrâm, 14 janvier 1933, p. 1.

68 Voir par exemple, Al-Sarkha, 15. octobre 1933, p. 5.

69 Voir al-Ahrâm, et les comptes rendus du festival, art. cit.

70 Al-Mussawar, art. cit., p. 16.

71 Al-Mussawar, op. cit., p. 16.

72 Awad L., op. cit., p. 502.

73 Hussein A., Al-Ard al-tayyeba, p. 501.

74 Voir la liste complète. Al-Sarkha, 13 novembre 1933.

75 Jankowski J., op. cit., p. 129.

76 Voir Hafez Mahmoud, Asrar al-sahafa wa al-siyasa al-misreya, 1918-1952, Le Caire, 1973, Dar Rose al-Youssef, p. 140.

77 Al-Sarkha, 15 octobre 1933, p. 4.

78 soleiman Bayoumi z., Al-Ikhwan al-muslimoun wa al-Gama’at al-islamiya fi al-hayat al-siyasya al-misrya, 1928-1948, Le Caire, 1978, Dar al-Wahba, p. 236.

79 Radwan Fathi, op. cit., p. 367.

80 Par exemple al-Ahrâm, 10 novembre 1931 p. 8 et surtout, le numéro spécial d’Al-Mussawar.

81 Voir Ahmad husayn, Imani, Le Caire, 1946, Matba’a al-Ragha’ib, p. 64 sq.

82 Idem, p. 67.

83 Idem, p. 68.

84 Ramadan ‘Abdel ‘Azim, Tatawwur al-harakat al-wataniya fi misr, 1918-1936, Beyrouth, 1974, p. 193 sq.

85 al-Bishri Tareq, Al-Muslimoun wa al-aqbat fi itar al-gama’a al-wataniya. Le Caire, Dar al-Shorouq, 1982, p. 519.

86 Voir les multiples appels du comité.

87 Al-Ahrâm, 10 novembre 1931, p. 8.

88 Voir les extraits cités plus haut des Chartres et serments.

89 Al-Sarkha, 21 octobre 1933, p. 5-7.

90 Soleiman Bayoumi Z., op. cit, p. 236.

91 Voir Al-Tali’a, 4 avril 1965, pp. 156-58.

92 Badr ed Din I., « ’Asheq al-watan, Fathi Radwan », Al-Hilal, novembre 1993, p. 36.

93 ‘Al-Rafi’i A., Fi a’qab al-thawrat al-masreya, Le Caire, 1949, Maktaba al-Nahda al- Masreya, p. 326.

Notes de fin

1 Ce texte doit beaucoup aux échanges que j’ai eus avec François Massoulier et Iman Farag.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540