Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

10. Le commerce et la colonisation

Texte intégral

Misr, 7 mai 1919

1Faut-il croire à l’existence d’une force supérieure déterminée à égarer l’homme de sa voie, quelle que soit l’évidente clarté du droit chemin ?

2Le commerce est un échange entre les nations, par lequel elles négocient leurs avoirs respectifs contre des prix soumis à la loi de l’offre et de la demande. C’est une opération basée sur un mutuel accord visant essentiellement au bien-être des contractants et où la force ni l’épée ne jouent de rôle. Mais sa soif d’une apparente victoire et son goût de la force ont, dès l’origine, poussé l’homme à utiliser la coercition plutôt que la persuasion. Il a donc décidé de priver les pays concurrents de ses produits indigènes puis, enhardi, il s’est approprié les leurs par la force, assouvissant ainsi sa passion de conquérir.

3Le procédé devint habituel, on l’affubla de règles et l’on décréta que le commerce emboîte le pas au drapeau.

4Telle était sans contredit la loi, à l’aube des sociétés où chaque nation, confinée dans ses limites territoriales, n’autorisait aucun sujet étranger à les transgresser, fût-ce sous le prétexte de négocier, à moins de conventions établies, embrassant la désignation des denrées échangeables, leurs quantités, leurs prix et le coût du frêt.

5Il résultait de ces conventions que, le commerce étant tributaire du drapeau, la conquête et la colonisation en étaient les moyens. L’humanité évolua, ses perceptions et ses sentiments s’affinèrent ; elle entrevit le lien social et la solidarité qu’il comporte, sa compréhension s’amplifia et l’homme réalisa que la liberté conditionnait le bonheur, que son bonheur matériel était lié à cette liberté sous tous ses aspects, et que le commerce, emmanché par le fer et par la force, n’obéissait qu’aux lois de l’économie et de la raison souveraine. Sous l’impulsion de ces idées, les nations fraternisèrent, les barrières furent abolies et les pays devinrent un théâtre ouvert à n’importe quel commerce, voulu par n’importe lequel des habitants de la terre, sans distinction aucune entre l’aborigène et l’étranger, entre le conquérant et le vagabond. De sorte qu’au lieu de considérer la conquête comme la voie du commerce, elle fut redoutée en raison des charges exorbitantes infligées par la guerre et l’inimitié qu’elle attirait à ses fauteurs.

6Mais, venu de la nuit des temps, le mot de conquête a imprégné la conscience de l’humanité et, stimulée par la magie du terme, elle a continué à se battre pour conquérir.

7Que demande le commerce à l’occupation aujourd’hui et quelle en est l’utilité, alors que le commerce est libre, assujetti à l’homme pour l’homme ?

8C’est aux Anglais que revient le mérite d’avoir, les premiers, réalisé cette vérité et d’avoir, avant toute autre nation, levé l’interdit qui les isolait et appelé les commerçants du monde à hanter leur pays ouvert à toute entreprise sans recours à la querelle, à la guerre ou à la conquête.

9Emboîtant le pas, les Français abrogèrent les restrictions chez eux et dans leurs colonies et répandirent la liberté de commercer à travers le monde entier.

10Comment expliquer la survivance du dicton : le commerce est tributaire du drapeau ? Comment les nations ont-elles persisté à s’y conformer des siècles durant en dépit des nouveaux principes de liberté et comment s’en réclament-elles jusqu’aujourd’hui ?

11Il est inexplicable et attristant que la faiblesse humaine soit telle, qu’après des siècles d’affranchissement où l’homme a entrevu la vérité au prix de luttes douloureuses, le résidu de ses fantasmes l’habite encore pendant des générations, comme s’il était jaloux de sa douleur et de sa misère.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540