Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

22. Pitié pour votre pays, ô gens de plume (I)

Texte intégral

Misr, 9 octobre 1919

1Les dieux ont tranché. La venue de la commission est ajournée. Nous avons obtenu une trêve dont nous aurions dû profiter pour resserrer notre union, polir nos armes et raffermir nos rangs.

2Je ne veux pas me défendre ici, cela me répugne quoique la défense de l’individu soit un droit vis-à-vis de la société qui opprime par sa force, veille à sa propre existence et tient à s’assurer de la loyauté de ses membres.

3Si quelques uns de mes écrits ont paru briller, c’est à la lumière d’une lutte entreprise dans un but supérieur : la défense du pays. Aussitôt l’accusation de traîtrise fit loi ; oubliant sa position, chacun a porté gravement atteinte à sa patrie alors qu’il voulait la défendre.

4S’il était permis à tout publiciste de qualifier son collègue de traître, il en résulterait qu’il n’est de patriotisme dans aucun de leurs cœurs ; s’il existait parmi nous dix publicistes niant chacun le patriotisme de l’autre, le témoignage des dix serait valable pour chacun d’eux en particulier. Ils ne réalisent pas, dans leur emportement, le tort qu’ils causent à leur pays. Car si les hommes de plume chargés d’éclairer et de défendre ne sont pas seulement dépourvus de sentiment patriotique, mais sont ceux-là mêmes qui trahissent leur pays, quel serait le patriotisme des Egyptiens en général ? L’un de ces messieurs n’a-t-il pas été jusqu’à affirmer que, si même la trahison de l’Egyptien demeure insoupçonnée, elle hante ses intentions secrètes, c’est-à-dire, s’il faut reprendre le terme philosophique, qu’elle lui est essentiellement inhérente.

  • 1 Quotidien.

5Al-Nizam1 a écrit que, jouissant du don de divination, il lui avait été révélé, au cours d’une séance occulte, que j’ai comploté la ruine de mon pays, que j’en ai entrepris l’exécution précautionneusement, insinuant mes machinations en termes sybillins, que je les aurais explicitées si elles avaient trouvé un accueil favorable et que, dans le cas contraire, je les aurais désavouées. Si c’était une main de patriote qui tenait la plume, les tribulations de son pays l’auraient faite frémir ; il lui aurait été impossible, sous le coup de l’émotion, d’écrire qu’il faut considérer la traîtrise comme le fondement du cœur égyptien jusqu’à preuve du contraire.

6Je ne crois pas qu’en Egypte quelqu’un soit à même de lire ces propos sans tristesse et sans frayeur.

7Ayez donc pitié de votre pays, ô peuple ! Battez-vous avec l’arme la plus digne, magnifiez vos efforts, élevez votre plume à la hauteur des âmes dépouillées de leurs droits car si on souffre réellement de la spoliation de ses droits, on ne peut dénier aux autres leur propre droit de souffrir ; on ne peut non plus s’empêcher de souffrir pour eux, mais, pénétré de sa propre affliction, on souffre pour son pays de ce qui entacherait la beauté de son mouvement nationaliste ou ravalerait son patriotisme.

8J’écris cela parce que c’est un devoir que je ne peux décliner, que je suis tenu de révéler la vérité à ceux qui n’ont eu connaissance de mon premier article qu’au hasard des circonstances.

9Je ne dirai pas que le texte a été intentionellement déformé, mais mal compris, il a été présenté au public comme une manifestation de trahison d’un Egyptien envers son pays. Je ne rectifierai les faits que sur les points concernant l’intérêt patriotique et je ne descendrai pas sur le plan du combat personnel.

10Je voudrais que vous soyez tous convaincus du fait que la plume des dirigeants est mobilisée au service de leur patrie et qu’ils assument une grave responsabilité lorsque, la détournant de sa mission, ils s’en servent comme d’une arme pour s’attaquer et s’entre-détruire.

11C’est pour cela que je ne nomme personne, que je ne désigne aucun auteur, que je n’indique aucun journal ; je vais seulement étudier l’idée que j’ai exposée et la calomnie dont on l’a entourée afin d’en dégager l’essentiel qui intéresse le pays.

12Certains ont dit que, dans mon premier article, j’avais suggéré "d’entreprendre les pourparlers avec la commission débarquée, quel qu’en soit le résultat" et d’autres ont dit que j’avais voulu parlementer avec cette commission pour nuire à nos intérêts et livrer mon pays à l’ennemi afin qu’il l’asservisse.

13Je regrette de dire, et le lecteur s’en étonnera, que dans mon article, aucun indice n’autorise pareille déduction, ni dans les mots, ni dans la syntaxe, soit implicitement, soit explicitement ; ce que j’ai écrit, par contre, le dément formellement, tant par les termes que par l’évidente clarté de l’agencement et ne laisse aucune alternative au malentendu ou à la déformation. Que le lecteur ne se précipite pas, qu’il demande comment pareille maldonne a lieu, comment un écrivain de métier peut lire une longue épître dans le sens inverse de ce qui est exposé, et je le prie de patienter jusqu’à ce qu’il prenne connaissance du fait.

14L’article est imprimé, il est là sous mes yeux et ses termes concluants arrêtent toute controverse. Mais au lieu de les transcrire intégralement, l’exposant en a interverti l’ordre, ne laissant place ni à l’interprétation ni à la discussion. Si l’on veut bien continuer la lecture de l’article et la mener à son terme, on constatera que cette accusation n’existe que dans leur imagination, que, désavouant l’imprimé, ils ont lu le fruit de leur fabulation et l’ont reproduit comme étant mon propos.

15Telle a été l’utilisation de l’article où, définissant le caractère de la délégation, sa véritable mission, et ce qu’elle comportait pour le pays, j’ai dit : "C’est un gang qui vient chez nous, non pour s’enquérir du motif des événements qui est connu et évident, car il n’y a rien d’étrange à ce qu’un pays réclame sa liberté, mais il vient exécuter une mission déterminée. Il vient nous manifester la grandeur et la puissance anglaises afin que celui qui répugne au sacrifice accepte l’humiliation et s’allie à lui dans la mesure où il verra son bonheur dans l’abaissement devant la force et dans l’acceptation de la vie avec ses vicissitudes".

16Qui donc peut lire ces lignes et oser déduire que je me range aux côtés de la délégation ? Que c’est une délégation qui vient mener une enquête pour connaître la vérité ? Et que de négocier avec elle peut être profitable ? Alors qu’il est écrit en toutes lettres qu’elle accomplit une mission déterminée et que cette mission consiste à nous humilier par la force et à nous faire accepter l’abaissement par la terreur.

17N’est-ce pas étrange qu’avec un énoncé si clair au début de l’article, les opposants hurlent que j’ai essayé de convaincre le lecteur que la délégation venait enquêter et qu’il était dans notre intérêt de lui confier la disposition de nos droits.

18Au sein de ces étranges manifestations des opposants, l’un d’entre eux, emporté par l’enthousiasme jusqu’au passage où mon article disait que la délégation venait avec un plan préconçu, avait été frappé par le mot "vicissicitudes". Mais, parvenu à ce qui le contrariait, la colère s’empara de lui au point qu’il ne vit plus le reste du texte mais les projections dictées par son agitation et son courroux. Et quand il voulut me contredire, ne pouvant admettre qu’il avait enregistré ce mot à travers mon écrit, il se l’appropria comme faisant partie de ses pensées tumultueuses pour l’ériger en manchette d’un article débitant toutes les accusations possibles, tous les arguments prouvant que j’ai oublié, non, que j’ai omis d’avertir mon pays de ce que la délégation venait en Egypte exécuter un plan préconçu. O mon peuple, est-ce là votre entente et notre lutte pour une sainte cause, ou bien avons-nous entrepris de nous torturer les uns les autres ?

19Je respecte sincèrement le peuple contrairement à ce que publie la malveillance gratuite. Je ne me suis pas contenté de dire : "La délégation est un gang qui vient en ennemi coercitif, j’ai pensé, dans mon souci de patriote, aux procédés dont elle pourrait se prévaloir et j’ai écrit : "S’ils viennent et se rendent immédiatement dans les capitales provinciales — et je pense qu’ils agiront de la sorte eux ou leurs émissaires — ils seront à proximité de l’ensemble des Egyptiens, détenant les moyens de flatter l’appétit et de séduire, de semer l’inquiétude et la terreur en faisant montre de leur force et de leur tyrannie. Ils gagneront les cœurs en simulant la compassion pour les fellahins qui livrent leurs récoltes en échange d’un prix misérable, répandant au-devant d’eux des tonnes d’or en prétendue compensation du dépouillement de ces malheureux. Je crois que s’ils se comportent ainsi, il n’est pas improbable que la faiblesse s’insinue dans le cœur de ces vaincus et que, résignés à l’occupation, ils confessent leur désespoir et l’amertume de leur situation ; et les forts diront alors que c’est là l’expression de la pensée des Egyptiens et qu’ils ont renoncé à leur indépendance car tout moyen facilitant la conquête à la lueur de l’épée est, dans la main du fort, légitime et glorieux".

20Nous sommes ici en train de lire, non de discuter ou bien de déduire. Je prie les opposants, maintenant que la tempête est calmée, de lire ce qui est écrit sans se laisser distraire par leurs anciens fantasmes ni par une idée qu’ils auraient préalablement énoncée. Quelle plus odieuse image de la délégation la plume aurait-elle pu tracer pour l’offrir à l’abomination du peuple ? L’emploi de la force et de la flatterie pour arriver à ses fins, comment cela peut-il amener à prétendre que j’ai écrit : "La délégation arrive pour enquêter et il est de notre devoir de nous entendre avec elle et de nous soumettre à son verdict ?"

21Mais je voulais, et c’est en vérité ce que j’ai écrit, que la patrie se tienne en alerte et que l’on prépare la défense du fellah qui sera pris à partie. Les événements survenus après mon article n’ont pas tardé à corroborer mes dires, puisque les journaux ont publié le plan arrêté par la délégation, avant son arrivée, d’obtenir par l’intimidation l’adhésion du fellah.

22Si vous aviez lu ce que j’ai écrit, vous y auriez trouvé l’expression de cette angoisse patriotique qui m’arrache des larmes et que j’ai voulu faire partager à mes compatriotes afin que, soulevés d’indignation, ils luttent pour leurs droits et j’ai dit : "Il est naturel aux hommes qui ont éprouvé l’amertume de l’asservissement et qui se battent pour leur liberté de rassembler leurs forces, de prendre leurs précautions, de penser et de penser encore, au lieu que, rassurés par les prétextes dispensés par leur passivité, ils soient pris au dépourvu et laissent aller les événements jusqu’à leur issue fatale, sans effort et sans défense". J’ai dit ensuite : "Il est possible que quelques uns de ces faibles se présentent à la délégation, non pas en traîtres, comme il est complaisamment dit, ni par intérêt, mais au contraire, sous l’impulsion de son amour pour la patrie. Mais un amour, sous les traits de la peur, a perdu sa beauté. Travaillé par le désespoir, il s’éteint dans le cœur avant que d’exister. Ceux-là peuvent demander pour leur pays l’autonomie, ruinant ainsi notre indépendance".

23O mon peuple ! Comment tout cela s’est-il inversé de sorte que la sincérité devienne duplicité, le tourment envers la patrie traîtrise, l’amertume contre l’occupation amour et désir d’elle, la lutte pour la liberté faiblesse, l’appel à la réflexion, à l’action et à la défense pusillanimité et stérilité, les considérations sur l’extinction de l’amour dans le cœur des faibles une exaltation de leur faiblesse, et le refus de l’autonomie un crime contre notre pays alors que la soumission à sa loi ruinerait notre mouvement nationaliste ?

24Vois-tu comment tout cela a été traduit par son contraire, l’espoir du succès annihilé, l’énergie et le courage sapés, la solidarité et le patriotisme dépouillés de leur signification.

25Par Dieu, je ne suis pas affligé pour moi-même mais pour mon pays ; notre force est impuissante en regard de notre ennemi l’oppresseur, nous ne voyons pas le terme de nos souffrances et le cœur de l’homme ne peut se dérober à celles-ci.

26Ayez donc pitié, ô peuple, de votre pays, ayez pitié de ses enfants, sauvegardez les cœurs blessés, n’ajoutez pas à leurs blessures car s’ils perdent patience et ne rencontrent pas de compréhension, c’en est fait de leur courage et de leur résistance.

Notes

1 Quotidien.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr