Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

18. La justice (V)

Texte intégral

Misr, 31 juillet 1919

1Ceux qui ont bafoué les droits de l’homme ont compris que le règne de leur force a succombé et que la justice l’emporte dans sa lutte ; ils ont confessé leur défaite et, se forgeant une arme pour innocenter et légitimer leurs méfaits, ils ont prétendu agir pour le bien-être et l’intérêt humains.

2Mais ceux qui, vaincus, entendent parler d’un accord universel des consciences pour magnifier la justice, lui octroyer la suprématie et annoncer sa victoire, alors que jusqu’aujourd’hui, sur tous les points du globe, ils continuent de souffrir les agressions de la force, refusent naturellement de croire à cette victoire et s’abreuvent de la conviction qu’une fatalité s’acharne sur ceux qui sont incapables de se défendre.

3Ceux qui sont frustrés de leurs droits disent : "Et pourtant les forts se rient de la justice, tout en la magnifiant ils méprisent l’humanité et ils ajoutent à leur tyrannie leurs duperies fallacieuses".

4C’est là le lot des âmes souffrantes. Incapables de se tenir à un ferme propos, elles ne savent, à l’égal des âmes sereines, maîtriser leurs sentiments ni apaiser leurs soupçons et restent livrées à leur tristesse, jusqu’à ce que, par un nouveau caprice, le destin dissipe les ténèbres de l’injustice qui les accable ; ou bien que le désespoir les anéantisse. Ceux-là se détruisent eux-mêmes parce qu’ils ont ignoré leur droit et qu’il n’est pas de vie pour qui ignore son droit.

5La vie est à celui qui souffre, qui endure, qui connaît son droit, qui est imbu de sa force et suppute la victoire.

6Dites que le triomphe de la justice sur la force est un triomphe véridique, agissant, que l’acharnement et les jongleries des forts ne peuvent invalider non plus que leurs proclamations ni leurs feintes. Si vous les voyez s’incliner devant la justice, croyez que c’est avec un respect réel, un respect qui leur est imposé, parce qu’en raison de son arrogance la force n’accepte de s’incliner, ou même de prétendre s’incliner, devant rien autre que son pouvoir et sa gloriole.

7La vie ne connaît pas le cabotinage, et celui dont l’existence repose sur le mépris des gens et la raillerie de ceux qui tiennent à leur droit a, par le fait même, signé son propre arrêt, car les ficelles de la supercherie sont courtes et il n’y a pas de force capable de triompher en dupant l’humanité.

8Mais si, livré à son propre accablement, on se désintéresse du cheminement humain et qu’on renonce à en pénétrer la signification, on ne peut plus croire au progrès de la justice ; la tendance au désespoir l’emporte et la volonté désagrégée, on s’écarte des devoirs vitaux pour ne plus penser qu’à soi-même, imaginant qu’une force fermement assise n’abdiquera pas devant la justice, alors que la pusillanimité de celui qui lui cède et ne sait évaluer son droit est le fauteur de sa magnitude.

9Si cet homme au rancart savait examiner ses mobiles et en écarter les effets, il réaliserait qu’au lieu de plaider pour lui son doute lui porte préjudice. En admettant que le respect témoigné par les puissants envers la justice soit une fallacieuse tromperie, n’est-ce pas que la tricherie est l’arme de l’impuissant, garrotté par ses liens ?

10Il est certain que les facteurs de l’existence sont d’un précieux apport. Ils combattent l’âpreté de cette convoitise centrée sur le droit d’autrui et la dirigent — même si cette convoitise est susceptible de réaliser ses prétentions — vers un essai d’adaptation, de dépouillement de sa brutalité, afin de parvenir à ses fins sous le couvert de la justice et en son nom.

11La force rougit d’elle-même ; elle se dissimule, se dérobe aux regards et camoufle ses visées, incapable d’affronter la justice.

12Quelle victoire plus réelle que celle-là, demandent les ayants droit ? Tout être convaincu que son existence est répréhensible et scandaleuse défaille, ses composantes se désagrègent et il va vers l’anéantissement.

13Je ne dis pas que si les forts se soumettent à la justice ce soit parce qu’ils portent dans leur poitrine ce cœur que Dieu y a mis — ou dont la nature les a dotés —, ce cœur épris de justice tendant vers la splendeur de l’équité, mais parce qu’ils y sont impérieusement poussés et cela en dépit de leur endurcissement et en dépit de la dégradation de leurs sentiments sous la pulsion des mobiles intéressés.

14Ils sont de plus à l’égal des faibles dans la nécessité de préserver leur vie nationale par l’énoncé des principes de liberté, d’égalité et de fraternité avec leurs dérivés, la fidélité patriotique et l’oubli de soi au bénéfice de la cause commune, et il n’existe pas de support à ces principes, sinon la reconnaissance de la dignité humaine, le respect de la personne et de sa liberté.

15Mais l’asservissement qu’ils imposent aux autres nations et leur mépris de la justice contredisent ces données et détruisent leur influence, et la vie nationale qu’ils essayent d’élaborer est en conséquence ruinée par la base. Dans le but de bâtir son pays sur les assises de la solidarité sociale, le fort essaye d’inculquer à son peuple la religion du patriotisme ; puis, distrait par ses rapines, il oublie cet enseignement premier et demande à ce même peuple de considérer ce sentiment, s’il est ressenti par les autres, comme une offense qui mérite l’asservissement, la destruction et la mort. De sorte que l’individu devient incapable, dans sa perplexité, de discerner si le patriotisme est une vertu qui appelle l’estime et le respect ou bien s’il est un vice requérant le mépris et le châtiment, et si ce sentiment qui l’habite, qui a été créé avec lui, assimilé et réalisé par lui et qui dirige son comportement, est un sentiment authentique, ou bien s’il est un instrument manœuvré par un cœur que ses appétits débordants écartent du droit chemin et de la juste appréciation des choses.

16Et comme la cohabitation de ces deux sentiments contradictoires dans un même cœur est impossible, et que la force est incapable de scinder le cœur de l’homme en deux parts : l’une, toute d’amour et de respect pour le droit de son frère et d’appréciation de ses sentiments, vouée à l’œuvre patriotique, et l’autre, pétrie d’avidité et d’hostilité, agrippée et en tous temps en tous lieux, à l’exploitation des plus faibles des enfants des hommes ; comme cette cohabitation est impossible, la force est prise entre cette seule alternative : soit opter pour la perversion, c’est-à-dire s’obstiner aux agressions et se détruire en annihilant ses sentiments favorables à l’existence, soit revenir à la raison en se référant aux principes vitaux et en respectant la justice, graduellement peut-être, en progressant dans la mesure où elle comprendra les bases de la société et ses intérêts essentiels, mais d’un respect dont la signification ni les effets ne pourront être suspectés.

17Ces incompatibilités données, la force porte dans son agressivité le germe de son anéantissement et le gage que les faibles sauront secouer son joug malfaisant.

18Telle est la loi de la nature, et si les faibles en prenaient conscience, plutôt que de douter de l’existence et de méconnaître leur propre force, ils s’appliqueraient à agir, dépouillant la crainte qui asservit la volonté et le désespoir qui la paralyse.

19Il n’est pas plus faible que l’homme, plus enclin à l’erreur. On croirait l’humanité constituée de deux espèces distinctes : le fort qui court à sa perte par ses outrances et ses exactions et le faible livré à son défaitisme, qui sombre dans l’inertie et la ruine parce qu’il a ignoré son droit et ses aptitudes ; et tous deux se plaignent, l’un de sa force et l’autre de sa faiblesse, et cette complainte demeurera le lot de chacun tant que sur terre une force insatiable abreuvera ses victimes de douleur et leur voilera les beautés de la vie.

20Que le faible n’imagine pas, sous l’effet de l’oppression, que la plainte du fort enorgueilli par sa puissance soit une figure de rhétorique, car il n’est pas de pire tourment que d’opter pour la destruction de son cœur, de son esprit et de ses sentiments ; que celui qui y parvient se transforme en une chose inerte, impropre à la vie. S’il est vaincu dans sa lutte, la victoire restera au faible qui guette le recouvrement de son droit.

21Ne désespérez pas. La justice ne s’allie pas au désespoir dans un cœur sincère et que Dieu nous préserve de l’homme qui pense qu’il a été vainement dit que le fort est voué à la disparition.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540