Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

28. À propos de la célébration nationale du Nayrouz1

Texte intégral

Misr, 14 septembre 1920

  • 1 Nayrouz : jour de l’an copte.

1Le soleil du matin s’est levé à l’Orient ranimant l’être, insufflant aux vivants l’arôme grisant du bonheur d’exister, invitant à l’action, rénovant les espoirs perdus, comme si la nuit avait dissipé les brumes des cœurs laissés en pleurs la veille pour les rendre aujourd’hui à une vie nouvelle, sereine, libérée des regrets et des soucis. A peine sorti de son sommeil, le souffrant d’hier n’a pas ouvert les yeux qu’il déraisonne, espérant que ce jour dévolu lui apportera peut-être la paix de Dieu, et il tire de cet espoir confus une force qui lui permet d’affronter sa journée.

2Telle est la consolation qu’apporte tous les matins la nature aux cœurs en peine.

3Quant à ceux qui défendent leur pays et travaillent au développement de leur société, le soleil ne se lève pas pour eux, la nuit ne ralentit pas leur ardeur, la goutte de rosée ne rafraîchit pas leur flamme et les rayons matinaux ne ravivent pas leur espoir car ils ne peuvent se persuader que ce jour naissant va terminer leur tristesse et leur vie reste plongée dans une nuit constante et profonde.

4Mais l’amour de la famille, de la tribu, de la patrie est un feu sacré qui emplit les cœurs et les pousse à l’action et si les efforts des communautés se conjuguaient, cet amour dissiperait les nuages accumulés et le soleil de la vie s’éveillerait, réconfortant, conviant l’être à l’amour de l’existence. Si toutefois il n’y parvenait pas, son action laisserait des traces et les générations suivantes diront, si elles les aperçoivent : "Ceci est l’âme de nos pères ; tel était l’espoir pour lequel ils ont souffert, pour la réalisation duquel ils ont œuvré et succombé, pleurant la joie de vivre ; nous serions les pires des renégats si nous ne nous engagions pas résolument dans la voie qu’ils nous ont tracée sans un doute et sans une hésitation".

5C’est ainsi que les soleils nouveaux invitent les sociétés à l’espoir et leur communiquent la force d’affronter la vie parce qu’ils portent en eux l’action et le souvenir.

6L’union nationale n’a pas d’autre signification que cette fusion des générations actuelles avec celles du passé et celles de l’avenir avec les précédentes.

7Car si nous demeurons, c’est à travers l’âme de nos pères que nous vivons et si nos enfants vivent, c’est de la survivance de notre âme avec ses tendances et ses espoirs et avec ce que leur suggérera l’aspiration au progrès humain, s’ils savent la percevoir et s’y conformer. Quant aux générations qui passent indifférentes, silencieuses, oublieuses des leçons du passé, réfractaires aux exhortations de l’avenir, elles consentent d’avance aux ténèbres de l’anéantissement, ne désirant pas la lumière, ne souhaitant pas le matin, n’appelant pas l’espoir et je ne sais s’il est dans la nature quelque être susceptible d’endurer un sort pareil.

8C’est dans ce sens que la commémoration de leurs œuvres immortelles représente pour les peuples une des exigences de l’instinct de survie. Elle n’est pas un divertissement, elle n’est pas un ornement, elle ne relève pas des recherches somptuaires.

9Vous ne trouverez pas de nation ou de tribu, si infime que fut son lot de civilisation, qui n’ait vécu des jours augurant l’aube d’une ère nouvelle, riches des promesses d’un perfectionnement humain, dont elle n’ait voulu rappeler le souvenir toutes les fois que le cycle des ans le ramène, pour se consoler et pour s’éclairer, se demandant : "Avançons-nous dans la lumière vivifiante du matin, comme l’ont voulu nos pères dans leurs efforts d’antan, ou bien stagnons-nous dans la nuit ? "

10Les événements sont variés, les circonstances qui regroupent les hommes pour les remémorer sont nombreuses, mais elles sont toutes profitables dans leur essence, dans leur but et dans la noblesse de leur intention, parce que le cœur de l’homme est identique en tous temps et en tous lieux, ainsi que son idéal pour la réalisation duquel il ne cesse de lutter depuis des temps immémoriaux.

  • 2 Hégire : fuite.

11Nous célébrons aujourd’hui le souvenir des martyrs coptes et dans deux jours nous célébrerons le souvenir des tribulations du Prophète des musulmans et de son hégire2 chez ceux qui l’ont persécuté et combattu ; et en fait, nous commémorons aujourd’hui et nous commémorerons demain une même entité : la vertu humaine et le développement auquel elle aspire. C’est pour cela qu’il est erroné de dire : celui-ci est le jour du copte et celui-là est le jour du musulman. Ils sont tous deux le jour de tout homme qui apprécie la lutte de l’humanité et ses mérites et tout ce qu’ont offert les hommes supérieurs de sacrifices pour le bienfait des leurs, ou plutôt des autres en général.

12Notre réunion rappelle aujourd’hui le plus grand exemple du plus parfait accomplissement connu par l’homme : le sacrifice, l’oubli de soi, jusqu’à l’abolition de soi-même, le mépris de la vie matérielle, de ses jouissances, de ses vanités, au profit d’un principe supérieur et de l’accession à un bonheur immortel.

13Jour terrible où nos prédécesseurs égyptiens offrirent, voici près de mille six cent trente ans, leur sang en holocauste en témoignage d’amour pour leur foi, pour la liberté de leur conscience et son indépendance. Voici près de deux mille ans, le sang de nos ancêtres égyptiens a coulé sur le sol d’Egypte, réclamant la liberté des religions qui demeure jusqu’aujourd’hui la plus chère des prérogatives. C’est un exemple vivant, authentique, dont le sceau indélébile prouvera éternellement au monde que l’Egyptien n’est pas tel qu’on le décrit : inerte, amorphe, ne tenant qu’à l’existence et incapable de sacrifice. Mais on ne se sacrifie pas en vain, quelle que soit la faiblesse de celui qui se sacrifie et quel que soit le pouvoir du persécuteur.

14J’ai dit que notre réunion d’aujourd’hui était une réunion de conseil et de consolation, car nous ne trouverons pas dans l’histoire de l’humanité d’événement qui puisse mieux nous conseiller et dont la force puisse nous réconforter davantage.

15Les vicissitudes de la vie portent à croire qu’une force mystérieuse en dirige les conjonctures vers un but déterminé et semble vouloir nous éclairer. Elle nous incite aujourd’hui à la lutte, ouvrant une page nouvelle du droit comme si elle annonçait à l’humanité l’avènement du bonheur auquel elle aspire ou tout au moins de ce qui l’en rapprochera davantage.

  • 3 C’est en septembre 1919 que la commission Milner avait été désignée.

16Je ne dis pas que nous y soyons parvenus. Le peuple veut étudier, soupeser et précautionneusement approcher les propositions anglaises comme si les facteurs extérieurs de la vie supportaient la controverse. Je dis que notre combat à indubitablement accompli un pas en avant. Il suffit qu’en ce jour, au mois de septembre3, les vents, les mers et tous les éléments nous aient transmis la voix de Lord Milner disant : " J’aborde en terre d’Egypte non pour examiner l’application du protectorat qui, décidé, tant pour le fond que pour la forme, ne supporte ni recherche ni discussion, mais pour étudier les règlements nécessaires à un pays qui nous appartient". Et ce même Lord dit encore : "Telle est l’indépendance à laquelle vous aurez droit et que vous ne pouvez discuter ni rejeter".

  • 4 L’exclamation veut dire : "Sont-ce là des propos sensés ?"

17"Sont-ce là des propos ?" dirait le vulgaire4. Quoi qu’il en soit, nous avons gagné du terrain, ne fût-ce qu’en paroles et nous avons pourvu — je ne dis pas notre ennemi mais notre éducateur — d’une langue nouvelle, d’une expression nouvelle et d’une idéologie nouvelle. Après avoir été des enfants ignorants les fondements de la vie, soumis à l’interdiction d’articuler un mot qui ne soit inspiré par notre omnipotent tuteur, privés d’âme, dénués de cœur, nous nous sommes retrouvés semblables à eux, dotés d’une âme, d’un cœur et d’une langue.

18C’est là un grand pas qui représente à mes yeux le tout pour le tout parce que c’est le mot de la justice et que celle-ci n’est jamais invoquée en vain.

19Je prie ceux qui nous ridiculisent de se souvenir des leçons ancestrales impliquées en ce jour. Combien César, l’empereur romain, a-t-il nargué nos aïeux de son pouvoir et de sa violence. Que lui ont valu ses sarcasmes, tout victorieux qu’il fut ?

20La fortune des nations n’est pas consignée dans un registre en caractères indélébiles, irréversibles, car la vie a ses voies et la justice recèle une force dont les jaillissements explosifs ne peuvent être contenus par un trait de plume sur une feuille de papier ni se satisfaire d’un alignement figé de mots destinés à s’imposer aux faibles comme un substitut de traité.

21Je ne puis m’empêcher en concluant d’adresser un mot au Wafd et à ses agents :

22Vous avez dit Messieurs, que vous vouliez soumettre le projet "impartialement".

23Le mot est bon, il est honorable. Mais il m’a profondément heurté.

24Vous avez pensé que certains patriotes trop ardents, emportés par leur zèle, s’opposeraient au projet avant même qu’il soit reçu ou avant d’en comprendre la teneur ; qu’il existe quelque suspicion dans le cœur de l’un d’entre eux, et vous avez dit : "Nous voulons exposer le projet impartialement".

25Si c’était cela, je vous redis votre parole avec tristesse, en vous assurant de toute ma conviction et de toute mes forces que si cela se produisait dans une personnalité faible égarée par ses rêves, cela indiquerait que son patriotisme a dévié et qu’elle n’en comprend plus le sens ni les règles.

26Je vous demande, à vous que votre patrie a choisis et qui vous êtes sacrifiés pour elle, de prodiguer vos conseils et le plus partialement qui soit.

  • 5 Il y a un jeu de mots dans cette interjection, Loutfy étant un des attributs divins, ô Loutfy est (...)

27O Loutfy5, et je dis, ô Loutfy, parce que je me souviens des jours où les pulsations de nos cœurs se rythmaient à la cadence de notre service patriotique et que ce souvenir me rapproche de lui, ô Loutfy, sois partial et achève ton combat, toi et tes frères, ne vous arrêtez pas à la croisée des chemins. Battez-vous, soyez partiaux, vous l’avez été avant ce jour. Qu’étiez-vous, sinon partiaux, le jour de votre déportation à Malte, qu’étiez-vous sinon partiaux quand vous avez vendu vos biens et abandonné vos travaux et quitté votre pays, sans savoir si vous y reviendriez jamais ?

  • 6 Tous les assistants répétèrent la phrase en criant.

28Dites tous avec moi : "Nous sommes tous partiaux, tous hommes du Wafd, au service de leur pays"6. Dites-le pour réaliser notre confiance en eux et pour exalter le mot de justice et que Dieu éclaire les hommes partiaux.

29Si ce qu’ils ont écrit avait été intégralement appliqué, nous n’aurions pu avancer d’un pas.

  • 7 Loi de Brunian.

30Une loi avait été imprimée et publiée dont la date ultime d’application était fixée et selon laquelle notre pays leur appartenait sans conteste et sans retour7. C’était même un traité international dans lequel les pays du monde s’entendaient pour dire que l’Egypte est un pays anglais. Qu’est-ce donc qui nous empêche de répliquer : "Ceci est notre droit et le temps saura détruire l’accord élaboré par certains des vôtres avec nous ? "

31Il ne faut pas imaginer que je veuille pousser la nation à une acceptation inconsidérée. Je veux prier ceux qui étudient la question d’envisager que les nations sont tissées d’actions et de souvenirs. Je prie ceux qui étudient la question de ne pas oublier que les nations sont action et souvenir et que les nations n’œuvrent pas seulement en vue du présent, car si l’acte transmet un esprit sain et une âme élevée, ce legs nous conseille, son souvenir nous fortifie et nous aide à supporter les épreuves. Nos larmes ne seront plus vaines, nos espoirs stériles, notre histoire ne se dissipera pas en fumée, telle une relation de soupirs sporadiquement exhalés par des individus isolés, ensevelis sous le voile de l’oubli, sans laisser de trace de leur comportement, sans qu’aucun indice le révèle.

32Nos sentiments ne sont pas morts. Nous n’avons pas négligé les intérêts de notre pays un instant depuis qu’il a été réduit à cette occupation réformatrice et protectrice ; nous n’étions pas dans nos cercueils pour nous réveiller à l’heure des comptes. C’eut été un miracle que nos adversaires n’auraient pu croire. Mais nous avons souffert, nous avons crié, nous avons pleuré, mais nos pleurs étaient divisés, épars, et ils se sont évaporés et les gens les ont ignorés ou bien ils ont imaginé que les pleurants les avaient oubliés. Et celui qui nous dénie la vie a dit : "Voici une nation qui secoue momentanément un sommeil prolongé où ses forces ont sombré, dont l’état est plus proche du rêve que du réveil et dont les manifestations ne sont que des sursauts de colère puérils et irréfléchis, une convulsion qui traverse cet interminable et sépulcral sommeil".

Notes

1 Nayrouz : jour de l’an copte.

2 Hégire : fuite.

3 C’est en septembre 1919 que la commission Milner avait été désignée.

4 L’exclamation veut dire : "Sont-ce là des propos sensés ?"

5 Il y a un jeu de mots dans cette interjection, Loutfy étant un des attributs divins, ô Loutfy est une invocation à la miséricorde divine en même temps qu’une apostrophe à Loutfy.

6 Tous les assistants répétèrent la phrase en criant.

7 Loi de Brunian.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540