Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

30. Discours au théatre Printania

Full text

Misr, 3 juillet 1921

1NEUF heures n’avaient pas sonné hier soir que les invités venus entendre le discours politique structuré, éloquent et ensorcelant prononcé par le très éminent avocat égyptien Morcos Fahmy bey s’empressaient dans la salle du théâtre Printania. Une foule d’auditeurs appartenant aux classes égyptiennes pensantes les plus cultivées composait l’auditoire. Il prit la parole à dix heures et demie, la voix vibrante de courage et d’un patriotisme qui transparaissait à chaque mot.

2Les applaudissements du public ne jaillissaient pas des mains seules, mais de la palpitation des cœurs et du frémissement des émotions. Il a parlé jusqu’à minuit et demie environ, sans autre interruption que celle d’un court intervalle et celles des acclamations unanimes de Saad Zaghloul pacha et de Son Excellence Adly Yeken pacha. L’ordre était parfaitement respecté, en dépit des questions posées et des objections formulées auxquelles l’orateur répondait par des éclaircissements ou des réfutations. Un détachement de soldats assurait l’ordre à l’extérieur de la salle et vérifiait les cartons des invités à l’intérieur. Voici le texte du discours.

3Messieurs,

4Nous sommes réunis aujourd’hui dans un même sentiment de tristesse pour notre pays et d’angoisse pour ses intérêts, en ce moment où la division nous surprend et où nous nous demandons quel est notre devoir et quelle attitude adopter.

  • 1 Les menaces ouvertement étalées dans les journaux atteignirent une telle violence que le gouvernem (...)

5J’ai été menacé. On m’a demandé publiquement par le truchement des manchettes de journaux, tout comme s’il s’agissait d’un procédé légal et indiscutable, de ne pas parler1.

6J’ignore lequel d’entre nous possède le droit de faire taire un Egyptien qui veut entretenir ses compatriotes des affaires de son pays.

7Quels sont les détenteurs de cette autorité opérant dans l’ombre, refusant de se révéler et quels sont les privilégiés à qui leur compétence octroie le bonheur de la liberté et auxquels la parole est permise, et quels sont les malheureux condamnés au silence et dépouillés de la prérogative de parler humainement ?

8Je ne m’en alarme qu’à cause de mon pays. Une nation qui, face à une nation conquérante, réclame sa liberté avec, pour toute arme, le seul mot de droit et l’appel des consciences au respect de la liberté humaine, cette nation se porte le coup fatal si elle accepte cette servitude civile de l’individu.

9Voulons-nous la liberté et la proclamons-nous pour saper la force du droit et dénier à l’individu son droit civil ?

10Croyez, Messieurs, que dans ma position et dans cette bataille destinée à proclamer la liberté et le droit, si j’étais traduit devant cette autorité affligeante et que je m’étais trouvé dans l’alternative de tyranniser mon peuple, de pressurer sur ses sentiments et de paralyser les langues, j’aurais, sans hésiter, immédiatement choisi d’être moi un de ces infortunés condamnés, préférant la vie de ma nation toute entière à la mienne, acceptant d’être la victime, plutôt que l’assassin.

11Il incombe aux penseurs de tous les pays, en raison de la répartition du travail social de conseiller leur patrie et s’ils s’y dérobent, ils agissent à l’égal du soldat qui déserte et le soldat ne doit pas oublier qu’il est redevable à la patrie de chaque goutte de son sang et qu’en le répandant à son service, il ne fait que restituer le dépôt qui lui est confié.

12Nos soucis sont profonds et les déclarations publiques se doivent de respecter les règles de l’éthique en demeurant étrangères aux attaques personnelles qu’elles soient directes ou allusives.

13Je voudrais élever mon peuple et essayer de m’élever avec lui jusqu’au devoir du patriote, cela veut dire que je suis convaincu et que je travaille à le convaincre qu’une nation dont la lutte repose sur des arguments sains est plus forte, non qu’une autre nation, mais que le monde entier — que les capitulations mêmes et les complications qui s’y entrechoquent ne représentent que le fruit de l’asservissement de notre pays, comme s’il appartenait en indivis à toutes les nations réunies — et qu’une nation qui mène cette bataille totale pour recouvrer son droit à l’existence ne possède qu’une arme réelle, c’est l’efficience de ses hommes, c’est leur solidarité dans l’union et que la moindre suspicion formulée à l’encontre de ces attributs neutralise cette arme unique.

14Les hommes d’action peuvent errer, la perfection n’appartient qu’à Dieu seul, mais cela n’amoindrit pas leur capacité et n’autorise pas la nation qui les a portés aux nues hier, à les rejeter au sol pour les déchirer. Nous pouvons dire qu’ils se sont trompés, parce que ce sont des êtres humains, mais ils restent grands dans l’erreur comme ils étaient grands dans la rectitude.

15Messieurs,

  • 2 La phrase est restée inachevée à l’imprimerie.

16Notre situation est complexe et nos problèmes divers, entremêlés, et nous ne pouvons les étudier en une séance, mais je veux vous entretenir de l’événement inopiné qui est venu contrecarrer notre éveil national et risque de l’anéantir. Nous étions hier des Egyptiens sans plus, eu égard à toute chose et par-dessus, toute chose. Les orateurs, avec à leur tête le grand leader Saad, s’enorgueillissaient de notre union, et je tiens à dire, entre parenthèses, que je ne vois pas de raison à cet orgueil, car le cri jailli du cœur d’une nation...2

17Je dis nous étions Egyptiens sans plus : nous nous sommes retrouvés divisés en communautés et partis, saadistes et adlystes, dissidents et adeptes, modérés et extrémistes, traîtres et patriotes. Chaque clan attaquant l’autre, projetant sur lui ses propres sentiments et au sein de ce chaos, nos enfants innocents souffrant pour leur indestructible patrie, ont tourné leur malheureux combat contre leurs parents, menaçant et profitant dès le début de la mésentente pour propager la scission par le véhicule du copte et du musulman ou par le moyen de fellah et du pacha, par la voie de l’employé et de l’individu ou bien encore par l’opposition de l’étranger à l’Egyptien. Mais leur espoir a été déçu et le pays est demeuré un bloc uni.

18Le temps de le constater, de s’en réjouir et de s’en enorgueillir n’était pas révolu, et à peine le temps d’agir pour le bien du pays nous était-il donné que la division surgissait par un canal que nul n’eut imaginé.

19Il est triste de dire qu’elle survint par la voie des leaders. Les voilà donc ayant travaillé à reconquérir nos droits, pour soudainement offrir à nos ennemis un précieux cadeau, cadeau que ces ennemis n’avaient pu obtenir deux années durant, la division et la ségrégation, toutes deux antagonistes à l’unité du pays et parvenues toutes deux à un paroxysme plus alarmant que ne l’espéraient ces ennemis.

20La division est plausible chez les nations libres de toute menace étrangère où elle consiste alors en un échange de vues sur les intérêts de la nation et elle est dans ce cas une manifestation de vie. Tandis que dans un pays frustré de sa liberté, et à l’heure de sa lutte, la division est un symptôme de régression et de mort. Une nation dont l’existence est en danger ne peut tolérer de scission au sein de son combat.

21On dira, si l’on méjuge des intérêts de la patrie, que nous pouvons nous entendre quant au principe et en discuter les procédés. Ceci est faux dans notre cas. Nous nous sommes entendus sur le principe et sur le procédé qui est la négociation, nous nous sommes même entendus sur l’heure de l’entreprendre. L’accord est total, comprenant tous les points, fixant les détails, il ne prévoit donc aucune divergence dans le principe ni dans ses modes de réalisation.

22Mais la division a surgi sur un point complètement étranger au principe, aux procédés et à l’heure des négociations, un point extérieur à l’intérêt du pays, à toute répercussion sur sa vie propre et sur la lutte entreprise pour son affranchissement.

23Il restait. Messieurs, à désigner la "présidence". Le mot a frappé les imaginations et sa prestigieuse magie a foudroyé cette force dont nous étions si fiers.

24Je crois fermement que Saad n’a pas revendiqué la présidence pour satisfaire sa vanité ou son égoïsme, mais qu’il la veut pour servir son pays dans la mesure de son amour et à l’échelle de la compétence qu’il croit détenir.

25J’aurais pourtant aimé — le succès de sa lutte est conditionné par cela —, j’aurais aimé que nous puissions croire qu’il existe dans son pays des compétences respectées, que ce patriotisme qu’il ressent emplit les cœurs de ses compatriotes, des meilleurs d’entre eux spécialement car, lorsqu’une nation s’éveille au patriotisme, il jaillit de ses rangs des capacités insoupçonnées.

26Un Grec nommé Pédarcas s’était présenté aux élections du Conseil des Archontes qui comptait trois cents membres ; comme après son échec, il recevait ses collègues avec le sourire, on lui demanda la raison de sa joie et il répondit : "Je suis heureux parce que mon pays compte trois cents hommes plus qualifiés que moi".

27Il ne s’est pas diminué, il n’a pas rabaissé sa patrie sous le coup de la déception, il s’est effacé devant elle, et cela alors que sa patrie était en sécurité, qu’aucun ennemi ne la combattait ni ne lui déniait ses aptitudes. Il parlait, la conscience libérée, se comportant naturellement sans contrainte et sans motivation, mu par son calme patriotisme, tel un fleuve trop plein qui se répand paisiblement sur une pente douce.

28Ces mots n’ont pas inspiré Saad pacha. Il a dit : "Nul à travers le pays ne saura assumer la présidence, sinon moi". Cela n’amoindrit pas ses aptitudes, mais il est normal, qu’alertés pour notre pays, nous protestions de ses ressources en capacités humaines. Il est invraisemblable que la contestation de nos capacités, de nos sentiments et de notre patriotisme, qui était et devait demeurer l’arme de notre adversaire, fut véhiculée par la voix du leader, après qu’il a lutté deux ans pour répandre dans toutes les parties du monde les preuves décisives de l’aptitude et du patriotisme de son peuple.

29Je ne défends pas ici les ministres, mais mon pays et sa dignité, et je ne doute de la révolte d’aucun d’entre vous s’il lui était demandé de confirmer que le pays est dénué d’hommes, et qu’il n’y reste plus qu’un seul homme.

30Nous espérons que notre grand leader ne va pas déployer les brumes de pareilles dissensions qui risquent de ruiner une nation.

31Saad a posé comme condition aux négociations l’acquiescement préalable aux dispositions requises dans l’intérêt général du pays et qui sont l’abolition du protectorat et l’acceptation de nos réserves.

32Ces conditions ayant été rejetées, il en découlait, conformément aux procédés diplomatiques et eu égard aux possibilités de dénouer les problèmes, qu’il renonçât à ces conditions et qu’il acceptât des négociations inconditionnelles.

33Je partage son opinion car j’ai toujours été partisan des négociations, c’eut été alors avec la connaissance du Wafd et avec le désaveu de la nation. Mais je demeure perplexe lorsque le leader qui proclama à toutes les nations de la terre cette compétence chevillée à l’essence du problème général vire d’opinion, que cette même compétence se résorbe et disparaît, défaite par la conjoncture de la présidence comme si cette conjoncture constituait tout le problème et primait toute chose. Et c’est là le nœud de la scission contre lequel toute considération vient échouer.

34Quel est cet avantage national qui nous impose de combattre les délégués, alors qu’ils partent défendre nos intérêts et réaliser nos espoirs ?

35La question n’est-elle pas insolite, et serait-il convenable qu’une nation en vienne à la débattre ?

  • 3 Les wafdistes.

36Mais le destin l’a voulu et nous n’avons qu’à plier devant les décrets du destin. Ils3 prétendent la raison évidente, persuasive et définitive, et ils disent : "Ne voyez-vous pas que la majorité de la nation n’a pas confiance dans les ministres et qu’elle veut la présidence de Saad ?"

37Nous ne nions pas qu’au sein de la patrie et parmi les classes valables, et maintenant, après la scission provoquée par le leader, il en est qui considèrent que les négociations doivent revenir à Saad et sous sa présidence.

38Mais la succession des événements démontre que la nomination de Saad à la présidence n’est pas demandée par la nation, que c’est au contraire Saad qui l’a réclamée, que la nation l’a refusée et qu’il a essayé de la faire changer d’avis, puis qu’il y a renoncé ; qu’ensuite il est revenu de son renoncement dans des circonstances et pour des motifs que nous relaterons ; puis qu’il a réitéré sa demande et il a ameuté l’opinion publique et nombre de simples se sont rangés à ses côtés ainsi que certains professeurs, non parce que telle était leur opinion, non parce qu’ils la croyaient saine, ils avouaient même le juger incapable, mais parce qu’ils entrevoyaient un intérêt que nous révélerons.

39Le déroulement de ces événements compte trois épisodes.

40• Le premier en Europe, entre Paris et Londres. En Europe, loin de la nation et ignorant l’avis des siens au sujet de la présidence de la délégation, Saad décide de se l’attribuer et la réclame au cours des négociations avec Milner.

  • 4 Les Anglais.

41Saad en personne l’affirme dans son discours, ajoutant qu’il lui a été opposé l’obligation de ne désigner à la présidence de la délégation qu’un président du Conseil des ministres, et qu’en conséquence, ils4 la lui refusaient mais proposaient en revanche la composition d’un ministère dont il serait nommé président.

42Notre leader dit avoir décliné l’offre, signalant à Milner au cours de la conversation que, dans ce cas, cela revenait à ce que les débats se déroulent entre Georges V et lui-même.

43Il n’a toutefois pas insisté, convaincu peut-être, et il a abandonné le sujet.

  • 5 Le premier ministère de Adly pacha Yeken, 16 mars 1921-24 décembre 1921.

44Ayant appris à Paris la formation du ministère adlyste5, il expédia sa dépêche célèbre où, pour épauler le ministère aux négociations, il posa cinq conditions dont l’une était sa propre présidence.

45La nation a vivement désapprouvé cette dépêche, tous les membres du Wafd la désapprouvèrent également, la commission du Wafd en défendit la publication et fit part au leader de son indignation : Il se départit alors de sa demande et voulut en dissiper le fâcheux effet sur les esprits et c’est alors qu’on reçut les dépêches de Reuter posant les conditions de sa participation aux pourparlers, où il ne demandait plus la présidence, y renonçant pour la seconde fois et sa renonciation répondait à la demande de la nation.

46• Le second épisode, en Egypte. Le leader annonça son arrivée et les gens, inquiets, se demandaient s’il remettrait en cause la dispute de la présidence ; les penseurs décidèrent avec raison de lui faire opposition et, au cas où il formulerait sa demande à nouveau, de l’amener à s’en désister.

47Il suffit pour prouver l’opposition générale de la nation à la présidence de Saad, de vous citer, Messieurs, quelques extraits des discours prononcés aux cérémonies organisées pour la réception du leader, tenues toutes à Alexandrie, tandis qu’au Caire l’opinion unanime, englobant toutes les classes, décidait de déférer la présidence de la délégation au président du Conseil, non par défaut de confiance en Saad, que Dieu garde, mais par respect pour les obligations et la dignité du président qui, dans sa position, ne pouvait s’en démettre que si la nation oubliait sa dignité.

48• A la réception d’Alexandrie. A la réception d’Alexandrie, Yehia pacha a dit au sujet du ministère : "La nation est parvenue à obtenir un ministère loyal, aimé du peuple, et jouissant de sa confiance et nous avons reçu un communiqué sans précédent depuis que l’Egypte possède un ministère la représentant, et n’existe-t-il pas entre le gouvernement et la nation ce lien sans lequel les affaires d’une nation ne peuvent s’accomplir et grâce auquel la nation et la patrie, dans leur sens intégral, fusionnent en un bloc et se meuvent à l’unisson ?" {Al-Ahram, 5 avril 1921).

49Tels sont les propres termes de Yehia pacha Radouan et je vous demande de vous en souvenir.

50Le second orateur, Labib bey al-Batanouny se leva et dit : "Et le plus important que je puisse dire est une invocation au Dieu Tout-Puissant qu’il assiste Sa Hautesse le Sultan et son ministère adlyste bien aimé dans tout ce qui assure le bien du pays". (Al-Ahram, 5 avril 1921)

51Le cheikh Al-Labban se leva ensuite et discourut en ces termes : "Après avoir exprimé mes profonds remerciements à Son Excellence notre sage chef de l’Etat, à Leurs Excellences, son juste représentant et ses généreux confrères, je dis que le ministère et vous constituez un seul corps associé dans le même amour de la nation qui vous soutiendra, et que vous porterez, Messieurs, le drapeau du ralliement patriotique à jamais".

52• Au Caire. Nous sommes venus au Caire le 6 avril 1921 et, sous les tentes de la réception, la nation était encore pénétrée de l’opinion qu’elle avait spontanément exprimée et qui corroborait les événements d’Alexandrie.

53La parole a été en premier à l’honorable Azhar par la voix du cheikh Al-Kabbany qui dit en son nom et au nom de ses confrères : "Vous entrez aujourd’hui au Caire, Monseigneur, et vous trouvez pour vous recevoir, un ministère qui s’unit à la nation pour acclamer vos principes. Nous déclarons qu’il agit conseillé par la volonté nationale et cela constitue la victoire absolue".

54Puis il ajouta : "Ce ministère est le ministère de la nation. Il vous tend la main, appuyant vos efforts pour le procès de l’Egypte : Donnez-lui la main, Monseigneur, le salut est dans la force des chefs".

  • 6 Jeu de mots, Adly voulant dire juste et équitable.

55Saad se rendit à l’Azhar où le cheikh Aboul Eyoun dit un mot bref, mais il ne voulut pas, en dépit de brièveté, laisser partir les ministres sans une attestation de confiance, et, au coeur de l’Azhar, en la présence du leader, il dit : "Dieu est avec le ministère juste6, il t’a donné la victoire et le droit lui donnera la victoire : S’il te confirme, le peuple te confirmera ; voguez donc ensemble sur le navire de l’espoir".

  • 7 Gharbieh, préfecture du centre du Delta, capitale Tantah, aujourd’hui scindée en Gharbieh et Kafr (...)

56Une députation de la Gharbich7 vint rendre visite au leader et dit, entre autres propos : "L’important est de travailler sérieusement en accord avec notre ministère bien-aimé".

57Quelques jours s’écoulèrent et, le 13 avril, les commerçants organisaient leur réception. Talaat Harb bey dit, au cours de son discours : "Vous avez le devoir, ô hommes du Wafd, de vous associer au gouvernement accrédité par la nation qui l’a investi de sa confiance, il incombe donc à chacun de nous et à tous les citoyens de s’unir et de s’entraider parce que l’intérêt de la nation en dépend impérieusement. La nation, elle, défère sa confiance et son respect à tous ceux qui la servent loyalement et, prenant Dieu à témoin, j’atteste que chacun de vous doit demeurer absolument uni à tous ceux qui œuvrent en vue de notre libération intégrale".

58Le lecteur de ce discours y pressent l’angoisse de l’orateur envisageant l’hypothèse d’un conflit avec la présidence en même temps que l’invitation à l’union et au rejet de toute division parce que le principe est le même et que la cause du pays l’exige.

59Le 14 avril 1921, les Ulémas tinrent leur réception. Leurs Excellences, le cheikh Bekhit, le cheikh Al-Zancoury et le cheikh Al-Kabbany parlèrent. Son Excellence le Mufty dit les vers que voici : "Les ministres vous demandent de les soutenir. Ils ont œuvré jusqu’à reverdir la branche

60Soutenez-les pour nous et Dieu vous garde - qu’ils demeurent à son ombre, cette ombre est circonscrite

61Ils vous ont tendu les mains pour vous assister

62Serrez-leur les mains pour requérir le droit

63Peuples d’Egypte, vous leur devez confiance à tous. Ils sont chacun et tous de vaillants héros".

64Le cheikh Al-Kabbany a dit : "L’aube du ministère adlyste se leva, le ministère dont la nation respecte la capacité".

65Tout cela prouve indiscutablement que, jusqu’au 15 avril, de tous côtés et dans ses moindres parties, la nation avait publié la plus respectueuse confiance dans le ministère : que pas une âme égyptienne ne doutait que les membres du ministère fussent des Egyptiens œuvrant pour la cause du pays.

66Je vous prie, Messieurs, de remarquer qu’au cours de ces réceptions aucun orateur n’a abordé le problème général originel : Aucun n’a fait allusion à ce qui s’était passé, ni à la décision de Milner, ni aux réserves, ni aux négociations et aux conditions les entourant. Ils ont négligé ces questions pour ne retenir que la confiance dans le ministère et le soutien qu’il devait apporter à Saad. Il n’y avait absolument pas de désaccord au sujet de la présidence qui relève des attributs de la nation en tous lieux et telle était l’opinion véritable de la nation.

67• La conviction de Saad pacha. Le leader fut convaincu de cette opinion et en voici la preuve.

68La commission des réceptions organisa une séance le 19 avril, au cours de laquelle Saad pacha discourut et voici quelques textes tirés de son discours : "Ce ministère, une fois formé, a exprimé sa décision de se conformer à la volonté de la nation et nous avons acclamé cette déclaration comme vous l’avez acclamée. C’est pour cela qu’il incombe à celui qui veut comprendre de réaliser que le gouvernement doit lui-même entreprendre les négociations et avec le Wafd.

69Nous avons dit que le Wafd avait décrété de n’entreprendre les négociations conformément au projet Milner que si ce projet était modifié et, qu’au cas où il n’était pas modifié, il serait impossible au Wafd ou à aucun Egyptien accrédité de les entreprendre.

70Je n’ai pas eu tort en prenant la défense du gouvernement alors qu’il gardait le silence, parce que le gouvernement est mandaté pour exécuter la volonté du peuple et que nous devons le soutenir toutes les fois que nous y voyons notre intérêt comme l’a dit et certifié Son Excellence Adly Yeken pacha".

71Il dit ensuite : "Nous devons éclairer ici deux points dont le sens échappe à certaines personnes, et cela en dépit du fait que le gouvernement les passe sous silence, mais le gouvernement s’associe absolument à moi tant pour le fond que pour la forme.

72Si les négociations s’agençaient ainsi, j’avais le droit, le devoir plutôt, d’énoncer librement mon opinion et si je m’abstenais de la dire dans ces conditions, je manquais à mon devoir, je trahissais même mon pays".

73Puis : "Mes confrères et moi n’accuserions pas le gouvernement d’erreur s’il engageait des pourparlers pour émettre son opinion sur ce projet et l’éclairer à la lueur des principes de la nation et du Wafd et qu’il disait : nous demandons l’indépendance et la levée du protectorat".

74Et enfin : "Je vois que les circonstances, comme le verra tout être raisonnable, que la dernière circonstance, c’est-à-dire l’abstention de répondre à l’invitation, eut constitué un crime impardonnable".

75Il est très important de remarquer que Saad pacha déclare ouvertement qu’il s’est entendu avec le gouvernement en tous points, pour le fond et pour la forme, qu’il n’existe donc aucune contestation sur aucune des conditions et ses propos sont formels sur ce point, de sorte que la discussion entre le gouvernement et lui était close et qu’il se trouvait en parfaite harmonie avec lui.

  • 8 Sayeda Zeinab, sainte islamique, fille de Aly Ibn Abou Taleb, cousin du prophète et sœur d’Al-Huss (...)

76• Le troisième épisode. Tels étaient les propos de Saad pacha jusqu’au 19 avril. Deux jours s’étaient écoulés, le 20 et le 21 ; le 23 devant les ressortissants de Sayeda8 à la réception qu’ils avaient organisée, après ce court laps de temps, c’est-à-dire vingt-quatre heures, quarante-huit heures, la conviction de Saad pacha a changé, d’un changement soudain, stupéfiant, arborant une théorie diamétralement opposée tant au sujet du ministère que de la confiance dans le ministère, que de l’intérêt du pays et de l’appréciation du devoir de l’Egyptien dans le temps présent.

77Après avoir convenu que le ministère entame les négociations sans lui ou bien avec le Wafd, du moment qu’ils s’accordaient sur le principe, et après qu’il eut décrété que notre devoir nous commandait de le soutenir dans ses démarches et de l’appuyer parce que tel est notre intérêt, il fait volte-face et prône le comportement contraire disant : "Mais nous ne devons pas nous fier à lui, ni le soutenir, nous devons l’empêcher de négocier".

78Nous voudrions croire et nous soumettre, ô leader respecté, mais nous sommes pourvus d’un coeur, d’une raison et d’une mémoire et le souvenir de vos propos d’hier résonne encore à nos oreilles dans toute sa force, amplifié par votre démonstration que l’abstention aux négociations avec le gouvernement serait une trahison, un crime impardonnable. Ne pouvez-vous avoir pitié de nous et ne plus nous torturer avec de tels revirements concernant notre devoir patriotique ? Il n’est pas possible que le crime d’hier, pour lequel il n’était pas de pardon, se métamorphose aujourd’hui en un devoir patriotique, sacré. La conclusion que nous tirons de tout cela, et quoi qu’il en soit de ces contradictions, c’est qu’il est de la plus évidente clarté qu’il faut désigner Saad à la présidence des délégués et que les négociations ne peuvent aboutir sans lui ; que nous n’avons pas à tenir compte des preuves de son opinion personnelle en Europe, ni de l’opposition de la nation avant son retour, ni du fait qu’il ait ensuite accepté d’agir conformément à la volonté de la nation comme il l’avait déclaré en soulignant que c’était son opinion personnelle.

79Il a changé d’avis, lui tout seul, après quelques heures, stupéfiant la nation par cette inconséquence, prétextant que telle est la volonté de la nation, prétexte que les faits contredisent absolument.

80Qu’est-il advenu durant ces deux jours ?

81Il semble que quelques vouloirs bénévoles à l’endroit du leader, jaloux de la présidence, se soient acharnés à la réclamer et l’aient convaincu de la revendiquer suivant le plan que voici :

82Il arriva, lors de la réception des étudiants, que le premier orateur dit en présence des ministres quelques mots où s’insérait le texte que je vais citer, après avoir spécifié qu’il ne parlait que dans ce but : "C’est à nous qu’il revenait de dire le premier mot dans ce mouvement béni et il nous incombe de dire le dernier et le voilà, et que nous entendent ceux qui ont des oreilles pour entendre. Nous ne prétendons pas connaître les subtilités politiques, mais nous savons tous une chose, c’est que nous avons une confiance illimitée en Saad Zaghloul et nous ne voulons pas que les négociations politiques aient lieu si Saad Zaghloul n’y participe pas, s’il n’en est pas l’âme, s’il n’en est pas le chef.

83Nous ne disons pas cela inconsidérément. Cette voix qui s’éleva au début de notre mouvement demeurera forte jusqu’à la fin et il faut que s’affaiblissent à ses côtés toutes les voix insignifiantes et c’est ainsi que ce doit être".

84Ces mots répondent ouvertement à un litige ancien que l’étudiant du Caire ne pouvait connaître et ils constituent une menace de force et une réponse aux arguments du conformisme diplomatique qui désigne à la présidence des pourparlers, le président du gouvernement.

85Or cet argument a été soulevé en Europe, il n’a été publié nulle part et jusqu’aujourd’hui les Egyptiens n’avaient aucune connaissance de la discussion survenue à son sujet (Al-Ahram, 19 avril).

86Le leader s’est levé, salué par des acclamations et des applaudissements et a dit : "Pourrais-je, le cœur joyeux, accepter de conduire mon pays comme on mène un troupeau non pas à la suite de principes mais à la suite d’individus ? Je suis fier d’être à la tête d’une nation vivante, consciente et pensante, capable d’espérer dans l’indépendance intégrale et je vous promets, etc."

87Il n’est pas nécessaire que nous comprenions aujourd’hui la signification de cette présidence, mais il semble que Saad, après la séance où il s’est effacé et une fois rendu à lui-même, ait pensé que l’attaque était vigoureuse et qu’il n’était pas raisonnable de s’emparer de la présidence d’une nation sous la pression d’une menace de ses enfants légitimée par la déclaration qu’ils voulaient faire taire toutes les voix autres que la leur.

88Cela semble certain parce qu’il a profité de la réunion du jour suivant, le 19 avril, à la cérémonie du comité des réceptions pour énoncer dans son discours les décisions que je votis ai citées et pour déclarer que le ministère était à même de débattre les négociations tout seul et que de le soutenir dans ces négociations constituait un impérieux devoir. Mais le problème réside en une lutte, une guerre entre les tendances du grand homme et de quelques individus de son entourage et nous l’avons vu, après sa première victoire, succomber à une seconde attaque et décider d’adopter leur voie.

89C’est pour cela que le 22 avril, soit après quarante-huit heures révolues, à la cérémonie de Sayeda Zeinab, s’est répété le roman précédent, non dans la bouche d’un étudiant, mais par la voix de l’avocat Amin effendy Ezz al-Arab qui dit : "Nous nous tenons derrière Saad et derrière les fidèles de Saad et je prends Dieu à témoin que je ne cite pas le mot de mes confrères les étudiants, ce mot enregistré aujourd’hui par chaque Egyptien, et qui disait : "Nous ne prétendons pas connaître les subtilités politiques mais nous savons tous une chose, c’est que nous avons une confiance illimitée en Saad Zaghloul, etc".

90Ce n’est pas là le langage des étudiants seuls : leurs pères le leur ont dicté et les ont incités à l’insérer dans leur discours, et à peine était-il articulé, que des applaudissements jaillissaient de la foule ce qui, naturellement, confirme ce que je viens de dire. Puis il ajouta : "S’il en est parmi vous qui désapprouvent.." Et le public répondit : "Non, nous approuvons tous".

91"Et moi, dir-il, j’ajoute que la nation toute entière est derrière Saad, si même Saad demeurait tout seul".

92Ce discours a dévoilé une discussion qui était restée ignorée de nous, et il apparaît clairement que Saad faisait face à une grave controverse entre les membres du Wafd d’un côté et son entourage de l’autre. Ses partisans voulaient qu’il conserve la présidence à tout prix et ils travaillaient à agencer les événements dans ce sens, tandis que les membres du Wafd s’y opposaient, et lui se trouvait partagé entre les deux partis, ayant obtempéré à l’injonction des membres du Wafd la première fois, avant le discours des étudiants, ce qui l’a conduit à déclarer le 19 avril son adhésion au gouvernement ; puis il s’est engagé dans le sens contraire après le discours de ses partisans, et Dieu sait si ceux-là se méprennent sur le chemin de la victoire.

93Là-dessus l’évidente importance attachée par Ezz al-Arab à sa réponse anticipée aux membres du Wafd dont l’opinion était jusqu’alors ignorée de tous mais dont ils connaissent l’opposition, et ses menaces enjoignant à ces membres de se retirer sont une manière de dire au leader "ne tenez pas compte de ces dissidents, ni de leurs défections, la nation est derrière vous, quand même vous seriez seul".

94Le leader a finalement choisi la route de ses partisans, il s’y est engagé à fond et, lors de la réception de Sayeda Zeinab, l’orateur qui se leva, contredit systématiquement son discours précédent sans en laisser subsister un mot.

95Il a dit, dans sa forte dialectique de polémiste : "Voulez-vous dire que le ministère négocie sous les auspices de votre mandat, ou bien qu’il est nanti de votre confiance toute spéciale ou non ?

96Car si vous dites que ses négociations jouissent de votre entière confiance, nous n’avez plus le droit de dire que vous avez confiance dans le Wafd, car vous avez donné cette confiance à un autre que lui et au sujet de votre problème le plus important et spécialement sur une mission que vous aviez confiée au Wafd.

97Il y a là une contradiction que nous ne comprenons pas.

98Mais si vous dites que le ministère entreprend les négociations sans votre confiance cela ne nous mène à rien".

99Le leader dit ne pas comprendre les contradictions ce qui est bien, mais il ne perçoit pas la contradiction entre sa déclaration d’aujourd’hui et celle d’hier. Je voudrais quand même la vérité, je me sentirais plus fort et je plaiderais, peut-être, pour cette contradiction dans l’opinion si je pouvais comprendre le sens de ce retrait de confiance dans le gouvernement mais je ne le puis.

100Pourquoi n’est-il pas possible d’allier la confiance dans le ministère à la confiance dans les membres du Wafd ? Et en vertu de quoi la confiance simultanée dans les deux présenterait-elle une incompatibilité ?

101Cette incompatibilité serait concevable si les deux parties étaient antagonistes et il n’y eut entre elles, jusqu’à l’heure actuelle, jamais aucun antagonisme.

102La nation dans sa totalité avait déjà manifesté sa confiance unanime dans les deux parties, le leader a confirmé cette confiance et il ne planait là-dessus aucun doute, au contraire les déclarations du leader assuraient de sa confiance et de son appui dans le cas où c’était le gouvernement qui entamait les négociations.

103Ce changement inopiné est le fruit des réactions secrètes qui l’agitaient lorsqu’il a décidé de s’opposer au ministère. Il savait depuis l’Europe le Premier ministre déterminé à retenir la présidence de la délégation parce qu’il n’acceptait pas l’affront d’une contestation de sa loyauté ou de sa situation : Il a pensé qu’en ébranlant la confiance dans le ministère et en provoquant le mécontentement de la nation, alors que les ministres étaient soucieux de se conformer à sa volonté, il parviendrait à ses fins.

104Jusqu’au 22 avril, la contestation opposée au ministère était circonscrite dans le fait que la nation n’acceptait pas l’assemblage d’une commission présidentielle, mais qu’elle exigeait l’exclusivité d’un président accompagné d’un ou de plusieurs assistants qu’il aurait lui-même désignés. Mais après réflexion, ils virent l’argument de courte portée et que l’exclusivité de la confiance, de l’efficience, et du patriotisme n’était pas une mesure sage, et leur puissante imagination — et une imagination puissante ne connaît pas de limite — les informa que le ministère égyptien était Georges V.

105Saad nous a instruits de l’argument à la manière d’un théorème de logicien qui dessine un cheval sur une feuille de papier et dit "ceci est un cheval, or tout cheval se meut" : l’argument est complet, la logique est sauve et l’auditeur serait peut-être persuadé, s’il n’avait devant les yeux un papier inerte et un cheval immobile, dans l’incapacité de se mouvoir. Appliquons cela à notre argumentation.

106Si l’interlocuteur délaissait la fabulation offerte à sa vue pour s’attacher à la réalité, il dirait : cette image est l’image d’un cheval qui est dans l’impossibilité de nous induire en la conclusion préconisée par l’orateur. De même, dans notre entretien, si nos amis s’en tenaient à l’équité et qu’ils disaient que le gouvernement égyptien est prisonnier du gouvernement de Georges V — et le prisonnier est l’ennemi de son geôlier — s’ils disaient cela, ils eussent touché la vérité et ils eussent été détendus et apaisés, et ils eussent épargné au pays les calamités de cette division.

107N’est-il pas évident que le premier à endurer les misères de l’occupation est le gouvernement maître du pouvoir, c’est-à-dire de l’ordre et de la décision ultime et que, s’il est anéanti par un conquérant dominateur, il est le premier tourmenté parce que ce pouvoir lui est retiré et qu’il devient par le fait même le premier ennemi de l’occupant, le premier à souffrir de sa permanence et à œuvrer pour libérer le pays de son exploitation, qu’il voit dans cette libération un intérêt matériel flagrant en plus de l’intérêt moral qu’il partage avec la totalité de la nation.

108Combien étrange est le hasard, Seigneur, et combien étrange la puissance de l’imagination ! Les Anglais ont depuis longtemps, quarante années, contesté notre mouvement national, prétextant dès nos premiers appels que ces appels étaient fabriqués par une petite faction manœuvrée par le gouvernement pour son propre intérêt, dans le but de secouer une prépotence et d’asservir le peuple.

109Et voilà qu’aujourd’hui où le peuple s’est joint au gouvernement, où l’ancienne hypothèse est ruinée, le gouvernement égyptien, l’ancien ennemi de l’Angleterre, devient le gouvernement de Georges V.

110De plus, si nous cheminons avec cette fable curieuse jusqu’à ses ultimes aboutissants, vous ne concluez pas seulement à l’impossibilité de négocier, comme je l’ai déjà dit dans Al-Ahram et ne reviendrai pas dessus aujourd’hui. Mais vous déduisez qu’il n’est absolument pas nécessaire de négocier, et encore que notre mouvement national est inutile, étant donné que notre gouvernement est Georges V en personne et que Georges V ayant démissionné, notre gouvernement a démissionné, et que Georges V possédant la moitié du monde, notre gouvernement possède la moitié du monde.

111Sont-ce là des arguments dignes d’une nation qui expose ses problèmes vitaux et démontre les preuves de ses aptitudes ?

112Et puisque nous sommes encore ici dans le domaine de la fabulation et de ses ravages, permettez-moi de vous citer en exemple général une des facettes du pouvoir de persuasion de cette fable, de la manière dont elle inverse les réalités, de sorte qu’emporté par son courant, le fabulateur imagine par elle faire aborder son pays au port du salut et de l’intégrité.

113Milner avait stipulé dans l’accord que les Anglais s’engagent à défendre l’Egypte en cas d’agression.

114Notre leader pensa que cette phrase impliquait le protectorat et qu’il fallait à tout prix écarter cette hypothèse. Il chercha et rechercha puis décida, pour conjurer cette conséquence, d’obtenir des Anglais qu’ils stipulent leur droit de prélever sur l’Egypte tout ce qu’elle serait à même de leur fournir en cas de guerre.

115Il ressortirait de tout cela que l’entente se concerterait entre un répondant et sa réplique, et alors comment l’Angleterre nous défendrait-elle, et de même comment la défendrions-nous sans qu’elle ait à subir notre protectorat que, dans ce cas, elle nous aurait elle-même octroyé ?

116Paroles logiques apparemment accomplies, mais qui nous mènent, en réalité, non seulement à tomber sous la coupe du protectorat, mais à devenir une colonie anglaise dans le vrai sens du terme, et les Anglais assument naturellement la défense de toutes leurs colonies parce qu’elles leur appartiennent et qu’ils ont le droit sans engagement préalable, d’y prélever tout ce qui peut leur être fourni en cas de guerre.

117Il est surprenant que, sous le puissant impact de cette fabulation, son auteur néglige la différence entre l’Angleterre et l’Egypte et qu’il croie de toute sa force logistique et qu’il entende nous faire croire, qu’en vertu de ces paroles écrites noir sur blanc, la réalité va changer, que l’Egypte se réveillera forte comme l’Angleterre, et que l’Angleterre aura besoin de la protection de l’Egypte, tout comme l’Egypte a besoin de la protection anglaise.

118Revenons au sujet de la présidence.

119Il a été établi de toute évidence, et par des faits irréfutables, qu’à l’unanimité la nation égyptienne avait donné sa confiance au ministère et que le leader avait accrédité et appuyé cette confiance pour l’attaquer ensuite quelques heures plus tard seulement. Mais ce revirement inattendu n’est pas l’œuvre d’une nation, non plus que l’attitude d’une nation. Pour rallier à son attaque les cœurs des simples livrés à leur anxiété de patriotes, il a utilisé un mot empoisonné : "N’étant qu’un ministère de protectorat, notre ministère représentait Georges V". Et les simples, qui pensent à travers lui, se joignirent à lui. Si l’assassiné jouissait encore de l’alternative de discuter de son assassinat, ceux-là auraient voix aux négociations et à la présidence. Notre pauvre nation s’est arrêtée ici désorientée, se demandant : "Nous insurgerons-nous avec Saad contre le gouvernement, ou bien abandonnerons-nous Saad pour nous en tenir à notre position première ?"

120Certains groupes cultivés, parmi lesquels des hommes que j’aime et respecte, pensent faire triompher Saad quand même il serait dans l’erreur.

121Au cours de leurs discussions avec moi, ils ont appuyé leurs dires sur le fait que notre mouvement a touché la masse des consciences égyptiennes à travers le nom de Saad et que, s’il n’en était plus le facteur, le souffle spirituel se perdrait dans l’âme populaire et que cela risquerait d’entamer le mouvement et de nous mener à la défaite.

122L’illusion est honorable comme ceux qu’elle a gagnés, mais elle n’est rien de plus qu’une illusion dangereuse, mortelle, entraînant les citoyens d’une nation à se désister de leur jugement, de leurs sentiments, de leurs convictions et de leur patriotisme parce qu’elle leur impose comme un devoir de se soumettre, de s’incliner devant tous les conflits qui peuvent se nouer dans l’âme humaine. Et l’homme, quelle que soit sa grandeur et en raison même de cette grandeur, n’est pas exempt d’erreur : il est au contraire d’autant plus exposé à se tromper qu’il a atteint un plus haut niveau de considération.

123Illusion qui, même en l’état mineur, a perdu d’autres nations lorsqu’elle s’en est emparée. Les Français durant la Révolution constituèrent le parti des Jacobins comme a été formé chez nous le Wafd, avec Robespierre pour chef de même que Saad est à la tête du Wafd, et il était établi pour toutes les consciences françaises que ce Robespierre incarnait le principe révolutionnaire, qu’il représentait seul le mouvement national et que sans lui le pays irait à sa perte.

124Les Français ont été jusqu’à croire cet homme non seulement l’envoyé mais la personne même du Messie Rédempteur, et ils l’en ont tant entretenu qu’il a fini par le croire, qu’il demeura célibataire et ne voulut ni enfant ni fortune pour se dire tout à la nation et qu’il choisit pour y habiter la demeure d’un charpentier comme Jésus était charpentier dans sa famille. Il en est résulté que le peuple français tout entier s’inclina sous la domination de cet homme, qui les tyrannisa et avec leur consentement, qui répandit le chaos et fit croire que tous les Français trahissaient leur pays, et qu’il n’y avait de patriote authentique que lui.

125Utilisant les foules ignorantes, il a assujetti l’Assemblée nationale et les pouvoirs judiciaires : l’Assemblée nationale expédiait ses membres en cours d’assises, équipe par équipe, et les tribunaux jugeaient conformément au désir de Robespierre si bien que l’histoire a conservé la copie des conclusions de l’un des loyaux enquêteurs dans le procès de l’ennemi de Robespierre, et son émule dans la présidence du parti, Danton, dont voici le texte :

  • "Notre pays n’a pas besoin de deux chefs, voudrais-tu tuer Robespierre ?
  • Non.
  • Tu as donc exécuté Danton".

126Le chaos s’aggrava dans l’Assemblée nationale qui demeura soumise aux passions de ce président jusqu’à ce que la dissolution se répandit, doublée de la traîtrise et que ses membres résolurent de se débarrasser de Robespierre lui-même.

127Il fut, en fin de compte, injustement condamné pour traîtrise, et il en est résulté le triomphe de Napoléon. Tel est, Messieurs, le sort d’une nation dont les maîtres d’opinion comprennent que leur devoir est de soumettre leur mouvement national à un individu qu’ils déifient et que cette méprise fait dériver à leur insu.

128Là-dessus, quelqu’un d’entre vous voudrait-il réitérer aujourd’hui l’erreur des Français et vous détruire en 1921 comme les Français se sont détruits en 1790 ? Comme si l’être humain n’avançait pas d’un pouce et comme si l’expérience ne pouvait rien nous enseigner.

129Les Français se sont précipités eux-mêmes dans l’extinction parce qu’ils avaient oublié leurs devoirs patriotiques purs et qu’ils ont imaginé que leur pays, leur patrie, leur avenir, tout cela tenait dans le cœur d’un seul homme des leurs. Mais le patriotisme est un dieu qui n’accepte pas d’être renié, et il a tiré d’eux la pire des vengeances, il les a replongés dans la servitude dont ils voulaient secouer le joug.

130Dites qu’il est des hommes dans votre pays. Répétez le mot de ces frères loyaux dans leur erreur, ce mot qu’ils ont fait courir sur toute l’étendue du pays, disant que toute la nation est Saad, et que Saad est la patrie ; répétez-le mais dites plutôt que la patrie elle-même, que la patrie avec ses hommes, regorge de capacités et de coeurs généreux.

131Répondez à ces frères qui disent que l’Egyptien ne connaît que Saad. Dites-leur plutôt que l’Egyptien connaît sa patrie avant Saad et par dessus Saad. Si, victime de l’illusion, Saad imaginait de travailler tout seul, il constaterait aussitôt sa faiblesse et, figé, deviendrait incapable d’avancer ou de reculer.

132Sauvez votre pays des accusations injustes, élevez votre sentiment national au-dessus des soupçons : ne dites pas que

133Saad est loyal et que son antagoniste ignore la loyauté, c’est accuser les sentiments de la nation entière, c’est dénier notre patriotisme et il est notre seule arme, celle que notre adversaire conteste.

134Ne demandez pas au ministère de présenter les preuves de son patriotisme : Rechercher les preuves, c’est suspecter, c’est accuser, et je ne vous répéterai pas ce qui est dit dans le Livre, qu’ils ont fait ceci ou cela, je voudrais plutôt que vous éleviez vos hommes au-dessus de ces doutes et de ces soupçons qui nous déchirent et extirpent le patriotisme de nos âmes.

135Ils disent qu’ils sont égyptiens et vous êtes égyptiens : Vous portez, vous et leurs pères, dans vos poitrines, le cœur de l’Egyptien et vous percevez l’espoir que rythment ses pulsations.

136Le patriotisme est un dieu grandiose qu’il faut vénérer dans le cœur des autres : Si vous avez foi en lui, vénérez-le dans le cœur des autres ! Mais si l’un d’entre vous voulait le localiser dans son cœur seul, il dénierait toutes les significations du patriotisme et le trahirait.

137Le patriote n’accuse pas, il aime, il fait confiance et il sacrifie : Croyez que tout Egyptien travaille pour son pays.

138Michelet a dit, dans sa Philosophie de l’Histoire à propos de la Révolution française, une phrase que j’aimerais vous répéter : "Les cœurs stériles qui ne recèlent pas de trésor à offrir aux autres se tournent avec une stupéfiante rapidité vers la destruction et la ruine". Méditez cette sentence et dites que vos cœurs sont riches du plus inestimable trésor, le patriotisme, et au lieu de détruire les hommes efficients, faites leur confiance, toute votre confiance et rendez-la publique, vous accomplirez ainsi votre devoir de patriote et vous le glorifierez.

139Ne dites donc plus "vive un tel", ni "à bas un tel", dites plutôt "vivent tous les Egyptiens", "vive leur patriotisme intact", surplombant tous les soupçons, enflammant toutes les poitrines, et "vivent les délégués".

Notes

1 Les menaces ouvertement étalées dans les journaux atteignirent une telle violence que le gouvernement prit l’initiative d’affecter une surveillance policière au domicile et à l’étude de Morcos durant près de quatre ans.

2 La phrase est restée inachevée à l’imprimerie.

3 Les wafdistes.

4 Les Anglais.

5 Le premier ministère de Adly pacha Yeken, 16 mars 1921-24 décembre 1921.

6 Jeu de mots, Adly voulant dire juste et équitable.

7 Gharbieh, préfecture du centre du Delta, capitale Tantah, aujourd’hui scindée en Gharbieh et Kafr al-Sheikh dont Saad Zaghloul est originaire.

8 Sayeda Zeinab, sainte islamique, fille de Aly Ibn Abou Taleb, cousin du prophète et sœur d’Al-Hussein et d’Al-Hassan. Sa mosquée, construite dans un des centres les plus populeux du Caire actuel, a donné son nom au quartier.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

amazon.fr