Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

21. La patrie ne se dérobe pas

Texte intégral

Misr, 4 octobre 1920

1On a annoncé à l’humanité une ère nouvelle où resplendirait la lumière des droits de l’homme.

2Les chefs des nations s’entendirent ensuite pour instaurer à Paris le siège de leurs luttes pacifiques. Les Etats s’amnistieraient et l’usurpateur restituerait son larcin.

3Nous avons délégué nos responsables à ce carrefour. Mais notre adversaire jouit d’influences que nous ne possédons point ; il a persuadé les dirigeants et ils ont approuvé ses visées. La question fut soumise au vote. Une nation plus soucieuse d’équité se leva pour nous défendre et défendre les droits des vaincus, déplorant que ses émules en optant pour la force, rejettent ainsi l’humanité à sa nuit antérieure, comme si les hommes n’avaient pas connu le droit, ne s’étaient pas battus pour lui, comme s’ils avaient vainement répandu leur sang pour sa cause, et se demandant si les votants avaient été égarés ou bien leurrés.

4Cette opposition contraignit notre adversaire à se forger de nouvelles armes pour leur faire accroire que cette Egypte qu’ils défendaient n’avait en réalité aucune existence nationale, que ses représentants et leurs rares semblables n’étaient que quelques individus poussés par l’ambition, recherchant la gloire au détriment de leur patrie pour laquelle ils constituaient un grave danger et contre lesquels il fallait la protéger.

5C’est dans ce but que l’Angleterre délègue sa commission. Elle a pour devoir d’arracher à quelques uns des faibles l’expression de leur désespoir. Notre ennemi dira alors : voici la preuve et voici les termes mêmes des Egyptiens. Ils savent bien que si même ils l’obtenaient, ce témoignage serait sans valeur ; au nom de quoi une faible minorité précipiterait-elle une nation dans les abîmes de la servitude ? Mais conscients qu’en dépit de leur force immense, leur position légale est faible, ils veulent fabriquer un semblant de justification qui la légitime. Ils viennent ruiner le patriotisme pour présenter au monde un spectre fantasmagorique et lui dire: voici la nation égyptienne, l’image de l’inertie et de la mort.

6Telle est la besogne de la commission et il ne convient pas, en tant que corps vivant, présent, conscient de son droit et souffrant pour lui, que la partie se dérobe, qu’elle ne s’oppose pas à eux face-à-face pour discuter, pour s’entendre ou pour réclamer et protester, en batailleur déterminé.

7Nous projetterons alors la véritable image de notre pays, avec ses sentiments et ses espoirs et ses souffrances, et cette image se dessinera dans le cœur de ceux qui ont plaidé notre cause, et ils se rendront compte de notre existence avec ce qu’elle comporte de tristesse et de beauté ; ils ressentiront ce qu’une âme généreuse peut en éprouver d’émotion et d’angoisse.

8De sorte que la commission s’en revienne, arborant son drapeau noir où s’inscriront les stances de l’agression contre les faibles.

9Je demande à la patrie d’agir ainsi. Elle en est certainement capable. Ces cœurs brûlants d’un feu sacré ne sauraient abdiquer la noble attitude qui leur sied et qui s’accorde à nos sentiments. Et si leur voie s’égare au début de la route, c’est le sort des sociétés dans leurs tribulations et leurs souffrances.

10La commission qui vient comporte le diplomate, le général, le légiste, l’administrateur, le journaliste, l’économiste. Elle ne représente pas que le gouvernement anglais, elle est désignée par la Chambre des Communes, c’est-à-dire qu’elle représente la nation anglaise entière.

11Si une nation qui ambitionne de conquérir notre pays s’adresse à nous, nous devons lui répondre en tant que nation présente, capable de faire entendre sa voix à ceux qui veulent l’assujettir, puis ensuite à ceux qui soutiennent la cause du droit.

12La commission arrive, alléguant qu’elle cherche sincèrement à découvrir le vœu enfoui dans les profondeurs des cœurs égyptiens, alors qu’elle sait pertinemment que le peuple égyptien est mécontent, qu’il veut sa liberté et que cela n’est pas un mystère surprenant.

13Ce qu’elle veut, en réalité, c’est que la patrie s’anéantisse au-devant d’elle, qu’elle renonce à son identité, qu’elle apparaisse comme un amalgame de factions dissidentes et disséminées au sein desquelles chacun agit pour son propre compte ; de sorte que l’amateur de proies faciles capture aisément, dans cette masse hétéroclite qu’il appelle de ses vœux, le gibier qu’il convoite : que ce soient les démunis, les dénués d’ambition, ou les victimes du destin.

14Elle prétendra alors — combien n’a-t-elle pas prétendu ou prétexté — que telle est l’opinion de la nation, contrairement à la conviction de ses penseurs. Et si notre affaire s’engageait sur cette voie ambivalante, Dieu sait si l’on décidera alors pour les penseurs agissant ou pour les faibles leurrés. Cela est leur plan ; ils n’en ont pas d’autre. Et il n’est pas digne de laisser nos gens dans le désarroi, privés de directives ou de chefs et notre patrie apparaître indifférente à son droit et à son identité.

15Notre combat est ardu, rigoureux, même s’il n’abandonne pas les voies pacifiques de la conciliation, mais s’il s’engageait dans une lutte armée, c’en serait fait de nos destinées. Il n’est rien de moins tolérable que l’amertume de l’asservissement et celui qu’enflamme le patriotisme s’élancera dans la bataille requérant une vie libre ou bien la mort et notre pays sombrera.

16Quand à cette situation où nous sommes, perpétuellement contraints de prouver ce qui se passe de preuve, et que notre ennemi invalide, qu’il nous chicane à chaque fois, après quoi il s’affuble des attributs du bienfaiteur de l’humanité, astuce nouvelle pour parvenir à ses fins, cette situation est intenable. Et si le patriotisme n’était un feu sacré que la tyrannie ne saurait éteindre ni la persécution consumer, ce sentiment aurait depuis longtemps péri dans le cœur des faibles.

17Si la fatalité nous refusait la satisfaction de la mort et de l’annihilation et que nous devions faire face aux épreuves que le destin nous impose, n’oublions pas, dans notre détresse, qu’il nous reste une arme, l’unique que le sort nous ait consentie : la protestation, la contestation dans tous les lieux où se portera notre adversaire, surtout si ce lieu réside dans notre pays, sous nos yeux, et qu’il est le théâtre d’une tentative d’anéantissement de notre identité nationale en lui substituant les trébuchements et les défaillances des incapables.

18Tel est le tournant où se trouve l’ensemble de la nation. Il serait criminel, face à cette situation, de nier que le devoir national consiste à rendre publiques les aspirations du peuple, à protester, d’une protestation unanime, émanée de représentants approuvés par les deux classes du pays de sorte qu’elle confonde les présomptueux et réfute leurs assertions.

19Je sais, je n’ai pas un instant de doute, qu’au-devant de la commission, les protestations se succéderont, jaillies de toute part, et à l’unisson des voix. Les avocats protesteront, les médecins, les employés, les notables, le corps des publicistes, et il est impérieux et indiscutable que tous ceux-là présentent toutes leurs revendications. Et par-dessus toutes ces protestations distinctes, et les couronnant, je voudrais que, par la voix de ses délégués, la patrie fasse entendre le même cri unanime, afin de rendre palpable l’homogène et vibrante identité d’une nation qui souffre.

20Je demande cela parce que le conflit que nous affrontons est un conflit verbal qui requiert des preuves. Rien évidemment n’empêchera notre adversaire d’y répondre et sa réponse, on la connaît et on la prévoit. Il dira que ces protestations dissociées émanent d’agitateurs, agents de la classe instruite qui ambitionnent d’asservir le peuple et d’empiéter sur les droits des étrangers, et il appuiera ses dires sur ce qu’ils appellent l’opinion des sages qui inspire leurs songes débiles. O mon peuple, c’est là leur refrain, depuis le début de l’occupation jusqu’aujourd’hui, et c’est là en toutes lettres, ce qu’a écrit dans son livre célèbre, le président de la commission qui vient. Agissez donc de manière à infirmer cet argument, l’occasion vous en est offerte. Et la nation est un même cœur aujourd’hui, qu’il s’agisse de l’homme instruit ou bien de l’ignorant.

21Ceux-là assument une grave responsabilité qui, portés par leurs écrits à la proue de leur patrie, l’incitent à se désagréger devant l’immense péril qui la guette. Elle s’anéantira face à son adversaire qui parviendra alors à ses fins, et elle demeurera dispersée, environnée des ténèbres de l’anarchie, aveuglée par des meneurs incapables ; l’ennemi recueillera dans ses filets ceux dont il saura utiliser les propos pour renforcer ses batteries.

22Nous ne devons épargner aucun effort pour convaincre ces cœurs ardents qu’une action où la nation se dressera toute entière est préférable au silence et que la lutte est plus féconde que l’inertie.

23C’est à la classe instruite qu’incombe, dans toutes les nations, la tâche de diriger son peuple vers ce qu’elle croit ou ce qu’elle pressent être son intérêt et non point vers ce qui ressort d’opinions communes, erronées, ou qui résulte de craintes imaginaires, car la faiblesse, dans ces cas, naît de l’imagination. Je conjure tous ceux d’entre nous qui écrivent et qui pensent, d’affermir leurs âmes, d’élargir leurs rangs et de réaliser que la nation est effectivement une, ne supportant aucune différenciation entre le patriotisme du lettré et celui de l’illettré.

24Accomplissons notre devoir tel que nous le devons à notre patrie, sans faiblesse et sans déficience ; ne nous laissons pas entraver par les prétextes allégués par ces factions disséminées qui projettent de notre pays l’image d’un corps démembré et moribond.

25Présentez-vous à cet affrontement redoutable sans angoisse, vous qui avez raillé ma propre angoisse — alors qu’il est préférable d’en éprouver en pareille circonstance — présentez-vous sans que votre angoisse invalide votre démarche.

26Rendez votre pensée publique, quand même elle ne requiert pas la publicité et il ne sera même pas nécessaire de démontrer votre décision à l’appliquer.

27Ayez confiance. Si vous agissez ainsi, les cœurs accourront vers vous de toute part. Vous entendrez l’appel de détresse de notre jeunesse, de nos hommes mûrs de toutes les conditions, et de la masse de nos paysans que notre ennemi espère encore séduire ; vous serez ébranlés par les lamentations de la femme éplorée à qui son fils a été enlevé et son frère, son mari, son père, et dont le sang paye d’un prix infime l’asservissement de son pays.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540