Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

29. L’argument verbal est une arme dangereuse

Texte intégral

Al-Ahram, 28 avril 1921

1C’est au grand leader patriotique que je m’adresse, avec une déférence amicale, et que je demande, au nom de sa loyauté à son pays et de son intégrité patriotique, de dépouiller les débats de toute argumentation qui risque s’avérer une arme dangereuse et d’en élever le niveau au diapason digne d’un pays qui réclame son droit, afin que le monde témoigne qu’il est à la hauteur de ses réclamations.

2Je demande cela à propos de ce qu’il a dit hier, que nos ministres représentant le pouvoir anglais, il ne concevait pas de motif susceptible de les pousser à entreprendre nos négociations, que cela équivaudrait à ce que Georges V négocie avec Georges V.

3Son Excellence Saad pacha Zaghloul aurait-il étayé cet argument du fait que le gouvernement égyptien est soumis au protectorat, que les ministres désignés par ordre du Sultan n’ont pas été choisis par le peuple, et que par conséquent, il ne convient pas qu’ils négocient au nom des Egyptiens ? Si nous admettions cette base, telle que l’a établie Son Excellence, il en résulterait obligatoirement qu’il n’y a, par principe, aucune négociation possible soit avec les ministres, soit avec le Wafd, soit avec personne d’autre.

4Cela parce que Saad pacha demande, le plus clairement du monde, a être désigné par Sa Hautesse le Sultan — toute autre voie de désignation est d’ailleurs impossible — et que le Sultan, en vertu du principe que nous venons de connaître, représente les Anglais. Si Saad pacha est désigné par Sa Hautesse, il devient le mandataire du mandataire de Georges V, c’est-à-dire Georges V lui-même, et tout comme Adly pacha, il s’avère impropre aux négociations.

5Si l’on veut parvenir aux aboutissants de ce principe, il faut dire que le Sultan même n’a pas le droit de nommer les délégués de l’Egypte, parce que ce serait Georges V qui mandate Georges V pour aller négocier avec Georges V.

6Et finalement, que la désignation des délégués est effectuée à la prière de Georges V ; que cette prière a été adressée au Sultan qui se trouve être Georges V en personne ; que les Egyptiens n’y sont donc nullement concernés, qu’ils n’ont aucun devoir à son égard, qu’ils sont désintéressés des ambitions de Georges V qui n’ont d’importance que pour Georges V, et qu’ils le laissent disposer de Sa personne comme bon lui semblera.

7Et finalement encore, que la déduction ne se limite pas à ce point-ci, elle le franchit pour infirmer aux yeux de ceux qui s’en tiennent au barème des arguments verbaux, la légitimité même de la désignation de Saad pacha pour représenter la nation égyptienne.

8Parce que Saad Pacha a été nommé juge par ordre de Cromer, puis promu ministre et titré pacha par ordre de Cromer, qu’il a été ensuite délégué de la Chambre législative en vertu d’une loi édictée par Kitchener et appliquée par les Egyptiens qui s’y sont soumis. Et au moment de la composition du Wafd, lorsqu’il s’est agi d’en élire le président, toutes ces qualifications précédentes ont influé sur la décision parce qu’elles motivaient un plus grand respect pour sa personne, et pourtant ces conditions n’infirment pas la base établie hier, d’après laquelle il aurait été le délégué de Victoria en tant que juge, puis d’Edouard VII, puis enfin de Georges V.

9Il ressort de tout cela que les négociations sont impossibles, que le protectorat demeure inattaquable, que nous n’avons nulle autre alternative que d’obtempérer aux volontés de Georges V, que s’il nous dispense quelque faveur, c’est une manifestation de sa justice et de sa magnanimité et que s’il refuse, nous n’avons plus d’autre issue que de récupérer nos droits par la voie généralement pratiquée entre nations et qui est l’entente par la force.

10Voyez-vous où nous mène cette base nouvelle ?

11Là réside l’écueil de l’argument verbal. Il ne peut aboutir à une conclusion saine, quand même il se rallierait l’adhésion des foules, emportées par leurs sentiments patriotiques.

12Nous abandonnerons donc ces arguments qui nous nuisent sérieusement et nous opterons pour une bataille honorable dans la voie que nous avons choisie. Avec vous, notre leader respecté, à notre tête.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540