Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

13. La justice (I)

Texte intégral

Misr, 24 juin 1919

1Ce mot a fait vibrer le cœur de l’homme en tous temps et en tous lieux, depuis les origines jusqu’aujourd’hui. Il voit dans sa signification la base essentielle de sa vie et de son efficiente activité et en ressent la bienfaisante action sur les êtres. Il y voit de plus, fut-il croyant ou incroyant, les attributs du Créateur. Son nom est le Juste. Sa prérogative est la justice et sa promesse est la justice.

2Dans leurs actions, dans leurs paroles, dans leurs espoirs les plus intimes, nous voyons les hommes affirmer qu’ils ne veulent que la justice, qu’elle est leur seule ambition et qu’ils dérogent à leur dignité et s’exposent à la honte si on les soupçonne d’abuser des droits d’autrui ou de s’en jouer.

3Cependant, le cours des événements — abstraction faite des iniquités, des douleurs et des deuils — ne peut qu’alarmer l’observateur et le laisser perplexe ; ne voyant pas de trace ni de sens à la justice dans l’existence, il se demande si elle n’est pas un mot inventé par l’homme pour ajouter à son tourment, comme si les afflictions quotidiennes ne faisaient pas déjà déborder sa coupe.

4Les circonstances de l’existence semblent proclamer que la justice est un éblouissant mirage, destiné à leurrer l’humanité, tandis que la force agissante mène le monde aux abîmes de son choix, et, perdu entre ces deux pôles, l’homme, égaré, se voit privé d’appui.

5S’il renie la justice, il retombe, en dépit de ses vertus, au niveau de la bestialité pure, ayant choisi l’oppression, la lutte et les épreuves ; et s’il rejette la force pour s’attacher à la justice, la force le contrecarre, le privant de cette beauté à laquelle il aspire, lui déniant jusqu’à l’existence humaine avec ses composantes de liberté, de respect, de fierté et de dignité.

6Où est la justice ? Quelle est la base de la vie ? Là réside l’ancien conflit, le conflit majeur. Si c’est la justice, pourquoi cette prédominance du mal et pourquoi les gens renient-ils ouvertement le fondement de leur vie ? Et si c’est le mal, comment le cœur humain ressentirait-il les significations du droit et de la justice ? Et s’ils étaient étrangers à sa nature, comment ces mots auraient-ils existé dans toutes les langues, pour exprimer des entités ignorées, auxquelles l’esprit refuse de se soumettre ?

7Ce dilemme a arrêté l’esprit humain en tous temps et les sages se sont évertués à le résoudre.

8Les uns ont dit que la justice résidait dans l’intérêt et le profit ; d’autres, que la justice réside dans la force et l’audace, que la vie est une lutte dont l’avantage revient au vainqueur.

9La théorie des militaristes n’apporte aucune lumière sur la signification de la justice en tant que telle. Elle insiste sur ses effets seulement et en fait ressortir l’efficacité. Elle affirme, en même temps, d’un côté, que l’intérêt humain est tributaire de la justice, qu’il en dépend, et de l’autre, que l’homme n’a pas d’intérêt à combattre la justice, ni de possibilité de la violer ou de la nier.

10Quant aux adorateurs de la force, ils ont basé leur principe sur la lutte engagée par la nature muette. Ils ont dit que, faisant partie de la nature, l’homme n’avait d’autre morale que la morale naturelle et puisque celle-ci résidait dans la lutte et le triomphe de la force, l’homme devait s’y conformer.

11Il suffit pour réfuter ce principe qu’il assimile des créatures silencieuses et inertes à l’homme qui parle, qui raisonne, qui sent, dont le cœur vibre à la douleur d’autrui, à toutes les formes du droit, de la justice et de la civilisation humaine.

12S’ils avaient mené ces prémisses jusqu’à leurs dernières conclusions, ils auraient abandonné le principe de la force triomphante, parce que la nature est une force aveugle, livrée au hasard, au chaos, à l’inertie et aux ténèbres, qui ne recèle aucun des attributs de la force consciente d’elle-même, capable de s’assigner un but, de s’y diriger et d’en faire une ambition vitale. Ils se contredisent dans leur principe même. Ils refusent d’abdiquer la raison humaine, sa puissance, sa liberté de choix afin que leur assimilation à la matière inerte soit réelle et complète ; et ils ne veulent pas, non plus, renoncer aux spécificités de la matière inerte pour reconnaître les vertus de l’homme et ses responsabilités, afin d’intégrer leur système aux normes de la nature humaine avec ce qu’elle comporte de supériorité, de sens moral et de perfectibilité.

13Il n’est pas étonnant qu’en raison de ces inconséquences, les hommes aient rejeté cette solution et recouru à d’autres hypothèses pour chercher à résoudre l’antagonisme de la justice et du mal.

14On a dit depuis l’antiquité que le bien était un dieu, l’unique, le tout puissant, l’efficient et que le mal avait son dieu, un dieu haineux et haï, impuissant, vaincu en dernière analyse, et que la vie était le théâtre de la lutte entre ces deux dieux.

15La perception humaine a évolué ; un dieu unique a été conçu : le dieu du bien, du vrai, du beau et le mal a été attribué au démon, à Satan, ou à une volonté du mal, ou encore à une vengeance divine sévissant contre des pécheurs méritant une punition. Et toutes ces théories s’accordent à reconnaître que la justice est la vertu de l’existence, que l’enfreindre est une vicieuse infraction aux lois vitales, un accident destiné à disparaître.

16La connaissance humaine s’est naturellement accrue, et on a conçu — et c’est une opinion correcte et véridique — que la vertu est une qualité naturelle, innée, que la force ne peut nier, ni détruire, et que les tristesses et les chutes survenues au gré des circonstances sont accidentelles, au même titre que les maladies auxquelles est exposé le corps humain, et qu’elles ne détruisent pas la vertu, pas plus que les maladies n’infirment la santé d’un corps vigoureux.

17Alarmé par les horreurs de la vie, l’homme avait par ailleurs imaginé la création soumise à une force aveugle, dénuée de justice ; rebutés par cette solution, certains ont pensé que l’achèvement de la vie résidait dans son annihilation afin que l’âme retourne à son existence primordiale, éternelle. Cette conception nihiliste est un indice de plus que la justice est une force agissante. Car n’était la conviction de la majesté d’une justice transcendantale, et n’était le souci de sauvegarder la splendeur du droit défendu par un facteur naturel indéniable, l’homme n’eut pas répugné aux manifestations de la force, il n’eut pas détesté la vie et préféré le néant à l’existence.

18Ceci est le summum du respect de la justice et le maximum d’attachement à son principe auxquels puisse atteindre l’âme. C’est en réalité la justice personnifiée, exprimée dans sa grandeur et rien n’est plus éloigné de cette conception que la négation de la justice et de ses bienfaits.

19Comment la justice ne serait-elle pas une entité existante, alors que les consciences l’ont perçue et reconnue à l’unanimité, que les âmes l’ont vénérée depuis les générations qui échappent à l’histoire, et que tous les efforts de l’humanité ont tendu vers sa lumière ou vers son extinction, vers sa félicité ou son adversité.

20Comment la justice serait-elle illusoire alors que toutes les religions s’en réclament et y voient leurs fondements en dépit des dissemblances ethniques, en dépit des différentes époques où elle se manifesta à chaque nation ; on ne peut nier qu’il existe une essence immanente, permanente, dont la présence est démontrée dans tous les milieux où l’être humain a vécu, quelles qu’aient été les circonstances l’entourant, fut-il primitif ou civilisé, faible ou fort et que cette essence est la justice.

21Il n’y a pas eu de force capable de vivre en ignorant la justice, ou se riant de sa vertu et de ses arrêts.

22Au sein des pires manifestations de déchéance ou de bestialité, l’homme n’a pu dépouiller le sentiment de la justice ni enrayer l’aspiration à sa beauté ; c’est ce sentiment qui réconforte les âmes dans l’adversité, qui les aide à supporter les exactions de la vie, à en endurer l’amertume et à accomplir leur devoir, si lourd soit-il.

23Il vous est possible de trouver chez des tribus, dites sauvages, des vertus raffinées que vous ne verrez plus chez une nation qui allie les préceptes du progrès le plus avancé à une force diversifiée et terrifiante. Certaines de ces tribus ont si loin poussé le culte de la justice qu’elles observent leurs droits respectifs sans qu’il soit nécessaire de recourir à une force distributrice ; il n’y a pas entre elles de gardien pour les protéger, pas de gouvernant pour les brimer, pas de juge pour imposer les limites ou départager les litiges. Il n’y pas de plus profond témoignage du respect de la justice, qu’elle est indubitablement une disposition naturelle à l’âme qui naît avec l’homme, avec laquelle il vit, et qu’il n’acquiert ni par l’instruction, ni par l’imitation.

24Elle n’est pas pour le faible et l’impuissant la consolation des vicissitudes de la vie, elle est toute la force de la vie, son essence, et c’est d’elle seule que dépendent l’avenir de l’humanité et l’honneur de l’existence.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540