Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

25. Plus forts et ambigus

Texte intégral

Misr, 13 janvier 1920

1La franchise est une force. La seule force honorable, peut-être. Mais elle ne sied pas aux puissants ; ils ne la recherchent pas, la trouvant incompatible avec leurs autres espèces de forces.

2L’esprit épris de justice croit qu’il est beau que la véracité s’allie à la force ; que même au sein de ses empiétements, la rectitude rapproche un tant soit peu l’usurpateur de la justice, et qu’elle peut être une forme de réparation offerte par le coupable à sa conscience, à la conscience des autres et au droit qu’il a enfreint.

3La dissimulation et la ruse sont l’arme du faible impuissant et, malgré son impuissance, elles l’oppressent et le dérangent. Imaginez ce qu’elles représentent pour le fort s’il y recourt. Il dupera les gens, réunissant à la fois l’obscurantisme de la force et les ténèbres de la duplicité.

4Dieu que l’homme est étrange ! S’il est faible, vous le voyez pleurer sa faiblesse, regimber contre les impératifs opprimants qui lui enlèvent le bonheur de l’expression, et se plaindre de la souffrance infligée par cette contrainte, alors que, s’il est fort, vous le voyez, de son plein gré, courir après cette souffrance, voué aux ténèbres de la dissimulation, reniant ses sentiments, camouflant ses ambitions et ses espoirs.

5La torture de l’être humain est-elle la loi de la vie, fut-il l’oppresseur ou l’opprimé ?

6Ou bien le pouvoir transforme-t-il l’essence de l’individu au point que le cœur de l’homme puissant ne résonne plus à l’unisson d’un cœur qui ignore les querelles de la force et ses iniquités ?

7Non. L’homme n’a pas été créé pour souffrir. Et il n’a pas été donné à l’âme de modifier son essence. Sauf que le faible dissimule dans le but de sauvegarder ses droits craignant l’ambition du fort et ses agressions, tandis que le fort dissimule parce qu’il redoute d’affronter le droit.

8Abusée par sa force, son ambition ne connaît plus de frein et sa propre injustice l’exalte. Il cherche alors à dissimuler ses agressions sous un masque humanitaire, camouflant ses intentions, inventant des prétextes et, en dépit de sa puissance, recourant aux expédients et à la duperie.

9Si les hommes puissants réfléchissaient et s’ils savaient comparer leurs possibilités de savourer les bienfaits d’une existence libre, aux possibilités échues à ceux qu’ils dénomment les faibles et dont ils disposent sans merci, ils comprendraient qu’ils se nuisent autant qu’aux autres et même davantage.

10Le tourment, chevillé à la dissimulation et au mensonge, les habite autant qu’il hante le faible. Mais les deux tourments diffèrent. Le faible, qui se bat pour défendre son droit, est soutenu par la noblesse de son but et le sourire de l’espoir qui le précède allège ses peines. Quant au fort, qu’il se tourne à droite ou à gauche, ou bien qu’il descende au fond de lui-même, il n’aperçoit que vaine confusion et honte ; et s’il regarde en avant c’est de ses propres yeux qu’il voit, écrite en majuscules, la faillite de ses espoirs et de ses efforts, de sorte que sa vie est ballottée entre la honte du présent et l’angoisse de l’avenir.

11Comment celui-là peut-il être fort ? Où est le bienfait de sa force et quel intérêt y trouve-t-il ?

12Nous souffrons d’une force qui brime nos paroles et notre plume ; cette frustration nous fait languir après la liberté de parler et d’écrire, nous la ressentons comme une meurtrissure au cœur, comme une asphyxie.

13Mais l’idée que cette constriction nous est imposée par un pouvoir despotique dont nous travaillons à nous débarrasser, nous fait entrevoir un terme à cette oppression, en même temps qu’elle nous suggère la voie qui nous mènera au port, fut-elle lointaine et laborieuse. •

14De plus, nous pressentons, au sein de notre consternation, que ce puissant qui nous arrache la première des joies, en est lui-même complètement sevré, car le destin n’épargne guère le tyran.

15Va de l’avant, pauvre âme éplorée, il est une justice dans l’existence ! Ce despote qu’éblouit sa puissance lorsqu’il arrache aux abandonnés leur liberté de vie et de pensée rencontre en chemin l’arrêt d’une justice vengeresse qui l’oblige alors à choisir cette constriction pour lui-même. On le voit éprouver des sentiments qu’il veut étouffer, substituer à son être un être mensonger que nul ne connaît et que lui-même ne connaît pas. S’il est en proie à de l’aversion, il l’enfouit au fond de son cœur où elle bouillonne telle un volcan souterrain et il conserve un air serein, s’il est heureux, il s’efforce de pleurer, s’il est découragé, il masque sa déception sous un sourire mensonger ; s’il perçoit une vérité, il la nie en préconisant l’erreur ; et ce tourment perpétuel, il s’en sait responsable, il sait qu’il l’a choisi. Ou bien sont-ce les nécessités de la vie qui le mènent à tous ces crimes ? Et qui lui font haïr la vie d’une haine profonde ? Il devient incapable de s’expliquer que son malaise lui est extérieur, qu’il est occasionnel, susceptible de disparaître s’il s’efforce de s’en débarrasser, qu’il réside dans sa conception de la vie, dans sa compréhension des devoirs humains et dans son appréciation des droits du faible.

16Crois-tu que la dispersion de nos hommes, la suspension de nos journaux, et l’extinction de nos libertés agissent sur nos cœurs plus que ce tourment infligé au fort lorsqu’il transgresse la loi ?

17Le fort se trouve devant l’alternative suivante : ou bien continuer à tourmenter l’être humain et son propre tourment s’aggravera, de sorte que la vie se venge elle-même, ou bien reprendre le droit chemin et le cours de la vie sera relevé par la fraternité, la collaboration et l’urbanité des échanges.

18La sincérité totale caractérisait les premiers âges, tandis qu’aujourd’hui les puissants abritent leurs exactions au plus profond de leurs consciences.

19Cela ne veut pas dire que l’humanité soit en régression et que cet abandon de la vérité première témoigne de sa déchéance ; mais elle recourt aux ténèbres en tant que voie pour arriver au progrès et à une vérité supérieure. Car l’homme est ainsi fait, qu’il parvient au bien par des sentiers tortueux et méprisables.

20Les entorses au droit n’étaient d’ailleurs pas honteuses ni répréhensibles dans l’enfance de l’humanité ; elles représentaient au contraire des motifs honorables et glorieux ; leur publication proclamait donc le droit au respect, et la véracité était à la base de toute discorde et de toute contestation. Aujourd’hui où la conscience s’est affinée, les infractions au droit sont à la honte de leur fauteur, le puissant est tenu de dissimuler ses abus et on le voit recourir à l’ambiguïté, aux complications, à la perfidie. Mais une force qui rougit de ses actes et qui se sait suspecte et odieuse est déjà en désagrégation et sur la voie de l’anéantissement.

21La force aveugle représente, en somme, un des grands facteurs vitaux qui entraîne les puissants à leur insu, vers l’accomplissement du droit, et dont la course vers ce but s’accélère d’autant plus qu’elle est plus aveugle et semble rougir d’elle-même.

22Vois-tu comme les chemins de la vie sont tortueux tout au long de l’histoire et comme, en dépit de ses déguisements, la justice immanente demeure une force efficiente qui conduit l’humanité douloureusement et inéluctablement, en dépit des tribulations des opprimés. Car si l’opprimé souffre de la duplicité des forts, cette duplicité n’est qu’une sujétion au droit du faible ; et si le fort s’imagine que dans sa duplicité et son imposture résident sa délectation de la force et son triomphe du faible, celles-ci ne sont que la voie d’élimination de sa force et de ses exactions.

23Ne souffrez donc pas de leur machiavélisme, c’est l’épreuve des âmes dénuées de scrupule et la juste revanche du faible opprimé ; et ne leur demandez pas d’être véridiques, car la véracité est la vertu du droit souverain et si leur force s’alliait à la vérité, c’est elle qui aurait triomphé du monde. Ne pleurez donc pas parce que le faible est spolié ou qu’il est humilié. Dites leur plutôt : ajoutez à votre despotisme et à votre perfidie autant que vous le suggéreront les fantasmes du pouvoir et de ses appétits, vous y excellez déjà ; et si même vous l’ignorez, vous êtes sur le chemin de la civilisation et de l’honneur.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540