Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

11. Son excellence Lord Curzon. Le déni de l’identité anglaise

Texte intégral

Misr, 26 mai 1919

1Nous sera-t-il permis de connaître les intentions de la force qui dispose de notre destin afin que nous soyons un tant soit peu rassurés.

2La censure qui entrave nos cœurs et nos plumes nous offre peut-être la chance de réaliser les bienfaits de cette force car, à la faveur de son décret, nulle plume ne s’exposera à être cassée pour avoir prétendu à l’honneur de critiquer les dires du noble Lord et ses sentences.

3La force est la tentatrice de l’âme vacante. Elle l’incite à la malfaisance, à ne connaître que ses caprices et ses intérêts.

4Tandis qu’une âme élevée grandit en raison de l’accroissement de sa force. N’éprouvant pas de déficience humiliante, elle ne connaît pas de motif d’abaissement et s’écarte des questions futiles ; désintéressée, elle aspire à l’accomplissement humain et souhaite voir dominer la vérité pure et resplendir l’altruisme.

5C’est cette élévation qui incarne la force dans sa plus noble acception et dans sa dignité. Tandis que la fascination du pouvoir qui autorise à disposer vainement des consciences humaines est la revanche bestiale du faible lorsqu’il peut se saisir d’une proie.

6Cette tyrannie de l’impuissant était la plaie des époques obscurantistes. Mais lorsque, ayant lutté et souffert, l’humanité a compris l’honneur de l’existence, les forts ont commencé à rougir de leur force s’ils ne l’appliquaient à alléger le fardeau des autres et même à en partager la responsabilité et les épreuves.

7Lord Curzon dit que telle est la manifestation de l’entité anglaise, et tel le sens de sa force redoutable sur la terre.

  • 1 Du protectorat.

8Le 24 mars, commentant les événements égyptiens et le refus du gouvernement anglais de laisser le Wafd partir pour Londres, Son Excellence Lord Curzon a dit que : "Sa présence ici l’avait complètement déçu dans sa compréhension des Egyptiens ; qu’il aurait volontiers accepté de discuter le désistement1, mais que la responsabilité de l’Etat égyptien reposait sur les épaules du gouvernement britannique".

9Le 15 mai, dans son discours légitimant la décision de son gouvernement d’étendre le protectorat sur l’Egypte, il a dit : "Le gouvernement de Sa Majesté n’a pas l’intention d’ignorer ou d’abdiquer les responsabilités et les devoirs qu’il a assumés en prenant à sa charge le gouvernement de l’Egypte".

10Vous ne lisez pas un livre, vous n’entendez pas un discours, pas une déclaration, pas une motion de quelque membre du gouvernement anglais, en quelque temps que ce soit et au sujet de quelqu’un des pays que les circonstances auront assujetti à sa force, sans ouïr ces paroles textuellement répétées : "Nous voudrions, mais ne devons pas nous démettre de notre responsabilité".

11Sir Dudley Ward disait dans son discours du 19 mars : "Le gouvernement ne peut se désister de ses responsabilités dans le maintien de l’ordre et la sauvegarde des droits des nationaux et des étrangers, ainsi que de leurs intérêts".

12Les écrivains de tous les pays parlent de l’Egypte et de la position des Anglais en Egypte, ils parlent des intérêts vitaux de l’Angleterre en Egypte. Elle est pour eux la voie des Indes, un centre commercial, une base méditerranéenne et la route pour leurs colonies sud-africaines.

13Tandis que lorsque les dirigeants de la politique anglaise parlent de l’Egypte, c’est avec une mentalité singulière. Ils ne mentionnent — et ceux-là sont leurs maîtres en stratégie — ni leurs intérêts, ni l’importance de ces intérêts pour eux. Ils prétendent et veulent nous faire entendre qu’ils ont des devoirs, des responsabilités et des engagements humanitaires dont l’accomplissement engage leur honneur.

14Le plus étrange c’est qu’ils sont tant submergés par cette vertu qu’il n’est pas question de leur propre intérêt à côté de l’intérêt des autres, ils n’y font même pas allusion, ils l’ignorent complètement.

15C’est là une vertu personnelle par laquelle se distingue l’âme de la puissante Angleterre, qui n’est l’apanage d’aucune autre nation sur la terre, dont aucune n’emprunte le langage ni ne partage les sentiments.

16Si les Français parlent de l’Algérie par exemple, c’est en toute franchise qu’ils mentionnent leurs intérêts, les explicitant sans détour. Ils ne nous font pas croire, à l’instar des Anglais, que des liens douloureux et de pesantes responsabilités les retiennent, nous laissant entendre qu’ils n’aspirent qu’à l’heure où ils seront délivrés de ce fardeau.

17Fidèles à leur tactique infaillible, les Anglais, s’ils conquièrent un pays, qu’ils versent le sang de ses enfants et dissipent ses biens, qu’ils provoquent la colère des autres nations, proclament que la philanthropie est leur seul but, que c’est en vue de réaliser le bonheur et la prospérité qu’ils endossent les responsabilités des vaincus, et non parce qu’ils courent après un intérêt matériel et vain.

18Si l’on veut conclure hâtivement, on peut voir ici un excès, — non dans la recherche du devoir accompli — mais dans l’effort pour dissimuler un égoïsme évident, qui peut aller jusqu’à l’insensibilité et l’immolation en vue de l’intérêt parce que rien ne vient entraver cette perception aiguë de l’intérêt. On peut croire que dans ses fantasmes la force n’imagine pas qu’une vérité démentira ses assertions ou qu’aucun fait les infirmera ; qu’au contraire, elle compte sur la terreur qu’elle inspire pour lui valoir la suprématie en tous cas. De sorte qu’il ne lui manque, pour couronner sa grandeur et parachever sa délectation, qu’à se rire de l’humanité en répétant les termes auxquels sont accoutumés les faibles : supériorité, engagements, responsabilités, impératifs de la conscience et devoirs [...].

19Celui qui connaît l’Angleterre à travers ses poètes et ses penseurs est émerveillé de raffinement de sa culture et de la luminosité de sa conscience mais s’il considère ensuite quelques uns des aspects de la dureté de son comportement politique, il s’arrête perplexe, incapable d’établir un lien entre ce raffinement superbe et cette force brutale.

20Le chercheur est partagé entre quatre hypothèses : Ou bien les poètes et les penseurs parlent de choses qu’ils ne vivent pas et prétendent à une science et à un comportement supérieurs qu’ils ne pratiquent pas, dans le but de subjuguer les autres, et cela n’est pas acceptable parce qu’un esprit artificiel ne peut percevoir les beautés de l’accomplissement telles que les décrivent ces âmes imprégnées de grandeur et de lumière.

21Ou bien que, dans leurs illusions de raffinés, ils aient voulu circonscrire la grandeur humaine dans l’âme des Anglais seul, ce qui serait une glorification inacceptable, quoique certains Anglais l’aient tentée, mais ils l’ont ensuite abandonnée pour revenir, même dans leur littérature, au goût de la conquête et au mépris de l’être humain.

22Ou bien que leurs écrivains sont des spécimens supérieurs à leur nation qui ont voulu la hausser à leur niveau sans y parvenir. Cette explication est également inappropriée parce que l’émergence de supériorités dans une nation n’est pas un fait exceptionnel, qu’il n’est pas conditionné ni circonscrit.

23Ou bien alors, cette force qui plaide pour la faible humanité est une force bienfaisante qui, nourrie de la culture de ses écrivains et de ses penseurs, ne permet pas à ses préoccupations matérielles d’empiéter sur son honneur et sa dignité, et qui, inquiète de rassurer sa conscience tient à remplir ses obligations en allant jusqu’au bout de ses responsabilités et de sa mission.

24Une nation caractérisée par ce sens de la responsabilité est en droit de dire — comme l’ont dit certains Anglais — qu’elle est l’envoyée de Dieu sur la terre pour répandre le bien par la conciliation.

25Mais elle ne doit pas oublier que cette gloire ne peut lui demeurer si la prenant pour un fait acquis, elle oublie ses engagements, surtout envers un ennemi faible et impuissant.

Notes

1 Du protectorat.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540