Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

20. Ce que je veux

Texte intégral

Misr, 2 octobre 1919

1Je veux qu’à l’unanimité, sans exception et sans équivoque, nous signifions à ceux qui veulent briser notre unité et ravaler nos ambitions que notre pays connaît son droit, qu’il le réclame avec une loyale et ferme détermination et que la terreur ni les sollicitations n’auront de prise sur elle.

2Je veux que nos délégués rencontrent la commission, non pour nous entendre avec elle sur les moyens de nous assujettir, nous associant, en quelque sorte, à l’arrêt qui nous mettra sous le joug ; non plus pour lui faire assumer la décision nous concernant, comme on l’a faussement répété, mais pour déclarer que cette fenêtre ouverte à ceux que l’administration anglaise honore en leur confiant la représentation de leur patrie par la vertu d’un mandat à la pointe de l’épée, mandat incompréhensible et sans précédent, n’est qu’une bobine de fils usés et distendus, incapables de rien harponner et moins encore de rallier l’opinion de la nation égyptienne.

3Je veux que les Egyptiens protestent à l’unanimité, à l’instar d’une nation luttant pour son droit contre les agissements de la commission qui veut entériner le protectorat et qui proclame, comme si elle disposait de ses propres droits, qu’elle n’accepte aucun argument contre sa décision néfaste ; que notre protestation soit irréfutable et agissante, que les deux mondes y voient le réel témoignage d’une nation dans son propre pays, afin que personne ne puisse la dénaturer, que les occupants ne se permettent pas de la mépriser ou de persuader les leurs, par des dénégations fortuites et destructives, que, chez eux, les Egyptiens n’éprouvent pas l’inquiétude et le mécontentement simulés par leur Wafd en Europe et que cette nation rebelle n’a souffert aucune spoliation de son droit.

4Je veux que cette contestation soit exprimée avec toute la force, l’efficience et le sérieux dont nous sommes capables, parce que là réside le prétexte invoqué par les Anglais depuis l’origine de notre mouvement, qu’ils n’en ont pas d’autre, qu’ils prodiguent leurs efforts pour le faire admettre, et contre toute évidence, l’imposer au monde et à leur nation.

5Je veux que nous n’arrêtions pas de crier notre douleur à la face de celui qui nous dénie la vie, qui entreprend sur notre sol et sous nos yeux d’ériger le monument de notre asservissement et qui entend nous y voir assister sans nous écrier : ceci est notre droit et ceci est notre vie et vous les avez violés, chez vous dans la personne de nos délégués, puis ici, où vous êtes venus parachever votre transgression.

6Il n’est pas dans les attributions de la force d’empiéter sur le droit ni de tester le patriotisme de son ennemi.

7Notre force réside dans notre droit, dans notre conscience de ce droit et rien, lorsqu’on vient à l’en dépouiller, ne prime dans l’âme, la conscience du droit.

8Allez au-devant de la délégation, criez lui votre droit, les gens sont dotés d’un sens moral, et s’ils le transgressent, le cri du droit empoigne les cœurs les plus viciés par leurs ambitions.

9Mais la délégation s’évertue à camoufler sous un droit mensonger l’agression contre notre pays. Attaquez-la alors qu’elle entreprend de poser la première pierre de ce fallacieux édifice dont l’érection serait une honte, même si sa base n’était qu’une médiocre illusion.

10Je veux coordonner cette attaque que nous demandons aux individus et aux groupements d’entreprendre, afin que ceux que leur gouvernement a désignés pour affirmer son opinion soient arrêtés au premier mot, qu’on les empêche de parler. C’est alors que notre lutte soutiendra nos aspirations dont l’émergence trouve un écho à tous les coins de la terre et que les superbes veulent étouffer.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr