Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

12. La fête de l’armistice

Texte intégral

Misr, 16 juin 1919

1Demain la guerre aura déposé son fardeau. Et l’homme décrira son épuisement et son dégoût d’avoir tué son frère l’homme, et il dira que ce crime appelle un châtiment.

2C’est là, de toute évidence, une date historique dont la commémoration fait vibrer les cœurs, tant au souvenir de l’horreur vécue qu’à l’espoir qu’il fait entrevoir au vainqueur comme au vaincu, à celui qui a réalisé ses ambitions, comme à celui qui les a perdues.

3Ce jour, dans l’histoire de l’humanité, équivaut à de nombreuses générations et son emprise ne pourra s’effacer, tant qu’il y aura un esprit qui raisonne et un cœur qui perçoit. Certains peuvent croire que cet anniversaire célèbre leur victoire et qu’il leur est permis d’humilier les faibles en déployant leurs forces et en manifestant leur tyrannie. Mais c’est là une conception superficielle. La vie a de graves exigences, elle ne protège pas le cabotin, si même il excelle dans ses boufonneries.

4A cette date, l’humanité s’arrête, perplexe, honteuse, cherchant à tirer une leçon de ses épreuves, à retrouver le chemin de la rectitude et de la civilisation requises.

5Les souffrances sont une école pour l’individu, pour les sociétés et pour le genre humain, car l’homme est doué d’une âme consciente qui se souvient, se gouverne et progresse. Si vous rencontrez deux hommes se querellant au sujet de quelque objet convoité, vous souhaitez aussitôt les mettre d’accord ; si vous y parvenez, vous avez réuni deux cœurs adverses et vous en éprouvez satisfaction et plaisir, parce que toute conciliation implique la rectitude et la reconnaissance mutuelle d’un droit, ou d’une fraction de ce droit. Quel peut être alors le sentiment éprouvé par l’homme s’il apprend qu’après s’être entretuées les nations ont mis un terme à l’effusion du sang et rengainé l’épée pour recourir à une solution équitable et pacifique ?

6Si nous voulions comparer et qu’il fut possible à l’âme d’évaluer la beauté et l’intensité de ses sentiments au regard de tels évènements, elle se verrait transportée par l’anxiété, la joie et l’amour de la justice jusqu’à l’échelle des anges. Mais l’homme est un être faible, garrotté par ses appétits et ses activités, incapable de se détacher des contingences et de s’élever à la hauteur de son idéal en développant ses vertus natives.

7Les évènements les plus graves peuvent se dérouler et il n’y verra qu’images muettes dépeignant d’étranges aventures survenues dans d’autres planètes. Son cœur n’aura pas été profondément touché et il sera resté rivé à ses soucis. Si toutefois il est touché, l’émoi est passager, traduit par quelques mots articulés sans conviction après lesquels son esprit est immédiatement repris par ses préoccupations individuelles, soumis à l’intérêt et recourant à la force tout en exaltant la vertu, s’en glorifiant et jurant n’avoir aucune autre ambition sur la terre.

8Il n’est pour l’homme rien de plus infamant que de tuer l’homme. Angoissé par tant de tueries, il se vengea en spoliant les vivants de leurs droits. Après combien d’offres de paix désarma-t-il ? Il tenait le langage du droit, s’abritait derrière ses principes, affirmant qu’il ne les renierait plus, qu’il n’agirait que conformément aux règles de la justice, de la fraternisation et de la solidarité. Ces bonnes paroles à peine dites qu’elles étaient dépassées par des propos hostiles, menaçant les faibles et tous ceux qui étaient susceptibles d’intimidation. Et les hommes revenaient au carnage et aux déprédations, puis à la paix ; puis de nouveau à la guerre, puis à la paix. La vie devint un amalgame de sang versé et d’obscurs méfaits.

9C’est pour cela que les hommes ont commémoré leurs jours de guerre et leurs jours de paix et les jours où ils ont respecté le droit. Notre époque devrait s’en souvenir à chaque lever du soleil, peut-être en tirerait-elle une leçon. Grisé par sa puissance, le plus grand des Césars imagina de gouverner la terre entière et il plongea le monde dans des ténèbres plus épaisses que celles du jugement dernier ; il y répandit l’esprit destructeur et meurtrier et il asservit l’homme et la terre et le ciel et les mers, répandant le sang, défiant les consciences, déclarant représenter ici-bas l’esprit de Dieu et se prétendant l’exécuteur de la loi divine, par l’épée.

10Il faut croire que la force cherche à camoufler sa perversité car s’ils en apercevaient les abîmes, ses détenteurs frémiraient d’horreur. Ils s’interpelleraient d’un coin du monde à l’autre, multipliant les représailles contre les agissements tyranniques et demandant justice et miséricorde pour les enfants des hommes.

11Prenant les faibles à témoin, les puissants ont proclamé qu’une aube nouvelle se levait où l’on verrait le belligérant apaisé, le droit sauvegardé, la pitié se pencher sur les démunis, où les cœurs fusionneraient et les barrières s’effaceraient et où il n’y aurait plus chez les hommes de fort ni de faible, mais que familiarisés avec la justice, ils conjugueraient leurs efforts pour dompter la violence et que les quatre cinquièmes du globe se ligueraient pour défendre les droits des peuples.

12La lumière de cette belle fraternisation devait supplanter l’obscurantisme du despotisme et faire réintégrer à l’homme sa dignité et sa civilisation. Et voilà qu’aujourd’hui même, au temps de l’armistice, les puissants de la terre professent ne respecter leur pouvoir que s’il est éclairé par le droit et bâti sur l’équité. Cet engagement mémorable se devrait d’être cité toutes les fois que l’occasion s’en présentera.

13Les canons se sont donc fait entendre tous les ans, ébranlant les lieux, réveillant les âmes distraites pour rappeler cette promesse unanime : rappeler au fort son serment et le devoir d’y rester fidèle, et les tonnerres et les éclairs du canon n’ont d’autre signification que de souligner le triomphe du bon droit sur les querelles aveugles et exterminatrices.

14Que de fois ces chefs qui tenaient en mains les rênes du feu ont-ils affirmé ne vouloir que le droit et n’aspirer qu’à la dignité humaine ! Que de larmes ont été versées par les amis de la paix accablés par les malheurs de l’humanité souffrante, et combien d’âmes par-delà les déserts et les mers, se sont-elles demandé s’il serait jamais possible de mettre un terme à ce fléau !

15On a dit que la vie est belle, que le peuple a généreusement accueilli les siens et que la miséricorde divine s’est répandue sur toute chose. Mais l’homme a fauté par ignorance et cupidité ; il s’est dressé contre l’homme et il a propagé l’esclavage, voilant la beauté de la nature et reniant la noblesse des sentiments humains. On a dit que des juges s’érigeraient entre les enfants de la terre qui dispenseraient la justice, conformément à ce que Dieu aura mis dans leur cœur d’amour pour son semblable, et grâce aux fruits des efforts humains en quête de perfectionnement.

16Tels sont aujourd’hui les décrets des puissants de la terre et telle est la base de leur traité de paix. Si une nation refuse d’obtempérer à cet appel, elle se détruit elle-même parce que le déni du droit entraîne la sclérose des perceptions et la désagrégation des valeurs défensives.

17Les esprits pressés peuvent croire, dans leur pessimisme, que ces propos contredits par les actions, ne représentent que des illusions de politiciens. Ils considèrent que l’humanité ne pouvant se soumettre indéfiniment à ces principes, continue à se repaître des mots de justice et de droit, décidée à n’en jamais appliquer les commandements. Mais si l’on jette un regard en arrière et que l’on compare l’intolérance des générations primitives avec ce qui a été achevé par l’homme, grâce à ces belles paroles, on se rend compte que ces paroles agissent sur la vie des nations et qu’elles ont développé l’être humain d’étape en étape, le poussant vers le perfectionnement sans blessure et sans violence et que la tyrannie, alors même qu’elle déployerait contre le droit toutes les exactions dont elle dispose, ne saurait dévoyer les hommes, non plus que leur faire aimer l’oppression ou la violation de leurs droits.

18Il n’existe pas au monde de cœur capable de célébrer la victoire de la force sur la faiblesse sans une raison supérieure qui le séduise et légitime cette célébration en lui faisant entrevoir quelque idéal susceptible de remuer les consciences. Mais si cette commémoration était dédiée au fort, si, quelle qu’ait été la fugacité de ses rêves, il tenait à en perpétuer le souvenir et à savourer l’anéantissement du faible, il devrait pour colmater sa honte, étouffer sa propre conscience et celle de ceux qui l’environnent.

19Les conquérants ont toujours célébré leurs hauts faits victorieux, mais la célébration en était toujours momentanée, et prenait fin lorsque la griserie de la conquête était dissipée. Et jamais, en dépit de leur multitude, aucun des conquérants n’aura pensé à ériger le jour de sa victoire en fête annuelle, parce que, malgré la rudesse et l’endurcissement de leur coeur, ils comprenaient que la cruauté de cette commémoration la rendrait insupportable et qu’il n’était de l’intérêt de personne d’exalter le bellicisme.

20Tandis que la célébration d’une paix basée sur le droit n’offense personne ; elle n’évoque pas une victoire collective dont toutes les nations partagent la fierté, mais elle rappelle au fort les droits du faible et son engagement à les respecter.

21De sorte que la fête de l’armistice est en réalité notre propre fête et la fête de tous les faibles qui ont un droit à réclamer.

22Les forts revivent ce jour conformément à leurs coutumes et à leur culture, par la voix des canons et par les manifestations de la terreur. A nous de le revivre suivant nos coutumes et notre culture, par le langage de l’entente à l’amiable et par la mémoralisation du droit, car la voix du droit est plus profondément ancrée dans l’âme humaine que tout autre appel. Qu’importe aux faibles que l’explicitation du traité recèle quelque duperie, s’il est basé sur le droit authentique et la justice intégrale ? C’est là une base indestructible que les erreurs de distribution au sommet de l’édifice ne peuvent ruiner. Il nous incombe de les accepter. Quant à leurs auteurs, ils se doivent de réparer leurs erreurs ; de considérer cet anniversaire comme étant celui de la pose de la première pierre et d’en reprendre la construction, car si elle reste inachevée, l’humanité n’atteindra pas à son perfectionnement, incapale qu’elle sera d’accorder ses éléments antagonistes en un seul peuple, associé, uni, le premier du genre.

23Si les Allemands s’insurgeaient contre les modalités de la paix, que les Japonais en refusaient certaines, que les Chinois protestaient contre la spoliation de leur territoire, que les peuples d’Afrique étaient mécontents et tous les peuples d’Asie de même ; et si les Américains soutenaient que l’armistice était salutaire ou nuisible, que les Italiens l’acceptaient avec répugnance, que les Français l’estimaient inapte à garantir leurs droits et leur sécurité, il résulterait de tout cela que le monde s’élèverait contre l’armistice, mais le monde reste muet.

24Quand même tout cela serait, il demeure qu’au cœur de ces grandes querelles, l’humanité s’est entendue sur une seule vérité : la reconnaissance des droits de l’homme et le respect qui lui est dû ainsi que l’éradiction de la force qui vise à asservir l’homme.

25La fête de l’armistice doit rappeler à chacun cette sainte ambition qui, manquant peut-être aujourd’hui son but, l’atteindrait demain, et si même elle n’avait pas fermement pénétré notre conscience aujourd’hui, pourrait la pénétrer demain.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr