Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

14. La justice (II)

Texte intégral

Misr, 5 juillet 1919

1Sollicite par son intérêt, l’homme contrevient à la justice et porte atteinte à la dignité humaine, sans qu’il lui soit toutefois possible d’en nier le principe efficient, et sans parvenir à se recréer lui-même, à s’ajuster à ses malsaines aspirations, c’est-à-dire incapable de dépouiller le feu sacré de la justice que le Créateur et la nature ont allumé dans sa poitrine. Désorienté, il recourt alors à la justice lui demandant la force d’exister et la grâce du pardon.

2S’il est pieux, s’il professe une foi rigoureuse, nous le voyons œuvrer à ses fins dernières, louer la justice, en dénombrer les beautés et la majesté. Mais si son intérêt le domine jusqu’à vaincre sa force intérieure, ni la crainte de Dieu, ni la fermeté de sa foi ne peuvent l’empêcher de fauter. A ce moment, effrayé de sa chute, il invoque, pour se fabriquer des excuses, cette même croyance dont il viole le principe, dont il renie l’idéal et il implore en son nom, la clémence et la miséricorde divines, imaginant trouver dans la répétition de ces mots un apaisement à son âme inquiète et déchirée, alors qu’en réalité il aggrave son infraction et il augmente son malaise, parce qu’après avoir péché en action, il pèche dans sa foi et qu’ébranlé dans tout son être, il tente de persuader Dieu même.

3Tandis que celui qui obéit aux principes de la justice tels que nous les révèle la connaissance moderne, qui en retient les lois, les pratique et les respecte, si, victime de son appétit matériel, il s’écarte des nonnes humanitaires, il éprouve la même inquiétude que le croyant redoutant la punition divine ; l’objet convoité, pour lequel il avait peiné et qu’il possède, ne lui procurant ni force ni consolation, il se tourne vers les principes de la justice comme le croyant se tourne vers les principes de sa foi quêtant, comme lui, le mot qui dissipera un peu son angoisse ; il s’acharne alors à la recherche d’une idéologie collective ou bien d’une opinion philosophique dont il puisse extraire le terme qu’il érigera en une doctrine absolue capable de légitimer son comportement et au nom de laquelle il n’aura pas transgressé la morale.

4On dit qu’il n’y a pas de mal à ce que l’homme sanctifie ses intérêts. Et l’un des premiers postulats de la philosophie sociale anglaise place l’intérêt à la base de la vie, lui assignant le rôle de fondement de l’esprit humain et de déterminant des actions humaines.

5Nous savons que là est le pivot de la philosophie anglaise, de Hugues à Bentham, à Mill et à Spencer, et ils ne voient tous dans la vie que l’intérêt et le détriment, le plaisir et la douleur.

6Ces mots empruntés à des principes supérieurs ne légitiment pas la déification de l’intérêt jusqu’à contredire les bases de la justice et favoriser les penchants et les convoitises.

7Nous avons là un peuple des plus efficaces pour la culture humaine, innocent de ce que lui attribuent les esprits empêtrés dans leurs passions. Il n’est pas un d’entre eux qui entende par intérêt, l’intérêt matériel d’un individu particulier ou l’intérêt d’une nation particulière, si cet intérêt empiète celui d’une autre nation ; ils entendent l’intérêt général de l’humanité, l’intérêt de la permanence de l’espèce dans son intégrité.

8Ils disent que dans le respect de la justice réside l’intérêt de l’humanité parce que l’intérêt de chacun s’oppose à la violation de son droit par un autre, et de cet axiome est née une base essentielle qui défend l’agression entre individus et qui commande le droit social au sein d’une nation.

9Ils ont dit aussi que l’intérêt d’une nation consiste à ne pas en agresser une autre, que l’agression internationale est prohibée ; tel était le principe du droit humain.

10Bentham est l’auteur de cette maxime moderne : "Si vous dominez le plaisir et la douleur, vous créez un monde évolué solidaire, qui allie la justice à la clémence, au patriotisme, à la philanthropie, et à toutes les qualités qui remuent le cœur humain, dans leur plus parfait achèvement et leur splendeur première".

11Et il précise, commentant sa conception de l’intérêt, que le plus précieux axiome du Christ : "Agis envers autrui comme tu aurais aimé qu’il agit envers toi-même", définit exactement l’intérêt tel qu’il l’entend.

12Où sont ces principes élevés et où sont les trébuchements de ceux qui se laissant posséder par l’intérêt particulier, s’écartent de la morale humaine tout en prétendant s’y conformer parce que les mots "intérêt", "plaisir", "douleur", sous-tendent une importante doctrine sociale, et qu’en les détournant de leur sens premier, ils espèrent leur faire supporter les contestations malsaines et les entorses à la justice authentique.

13Les militaristes ont voulu enseigner le mépris de l’intérêt particulier, non l’attachement à cet intérêt et son culte.

14Ils ont constaté que l’homme, tel que l’a décrit le sage, devient anxieux au contact du bien et malheureux au contact du mal ; que ses passions, son intérêt immédiat et matériel, sa vision limitée l’écartent du perfectionnement. Ils ont cherché, avec perspicacité, à le diriger par son point faible et ils sont parvenus à la conclusion qu’il n’y a de contradiction entre l’intérêt et la justice que pour les esprits débiles et que c’est dans le sacrifice, en dépit de sa difficulté, que résident le plaisir, la force et l’intérêt.

15L’utilitariste déclare : "L’ambition des créatures doit tendre à démontrer que toute infraction à la justice part d’une conception erronée, d’une fausse interprétation de l’intérêt, et que celui qui s’attache au vice s’est trompé dans son estimation du plaisir et de la douleur".

16Comment assimiler cette opinion à celle qui, au nom de l’utilitarisme, justifie la réalisation des ambitions diverses, tant pour les individus que pour les nations ?

17Cette dernière n’est que le prétentieux argument des âmes avides parce que, après avoir foulé la justice aux pieds, l’homme, talonné par sa faiblesse, se forge une excuse susceptible de convaincre les autres et de le rassurer lui-même ou tout au moins, d’apaiser son tourment d’avoir contrevenu à l’ordre existentiel et au barème rationnel de la vie.

18Il agit comme s’il lisait : "Ceux dont le commerce a prospéré" et se cramponnait à cette phrase, omettant ce qui précède et ce qui suit, et tout ce qui dans le livre l’explique et en révèle le sens figuré et le sens réel, et qu’il concluait : "Si la vie est un commerce, c’est en vue de gagner et d’amasser une fortune". Il n’y aurait plus alors rien d’étonnant à ce qu’il se laisse aller à sa cupidité et thésaurise, dut-il s’embourber dans ses méfaits.

19Telle est l’attitude de l’homme qui s’écarte du droit chemin et veut légitimer son comportement. S’il se trouve dans une impasse et qu’il tente d’en sortir, sans toutefois renoncer à ses visées, il s’enfonce dans de plus ténébreuses impasses et aboutit à l’autodestruction, car une voie malsaine ne conduit jamais à la justice, quelles que soient l’astuce, la force ou l’endurance de celui qui s’y engage.

20Il est déconcertant de voir à quels abîmes le paroxysme de la passion peut entraîner l’homme.

21Simulant la justice, il prohibe, il ordonne, il persécute ; négligeant les sursauts de son cœur, sourd aux protestations de sa conscience, il croit trouver dans un intérêt mensonger la consolation et l’oubli.

22Si l’intérêt s’identifiait à la justice, toute la gamme des crimes, du vol au meurtre, avec leurs intermédiaires, eut été légitime, notre société eut été détruite, les instincts et les appétits justifiés eussent conduit l’homme à des exactions qui dépassent l’entendement et qu’une âme primitive même ne saurait endurer.

23Ceux qui veulent bâtir leur société sur l’intérêt tentent l’impossible ; ils ruinent leur vie sans appel. Si le soldat n’avait pas conscience du droit de son pays, il ne verrait pas de raison à exposer sa poitrine au feu de la mort ; le commandant ne pourrait pas, si la vie n’était que commerce et profit, se tenir prêt à se sacrifier pour sa patrie, ou à mépriser la trahison si elle coïncidait avec son intérêt, parce que le principe de l’intérêt autorise tout abaissement, qu’à sa faveur le vice se convertit en vertu et que ces mots eux-mêmes y perdent leur signification.

24Combien grave est la responsabilité de ceux qui, entraînés par un intérêt éphémère, et sans considération pour l’avenir de leur pays, sèment ces doctrines qui le ruinent, ne réalisant pas qu’ils engendrent dans la personne de leurs fils des soldats qui se retourneront contre eux et qu’aucune force ne pourra juguler.

25Ceci est le châtiment de leur vision superficielle de la justice. S’ils se rendaient compte qu’il y a une justice dans l’existence et que la vie se venge elle-même de celui qui enfreint ses lois, cela leur serait salutaire et leur œuvre pourrait durer.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540