Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

19. Notre position face à la délégation

Texte intégral

Misr, 30 septembre 1919

1C’est avec un cœur triste et angoissé que je prends la plume. Combien grand est notre désarroi et combien périlleuse notre situation !

2Nous affrontons un gang qui vient dans notre pays non point s’enquérir de la situation, car elle est un fait accompli et évident. Le cas d’une nation qui réclame sa liberté n’est d’ailleurs pas un cas surnaturel et les Anglais, qui vivent parmi nous étant plus à même de nous connaître, sauraient les renseigner au besoin. Mais cette délégation vient exécuter une mission déterminée. Elle vient incarner chez nous la grandeur et la puissance anglaises afin que celui qui redoute le sacrifice accepte l’humiliation et s’allie à eux dans la mesure où il trouvera son bonheur dans l’abaissement et dans l’acceptation de la vie avec ses vicissitudes.

3Face à cette alarmante perspective, que ferons-nous ? Et quelle est notre position ?

4Notre Wafd nous a conseillé de nous abstenir de toute intervention, de nous limiter au boycottage de la délégation.

5Nous avons confiance en notre Wafd, confiance dans l’efficience de ses hommes et dans la validité de leurs opinions. Cela est au-dessus de toute enquête et de toute discussion. Mais nous nous trouvons dans la situation d’un homme qui ne tolère pas l’amertume de la servitude, qui lutte pour sa liberté et qui se voit confronté à une alternative peut-être décisive, dont Dieu seul connaît l’issue.

6Il doit donc rassembler ses forces, se préparer, penser et penser encore afin de n’être pas anéanti dans une quiétude fortifiée par l’idée du boycott, lequel, en réalité, laissera les événements suivre leurs cours sans défense et sans effort. J’ai dit que c’est avec tristesse et angoisse que j’écris. J’aurais aimé suivre le conseil de ceux que nous avons mandatés pour nous défendre. Je lis dans les journaux l’accord général autour de ce conseil. Mais je ne puis qu’envisager les dangers de son application et ne supporte pas de me taire en cet instant périlleux où le silence peut être un crime envers la patrie.

7Si les membres du Wafd se trouvaient parmi nous, leur recommandation eut été particulièrement valable. Mais ils sont loin, nous voyons les opinions diverses, les passions contradictoires, les manœuvres suspectes ; nous seuls les pratiquons et en sommes avertis. Nous devons donc supputer les conséquences de l’application de ce conseil, y obéir si nous n’y voyons pas d’incompatibilité avec la situation actuelle et, dans le cas contraire, faire face aux évènements sans hésitation et sans faiblesse.

8Si j’ai bien compris comment le Wafd entend l’exécution de son commandement, tous les Egyptiens, sans exception, devront s’abstenir de tout contact avec la délégation, de toute discussion relative à quelque sujet que ce soit. Angoissé, je me suis trouvé incapable d’écrire ou de me familiariser avec ce plan. Ce boycott général présume qu’il prouvera au monde le courroux du peuple et sa réprobation de tous ceux qui lui dénient son droit à l’indépendance, ou méconnaissent la capacité du Wafd pour réclamer ce droit.

9Mais il ne faut pas nous leurrer en escomptant une entente unanime autour du boycott. Celui qui en a souscrit l’arrêt a ignoré le comportement des peuples, il a négligé les événements environnants qui alertent l’observateur.

10Les évolutions dans la vie des nations ne suivent pas un cours normal. Elles comportent des révolutions, des déchaînements contraditoires ; les opinions se scindent, les différends foisonnent, les espoirs se divisent et la division s’accroît dans la proportion où chacun se persuade de l’importance de son effort et de la validité de son idée.

  • 1 Dicton arabe.

11Les hommes sont faits d’humeurs, de passions, d’opinions. Nombreux sont ceux d’entre eux qui tremblent devant la force. Nul ne se défilera plus rapidement que ceux-là (si tu ne peux atteindre un objectif, abandonne-le)1. Tandis que l’âme pénétrée de sa dignité, de la fermeté de sa détermination et de l’ampleur de ses espoirs, qui trouve son bonheur dans la lutte, cette âme s’est trouvée rare en tous temps et en tous lieux. Elle a toujours été tourmentée, souffrant de l’agression qu’elle combat et souffrant de l’incompréhension des masses pour lesquelles elle s’afflige. Il ne sied pas que nous oublions notre situation, ignorant les circonstances environnantes dont la texture peut entraîner ces faibles à une démarche qu’ils regretteront, parce que cette démarche aura été sincère, comme j’aime à la croire. Ils se seront dit : S’il est possible d’obtenir l’indépendance telle que nous la voulons, n’avons-nous pas le droit d’en demander une partie, puisque nous aimons tous cette indépendance et la demandons en commun ?

12Le bruit courut un jour qu’un notable avait décidé la création d’un club. Les clameurs qui accueillirent sa décision retentissent encore à nos oreilles. Il avait été présumé que les promoteurs du club méditaient de combattre nos avocats de l’indépendance et la panique régna.

13Je me suis tu à l’époque parce que je ne crois pas cette hypothèse possible et que je n’imagine pas qu’un peuple — quand même il aurait perdu la notion de sa dignité — eut ambitionné l’humiliation et la servitude pour lui et pour sa patrie. En dépit de cette conviction, je ne peux toutefois situer tous les hommes au-dessus des défaillances et dire qu’il sont tous à même de soutenir leur droit en homme déterminé qui n’accepte pas de succédané à son droit ni de délai pour le recouvrer.

14N’est-il pas probable que certains de ces faibles se présentent à la délégation, non en traîtres, comme il est dit abusivement, ni par calcul, mais poussés par l’amour de leur pays. Mais un amour empreint de peur est un amour défiguré, qui meurt dans le cœur avant d’avoir vécu. Ces hommes peuvent demander l’autonomie intérieure et c’en sera fait de notre mouvement nationaliste.

15Si cela survenait, à quoi le boycottage nous aurait-il servi ? Est-ce que notre silence ne constituerait pars un acquiessement pur et simple à cette opinion débile ?

16Nous n’avons pas d’autre alternative que l’action positive, apparente, telle que la pratiquent l’Europe, l’Amérique et l’Angleterre même. Ce que nous appelons boycott fournirait la preuve palpable que notre Wafd en Europe ne traduit pas nos ambitions, mais que les ambitions de tous les Egyptiens sont celles qui ont été exprimées aux arrivants et exprimées en toute liberté.

  • 2 En arabe, le terme" autonomie" est composé : liberté individuelle.

17Nous n’avons pas oublié, et il ne convient pas d’oublier, que ce qu’ils appellent autonomie2 — le terme en soi est une antonymie — avait été proposée par le Premier ministre précédent qui est un des Egyptiens éminents ; je ne parle pas de patriotisme, parce que le patriotisme est un sentiment naturel qui ne souffre ni diminution ni accroissement, ni même une option. L’option, elle, réside dans l’ambition, dans l’ampleur de l’espoir et notre homme nourrit indubitablement de nobles ambitions et de grands espoirs.

18Il avait publié son opinion, non parce qu’il ne tenait pas à l’indépendance ou qu’il ne la voulait point pour son pays ; mais, estimant que nos efforts n’obtiendraient guère davantage, il souhaitait que d’autres se rangent à son avis et le secondent. Or la délégation vient pour en obtenir la confirmation par les éléments faibles dont aucun pays n’est exempt, et qui, du fait de leur faiblesse, ne peuvent apprécier les évènements. Ils ne retiendront que l’important exposé qui frappa les esprits lorsque le ministre démissionnaire l’eut publié. La délégation s’appuiera alors sur leurs dires, alléguant qu’ils ont été émis par les représentants les mieux autorisés de l’opinion égyptienne.

19Il est à chaque opinion ses adeptes, à chaque adepte ses disciples, à chaque disciple ses partisans, et la zone d’influence d’une opinion s’étend en raison du prestige de son émetteur et de celui de ses tenants. Que peut recueillir le peuple de cet ordre du boycott promulgué par ses gouvernants bien-aimés sinon qu’il doit par son silence céder la place aux faibles et aux poltrons, c’est-à-dire aplanir la voie aux idées déficientes car l’Egyptien n’est que trop enclin à l’apathie et à l’abaissement.

  • 3 Préfectures.
  • 4 Paysans.

20Cette délégation va venir, composée de personnalités éminentes. Elle sera reçue avec considération et éclat ; la force occupante obéira au moindre de leurs signes et la force gouvernementale sera soumise ipso facto à leurs ordres. Ses membres disposeront de toutes les ressources de la finance anglaise. S’ils se rendent dans les capitales de nos moudiriehs3, et je pense qu’ils s’y rendront, ils se trouveront a proximité de la masse du peuple, détenant les facteurs de l’intimidation et de la terreur, de la tentation et de la séduction et semant la panique par le déploiement de leur force et de leur omnipotence. Ils raviront les cœurs par des manifestations de sympathie envers les fellahins4 dont ils ont acheté les récoltes à un prix infime, et ils répandront des tonnes d’or au-devant de ces malheureuses dupes. S’ils agissent de la sorte, n’est-il pas probable que, fléchissants et désarçonnés, ces pauvres cœurs de vaincus manifestent leur détresse et leur amertume où le fort verra l’expression de l’opinion nationale ? Il dira alors que le peuple a renoncé à ses aspirations, car tout indice acquis à la lueur de l’épée devient dans la main du fort une évidente certitude.

21J’éprouve une profonde inquiétude chaque fois que j’imagine ce pouvoir considérable manipulant avec tous les moyens de pression dont il dispose cette multitude impuissante, incompétente et désarmée.

22J’ignore qui sera le vainqueur de ce tournoi. Je souhaite que mes appréhensions s’avèrent erronées, mais je ne puis oublier que, par ce boycott, nous nous frappons avec une arme à double tranchant, que nous fournissons à ces faibles le prétexte pour consentir à ce qui leur sera demandé. Ce ne sera pas un consentement, mais la capitulation du désespoir. Ils nous diront alors, non sans un semblant d’excuse : pourquoi vous êtes-vous abstenus ? Etes-vous venus au-devant de nous et nous sommes-nous dérobés ? De plus, est-il sage de rejeter une fraction d’un bien lorsqu’on ne peut l’obtenir entièrement ? Vous avez failli à la réalisation de vos aspirations, vous avez même négligé de les signifier au moment propice, alors que nous avions besoin de connaître vos volontés, que nous aurions accédé à ce que vous vouliez et que nous l’aurions voulu avec vous.

23Je demande à mes compatriotes de réfléchir. Nous faisons face à un tournant peut-être vital. Les nations n’obtiennent pas leur droit par la colère ni par le boycott mais par l’action, l’effort et la persévérance ; et notre action d’aujourd’hui est la plus importante qu’il nous ait été donnée ou qu’il nous sera peut-être donnée pour appuyer notre émancipation. Si nous la laissons passer sans lui imprimer le sceau de notre vouloir patriotique, conformément aux exigences du droit, nous aurons perdu une opportunité rarement offerte, et les regrets ne nous serviront plus de rien.

24Si les émissaires anglais viennent pour découvrir, comme ils le prétendent, nos espoirs secrets et apprendre dans quelle mesure nous y sommes attachés et combien déterminés, alors qu’à la face de l’univers ils s’enorgueillissent de porter le drapeau de la liberté et de la civilisation humaine, nous devons leur signifier nous-mêmes nos intentions, ici et dans nos provinces, conformément aux agissements de notre Wafd en Europe, afin qu’il ne subsiste à ce sujet plus d’ambiguïté ni de doute, de leur part ou de la part de ceux qui nous croient faibles, en regard des évènements alarmants.

  • 5 Une omission de la rédaction a rendu inintelligible la parenthèse supprimée ici.

25Le devoir des Egyptiens dans une telle instance n’est pas de faire le vide ; ils doivent résolument déléguer une commission analogue au Wafd dont la tâche sera de rencontrer la commission qui vient, de lui expliquer les idées des Egyptiens et leurs espoirs. De cette manière, et par elle seule, nous accomplirons le devoir dicté par notre conscience et nous parviendrons à réaliser nos aspirations fondamentales et essentielles. Nous prouverons alors au monde, à l’Angleterre en particulier [...]5, que nous connaissons notre droit et que nous voulons notre liberté d’une volonté ferme, authentique. Nous prouverons aussi que le Wafd qui réclame cette liberté, exprime intégralement nos aspirations sans en rien exagérer. Nous ferons échec à la délégation qui vient déterminée à établir ce qu’ils croient ou qu’ils prétendent croire, qu’en réalité, l’Egyptien est indifférent à l’issue de ce combat pour un droit dont il n’est pas conscient ; nous raffermirons la détermination de ceux des nôtres dont le pessimisme aura brisé l’ardeur et nous préviendrons l’emprise des défaitistes qui n’augurent de notre lutte que faillite et stérilité.

26Nul ne dira alors que les choses sont différentes ici, ni que ces objectifs primordiaux soient négligeables ou bien que ce que nous appelons boycott soit plus approprié ou plus efficace.

27Je prie tous les hommes pensants de réfléchir, de comparer et de donner consciencieusement leur opinion véritable ; je demande à chacun de réaliser que chaque goutte de son sang, à l’instar de la pluie, vivifie le sol de son pays, que ses facultés pensantes en sont la fleur et le fruit, et qu’elles seraient ingrates si elles ne le servaient, résolument, librement et généreusement.

Notes

1 Dicton arabe.

2 En arabe, le terme" autonomie" est composé : liberté individuelle.

3 Préfectures.

4 Paysans.

5 Une omission de la rédaction a rendu inintelligible la parenthèse supprimée ici.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr