Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

24. Nous sommes plus forts

Texte intégral

Misr, 9 janvier 1920

1Lord Milner, visiteur aimable, s’est rendu chez Son Eminence le Mufty, en quête d’une entente amicale. Celui-ci est un politicien chevronné supporté par une puissante armée, l’autre un cheikh croyant que soutient, seule, la conviction de son droit. Une atmosphère de détente s’établit, la conversation s’engagea aisée, et le cheikh 1 fit allusion au droit et à la force. Alors que le calme régnait et que les esprit fusionnaient, le cheikh impérialiste prend soudain son interlocuteur à partie, l’arrache à sa retraite, l’entraîne sur le champ de bataille, fait cliqueter les épées et dit : "Entendez-vous ces bruits terrifiants, c’est notre force ; souvenez-vous en ; sachez que nous sommes le peuple le plus puissant sur terre, maîtres des décisions, que c’est donc à nous de commander et d’imposer notre volonté".

2Sur ce, il se figea sans plus articuler un mot. Une ombre indécise sembla se substituer au visiteur qu’il croyait incarner. On vit apparaître un homme âgé, faible, alourdi par les ans, fatigué d’avoir supporté les épreuves de la vie et ses ambitions, non les siennes propres, mais celles de sa nation qui, ayant su tirer quelque prospérité de sa petite île rocheuse, promenait sa convoitise à travers le monde ; et lui, son représentant parmi nous, soucieux de sa destinée, appelé à s’expliquer au nom du droit, il se vit projeté hors de son domaine et, à bout d’expédient, crut assurer son triomphe par le recours à l’intimidation.

3Respectueux de l’hospitalité envers son hôte, notre cheikh a répondu : "Pitié, Monsieur le puissant, les temps sont réversibles".

4Non, Monsieur, nous sommes plus forts. Si votre gouvernement omnipotent avait su triompher de notre faiblesse, il n’aurait pas entrepris ces investigations à droite et à gauche, mobilisant ses hommes ; vous ne seriez pas venus vers nous, vous et votre suite, chercher à gagner notre consentement.

5Combien nous vous avons priés de nous autoriser à venir vous expliquer au sujet de notre droit — alors qu’il se passe d’explication et de discussion — et vous avez répondu par le sarcasme et le mépris, disant : "Quels sont ces ambitieux qui briguent la faveur de converser avec nous ?" Et que de calomnies n’avons-nous pas subies ou de railleries.

6Il est arrivé ce que vous savez et que nous savons ; les puissances ont obtempéré à vos volontés et vous avez imaginé la victoire totale. Nous sommes demeurés seuls à lutter pour notre droit, contre vous qui trahissez le droit. Mais vous avez compris, qu’en dépit de sa magnitude et de sa complexité, votre force était impuissante devant notre silence, et que, dans vos consciences, la notion du droit gardait une survivance insoupçonnée. Vous êtes alors venus avec vos armes et vous avez dit : "Nous voulons quand même nous entendre à la lumière du droit ", puis vous êtes revenus demander à nouveau cette entente ! Votre vain recours aux armes et votre chantage de force avorté sont les aveux d’une défaite nouvelle. Nous sommes donc plus forts.

7Nous connaissons votre force. Notre cheikh vénérable ne l’ignorait pas, non plus. Ses aspects multiples et effrayants nous sont présents à tous. Mais nous sommes conscients de nos droits et l’image de l’asservissement est plus effroyable encore à nos âmes que la poudre de vos canons. Et si la force représentait le tout de la vie, pourquoi ce roi désorienté vous enverrait-il errer de porte en porte, frappant à l’une puis à l’autre en quête d’un mot favorable qui apaise les tourments d’une conscience inquiète ? Nous sommes plus forts.

8Vous êtes en Egypte contre notre gré, avec votre armée puissante et votre force impressionnante, et vous y détenez toute chose. Et si le triomphe revenait à la force dominante, qu’est-ce donc qui vous manque ? Pourquoi votre malaise, pourquoi êtes-vous venus vers nous rassurer vos esprits exaspérés, alors que, comme vous le savez, nous sommes faibles, solitaires, sans armée, sans une arme.

9Vous êtes venus parce que dans nos poitrines bat un coeur qui pleure son droit, que votre épée est restée impuissante contre ses larmes et son ressentiment comme votre conscience n’en a pu soutenir le reproche, et qu’alors vous avez voulu concilier, pour reprendre votre terme, entre le cri du droit et votre volonté de jouissance et ses leurres. Nous sommes plus forts.

10N’en soyez pas offensés, je ne nargue pas une faiblesse qui vous amoindrit. Vous avez été vaincus, mais cette défaite vous honore. Elle tire ses racines dans votre soumission au droit, dans votre respect de la justice humaine et dans votre clémence envers les faibles. L’histoire ne relatera pas de défaite plus honorable à votre actif, si toutefois vous savez en être jaloux, que vous ne revenez plus aux chimères ancestrales, aux appétits primaires, à l’obscurantisme de la force, que vous ne reniez plus le droit après vous être inclinés au-devant de ses exigences et de sa justice.

11C’est ici la première fois qu’un représentant du gouvernement britannique confesse être venu au Caire, dans son propre intérêt, alors que voilà quarante ans qu’ils nous infligent la rengaine de la sollicitude et de la protection contre l’agresseur. Ils disaient : "Nous venons vous conseiller, nous venons pour réformer ce qui, dans vos organisations, a été corrompu et cela, au nom du devoir humanitaire et civilisateur dont nous sommes les porte-drapeaux en tous temps et en tous lieux, même si vous l’ignorez". Ils ont affirmé une fois les quarante années passées que leurs efforts éducatifs avaient échoué ou bien qu’ils avaient provoqué un recul, et qu’ils se devaient d’appliquer leur protectorat régressif pour une période indéterminée. Dupés par leurs rapports et par leurs serments, les dirigeants des nations ont accédé à leurs demandes. Puis, comme nous avons patienté et patienté, ils ont rassemblé leurs forces les plus impressionnantes, et ils sont venus nous combattre sur notre sol, non pour nous réformer, non pour oeuvrer en vue de l’humanité et de la civilisation, ni pour nous arracher à cette barbarie dont ils nous taxent calomnieusement, mais pour satisfaire leurs vaines convoitises. Un tel aveu reconnaît indubitablement que nous sommes plus forts.

12Qu’est-ce qui vous ramène, Monsieur, au chantage de la force, alors que tous ces aveux successifs ont souligné le nœud de notre différend ? Votre chantage précédent se paraît de prétextes éducatifs : le conseil prodigué par le sage affranchi des passions, au faible, au mineur enchaîné à ses instincts et à son ignorance. Après quoi, vous avez utilisé la coercition déchirant le rideau qui voilait l’oppresseur, pour vous affubler ensuite d’un appareil de grandeur prétendument engagé sur la voie de la prospérité et de la bienfaisance. Chacun de ces chantages confesse à son tour l’opiniâtreté d’une convoitise inaltérable. Nous sommes donc plus forts.

13Nul ne peut comprendre la signification de ce dernier chantage au coeur d’une conversation entre deux cheikhs, dans le cadre d’une hospitalité apaisante. La visite ne le requérait point, la condition du chef religieux ne l’autorisait guère et la dignité de l’âge n’y convenait pas. La force anglaise n’est un secret pour personne ; il n’y avait pas lieu de la rappeler. Cette phrase n’était que l’expectoration d’une force livrée soudain à l’humiliation de la défaite et qui ne trouve, dans son désespoir, que les mots du vaincu. C’était une réaction instinctive et régressive, qui ne pare à aucun danger et n’accède à aucun but.

14S’ils veulent nous intimider cela les regarde. Alors que cette visite comportait tout le respect et toute la révérence possibles, ce sursaut primitif ne nous importe guère. Il ne représente que l’héritage de longs siècles d’obscurantisme qui réside à la base de toutes leurs discussions. Une fois confrontés aux principes du droit, à bout d’expédient, ils ont recouru à leur force et à leurs canons, croyant nous terrifier. Je dis que cela ne nous importe pas. Nous connaissons notre droit et leur force a réalisé son impuissance. Nous sommes donc plus forts.

15Cette visite illustre sous tous ses aspects la bataille pendante entre eux et nous, du premier jour à aujourd’hui. Telle est l’Egypte souffrante pour son droit, représentée par son cheikh religieux qui ne parle pas vainement, qui ne dit que des choses sensées et édifiantes.

  • 1 Cheikh âgé et vénérable, mais aussi sommité.

16Et telle est l’Angleterre, foulant aux pieds les droits des nations lorsque cela lui convient, représentée par son cheikh impérialiste qui vient frapper à la porte du Mufty1, visiteur aimable, suivi de ses armées flanquées de tout leur arsenal, prêtes à renforcer son opinion, s’il en était lui-même incapable, à projeter sur ses erreurs l’éclat de la vérité ; et cette conversation qui s’est déroulée entre eux répète exactement le discours que nous tient l’occupation depuis quarante ans.

17L’Angleterre est venue en amie dévouée, elle a commencé par nous parler de réformes et de bienfaits, ces discours ont duré et lorsque nous en avons été saturés, elle nous a jeté au visage : "Il m’appartient de décider et si vous l’ignorez, voici mon épée, dont la pointe décidera de la volonté divine".

18Dites ce qui vous plaira, Monsieur, nous savons, et vous l’avez confessé aujourd’hui, qu’au sein de la nature, le droit seul est l’expression de la volonté divine. Nous sommes plus forts.

Notes

1 Cheikh âgé et vénérable, mais aussi sommité.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540