Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

6. Discours au congrès copte d’Assiout1

Texte intégral

Misr, 8 mars 1911

  • 1 Le discours est inséré à la page 67 dans le Rapport des Actes et Procès-Verbaux de la société géné (...)

1Je demande à Dieu, puisque j’ai l’honneur de parler, de rester impartial et pondéré, je lui demande de dire un mot désintéressé, affranchi de toute affectivité.

2Je me trouve dans cette instance infiniment triste. Les coptes ont voulu se réunir, non parce qu’ils imaginent au lien confessionnel, un influx réducteur du sentiment patriotique, et non plus pour réclamer un droit par les moyens de l’antagonisme et de la scission, mais parce qu’ils ont des intérêts propres qui, loin de contredire l’intérêt national en quoi que se soit, lui doivent être soumis.

3Les coptes se sont réunis parce qu’ils sont une communauté particulière, unie par des liens religieux et qu’ils pensent avoir à se concerter, tout en ne voulant qu’affermir le sentiment patriotique dans les consciences.

4Celui qui dénie à une communauté le droit de se réunir et le droit de discuter de ses problèmes en l’accusant de défection patriotique méconnaît, par le fait même, le sens du patriotisme et ignore la texture d’une patrie unique.

5La patrie n’est qu’une agglomération d’individus appartenant à des communautés et des groupements ayant tous des activités spéciales, des intérêts multiples, différents ou contraires, mais qui demeurent tous subordonnés à l’intérêt supérieur, lequel contrôle toutes les activités, et c’est l’intérêt de la patrie en général.

6Les droits des individus et des communautés diverses sont des droits sacrés dont l’ensemble compose ce droit authentique, puissant, qui est le droit général, le droit de la patrie, en bref ; et la suppression de quelqu’un de ces droits communautaires retire à la partie spoliée l’essence même du droit patriotique général et, de ce fait, ruine le patriotisme.

7Il n’y a pas lieu d’incriminer des individus qui se lèvent pour déclarer publiquement leurs aspirations en exprimant des souhaits et des espoirs bénéfiques. Celui qui leur dénie le droit de réunion ou qui les accuse de conspirer en vue d’un mal, celui-là lèse la vérité, il se lèse lui-même ainsi que toutes les communautés de la patrie.

8Si nous supposons que le patriotisme est une religion pratiquée par tous les Egyptiens également, dont le temple réside sur chaque parcelle du sol égyptien, nous comprendrons, qu’au sein de cette religion unanime, aucun des éléments la pratiquant ne rencontrera de prohibition s’il vient à se réunir pour étudier ses problèmes spécifiques, lesquels sont naturellement tributaires de cette foi générale dont il tire le fondement, la vitalité et la force. Par conséquent, j’applaudis à notre réunion et j’applaudis à l’avance à la réunion de nos frères musulmans annoncée par la presse. Je ne me contente pas d’y applaudir, je souhaite que ces réunions indépendantes se répètent et je crois qu’elles aboutiront sûrement à une réunion générale et coopérante. Elles constituent le premier pas vers la réunion des deux groupements parce qu’elles révèleront à chacun ses droits et lui rappelleront ses devoirs alors même qu’il refusait de s’en souvenir. Et si chaque partie réalise ses droits, les parties s’entendront sur un droit unique et elles se rapprocheront, si même elles n’en avaient pas l’intention.

9Je garde cet espoir inentamé en dépit du fait qu’avant notre réunion et pendant que nous sommes réunis des flots de colère, de dérision et de mépris, aient été déversés sur nous. Mais je pardonne et n’attache pas d’importance à l’hostilité déchaînée autour de notre entreprise, ce ne sont que nuages destinés à se dissiper sans laisser de trace.

10L’histoire des nations regorge de leçons fortifiant en nous cet espoir qui doit être à lui seul une raison de vivre. Ne croyez pas que les divisions qui nous attristent soient l’apanage des Egyptiens seuls. Si l’on se penche sur le passé des nations dont nous souhaitons imiter le progrès et la civilisation, on constate qu’il est tissé de siècles de divisions et de guerres intestines, telles qu’on n’en retrouve à aucune époque de notre histoire, même pas durant les périodes d’obscurantisme reprochées par les Occidentaux. Et pourtant, ces dissensions n’ont pas entravé leur marche vers la justice et ce sont ces mêmes nations qui ont révélé au monde les principes de liberté, d’égalité et de fraternité.

11Alors que leur religion relève des mêmes principes, la querelle des catholiques et des protestants en France s’était exacerbée jusqu’à énoncer la peine de mort à l’encontre de toute personne accusée de protestantisme, puis à raffiner avec une inconcevable cruauté sur les modes d’exécution.

12Si donc l’histoire confirme l’espoir que j’ai exprimé au début, l’espoir que par nos réunions indépendantes nous parviendrons à réaliser les significations du patriotisme, cet espoir est légitime ; nous comprendrons que le droit est un et indivisible, si nous le recherchons avec désintéressement et rectitude. Et je crois qu’une recherche entreprise en commun est naturellement fondée sur l’altruisme et la rectitude et qu’elle nous permettra, avec la grâce de Dieu, d’atteindre à l’égalité.

13Je dis que nous voulons établir l’égalité, mais nous devons comprendre la portée de cette égalité que nous souhaitons. Est-ce l’égalité positive, effective, ou bien l’égalité théorique, légale ? L’inégalité positive n’est limitée par aucun règlement dans aucun pays du monde ; elle existe en tant que principe social général, mais ne saurait être atteinte par les sociétés quel que soit l’achèvement de leur organisation. Les circonstances varient. Nous en trouvons un exemple dans la parfaite égalité conférée par la loi aux individus qui demeurent pourtant inégaux en fait, d’une inégalité apparente et fondamentale, les uns étant maîtres, les autres serviteurs, les uns riches, les autres pauvres.

14Nous ne nous plaignons pas ici de la loi ; nous nous plaignons de ce qu’en dépit de notre égalité théorique avec nos frères, une inégalité effective soit communément admise et nous voudrions extirper des consciences ce sentiment pernicieux. Nous voudrions que nos frères réalisent que nous sommes des leurs et qu’ils sont des nôtres.

  • 2 Moudir, anciennement gouverneur de province, aujourd’hui chef de la sûreté de cette province.

15S’il était décrété d’attribuer les emplois conformément aux aptitudes et aux capacités et que ce principe fut respecté, il n’existerait pas dans la loi écrite de texte, même implicite, capable d’en assurer l’application loyale ; mais si les principes d’égalité s’affirmaient dans les esprits et s’imprimaient dans les consciences, c’est alors que se dessinerait l’unité nationale, et que nul ne s’inquiéterait plus si le moudir2 est choisi dans telle communauté ou telle autre.

16Celui qui soulève les rancunes peut tuer jusqu’au sentiment patriotique. Il limite lui-même son esprit et son cœur, se persuadant qu’une fraction des Egyptiens est incapable d’assumer certaines fonctions précises, les rayant, pour ainsi dire, du nombre des Egyptiens.

17Dites loyalement que tous les Egyptiens s’égalent, dans tous les droits et dans tous les devoirs et si, après cela, les fonctionnaires se trouvaient être d’une seule communauté, nous serions preneurs et contents.

18D’ailleurs, il ne s’agit pas pour nous de revendiquer un pouvoir réel que doivent récupérer les coptes, ou bien de réclamer un emploi dont le copte se croit spolié par son frère et qu’il veut réintégrer, à dieu ne plaise que ce point résume notre demande. En tant que copte, je ne conseille à aucun copte de rechercher les fonctions gouvernementales. Je n’attends rien de salutaire du fait qu’un copte soit affecté à une position maîtresse, je n’en attends rien en faveur d’une fraction des coptes, non plus qu’en faveur de leur totalité. Je prévois même dans l’emploi des coptes aux fonctions administratives, un réel préjudice, si leur intérêt s’opposait à celui des autres et que le responsable dans le champ de la décision fut un copte. C’est exposer la communauté à un détriment général certain et, le cas échéant, le fonctionnaire à un tort personnel. Et c’est une méprise flagrante de dire que par ce congrès nous recherchons de vains intérêts matériels ; c’est une erreur de dire que nous voulons circonvenir le pouvoir, parce que chaque approche du pouvoir ne saurait que nous affaiblir. Je souhaite au contraire au copte et à tout Egyptien qu’il s’engage dans les voies de la vie publique, en homme connaissant sa valeur, évaluant les dons qui lui ont été dispensés par Dieu, qui lui seront personnellement utiles et lui permettront de servir sa patrie avec tous ses sentiments et toutes ses forces, réalisant ainsi une vie pleine, loin des fonctions gouvernementales et de cette qualité d’ambitions qui atrophient la sensibilité et portent à croire que le bonheur consiste à courir après un pouvoir imaginaire.

19Si nous avons quelque ambition, appliquons la à extirper cette honte apparente, à éviter que dans leur propre patrie les coptes soient assimilés aux peuplades noires en Amérique.

20L’égalité, nous ne la réclamons pas dans l’intérêt de la minorité seule ; elle est en vérité l’intérêt de la majorité. Le patriotisme est allégeance et achèvement et toute animosité le tue et toute discrimination le tue dans le cœur du favorisé avant que de le tuer dans le cœur du spolié, du faible, parce que la force victorieuse entraîne la conscience à dénier le droit usurpé, afin d’éviter l’aveu du tort causé à une âme dépouillée de quelque parcelle de ses droits.

21La lutte pour établir cette égalité est une lutte éducative pour l’ensemble de la nation et celui qui décline l’honneur de cette lutte porte atteinte au relèvement de sa patrie. Nous chercherons donc à épurer nos sentiments, à prendre conscience de notre dignité en respectant la dignité des autres. Car les nations qui ignorent leur propre dignité, ou qui bafouent la dignité d’une partie de leurs sujets, ces nations n’ont aucune existence réelle.

22Je suis heureux que les représentants des journaux islamiques honorent notre réunion et je voudrais qu’ils me disent en toute franchise et liberté si cette recherche de notre dignité peut être taxée de traîtrise envers la patrie. Je ne le crois pas. Et d’ailleurs, j’excuse ce que ces messieurs ont écrit sur nous avant notre réunion. Je leur en reconnais presque le droit puisque jusqu’aujourd’hui nous vivons une atmosphère toute de contestation. Nous vivons, chaque communauté séparée de l’autre, sans comprendre, hélas, les raisons de cette scission, simplement à cause de la méfiance naturelle à tout peuple durant certaines phases de son évolution. Mais la méfiance meurt un jour, cédant la place à un sentiment d’intégration réel, bâti sur une religion civile, qui est la religion patriotique. Notre congrès demande la déclaration de l’égalité entre tous les Egyptiens, sous tous les aspects de la vie sociale.

23Débattrons-nous à titre d’exemple quelque aspect spécifique de cette égalité ? Je dis à titre d’exemple parce que je voudrais autant que possible maintenir nos discussions dans le domaine général, de crainte que des débats trop circonstanciés entraînent des dissensions, alors que nous requérons une entente maximale. A titre d’exemple donc, les membres honorables de notre congrès ont mentionné la distribution des biens publics et le devoir de respecter l’égalité dans cette distribution. Il ne faut pas comprendre que par cette égalité, nous souhaitions recevoir exactement ce qui est alloué aux autres, soit en qualité, soit en quantité, soit en proportion numérique, soit en raison des contributions perçues par l’Etat.

  • 3 Mahmal, tapis sacré expédié par l’Etat à la Mecque pour le pèlerinage annuel, qui est ensuite rame (...)

24Lors de la publication de notre programme, certains confrères, dont un ami musulman que j’affectionne et respecte, m’ont ironiquement demandé : "Etes-vous devenus fous ? Que voulez-vous ? Voulez-vous que le gouvernement vous apprête un mahmal3 ou bien voulez-vous que le gouvernement suspende les dépenses annuelles du mahmal ?" J’ai été profondément affecté par cette raillerie parce qu’elle m’a rendu plus tangible la difficulté de compréhension dans certains cas, et comme, au milieu de ces chicanes, la vérité peut s’égarer jusqu’à se muer en divergence ennemie et dangereuse.

25Tandis que lorsque je parlais d’égalité et de solidarité, je les asseyais sur un respect mutuel d’une communauté à l’autre, respect qui s’étend aux coutumes, aux sentiments, et aux œuvres spécifiques.

26J’ai aussi regretté sa question : "Voulez-vous un mahmal ?" parce qu’il n’a pas compris que, loin de me préoccuper d’évaluer les fortunes ou les proportions des revenus et des dépenses, je veux m’élever avec mon frère musulman au-dessus des comptes mercantiles et demeurer avec lui dans une atmosphère décantée où nous puissions nous entendre et laisser les dépenses de nos revenus s’organiser selon les besoins. S’ils sont utilisés dans l’intérêt de mon compatriote musulman, j’en serai ravi parce que son intérêt d’hier coïncide avec le mien et si mon intérêt d’hier coïncide avec le sien, il doit me rendre le même service.

27Il convient de rejeter tout ce qui ressemble à une répartition d’héritage parce que la nation est une et que les devoirs sociaux de la nation constituent une unité indivisible.

28Et ce que je demande, c’est que le gouvernement confirme notre identité sociale purement civile, dans les branches de son administration.

29Quelle est la raison d’exister des gouvernements ? Ils existent pour veiller sur leur sujets, élever leurs enfants et protéger leurs droits. La protection des individus comprend la complète jouissance de leurs droits personnels, la disposition de leurs biens et de leurs droits familiaux sous leurs divers aspects.

30Les coptes sont spoliés de ce droit. Le gouvernement les a négligés, isolés, comme s’ils ne faisaient pas partie des Egyptiens, privés de tribunaux pour juger de leur statut personnel comme de leurs droits familiaux.

  • 4 La demande du financement des écoles coptes par le gouvernement fut reprise par Taha Hussein. Elle (...)

31L’enfant issu de parents pauvres ne trouve personne pour l’élever, il meurt sans laisser de trace4 ; le cas est affligeant.

32Est-il parmi nos frères musulmans présents, quelqu’un que ces propos offense ? Pourrait-il imaginer un instant la suppression des tribunaux shari’y et l’admettre ? Je ne le crois pas. Mais celui qui ne tolère pas d’imaginer pareille affliction et qui accepte que d’autres en supportent la réalité, celui-là est sans pitié.

33Il est vrai que ces mesures ne peuvent être voulues par notre gouvernement ni souhaitées par aucun de nos compatriotes, dans l’intention de nous faire régresser ; qu’au contraire, elles ont été codifiées à l’origine en vue de sauvegarder notre législation chrétienne, ce qui équivaut à une reconnaissance de notre statut personnel.

34Mais après un tel aveu d’un droit, nous pouvons leur reprocher de ne l’avoir pas sanctionné.

35Le gouvernement a établi pour notre communauté un ordre intérieur, étrange, dont il a omis l’exécution depuis son énonciation jusqu’à ce jour. Nul ne protestera contre le fait que le gouvernement est responsable de l’exécution d’un ordre régissant notre statut personnel et de l’administration de nos waqfs, comme il est responsable de ces deux opérations pour nos frères musulmans. C’est pour cela que je propose à cette assemblée d’adjoindre cette demande aux nôtres

36J’ajoute que pour toutes nos demandes, et quoique je ne les approuve pas toutes également, je reste un membre solidaire de la société générale et que pour la réalisation de tout ce que nous demandons, nous joindrons nos propres forces, et nous avons de la force, et c’est ainsi que s’accomplira l’unité patriotique.

37Je prie que nul ne suspecte par delà ces mots véridiques quelque intention secrète ; il ne doit pas y avoir de malentendu entre nous. Celui qui doute de son frère, alors que celui-ci, de toutes ses forces, affirme sa sincérité, et dans ce lieu imposant la véracité et la confiance, celui-là sape l’attachement obligatoire entre lui et son frère.

38L’être humain est composé d’une âme qui ressent et d’une langue qui exprime. Respectons-nous mutuellement, ne nous ravalons pas les uns les autres, réduisons au silence celui qui, à l’encontre de sa conscience, méconnait le patriotisme de son frère.

39Je désire terminer cet entretien en réitérant le vœu déjà exprimé que tous nos compatriotes nous restituent ce qu’ils nous doivent de qualité dans la créance et de générosité dans la réponse. Je désire aussi répéter, et que vous m’approuviez tous, que cette assemblée confirme son espoir dans la réalisation d’une urbanité naturelle entre Egyptiens, de sorte que, par le respect mutuel et soutenus par cette force naturelle que mit Dieu dans l’âme humaine pour l’entraîner toujours vers le progrès et la justice, nous parvenions à l’égalité requise.

40Il n’existe pas dans la conscience de disposition à rendre le mal pour le bien, non plus que la haine pour l’attachement. Et je tiens gravement responsables tous ceux dont les écrits troublent sciemment l’atmosphère de sécurité qui doit servir de base à la concorde égyptienne.

41En souhaitant que l’avènement de cette concorde soit un des fruits de notre réunion, nous dirons tous : "Vive l’Egypte et vivent les Egyptiens dans l’égalité".

Notes

1 Le discours est inséré à la page 67 dans le Rapport des Actes et Procès-Verbaux de la société générale des Coptes d’Egypte, réunie les lundi 6, mardi 7 et mercredi 8 mars 1911. Imp. du Journal d’Egypte, Faggalah, Le Caire, p. 102, 1911. Epuisé, il a été publié aussi par le journal Misr, le 9 mars 1911.

2 Moudir, anciennement gouverneur de province, aujourd’hui chef de la sûreté de cette province.

3 Mahmal, tapis sacré expédié par l’Etat à la Mecque pour le pèlerinage annuel, qui est ensuite ramené et promené à dos de chameau à travers le Caire et les villes importantes d’Egypte.

4 La demande du financement des écoles coptes par le gouvernement fut reprise par Taha Hussein. Elle donna lieu à une controverse entre Taha Hussein et Salama Moussa qui s’y opposait. Watany, 25 mars 1990.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr