Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

31. La patrie, c’est toi non moi

Texte intégral

Misr, 7 mai 1921

1AMOUR, sacrifice et renoncement, telles sont les significations du patriotisme pour l’âme d’un pays à qui répugne l’oppression et qui est déterminé à recouvrer son droit à la vie. Et qu’y a-t-il de plus éloigné de ces termes, de leur sens intégral, que le mot "moi".

2Moi, mot haïssable, pesant à l’oreille et au cœur, supportant dans son raccourci les ténèbres de la vanité. Proféré par les leaders d’un pays à son apogée, il peut en détruire la structure et en ruiner la vie. Que serait-ce s’il est répété par les leaders d’un pays qui n’a en partage que l’oppression et l’humiliation ?

3L’histoire a enregistré le mot de Louis XIV : "L’Etat, c’est moi". Il avait quelque excuse parce qu’il a élevé son pays au pinacle, qu’il commandait la politique du monde, que son siècle est cité parmi les quatre grands siècles de l’histoire universelle et qu’il a été appelé de son nom en hommage à sa personne et en perpétuation de sa mémoire. Et pourtant, tout cela n’a pas atténué le jugement de la conscience humaine sur ce mot retenu par l’histoire et mentionné par les générations comme un signe de faiblesse.

4Il s’est imaginé, rien n’est plus commun à l’homme que l’illusion, que cette gloire suprême émanait de sa personne, ne considérant plus les autres, ne connaissant plus d’entité à son pays, n’envisageant à son pouvoir aucun autre support que lui-même et il a dit, résumant tout cela : Moi. Et le mot n’était pas plutôt articulé qu’une tempête l’arrachait de son piédestal, lui et son pays.

5Moi est le mot d’un cœur livré aux instincts de conquête et de vanité ; il est étranger à une âme affligée par la détresse de son pays et qui se sacrifie pour lui.

6Nous sommes tous ensemble dans la détresse, supportant l’oppression, traînant nos chaînes, gémissant sous le garrot de nos menottes ; comment penserions-nous en termes de préférence et de vanité, comment viendrait à nos lèvres le mot "moi" ?

7Enorgueillis-toi de ton patriotisme, c’est un sentiment naturel, auquel pourtant nul n’a de mérite.

8L’homme simple, idiot, ignorant tout de la démarche verbale, pénétré d’un amour pour son pays qu’il est incapable de traduire, éprouverait quelque soulagement s’il pouvait exprimer sa tristesse. Mais, dans l’impossibilité de parler, il apaise sa flamme en se jetant dans l’action et en se dévouant totalement, et si sa langue se déliait, il pourrait dire le meilleur, c’est moi.

9Le patriotisme est un feu qui inonde le cœur et n’accepte pas de préférence, qui ignore le plus et le moins ; le cœur qu’il habite réellement ne peut l’imaginer refroidi ou gelé dans d’autres cœurs, non plus qu’il ne peut douter de leur loyauté à servir leur pays.

10Lorsqu’un Egyptien suspecte le patriotisme de son frère, il projette ce doute sur la sincérité de son propre patriotisme. C’est un aveu de faiblesse de sa foi patriotique et une faute de confiance en son pays, car sa confiance en autrui ne s’altérerait pas si elle n’était déjà ébranlée dans son for intérieur.

11Nous n’avons d’autre force que la conviction de notre droit et la foi dans notre patriotisme. Si cette foi est certaine, partagée par chacun, elle devient un levier puissant au-devant duquel le fer et le feu s’arrêtent, confondus. Nous sommes certains que le patriotisme ne comporte pas de différenciation quantitative entre Egyptiens, à moins qu’il ne se réduise à un simulacre sans racine, purement verbal, à l’usage des beaux parleurs qui s’en parent pour en tirer vanité. Et le vaniteux ne connaît rien.

12Crois au patriotisme des autres, si tu es patriote. N’en fais pas un sujet de méfiance ou de doute, qui requièret une enquête, une accusation et une défense. Elève plutôt les sentiments de ta patrie en maintenant ceux de ses sujets au-dessus de cette suspicion éprouvante, et sache que l’arme la plus efficace que tu puisses offrir à ton adversaire pour qu’il en frappe ton pays, c’est le doute dans le patriotisme de l’Egyptien, parce qu’il est sa seule force, la seule avec laquelle il se batte et en laquelle il espère, et qu’elle est capable, à elle seule, d’ébranler son ennemi.

13Quand même tu apercevrais quelque fléchissement chez certains, non le fléchissement du sentiment patriotique, parce qu’il est inapte à l’affaiblissement ou au renforcement, mais un fléchissement de la volonté et de l’espoir dans la victoire, le devoir du leader est de tirer le rideau sur ces défaillances, de persuader ceux qui en sont affligés qu’il les compte parmi ses hommes, raffermissant ainsi leur zèle, élargissant ses rangs, et soustrayant à son ennemi la possibilité de croire que le peuple a faibli ou bien qu’il s’est égaré.

14Ne médis pas d’un ministre ou d’un fonctionnaire, ne dis pas "mes amis" ou "mes ennemis", sois fermement convaincu que nous sommes un même cœur aimant un même pays, et vibrant à l’unisson pour tout ce qui le concerne.

15Ne suspecte pas, alors que tu répands les pleurs de l’affliction patriotique au-devant de tes compatriotes et de tous les spectateurs ; que tes pleurs demeurent des pleurs de foi et de loyauté, non des pleurs de rancœur, d’accusation et de division.

16Aie pitié de nous. N’offre pas au monde le spectacle d’une Egypte ignorant le sens ou les devoirs du patriotisme, et ne l’amène pas à conclure que, dans le cœur des Egyptiens, ce sentiment ne pèse pas plus qu’un traitement de ministre.

17Le patriotisme est une foi réciproque. Tu as foi en nous, nous avons foi en toi. Mais si tu déçois notre patriotisme, tu as divisé nos cœurs, renforcé nos ennemis et anéanti notre seule arme.

Ouvrages de Morcos Fahmy

  • "La femme en Orient" (drame), Al-Tawfïq, 1894.
  • "Code de l’association des avocats", Al-Tawfiq, Faggalah, 1899.

Etudes juridiques

18"Comment s’accomplit l’acte de vente après la loi de transcription", juin 1927.

  • "Le cas du qaimaqam Abdallah Farid’, Al-Chams, octobre 1927.
  • "La présence de l’avocat devant le conseil de discipline", Al-Chams, août 1927.
  • "La responsabilité de l’avocat à l’audience", Revue du barreau, décembre 1930.
  • "De la recevabilité du pourvoi en cassation motivé par la matière", Revue du barreau, décembre 1930.
  • "De l’imposture par voie juridique", Revue du barreau, mars 1931 ; et Imprimerie moderne, mai 1931.
  • "Exposé de l’appel de Habib Badawy contre Fahmy Messiha", Le Caire, Sokar, mai 1932.
  • "La Responsabilité du Médecin pour le docteur Alfred Makar", Imprimerie moderne, mars 1936.
  • "Les droits de servitude et le contrat pour le compte d’autrui", Revue du barreau, avril 1937.
  • "Bassim Hosny contre le ministère des Finances", étude sur les tarifs douaniers, Hawary, décembre 1938.
  • "Bassim Hosny contre le ministère de Finances", étude sur les tarifs douaniers, Hawary,

19octobre 1939.

  • "Des limites de l’enquête criminelle", 1939.
  • "De la pénalisation de l’adultère", Imprimerie moderne, 1940.

20"Bats-toi avec l’arme la meilleure", Imprimerie moderne, 1940.

21"Retour à la pénalisation de l’adultère", Imprimerie moderne, 1940.

  • "Rapport sur la recevabilité du pourvoi en cassation introduit en cour d’assises", Imprimerie moderne, 1940.
  • "Conclusions pour Ahmed Aboud pacha", étude sur l’arbitrage, Imprimerie moderne, 1943.
  • •"De la Préemption en application du décret ministériel du 25/1111931", septembre 1945.

22Non datées :

  • "La tutelle du chrétien", Al-Chams.
  • "De la poursuite du mineur en cours d’assises", Al-Chams.
  • "Le corps judiciaire en Egypte", Imprimerie moderne.
  • "De la perception des tarifs douaniers", Imprimerie modeme, 1940.
  • "De la donation dans la législation islamique sacrée et dans le code civil", Le Réveil de l’Egypte.
  • •"Pour la recevabilité du pourvoi introduit par Choucry Saleh Kandil", Al-Chams.

Conclusions

  • "Pour Labiba Cozman contre Farag Atta", 1911.
  • "Défense d’Ibrahim Zaky", Al-Tawfiq, 1912.
  • "Pour Lagwan Hanem Effendy contre le Prince Mohamed Aly Ibrahim", 1922.
  • "Pour Guindy Bichay et Mikhaïl Malaty contre Ahmed Tawfiq al-Hakim et le ministère des Waqfs", L’Océan, Faggalah, 1923.
  • "Défense de maître al-Halawany", 1929.
  • "Pour Mesdames Zohra et Fatma al-Sayed Abou Aly contre Mohamed et Bahgat al-Sayed Abou Aly", 1929.
  • "Pour le Prince Georges Loutfallah contre Hussein Darwich, Aly Salem et Mohamed Nour", Imprimerie modeme, 1930.
  • "Pour Awad Damial contre le ministère des Travaux publics", 1931.
  • "Pour Antoune Chedid contre Mohamed Saleh", Misr, 1932.
  • "Pour Abboud pacha contre Hefny bey Mahmoud", Imprimerie moderne, 8 mars 1935.
  • "Pour Abboud pacha contre Hefny bey Mahmoud", Imprimerie modeme, 13 mai 1935.
  • "Pour Maryam Youssef contre Youssef Youssef ‘, L’Indépendance, 1936.
  • "Pour Elias pacha Awad contre Tawfiq pacha Doss", Al-Chams, avril 1937.
  • "Pour l’invalidation du jugement énoncée dans l’affaire introduite au parquet n° 441",

23Imprimerie moderne, 1939.

  • "Nabaweya Moussa contre le ministère de l’Instruction publique et des Finances", 1942-1943.

24Non datées :

  • "Défense de Makram Ebeid et ses confrères spécialement imprimée pour la famille juridique", Sokar.
  • "Pour Marie Saab contre Aziz et Selim Saab".
  • "Pour Elias Awad pacha contre Chehata Salib", Al-Chams.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr